Navigation – Plan du site
Dossier
Présentation

Actualité des échanges économico-sexuels

Marlène Benquet et Mathieu Trachman

Texte intégral

1En forgeant la notion d’ « échange économico-sexuel », les travaux de Paola Tabet (2004) ont ouvert un champ de recherches montrant que les échanges sexuels entre hommes et femmes n’étaient pas liés de manière exceptionnelle aux échanges économiques, mais étaient structurellement insérés dans des transactions économiques implicites ou explicites. La prostitution n’est pas le cas limite de confusion des registres de l’économique et du sexuel, c’est une catégorie normative, historiquement et socialement variable, dont la fonction est de fixer les règles d’un usage légitime et illégitime du corps des femmes. La notion d’échange économico-sexuel permet également de comprendre la sexualité, et notamment l’hétérosexualité comme un rapport de genre, asymétrique et non réciproque entre hommes et femmes, où l’échange a un sens dominant : une compensation masculine, un paiement qui revêt les formes les plus variées (don, argent, prestige, statut social, promotion) en échange d'une prestation sexuelle féminine. Les modifications intervenues dans les rapports entre les sphères marchande et sexuelle et les nouveaux objets de recherche émergeant depuis une dizaine d’années dans les sciences sociales interrogent la pertinence contemporaine de ce concept et invite à en repréciser les contours et les virtualités. C’est en ce sens qu’il nous a semblé pertinent d’interroger l’actualité des échanges économico-sexuels : actualité des formes de l’échange d’une part, dans le cadre d’une historicité de la sexualité et des organisations marchandes ; actualité du concept de l’autre, de son pouvoir de description et d’explication et des limites de ses usages.

2En effet, l’extension de modes capitalistiques de production à des transactions sexuelles illégitimes et l’émergence de revendications politiques de reconnaissance de certains échanges sexuels comme travail ont concouru à recoder certains rapports sexuels en termes de transactions économiques explicites. Sans se prononcer sur le degré de modifications objectives des relations entre les sphères marchandes et sexuelles, leurs points de jonction sont bien l’objet d’une visibilité politique et scientifique accrue. Dans ce cadre, l’analyse en termes d’échanges économico-sexuels se présente comme une tentative de penser les nouvelles articulations entre rapports économiques et sexualité à partir de la complexité des pratiques où sexualité et économie interfèrent. Cette perspective est proche des travaux de Viviana Zelizer (2005) : les transactions économiques n’effacent pas les relations personnelles, mais déplacent les frontières de l’intimité et conduisent les individus à effectuer un travail de distinction des sphères intimes et marchandes, notamment dans les situations où la frontière est floue.

3Cette approche est le point de départ d’un double questionnement sur les contours théoriques de la notion d’échange économico-sexuel, et en premier lieu sur les modalités définition de ce qui, dans les échanges, relève proprement de l’économique. Si Paola Tabet propose d’identifier l’économique à l’existence d’une compensation pouvant revêtir des formes diverses à l’échange sexuel, les enquêtes empiriques font aussi apparaître la variabilité de ce que les acteurs sociaux identifient comme tel dans les rapports sexuels dans lesquels ils s’engagent. Loin de préexister aux échanges, la délimitation de ce qui relève de l’économique dans les transactions sexuelles se construit dans les interactions au cours de processus de définitions et de codages fréquemment réélaborés : une mise en équivalence des objets de l’échange d’une part, une mise entre parenthèse des rapports personnels entre les partenaires de l’échange de l’autre (Weber, 2000). Les frontières ne sont pas données, et c’est bien les opérations de mise en équivalence et de mise entre parenthèse qui sont centrales comme pratiques et résultats plus ou moins stabilisés, pouvant toujours être remises en question.

4L’interrogation porte en second lieu sur les liens entre les échanges économico-sexuels et les rapports de domination : dans La grande arnaque, l’analyse des transactions ordinaires ouvre moins sur la compréhension des pratiques marchandes que sur celle des pratiques de pouvoir. Les récits de vie proposés par les individus engagés dans des échanges économico-sexuels mettent en évidence le caractère non systématique de la perception de ces échanges comme des relations dissymétriques. Ordinaires, ces échanges peuvent être perçus par les individus comme dépourvus de violence, manifestation d’une interpénétration pacifique des sphères marchandes et sexuelles, voire comme une libération vis-à-vis d’une sexualité majoritaire. L’objectif est alors de décrire les arrangements qui permettent de construire des relations cohérentes, de distinguer la moralité et l’immoralité d’une pratique, d’évaluer des objets qui ne sont pas nécessairement considérés comme des biens marchands. La description des arrangements ordinaires tend cependant à mettre de côté une lecture en termes de rapports de classe entre le groupe des hommes et le groupe des femmes, et par là même la critique des rapports sociaux de sexe à la racine de la notion d’échange économico-sexuel : les usages du concept relève bien d’une politique, et il est nécessaire d’interroger les effets de politisation et de dépolitisation inhérents aux déplacements théoriques.

