Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Travail sexuel pour classes moyennes

Sex work for the middle classes
Elizabeth Bernstein
Traduction de Nathalie Paulme et Mathieu Trachman

Résumés

À partir d’une enquête de terrain et d’entretiens avec des travailleurs du sexe issus de la classe moyenne, cet article analyse la relation entre l’engagement grandissant des femmes et des hommes de classe aisée dans le travail sexuel et les évolutions plus générales de la tertiarisation. Comment l’émergence des nouvelles technologies de communication a-t-elle transformé la signification et l’expérience du commerce sexuel pour les travailleurs du sexe et leurs clients ? Quel lien existe-t-il entre la nouvelle « respectabilité » du commerce sexuel et les nouvelles classes sociales qui participent aujourd’hui aux transactions sexuelles ? Cet article conclut en explorant quelques transformations fondamentales du travail sexuel des classes moyennes, et notamment l’émergence d’une « authenticité limitée » (un lien interpersonnel authentique et pourtant limité) comme marchandise sexuelle particulièrement désirable et recherchée.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin des années 1990 dans des villes postindustrielles comme San Francisco, le développement de l’économie d’internet était à son apogée et dans les média, de nombreux récits suggéraient que la technologie repoussait les frontières de la tolérance sexuelle dans la culture contemporaine en éliminant les obstacles les plus importants à l’achat et à la vente de services sexuels : la honte et l’ignorance. Les commentateurs soulignaient la simplicité et l’efficacité des nouvelles technologies et la manière dont le commerce sexuel en ligne avait déplacé les frontières de l’espace social en brouillant les différences entre les personnages de l’ombre et les « citoyens respectables » (Droganes, 2000 ; Economist, 2000 ; Prial, 1999).

2Les bases culturelles générales de ces nouvelles formes d’échanges sexuels ont été moins fréquemment commentées, de même, les transformations qui liaient des phénomènes culturels apparemment disparates. Quels étaient les liens sous-jacents entre la nouvelle « respectabilité » du commerce sexuel et les nouvelles classes d’individus qui prenaient part à ces transactions sexuelles ? Quel était le rapport entre les femmes (et les hommes) majoritairement blancs, américains de souche, de classe aisée qui s’engageaient dans le travail sexuel et les tendances plus générales de la tertiarisation ? Comment l’émergence de nouvelles technologies de communications a transformé la signification et l’expérience du commerce sexuel pour les travailleurs du sexe et leurs clients ?

  • 1  J’ai présenté une élaboration plus complète de certains de ces thèmes dans Elizabeth Bernstein, Te (...)

3Mon argumentation prend appui sur une enquête ethnographique menée dans cinq villes postindustrielles américaines et européennes entre 1994 et 2002, une période de progrès technologiques rapides et de forte expansion1. Le terrain comprend des observations in situ et des entretiens informels dans plusieurs espaces de travail érotique et dans des groupes de soutien de travailleurs du sexe ; 15 entretiens approfondis de 2 à 6 heures en face à face, et une étude approfondie des écrits et des films documentaires de travailleurs du sexe (Bernstein, 2007). Dans cet article, je me concentre sur les expériences des travailleurs du sexe représentatives de la manière dont le travail sexuel des classes moyennes a à la fois été facilité par les nouvelles technologies de l’échange sexuel et les favorise en retour. Il s’agit en second lieu d’explorer quelques unes des transformations principales des transactions sexuelles privatisées auxquelles prennent part un grand nombre de ces individus, et notamment l’émergence de ce que j’appelle « l’authenticité limitée » (un lien interpersonnel authentique, et pourtant limité) comme marchandise sexuelle particulièrement désirable et recherchée.

L’enjeu économique du travail sexuel

4Dans les villes postindustrielles occidentales, les travailleuses du sexe blanches et issues des classes moyennes ont parfois été assaillies de critiques soutenant qu’elles étaient atypiques et n’étaient donc pas des porte-paroles appropriées pour la majorité des femmes engagées dans le travail sexuel, qui subissent des contraintes sans commune mesure pour leur « choix de profession ». Bien que les travailleuses du sexe de classe moyenne ne parlent peut-être pas au nom de la majorité en cherchant à requalifier le travail sexuel dans un cadre respectable et estimable (Leigh, 2004 ; Nagle, 1997), quelques unes des questions les plus intéressantes d’un point de vue sociologique ne sont pas posées et restent sans réponse si nous nous en tenons à l’argument du caractère non représentatif de ces travailleuses. Pourquoi les femmes des classes moyennes deviennent-elles des travailleuses du sexe ? Le travail sexuel peut-il être une profession des classes moyennes ? Et surtout, si le travail sexuel est vu, au mieux, comme un choix malheureux mais compréhensible pour des femmes qui n’ont pas réellement d’autres possibilités, comment expliquer son attrait apparemment croissant pour des individus ayant une position privilégiée dans les rapports de races, de classes, de niveau d’éducation ?

5La recherche que j’ai menée durant le boom d’internet de la fin des années 1990 suggère en fait que les considérations économiques demeurent largement déterminantes dans les choix érotiques et professionnels des travailleuses du sexe de classe moyenne. La notion de « classe créative » de Richard Florida (2004) – une formation sociale spécifique aux économies urbaines et technologiquement avancées de la fin du XXe siècle – présente des traits communs avec des notions sociologiques plus anciennes de la « nouvelle classe » de la société postindustrielle, de même qu’avec la « nouvelle petite bourgeoisie » de Pierre Bourdieu. Même à l’apogée de l’économie d’internet, il était souvent très difficile de trouver un travail à temps partiel bien payé, en particulier pour les femmes des « classes créatives ». Malgré la création de nombreux emplois dans les économies numériques postindustrielles, les modèles d’inégalités sexuées au sein du secteur des hautes technologies faisaient que même les femmes blanches possédant un diplôme de l’enseignement supérieur étaient le plus souvent exclues des postes les plus lucratifs.

