Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

La prostitution sur Internet : Entre marchandisation de la sexualité et contractualisation de relations affectives

Prostitution on the Internet: Between commodification of sexuality and emotional contractual relations
Sylvie Bigot

Résumés

L’essor des nouvelles technologies de l’information et des communications a modifié le paysage prostitutionnel ces dernières années, notamment en favorisant le développement de l’escorting, une forme de prostitution alliant de l’accompagnement et des services sexuels. Pour comprendre ce qui est en jeu dans ce type de relations tarifées, des escort-girls, des escorts-boys mais aussi des clients ont été interrogés. De l’analyse de leurs discours émergent trois conceptions de la relation prostitutionnelle : l’escorting comme forme de domination, l’escorting comme relation de service et l’escorting comme relation affectivo-sexuelle à durée limitée.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la mesure où l’échange d’argent contre une prestation sexuelle définit l’acte prostitutionnel, la prostitution constitue une transaction marchande telle que la définit Florence Weber : une transaction dont le prix dépend de la rencontre entre l’offre et la demande (Weber, 2000, 87). En apparence, les relations prostitutionnelles se ressemblent toutes : après s’être mis d’accord sur le tarif et la prestation, une personne en paye une autre afin de bénéficier d’acte(s) sexuel(s). Toutefois, au-delà de cette ressemblance, l’acte sexuel tarifé revêt différentes significations, car comme le rappelle Alain Giami : « en dépit de la similarité du répertoire limité des activités corporelles habituellement associées avec le sexuel, il n’y a pas de similitudes dans les significations associées aux conduites par des individus différents dans une même collectivité ou dans des collectivités différentes » (Giami, 2008, 29).

  • 1 Les méthodes utilisées pour cette recherche et la population enquêtée sont présentées en annexe.

2Dans la mesure où elle allie des prestations d’accompagnement et des prestations sexuelles, la prostitution par Internet, également connue sous le nom d’escorting, présente des contours extrêmement flous : il ne s’agit pas d’une pratique homogène et unifiée (Bigot, 2008). Comprendre ce qui s’échange dans une relation prostitutionnelle nécessite avant tout de comprendre comment les clients et les personnes prostituées la conçoivent. En s’appuyant sur la perspective théorique des scripts de la sexualité élaborée par Gagnon et Simon (1986) qui « permet d’organiser et de mettre en relation ce que les gens pensent, ce qu’ils font et comment ils sont influencés par le contexte socio-économique dans lequel ils vivent » (Gagnon, 2008, 130), cet article accorde une place centrale aux perceptions et aux catégorisations des individus eux-mêmes. En effet, l’analyse des discours de clients, d’escort-girls et d’escort-boys recueillis dans le cadre d’une recherche doctorale1 montre qu’à partir de références culturelles, de leur parcours biographique mais aussi de leur expérience de la relation client/escorte, chacun élabore sa propre définition de l’escorting. Au final, ces différentes définitions se regroupent en trois grandes conceptions de l’escorting : l’escorting comme l’expression d’une domination, comme relation de service et comme relation affectivo-sexuelle à durée déterminée.

Une relation de domination ou quand le corps de la femme est perçu comme une marchandise

3En 1960, la France ratifie la Convention Internationale du 2 décembre 1949 « contre la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui » qui stipule dans son préambule que « la prostitution et le mal qui l'accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et mettent en danger le bien-être de l'individu, de la famille et de la communauté ». Se faisant, la France entre dans le régime dit abolitionniste. Pour les tenants de ce courant de pensées, la prostitution est l’expression d’une double domination qui s’exerce principalement sur les femmes. L’exploitation sexuelle est en effet doublée d’une domination par l’argent : « le rapport à l’argent fait appel aux mêmes jeux de rôles que ceux institués par le système patriarcal. L’acheteur est celui qui domine » (Schaff, 2007, 27).

4Que l’on partage ou non cette vision des choses, force est de constater que malgré les avancées obtenues grâce aux combats féministes, notamment dans les années 1970, les inégalités entre les hommes et les femmes persistent. Les médias et la publicité continuent d’exploiter le corps féminin et les constats que dresse John Gagnon de la société américaine ne sont guère éloignés de la situation française :

« Les représentations des femmes dans les médias en général, et plus particulièrement dans les représentations sexuelles, proposent des modèles qui créent un climat général d’absence de respect à l’égard des femmes (…). L’inégalité des sexes favorise un mépris pour les femmes qui peut s’exprimer dans le domaine sexuel » (Gagnon, 2008, 114).

  • 2 Les escort-boys rencontrés n’ont pas mentionné avoir déjà eu affaire à des client(e)s violent(e)s (...)
  • 3 En fait, il ne s’agit pas du corps de « la » femme, mais de certaines femmes, puisque ces hommes (...)

5De fait, quasiment toutes les escort-girls2 mentionnent effectivement l’existence de clients « dominateurs » qu’elles qualifient également de « pervers ». Saïd Bouamama, lui, les nomme des « décalés de l’égalité » et des « acheteurs de marchandises » (Bouamama, 2004). Il s’agit d’hommes estimant que l’évolution de la condition féminine entraîne une inégalité en faveur de ces dernières. Par la prostitution, ils cherchent à réaffirmer la domination qu’ils n’arrivent plus à exercer sur les femmes. Pour eux, le corps de la femme3 est comme une marchandise à consommer, à dominer et ne mérite aucun respect, aucune attention.