5Ces deux champs de questionnements ont donné lieu en juin 2008 à un colloque organisé à l’ENS-LSH sur le thème de la marchandisation de la sexualité. L’objectif était d’interroger dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales la notion d’échanges économico-sexuels dans le contexte contemporain de renouvellement des formes d’interpénétration des sphères économiques et sexuelles. Le présent dossier est issu des communications proposées à cette occasion.

Des échanges ordinaires

6Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, Paola Tabet insiste sur la banalité des échanges économico-sexuels, et la difficulté à accepter cette banalité. Alors que les débats sur la prostitution ou plus largement sur le travail sexuel considèrent implicitement l’économie et la sexualité comme deux sphères séparées, pour reprendre la terminologie de Viviana Zelizer, le fait initial est celui d’un continuum entre différentes formes de transactions où la sexualité féminine fait l’objet d’un échange entre hommes. Alors que l’approche en termes de sphères séparées a pour conséquence de présenter le travail sexuel comme extraordinaire, une approche en termes de continuum permet d’insérer les interactions entre la sexualité et l’économie dans la trame ordinaire de la sexualité et des échanges marchands : payer une prostituée, payer le restaurant lors d’un rendez-vous amoureux, se marier avec telle personne plutôt qu’avec telle autre sont des interactions où sont en jeu (pas seulement, mais notamment) les statuts de la sexualité féminine et masculine, la division du travail et l’inégal accès aux ressources des femmes et des hommes.

7Si les échanges économico-sexuels peuvent être dits ordinaires, c’est également en un autre sens, qui prend pour point de départ la possibilité pour certaines femmes et certaines hommes de s’engager dans le travail sexuel : sous quelles conditions la sexualité est-elle constituée en ressource ? L’article d’Elizabeth Bernstein, issu d’une ethnographie du travail sexuel à San Francisco, Stockholm et Amsterdam (Bernstein, 2007) met en évidence la manière dont certaines travailleuses du sexe tissent une continuité entre leur travail sexuel comme escort et leurs trajectoires antérieures. Cette continuité est de deux ordres : c’est une continuité sexuelle, l’investissement dans le travail sexuel supposant un certain rapport à la sexualité, celle-ci étant constituée en champ d’expérimentation et de découverte de soi. C’est également une continuité professionnelle : le travail sexuel apparaît comme un travail souhaitable voire plus épanouissant quand on le rapporte au marché du travail de ces femmes, dont les compétences sont largement dévalorisées au regard de celles des hommes. L’article d’Elena Stoian, en mobilisant la théorie des scripts sexuels, met également en avant cette continuité en montrant comment les animateurs et les animatrices de messageries roses mobilisent un ensemble de savoirs acquis dans la sphère privée qui sont constitués en compétences dans la sphère professionnelle.

  • 1  L’expression est d’Elizabeth Bernstein, 2007, pp. 14-15. Pour des exemples d’usages de Bourdieu da (...)

8Tracer cette continuité permet d’éviter une vision misérabiliste du travail sexuel, qui présente les impératifs économiques comme la motivation principale d’une activité conçue sur le mode du dernier recours. À l’inverse, il ne s’agit pas de tomber dans l’écueil symétrique en présentant une vision enchantée du travail sexuel, et Elizabeth Bernstein souligne clairement les limites de son analyse, qui en font tout l’intérêt : il ne s’agit pas de dire que les travailleuses du sexe le sont parce qu’elles ont un rapport particulier à leur sexualité, mais de saisir ce que suppose la constitution de la sexualité féminine en capital. Cette constitution de la sexualité en capital doit être mise en rapport avec les évolutions contemporaines du capitalisme : le développement des nouvelles technologies et d’un monde en réseau, l’intégration des aspects moraux et intimes dans les pratiques et les discours marchands, la reconfiguration des espaces urbains notamment. Même si elle enregistre les évolutions contemporaines de la sexualité, cette constitution est également dépendante des statuts différents des sexualités féminines et masculines et d’une division sexuelle du travail toujours d’actualité. Enfin elle peut être décrite de manière plus positive comme le choix d’une conversion et d’un investissement dans les zones marginales et disqualifiées du marché du travail. On a ici un exemple des usages possibles de Bourdieu dans l’analyse du travail sexuel et de l’évolution des marchés de la sexualité : le travail sexuel et l’insertion de la sexualité dans la sphère marchande peut être un investissement de capitaux qui contribue à changer la signification du travail sexuel et à le normaliser, mais aussi à reproduire les inégalités de genre et de classe. Les échanges économico-sexuels font partie d’une économie politique des pratiques corporelles et des désirs1, dont ce qui est appelé travail sexuel n’est qu’une partie.