  • 2  Forme de danse érotique où la strip-teaseuse danse autour du client assis (Ndt).

6Les femmes de classe moyenne des économies postindustrielles, bien plus que les hommes ayant un capital scolaire et une origine de classe similaires, risquent de travailler dans les branches les moins bien payées du travail intérimaire, dans les secteurs des services et du tourisme, ou dans d’autres emplois à temps partiel faiblement rémunérés (McCall, 2001 ; Milkman and Dwyer, 2002 ; Sassen, 2002). Jenny Scholten et Nicki Blaze (2000) ont décrit leur vie à San Francisco durant l’explosion des économies numériques alors qu’elles exerçaient le métier de strip-teaseuse pour subvenir à leurs besoins au début de leurs carrières d’écrivains : elles ont proposé le terme d’« échancrure numérique » (« digital cleavage ») comme version spécifiquement sexuée de la traditionnelle « fracture numérique » (l’inégalité entre les classes dans l’accès aux hautes technologies). En observant la disparité entre leurs amies à l’extérieur du monde de l’entreprise qui travaillaient dans l’industrie du sexe et nombre de leurs homologues masculins qui trouvaient facilement du travail dans les métiers rémunérateurs des hautes technologies, elles remarquent que « l’université n’a pas plus préparé ces hommes pour l’administration des systèmes informatiques qu’elle ne nous a préparé au pole dance. Nous avons tous appris notre métier sur le tas ». Dans un contexte où seulement 28% des employés de l’industrie des technologies de l’information sont des femmes, qui occupent en outre les postes les plus bas de la hiérarchie (Scholten et Blaze, 2000), faire du lap dance2 était vu par nombre d’entre elles comme une source de revenus plus fiable. Ainsi à la fin des années 1990, un éminent journal étudiant de la baie de San Francisco pouvait tout autant proposer des offres d’emplois de danseurs exotiques, d’escorts et de modèles pornographiques que d’assistants informatiques à temps partiel.

7Étant donné les disparités sexuées de la vie économique postindustrielle, les salaires relativement élevés de l’industrie du sexe (par rapport aux autres emplois de service) sont un puissant attrait pour les femmes issues des classes moyennes. En racontant sa décision de faire du téléphone rose dans un numéro spécial industrie du sexe de Hip Mama, le magazine éducatif alternatif, Girl-X illustre un lieu commun de l’industrie du sexe de San Francisco à la fin des années 1990 :

« Je m’ennuyais dans mon travail, qui ne valait même pas – et ne vaut toujours pas – la peine d’être précisé… L’idée [de faire du téléphone rose] m’excitait… Je ne voulais pas subir plus longtemps les humiliations de mes boulots précédents dans les services : servir le café, vendre des disques, des livres ou des vêtements à la mode. Je pouvais m’enfermer dans mon appartement toute la journée et toute la nuit si je le voulais, comme dans une cave, le quitter seulement pour des occasions spéciales, comme le concert d’un groupe bruitiste japonais dans un de ces clubs de punk crasseux » (Girl-X, 1997, 20).

8Tandis que l’expérience de Girl-X illustre le passage d’un emploi de service bas de gamme au travail sexuel, celle de Zoey illustre la tentative de maintenir un niveau de vie de classe moyenne avec un salaire de 17,75 $ de l’heure (malgré ses diplômes de licence et de master). À 30 ans, Zoey était une ancienne travailleuse sociale devenue masseuse érotique lorsque je l’ai rencontrée. Alors que nous prenions le thé dans son appartement, elle m’a décrit ainsi son entrée dans le travail sexuel :

« Un an après être sortie de l’école, j’en avais assez des bas salaires et je voulais vraiment gagner plus d’argent… Mon petit ami de l’époque avait une bonne copine qui avait fait des massages sensuels pendant plusieurs années et qui avait trouvé ça extrêmement lucratif… Et alors je me suis dit, oh, ça serait une super expérience pour moi, tu vois, d’éviter toutes ces années de mauvais salaires [rires] et de faire enfin des choses qui me tiennent vraiment à cœur ».

9Lors d’un entretien avec Elise, doctorante en littérature comparée quand elle commença l’escorting, – qu’elle devait finalement pratiquer pendant dix ans – elle explicita un ensemble de motivations qui avait sous-tendu sa décision d’entrer dans le travail sexuel :

« Je venais de rencontrer ces femmes qui étaient travailleuses du sexe… Et je voyais que ça avait l’air facile, un moyen facile de gagner beaucoup d’argent… Je travaillais sur ma thèse et je devais enseigner et rembourser des emprunts étudiant énormes… Ça a été un facteur décisif dans ma décision de travailler dans le sexe parce que je me disais que je ne pouvais pas me permettre de continuer à m’endetter… Donc oui, j’ai commencé à travailler dans cette agence où mon amie travaillait. Et puis au bout d’un moment, j’ai commencé à travailler à domicile ».

