Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Duhl Olga Anna (dir.), Amour, sexualité et médecine aux xve et xvie siècles

Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2009
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Duhl Olga Anna (dir.), Amour, sexualité et médecine aux xve et xvie siècles, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2009

Texte intégral

1C’est une étude audacieuse que nous propose ce petit recueil de communications réunies à l’occasion d’un colloque international organisé à l’Université de Bourgogne (Dijon) : Amour, sexualité et médecine aux xve et xvie siècles. L’initiative est intéressante car elle assume pleinement le choix d’évincer l’aspect religieux pourtant omniprésent et essentiel pour cette question et cette période. Dès lors, que reste-t-il pour aborder ces trois notions ? Quelles sont les sources qui nous permettent d’éclairer une perspective croisée du sentiment amoureux, des pratiques sexuelles et du regard d’une médecine encore tâtonnante dans ces domaines ? La littérature. Des textes relativement hétéroclites sont ainsi étudiés respectivement afin d’en extraire les potentialités heuristiques en termes d’unions charnelles et spirituelles.

2Le résultat témoigne d’une grande diversité. Le lecteur est invité à relire Montaigne ou encore Rabelais (« Amour et médecine dans la tradition populaire », p. 15). Il croise des guérisseurs, des sorciers, des prêtres ou encore des moines qui se soucient autant du corps que de l’esprit. Il est renseigné sur des pratiques précises d’une sexualité préliminaire, notamment par une nouvelle où un frère dominicain se fait prescrire la pénétration prolongée de son doigt malade « dedans le lieu secret d’une femme nette et honnête » (p. 49). Enfin, il découvre des mots et expressions dont les significations renseignent avec précision sur les représentations sociales des actes. Ainsi, Rose M. Bidler nous propose un recensement raisonné du vocabulaire de l’amour et de la pudeur dans l’Heptaméron de Marguerite de Navarre. L’exercice lui permet de mettre en valeur la richesse du registre alimentaire où les amants mangent « de la chaire crue la nuit » et l’homme pénètre son « andouille » avec « appétit » dans le « jambon » de la dame (p. 30-36).

3Si cette perspective permet de mettre en valeur des éléments intéressants, elle pose cependant de nombreuses questions qui ne sont hélas pas évoquées dans une trop courte introduction. Le choix d’utiliser strictement des analyses littéraires dans un recueil consacré à une thématique aussi large pose à mon avis des conditions méthodologiques qu’il conviendrait de présenter en préliminaire. Certes, la pratique est courante. Louis-Georges Tin par exemple s’y est essayé récemment en construisant toute une théorie historique sur l’invention de la culture hétérosexuelle (Tin, 2008) à partir d’une lecture quasiment exclusive de sources littéraires. Ces initiatives sont loin d’être dénuées d’intérêt, mais elles rencontrent une limite épistémologique non négligeable : l’absence d’un référentiel théorique sur l’utilisation de la littérature en histoire. Comment en effet balayer d’un revers de la main les bases méthodologiques de l’analyse du document historique qui ont été fixées depuis le xixe siècle ? La difficulté est particulièrement visible dans ce recueil à plusieurs mains. Si chaque auteur entend apporter une lecture singulière du sujet, on s’aperçoit au terme de l’ouvrage que cette singularité repose en fait davantage sur l’hétérogénéité des sources utilisées par chacun plutôt que sur différentes formes d’analyse. En effet, il paraît évident qu’une Marguerite de Navarre lettrée à la cour de France au xvie siècle développe une autre vision de l’amour que dans les farces et autres traités d’alchimie.

4Une fois dépassé cet écueil méthodologique, l’ouvrage étonne par la richesse des sujets abordés en quelques dizaines de pages. La figure du médecin par exemple est intéressante car elle rassemble une multitude d’individus aux pratiques parfois surprenantes. La théorie médiévale des humeurs est d’abord évoquée par l’intermédiaire d’André Dulaurens qui présente les mélancolies érotiques comme le fruit de dérèglements anatomiques (p. 129). L’intérêt de cet auteur repose cependant sur l’introduction novatrice d’«  aspects médico-philosophiques et psychologiques de la maladie » (p. 131). L’ensemble du recueil nous invite en fait à considérer l’émergence progressive d’une spécialisation de la médecine dans le domaine de la sexualité. Jean-Marie Fritz parvient même à identifier des champs plus précis tels que l’érothérapie, l’éropathie et l’érotomanie (p. 38) qui l’amènent à poser la problématique suivante : « la médecine ou la maladie n’est-elle qu’une thématique parmi d’autres, ou se situe-t-elle au cœur des enjeux ? ». En somme, l’amour et la sexualité ne sont-ils pas en cours d’autonomisation par l’intermédiaire de la médecine pour mieux se démarquer du discours religieux ? La multitude des références dévotes semble en effet confirmer cette hypothèse. Citons par exemple cette nouvelle originale qui présente une abbesse normande souffrant de grave maladie qu’un médecin de grande renommée identifie comme la conséquence directe d’une trop longue abstinence sexuelle. Dès lors, la fornication apparaît comme le seul remède et, comme pour l’encourager, toutes ses consœurs suivent un régime identique (pp. 41 et 47). Au-delà de l’aspect cocasse de l’affaire, il est tout de même permis d’identifier ici une critique plus ou moins dissimulée de la religion chrétienne et de ses règles coercitives en matière de sexualité.

