Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres

Prostitution in a French colony: Tonkin. Race and gender issues
Isabelle Tracol-Huynh

Résumés

Cet article entend sortir de l’histoire de la guerre, qui marque encore très fortement l’historiographie du Viêt-Nam, pour s’intéresser à la dimension sociale et sexuelle de la colonisation à travers une étude de la prostitution au Tonkin. Il s’agit de faire ici l’histoire sociale de ces groupes (colonisateurs-colonisé(e)s, hommes-femmes), de leurs constructions mutuelles et parallèles, ainsi que leurs relations plus ou moins conflictuelles dans le cadre de l’État colonial. En effet, si la domination coloniale est bien entendu raciale, elle est aussi fortement genrée. Il paraît donc intéressant de voir comment la prostitution peut s’insérer dans le contexte colonial. Il s’agit donc de mobiliser les concepts de genre et de race dans l’analyse ce phénomène particulier qu’est la prostitution coloniale.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de la guerre et plus globalement l’histoire politique marquent encore très fortement l’historiographie du Viêt-Nam. L’histoire sociale de la colonisation reste encore en grande partie à faire, notamment en ce qui concerne la question du genre. Comme le rappelle Anne-Marie Sohn, « l'histoire coloniale française a préféré à l'histoire du genre les luttes nationales et les guerres de décolonisation » (Sohn, 2006, 175). Cette histoire du genre, en expansion en France depuis quelques décennies déjà, ne s’intéresse pas, ou peu, aux pays anciennement colonisés comme si ces derniers étaient des pays à part dont l’histoire ne pouvait pas être analysée avec les mêmes grilles de lecture que celles de la métropole. Pourtant le genre est « une façon première de signifier les rapports de pouvoir » (Scott, 1988, 141) et il est donc relativement surprenant de constater que cette question de pouvoir, centrale dans les recherches sur la colonisation, n’a pas suscité d’intérêt particulier chez les historiens des mondes coloniaux. Cette rareté se retrouve également dans les études sur la sexualité dans le monde colonial (Rebreyend, 2006, 99). En France, malgré quelques travaux récents (Taraud, 2003 ; Lauro, 2005), on ne peut que noter la relative rareté des travaux sur la sexualité et la prostitution dans le contexte du colonialisme et donc cette double lacune : lacune de l’historiographie de la colonisation sur les femmes et la prostitution ; lacune de l’histoire des femmes sur la prostitution en contexte colonial. Or, comme l’a souligné Michel Foucault, la sexualité est « point de passage particulièrement dense pour les relations de pouvoir » (Foucault, 1976, 136) et au sein de la sexualité, la prostitution apparaît comme la partie la plus décriée par les bien pensants, la plus surveillée par les pouvoirs publics et par conséquent la plus réglementée. C’est le domaine de la sexualité où se cristallise le maximum de réflexions, de débats, de peurs et de fantasmes.

  • 1  Le Tonkin correspond au Nord du Viêt-Nam. Le Viêt-Nam colonial se compose en effet de trois entité (...)

2Cette étude de la prostitution au Tonkin1 colonial entend interroger cette notion de pouvoir par une approche renouvelée en choisissant d’analyser la dimension sexuelle des rapports colonisateurs-colonisé(e)s et de ne plus se contenter de leurs seules dimensions politique ou économique. C’est également choisir de faire une analyse sexuée de la domination coloniale en s’intéressant à la fois aux femmes qui se vendent, ou qui sont vendues, et aux hommes à qui elles se vendent. C’est faire l’histoire sociale de ces groupes (colonisateurs-colonisé(e)s, hommes-femmes), de leurs constructions mutuelles et parallèles, de leurs relations plus ou moins conflictuelles dans le cadre de l’État colonial.

3Cette étude se focalise donc sur les corps féminin et masculin, européen et asiatique, objets de fantasmes, de désirs, de peurs et par conséquent de nombreux discours. La colonisation est avant tout une rencontre dont le symbole, tant dans les discours que dans la littérature, est celle d’un Européen avec une femme indigène. Cette rencontre est par essence inégale car les Européens ont le pouvoir politique, économique et racial. Ils sont les colonisateurs alors que les femmes indigènes sont les colonisées, soumises de ce fait à une « double domination, masculine et coloniale » (Taraud, 2003, 13), en tant qu’indigènes et en tant que femmes. Les concepts de genre et de race sont ainsi au cœur de cette réflexion puisque la réglementation de la prostitution au Tonkin entend assurer la domination coloniale en réglementant la rencontre coloniale et en créant des frontières raciales et sexuées.

  • 2  Arrêté du Résident Supérieur du Tonkin du 3 février 1921, article 34.
  • 3  Congaï est la version francisée du vietnamien con gái signifiant « fille ». Pendant la période col (...)
  • 4  La , mot qui en vietnamien veut dire « tante » ou « mademoiselle », est le volet militaire de la (...)

4Il est important de noter que les autorités coloniales ne se soucient pas de la prostitution dans sa globalité puisqu’on ne trouve pas ou presque de rapport d’archives sur la prostitution des Vietnamiennes pour les Vietnamiens. D’un autre côté on ne peut qu’être frappé de la volonté des autorités coloniales d’inclure toutes les Vietnamiennes en contact avec les colonisateurs dans la réglementation de la prostitution. La prostitution qui pose problème est celle qui fait se rencontrer Européens et Vietnamiens. La définition de la prostitution est politique ce qui explique qu’elle soulève un problème de définition. Que faut-il alors entendre par prostitution ? Cette question relève du paradoxe car tous les textes coloniaux officiels qui la réglementent définissent la prostitution comme « le fait de faire métier de son corps à tous venants et sans choix, moyennant une rémunération pécuniaire »2. Mais, au-delà de cette définition strictement juridique, on trouve de nombreuses situations prostitutionnelles : chanteuses, danseuses, musiciennes, congaïs3, 4. Tout au long de la période coloniale, les autorités tentent d’inclure ces femmes dans la réglementation sans y parvenir puisque les militaires protestent quand il s’agit de mettre en carte les , les chanteuses en appellent à la tradition pour défendre leur art… Les contours du monde prostitutionnel semblent être à géométrie variable et pour certains « on doit laisser de côté le mot prostituée et dire qu’il y a un danger dans chaque femme qui se donne, pour de l’argent ou non » (Coppin, 1925, 130).

5Diverses sources ont été mobilisées dans le cadre de cette étude : sources archivistiques provenant des centres français (Centres des Archives d’Outre-Mer, Archives du Service Historique de la Défense) et vietnamiens (Centre n°1 principalement), mais aussi sources littéraires et quelques sources iconographiques. Les archives, tant au Viêt-Nam qu’en France, sont très lacunaires en ce qui concerne la prostitution alors que dans le cadre de classement élaboré il existe une sous-série « Police des mœurs » (D638). Les archives de santé (série S) et les textes officiels (règlements publiés au Journal officiel) sont en revanche plus détaillés ce qui permet d’aborder le discours, racial et masculin, des autorités administratives et médicales sur la prostitution. Les prostituées sont les grandes absentes des archives car si on parle d’elles, elles ne parlent jamais. Les sources littéraires (romans coloniaux de la fin du xixe siècle) et iconographiques permettent d’analyser les stéréotypes et fantasmes qui gravitent autour des colonisés et surtout des colonisées. Il apparaissait donc important de confronter ces différents types de sources pour pouvoir étudier les documents archivistiques – biaisés car écrits par les colonisateurs, hommes et blancs – et pouvoir ainsi avoir un éclairage suffisant sur ce sujet encore peu exploité.