Travail sexuel et distinction

10Les facteurs économiques permettent également de cerner les choix des travailleuses du sexe de classe moyenne d’une autre manière, pas directement liée à la quête de la subsistance matérielle dans l’économie des hautes technologies, mais qui se rapporte plus généralement aux dispositions culturelles spécifiques à leur classe. Dans La distinction, Pierre Bourdieu analyse les soubassements sociaux et matériels du goût et décrit une « nouvelle petite bourgeoisie » composée d’individus avec deux trajectoires de classe primaires – d’un côté « ceux qui n’ont pas obtenu du système scolaire les titres leur permettant de revendiquer avec succès les positions établies auxquelles les promettait leur position sociale d’origine » – des femmes comme Anna, une travailleuse du sexe d’une riche banlieue du Colorado que j’ai rencontrée, qui avait une licence mais à qui il manquait un diplôme avancé – et de l’autre côté « ceux qui n’ont pas obtenu de leurs titres tout ce qu’ils se sentaient en droit d’en attendre » – les femmes comme Zoey ou Elise, consternées que leurs références scolaires ne les aient pas menées vers de plus hauts sommets (Bourdieu, 1979, 409-414). Selon la trajectoire suivie, les individus appartenant aux fractions de la nouvelle petite bourgeoisie ont plus de chances de se trouver dans les espaces subordonnés des institutions de production et d’échange culturels. D’après Bourdieu, ce qui distingue le plus ces nouvelles fractions de classe est cependant l’ethos particulier présent dans les biens culturels qu’elles produisent et consomment. À la différence de la « vieille » petite bourgeoisie (symbolisée par la classe déclinante des artisans et des petits commerçants) qui cherchait à se distinguer des classes populaires par une éthique du sacrifice de soi et de la « vertu », la nouvelle petite bourgeoisie cherche son salut personnel et professionnel (et par là son sens de la distinction) dans un devoir de plaisir :

« À la morale du devoir qui, fondée sur l’opposition entre le plaisir et le bien, porte à […] la peur du plaisir et à un rapport au corps fait de « réserve », de « pudeur » et de « retenue », et qui assortit de culpabilité toute satisfaction des pulsions interdites, la nouvelle avant-garde éthique oppose une morale du devoir de plaisir qui porte à éprouver comme une échec, propre à menacer l’estime de soi, toute impuissance à « s’amuser », to have fun » (Bourdieu, 1980, 424)

11La fréquente adhésion des travailleuses du sexe de classe moyenne à une éthique de l’expérimentation et de la liberté sexuelles ne doit pas seulement être conçue en termes idéologiques, mais également comme une stratégie particulière de distinction de classe. Le fait que nombre de travailleurs du sexe de classe moyenne avec qui j’ai eu un entretien étaient célibataires sans enfant, et que la plupart revendiquait une sexualité multi-partenariale, bisexuelle et expérimentale n’a rien d’un hasard. Certains épousaient même une idéologie de fluidité sexuelle qui (lorsqu’ils possédaient le capital économique nécessaire) leur permettait d’être à la fois vendeurs et occasionnellement acheteurs de services sexuels. En opposition avec les valeurs d’ascétisme et de modération qui permettaient à la vieille petite bourgeoisie de s’élever dans l’échelle sociale (et qui permettaient de se distinguer des classes populaires, dont l’éthos rejette la « prétention » et l’ascension sociale), la nouvelle petite bourgeoisie regarde l’amusement, le plaisir et la liberté comme des idéaux éthiques justifiant une quête acharnée. Pour les membres de la nouvelle petite bourgeoisie, l’adhésion à ces idéaux est un moyen de se distinguer de l’ancienne petite bourgeoisie, une frontière invisible séparant des classes d’individus qui peuvent paraître au premier coup d’œil extrêmement proches.

Organiser l’échange pour favoriser l’authenticité

12Le sens de la distinction des travailleurs du sexe de classe moyenne dans leur travail peut aussi être perçu dans les types de situations professionnelles qu’ils privilégient. Comme les chercheurs Melissa Ditmore et Juhu Thukral (2005) l’ont observé, l’objectif habituel des travailleurs du sexe des espaces privés qui poursuivent leurs activités (quelle que soit leur classe d’origine) est de gagner leur indépendance professionnelle. Entrer dans cette industrie en travaillant pour quelqu’un d’autre et construire progressivement sa propre clientèle est une trajectoire courante. Si l’autonomie professionnelle était effectivement désirable pour les travailleurs de classe moyenne que j’ai rencontrés, d’autres critères relatifs à l’organisation du travail comptaient également pour eux. S’il leur arrivait de travailler comme employés dans des bordels, quelle que soit la durée de cet emploi, ils avaient tendance à quitter les établissements où on semblait entretenir une conception purement instrumentale du travail. Comme l’a écrit Bourdieu, les « marchands de besoin » de la nouvelle petite bourgeoisie « ne représentent si bien que parce qu’ils présentent bien et parce qu’ils croient dans la valeur de ce qu’ils présentent et représentent » (Bourdieu, 1979, 422). Bien que les travailleurs du sexe m’aient rapporté lors des entretiens un ensemble d’expériences de lorsqu’ils étaient sous la direction d’un tiers, les situations les plus inquiétantes ne concernaient pas des rapports de coercition violente ou un danger physique mais des circonstances illustrant le primat de l’intérêt économique et le manque d’authenticité – à l’opposé du sens des valeurs et de la distinction qui les avait attirés dans ce travail.

« La première fois que j’ai fait un massage, j’étais une vraie bleue. Je pense qu’il n’y avait pas beaucoup de camaraderie ou de partage du pouvoir entre les femmes. Je savais que c’étaient des hommes qui étaient propriétaires ou du moins à la direction et je ne pense pas que les commissions étaient justes… [Ça n’était] pas une situation d’empowerment... Je me souviens d’une expression en particulier : « graisser les porcs ». Je me souviens que je pensais en permanence à l’huile, au contact, je voyais les hommes comme des porcs. On ne parle pas dans ce cas d’un plaisir sans nuage. » (Diana, 38 ans)

« J’ai travaillé dans un établissement dans une sorte de quartier chic de Berkeley – alternatif mais friqué… Mais même s’ils agissaient comme si nous étions dans une coopérative – on devait faire le ménage, répondre au téléphone, il fallait faire la lessive pendant nos journées de travail, des choses que la tenancière ferait en temps normal – tout ce qu’ils faisaient c’était venir et prendre l’argent… Ils nous faisaient venir aussi à des réunions en plus de nos horaires habituels. Ces réunions n’étaient pas payées, c’était une perte de temps… Je suis finalement partie quand j’ai eu l’opportunité d’ouvrir ma propre affaire en ville. » (Amanda, 38 ans)