6Ces clients « dominateurs » peuvent faire preuve de violence envers les escort-girls en leur imposant par exemple des actes sexuels qu’elles jugent dégradants.

Léa, 25 ans, se souvient avoir rencontré des clients très agressifs : « Y’en a, mais c’est des brutes quoi ! Et dans ces cas-là, il faut vraiment énormément se méfier, parce que c’est super-dangereux, tu peux te faire violer. Tu peux vraiment te faire violer. Et ça, quand ça arrive, c’est horrible ».

7En outre, l’argent renforce le sentiment de domination. La maxime ne dit-elle pas que le client est roi ? « Le pire client, c’est celui qui pense que parce qu’il paye, il a le droit de tout » affirme Pascaline, une escort-girl de 28 ans : en payant, ce genre de client se sent puissant, viril, il assigne la prostituée au rôle de dominée.

8Les escort-girlsqui ont commencé les relations tarifées par obligation financière et qui jugent cette activité dégradante et salissante déclarent davantage que les autres avoir rencontré de manière récurrente des clients « dominateurs ». Ayant peu confiance en elles, ces jeunes femmes intériorisent l’idée que les clients sont rois et se sentent obligées de se soumettre à leurs moindres désirs : « J'ai longtemps cru que le fait de demander du fric en contrepartie d'un service sexuel donnait tous les droits aux hommes que je rencontrais » (Coralie, 36 ans, ancienne aide-soignante). De plus, cherchant à se préserver du client et à cloisonner leur activité prostitutionnelle, elles limitent leur implication personnelle dans la relation escorte-client et ont tendance à laisser le client instrumentaliser leur corps. Autrement dit, la relation de service devient un rapport serviciel (Jeantet, 2003), dans lequel le prestataire de service, en l’occurrence l’escort-girl, est réduit à une position de dominée. Elleest alors « au service » de son client, ce qui n’est pas la même chose que de « rendre service ». Ces femmes se sentent alors instrumentalisées, voire s’auto-instrumentalisent : à force de considérer que le client paye une marchandise, elles risquent de se considérer elles-mêmes comme telle :

« Après tu as l’impression qu’on te considère vraiment que comme un objet. Ça c’est… Faut réussir à se persuader, faut énormément se respecter à côté de ce que tu fais, pour te dire que tu n’es pas qu’un objet, que pour les hommes, tu n’es pas qu’un trou » (Léa, escort-girl, 25 ans).

9Ce ressenti n’est pas typiquement féminin : selon Michel Dorais (2003) les hommes prostitués homosexuels « à la dérive » voient leur estime d’eux-mêmes (déjà faible) diminuer au fil de leur pratique prostitutionnelle.

10L’exercice d’un pouvoir sur l’autre dans la relation tarifée émane-t-il forcément du client ? À en croire certaines escort-girls, rien est moins sûr. En effet, celles qui ont choisi librement d’exercer l’escorting et maîtrisent leur activité ont le sentiment d’inverser le rapport de pouvoir. Parce qu’elles font payer le client, qu’elles fixent les règles et les conditions de la rencontre, elles estiment dominer leur client qu’elles réduisent à sa position de demandeur de services sexuels dont elles ne satisfont d’ailleurs pas toujours la demande. Sacha, une escort-girls de 32 ans, prend plaisir à remettre en place les clients qui veulent jouer les dominateurs. Elle démontre que c’est elle qui détient le pouvoir :

« Quand le mec il commence à te dire : “Oui, j’ai payé”, alors là c’est le genre de choses qu’il ne faut jamais me dire. “Ah oui tu as payé ? Tu vas voir !!” (Rires), Tu vas voir pourquoi t’as payé ! (Rires), pour te faire baiser ! Et rester sur place comme un con, ça c’est clair ! Moi, faut pas qu’il me dise ça, le mec. T’as payé mais tu peux t’asseoir gentiment dessus ! » (Sacha, 32 ans).

11L’objectif est bien de reprendre la main, de renverser le rapport serviciel : c’est la prostituée qui exploite le besoin du client, et non l’inverse. Ce ressenti est encore plus fort chez les escort-girls qui sélectionnent très activement leurs clients, comme le rappelle Eva Clouet : « l’acheteur – le client – n’est doncpas dans la position de celui qui dispose, mais bien de celui dont l’escorte accepte ou non de disposer » (Clouet, 2008, 104).

  • 4 La lecture des travaux de Paola Tabet montre toutefois que les rapports sexuels ne sont jamais to (...)

12Contredisant le discours abolitionniste selon lequel c’est le client qui domine dans la relation prostitutionnelle, certaines escort-girls sont persuadées de dominer leur client puisqu’elles font payer des actes sexuels, actes socialement considérés comme devant être gratuits4. Dans son deuxième livre auto-biographique, Sacha Love revient sur cette question. Pour elle, il n’y a pas de doute, c’est la prostituée qui détient le pouvoir :

« Le rapport de l’argent donne un rapport de pouvoir, car dans cette rencontre, l’homme paie, cela n’est pas gratuit ; c’est différent d’une relation où c’est l’homme qui manipule, frappe, dirige… Là c’est vous qui décidez en annonçant que cela va lui coûter tant et que c’est sous vos conditions » (Love, 2007, 97).