Coupures dans le continuum et travail relationnel

9S’il est nécessaire d’établir un continuum, il faut également rendre compte des coupures qui y sont faites : les échanges économico-sexuels peuvent être plus ou moins légitimes, plus ou moins explicites ; Les sphères séparées ne décrivent pas adéquatement les échanges mais sont bien un outil dans la constitution des représentations des rapports marchands et des relations sexuelles. Les coupures sont d’abord politiques : l’État est l’instance qui va qualifier les activités de légitimes ou d’illégitimes, de légales ou d’illégales, à travers une police de la sexualité qui repose aussi sur un ensemble de réglementations économiques. Les logiques qui président à ce travail de mise en forme sont multiples et parfois contradictoires : elles ont pour objectif le maintien de la division sexuelle du travail et des inégalités de genre, mais aussi l’exclusion des formes populaires et clandestines de la prostitution de rue des quartiers riches, selon des logiques de classe et des logiques raciales. Isabelle Tracol montre, dans le cas du Tonkin, les imbrications des logiques coloniales, sexuées et militaires qui président à la légitimation et à la condamnation des formes de travail sexuel : les autorités coloniales favorisent et constituent une prostitution pour les militaires, le contrôle de la sexualité n’a pas pour enjeu ici la condamnation de la prostitution, mais la promotion d’un corps blanc masculin dans un contexte de conquête.

10Dans son travail sur les sex-shops, Baptiste Coulmont (2007) retrace la généalogie de ces commerces en montrant comment ceux-ci sont tributaires d’un investissement de forme où l’État et le droit ont une place centrale. Les réglementations économiques ont notamment une traduction spatiale : même toléré ou favorisé, le commerce sexuel est circonscrit dans l’espace social, d’abord pour des questions de bonnes mœurs, puis dans le cadre d’une politique de protection de l’enfance. À la suite de ces analyses, le document que Baptiste Coulmont publie ici montre bien l’importance du regard policier, de l’œil de la loi dans la constitution et la régulation d’espaces marchands de la sexualité : regard investigateur, dont les archives dévoilent un espace surprenant de diffusion et de vente de matériaux pornographiques (la loge d’une concierge parisienne) ; regard interrogateur qui prend finalement place dans une circulation des désirs dont chacun-e-s des participant-e-s semblent vouloir s’extraire. Mais il faut lire également dans ce document un ensemble de traces sur le commerce pornographique avant sa régulation politique telle qu’elle se mettra en place au milieu des années 1970 en France : un commerce clandestin, faits de réseaux plus ou moins lâches, où circulent des individus aux caractéristiques sociales assez diverses. La constitution du commerce de la concierge en affaire relève bien d’une mise en forme de ces échanges informels qui en détermine l’illégalité et qui donne à ce type d’échanges une forme spécifique, qui changera avec la mise en place d’une régulation de la production et de la consommation d’images pornographiques en 1975 (la « loi X »).