13Amanda est une travailleuse du sexe de San Francisco : quelques uns de ses amants passés et actuels sont ses « chauffeurs » (ils l’emmènent aux domiciles des clients extérieurs et l’attendent jusqu’à ce qu’elle ait fini), ils assurent aussi sa sécurité avec les clients à domicile (ils restent dans une pièce adjacente du lieu de travail qu’elle loue, prêts à intervenir en cas d’incident). Amanda aime appeler les trois hommes qui travaillent pour elle ses « sofa boys », dont l’activité principale consiste à s’asseoir sur le divan, discuter avec elle pendant les périodes creuses et l’aider à nettoyer à la fin de sa journée. Loin d’exercer une quelconque autorité sur elle, ce sont au contraire des amis qu’elle a recrutés comme employés. Pye, travailleuse du sexe militante et chroniqueuse de journaux originaire de Stockholm, décrivait également son environnement de travail actuel – un club de strip-tease qui fonctionne comme une (véritable) coopérative de travailleurs – dans des termes positifs d’un point de vue émotionnel. Pendant notre entretien, Pye expliquait que dans son club les travailleuses étaient proches les uns des autres comme de la direction, et qu’ils partageaient tous les salaires et les pourboires de manière égale : « Nous sommes comme des amis, une famille – une fille joue du violon ; une autre est dans un groupe de folk ; une autre étudie la littérature anglaise ».

Le rôle des nouvelles technologies

  • 3  Quand j’ai compté les annonces sur internet à San Francisco en 2001, il y en avait environ 3 000. (...)

14Malgré une forte tendance structurelle qui situe les femmes de toutes les classes sociales du mauvais côté de la « fracture numérique », l’internet a changé le modèle d’organisation dominant du commerce sexuel au bénéfice de nombreuses travailleuses sexuelles de classe moyenne. Comme plusieurs commentateurs l’ont noté, internet a permis au commerce sexuel de prospérer en améliorant l’accès à l’information des clients, mais aussi en favorisant les sentiments de communauté et de camaraderie entre des individus dont l’activité aurait sinon pu être perçue par d’autres (mais aussi par eux-mêmes) comme déshonorante (Lane, 2000 ; Sharp et Earle, 2003)3. Pour les femmes qui peuvent utiliser leur expérience et leurs compétences technologiques dans le travail sexuel, il est de plus en plus possible de travailler sans employeur, de mener son activité sans être inquiétée par la justice pénale, et de récolter de plus gros profits en ciblant une clientèle plus élitiste et plus spécialisée (Sanders, 2005a).

15Pendant notre entretien, Amanda a expliqué précisément comment les nouvelles technologies ont transformé sa pratique. Elle a raconté comment, après un bref passage dans un bordel de Berkeley où elle était constamment « écartée » par une clientèle majoritairement populaire « pour des femmes blondes, plus jeunes, avec de plus gros seins », elle a décidé de faire une nouvelle tentative dans le travail sexuel lorsqu’un ami lui suggéra de passer des annonces sur internet et d’avoir son propre lieu de travail :

« Aujourd’hui, je ne mets plus d’annonces que sur internet. Ça me permet d’avoir une clientèle sérieuse d’intellectuels, dont je peux prévoir les gestes et les manières de parler. Quand ils donnent un rendez-vous, ils s’y tiennent. Mes annonces attirent beaucoup de gens qui font ça pour la première fois. Je donne une impression de « sécurité », comme quelqu’un qu’ils connaîtraient déjà, puisqu’il est clair que je viens du même milieu qu’eux et que j’ai l’air facile à aborder. Les femmes blanches ayant fait des études, comme moi, attirent les intellectuels blancs ».

16Sybil, qui veut devenir danseuse, décrivait de la même manière son passage du bordel à l’indépendance :

« Au bordel, j’étais toujours sous-évaluée… J’étais toujours présentée en troisième ou quatrième position, être brune est un vrai handicap… Mais le bon point, c’est ce que Jennifer [la tenancière] m’a dit, et ça a été comme un coup de tonnerre, « Sybil, tu es assez vieille, tu es assez bonne, bon sang tu sais comment te vendre. Passe une annonce, bordel, et travaille à ton compte ». Je lui suis tellement reconnaissante. Pour moins que la commission d’un seul client chez Jennifer, j’ai créé quelque chose de fantastique, avec quelques mots, mes connaissances linguistiques et mes compétences en marketing ».

17En mettant des petites annonces sur des sites spécialisés, les membres peuvent cibler leurs annonces vers des clients qui sont intéressés par leurs caractéristiques physiques spécifiques (grosses, vieilles, asiatiques) ou par des services sexuels précis dans lesquels elles sont expertes (tantrisme, sadomasochisme, massage érotique). Une bonne partie de ces sites proposent des liens vers les sites de clients réalisant des critiques de leurs services, comme pour les restaurants ; d’autres des liens vers les blogs personnels d’escorts, où l’on trouve les réflexions quotidiennes des travailleuses du sexe, des fenêtres ouvertes sur leurs personnalités. Enfin il y a des sites communautaires aux sections confidentielles, où les petites annonces des travailleuses du sexe apparaissent simplement dans la section « services », discrètement glissées entre les rubriques d’assistance informatique, de calendrier des manifestations, des offres spécialisées et d’immobilier.

La professionnalisation du travail sexuel

18Comme le note Bourdieu, les membres de la nouvelle petite bourgeoisie ont adopté des « stratégies de reconversion » pour revendiquer une distinction sociale, en employant leur capital culturel pour professionnaliser des espaces marginaux du marché du travail et leur donner une signification personnelle et une valeur éthique (1979, 428). Lors des meetings de travailleurs du sexe auxquels j’ai assistés à San Francisco, les membres cherchaient à professionnaliser leur activité par des démonstrations d’« alternatives à la pénétration », des discussions sur de nouvelles techniques de pratiques sexuelles sans risques et des exposés d’études statistiques sur la présence du VIH dans les fluides corporels. Les meetings étaient également un lieu où les membres pouvaient se faire connaître les uns aux autres et faire circuler des documents comme des listes de « mauvais plans » (avec les noms et les numéros de téléphone de clients potentiellement dangereux) ; des conseils juridiques, financiers et fiscaux ; des recommandations pour une sexualité sans risques.