Construction des identités sexuées : l’Homme Blanc

6Il est très difficile d’avoir accès à la voix des prostituées et dans une plus large mesure des indigènes (hommes et femmes) en ce qui concerne la prostitution. Des journalistes vietnamiens ont travaillé dans les années 1930 sur la prostitution à Hanoi mais dans le cadre actuel de mes recherches j’ai, pour le moment, essentiellement travaillé sur les discours des autorités, qu’elles soient administratives ou médicales.

Le Tonkin : partie des « porno-tropics »

  • 5  La petite Tonkinoise, paroles de Georges Villard et musique de Vincent Scotto, chantée par Polin e (...)

7La colonisation est un acte essentiellement masculin, « a male-power-fantasy » (Said, 1979, 207) puisque coloniser, c’est conquérir, pénétrer, posséder, féconder…, autant de termes que l’on retrouve dans les discours officiels. Ce sont en effet les militaires, les politiques, les fonctionnaires, les hommes d’affaires qui sont les acteurs principaux de la colonisation au Viêt-Nam, qui n’est pas une colonie de peuplement. La population européenne au Viêt-Nam est essentiellement masculine, d’autant que l’immigration féminine n’est pas encouragée par les autorités coloniales jusqu’au début du XXe siècle (Stoler, 1989). Les colonisateurs sont donc des hommes jeunes, célibataires pour la plupart et présents dans la colonie pour un temps donné. Le Viêt-Nam est loin de la métropole et de ce fait les colonisateurs sont éloignés des instances morales traditionnelles, Église et famille principalement. Ils vivent dans ce que Foucault a appelé une « hétérotopie » (Foucault, 1994) c’est-à-dire un lieu différent, le lieu de tous les possibles, le lieu où tout est possible notamment les relations amoureuses. La dimension sexuelle est en effet fortement présente dans cette hétérotopie (Goutalier et Knibielher, 1985 ; Yee, 2000), comme le rappelle la célèbre chanson la petite Tonkinoise, le Tonkin « C'est l'Paradis des petites femmes »5.

8Dans la littérature coloniale un parallèle est souvent fait entre la femme et le pays indigènes qui s’offrent tous deux à la conquête européenne (McClintock, 1995). Posséder un pays c’est par conséquent en posséder les femmes.

  • 6  Louis MALLERET, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, Larose, p (...)

Dans les colonies « le sentiment du prestige de la race blanche fait que l’Européen n’envisage l’amour que comme une des formes de la domination. La possession fait partie de l’exercice de l’autorité. Il y a, dans l’instinct qui rapproche le Blanc de la femme indigène, quelque chose – l’idéal chevaleresque étant exclu – de la notion féodale de la supériorité du maître et seigneur »6.

9Dans ce contexte les femmes vietnamiennes sont des objets que les colonisateurs se doivent de posséder puisque « la femme indigène étant une figure de la terre à conquérir, sa possession par le colonisateur romanesque fait presque figure d’obligation patriotique » (Yee, 2000, 13). Il est ainsi révélateur que, beaucoup plus que les hommes, les femmes indigènes se retrouvent sur les cartes postales que les coloniaux envoient à leur famille et surtout à leurs camarades restés en France (Belemenouar et Combier, 2007). On assiste parfois à un partage imaginaire des femmes indochinoises entre deux amis comme sur cette carte postale, datée de 1906 : « Mon cher Charles, Laquelle préfères tu ? moi je prends l'autre »7.

Figure 1 - Jeunes Congaïs

10Les Français se retrouvent donc dans des colonies imaginées/imaginaires qui prennent l’allure de « sex-scape » (Brennan, 2004). Tout se passe dans la littérature coloniale de l’époque comme si, face à une France puritaine et laborieuse, une France où le mariage monogame et indissoluble reste la norme – le divorce, rétabli en France en 1884 est encore largement réprouvé par l’opinion – « les colonies avaient été les harems de l’Occident » (Goutalier et Knibielher, 1985, 22). Dans ces harems, tout semble possible :

  • 8  WILD Herbert, L’autre Race, Paris, Albin Michel, 1930, pp. 57-58. La piastre est la monnaie de l’I (...)

« Je veux cette fille là, dit Versoix… Ou plutôt je la voudrais, fit-il avec un découragement comique. Mais ça doit être impossible…
- Très possible, au contraire, dit Larsy… […]
- Larsy, dit Versoix, vous croyez que je pourrai l’avoir ?
- Dame, c’est une question de piastres… »8

  • 9  Tan Loc NGUYEN, « Cartes postales de l’Indochine », op. cit.

11Les femmes vietnamiennes deviennent une « marchandise » pour citer une autre carte postale9.


Prostitution et ordre colonial

  • 10  Jean-Marie COLLOMB, Essai sur l’hygiène et la pathologie de l’Annam et du Tong-Kin, Lyon, Duc, 188 (...)
  • 11  Commandant du 1er Territoire Militaire au Capitaine Délégué à Dinh-Lap, le 18 janvier 1937 ; dossi (...)
  • 12  Commandant du 1er Territoire Militaire au Capitaine Délégué à Tiên-Yên, le 14 janvier 1937 ; dossi (...)

12Si l’on en croit les contemporains, cette « marchandise » serait omniprésente. C’est ce qu’affirme par exemple un médecin ayant fait sa thèse au Tonkin dans les années 1880 quand il écrit que « la prostitution est partout »10. La prostitution est bien entendu loin d’être une invention coloniale : les traditionnelles maisons de chanteuses ou les bateaux des fleurs sont là pour le prouver, tout comme le plus célèbre livre vietnamien, Kim Vân Kiều, dont l’auteur vécut avant la colonisation française etdont le sujet est la vie tragique d’une jeune fille qui devient prostituée. Néanmoins, avec la colonisation la prostitution prend une nouvelle ampleur et se développe spontanément près des casernements, les militaires étant une excellente clientèle puisque ce sont des hommes jeunes, souvent célibataires et ayant de l’argent de façon régulière grâce à leur solde (Tracol, 2005). Ce qui explique que, par exemple, le commandant du 1er Territoire militaire se plaigne dans les années 1930 que « de nombreuses prostituées […] arrivent par la route »11 et qu’un « village de prostituées »12 soit en construction vers les bivouacs.

13En plus de ce développement spontané, la prostitution est également favorisée par les autorités coloniales elles-mêmes, notamment par les autorités militaires. Ainsi, dans un rapport du 9 février 1917 sur la morbidité des troupes au Tonkin, le bureau militaire écrit que

  • 13  Rapport sur la morbidité des troupes au Tonkin, le 9 février 1917 ; dossier 03856 – Prophylaxie de (...)

« dans l’intérêt de la santé des effectifs des villes de garnison, les administrations municipales et provinciales doivent permettre l’ouverture des maisons dites de tolérance et ont le devoir de les contrôler »13.

  • 14  Le Résident est le chef administratif d’une province. Le Résident Supérieur au Tonkin est le chef (...)
  • 15  Général de division Verdier, Commandant Supérieur des troupes du Groupe de l’Indochine au Résident (...)

14D’après un spécialiste des archives militaires il n’existe pas de Bordel Militaire de Campagne (B.M.C.) en Indochine avant les années 1946-1947 (Hardy, 2004, 111-127). Par B.M.C. il faut entendre une maison de tolérance à l’usage exclusif des militaires et dirigée par les autorités militaires. Cette maison peut être fixe et située à proximité d’un camp militaire, ou itinérante si elle suit les déplacements d’un régiment, notamment en cas de guerre. Si le terme n’apparaît pas dans les archives avant la fin des années 1940, la réalité transparaît néanmoins dans les documents dès les années 1930, du moins en ce qui concerne les établissements fixes. La première occurrence trouvée date ainsi de 1931 et a pour cadre géographique la ville de Tong, dans la province de Son Tay, à l’Ouest de Hanoi. Un certain M. Delevaux est autorisé par le Résident14 de la province à « installer une maison réservée exclusivement aux militaires sur une parcelle de terrain militaire »15.