5Or, l’énonciation d’une telle hypothèse réclame une nécessaire contextualisation des textes étudiés et nous touchons ici à l’une des principales carences de cet ouvrage. À vouloir trop mettre l’accent sur l’aspect médical, les auteurs ont négligé le rôle encore prépondérant de la religion dans ce domaine. Certes, il ne s’agit pas d’un travail d’historien, mais une perspective historique minimale aurait permis d’éviter certains écueils. Comment par exemple évoquer les « saint guérisseurs » des écrouelles sans évoquer Marc Bloch et son travail sur les rois thaumaturges (Bloch, 1924) ? Comment étudier la métaphore du « corps politique » (p. 66) sans évoquer une seule fois l’ouvrage fondateur d’Ernst Kantorowicz (1989) ? Pour reprendre l’exemple de Marguerite de Navarre, il semble difficile de comprendre son œuvre sans la replacer un minimum dans son contexte d’écriture. On s’aperçoit alors que l’auteur est un des acteurs essentiels des affrontements confessionnels qui voient s’opposer en France deux groupes, y compris sur le terrain de la sexualité (les protestants étaient accusés par les catholiques de pratiquer des orgies lors de conventicules secrets). Jean-Marie Fritz s’essaie malgré tout modestement à l’exercice en affirmant que les médecins « sont de plus en plus nombreux dans les villes de la fin du Moyen Age » (p. 39). Il convient cependant de ne pas être trop exigeant avec ce recueil qui ne prétend nullement être un essai historique. Il doit plutôt être considéré comme une contribution intéressante des littéraires à l’histoire de la sexualité. Ainsi, nous apprenons que dès le xve siècle, l’adultère des femmes pouvait être puni par la tonte des cheveux. Il s’agit ici d’un formidable apport aux travaux de Fabrice Virgili en histoire contemporaine (Virgili, 2004). De même, l’analyse des femmes dans les farces étudiées par Jelle Koopmans complète avec intérêt l’étude du sexe féminin en littérature : de L’Assemblée des femmes d’Aristophane aux Femmes savantes de Molière, le thème quasiment intemporel de l’inversion est encore utilisé ici pour montrer le grotesque de situation lorsqu’une femme prénommée Alison prétend régenter la célèbre faculté de médecine de Montpellier (p. 85).

6La contribution la plus aboutie de cet ouvrage concerne donc l’histoire de la sexualité. Les différents auteurs nous livrent des témoignages et des sources essentiels dans ce domaine. Ainsi, dans les Cent nouvelles nouvelles, on rencontre « un jeune homme niais » dont la femme est obligé de feindre une maladie et de comploter avec son médecin pour que l’époux apprenne à lui faire l’amour (p. 41). Comme le signale Jean-Marie Fritz, on peut identifier ici les prémices de la sexologie moderne qui comporte non seulement un aspect physique, mais aussi psychologique. L’hypothèse est d’ailleurs confirmée par Giuseppe Di Stefano qui explique que les maris impuissants étaient considérés comme victimes d’un sortilège dont ils pouvaient être dénoués avec l’aide d’une femme qui a de l’expérience (p. 19). Dans ce cas précis, on saisit aisément les ressorts persistants des considérations religieuses bien qu’ils soient contournés par des remèdes pragmatiques. Le même soubassement religieux est encore présent lorsque Solange Lemaître-Provost évoque le « corps érotique dans les traités alchimiques » : on apprend alors que « l’union charnelle semble être l’allégorie idéale pour illustrer l’union chimique des éléments dans le but ultime d’atteindre la perfection physique – l’or – ou la perfection spirituelle » (p. 89). Il conviendrait donc encore une fois, mais la forme éditoriale de ces actes ne le permet guère, de s’interroger sur les justifications du découpage chronologique choisi par les organisateurs du colloque. A la lecture des différentes interventions, il paraît évident que les xve et xvie siècles constituent une période transitoire dans ces domaines. Il reste cependant à affiner cette chronologie puisque l’ordre des communications ne le permet guère. C’est probablement la seconde carence regrettable de cet ouvrage puisqu’il est parfois difficile de saisir une cohérence globale entre les différentes communications.

7 L’ensemble des intervenants du recueil semblent cependant s’accorder sur un point : « le corps a triomphé » (p. 42) mais non pas tant sur l’esprit que sur la morale chrétienne. « L’amour y apparaît comme un besoin impérieux et universel, il est une nécessité vitale et naturelle au même titre que le boire, le manger et le dormir » (p. 44). Partant de cette constatation, ces textes représentent une formidable contribution à une histoire des pratiques sexuelles dans la continuité des travaux d’Alain Corbin (Corbin, 2007). On y apprend notamment qu’il est interdit aux femmes de « chevaucher » un homme (p. 23). Un autre texte d’Hélisenne de Crenne proposé par Barbara Marczuk (p. 57) nous offre également une magnifique description physique du sentiment amoureux naissant. Le lecteur du xxie siècle découvre ainsi que le cœur passionné battait aussi fort aussi fort au xve, que les mains devenaient toutes aussi moites et la voix tremblante. Cette comparaison anachronique pose question car les historiens ont démontré à quel point les sens et les sentiments étaient l’objet de constructions culturelles. Or, nous apprenons ici que les manifestations physiques de l’amour persistent au fil des siècles et relèveraient peut-être autant du domaine naturel que culturel. Ce sont ces exemples nombreux qui illustrent finalement le mieux l’intérêt de ce petit recueil qui se propose modestement d’associer trois notions a priori classiques, mais d’une grande complémentarité : l’amour, la sexualité, la médecine.

Haut de page

Bibliographie

BLOCH Marc, Les rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre, Oxford, Oxford University Press, 1924.

CORBIN Alain, L’harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2007.

KANTOROWICZ Ernst, Les deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen âge, Paris, Gallimard, 1989.

TIN Louis-Georges, L’invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

VIGILI Fabrice, La France virile. Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Duhl Olga Anna (dir.), Amour, sexualité et médecine aux xve et xvie siècles », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1001

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org