Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Sexe on-line. Animateurs, clients et production de scénarios sexuels

Sex on-line. Animators, customers and production of sexual scenarios
Elena Stoian

Résumés

Cette contribution cherche à rendre compte des logiques – pratiques et discursives – qui structurent les relations sexuelles sur « messagerie rose ». L’article décrit dans un premier temps les conditions de travail d’animateurs professionnels – hommes et femmes prestataires de services salarié-e-s en Roumanie. Ces employé-e-s sont inséré-e-s dans un ensemble de contraintes professionnelles qui structurent les échanges et qui cherchent à maximiser la rentabilité économique des connexions. L’article analyse ensuite un extrait de dialogue érotique pour penser les échanges sexuels. Les relations sont lues comme des discours mobilisant des scripts sexuels conventionnels, selon une temporalité qui prolonge dans l’ordre virtuel l’organisation des échanges dits « réels » (excitation, plateau, orgasme, résolution). Et en saisissant les techniques employées par les interactants pour produire et organiser ces échanges – tant du côté des consommateurs que des animateurs professionnels – cette contribution saisit les dialogues érotiques comme un travail sexuel dont il est possible de dégager le sens en combinant analyse de conversation et théorie des scripts sexuels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Outil d’interaction en temps réel par des messages écrits, entre anonymes, développé initialement p (...)

1Dans les années 1980, à l’occasion de la mise en place du réseau français Vidéotex, un nouveau dispositif d’interaction conviviale voit le jour : la messagerie-dialogue1. Rapidement, les utilisateurs transforment les messageries conviviales en un espace anonyme d’expression sexuelle, érotique, voire pornographique, appelé messageries roses. En constatant l’appétence du public français pour ce genre d’interactions, les entreprises télématiques inaugurent des services de messagerie. Pour maximiser la productivité et pour accroître le contrôle des interactions en ligne, les entreprises font appel – à l’insu des utilisateurs – à un personnel formé pour faire durer les conversations : les animateurs. Au milieu des années 1990, la diffusion de l’internet en France facilite la diversification de l’offre de services pour adultes (sites de « charme », érotiques ou pornographiques) ; les entreprises télématiques s’adaptent et proposent dorénavant des services équivalents sur le web, inspirés du modèle des messageries roses du Minitel.

2En quête d’une main d’œuvre bon marché, certaines entreprises délocalisent une part de leurs activités vers des pays francophones – et notamment l’animation. C’est ainsi qu’en 1996, une des plus importantes sociétés télématiques françaises dans le domaine du charme s’installe à Bucarest. À l’époque, cette entreprise se concentre encore sur des messageries Minitel qui, malgré la concurrence de plus en plus accrue de l’internet, réussissent à conserver leur clientèle. Mais au début des années 2000, la société se lance également sur le web avec quelques dizaines de services pour adultes, dits « de rencontres ». J’intègre alors la société et rejoins l’équipe des animateurs, en majorité des jeunes Roumain-e-s, hommes et femmes à part égale, majoritairement diplômé-e-s ou étudiant-e-s et très bons connaisseurs de la langue française. Depuis 2004, je mène un doctorat de sociologie à l’EHESS pour tirer profit de cette expérience personnelle passée en proposant une étude ethnographique du travail des animateurs.

3Le travail des animateurs consiste à produire des messages écrits dans le cadre de conversations intimes qui prennent souvent la forme de dialogues érotiques. Il doit concilier les attentes des clients (interactions sans tabous, rencontres dans le monde réel, etc.) et les exigences de l’employeur (maximisation du temps de connexion et rentabilité). Les animateurs doivent se faire passer pour des interlocuteurs classiques, sans révéler leur nationalité ni les motivations professionnelles de leur présence. Cet entre-deux asymétrique est problématique et pose question : le travail des animateurs doit apparaître aux clients non comme un engagement professionnel mais comme un divertissement sexuel. Dès lors, on peut s’interroger non seulement sur l’offre sexuelle produite par les animateurs, mais aussi sur ce que l'activité ainsi conçue retient des rapports sexuels ordinaires dans de telles conditions de techniques employées par les animateurs et d’analyser l’organisation interne des conversations. Dans quelle mesure ce travail conversationnel permet-il la standardisation des pratiques – comprises comme des savoir-faire spécifiques – évaluables selon des critères professionnels de jugement ?

  • 2 Pour une analyse des rapports de genre dans une entreprise similaire, à Toulouse, je renvoie à l’ar (...)

4Bien que centraux sur le terrain, les rapports de genre qui se dégagent de l’interaction entre les animateurs et les clients ne seront abordés que de manière périphérique dans cet article2. L’analyse s'appuie sur des données d'observation participante et des enregistrements de conversations dont un extrait sera plus spécifiquement analysé. La méthode de recherche utilisée pour les extraits s’inspire de l’analyse de conversation, développée par Harvey Sacks (Sacks, 1995) ; la topicalisation – ou thématisation (de l’anglais « topical talk ») – de la conversation sera particulièrement étudiée, ainsi que son organisation séquentielle. Ma réflexion s’inspire ensuite de la théorie des scripts sexuels, développée par John Gagnon (Gagnon, 2008) et William Simon (Gagnon et William, 1973) à la fin des années 1960, à l’Institut Kinsley. La conduite sexuelle, loin d’être une donnée naturelle, est davantage saisie comme un comportement appris par socialisation, et qui s’appuie sur des scripts ou scénarios définis comme « des schèmes cognitifs bien organisés ou des moyens heuristiques permettant de guider ou de corriger l’action » (Gagnon, 2008, 79-80). Au-delà du sexuel, c’est l’activité humaine qui est saisie comme une activité guidée par des scripts sans lesquels aucune activité symbolique ne serait possible. Dans le cadre de cette étude, la notion de scripts est plus limitée et renvoie davantage à une ressource conversationnelle dans la coordination de l’interaction discursive.