  • 16  Par exemple : RST 1988 Mesures prises relatives à la prostitution à Hongay 1900-1902 ; Centre n°1, (...)

15Du fait des exigences des autorités civiles et militaires, une partie des femmes vietnamiennes apparaissent comme étant à la disposition des colonisateurs. Le terme même de prostituée semble être un terme globalisant visant à inclure toutes les Vietnamiennes comme le révèle la nouvelle utilisation par les colonisateurs du mot vietnamien con gái. En vietnamien, ce terme veut simplement dire fille (par opposition à garçon pour les enfants) mais le sens de ce même mot dans le discours des colonisateurs français a évolué de femme (au sens d’individu de sexe féminin) à épouse, d’épouse à concubine, de concubine à prostituée ; ce dernier glissement faisant sémantiquement de toutes les Vietnamiennes des prostituées en puissance. Dans certains règlements16 le mot congaï est ainsi utilisé comme un exact synonyme de prostituée.

Hypervirilisation du colonisateur

16Le colonisateur se construit en homme par rapport à des femmes indigènes qu’il domine politiquement et sexuellement, et il se construit en homme viril par rapport aux hommes indigènes qui sont vus comme efféminés. On trouve de nombreux commentaires au sujet de la difficulté qu’ont les Européens nouvellement arrivés au Tonkin à distinguer les hommes des femmes :

  • 17  Myriam HARRY, Petites Epouses, ou ma petite fleur d’Annam, Paris, Calmann-Lévy, 1901.

« De-ci, de-là, les Annamites, petits personnages jaunes, uniformes, pointus sous leurs chapeaux coniques, pataugeaient dans la vase et repiquaient du riz, en deux gestes de pantins. […] Alain s’étonna de la ressemblance des sexes, sous les mêmes vêtements »17.

  • 18  Pierre LOTI, Propos d’exil, Paris, C. Lévy, 1887.
  • 19  Voir par exemple l’ouvrage de Mrinalini SINHA et l’article d’Anne-Marie SOHN cités en bibliographi (...)

17Il est vrai que les Vietnamiens sont souvent de petite taille, de visage fin, imberbes, portent les cheveux longs. De plus, le costume masculin diffère peu de celui des femmes : « Homme ou femme ? Dans ce pays, on ne peut jamais savoir »18. Franck Proschan a montré que les Français – ce n’est ni une spécificité indochinoise ni une spécificité française19 – ont construit une certaine image de l’homme vietnamien, à savoir « androgynous, effeminate, hermaphroditic, impotent, and inverted » (Proschan, 2002, 436).

18La littérature coloniale ne mentionne que très rarement la prostitution masculine et il est très difficile d’en trouver des traces dans les archives. On trouve des mentions en creux dans des rapports plus généraux sur la prostitution comme, par exemple, dans le rapport de 1910 du médecin major de Viétri, ville située à 50km au Nord-Ouest de Hanoi :

  • 20  Rapport du médecin major chef du service du 4° bataillon sur les maladies vénériennes observées à (...)

« Mais je crois fermement que, dans la plupart, l’origine de la maladie vénérienne est difficilement avouable, et qu’elle se trouve dans des rapports anormaux et variés de pédérastie. Il est de connaissance courante qu’à Viétri, comme dans bien d’autres postes d’ailleurs, nombreux sont les coolies pousse-pousse ou les gamins vicieux qui racolent, deux d’entre eux m’ont d’ailleurs été amenés à la visite, il y a quelques mois, porteurs de lésions très spéciales et bien caractéristiques »20.

19Cela donne un nouveau sens aux rapports de genre. En effet, la prostitution apparaît comme le domaine où la notion de genre s’applique par excellence. La prostitution est clairement une affaire de femmes comme le montrent les règlements concernant la prostitution dont les premiers articles précisent toujours : « Est réputée fille publique toute femme ou fille notoirement connue pour se livrer habituellement à la prostitution ». Par ailleurs les patronnes de maison de tolérance ne peuvent être que des femmes. Aucun homme ne peut habiter dans les maisons de tolérance, sauf le mari de la patronne et à la condition expresse qu’il ne s’occupe ni des filles ni de la gestion de la maison en général. Les rôles sont définis, l’homme ne peut qu’être le client, ou bien le représentant de l’autorité policière ou médicale.

20Mais que se passe-t-il quand la prostituée devient un prostitué ? Les rôles sociaux sexués et les systèmes de représentation du masculin et du féminin se brouillent et l’identité du colonisateur est alors remise en question. Il ne faut pas oublier que les discours sur l’homosexualité en métropole à la même époque présentent généralement les homosexuels comme des êtres efféminés voire des non-hommes (Revenin, 2005). Il faut donc expliquer l’homosexualité et la prostitution masculine et parmi les diverses raisons invoquées, on trouve l’« isomorphisme sexuel » (Proschan, 2002, 438), l’opiomanie qui pervertirait le sens moral des Européens, la perversion naturelle des indigènes qui contamine les colonisateurs…

21Il s’agit de donner des explications rationnelles et scientifiques pour ne pas déviriliser l’image du colonisateur car il est crucial que dans la colonie le colonisateur soit un vrai homme pour pouvoir imposer sa volonté puisque c’est sur sa virilité même que repose le prestige de l’Homme Blanc et par conséquent tout l’ordre colonial. En effet,

« les relations homosexuelles (…) représentent – selon les discours des autorités et des observateurs sociaux – un grave trouble à l’ordre social et sexuel par les transgressions qu’elles suscitent réellement ou supposément : mélange des "classes" sociales, des "races", des nationalités et confusion/inversion des genres et des rôles sexuels (…) La violation ou la confusion de ces frontières représentent une véritable perte des repères, voire une menace de "chaos" social, alors que la société a clairement défini le rôle de chacun » (Revenin, 2005, 81-83).

22Cette menace prend une résonance particulière en contexte colonial. En rejetant la responsabilité sur les colonisés, en dépeignant les hommes vietnamiens comme « gender-deviant » (Proschan, 2002, 459), les colonisateurs français peuvent à la fois justifier – il faut moraliser dans le cadre de la mission civilisatrice – et assurer leur domination coloniale. La construction de l’identité du colonisateur renvoie avant tout à une question de pouvoir : il s’agit d’affirmer sa domination sur les autres. Etant donné que les Français n’ont pas les moyens militaires suffisants pour défendre la colonie, que le souvenir de la conquête et donc de la supériorité militaire française s’efface progressivement, il faut trouver d’autres moyens. La suprématie de l’Homme Blanc en est un et tout repose donc sur l’image qu’ont d’eux-mêmes les colonisateurs et surtout sur l’image qu’ont les colonisés des colonisateurs.

Prostitution et rapport de domination

  • 21  1891, 1906 pour la réglementation de la prostitution par les femmes dites valaques (Européennes de (...)