13Les escort-girls qui, comme Sacha, expriment de manière très nette leur sentiment de pouvoir dans la relation d’escorting ont souvent fait l’expérience par le passé de la domination masculine (maltraitance infantile, violence conjugale…). Loin d’être vécue comme une nouvelle forme de domination, leur pratique prostitutionnelle est alors l’occasion de faire payer les hommes, au sens propre comme au figuré.

14Appréhender les relations tarifées sous l’angle de la domination et des relations de pouvoir n’est pas l’unique façon de concevoir l’escorting : le registre du service est également mobilisé par des clients et des escort-girls et boys.

Une relation de service ou quand la sexualité devient un bien de consommation

15Dans les sociétés de marché généralisé que sont les sociétés occidentales, la sexualité tend à devenir un bien de consommation comme un autre, comme le fait très justement remarquer Claude Javeau : « L’emprise de la marchandisation n’a pas manqué de prendre pour cible les choses du sexe » (Javeau, 2007, 73). En outre, l’ère industrielle laisse place au développement du tertiaire : nous sommes dans l’ère des services, et notamment des services à la personne. Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que la sexualité, dont les médias ne cessent de vanter les bienfaits, devienne un service. Certes, le fait que la sexualité fut longtemps taboue et sacralisée ne prédispose guère à faire sienne l’idée de « services sexuels ». Pourtant, certains de nos voisins européens ont déjà validé et mis en pratique ce concept : en Suisse et aux Pays-Bas, la profession d’assistante sexuelle pour personnes handicapées est reconnue. « L’épanouissement sexuel est devenu une valeur individuelle, inscrite dans le champ de la santé et considérée comme un droit qui n’est jamais acquis définitivement » souligne ainsi Alain Giami (2002, 29). Rappelons en effet que depuis 1972 l’Organisation Mondiale de la Santé reconnaît le concept de « santé sexuelle » et en fait une composante à part entière du bien-être auquel chaque individu a droit. Certains vont encore plus loin et proposent l’idée de « services sexuels coopératifs et solidaires » : il s’agirait de créer un cadre nouveau « non pas pour satisfaire une supposée ‘pulsion irrépressible des mâles’ mais pour reconnaître qu’il est nécessaire à certains moments et pour certaines personnes de faire des expériences sexuelles spécialisées » (Boullier, 2003, 44). Certes, le statut de « médiateur sexuel » n’est pas encore créé, mais certain(e)s se posent déjà en prestataires de services sexuels. Dès lors, comme le fait remarquer Claude Javeau : « Le fait que la prostitution consiste en un marché, que ses agentes se font rétribuer pour ce qui apparaît, en terme de transaction, comme un “service” sexuel, facilite, de la part du client, la quête de cet épanouissement et de cette innocence » (Javeau, 1996). C’est dans ce contexte que des hommes et des femmes proposent, sous l’appellation d’escort-boy/girl, un service à la carte répondant précisément aux attentes de leurs clients.

16Bien que la relation de service ne soit pas totalement dénuée de relation de pouvoir – les positions de celui qui sert et celui qui est servi ne sont pas interchangeables ; relations de service s’inscrivent dans des rapports sociaux de classe – raisonner en termes de service sexuel permet à certains clients de mettre de côté les questions morales soulevées par une approche en termes de rapport de domination : ils estiment qu’ils ne font rien de mal en allant voir une prostituée puisqu’ils ne font qu’acheter un service. Pour certains, avoir une relation avec une femme déjà en couple est finalement bien plus condamnable que de payer une prostituée. C’est ce qu’exprime Arnaud, un client de 34 ans :

  • 5 Pour Arnaud, une femme libre signifie une escorte indépendante, libre de tout proxénète. Les clie (...)

« Je pense ne rien faire de mal en allant avec des femmes libres5. Pas de contraintes, pas de compte à rendre, pas d'explications à donner, pas de mensonges. Seulement du plaisir et de l'exceptionnel. Cela n'est pas comme voler ou emprunter la femme d'un ami ».

17Ces clients ont une vision récréative de la sexualité (Welzer-Lang, 2004) : il s’agit avant tout de s’amuser, de se divertir. La sexualité devient alors comme n’importe quel bien de consommation. Gérard adhère cette conception qu’il aimerait voir partager par le plus grand nombre :

« Ceci est un service acheté, je le compare à un plaisir comme un autre, pas à une aventure. […] Je suis un peu étonné que depuis les temps les plus reculés, l'être humain a sans cesse cherché l'amélioration de son plaisir, confort, etc. De nos jours, c'est de pire en pire, on fait la promotion de la gastronomie, des voyages, de la mode, des voitures, des plaisirs audiovisuels, etc. Et le plaisir sexuel, qui fait partie de notre génétique, la promotion se fait sous le manteau. Nous parlerons tous de notre dernier voyage, de notre dernier repas gastronomique, de notre dernière bonne bouteille de bon vin, mais jamais de notre dernière extase sexuelle. Tout cela pour en venir au fait que ces femmes vous procurent autant de bonheur que le virtuose de la gastronomie, ou le créateur du dernier costume à la mode ».