Le travail d’animateur

5Avant d’analyser l’organisation séquentielle d’une conversation tirée du corpus constitué, il convient de présenter quelques-unes des spécificités qui caractérisent les interactions entre les animateurs et leurs clients. Les chats érotiques sont des services payants dont le tarif s’élève, en 2004, à 1,34 euros par session plus 0,34 euros par minute ; mais la dimension marchande de la transaction est invisibilisée. Habituellement, les échanges observés n’abordent pas les questions liées à la rémunération des agents ou aux conditions de travail des animateurs. Au contraire, l'activité conversationnelle tisse progressivement la relation entre les clients et les animateurs en euphémisant toute dimension économique. Certes, les clients ne sont pas nécessairement dupes. Il n’est pas rare qu’ils soupçonnent le caractère construit et fabriqué des échanges et interrogent les animateurs à ce sujet. Pour autant, ceux-ci nient systématiquement leur rôle et poursuivent la conversation en adoptant le profil d’un interlocuteur non-professionnel.

6Pour que le dialogue ait lieu, animateurs et clients doivent ratifier le cadre de l’échange, s’accorder sur la situation de dialogue et se reconnaître comme interlocuteurs et potentiels partenaires sexuels. Pour les animateurs, l’enjeu central reste la maîtrise de la superposition entre une identité d’interlocuteur « connecté » – qu’il s’agit de mettre en scène dans le cadre de l’interaction conversationnelle – et le respect des normes et des contraintes entrepreneuriales qui régissent leur ethos professionnel. Ils doivent d’abord apparaître aux clients comme un connecté « normal » répondant aux attentes que l’on peut avoir de la part d’un partenaire conversationnel. Mais ils doivent également affronter le risque d’un dévoilement potentiel de leur identité qui conduirait à la mise en question de l’interaction. Les animateurs sont également contraints par les règles de l’entreprise qui s’appliquent dans le cadre des interactions et par la possible évaluation de leur prestation par leurs supérieurs hiérarchiques. Ils doivent donc éviter de reproduire dans les conversations des énoncés susceptibles d’être entendus comme des révélateurs de l’organisation qu’ils représentent et du rôle spécifique qu’ils occupent. Si les superviseurs accèdent aux conversations d’un animateur, ils évaluent son usage des techniques et des moyens conversationnels dont il peut se servir pour la réalisation de l’interaction et la satisfaction du client. Le temps moyen de connexion (TMC) est l’un des critères d’évaluation du travail des animateurs ; il se calcule en divisant la somme des minutes de consultation par le nombre de clients. Ce TMC sert d’outil de comparaison entre différentes périodes de connexion et apparaît comme un moyen de mesure de la satisfaction de la clientèle. Les animateurs sont d’ailleurs diversement appréciés dans l’entreprise (par leurs supérieurs et leurs collègues) en fonction de leurs performances minutées : le temps sert d’étalon pour mesurer les compétences conversationnelles, d’autant plus qu’il indique – dans le cadre de cette étude en Roumanie – la compétence acquise d’une langue étrangère.

7Les animateurs se représentent les clients comme des personnes capricieuses avec lesquelles l’interaction reste difficile ; il faut les « séduire » et faire preuve d’une compétence conversationnelle attractive. Mais ils les considèrent aussi comme des individus spécifiques – « les connectés » – pour lesquels le dialogue équivaudrait à une expérience sexuelle. Les connectés tendent à juger qu’ils ont un intérêt objectif à coopérer avec les animateurs afin de satisfaire leurs désirs sexuels dans un contexte où les rencontres physiques sont rendues impossibles. Cette impossibilité est d’ailleurs utilisée par les animateurs qui ont pour mission d’entretenir le « fantasme publicitaire » d’une rencontre en dehors du réseau, alors même qu’ils ne peuvent jamais le satisfaire. Un grand nombre de clients répondent à cette stimulation d’une possible réalisation, alors que le déroulement du dialogue rappelle pourtant régulièrement l’impossibilité d’une rencontre physique. L’interaction est construite comme un échange libertin, entre pairs. L’effet est renforcé par quelques médiations symboliques : publicité, noms de site (qui renvoient au sexe et à différentes pratiques sexuelles), pages d’accueil (images érotiques, messages alléchants, etc.). De même, les pseudonymes des participants au chat rappellent à tous et à eux-mêmes qu’ils participent d’un collectif de personnes sexuellement disponibles. Enfin, ces dispositifs de communication ont une histoire et demeurent dans la mémoire collective comme l’expression d’une sexualité « libérée » que certains essaient par curiosité.

Conversation et coordination des échanges sexuels

8Tous ces aspects fournissent les repères d’un script que les utilisateurs peuvent mobiliser au cours de leurs conversations en ligne pour en faire des échanges sexuels. Dans certaines situations les clients refusent pourtant de mobiliser ces scripts, malgré les efforts des animateurs qui tentent de donner les éléments nécessaires à leur déploiement. Le plus souvent, les animateurs et les clients se fournissent mutuellement des indices qui les informent « qu’ils sont "autorisés" à être excités ou à s’imaginer être en situation sexuelle » (Gagnon, 2008, 80), à la condition de produire des messages érotiques pertinents. Comme le précise John H. Gagnon « Le déroulement de ce qui doit être fait dans un acte sexuel dépend de la préexistence d’un script qui définit ce qui doit être fait avec une personne en particulier, dans telle ou telle circonstance, à tel ou tel moment, et les sentiments et les motivations qui sont appropriés à la situation (horreur ou plaisir, colère ou affection). En même temps, le script sert de guide pour déterminer s’il s’agit ou non d’une situation sexuelle et il contient les éléments qui vont mettre en relation la vie érotique et la vie sociale en général » (Gagnon, 2008, 78).