23Or dans le cadre de la prostitution, cette domination est évidente. La France se caractérise par un système dit réglementariste, en métropole comme dans ses colonies.
Cette réglementation se met progressivement en place, au fur et à mesure que la conquête progresse et que la présence française se fait numériquement plus importante. La France obtient le protectorat sur le Tonkin en 1883, protectorat qui est reconnu par la Chine, l’ancien suzerain, en 1885. Cette même année 1885 les bases d’une campagne prophylactique sont posées par le Commandement militaire et le Service de Santé des Armées, justement soucieux de la conservation d’effectifs déjà diminués du fait du climat. Le premier règlement civil de la prostitution date du 28 avril 1886 et concerne uniquement la ville de Haiphong, principal port du Tonkin et lieu où les troupes coloniales débarquent. Le 21 décembre 1888, le Résident-Maire de Hanoi continue dans cette voie en prenant un arrêté réglementant la prostitution dans la ville de Hanoi et en créant la Police des Mœurs. Il faut néanmoins attendre 1921 pour voir l’élaboration d’une réglementation concernant l’ensemble du Tonkin. En effet, si la ville de Hanoi connaît dans ce laps de temps plusieurs arrêtés municipaux réglementant la prostitution21, dans les autres villes et provinces du Tonkin, la réglementation est laissée à la discrétion des maires pour les villes érigées en communes et aux résidents provinciaux pour les autres. L’arrêté du 3 février 1921 comble donc ce manque puisque l’article 1 précise que

« dans les villes de Hanoi et de Haiphong, dans les chefs-lieux de province et tous les centres où il existe une garnison européenne ou indigène, les mesures ci-après seront adoptées en ce qui concerne la prostitution ».

Réglementer la rencontre coloniale

  • 22  A Hanoi, en 1930, les rapports évoquent 500 filles soumises pour 5-6000 insoumises !

24Les traits principaux de cette réglementation sont les suivants : inscription des prostituées sur les registres de la police de la ville où elles exercent, visite médicale périodique au dispensaire municipal avec mention des résultats sur la carte individuelle de chaque fille, internement d’office des filles malades au dispensaire ou à l’hôpital et enfin installation obligatoire dans les maisons de tolérance d’un local muni d’un lavabo, de savon et de produits prophylactiques fournis par l’administration. Le problème, c’est que la grande majorité des filles échappent à cette réglementation : il y a d’une part les prostituées insoumises qui constituent la grande majorité des effectifs prostitutionnels22, d’autre part les prostituées soumises dites en fuite car ne se conformant pas aux visites sanitaires. Ainsi, au 1er janvier 1932 à Hanoi 79% de filles soumises sont en fuite. De plus, par manque d’argent, le matériel prophylactique est bien souvent inexistant dans les maisons de tolérance et il est bien entendu absent dans les maisons de prostitution clandestine.

25Si les colonisateurs ont choisi de réglementer la prostitution et de ne pas laisser les choses dans l’état antérieur à la colonisation, c’est avant tout pour lutter contre le péril vénérien (Corbin, 1978). Les autorités françaises sont persuadées que la seule façon de lutter contre les maladies vénériennes est de réglementer la prostitution, les prostituées étant vues comme le principal vecteur de diffusion de ces maladies. Mais les maladies vénériennes existaient avant la colonisation française – la syphilis s’est répandue en Chine dès le début du xvie siècle (Van Gulick, 1961, 79). Si la réglementation se met en place c’est parce que les militaires français sont très rapidement touchés, ce que montre cette circulaire du Résident Supérieur du Tonkin adressée aux résidents et vice-résidents de la région, datée de 1893 :

  • 23  Journal officiel de l’Indochine, 2ème partie Annam-Tonkin, 1893, p. 432.

« L’attention de l’administration vient d’être appelée par M. le Général en chef sur le nombre considérable de soldats européens atteints de maladies vénériennes dans les différentes garnisons du Tonkin. Afin de remédier à cet état de choses, je ne saurais trop vous engager à faire exercer par la police une surveillance des plus active, tant à l’égard de la prostitution tolérée qu’à celui de la prostitution clandestine »23.

  • 24  Procureur général chef du service judiciaire au Gouverneur Général de l’Indochine, n°145, 18 avril (...)

26Mais au-delà de la lutte globale contre les maladies vénériennes, la réglementation de la prostitution est une manifestation de la domination coloniale. L’autorité coloniale s’arroge un droit sur le corps mêmes des prostituées. Toute femme suspectée d’être une prostituée, parfois seulement pour « délit de sourire »24, peut être amenée par la police à la visite sanitaire ce qui implique un examen gynécologique. Cet examen heurte profondément la sensibilité féminine en général, et asiatique en particulier : c’est un déshonneur pour la jeune fille et pour sa famille. La domination des autorités coloniales sur ces femmes est évidente mais elle n’est pas la seule.

Penser la pluralité des systèmes de pouvoir

27Le groupe des femmes n’est pas monolithique et analyser la prostitution seulement en termes de relation hommes-femmes en fausse l’analyse. Les règlements eux-mêmes distinguent dans le groupe féminin les tenancières de maison d’un côté et les filles de l’autre. Elles ne sont pas soumises aux mêmes obligations et entre ces deux groupes des relations de domination existent. Les règlements insistent souvent sur le fait qu’il est interdit aux tenancières de maisons de retenir une prostituée contre son gré même si cette dernière a des dettes envers elles. Cette insistance montre bien que les tenancières n’hésitaient pas à endetter leurs pensionnaires pour qu’elles restent à leur disposition. Ce sont aussi bien souvent des femmes qui "recrutent" des jeunes filles et des enfants et qui les emmènent dans des maisons de tolérance au Tonkin même ou en Chine. De la même façon, on ne peut pas assimiler la situation d’une prostituée stricto sensu à celle d’une chanteuse ou encore d’une congaï. Certaines congaïs peuvent bénéficier de l’autorité de leur mari et s’en servir pour s’imposer dans leur société d’origine en devenant l’intermédiaire entre les Vietnamiens et le fonctionnaire qu’elles ont pour "époux". La prostitution elle-même peut être une stratégie, un choix, ce n’est pas toujours une fatalité.

28Les hommes peuvent eux aussi être pris dans ces systèmes de pouvoir, c’est particulièrement évident dans le cas des militaires. Les soldats sont également soumis à des mesures de prophylaxie : les militaires malades ont obligation de se soigner, ils sont consignés à l’infirmerie jusqu’à leur guérison. On voit bien le parallèle avec la situation des prostituées, obligées de rester au dispensaire jusqu’à leur guérison. Les malades "clandestins" risquent même des sanctions disciplinaires.

29Toutes ces remarques permettent de nuancer l’idée de domination des hommes sur les femmes. Cette idée n’est pas fausse bien entendu mais elle ne recouvre pas toute la réalité. Néanmoins, dans le cadre de la réglementation de la prostitution, la relation de pouvoir est fortement genrée car ce sont des femmes qui sont encadrées par des hommes, qu’ils soient médecins ou policiers, sans parler bien sûr des administrateurs. On retrouve cette domination des hommes sur les femmes en métropole mais au Tonkin elle prend une signification supplémentaire. En effet, il y a une différence majeure entre le but de la réglementation de la prostitution en France et au Tonkin : en France, la lutte contre les maladies vénériennes et la réglementation de la prostitution est faite pour protéger l’ensemble de la population masculine et les honnêtes femmes de la contamination vénérienne ; au Tonkin, c’est avant tout la santé des colonisateurs qu’il faut protéger comme le montre la fin de la circulaire précédemment évoquée :

  • 25  Journal officiel, op. cit., p. 432.

« En outre, dans le cas où vous jugeriez nécessaire d’installer un dispensaire au chef-lieu de votre province, je vous serais obligé de me faire à cet effet des propositions, en restreignant dans les limites les plus strictes, les dépenses qui pourraient en résulter. Cette mesure ne s’impose, bien entendu, que dans les villes où il existe de la troupe européenne »25.