19Ces dix dernières années ont vu paraître un nombre considérable de guides imprimés ou en ligne qui dans cette optique diffusent à travers le monde les savoirs-faires accumulés (EscortSupport.com, 2004 ; Meretrix, 2001). Dans un guide populaire pour travailleurs du sexe indépendants, on trouve les chapitres « Bien vendre vos services », « Prolonger l’éducation sur le terrain » et « Planifier le futur » (Meretrix, 2001). Dans le même esprit, le « Guide pratique de l’escorting » publié par le site EscortSupport.com, contient une liste de questions fréquemment posées (par exemple « Quelle est la meilleure manière de sélectionner vos clients ? ») et des questions portant sur une « connaissance de soi » approfondie que les futurs travailleurs du sexe doivent se poser : « Avez-vous été attiré uniquement par l’argent ?... Avez-vous un rapport problématique au travail? [I]l y a bien trop de femmes dans ce métier qui pensent que tout ce qu’il faut pour réussir ce sont des seins et des fesses… » (EscortSupport.com, 2004).

  • 4  Sexualité pratiquée dans un cadre thérapeutique par des professionnelles (Ndt).

20Pour les travailleuses du sexe avec qui j’ai parlé, pratiquer un travail sexuel impliquait souvent une série de compétences distinctives qui pouvaient être acquises dans des formations. Plusieurs travailleuses m’ont parlé très clairement de leur acquisition délibérée de compétences dans le but d’améliorer leur travail sexuel et sa rentabilité. Ainsi, les formations pouvaient porter sur les massages comme sur la respiration yogique (utile, m’expliquait l’une d’entre elles, avec les clients intéressés par le sexe tantrique), ou encore sur des cours de sexualité de substitution4 et à la mobilisation consciente de compétences acquises dans des carrières précédentes. Zoey par exemple, diplômée du troisième cycle dans le travail social et ayant fait son internat, considérait que sa formation antérieure de thérapeute était indispensable pour son travail actuel de masseuse érotique :

« En réalité, j’ai toujours pratiqué ce travail en suivant un modèle psychothérapeutique… En tant que thérapeute, pour poursuivre mon travail avec des enfants ayant subis de nombreux traumatismes, j’ai dû travailler d’arrache-pied en coulisses, pour tenir bon et vraiment leur apporter quelque chose… Avec ma formation de thérapeute, je savais exactement comment faire ; donc j’ai transposé ça dans le travail sexuel aussi. »

21D’après Amanda, ce qui l’avait le mieux préparé pour le travail sexuel c’était les cours d’éducation sexuelle, le yoga, et des années d’enseignement en maternelle : « Même s’il n’y a pas de sieste, il s’agit dans les deux cas de communication non verbale. Et dans les deux, il s’agit souvent fixer des limites et ranger le désordre ».

22Outre des formations et l’acquisition de compétences, les travailleuses du sexe de classe moyenne ont d’autres usages stratégiques pour leur capital scolaire et culturel. Lisa a décroché son travail au salon de massage Sausalito après avoir « simulé un accent français et répondu à une annonce pour une européenne blonde ». Sybil, comme d’autres, souligne qu’elle choisit soigneusement ses clients et est parvenue à ne travailler qu’avec d’importants hommes d’affaires, une fois qu’elle a su « comment poser les bonnes questions ». Alors que beaucoup de femmes travaillant dans la rue disent que leurs relations hétérosexuelles précédentes, dans la sphère privée, étaient une préparation technique suffisante pour le travail sexuel (Bernstein, 2007 ; Høigård et Finstad, 1992 ; Maher, 1997), pour les femmes des classes moyennes, le capital culturel, les expériences professionnelles et les formations spécifiques constituent souvent les composantes indispensables du travail sexuel.

L’« authenticité limitée » et le moi unifié

23Ironie de l’histoire, c’est justement parmi les femmes et les hommes de classe moyenne – les plus ardents défenseurs de l’emploi du terme « travail sexuel » – que ce travail risque le plus d’empiéter sur la vie érotique et sentimentale « privée ». Celles et ceux qui ont combattus le plus âprement pour la reconnaissance politique et sociale de la prostitution comme un « travail » (et pas comme une violation singulièrement dégradante de l’individu) sont aussi ceux pour qui les relations sexuelles tarifées tendent à inclure une conversation intime, des activités sexuelles très diverses (caresses, toucher génital, cunnilingus et même parfois des baisers sur la bouche, plus qu’une simple pénétration ou fellation), nécessitent plus de temps passé avec chaque client (souvent au moins une heure, contre 15 minutes pour les prostitué-e-s de rue), et a plus souvent lieu dans l’intimité de leur domicile (voir également Lever et Dolnick, 2000). Les travailleurs sexuels de la classe moyenne se font payer à l’heure plus que pour des actes précis, ce qui rend leur travail sexuel diffus et extensif plus que circonscrit et expéditif.

24C’est avec l’essor du capitalisme industriel qu’a été consolidée l’institution de la prostitution moderne ; il s’agissait alors d’un commerce bon marché limitant les sentiments, où l’argent s’échangeait contre un assouvissement sexuel (Corbin, 1979 ; Rosen, 1982 ; Walkowitz, 1980). Des rencontres plus intimes avaient lieu, cependant, le développement à cette époque du système des maisons closes aboutit à l’émergence d’un nouveau paradigme du commerce sexuel, au taylorisme efficace. Par contraste, dans le paradigme postindustriel d’une (nouvelle) classe moyenne que j’ai décrite, les objets de l’échange comprennent souvent des éléments plus émotionnels, en plus du travail physique.