18De leur côté, les escort-girls et boys qui adhèrent au concept de service sexuel ne jugent pas leur activité dégradante, bien au contraire. Signalons que la plupart de ces hommes et femmes ont suivi des études de commerce et/ou ont déjà fait l’expérience de monter leur propre entreprise. On peut alors se demander si leurs parcours scolaire et professionnel ne les prédisposent pas à adhérer à l’idée que l’achat et la vente de services sexuels constituent un commerce comme un autre. Ils ont une vision commerciale, mercantile, des choses et ne sont pas choqués par l’idée d’être rémunérés en échange d’une prestation sexuelle ou d’un accompagnement :

« Je considère que si une personne veut que quelqu’un vienne pour assouvir ses fantasmes, pour un massage ou pour un accompagnement ben… y’a rien de gratuit dans la vie… » (Luis, 29 ans, consultant).

19L’acte sexuel est perçu comme un service méritant rétribution : l’argent reçu des clients n’est pas ressenti comme l’expression d’une domination mais comme la rémunération d’une prestation qui se veut de qualité.

20Ces escort-girls et boys que l’on pourrait qualifier « d’entrepreneurs » se posent très clairement en prestataires de service. La vente de services d’accompagnement et de services sexuels est considérée comme un travail ou une activité lucrative annexe à une activité professionnelle principale. Bien que pouvant trouver un certain plaisir – y compris sexuel – dans les relations tarifées, les « entrepreneurs» prennent bien soin de distinguer ce qui relève de la sphère marchande de ce qui relève de la sphère intime. Ainsi certaines pratiques sexuelles sont-elles réservées au (à la) petit(e) ami(e), et interdites avec les client(e)s. L’exemple le plus connu est celui du baiser qui n’a de sens que dans le cadre d’une relation amoureuse :

« Le baiser signe la complicité avec l’autre, l’engagement réciproque de deux personnes dans un rapport amoureux dont le terme n’est pas fixé par contrat. Il est synonyme d’amour et représente la véritable intimité » (Gil, 2005, 364).

21Ne pas embrasser le/la client(e), c’est mettre une barrière entre l’activité prostitutionnelle et la pratique hors prostitution, entre les client(e)s et les petit(e)s ami(e)s, entre l’espace public et l’espace privé (Pryen, 2002). Les lignes de partage dépendent ensuite de la manière dont les escort-girls et boys définissent ce qui relève de l’intime. Pour certain(e)s, ce sera le baiser, pour d’autres la sodomie :

« La sodomie par exemple, ça je ne le fais pas. Parce que moi j’adore, mais je préfère me garder un espace perso, et puis la plupart ne savent pas préparer, ils ne savent pas faire. Je préfère me le garder avec mon chéri qui sait très bien le faire (rires) » (Pascaline, escort-girl, 28 ans).

22Pour les escort-girls et boys qui se posent en prestataire de services, les rapports sexuels tarifés diffèrent de ceux qui ne le sont pas, dans leur contenu mais aussi dans leurs significations. Notons cependant que les « entrepreneurs » sont capables de jouer la comédie pour répondre au mieux aux attentes de la clientèle et se comporter en petit(e) ami(e), si tel est son désir, dans la limite cependant des règles que l’escort-girl/boy s’est fixées.

23En appréhendant l’escorting en termes de services sexuels, les escort-girls et boys fixent le contenu d’un service qu’ils vendent à des client(e)s pour qui la sexualité est un bien de consommation. Une autre vision est possible : considérer l’escorting comme une relation affective et sexuelle déterminée.

« L’escorting, une relation affectivo-sexuelle à durée déterminée où la sexualité est source d’épanouissement personnel »

24La relation prostitutionnelle est l’archétype d’une relation sexuelle désengagée : plus encore qu’une relation sans lendemain, elle n’engage pas les partenaires l’un envers l’autre ni ne suscite d’attentes au-delà du temps imparti et déterminé au préalable. En ce sens, Marcela Iacub et Patrice Maniglier affirment qu’elle est la plus gratuite qui soit puisqu’elle ne génère pas de dettes (Iacub, Maniglier, 2005). Les clients mariés ne disent-ils pas qu’il est plus simple de payer une prostituée que d’entretenir une relation extraconjugale ? Si la maîtresse peut réclamer de devenir la compagne légitime, la prostituée, elle, restera discrète : c’est le deal. Avec une escort-girl, ils peuvent recréer les conditions et l’ambiance d’une relation « amant maîtresse », les risques en moins. Les clients « récréatifs relationnels » autrement dit ceux pour qui l’ambiance globale de la rencontre est toute aussi importante, si ce n’est plus, que la relation sexuelle en elle-même, apprécient particulièrement les escort-girls acceptant de passer avec eux plusieurs heures, voire une soirée ou un week-end. La rencontre suit alors le scénario d’une relation amoureuse débutante dans laquelle les deux partenaires commencent à se découvrir. Aimé, un client de 52 ans, se souvient :

« Le plaisir venait doucement au restaurant (elle avait des mimiques et des poses aguichantes, elle faisait tout son cinéma pour me plaire, ça l'amusait beaucoup) et quand nous rejoignions l'hôtel et montions dans la chambre, j'avais l'impression d'être amoureux. J'étais très excité. J'ai adoré ces moments ».