11Les opérations de coupures au niveau politique ne doivent pas masquer le travail relationnel faits par les individus eux-mêmes pour distinguer les sphères commerciales, sexuelles et sentimentales ; privées et publiques ; conjugales et professionnelles. En ce sens, le travail de clarification conceptuelle mené par Nobert Campagna n’est pas propre au philosophe, mais relève d’une activité ordinaire dont un des objectifs est de qualifier les relations dans lesquelles les individus s’engagent. L’article de Sylvie Bigot sur le travail des escorts en France illustre la pluralité des distinctions possibles entre les sphères conjugales, professionnelles, sexuelles… Ce travail de qualification n’est pas indépendant des positions et des trajectoires des individus : ceux-ci ne donnent pas sens à leur travail de manière autonome, mais composent avec un ensemble de significations et de représentations dans lesquelles ils sont pris. L’entretien présenté et réalisé par Sébastien Roux dans le cadre de son travail sur les économies de la prostitution en Thaïlande illustre également les luttes qui traversent ce travail de qualification : pour le client, le rapport qu’il a eu avec cette prostituée relève et ne relève pas de la prostitution, est un échange marchand sans être pour autant inauthentique. On comprend que c’est la mise en scène de soi et l’image qu’il veut donner de lui-même en tant qu’homme qui est en jeu ici, dans le refus de se considérer et d’être considéré comme un « simple client ».

  • 2  Sur les rapports entre l’authenticité et le capitalisme, cf. Boltanski, Chiapello, 1999, VII, 3.

12Dans ce travail relationnel, la notion d’authenticité tient une place centrale. Elizabeth Bernstein, en proposant le concept d’authenticité limitée (« bounded authenticity ») montre bien comment l’authenticité est un attendu des relations sexuelles et un objectif du marché de la sexualité. Les travailleuses du sexe circonscrivent dans leurs relations professionnelles un espace intime qui doit rester hors des transactions. Mais le travail sexuel, et plus largement le marché de la sexualité, propose de plus en plus une sexualité qui ne doit pas être artificielle : l’authenticité est une propriété valorisée sur le marché de la sexualité alors même que celui-ci semble contredire ce qui est admis comme une relation sexuelle authentique, véritable. Si la question de l’authenticité est centrale, ce n’est pas parce que le marché serait l’agent d’une artificialisation croissante des rapports personnels (ce que sous-tend l’idée d’une « marchandisation » de la sexualité). C’est qu’elle concentre les tensions entre les logiques marchandes et les logiques sexuelles, le désir sexuel apparaissaient alors comme un facteur de renouvellement du capitalisme tout en restant irréductible à sa mise en marché2. Le travail relationnel prend sens par rapport à cette contradiction, qui apparaît comme une tension à résorber dans le cadre d’agencement professionnel et personnel plutôt qu’un problème général à résoudre.

Points de vue sur les échanges, positions dans les échanges

13Dans La grande arnaque, Paola Tabet note explicitement qu’elle privilégie le point de vue des femmes qui participent aux échanges économico-sexuels « comme instrument d’analyse » (Tabet, 2004, 38) : accorder un privilège au point de vue des femmes n’est pas une limite de l’analyse, mais un choix stratégique dans la constitution d’un concept où les rapports sociaux de sexe sont centraux. Dans ce numéro, plusieurs textes déplacent le point de vue sur le travail sexuel : point de vue de l’État ou des institutions politiques dans le cas d’Isabelle Tracol et de Baptiste Coulmont ; point de vue des clients dans le cas du texte de Sébastien Roux. Quelles sont les conséquences de ces déplacements ? Il semble qu’un des aspects centraux du concept d’échanges économico-sexuels, le sens de l’échange, soit perdu. On peut également souligner que d’autres aspects des interactions entre les transactions marchandes et la sexualité deviennent visibles.

14En partant des archives, le texte de Baptiste Coulmont ne reconstruit pas seulement le point de vue de l’État : il montre comment une femme de classe populaire a pu être au centre d’un réseau pornographique, être actrice et non objet des échanges. La démarche, inspirée de la micro-histoire, ouvre des perspectives pour l’analyse de la sexualité et permet de poser à nouveau la question des structures qui constituent les pratiques sexuelles et sexuées, mais aussi des conditions d’accès à des pratiques souvent illégitimes et tues, parfois illégales dans l’espace du discours et du visible. Le regard policier est aussi une manière de rendre visible des pratiques de circulation, de production et de consommation qui semblaient vouées à rester dans l’ombre. En s’attachant à reconstruire les réseaux du commerce de la sexualité et en montrant comment la place des femmes n’y est pas nécessairement celle d’objets de l’échange, le travail d’archives ouvre un autre regard, qui déplace les modes de problématisation induits par exemple par les revendications de la sexualité comme travail ou la dénonciation de la marchandisation de la sexualité en s’attachant aux significations et aux conditions d’émergence d’un petit commerce de la sexualité.