  • 3 Pour l’évolution de la législation en matière de pudeur publique et de sexualité en public, voir : (...)

9Pour illustrer ces échanges sexuels, je reproduis une conversation réalisée sur un chat érotique, où A. est l’animateur et C. le client. Les cultures façonnent un rapport différencié à la sexualité et aux représentations sexuelles. En Europe de l’Ouest, les manifestations sexuelles en public sont le plus souvent évitées car elles risquent d’outrager la pudeur3. Ainsi, un langage parallèle a été créé pour exprimer la sexualité et rend l’appréhension des discours particulièrement délicate. Dans le cadre d’une comparaison des récits sur l’initiation sexuelle à Paris et à Rio de Janeiro, Michel Bozon constate par exemple que les manières de se rapporter à la sexualité dans les deux espaces culturels diffèrent : « Dans le récit brésilien, les contacts corporels et les actes physiques de l'amour sont présentés spontanément et sans détour, et décrits concrètement. Dans le récit français, par ailleurs très détaillé par rapport aux autres entretiens dont nous disposons, l'activité des corps n'est évoquée que de façon très euphémisée et indirecte » (Bozon, 1996, 44). À l’inverse, le chat érotique – garantissant l’anonymat des interlocuteurs et se focalisant de manière explicite sur la sexualité – est un cadre qui autorise les interlocuteurs à utiliser un langage sexuel direct. Pour les animateurs roumains, la distance que produit l’usage d’une langue étrangère facilite également la réalisation de l’interaction en libérant partiellement la parole sur la sexualité.

10La conversation reproduite ci-dessous a eu lieu sur un chat hétérosexuel, le 11 mars 2004, quelques minutes après 21h, heure à laquelle commence la tranche de nuit (22 h à Bucarest). Elle s’est déroulée pendant 4 heures entrecoupées d’interruptions signalées dans l’extrait. Les spécificités stylistiques d’une conversation électronique ont été respectées (syntaxe, grammaire, orthographe,) ; si elles peuvent rendre la lecture plus difficile, elles respectent les particularités de ce type d’échange. L’animateur (A) est un homme qui joue le rôle d’une femme, le client (C) est un homme.

  • 4 Les conversations sont souvent interrompues par des déconnexions, accidentelles ou automatiques (po (...)

1. A. : bisous partout que cherches tu de beau ici ?
2. C. : toi par exemple
3. A. : je suis etonnee tu me dis tes attentes ?
4. C. : pourqois etonnee
5. A. : parce que tu me repousses
6. C. : pas du tout mal percu ma reponse
7. A. : excuse moi on recommence a zero ?
8. C. : ok me presente C. et toi ?
9. A. : enchantee, C. je suis danielle
10. C. : tu recherche quoi sur le reseau ?
11. A. : je cherche un mec coquin pour moments de detente et toi ?
12. C. : meme chose mais au feminin
13. A. : tu es seul depuis longtemps ?
14. C. : separe depuis 1 ans et toi ?
15. A. : et tu veux t'en remettre ?
16. C. : il vaut mieux tu ne croix pas ?
17. A. : si j'en suis sure et certaine
18. C : tu cherche quoi chez un homme ?
19. A. : je cherche des massages
20. C. : a pour ca je suis un specialiste
21. A. : tu as des mains expertes et tres baladeuses ?
22. C. : affirmatif tres doue pour satisfaire tes desirs
23. A. : je n'attends que ca je veux que tu me pelotes et soupeses les seins
24. C. : demande que ca il suffit de rejoindre dou est tu ?
25. A. : de paris et toi ?
26. C. : de la banlieux , essonnes dep 91
27. A. : je connais assez bien
28. C. : a oui tu traivaille dans le coin ? je suis de …
29. A. : je travaille dans le tourisme [déconnexion de C.4]

30. C. : et bin cest tout leffet que je te fait merci
31. A. : quel effet me fais tu en ce moment ?
32. C. : a toi de me le dire ?
33. A. : qu'est ce qui t'interesse plus exactement ? [déconnexion de A.]

