Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Deschamps Catherine, Gaissad Laurent, Taraud Christelle (dir.), Hétéros. Discours, lieux, pratiques

Paris, Epel, 2009
Tiphaine Besnard
Référence(s) :

Deschamps Catherine, Gaissad Laurent, Taraud Christelle (dir.), Hétéros. Discours, lieux, pratiques, Paris, Epel, 2009

Texte intégral

1Partant du constat que l’hétérosexualité n’avait que rarement fait l’objet d’une étude à part entière, bien qu’ayant toujours fait office d’étalon à l’aune duquel étudier les comportements sexuels, les intervenant·e·s du colloque, organisé à l’Université libre de Bruxelles (ULB) en octobre 2007, se proposent d’étudier ces « impensés de la recherche » que sont les discours, les lieux et les pratiques hétérosexuels. L’ouvrage dont il sera question ici est issu des participations au colloque de l’Université Libre de Bruxelles. Il se compose de seize articles, réunis en trois chapitres (1° objet sexuel non identifié, 2° styles et formes de l’hétéro-normalisation : du couple à la famille, 3° l’hétérosexualité en tension) et d’un avant-propos, d’une introduction et d’une conclusion.

2Il s’agissait pour les auteur·e·s de questionner les hétérosexualités, dans le but de dévoiler à la fois leur diversité (les pratiques sexuelles entre personnes dites de sexes opposés) et leur normativité (l’idéologie hétérosexuelle, la pensée straight au sens de Monique Wittig). Faire l’histoire et la sociologie des sexualités hétéros permettait donc de distinguer les pratiques sexuelles de la norme idéologique, et partant, de remettre en cause l’ordre normatif de la majorité. Dès lors, les hétéro-sexualités étudiées semblaient s’inscrire bien plus dans un continuum sexuel que dans des catégories hermétiques comme pouvait le laisser penser la dialectique hétéro/homo. Les présentes recherches révèlent en cela le potentiel subversif des pratiques sexuelles hétéros dès qu’elles s’affranchissent de la conjugalité obligatoire, de l’injonction à la reproduction et de l’ordre du genre, en somme de la pensée straight.

3Il faut remarquer que, jusqu’aux années 1960, l’hétéro-sexualité n’avait été pensée qu’en tant que moyen de reproduction naturelle et normal légitimant l’acte sexuel. Alain Corbin et Anne-Claire Rebreyend nous montrent dans leurs articles la permanence du thème conjugal et familial dans le discours médical français, discours desquels il est bien difficile de séparer la morale du médical. Ce type d’ouvrages se distinguerait par son caractère normatif et didactique. Dans cette perspective, la médecine et la psychiatrie feraient figure de nouvel ordre moral exhortant à correspondre aux binarismes de genre et de sexualité, remplaçant en cela la morale religieuse. Consécutivement, la distinction entre sexualité et procréation permet-elle une prise de recul ayant l’avantage de rendre possible l’appréciation de la variété et de l’historicité des hétéro-sexualités.

4Il est frappant de constater que la quasi totalité des articles de ce collectif (les articles déjà cités de Laurent Gaissad, Christophe Apprill, Anne-Claire Rebreyend, Joséphine Hogaerts, Irène Jonas, Caroline Hirt et ceux de Bruno Benvindo et de Sophie Bollen et Machteld de Metsenaere) témoigne du fait que l’hétérosexualité n’irait pas de soi, qu’elle nécessiterait un cadre, des bornes à ne pas franchir au risque du subversif, de l’immoralité et de la condamnation. Il ne suffirait donc pas d’être hétérosexuel.le, encore faudrait-il l’être bien !

5Ce constat participe du renforcement de la distinction, dont il a été question plus haut, entre pratiques sexuelles et idéologie, et partant, de l’appréhension de la violence véhiculée par cette idéologie. C’est précisément celle-ci qui est à l’œuvre dans les très conservateurs ouvrages de psychologie évolutionnistes (voir l’article d’Irène Jonas déjà cité) et dans les protocoles médicaux de traitement des baisses de libido post-natales (voir l’article de Caroline Hirt déjà cité). Ces méthodes psycho-médicales semblent participer d’une naturalisation des identités de genre, des sexualités et des différences sociales qui nie les discriminations en expliquant les différences par une nature immuable et intangible. De telles conceptions ont pour conséquences la disqualification de toute alternative aux binarismes Homme/Femme et homosexualité/hétérosexualité et la stigmatisation des pratiques sexuelles non-conjugales et non-reproductives.

6Tous les articles du présent ouvrage attestent de l’avènement d’une organisation hétérosexuelle de la société (qui se serait accentuée à partir des années 1950, si l’on en croit Cathy Herbrand et David Paternotte). Cette hétérosexualisation du social se manifeste par les institutions de l’hétérosexualité (entendue au sens d’injonction à une sexualité hétéro et à une identité de genre Masculin/Féminin correspondant à son assignation de sexe Homme/Femme) que sont les prisons, l’armée et les centres pour la jeunesse. Le modèle hétérosexuel imprégnerait tant l’organisation sociale qu’elle conditionnerait même les unions homosexuelles comme le pacs et le mariage gay qui, s’ils permettent de séparer le mariage de la reproduction, n’en sont pas moins une variante de la conjugalité hétérosexuelle qui ne bouleverse pas le traditionnel modèle du couple duel, fidèle et officiel et qui ne fait pas disparaître la stigmatisation des sexualités B/D/S/M (en anglais, Bondage / Discipline / Sadism / Masochism), inter-générationnelles et zoophiles par exemple. Ce constat nous invite questionner la pertinence de l’opposition hétérosexualité/norme versus homosexualité/subversion.

7Au terme de notre lecture nous ne pouvons que constater la violence injonctive de l’hétéro-normativité dont les effets ne concernent pas uniquement les non-hétérosexuel·le·s, les dissident·e·s du genre et les transfuges aux catégories de sexe mais chaque personne, aussi bien individuellement que collectivement. Ces différentes participations nous paraissent avoir rempli leur mission : questionner cet impensé de la recherche qu’est l’hétérosexualité. Chaque article est instructif en ce qu’il concoure à dévoiler cette norme invisible aux contours flous et à cette « remise en cause minoritaire de l’ordre normatif majoritaire » qui aurait, selon Éric Fassin, « effets de connaissances ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiphaine Besnard, « Deschamps Catherine, Gaissad Laurent, Taraud Christelle (dir.), Hétéros. Discours, lieux, pratiques », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/1000

Haut de page

Auteur

Tiphaine Besnard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org