  • 6 Le terme amatrice est à prendre dans les deux sens : « Personne qui a du goût pour quelque chose, (...)

25Cette conception est partagée par certaines escort-girls.Dans une société qui promeut la sexualité au rang de valeur permettant l’épanouissement de soi, desescort-girlsque l’on pourrait qualifier « d’amatrices»6 utilisent les relations tarifées comme un moyen de vivre leur sexualité, voire leurs fantasmes, sans s’engager sentimentalement dans une relation amoureuse. On pourrait objecter qu’aujourd’hui les femmes n’ont pas besoin de payer, ni même de faire payer pour vivre des relations désengagées. Au nom d’un idéal d’épanouissement sexuel, la dissociation relations sexuelles - sentiments amoureux est en effet aujourd’hui valorisée, y compris chez les femmes. Dès lors, pourquoi tarifer les relations sexuelles ? Pour les escort-girls « amatrices », l’argent permet de contractualiser la relation, de préciser clairement les attentes de chacun, ce qui n’est pas toujours le cas dans une relations d’un soir dans laquelle l’un des deux partenaires peut espérer un investissement sentimental. La relation d’escorting est au contraire une relation affectivo-sexuelle contractuelle à durée déterminée.

26De plus, bien que la société soit plus permissive à l’égard de leur sexualité, les femmes s’exposent encore aux critiques et au stigmate de salope, voire de putain dès lors qu’elles ont une vie sexuelle très active (Combessie, 2008). L’escorting apparaît alors comme un moyen de vivre en toute discrétion une sexualité active, d’autant plus que l’argent permet de lever les inhibitions. En effet, parce qu’elles sont rémunérées, ces femmes se sentent autorisées à dévoiler et vivre leurs fantasmes sexuels. En un mot, elles bravent les interdits. La prostitution est l’occasion de « se démarquer de l’image de “petite fille modèle” » (Clouet, 2008, 147).

27Contrairement aux « entrepreneurs»,les limites entre sphère marchande et sphère intime sont plus bien floues pour les « amatrices »qui ne conçoivent pas l’escorting comme un travail mais plutôt comme un type de relation permettant d’allier sexualité, affection et argent. Dès lors, elles ne posent pas les mêmes interdits en matière de pratiques sexuelles, suivent davantage leurs propres envies et restent elles-mêmes dans la relation avec le client. Ce dernier n’est d’ailleurs pas dénommé « client », les « amatrices » préfèrent parler de « rencontres » et « d’hommes ».

28Toutefois, bien que les limites entre sphère marchande et sphère intime soient fluctuantes et bien que la relation tarifée s’apparente à une relation affective, la relation d’escorting n’en demeure pas moins une relation contractuelle dont l’argent vient préciser le pourtour et le contenu. Client et escort-girl se servent de l’argent pour délimiter le cadre de la rencontre et les rôles de chacun. Autrement dit, même si la relation tarifée ressemble à s’y méprendre à une relation affectivo-sexuelle ordinaire, la présence d’argent change la donne. Les propos de Lucie évoquant un homme qu’elle a rencontré dans le cadre de l’escorting et qu’elle a beaucoup apprécié en sont une parfaite illustration : « S’il ne m’avait pas payée, j’aurais été déçue qu’il ne rappelle pas ».

29Arrêtons-nous un instant sur le cas de cette femme. Fonctionnaire, elle s’est mise en disponibilité pour reprendre des études universitaires et s’est lancée dans l’escorting parallèlement pour répondre, selon ses propres termes, à une « détresse matérielle et une détresse amoureuse ». En effet, elle a essuyé une grosse déception amoureuse, puis a essayé sans grande satisfaction les relations sans lendemain avant de s’orienter vers les relations tarifées. Elle reconnaît avoir clairement des attentes sexuelles lorsqu'elle rencontre son premier client. Ainsi, lorsqu’elle dit, à propos d’un homme qu’elle a particulièrement apprécié : « S’il ne m’avait pas payée, j’aurais été déçue qu’il ne rappelle pas », Lucie traduit ce qu’est pour elle la relation tarifée. En faisant payer le temps passé auprès d’elle, Lucie cadre la relation : celle-ci a un début et une fin programmée. Parce que la relation est contractuelle, elle ne peut rien attendre de plus de cet homme. Lucie ne trouvait pas satisfaction dans les relations d’un soir car elle espérait toujours au fond que la relation devienne sérieuse : en effet, si l’on reprend la théorie des orientations intimes de Michel Bozon (2001), le comportement sexuel de Lucie s’apparenterait plutôt au modèle de la sexualité conjugale : elle ne peut se donner entièrement que si la relation a du sens pour elle, c’est-à-dire s’inscrit dans le cadre d’une relation affective potentiellement durable. Dès lors, introduire de l’argent rend plus acceptable le caractère éphémère de la relation et redonne du sens à la relation sexuelle dont elle tire alors plus facilement satisfaction. Parce qu’elle a été payée, Lucie sait qu’elle ne verra pas le client au-delà du temps imparti (en l’occurrence une soirée). Elle ne le reverra que s’il paye à nouveau. En l’absence d’argent, Lucie aurait eu d’autres attentes envers cet homme, elle aurait souhaité que la relation ne se limite pas à une nuit. Demander de l’argent permet en quelque sorte, du point de vue de l’escort-girl, de délimiter la relation, voire de dédommager l’absence de suite. Lucie n’est pas un cas particulier, comme en témoigne les propos de Christelle, une escort-girl âgée de 28 ans :