34. C. : hello je te croyais partie ?
33. A. : non je suis revenue moi aussi apres une coupure
34. C. : decidement ya pas que moi
35. A. : certes mais tu es coupe plus vite que moi ?
36. C : me porte la poisse. deconnecté. ou en etion nous avant coupure, a oui au massage je crois
37. A. : un massage de mes epaules ou de mes fesses ? je ne me rappelle plus
38. C. : comencon par les epaulles en descandan peu a peu quan pense tu ?
39. A. : bonne idee je veux que ta bouche s'attardent sur mes seins tandis que tes mains descendent sur mon dos
40. C. : no problemo mai je prefere le reel au virtuel pas toi ?
41. A. : si certes mais ce soir je ne veux que du virtuel avec un h imaginatif
42. C. : pouquoi pas ma langue sur tes seins champagne sur le ventre , je descend pour mennivrer de toi , la suite apres la pub
43. A. : hi hi tu t'enivres de mon nectar qui commence a ruisseler sous tes coups de langue !
44. C. : appetissan tout ca tu aime la creme chantilly cest au prochain chapitre
45. A. : j'en raffole de ces jeux de nourriture !
46. C. : hummm ! mmmm ! gourmande avec ca te rassure moi aussi le minou chantilly nuttella mon desser prefere
47. A. : je veux que tu me leches ensuite a fond
48. C. : rien ne se perd avec moi suis tres econnome laisse tout bien lechee
49. A. : oui je veux que tu me leches partout
50. C. : te lecher ecarte un peu plus que ma langue rentre un peu plus loin
51. A. : tu ecartes les levres epaisses de mon clito et tu me fouilles comme un malade
52. C. : suis tout exite davoir ma langue en toi hummmmmmm; tu la sens
53. A. : ta langue je la sens dans ma vulve et tes doigts entre mes fesses rebondies
54. C. : je met mes doigts dans ta vulve e ma langue entre tes fesse ohooooo ouiiiiiiiiiiiiiiii quel pied
55. A. : tu me penetres par des coups saccades de ta langue et me fais pousser de longs gemissements de plaisir hmmmm
56. C. : tu aime ca pas pres de te lacher toi encoreeeeeeeeeeeee
57. A. : je veux que tu me lapes la chatte et m'effleures les fesses avec tes doigts humides
58. C. : slurp men leche les levres quel pied de tentendre hurler de plaisir il reste du champagne pour finir de te lecher partout
59. A. : je veux que tu me leches a fond [déconnexion de C.]

60. C. : coupure en plaine action desole te leche toujour a fond en te carressant les seins te passe un peut de nuttella jai tres faim ce soir
61. A. : oui je veux que tu mettes du nutella sur ma vulve durcie
62. C. : ta vulve en est pleine me regale prete pour le reste
63 A. : oui elle va te ventouser a fond
64. C. : ventouse moi jen peu plus dattendre vais te prendre par derriere te faire crier attention au voisin ca vas dechirer hooooooooooooooooo ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
65. A. : je m'en fous royalement je ne pense qu'a toi et a ta queue qui me penetrera a fond !
66. C. : tu en veut encore tu vas pas etre decus tien prend et encore et encoreeeeeeeeeeeeeeeeeee ho.......... je prend mon pied
67. A. : tu me fais hurler de plaisir avec ta quuee oui je m'eclaute comme une salope !!!!
68. C. : et pas trop vite pas fini avec toi fait que commencer , je vais et je vien je prentd tes seins avec ma langue ton minou avec ma queu la nuit vas etre longue
69. A. : je veux que tu commences a me penetrer la chatte avec ta langue et me mordilles les tetons jusqu'a ce qu'ils durcissent
70. C. : ho ca promet ta chatte me fait mouller suis tout humide
71. A. : tu me feras mouiller avec la pointe de ta langue
72. C. : ma laugue te penetre tourne autour de ton clito ca coule hummmmmmmmmm
73. A. : ta langue me defonce
74. C. : gourmande vas !........ et pour le reell ?
75. A. : oui pour le reel aussi j'espere que tu es aussi chaud que moi en ce moment car je sens que je ne pourrai pas en avoir assez de tz queue76. C. : chaud un oeuf cuirais sur moi en ce moment rencontre ou ca ?
77. A. : tu as raison je veux en profiter [déconnexion de C.]

78. C. : hello toi on a pas finis , rencontre toi et moi pour finir en reell ok ? [probablement A. ne répond plus, préférant un dialogue avec C. sous un autre pseudonyme, ou peut-être C. a envoyé son message avant la déconnexion]

79. C. : alor cherie apres le moment toride tu me lache come ca pas sympas
80. A. : si tu veux que je te parle la condition principale est que tu m'ecrives des messages !!! arrete ce cirque de mauvais gout !
81. C. : ok dac

  • 5 « Our business is to try to construct the machinery that would produce those occurrences. That is, (...)
  • 6 Comme le note l’auteur, il ne faut pas confondre la parole topicale avec la parole sur un certain t (...)

11Comment les animateurs et les clients arrivent-ils à produire de telles conversations ? Selon quelles règles ? Et pour produire quels effets ? Comme l’a écrit Harvey Sacks : « Notre travail est d’essayer de déterminer le mécanisme qui a pu produire ces occurrences. C'est-à-dire de trouver et de nommer certains objets, certaines règles pour leur utilisation et le lieu où ces règles produisent leurs effets. Et nous considérons également la conversation per se, en examinant les règles de séquentialisation »5 (Sacks, 1995, 113). De 42 à 77, les protagonistes produisent des énoncés descriptifs de gestes et d’actions qui prennent place dans le commerce intime entre deux amants. Ces échanges se rapprochent de ce que Harvey Sacks appelle un « topical talk »6, qui peut s’étendre à plusieurs tours de parole produits à tour de rôle par les deux participants au dialogue, chacun rajoutant de nouveaux détails. Comme l’ont remarqué Yannick Chatelain et Loick Roche (2005), les scénarios sexuels s’appuient sur un procédé stylistique précis : l’hypotypose. Il s’agit d’une « figure de style qui consiste en une description réaliste, animée et frappante de la scène dont on veut donner une représentation imagée » (Chatelain, Roche, 2005, 95). Les participants au chat érotique appellent ces conversations où les interlocuteurs mettent en scène un échange sexuel un « scénario » qu’ils distinguent des conversations moins explicites. Ils estiment que les scénarios leur permettent de remplir leurs objectifs, à savoir augmenter la durée des échanges. Or, tout se passe comme si l’engagement du client dans le scénario verbal l’empêchait de s’extraire du dialogue avant la fin de l’échange sexuel virtuel. En effet, et comme l’ont montré John Gagnon et William Simon, les scripts sexuels ont une puissance contraignante normative sur les participants (Gagnon, 2008, Gagnon et Simon, 1973). Qui plus est, l’organisation de la conversation en paires adjacentes (comme la paire question-réponse) ou l’orientation des participants vers la préservation d’un thème de discussion, relève de ce qu’Harvey Sacks nomme la « complétude » qu’il conçoit comme une règle sous-jacente de l’organisation d’une conversation. Ainsi, message après message, scénarios sexuels et conversations (topiques) s’organisent tous deux autour d’une logique de complétude qui impose la poursuite de la conversation et permet l’augmentation du temps moyen de connexion.