25Fixer un prix à la transaction constitue cependant un élément crucial de l’échange érotique, sur le plan émotionnel, moins que comme rétribution matérielle. Par exemple, les travailleuses du sexe m’ont rapporté qu’en « faisant un prix » ou en proposant des services gratuits à leurs clients favoris, elles ne parvenaient invariablement qu’à dégoûter ces clients qu’elles voulaient garder. Comme dans d’autres formes de services (thérapie, massage), les transactions commerciales fructueuses sont celles dans lesquelles les bases marchandes de l’échange permettent aux clients comme aux travailleurs de délimiter leur investissement émotionnel, même s’il arrive que certaines puissent aussi être temporairement subordonnées aux désirs du client d’avoir d’une relation interpersonnelle authentique. Comme l’explique la travailleuse du sexe militante et écrivaine Carol Queen :

« Nous créons des situations sexuelles avec des frontières très claires, pour nous comme pour nos clients. En fait, ces frontières claires sont l’une des choses pour lesquelles nous sommes payés… C’est la même chose avec un psychothérapeute ; vous payez quelqu’un pour lui raconter vos secrets, quelqu’un dont vous savez qu’il ne va pas vous juger et qui au moins ne vous interrompra pas au milieu pour vous raconter ses propres secrets. Au contraire, vous êtes au centre de son attention » (citée dans Chapkis, 1997, 77)

  • 5  Ouvrage non traduit en français (NdT)

26Depuis la publication de l’étude classique de Dean MacCannell, The Tourist5 (1976), les spécialistes du tourisme ont fait le lien entre le développement de l’industrie du tourisme et la quête de « l’authentique » dans un monde où le capitalisme est perçu comme ayant rendu « artificiels » toujours plus d’aspects de la vie sociale. Les théoriciens contemporains du tourisme, étudiant le penchant de la classe moyenne pour le tiers-monde ont poussé ces analyses plus avant en soulignant que pour les nouvelles classes moyennes en particulier, la quête de « l’authentique » dans les manières de consommer et de voyager accorde souvent aux consommateurs un sens de la distinction, celui d’être capable d’apprécier ce qui est « inaltéré » et accessible à quelques privilégiés seulement (Mowforth et Munt, 1998 ; Mullings, 2000 ; West et Carrier, 2004).

27Dans son étude sur les clients des clubs de strip-tease, Katherine Frank (2002) soulignait que les visites à ces clubs pouvaient être comprises comme une forme de « tourisme postmoderne » dans lequel les hommes mettent au premier plan la « vérité » (l’authenticité) dans leurs rapports avec les strip-teaseuses. Frank souligne que le désir d’authenticité des clients est perceptible malgré tous les simulacres postmodernes comme le maquillage, les costumes, les implants mammaires et les noms de scène (sans parler des transactions monétaires). Ce désir trouve son expression dans les préférences fréquemment exprimées des clients pour les danseuses exotiques qui ont un « look naturel », personnifient la « girl next door » et qui engagent facilement la conversation. Dans la même perspective, Sanders (2005b) a écrit sur les stratégies d’authenticité des travailleurs du sexe vis-à-vis de leurs clients.

28Mes propres recherches ont mis en évidence les efforts des travailleurs sexuels de classe moyenne pour construire l’authenticité : ceux-ci étaient visibles dans la manière dont ils décrivaient leurs tentatives pour simuler – ou même produire – des désirs, des plaisirs et un attrait érotique véritables pour leurs clients. Alors que dans certains cas cela ce traduisait plutôt par un « jeu superficiel » (comme pour Amanda, cf. l’extrait qui suit), cela peut aussi impliquer un travail émotionnel et physique dont le but est de fabriquer des liens authentiques (tout en étant éphémères), qui prennent la forme d’un désir sexuel, d’estime ou même d’amour. Alors que quelques sociologues ont vu dans le commerce du sexe une « intimité feinte » (Foote, 1954 ; Ronai et Ellis, 1989 ; Sanders, 2005b), de nombreuses travailleuses du sexe décrivent la mobilisation croissante de sentiments véritables dans leur travail, ce qu’Arlie Hochschild a nommé le « jeu en profondeur » et que Wendy Chapkis a décrit comme le « travail émotionnel » du sexe. Hochschild distingue les pratiques de « jeu superficiel » et de « jeu en profondeur » dans la vie sentimentale (2003, 92-93), et souligne que les métiers des classes moyennes demandent souvent « de comprendre et de ressentir les règles qu’on applique », tandis que les métiers des classes populaires « font plus souvent appel aux comportements externes des individus et à ce qu’ils produisent » (2003, 102).

« Quand j’ai commencé, j’aimais bien le sexe. J’allais au travail et « faire l’amour ». Maintenant je ne fais plus trop cette association. Mais j’ai l’impression que mes clients pensent qu’être un mec sympa veut dire être un bon amant. Ils me font ce qu’ils devraient faire avec leur petite amie. Ils me demandent par exemple ce que j’aime bien et s’excusent d’avoir joui trop tôt ! Donc je dois jouer le jeu. Apparemment, ils ne se doutent pas que le meilleur client est celui qui jouit tout de suite » (Amanda).

« J’ai remarqué que beaucoup de gens voulaient vraiment qu’on les regarde quand ils jouissent. Ils veulent vraiment ressentir ça. Tu sais, je comprends totalement ce désir et je veux pouvoir leur offrir ça. Donc j’ai appris qu’il faut les regarder profondément et avec beaucoup, beaucoup d’amour… Ils adorent, c’est super personnel, un truc que ferait une petite amie. Mais je pense que je leur offre simplement… l’amour de la terre, montant de mes pieds pour aller vers eux. Donc ils reçoivent de l’amour. Je ne fais que transmettre de l’amour » (Zoey).