« Au moins, à l’issue du rendez-vous, même si je ne revois pas le gars, même s’il me plaisait, au moins j’ai gagné de l’argent. Je dirais que y’a aussi le fait que j’ai été déçue par pas mal de relations, donc au moins avec celles-là, je n’ai pas tout perdu » (Christelle).

30Ainsi, qu’il s’agisse d’acheter des services sexuels ou de vivre une relation sur un mode affectivo-sexuel, l’argent est utilisé par les escortes et les clients pour cadrer la relation : il la contractualise et l’empêche de devenir autre. Si la relation d’escorting n’exclue pas la présence de sentiments, elle n’est pas une relation amoureuse. L’étude de cas-limite où la relation sort du cadre client-escorte stricto sensu, où elle s’engage sur un mode différent de celui attendu, permet de le démontrer.

31En principe, le client et l’escort-girl se rencontrent pour vivre une relation tarifée, c’est-à-dire délimitée dans le temps et non engageante. Lorsque l’un des deux souhaite qu’il en soit autrement, autrement dit lorsque survient ce que certains enquêtés ont appelé un « coup de foudre », il faut très rapidement signifier à l’autre qu’il ne se positionne plus en tant qu’escorte ou client, mais en tant que personne désireuse d’entamer une relation amoureuse. Si le coup de foudre de l’escort-girl est immédiat, et du fait que la présence d’argent rappelle le cadre de la relation – une relation contractuelle à durée limitée –, le refus d’être rémunérée est une manière claire et efficace de sortir du cadre habituel de l’escorting. C’est ainsi qu’a procédé Christelle qui déclare : « Y’a eu tout de suite un coup de foudre, et donc il a pas été mon client ». Elle refuse qu’il paye pour lui signifier qu’elle souhaite que la relation s’engage sur un mode amoureux. Ne pas faire payer cet homme revient à lui refuser le statut de client.

32L’argent étant souvent donné en début de rencontre, il faut parfois trouver un autre moyen de signifier à l’autre son désir d’aller plus loin dans la relation. Ainsi Claude, un client de 49 ans, a-t-il proposé à une escorte qu’il appréciait énormément et qui deviendra sa nouvelle compagne, de l’emmener au restaurant, sans payer le temps passé ensemble :

« Je lui avais dit : “Bon moi je t’emmène au restaurant, mais je ne paye pas pour ça, parce que je peux emmener n’importe quelle fille, donc si tu veux venir, je t’emmène”. Elle avait dit : “d’accord”. Donc c’est là-dessus que ça a commencé. On est sorti un soir, trois semaines après. Et puis ça a fini chez elle. Je ne lui ai pas laissé d’argent […]. Ça s’est fait naturellement, on n’avait pas convenu de ça […]. C’était pas approprié [de lui laisser de l’argent], peut-être aussi par respect pour elle. C’est vrai aussi que si je l’avais payée, ça aurait été un manque de respect ».

33Les propos de Claude ne signifient pas qu’il ne respecte pas les femmes qu’il paye : dans le cadre de l’escorting, l’argent est le garant d’une relation sans lendemain, entendue comme telle par les deux parties, sans pour autant nécessairement exclure la présence d’affects et de respect. Mais, lorsque que la relation prend une tournure amoureuse, l’argent – sous forme de billets – est de trop, il pollue l’échange. En effet, dès lors qu’il y a échange explicite d’argent, les enjeux de la relation ne sont pas les mêmes. Ainsi Daniel, un client de 54 ans, explique-t-il que dans la relation adultérine qu’il entretenait avec une stagiaire de son entreprise, il n’a jamais été question d’argent « pour la raison simple que nous avions une relation amicale… Et que l'argent aurait été pour moi et pour elle si dévalorisant que jamais cela m’a effleuré, ni elle d'ailleurs ». Dès lors qu’une relation prend une tournure vraiment amicale, affective, l’échange d’argent de main à main est inenvisageable : comme le souligne Viviana Zelizer il existe un « présupposé le plus souvent implicite, mais profond [selon lequel] argent et intimité relèvent de deux sphères séparées » (Zelizer, 2001, 123). Or ces travaux tout comme ceux de Poala Tabet (2004) montrent que ce présupposé masque une réalité beaucoup moins disjointe : les échanges marchands existent dans toute relation sexuelle. Totalement explicite dans une relation prostitutionnelle, l’échange marchand l’est beaucoup moins dans une relation conjugale qui n’en demeurent pas moins un échange économico-sexuel.