12La longueur de cette parole topicale peut surprendre. De la ligne 42 jusqu’à la ligne 77, les interlocuteurs se lancent dans « l’interprétation » d’une partie sexuelle, avec de longs préliminaires (caresses, attouchement intimes, sexe oral) qui précèdent un coït rapidement annoncé (en deux étapes seulement) : « 64. C. […] vais te prendre par derriere te faire crier… 66. C. (…) je prend mon pied ». Suit ensuite le déroulement de l’acte pénétratif : « 68. C. et pas trop vite pas fini avec toi fait que commencers, je vais et je vien je prentd tes seins avec ma langue ton minou avec ma queu la nuit vas etre longue », puis sa conclusion (69-74). Ce scénario tend à démontrer la permanence des scripts sexuels acceptables et la temporalité des actions qui doivent s’enchaîner selon un ordonnancement institué. On en retrouve une version savante dans la description scientifique du « cycle de la réponse sexuelle » de Masters et Johnson, pour lesquels l’acte sexuel est organisé en plusieurs étapes : excitation, plateau, orgasme et résolution (Gagnon, 2008, 79).

13Cette représentation du scénario comme acte sexuel complet va à l’encontre de l’analyse du service sexuel dans la prostitution où l’acte sexuel serait morcelé, décomposé en pratiques distinctes, chacune ayant son tarif propre. Paola Tabet voit dans cette fragmentation du rapport sexuel et du corps de la prostituée en territoires tarifés l’incapacité masculine à penser la sexualité féminine : « Cet acte qui dans l’hérérosexualité apparait comme une donnée d’évidence, un parcours naturel et prédeterminé dont le but final est la pénétration/éjaculation/fécondation se révèle n’être qu’un usage global du territoire corporel féminin dans l’indifférence aux exigences de chaque femme » (Tabet, 2004, 103). Pour leur part, les animateurs n’ont pas l’impression d’offrir leur sexualité dans le cadre du scénario. Il apparaît davantage comme un exercice d’imagination dont l’efficacité repose sur la force des détails excitants et la longueur des tours de parole. On retrouve ici l’idée selon laquelle la durée d’un rapport sexuel serait proportionnelle à sa qualité. Les animateurs parviennent d’ailleurs à enchaîner les scénarios sexuels y compris lorsqu’ils se concluent par la jouissance (discursive) des interlocuteurs. Ainsi, après avoir mis en scène une partie sexuelle complète, l’animateur peut reprendre le déroulement complet d’une séquence avec le même client, si celui-ci est toujours en ligne. Les conversations reproduisent d’ailleurs certains schèmes pour satisfaire des clients dont les fantasmes sont répétés et réguliers.

Jeux érotiques

14En analysant des conversations naturelles, Harvey Sacks a noté une certaine régularité dans les techniques utilisées pour introduire des thèmes dans la conversation (Sacks, 1995, 535-546.). Les individus introduisent le thème qu’ils valorisent en fonction des tours de paroles antérieurs et cherchent systématiquement à maximiser l’impact de leurs interventions. Il n’est pas toujours facile d’introduire un scénario sexuel, y compris sur un chat érotique. Le dialogue érotique ou les interventions explicites sont ainsi réservés à une certaine temporalité et à certains interlocuteurs. Ces séquences érotiques occupent une position particulière dans l’économie générale des conversations étudiées et renseignent sur l’interaction sexuelle et les jeux d’anticipation qui structurent les dialogues érotiques.

15Les animateurs estiment qu’un scénario « réussi » dépend de la compétence conversationnelle de leur interlocuteur. La capacité des clients à s’engager dans un scénario est valorisée par les animateurs, si tant est qu’ils maintiennent une certaine distance par rapport à leur engagement érotique. Ainsi, pour les animateurs, la qualité des échanges est évaluée en fonction de l’investissement des clients – qui doivent savoir prendre au sérieux le jeu de l’interaction sexuelle – alors qu’eux-mêmes restent dans un rapport distancié à une pratique routinisée. Cette compétence s’acquiert par la pratique et la socialisation professionnelle ; elle permet aux animateurs de s’effacer derrière le fantasme qu’ils représentent pour ne pas se sentir mis en cause par les sollicitations et les propositions sexuelles. Or cette distinction ne va pas de soi et les débutants parviennent difficilement à tisser des dialogues sexuels alors même qu’ils maîtrisent le vocabulaire nécessaire.

  • 7 Les auteurs s’appuient à leur tour sur des observations antérieures faites par Emanuel Schegloff et (...)