  • 26  On trouve cette expression dans l’ensemble des arrêtés réglementant la prostitution.
  • 27  Province de Haiduong, 1919 ; dossier 04011 – Rapport sanitaire par provinces pour 1919 ; RSTNF ; C (...)
  • 28  Maire de Haiphong au RST, 26 mai 1920 ; dossier 03987 – Réglementation de la prostitution, problèm (...)
  • 29  Rapport médical du 20 juillet 1896 au 31 juillet 1897 ; dossier 6706 – Extrait d’un rapport médica (...)

30Les prostituées sont par exemple obligées de se soigner, si cela est possible et ce « jusqu’à complète guérison »26. Or, les maladies vénériennes ne sont pas soignables : il faut attendre 1943 et la découverte de la pénicilline pour pouvoir guérir de la syphilis comme de la blennorragie. On "blanchit" seulement les prostituées, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas guéries mais que leurs plaies sont soignées et la contamination limitée. Néanmoins, certaines filles sont tellement malades qu’on ne peut plus rien pour elles. « Hors d’usage »27 elles sont alors généralement renvoyées dans leur province d’origine, avec interdiction de revenir28. Des mesures vexatoires sont parfois ajoutées comme à Haiphong en 1896 : on coupe les cheveux de la prostituée malade avant de la renvoyer dans son village, ce qui est une marque d’humiliation qui ne facilite pas sa réintégration dans son milieu d’origine, d’autant plus qu’elle est signalée aux autorités indigènes si elle est syphilitique. Ces mesures sont prises dans l’intérêt de « la clientèle des habitués »29 et non dans celui des prostituées. Il importe peu qu’elle risque de contaminer des indigènes dans son village, tant qu’elle ne contamine pas d’Européen.

La complexe fixation des frontières raciales

  • 30  Lettre du Résident Supérieur du Tonkin au Gouverneur Général de l’Indochine, as âge légal des fill (...)
  • 31  Projet d’arrêté réglementant les taxes à percevoir pour frais de séjour au dispensaire des femmes (...)

31Il existe donc des différences entre la réglementation de la prostitution en métropole et au Tonkin. Ainsi, la réglementation autorise l’inscription à l’âge de à 18 ans alors qu’il est fixé à 21 ans en France. Certains règlements autorisent même la prostitution de filles âgées de 15 ans en raison de la « précocité de ces races annamites »30. Le monde de la prostitution est profondément multiracial et cela a des répercussions sur la réglementation. Les prostituées inscrites sur les registres de la police doivent payer annuellement une carte sur laquelle sont mentionnés leurs nom, prénom, adresse, âge, dates de visites médicales… La taxe diffère selon la race de la prostituée comme par exemple dans le règlement de Viétri en 1910 : les Vietnamiennes doivent payer 2 piastres, les Japonaises et Chinoises doivent payer 4 piastres et les prostituées de toute autre origine – entendre par là d’origine européenne – 8 piastres31. Les maisons de tolérance chinoises et surtout japonaises sont de maisons de plus grand luxe que les maisons vietnamiennes, ce qui explique cette différence. Les Japonais ont de plus un statut particulier en Indochine puisqu’ils sont assimilés aux Européens au même titre que les Indiens des anciens comptoirs français par exemple.

Européennes et Asiatiques : qui peut être prostituée ?

  • 32  Ibid.
  • 33  Mairie de Hanoi S03 5757 – Rapports mensuels sur le fonctionnement du service municipal d’hygiène (...)

32Mais le réel clivage dans le monde prostitutionnel est celui qui existe entre les prostituées européennes et les prostituées asiatiques. Ces prostituées européennes posent un grave problème à l’administration car elles ternissent l’image du colonisateur. Elles posent en effet un problème fondamental aux autorités coloniales puisqu’en payant un indigène peut posséder une Européenne : cela remet donc en cause les bases mêmes de l’ordre colonial. Le couple femme européenne-homme indigène représente ainsi un tabou majeur pour les autorités coloniales (Stoler, 2002). Mais il n’y a pourtant pas de restriction officielle en ce qui concerne la clientèle des maisons. Autrement dit, aucun règlement n’interdit la fréquentation de certaines maisons à certaines catégories de la population coloniale, exception faite des B.M.C. réservés à un régiment exclusivement. Le seul critère est financier : certaines maisons sont plus chères que d’autres, les maisons japonaises notamment. Dans ces maisons, ce n’est donc pas le critère racial qui compte mais la fortune : un riche Vietnamien peut alors fréquenter le même bordel et, par conséquent, la même prostituée, qu’un Européen. Tout ceci explique pourquoi les prostituées européennes sont largement absentes des archives. Les autorités coloniales essaient donc de dissimuler ces prostituées européennes – « pour de multiples raisons, bonnes ou mauvaises, le Tonkin fait tout pour éviter de mettre une européenne en carte »32 – alors qu’elles font parallèlement la chasse aux prostituées vietnamiennes clandestines et, en les inscrivant d’office sur les registres de police, les rendent visibles. On ne connaît donc pas leur nombre, et certains auteurs vont même jusqu’à nier leur présence au Tonkin par l’utilisation dans les rapports sanitaires de la ville de Hanoi de cette mention particulièrement intéressante : « prostitution européenne – officiellement, n’existe pas »33.

33On peut néanmoins trouver mention de prostituées européennes dans la réglementation puisqu’il existe une réglementation spéciale ne concernant que des Européennes dites Valaques. Les Valaques sont des Européennes de l’Est – cette dénomination de Valaques permet donc aux autorités coloniales de faire une distinction entre les vraies Européennes, c’est-à-dire les Européennes de l’Ouest qui ont, elles un comportement irréprochable (en théorie) et les autres ; ce terme est instrumentalisé car sont dénommées valaques des Italiennes par exemple – et ont une très mauvaise réputation comme le montre le début de l’arrêté réglementant la prostitution et les débits de boisson à Hanoi, daté de 1906 :

  • 34  Arrêté du Résident-Maire de Hanoi, 24 janvier 1906 ; dossier 2574 – réglementation sur la prostitu (...)

« Vu les nombreuses plaintes formulées contre la présence dans certains quartiers de la Ville d’établissement tenus par des femmes seules, de nationalité étrangère, dites « VALAQUES » (sic) qui sous le couvert de « CAFES » (sic) sont, en réalité des maisons de prostitution ; Attendu que ces femmes notoirement connues pour se livrer à la prostitution clandestine, échappent à la surveillance et au contrôle de la police des mœurs »34.

  • 35  Article 12 de l’arrêté du 16 décembre 1907 de l’Administrateur-Maire de Hanoi.

34Ces femmes sont considérées comme des prostituées et sont soumises à la réglementation de la prostitution. Mais cette réglementation est différente pour les Européennes et pour les Asiatiques. En effet, si les prostituées indigènes en carte ont pour obligation de passer les visites et de se soigner au dispensaire, les Européennes peuvent le faire à domicile et peuvent faire venir le médecin de leur choix – à charge pour elles de le payer35 – et si elles désirent aller tout de même au dispensaire municipal, elles ont des jours et des horaires réservés.