Conclusion

34Un même acte – en l’occurrence un acte sexuel tarifé – prend des significations différentes selon le cadre de références culturelles et sociales auquel clients et escort-girls/boys se réfèrent. Cette transaction marchande peut s’apparenter à une relation de domination et de pouvoir quand le client considère que le corps de la femme est une marchandise dont il peut disposer à sa guise, sans tenir compte de la personne elle-même. A contrario, les escorts-girls pour lesquelles c’est la maîtrise qui donne le pouvoir estiment renverser le rapport de domination. D’autres échangent un service contre une rémunération. Les escort-girls et boys se posent alors en professionnel(le)s : ils vendent du sexe, de l’accompagnement, du rêve, selon les désirs de leurs client(e)s. Avec une telle conception, la prostitution devient une activité légitime et certains militent pour sa légalisation. D’autres encore sont dans une démarche tout autre : la prostitution n’est pas considérée comme une activité professionnelle, mais comme une manière originale de vivre des relations amoureuses et sexuelles désengagées. Dans cette transaction marchande s’échangent avant tout des fantasmes : les deux partenaires voient dans le fait de payer ou de se faire payer une opportunité de vivre des expériences sexuelles qui ne pourraient pas avoir lieu dans une relation amoureuse.

35Ces différentes conceptions repérées dans les discours de clients et d’escort-girls et boys montrent à quel point le cadre de pensée et le système de valeur auquel chacun se rattache conditionnent la manière d’appréhender la relation prostitutionnelle et de la vivre. Expériences douloureuses pour celles et ceux qui sont (ou se sentent) instrumentalisé(e)s par leurs clients ou expériences (souvent ?) positives pour celles et ceux qui vendent un service ou vivent une relation contractuelle désengagée, l’escorting est tantôt perçu comme une atteinte à la dignité, tantôt comme un service à la personne ou l’expression d’une sexualité décomplexée. Ainsi, dans cette transaction sexuelle qu’est l’escorting, la position des deux protagonistes est variable. Celui qui achète un service sexuel peut se considérer et/ou être considéré comme un dominateur, un client au sens strict du terme – c'est-à-dire quelqu’un qui reçoit d’une autre personne un bien ou un service contre paiement, – ou un amant de passage, tandis que l’escort-girl/boy se considère ou est considéré(e) comme un(e) dominé(e), un(e) dominateur/trice, un(e) prestataire de service, une(e) amante de passage.

Haut de page

Bibliographie

Bigot Sylvie, L’escorting : approche sociologique d’une forme de prostitution, Thèse de sociologie sous la direction de LE GALL Didier, Université de Caen, 2008.

Boullier Dominique, « De la prostitution aux services sexuels coopératifs », Cosmopolitiques, n° 4, 2003, pp. 29-48.

Bozon Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, n° 41-42, 2001, pp. 11 - 40.

Clouet Eva, La prostitution étudiante à l’heure des nouvelles technologies de communication, Paris, Max Milo, Coll. « Essais et documents », 2008.

Combessie Philippe, « Le partage de l’intimité sexuelle. Pistes pour une analyse du pluripartenariat au féminin » dans LE GALL Didier (dir.) Identités et genre de vie. Chroniques d’une autre France, Paris, L’Harmattan, Coll. « Sociologies et environnement », 2008, pp. 261-290.

Darley Mathilde, « La prostitution en clubs dans les régions frontalières de la République tchèque », Revue Française de Sociologie, n° 48, 2007, pp. 273-306.

DORAIS Michel, Les cowboys de la nuit. Travailleurs du sexe en Amérique du Nord, H&O Editions, 2003.

Gagnon John, Les scripts de la sexualité, Essais sur les origines culturelles du désir, traduit de l’anglais par M.-H. Bourcier et A. Giami, préface d’Alain Giami, Paris, Payot, 2008.

Gagnon John, Simon William, « Sexual scripts: permanence and change», Archive of sexual behavior, vol. XV, n° 2, 1986, pp. 97-120.

Giami Alain, « Misère, répression et libération sexuelles », Mouvements, n° 20, mars-avril, 2002, pp. 23-29.

Giami Alain, « John Gagnon et la perspective des scripts sexuels », Préface, in John Gagnon, Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, traduit de l’anglais par Bourcier M.-H. et Giami A., Paris, Payot, 2008, pp. 7-36.

Gil Françoise, « Sexualité et prostitution », dansHandman Marie-Elisabeth, Mossuz-Lavau Janine, (dirs.), La prostitution à Paris, Paris, la Martinière, 2005, pp. 345-376.

Iacub Marcela, Maniglier Patrice, Antimanuel d’éducation sexuelle, Paris, Edition Bréal, 2005.

Javeau Claude, « Les lumières rouges de la ville », Bruxelles Informations sociales, n° 128, 1996.

Javeau Claude,  Les paradoxes de la postmodernité, Paris, PUF, 2007.

Jeantet Aurélie, « ‘A votre service !’ La relation de service comme rapport social », Sociologie du travail, n°45(2), 2003, pp. 191-209.

Love Sacha, Une courtisane à la fac, Paris, Alban, 2007.