16Les scénarios semblent dériver de l’interrogation « qu’aimes-tu faire durant l’amour ? », vers le fantasme « ce que je ferais si j'étais avec toi », puis l’affirmation « voilà ce que je (te) fais maintenant ». Le passage d’un registre à un autre se fait en quelques tours de parole. Les interlocuteurs n’introduisent un nouveau thème dans la conversation qu’à partir du moment où il semble adéquat et apparaît comme naturel7. Ainsi, et contrairement à une idée reçue, le thème de la sexualité n’est pas introduit sans une certaine préparation visible dans les tours précédant la discussion érotique proprement dite. Douglas Maynard et Don Zimmerman appellent « le problème de la pertinence » cette évaluation de la pertinence qu’ont les interactants dans le passage d’un registre à un autre (Maynard et Zimmerman, 1984). Plusieurs types de parole sexuelle peuvent être distingués et repérés dans les conversations entre animateurs et clients : allusions au sexe et à la sexualité (1), échanges sur le sexe (2) et production conjointe de scénarios sexuels (3). Il s’agit d’un travail rituel analogue aux actes sexuels en face-à-face.

17Le dialogue sexuel démarre ainsi par une pré-séquence dans laquelle l’un des interlocuteurs tend à produire l’un des énoncés suivants : « qu’est-ce tu recherches ici ? », « comment es-tu physiquement ? », « décris-toi », « qu’est-ce que tu aimes faire ? ». Pour les habitués des chats érotiques, ces énoncés apparaissent comme le signe d’une volonté de s’engager dans un dialogue plus explicite. Par exemple, à la ligne 19 de l’extrait mentionné, l’animateur introduit à la demande du client le thème « massage ». Après déconnexion, le client engage une courte négociation en demandant des précisions et une proposition de programme : 38 C : « Comencon par les épaules en descandant peu à peu qu’en penses-tu ? ». La proposition est acceptée par l’animateur qui lance un « désir » (39) que le client interprète comme une invitation à partir de laquelle il établit des conditions, en exprimant sa préférence pour le réel par rapport au virtuel. Mais il cède aux propositions de l’animateur et passe à un acte virtuel en se lançant certes dans le scénario, mais en conservant une certaine distance par rapport à ce qu’il annonce : « Pouquoi pas ma langue sur tes seins, champagne sur le ventre, je descends pour m’ennivrer de toi, la suite après la pub ».

  • 8 Erving Goffman a largement étudié les présupposées de l’interaction verbale qui conditionnent le su (...)

18Les chats érotiques mettent en contact des personnes anonymes qui ne se sont jamais rencontrées. Pour pouvoir interagir, les interlocuteurs font appel à une connaissance qu’ils supposent partagée8. Dans le cadre d’un dialogue entre anonymes, comme c’est le cas pour notre corpus, cette nécessité pose question. Comme l’expérience de l’interaction conversationnelle est la seule qu’ils partagent, les interlocuteurs sont obligés de se référer non seulement à la situation, mais aussi à ce qui en est dit avant (présentations, descriptions, informations sur soi-même) et à ce que le contexte permet de partager. C’est ainsi que l’on peut interpréter l’énoncé « qu’est-ce que tu cherches ici ? » – qui suit de près les formules de salutations – comme un signal aux fonctions multiples : sélection des partenaires de discussion, structuration des attentes, sollicitation d’un thème de discussion, etc.

19La parole érotique surgit dans le cadre de relations intimes. Ainsi, au cours de l’interaction conversationnelle, les participants se montrent mutuellement des signes d’intimité ou de distance, qui favorisent ou, au contraire, découragent les développements sexuels. Le déroulement de la conversation au fil des tours de parole permet aux animateurs de trouver le meilleur moment pour proposer une sollicitation sexuelle. L’initiative des dialogues sexuels n’appartient pas exclusivement aux animateurs même s’ils tendent à en garder la maîtrise. L’analyse du vocabulaire utilisé par les participants donne la mesure du travail fourni pour instituer une atmosphère d’intimité, propice au développement des scénarios sexuels (les formules d’adresse, la divulgation de préférences intimes, etc). En retour, l’occurrence de dialogues sexuels contribue à qualifier la relation entre les interactants comme une relation d’intimité qui facilite la reproduction des échanges.

20Le plus souvent, les scénarios sexuels sont immédiatement précédés de répliques-questions qui interrogent sur les préférences amoureuses (« category activity ») (Sacks, 1995, 300). Une réponse est attendue. Si le partenaire répond brièvement, il empêche le changement de registre. L’effort entrepris pour démarrer un scénario sexuel se prolonge pendant plusieurs tours de parole préparatoires. Dans l’exemple cité, l’enjeu des séquences de présentation réside moins dans le recueil d’informations biographiques que dans la construction d’une relation entre partenaires sexuels potentiels. Après un court segment de discussion au cours duquel les participants se reconnaissent comme interlocuteurs, l’un des interactants produit une question précise sur un type particulier d’activité sexuelle ; le déroulement futur de la conversation dépend de la réponse fournie. Une réponse positive appelle des développements supplémentaires qui entrent ensuite en jeu dans la co-construction du scénario. À l’inverse, une réponse négative limite le déroulement de l’interaction sexuelle et rappelle que les « territoires du moi » restent protégés par des « réserves d’information » (Goffman, 1973) sur lesquels il est possible de jouer pour contrôler le déroulement des échanges. Dans le cadre des chats érotiques, l’accès aux « territoires du moi » des interlocuteurs est relativement facilité car, du moins en ce qui concerne les animateurs, la plupart des informations « personnelles » sont vraisemblables mais fictives. Néanmoins, l’accès à l’intimité de l’autre ne se fait pas sans un certain rituel qui rappelle la permanence des dispositifs conversationnels, dont les participants saluent l’occurrence et sanctionnent l’absence.