La prostitution coloniale, un moindre mal

35C’est justement parce qu’elle met en contact des personnes différentes que la prostitution peut être mal perçue par les autorités coloniales. Comment légitimer la suprématie des Français sur les Vietnamiens s’ils fréquentent les mêmes prostituées ? Pourtant la prostitution n’est pourtant pas critiquée par les autorités. Elle est vue comme un mal nécessaire (Stoler, 1989), notamment pour les militaires qui sont bien souvent célibataires. Les différents administrateurs favorisent le développement des maisons et la grande majorité des demandes d’ouverture de maisons sont ainsi autorisées. Les autorités tant civiles que militaires ne sont pas opposées à la prostitution si elle est réglementée ; en revanche, ils luttent de toutes leurs forces contre la prostitution clandestine, pour des raisons sanitaires et non politiques, la prostitution clandestine étant perçue comme beaucoup plus dangereuse en ce qui concerne les maladies vénériennes. Néanmoins, il existe une nuance à cette permissivité envers la prostitution. Dans les villes où la population européenne est conséquente, c’est-à-dire Hanoi et Haiphong principalement, il existe des quartiers où la prostitution est interdite. Les autorités autorisent l’existence et l’ouverture de maisons dans les rues où la population européenne est inexistante, dans des quartiers loin des lieux du pouvoir, de la culture… Les raisons invoquées sont avant tout des raisons de morale et de pudeur : les autorités ne veulent pas que les Européennes et leurs enfants aient sous les yeux le spectacle immoral de la prostitution ; mais elles n’ont rien contre le fait que les Européens fréquentent les prostituées.

36Ce qui leur pose plus de problèmes, c’est le concubinage des Européens avec des congaïs. Si au début de la colonisation le concubinage est bien perçu par les autorités coloniales, il progressivement critiqué et remplacé par une valorisation de la prostitution : « Concubinage was replaced by more restricted sexual access in the politically safe (but medically unsatisfactory) context of prostitution » (Stoler, 1989, 639). Le concubinage est d’abord favorisé par les autorités car le contact avec les femmes indigènes permet au colon de se familiariser avec la langue, les coutumes, la nourriture et ce même contact contribue à la survie des colons dans un milieu hostile. Les traités d’hygiène coloniale dénoncent le climat débilitant et certains affirment même

  • 36  Dr. P. NAVARRE, Manuel d’hygiène coloniale, guide de l’Européen dans les pays chauds, Paris, Octav (...)

« les fonctions génésiques subissent, au début du séjour en pays intertropical, cette surexcitation que nous avons constatée pour toutes les autres fonctions, et dont il importe de se défier. […] On peut affirmer que la débilitation nerveuse produite par ces actes répétés place l’organisme dans cet état de réceptivité morbide qui le livre sans résistance à l’agression des endémo-épidémies »36.

37Vivre avec une congaï permet d’avoir une relation quasi-conjugale et le colon mène donc une vie sexuelle moins risquée.

38Mais au début du xxe siècle, le concubinage est dénoncé pour les mêmes raisons :

  • 37  Dr. B. JOYEUX, « le Péril vénérien », op. cit., p. 244.

« la facilité de la vie elle-même, jointe à la dépression morale, à cette sorte de langueur intellectuelle qu’engendre l’adaptation à un climat malgré tout pénible, ont favorisé certaines déchéances, au contact d’une population indigène, toujours prête à favoriser ou à solliciter les faiblesses de celui qui restera toujours le conquérant – et qui a de l’argent »37.

39Et les autorités coloniales d’interdire aux fonctionnaires d’avoir des concubines indigènes, dans des termes très explicites quant à ce qui est reproché à ces concubines :

  • 38  Circulaire du Résident Supérieur au Tonkin aux résidents et chefs de province, le 18 octobre 1901  (...)

« Certains faits signalés dernièrement à Monsieur le Gouverneur Général ont démontré une fois encore que la présence de femmes indigènes auprès des fonctionnaires et logées dans les bâtiments de l’Administration entraîne les plus graves inconvénients. Il ne s’agit pas, en effet, de la seule question de dignité personnelle que la situation irrégulière établie par cette cohabitation, met, cependant fortement en jeu. Il a été prouvé, par des cas heureusement rares, que l’influence même supposée de ces femmes admises dans l’intimité était préjudiciable à l’autorité du fonctionnaire et que sans porter forcément atteinte à la sincérité de ses actes administratifs, elle infirmait souvent la valeur et la légitimité de ses décisions ou de ses avis, en les exposant à être taxés de partialité par les indigènes. Il importe que les représentants de l’Administration, par qui s’exerce l’action du Gouvernement, jouissent d’un réel prestige, d’un respect incontesté, d’une réputation inattaquable sans lesquels il n’est pas de vraie force ni d’autorité. Les Administrateurs et tous ceux qui détiennent à quelque titre que ce soit, une parcelle des pouvoirs publics ne doivent être critiqués ni dans leur vie privée, ni dans leur vie publique, ni soupçonnés de leur intégrité. Ces attaques et ces soupçons sont malheureusement trop souvent les conséquences regrettables de la cohabitation avec la femme indigène »38.

  • 39  Eugène PUJARNISCLE, Philoxéne ou de la littérature coloniale, Paris, Firmin-Didot, 1931, p. 107.

40Les colonisateurs qui vivent avec des femmes indigènes perdraient toute crédibilité et, pire, leur qualité d’Européen en s’encongayant. L’adaptation est désormais vue comme une dégradation, une forme de décivilisation allant à l’encontre du projet colonial et de la mission civilisatrice française. De plus en plus, les Français vivant avec des congaïs sont vus comme passant dans « le camp de l’ennemi »39 (Pujarniscle, 1931, 107). Le concubinage n’est pas seulement la cause d’une chute individuelle, mais il devient la cause biologique (à cause des maladies vénériennes) et sociale de la dégénération de la race européenne dans son ensemble. Le concubinage est d’autant plus problématique que des enfants métis peuvent naître de ces relations. L’Indochine est la colonie où il y a eu le plus de métis et où est né le « problème métis » qui s’applique à une catégorie de métis bien particulière :

« cette nouvelle manière d’appréhender le métissage ne s’applique pas uniformément à tous les produits des amours coloniales : la “question métisse” ne réfère qu’aux hybrides qui sont aussi des bâtards » (Saada, 2007, 29).

  • 40  DOUCHET, Métis et congaies d’Indochine, Hanoi, 1928, p. 10.

41Ces enfants sont dénoncés par les autorités comme résultant d’une faiblesse et parce qu’ils sont physiquement et moralement marqués par « les défauts et les qualités médiocres de leurs mères »40 et également de leurs pères (légionnaires, petits fonctionnaires, petits blancs…).

42Mais au-delà d’un problème de morale, ces enfants constituent un problème politique (Stoler, 1992) puisqu’ils brouillent les frontières raciales que la colonisation entend mettre en place et faire respecter. Le fait que ces enfants soient élevés à mi-chemin entre les deux sociétés, européenne et indigène, contribue à brouiller la distinction entre colonisateur et colonisé, entre souverain et sujet. Les problèmes soulevés par ces métis sont différents selon que l’enfant est un garçon ou une fille. Les filles métisses ont aux yeux des hommes, vietnamiens comme européens, « l’attrait du diable » (Lefèvre, 1994, 117) mais surtout elles perturbent la société coloniale qui se demande quelle peut être la part civilisée, celle du Blanc, dans cet être vu comme profondément hybride. Les mères indigènes sont ainsi accusées d’habiller leurs filles comme des Européennes tout en les éduquant comme des Vietnamiennes, l’apparence occidentale cachant en réalité une pensée asiatique et contribuant à renforcer le flou initial. Quand le métis est un garçon, le problème est plus grave car les autorités redoutent que, arrivés à l’âge adulte et se rendant en compte que la société coloniale ne leur donne pas la place à laquelle ils aspirent, ils ne deviennent des militants politiques, contribuant de ce fait à fragiliser l’ordre colonial.

  • 41  Traduction de l’auteur.