29En plus de satisfaire les désirs d’authenticité limitée de leurs clients, de nombreuses travailleuses du sexe mettent un point d’honneur à ce que leur travail ait un sens pour elles-mêmes. Avec le développement récent des blogs, un nombre de plus en plus important de femmes des classes moyennes ont entrepris d’écrire sur leurs expériences dans le travail sexuel, les satisfactions et les déceptions qu’il procure. À la fois publicité pour leurs services et moyen d’expression personnelle, les blogs d’escorts se prévalent souvent de plusieurs centaines de membres. Sur l’un des blogs les plus populaires, Magdalene Meretrix décrit la réflexion qui sous-tend son travail sexuel comme « une combinaison de mysticisme, de méditation et de magie ». Pour Meretrix, son travail est clairement plus qu’une occupation : il s’agit d’« une composante essentielle de sa trajectoire spirituelle ». Dans le même esprit, une autre femme me disait qu’elle trouvait un sens et une authenticité dans le travail sexuel en n’offrant à ses clients que le genre d’expériences érotiques qu’elle-même aimait donner : « Je ne vais pas à ces séances pour apprendre à mes clients comment me donner du plaisir comme un amant ; ce que je leur apprends, c’est comment me donner du plaisir en recevant le service que j’offre ». Pour ces travailleuses du sexe, l’authenticité émotionnelle est explicitement incorporée dans le contrat économique, ce qui met en question l’idée d’une opposition entre la marchandisation et l’intimité présentés comme des « mondes hostiles », une idée qui a souvent prévalu dans les discussions sociologiques sur le sujet (Zelizer, 2005). Eva Illouz (1997) a largement décrit les enchevêtrements inextricables de l’amour érotique et de la société de consommation du capitalisme tardif. Plutôt que le « moi divisé » sur lequel s’appuient habituellement les prostituées car il facilite leur engagement dans le travail sexuel (Edwards, 1993 ; Høigård et Finstad, 1992 ; Perkins et Bennett, 1985), beaucoup de travailleuses de classe moyenne aspirent à un « moi unifié » sans divisions infranchissables entre « la scène » et « les coulisses » ou entre les sphères privées et publiques de leur vie érotique.

Conclusion

30Le groupe de travailleuses de classes moyennes postindustrielles que j’ai décrit remet en question un certain nombre des présuppositions habituelles sur les conséquences du commerce du sexe et l’impact possible de telles transactions sur le corps et la psyché des travailleuses du sexe. Ces travailleuses du sexe importent dans les échanges du commerce sexuel un ensemble de significations subjectives et de pratiques incorporées impensables dans les conjonctures historiques antérieures. Ces nouvelles significations et pratiques sont issues d’une remise en cause explicite des dualismes symboliques qui ont caractérisés le paradigme « moderne » du travail sexuel : le privé et le public, le domicile et le travail, la sexualité et le marché. Partie prenante de ces inversions culturelles, l’activité des travailleuses du sexe de classe moyenne ne peut être facilement réduite à une question de privations socio-économiques – du moins pas dans le sens habituel du terme.

31J’ai montré que les significations qu’elles ont données à leur activité sont liées à des possibilités engendrées par des conditions historiquement spécifiques. Parmi ces conditions, on retrouve une économie postindustrielle soutenue par l’évolution technologique, qui a rapidement fait monter le coût de la vie dans les centres urbains les plus recherchés, tandis qu’au même moment se développait un secteur de services hautement stratifié (où pour quelques emplois à temps plein, bien payés et difficiles d’accès, on trouve un nombre considérable d’emplois « pourris », précaires et à temps partiel). Ces évolutions économiques sont intimement liées aux nouvelles trajectoires intimes d’un nombre croissant de jeunes de classes moyennes de milieu urbain, qui repoussent l’âge du mariage ou de l’entrée dans la parentalité en attendant une certaine stabilité économique, ou qui refusent totalement les attendus de la monogamie hétérosexuelle.

32En conclusion et de manière plus générale, j’ai essayé dans cet article d’enrichir l’idée selon laquelle la marchandisation de la sexualité équivaudrait toujours à l’effacement de l’intimité émotionnelle et érotique. Un tel argument ne rend pas justice à la façon dont les sphères du public et du privé, de l’intime et du commercial se sont interpénétrées et en ont été transformées, faisant de la société de consommation postindustrielle un lieu d’échange possible de formes de relations authentiques, quoique d’une authenticité limitée.

33Article original : Elizabeth Bernstein, "Sex Work for the Middle Classes", Sexualities, vol.10 (4), 2007, pp. 473-488.

Haut de page

Bibliographie

BERNSTEIN Elizabeth, Temporarily Yours: Intimacy, Authenticity, and the Commerce of Sex, Chicago, IL, University of Chicago Press, 2007.

BOURDIEU Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.

CHAPKIS Wendy, Live Sex Acts: Women Performing Erotic Erotic Labour, New York, Routldege, 1997.

CORBIN Alain, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution (19e et 20e siècle), Paris, Aubier-Montaigne, 1979.

DITMORE Melissa, THUKRAL Juhu, Behind Closed Doors: an Analysis of Indoor sex in New York City, New York, Urban Justice Center, 2005.

DROGANES Constance, « Toronto the Naughty », National Post, 22 janvier 2000.

DUVAL SMITH Alex, « 40000 French Students Join Sex Trade to Fund Degrees », The Independent, 31 October 2006 (Europe), p.20.

Economist, « Sex, News and Statistics: Where Entertainment on the Web Scores », The Economist Online, URL, visité le 19 octobre 2000 : http://www.ecomist.com

EDWARDS Susan, « Selling the Body, Keeping the Soul: Sexuality, Power, and the Theories and Realities of Prostitution », in SCOTT Sue et MORGAN David (dir.), Body Matters: Essay on the Sociology of the Body, London, The Falmer Press, pp.89-104.