Amour virtuel et routines de travail

21L’analyse des chats érotiques et des conversations qui s’y déploient permet de rappeler le rôle des scripts dans l’organisation des échanges sexuels. Pour autant, la particularité des « chats roses » réside dans l’utilisation de nouvelles technologies qui modifient le rapport au corps, à la sexualité et aux désirs. De nombreux travaux sur les usages sociaux des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) qualifient ce type d’échange de « cybersexe » (Chatelain, Roche, 1999, Lardellier, 2004) ou de sexe virtuel. Ces travaux mettent surtout l’accent sur les transformations que la mise à distance des corps introduit dans l’interaction, soit pour faire l’éloge de la liberté qu’introduisent les NTIC, soit pour dénoncer leurs effets anti-sociaux. Pour David Le Breton : « Dans le cybersexe, l’Autre n’existe pas, reconnu radicalement dans sa dimension de leurre, il est écarté au profit de signes, pure image relayée par une banque de données qui procure le sentiment de réel ; la sexualité télématique invente une dimension élégante et postmoderne de l’onanisme en faisant de l’image mentale un résidu archaïque au profit de la simulation, c’est-à-dire d’un hors lieu ni mental, ni réel tout en étant l’un et l’autre. Relation autiste à la sexualité, effacement du corps et de l’Autre désirable au profit d’un jeu de signes puissamment investis » (Le Breton, 1999, 174). En insistant sur l’écart qui sépare le corps à corps amoureux et des interactions électroniques jugées appauvries et stériles, le contenu concret de ces deux manières de « faire l’amour » a paradoxalement été peu étudié. Or, une analyse par approche « scripturale » des comportements sexuels permet justement d’invalider la pertinence de cette opposition pour se concentrer davantage sur leurs points communs. D’après John Gagnon et William Simon, le soubassement social du comportement sexuel est formé de scripts qui fonctionnent à plusieurs niveaux (culturel, interactionnel et individuel). À l’époque de sa formulation, cette approche avait pour objectif de rompre avec le sens commun en s’écartant d’une lecture biologique et psychanalytique de la sexualité. Il s’agissait au contraire d’une approche sociologique des comportements sexuels où les scripts définissaient non seulement les actions mais également la perception de ce qui relève ou non du sexuel. De ce point de vue, la situation d’interaction animateurs-clients sur le chat érotique peut être appréhendée comme un script sexuel, comme une façon d’organiser les comportements qui autorise les interlocuteurs à s’attribuer des rôles et à éprouver du plaisir à la lecture de certains propos, y compris lorsqu’ils ne sont pas sexuellement explicites. Les sciences sociales pointent régulièrement l’existence de variations culturelles et individuelles dans la définition de ce qui procure du plaisir et du désir sexuel (actes, partenaires, objets, parties du corps, etc.). (Zatz, 1997, 281). Or le travail des animateurs consiste justement à savoir jouer de ces scripts, en les traitant comme la matière première de leur activité routinière. En créant l’illusion d’un échange réciproque et d’un univers sans interdits, ils découvrent les préférences sexuelles de leurs clients pour les exploiter durant la conversation.

22En étudiant un extrait particulier j’ai souhaité mettre en avant l’organisation des échanges. Elle se retrouve d’ailleurs dans de nombreuses situations analogues du corpus constitué. Plusieurs moments se succèdent : tout d’abord, des échanges préparatoires (salutations, présentations, échanges divers) dans l’attente d’une réplique de l’animateur ou du client qui puisse fonctionner comme une amorce de scénario érotique; un scénario érotique ensuite dont le déroulement suit de près le script classique des rapports sexuels (préliminaires, pénétration, orgasme) ; puis une séparation des deux interlocuteurs marquée par une volonté de rupture ou le désir inverse d’une rencontre ultérieure. La temporalité de chacune des étapes dépend de la disponibilité du client et de la compétence professionnelle de l’animateur qui doit parvenir à maximiser le temps de connexion sans révéler la dimension commerciale de l’interaction. Ce travail routinisé se heurte parfois aux reproches de clients déçus ou à des aléas techniques (déconnection accidentelle du client), mais elles permettent de structurer les interactions sexuelles selon un modèle suffisamment efficace pour assurer la réunion de contraintes à priori contradictoires. Et les animateurs conjuguent ainsi compétences discursives, sexuelles et managériales pour satisfaire les fantasmes d’une clientèle qui se laisse prendre au jeu commercial d’une sexualité tarifée.

Haut de page

Bibliographie

ABADIE Michel, Minitel story, les dessous d'un succès..., Paris, Favre, 1988.

BOZON Michel, HEIBORN Maria Luiza, « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à Paris », Terrain, n°27, 1996, pp. 37-58.

BOZON Michel, « Observer l'inobservable : la description et l'analyse de l'activité sexuelle », in BAJOS Nathalie, BOZON Michel, GIAMI Alain, DORÉ Véronique et SOUTEYRAND Yves (dir.), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, 1995, pp. 39-56.

BROCHIER Christophe « Le travail des prostituées à Rio de Janeiro », Sociologie du travail, vol. 46, n°1, 2005, pp. 75-113.

CARPENTER Laura, « From Girls into Women: Scripts for Sexuality and Romance in Seventeen Magazine, 1974-1994 », The Journal of Sex Research, vol. 35, n°2, 1998, pp. 158-168.

CHAKER Saloua, « Entreprise ‘nor-mâle’ cherche femme pour production de contenus à valeur ajoutée. Ethographie d’une société de messageries rose », Travailler, vol. 1, n°9, 2003, pp. 133-161.