Pheterson Gail, Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

Pryen Stéphanie, « Prostitution de rue : le privé des femmes publiques », Ethnologie française, Paris, PUF, vol. XXXVII, n 1, 2002, pp. 11-18.

Schaff Christelle, La prostitution en France : l’enquête, Enghien-les-bains, Editions de la Lagune, 2007.

Tabet Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échanges économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004.

WEBER Florence, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Génèses, n°41, pp. 85-107.

Welzer-LANG Daniel, « Commerce du sexe et sexualité récréative », dans MARQUET Jacques, « Normes et conduites sexuelles. Approches sociologiques et ouvertures pluridisciplinaires », Académia Brulant, 2004, pp. 139-143.

ZELIZER Viviana, « Transactions intimes », Génèses, n°42, 2001, pp. 121- 144.

Haut de page

Annexe

L’enquête : population et méthodes

L’enquête, de type qualitatif par entretiens semi directifs, a été menée en France entre mars 2003 et mars 2006 auprès de 25 clients et 22 escort(e)s – 13 femmes et 9 hommes. Les clients interrogés, âgés de 27 à 54 ans, sont célibataires, mariés, divorcés, pères de famille. Ils sont très majoritairement dirigeants d’entreprise, cadres supérieurs ou équivalents. Les escort-boys interrogés ont entre 25 et 32 ans, sont pour la plupart diplômés de l’enseignement supérieur et exercent une activité professionnelle en parallèle. Du côté des escort-girls, l’éventail d’âge est plus large (21 à 50 ans), elles sont légèrement moins diplômées et exercent moins souvent que leurs confrères masculins une activité professionnelle.

J’ai utilisé deux modes de recrutement : la sollicitation d’escort(e)s et de clients identifiés au préalable sur Internet et le dépôt sur certains sites d’une annonce expliquant que je cherchais à interroger des escort(e)s et des clients. Au total, sur les 22 escort(e)s interrogé(e)s, 14 ont répondu positivement à mon mail de sollicitation, 5 ont été recrutés par un tiers (des clients le plus souvent), et 3 ont pris directement contact avec moi. Quant aux clients, j’en ai sollicité 3 directement, 4 m’ont contactée pensant que j’étais une escorte mais ont finalement accepté ma demande d’entretien, et 18 m’ont contactée d’eux-mêmes pour participer à l’enquête.

17 entretiens ont été faits en face à face dans plusieurs villes françaises, 3 par téléphone, 13 par mail, et 9 par messagerie instantanée (chat). Dans 5 cas, plusieurs modalités de recueil ont été utilisées pour un même enquêté. Seules deux personnes (un client et un escort-boy) ont refusé le magnétophone lors de l’entretien de visu. Les entretiens par mail se sont étalés sur des périodes allant deux semaines à onze mois. Ceux par chat ont également nécessité plusieurs prises sur des durées variant d’une journée à deux mois et demie.

Les entretiens de visu enregistrés ont été transcrits intégralement, tandis que les entretiens par Internet ont été sauvegardés en fichier texte. L’ensemble de ce corpus – 3 600 000 signes, soit environ 1345 pages dactylographiées – a ensuite été traité et organisé à l’aide du logiciel N vivo 2 qui permet de structurer le découpage thématique du matériau.

Haut de page

Notes

1 Les méthodes utilisées pour cette recherche et la population enquêtée sont présentées en annexe.

2 Les escort-boys rencontrés n’ont pas mentionné avoir déjà eu affaire à des client(e)s violent(e)s. De même, n’ai-je pas rencontré de clients déclarant avoir un comportement agressif ou irrespectueux avec les escort-girls qu’ils fréquentent. Comme le souligne Mathilde Darley, ils ont peut-être « pris soin de taire ceux de leurs comportements qu’ils savent porter atteinte à l’intégrité physique ou psychologique de la personne prostituée » (Darley, 2007 : 286).

3 En fait, il ne s’agit pas du corps de « la » femme, mais de certaines femmes, puisque ces hommes distinguent les honnêtes femmes (dont leur épouse) des autres (la figure de la putain). Cf.notamment Gail Pheterson (2001).

4 La lecture des travaux de Paola Tabet montre toutefois que les rapports sexuels ne sont jamais totalement gratuits dans la mesure où ils s’inscrivent dans un continuum d’échanges économico-sexuels. Cf. Paola Tabet, 2004.

5 Pour Arnaud, une femme libre signifie une escorte indépendante, libre de tout proxénète. Les clients font en effet preuve d’une certaine éthique  et évitent les rencontres avec des femmes qu’ils pensent être sous contrainte. (Cf. Bigot, 2008).

6 Le terme amatrice est à prendre dans les deux sens : « Personne qui a du goût pour quelque chose, l'apprécie » et « qui pratique pour son plaisir et non pour gagner sa vie, par opposition à professionnel ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bigot, « La prostitution sur Internet : Entre marchandisation de la sexualité et contractualisation de relations affectives », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 08 décembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1139 ; DOI : 10.4000/gss.1139

Haut de page

Auteur

Sylvie Bigot

Docteure en sociologie au CERReV
Université de Caen Basse Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org