ESCORTSUPPORT.COM, Escorting Tip Guide, Sacramento CA, OJO Publishing, 2004.

FLORIDA Richard, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2004.

FOOTE Nelson, « Sex as Play », Social Problems, 1 (4), 1954, pp.159-163.

FRANK Katherine, G-Strings and Sympathy: Strip Club Regulars and Male Desire, Durham, NC, Duke University Press, 2002.

GIRL-X, « Will Moan for Rent Money », Hip Mama: The Parenting Zine, Special Issue on the Sex Industry (13), 1997, pp. 20-24.

GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, 1 : la présentation de soi, Paris, Les éditions de minuit, 1973.

HOCHSHILD Arlie Russell, The Commercialization of Intimate Life: Notes from Home and Work, Berkeley, University of California Press, 2003.

HØIGÅRD Cecilie, FINSTAD Liv, Backstreets: Prostitution, Money, and Love, University Park, Pennsylvania State University Press, 1992.

LANE Frederick, Obscene Profits: The Entrepreneurs of Pornography in the Cyber Age, New York, Routledge, 2000.

LEIGH Carol, Unrepentant Whore: Collected Works of Scarlot Harlot, San Francisco, Last Gasp, 2004.

LEVER Janet, DOLNICK Deanne, « Clients and Call Girls: Seeking Sex and Intimacy », in WEITZER Ronald, (dir.), Sex for Sale: Prostitution, Pornography, and the Sex Industry, New York, Routlegde, 2000, pp.85-103.

MCCALL Leslie, Complex Inequality: Gender, Class and Race in the New Economy, New York, Routlegde, 2001.

MACCANNELL Dean, The Tourist: A New Theory of the Leisure Class, New York, Schocken Books, 1976.

MAHER Lisa, Sexed Work: Gender, Race and Resistance in a Brooklyn Drug Market, Oxford, Oxford University Press, 1997.

MERETRIX Magdalene, Turning Pro: A Guide to Sex Work for the Ambitious and Intrigued, Emeryville, CA, Genery Press, 2001.

MILKMAN Ruth, DWYER Rachel E., Growing Apart: The “New Economy” and Job Polarization in California, 1992-2000, 2002 visité le 22 février 2003 : http://repositories.cdlib.org/ile/scl2002/MilkmanDwyer

MOWFORTH Martin, MUNT Ian, Tourism and Sustainability: Development and New Tourism in the Third World, New York, Routledge, 1998.

MULLINGS Beverly, « Fantasy Tours: Exploring the Global Consumption of Carribbean Sex Tourism », in GOTTDIENER Mark (dir.), New Forms of Consumption: Consumers, Culture, and Commodification, Lanham, MD: Rowan & Littlefield, 2000, pp.227-251.

NAGLE Jill, Whores and Other Feminists, New York, Routledge, 1997.

PERKINS Roberta, BENNET Garry, Being a Prostitute: Prostitute Women and Men Now, Sydney, Allen & Unwin, 1985.

PRIAL Dunstan, « IPO Outlook: “Adult” Web Sites Profit, Though Few are likely to Offer Shares », The Wall Street Journal, 8 mars, 1999, B10.

RONAI Carol Rambo, ELLIS Carolyn, « Turn-ons of Money: Interactional Strategies of the Table Dancer », Journal of Contemporary Ethnography, 18 (3), 1898, pp.271-298.

ROSEN Ruth, The Lost Sisterhood: Prostitution in America, 1900-1918, Baltimore, MD, John Hopkins University Press, 1982.

SANDERS Teela, Sex Work: a Risky Business, Devon, Willan Publishing, 2005a.

SANDERS Teela, « It’s Just Acting”: Sex Worker’s Strategies for Capitalizing on Sexuality », Gender, Work, and Organization, 12 (4), 2005b, pp.319-342.

SASSEN Saskia, « Global Cities and Survival Circuits », in EHRENREICH Barbara, HOCHSCHILD Arlie Russel (dir.), Global Woman: Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy, New York: Metropolitan Books, 2002, pp.254-275.

SCHOLTEN Jenny, BLAZE Nicki, « Digital Cleavage: Women are on the Wrong Side of the Gender Divide at Comdex », San Francisco Bay Guardian, 29 novembre 2000, URL, visité le 22 mai 2005 : http://sfbg.com

SHARP Keith, EARLE Sarah, « Cyberpunkers and cyberwhores: Prostitution on the Internet », in JEWKES Yvonn (dir.), Dot.cons: Crime, Deviance, and Identity on the Internet, Devon: Willan Publishing, 2003, pp.36-53.

WALKOWITZ Judith R., Prostitution and Victorian Society: Women, Class, and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

WEST Paige, CARRIER, James G., « Ecotourism and Authenticity. Getting Away from it All? », Current Anthropology, 45 (4), 2004, pp.483-491.

ZELIZER Viviana, The Purchase of Intimacy, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2005.

Haut de page

Notes

1  J’ai présenté une élaboration plus complète de certains de ces thèmes dans Elizabeth Bernstein, Temporarily Yours (2007).

2  Forme de danse érotique où la strip-teaseuse danse autour du client assis (Ndt).

3  Quand j’ai compté les annonces sur internet à San Francisco en 2001, il y en avait environ 3 000. En 2005, il y avait environ 5 000 annonces sur un seul site parmi les plus populaires – une indication grossière de l’expansion du commerce sexuel en ligne dans la ville.

4  Sexualité pratiquée dans un cadre thérapeutique par des professionnelles (Ndt).

5  Ouvrage non traduit en français (NdT)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Bernstein, « Travail sexuel pour classes moyennes », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1058 ; DOI : 10.4000/gss.1058

Haut de page

Auteur

Elizabeth Bernstein

Assistant Professor of Sociology and Women’s Studies,
Barnard College

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org