CHATELAIN Yannick, ROCHE, Loick, In bed with Web. Internet et le nouvel adultère, Paris, Editeur Chiron, 2005.

DE FORNEL Michel, « Une situation interactionnelle négligée : la messagerie télématique », Réseaux, vol 7, n°38, 1989, pp. 31-48.

GAGNON John H, Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris, Editions Payot, 2008.

GAGNON John H., « Scripts and the coordination of sexual conduct », in COLE James K., DIENSTBIER Richard (dir.), Proceedings of the Nebraska Symposium on Motivation,1973, Lincoln, University of Nabraska Press, 1974.

GAGNON John, SIMON William, Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine, 1973.

GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Editions de Minuit, 1973 (1971).

GOFFMAN Erving, Façons de parler, Paris, Minuit, 1987 (1981).

GOFFMAN Erving, Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit, 1988.

IACUB Marcela, Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique (xixe-xxie siècle), Paris, Fayard, 2008.

JOUËT Josiane, « L’écran apprivoisé : La télématique et micro-informatique à domicile », Réseaux, n° hors série, 1987.

LABOV William, Le parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs des États-Unis, Paris, Editions de Minuit, 1993 (1978).

LABOV William, « Some Further Steps in Narrative Analysis », The Journal of Narrative and Life History, vol. 7, n°4, 1997, pp. 395-415.

LARDELLIER Pascal, Le cœur NET. Célibat et amours sur le Web, Paris, Belin, 2004.

LE BRETON David, Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999.

LICOPPE Christian, « L’évolution des centres d’appel téléphoniques des agences de voyage sur internet », Réseaux, n°114, 2002, pp. 119-151.

LICOPPE Christian et al., « Contribution à une sociologie des échanges marchands sur internet », Réseaux, n°116, 2002, pp. 97-140.

LICOPPE Christian, « La construction conversationnelle de l’activité commerciale. “Rebondir” au téléphone pour placer des services », Réseaux, n°135-136, 2006, pp. 125-159.

MAYNARD Douglas W., ZIMMERMAN Don H., « Topical Talk, Ritual and the Social Organization of Relationship », Social Psychology Quarterly, vol.49, n°4, 1984, pp. 301-316.

PARENT Colette, BRUCKERT Chris, « Le travail du sexe. Oppression ou travail », in DORVIL Henri (dir.), Problèmes sociaux, Tome IV : Théories et méthodologies de l’intervention sociale, Québec, Presse de l’Université de Québec, 2007, pp. 119-141.

SACKS Harvey, Lectures on Conversation - (1964 – 1972), Oxford UK, Cambridge USA, Blackwell Editions, 1995 (1992).

SCHEGLOFF Emmanuel A., SACKS Harvey, « Opening up closings », Semiotica, vol. 8, n°4, 1973, pp. 289-327.

TABET Paola, La grande arnaque, Paris, l’Harmattan, 2004.

VELKOVSKA Julia, « Les formes de la sociabilité électronique. Une sociologie des activités d’écriture sur internet », thèse de doctorat, sous la direction de Louis Quéré, Paris, EHESS, 2004.

ZATZ Noah D., « Sex Work/Sex Act: Low, Labor, and Desire in Constructions of Prostitution », Signs, vol. 22, n°2, winter, 1997, pp. 227-308.

Haut de page

Notes

1 Outil d’interaction en temps réel par des messages écrits, entre anonymes, développé initialement par l’équipe informatique du journal les Dernières Nouvelles d’Alsace, à Strasbourg, dans le cadre de l’expérience télématique Arestel en 1982.

2 Pour une analyse des rapports de genre dans une entreprise similaire, à Toulouse, je renvoie à l’article de Saloua Chaker (2003).

3 Pour l’évolution de la législation en matière de pudeur publique et de sexualité en public, voir : Iacub (2008).

4 Les conversations sont souvent interrompues par des déconnexions, accidentelles ou automatiques (pour les clients une session dure 30 minutes, au bout desquelles ils sont déconnectés). Les discontinuités peuvent aussi être expliquées par un abandon volontaire de la conversation.

5 « Our business is to try to construct the machinery that would produce those occurrences. That is, we find and name some objects, and find and name some rules for using those objects, where the rules for using those objects, will produce those objects. And we also consider conversation per se, looking at the rules for sequencing in conversation ».

6 Comme le note l’auteur, il ne faut pas confondre la parole topicale avec la parole sur un certain topic (sujet ou thème), dont l’organisation est différente. C’est faire la distinction entre parler dans le sujet et parler sur un sujet qu’un participant à la conversation a proposé à un moment donné (Sacks, 1995, 753-762).

7 Les auteurs s’appuient à leur tour sur des observations antérieures faites par Emanuel Schegloff et Harvey Sacks, « Opening up closings ». Semiotica, vol. 8, n° 4, 1973, p.289 – 327 ; l’introduction d’un nouveau thème dans la conversation en cours est produite de telle façon qu’elle puisse répondre à la question « pourquoi ça maintenant ».

8 Erving Goffman a largement étudié les présupposées de l’interaction verbale qui conditionnent le succès d’une communication (Goffman, 1987).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Stoian, « Sexe on-line. Animateurs, clients et production de scénarios sexuels », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://gss.revues.org/1128 ; DOI : 10.4000/gss.1128

Haut de page

Auteur

Elena Stoian

Doctorante en sociologie
EHESS et Université de Bucarest
CEMS – Centre d’Étude des Mouvements Sociaux
Institut Marcel Mauss
UMR 8178 CNRS – EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org