43Le contrôle de la sexualité est bien au cœur du projet colonial car le concubinage est envisagé alternativement par l’administration comme « les bases sur lesquelles l’autorité coloniale serait confortée ou irréparablement ébranlée » (Stoler et Cooper, 1997, 26)41. C’est donc pour cela que le concubinage et la prostitution sont insérés dans un discours médical et réglementaire pour que les frontières entre les Européens et les indigènes soient respectées. La sexualité coloniale est un enjeu à la fois pour l’identité des colonisateurs et pour les catégories manichéennes de dominant et dominé, au sens politique.

Conclusion

  • 42 Idem.

44Les relations sexuelles entre colonisés et colonisateurs sont étroitement liées aux idées et aux frontières de race et de genre et elles constituent des éléments fondamentaux des relations sociales et raciales coloniales. Comme l’a bien résumé Ann Laura Stoler, « le contrôle sexuel est plus qu’une métaphore commode. Il est un marqueur fondamental de classe et de race intégré dans un ensemble plus large de relations de pouvoir »42 (Stoler, 2002, 45). La réglementation de la prostitution est à la fois la réglementation stricto sensu de cette forme particulière de sexualité et la réglementation de la rencontre plus large entre colonisateurs et colonisés, entre Européens et Vietnamiens. Loin d’être marginale, la question de la prostitution et de la rencontre physique entre colonisateurs et colonisés est au cœur des préoccupations des autorités. Certes les archives sont lacunaires mais cela tient avant tout à des questions de conservation et/ou de partage des archives après la décolonisation et non pas à un désintérêt de la part des autorités coloniales puisque les documents conservés illustrent parfaitement l’enjeu qu’a pu être l’intimité coloniale, au Tonkin comme ailleurs. Parce que la prostitution est par essence une rencontre, elle remet en cause les catégories socio-raciales que les autorités essaient de mettre en place et surtout de maintenir.

45En d’autres termes, la réglementation de la prostitution est l’un des moyens utilisés par les autorités françaises pour maintenir l’ordre colonial au Viêt-Nam, en créant des distinctions entre les sexes – hommes donc clients donc dominants/femmes donc prostituées donc dominées – et également entre les races. Le monde prostitutionnel apparaît comme un excellent microcosme de la société coloniale dans son ensemble parce qu’il est justement traversé par ces frontières de genre et de race. La sexualité coloniale, et donc la prostitution, doit donc être contrôlée pour une raison médicale à savoir la question du péril vénérien, mais surtout pour des raisons politiques puisqu’il s’agit d’assurer le prestige de l’Homme Blanc. Par conséquent, l’interaction entre les colonisateurs et les colonisés doit être brève et dépourvue de sentiments : elle doit se cantonner au bordel et ne pas en sortir pour rester ainsi en permanence sous les yeux des autorités coloniales.

Haut de page

Bibliographie

ABALAHIN Andrew Jimenez, Prostitution policy and the project of modernity: A comparative study of colonial Indonesia and the Philippines, 1850-1940, Cornell University, 2003.

BANERJEE Sumanta, Under the Raj: prostitution in colonial Bengal, New York, Monthly Review Press, 1998.

BELMENOUAR Safia, COMBIER Marc, Bon Baisers des colonies, images de la femme dans la carte postale coloniale, Paris, Alternatives, 2007.

BRENNAN Denise, What’s Love got to do with it? Transnational Desires and Sex Tourism in the Dominican Republic, Durham, Duke University Press, 2004.

COOPER Frederik, STOLER Ann Laura (dir.), Tensions of Empire. Colonial culture in a Bourgeois World, Berkeley, University of California Press, 1997.

COPIN Henri, L’Indochine dans la littérature française des années vingt à 1954, exotisme et altérité, Paris, L’Harmattan, 1996.

CORBIN Alain, Les Filles de noce, misère sexuelle et prostitution aux 19e et 20e siècles, Paris, Aubier, 1978.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité : 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

FOUCAULT Michel, Dits et écrits 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994.

GOUTALIER Régine, KNIBIELHER Yvonne, La Femme au temps des colonies, Paris, Stock, 1985.

GULICK Robert Van, La Vie sexuelle dans la Chine ancienne, Paris, Gallimard, 1961.

HARDY Michel Serge, De la Morale au moral des troupes ou l’histoire des B.M.C., 1918-2004, Paris, Lavauzelle, 2004.

LAURO Amandine, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Editions Labor, 2005.

LEFEVRE Kim, « Èves jaunes et colons blancs », in FRANCHINI Philippe (dir.), Saigon 1925-1945, de la « Belle Colonie » à l’éclosion révolutionnaire ou la fin des dieux blancs, Paris, Autrement, 1994, pp. 111-119.

McCLINTOCK Anne, Imperial Leather: Race, Gender and Sexuality in the Colonial Conquest, New York, Routledge, 1995.

NGUYỄN Du, Kim Vân Kiều, Paris, Gallimard, 1961.

NGUYỄN VÕ Thu Hương, The Ironies of Freedom. Sex, Culture and Neoliberal Governance in Vietnam, Seattle, University of Washington Press, 2008.

NORINDR Panivong, Phantasmatic Indochina, French Colonial Ideology in Architecture, Film, and Literature, Durham, London, Duke University Press, 1996.

PROSCHAN Franck, « Eunuch Mandarins, Soldats Mamzelles, Effeminate Boys, and graceless Women; French colonial constructions of Vietnamese Genders », GLQ, A Journal of Lesbian and Gay Studies, 8, 4, 2002, pp.435-467.

PROSCHAN Frank, « Syphilis, Opiomania, and Pederasty: Colonial Constructions of Vietnamese (and French) Social Diseases », Journal of the History of Sexuality, 11, 4, 2002, pp. 435-467.

REBREYEND Anne-Claire, « Genre et histoire des sexualités au XXe siècle », Historiens et géographes, 394, 2006, pp. 93-100.

REVENIN Régis, Homosexualité et prostitution masculines à Paris, 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005.

SAADA Emmanuelle, Les Enfants de la colonie, les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte, 2007.

SAID Edward, Orientalism, New York, Vintage, 1979.

SCOTT Joan, « Genre : Une catégorie utile d'analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, 1988, pp. 125-153.

SINHA Mrinalini, Colonial Masculinity: The “Manly Englishman” and “the Effeminate Bengali” in the late nineteenth century, Manchester, Manchester University Press, 1995.

SOHN Anne-Marie, « Histoire des hommes et des masculinités », Historiens et géographes, 394, 2006, pp. 167-177.

STOLER Ann Laura, « Making Empire Respectable: The Politics of Race and Sexual Morality in 20th Century Colonial Cultures », American Ethnologist, 16, 4, 1989, pp. 634-660.

STOLER Ann Laura, « Sexual Affronts and Racial Frontiers: European Identities and the Cultural Politics of Exclusion in Colonial Southeast Asia », Comparative Studies in Society and History, 34, 3, 1992, pp. 514-551.

STOLER Ann Laura, Carnal Knowledge and Imperial Power: race and the intimate in colonial rule, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 2002.

TAMBE Ashwini S., Codes of misconduct: The regulation of prostitution in colonial Bombay, 1860-1947, The American University, 2000.

TARAUD Christelle, La Prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.

TRACOL Isabelle, La Prostitution au Tonkin colonial : « Mars a toujours couché avec Vénus » ; l’armée et la prostitution (1883-1940), mémoire de Master 1, sous la direction de Christian Henriot, Lyon, ENS-LSH, 2005.

WHITE Luise, The Comforts of Home. Prostitution in colonial Nairobi, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1990.

YEE Jennifer, Clichés de la femme exotique : un regard sur la littérature coloniale française entre 1871 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2000.

Haut de page

Notes

1  Le Tonkin correspond au Nord du Viêt-Nam. Le Viêt-Nam colonial se compose en effet de trois entités : le Tonkin avec Hanoi comme résidence supérieure, l’Annam au centre avec Hué et, au sud, la Cochinchine avec Saigon.

2  Arrêté du Résident Supérieur du Tonkin du 3 février 1921, article 34.

3  Congaï est la version francisée du vietnamien con gái signifiant « fille ». Pendant la période coloniale, ce mot a pris une autre acception et désignait entre autres, de façon péjorative, la concubine indigène d’un Européen.

4  La , mot qui en vietnamien veut dire « tante » ou « mademoiselle », est le volet militaire de la congaï. On dit congaï pour la concubine d’un fonctionnaire et pour celle d’un militaire.

5  La petite Tonkinoise, paroles de Georges Villard et musique de Vincent Scotto, chantée par Polin en 1906.

6  Louis MALLERET, L’Exotisme indochinois dans la littérature française depuis 1860, Paris, Larose, p. 220.

7  Tan Loc NGUYEN, « Cartes postales de l’Indochine », http://indochinois.free.fr/liste_recherche.php, (5 Mai 2005).

8  WILD Herbert, L’autre Race, Paris, Albin Michel, 1930, pp. 57-58. La piastre est la monnaie de l’Indochine coloniale.

9  Tan Loc NGUYEN, « Cartes postales de l’Indochine », op. cit.

10  Jean-Marie COLLOMB, Essai sur l’hygiène et la pathologie de l’Annam et du Tong-Kin, Lyon, Duc, 1883.

11  Commandant du 1er Territoire Militaire au Capitaine Délégué à Dinh-Lap, le 18 janvier 1937 ; dossier 04402 – Agglomération indigène près des chantiers pour exercer le trafic d’alcool et la prostitution (1937) ; RSTNF ; Centre des Archives d’Outre-Mer (C.A.O.M.), Aix-en-Provence.

12  Commandant du 1er Territoire Militaire au Capitaine Délégué à Tiên-Yên, le 14 janvier 1937 ; dossier 04402 – Agglomération indigène près des chantiers pour exercer le trafic d’alcool et la prostitution (1937) ; RSTNF ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

13  Rapport sur la morbidité des troupes au Tonkin, le 9 février 1917 ; dossier 03856 – Prophylaxie des maladies vénériennes (1917-1940) ; RSTNF ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

14  Le Résident est le chef administratif d’une province. Le Résident Supérieur au Tonkin est le chef administratif de tout le Tonkin, il est le supérieur hiérarchique des autres Résidents.

15  Général de division Verdier, Commandant Supérieur des troupes du Groupe de l’Indochine au Résident Supérieur au Tonkin, le 17 mai 1934 ; dossier 03987 – Réglementation de la prostitution, problème des chanteuses et demande de création de maisons de tolérance (1920-1938) ; RSTNF ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

16  Par exemple : RST 1988 Mesures prises relatives à la prostitution à Hongay 1900-1902 ; Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Viêt-Nam.

17  Myriam HARRY, Petites Epouses, ou ma petite fleur d’Annam, Paris, Calmann-Lévy, 1901.

18  Pierre LOTI, Propos d’exil, Paris, C. Lévy, 1887.

19  Voir par exemple l’ouvrage de Mrinalini SINHA et l’article d’Anne-Marie SOHN cités en bibliographie.

20  Rapport du médecin major chef du service du 4° bataillon sur les maladies vénériennes observées à la portion centrale du Bataillon, d’août 1909 à août 1910 ; dossier 74533 – Apparition de maladies vénériennes à Viétri et Yên Bay (1893-1910) ; RST ; Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Viêt-Nam.

21  1891, 1906 pour la réglementation de la prostitution par les femmes dites valaques (Européennes de l’Est), 1907 (très complet et détaillé) ; le règlement de police de 1915 parle de la prostitution.

22  A Hanoi, en 1930, les rapports évoquent 500 filles soumises pour 5-6000 insoumises !

23  Journal officiel de l’Indochine, 2ème partie Annam-Tonkin, 1893, p. 432.

24  Procureur général chef du service judiciaire au Gouverneur Général de l’Indochine, n°145, 18 avril 1917 – dossier 2587 ; Mairie de Hanoi ; Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Viêt-Nam.

25  Journal officiel, op. cit., p. 432.

26  On trouve cette expression dans l’ensemble des arrêtés réglementant la prostitution.

27  Province de Haiduong, 1919 ; dossier 04011 – Rapport sanitaire par provinces pour 1919 ; RSTNF ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

28  Maire de Haiphong au RST, 26 mai 1920 ; dossier 03987 – Réglementation de la prostitution, problème des chanteuses et demande de création de maisons de tolérance (1920-1938) ; RSTNF ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

29  Rapport médical du 20 juillet 1896 au 31 juillet 1897 ; dossier 6706 – Extrait d’un rapport médical sur la prostitution à Haiphong (1896-97) ; D638 ; GGI ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

30  Lettre du Résident Supérieur du Tonkin au Gouverneur Général de l’Indochine, as âge légal des filles soumises, 27 février 1926 ; dossier 03987 – Réglementation de la prostitution, problème des chanteuses et demande de création de maisons de tolérance (1920-1938) ; fonds de la Résidence Supérieure du Tonkin, Nouveau Fonds (RSTNF) ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

31  Projet d’arrêté réglementant les taxes à percevoir pour frais de séjour au dispensaire des femmes se livrant à la prostitution dans les centres urbains de Viétri, de Phuto (et de Hung Hoa) ; dossier 1992 – Réglementation de la prostitution dans les centres urbains de Viétri (1910) ; RST ; Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Viêt-Nam.

32  Ibid.

33  Mairie de Hanoi S03 5757 – Rapports mensuels sur le fonctionnement du service municipal d’hygiène de Hanoi (1931); Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Vietnam.

34  Arrêté du Résident-Maire de Hanoi, 24 janvier 1906 ; dossier 2574 – réglementation sur la prostitution et les débits de boissons dans la ville de Hanoi (1888-1911) ; D638 ; Mairie de Hanoi ; Centre n°1, Archives Nationales, Hanoi, Viêt-Nam.

35  Article 12 de l’arrêté du 16 décembre 1907 de l’Administrateur-Maire de Hanoi.

36  Dr. P. NAVARRE, Manuel d’hygiène coloniale, guide de l’Européen dans les pays chauds, Paris, Octave Doin éditeur, 1895, p. 410.

37  Dr. B. JOYEUX, « le Péril vénérien », op. cit., p. 244.

38  Circulaire du Résident Supérieur au Tonkin aux résidents et chefs de province, le 18 octobre 1901 ; dossier 21744 – Tonkin, cohabitation de femmes indigènes et de fonctionnaires (1908) ; E01, GGI ; C.A.O.M., Aix-en-Provence.

39  Eugène PUJARNISCLE, Philoxéne ou de la littérature coloniale, Paris, Firmin-Didot, 1931, p. 107.

40  DOUCHET, Métis et congaies d’Indochine, Hanoi, 1928, p. 10.

41  Traduction de l’auteur.

42 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Jeunes Congaïs
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 2 - Tonkin Femme de Hanoï
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1219/img-2.png
Fichier image/png, 117k
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1219/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 16 janvier 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://gss.revues.org/1219 ; DOI : 10.4000/gss.1219

Haut de page

Auteur

Isabelle Tracol-Huynh

Doctorante
Université Lumière Lyon 2
Institut d’Asie Orientale (IAO), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org