15Elizabeth Bernstein, en prenant en compte les rapports de classe au sein des travailleuses du sexe, introduit une coupure dans le groupe des femmes qui apparaissent comme inégalement dotées pour s’approprier le travail sexuel et en faire une possibilité viable. Dans cette perspective l’image misérabiliste est moins fausse que partielle : dans l’objectif de constituer la défense des prostituées et la dénonciation de la prostitution comme causes, elle tend à minimiser les différentes positions des femmes sur le marché du travail et vis-à-vis de la sexualité. Le changement de point de vue n’est pas nécessairement contradictoire avec une analyse en termes d’échanges économico-sexuels : dans « Les dents de la prostituée », Paola Tabet (2004) montre comment la constitution explicite de la sexualité en capital par les femmes leur permet de passer de simples objets à celui de partenaires de l’échange. Comme elle y insiste dans l’entretien, il est réducteur de concevoir ce processus comme une libération : on peut y voir plutôt une confirmation de la structure des échanges. Cependant ce changement de position témoigne bien d’une réappropriation de sa sexualité qui prend différentes formes selon les classes sociales, mais aussi selon les organisations du commerce de la sexualité.

16L’entretien que restitue Sébastien Roux, mais aussi ceux avec les clients d’escorts cités par Sylvie Bigot se donnent pour objectif de prendre en compte un point de vue souvent mis de côté dans les analyses du travail sexuel. Il ne s’agit bien évidemment pas de réhabiliter les clients, mais de ne pas les réduire à une figure de prédateur dont le pouvoir descriptif et explicatif est douteux. S’intéresser aux clients permet en premier lieu d’avoir une image plus précise du marché de la pornographie en essayant de saisir en quoi consiste la demande, et comment celle-ci est mise en forme. Elizabeth Bernstein a intégré dans son ethnographie du travail sexuel les désirs des clients, notamment pour une sexualité authentique, mais aussi leur sentiment de honte vis-à-vis d’une sexualité ressentie comme « compulsive » (Bernstein, 2001). L’analyse de la demande, comme celle de l’offre, est également tributaire d’une mise en forme politique qui distingue des bons et des mauvais clients, qui pathologisent certaines formes d’échanges sexuels tout en spécifiant d’autres comme tolérables. On ne peut pas réduire l’analyse de la demande à un rapport entre le groupe des hommes et le groupe des femmes : il faut également prendre en compte la constitution politique de la demande, le rapport que les hommes peuvent avoir vis-à-vis de leur propre désir et de leurs positions dans les échanges.

17Il faut souligner pour conclure deux limites du dossier. D’une part, la majorité des articles traite de formes explicites et illégitimes d’échanges économico-sexuels : ils tendent ainsi à reconduire la réduction de la notion d’échanges économico-sexuels aux formes non ordinaires de transactions sexuelles. Cela s’explique en partie par des difficultés méthodologiques d’accès à ce que les acteurs tendent à identifier comme la sphère privée et intime de leur existence, et aux résistances vis-à-vis de la reconnaissance des imbrications entre transactions marchandes et rapports intimes. Mais en prenant pour objet le travail sexuel revendiqué comme tel, ou en partant du droit comme ensemble de cas qui mettent en évidence ces imbrications, tout se passe comme si l’analyse ne devenait possible qu’à partir du moment où les échanges économico-sexuels devenaient problématiques ou soumis à un impératif de justification ; comme si la visibilité politiquement constituée de certains échanges était reprise en sous-main dans la constitution des objets de recherche. Il faudrait appliquer la notion aux formes contemporaines d’échanges économico-sexuels ordinaires, notamment aux niveaux de la famille, de l’emploi, de la conjugalité et de la sexualité pris comme un tout.

18D’autre part, si l’interdisciplinarité du dossier élargit le spectre des outils disponibles pour l’analyse des échanges économico-sexuels et permet de confronter la notion aux formes renouvelées de transactions sexuelles en mobilisant des problématiques diverses, l’hétérogénéité disciplinaire et méthodologique des perspectives mobilisées rend parfois difficile le dialogue des textes entre eux. L’unité thématique ne se double pas d’une unité méthodologique. Ces limites montrent que l’actualité du concept d’échange économico-sexuel est pour une part encore à venir, et que ses virtualités sont loin d’être épuisées.

Nous remercions l’ENS-LSH d’avoir soutenu ce projet et rendu possible cette publication.

Haut de page

Bibliographie

BERNSTEIN Elizabeth, « The meaning of the purchase. Desire, demand and the commerce of sex », Ethnography, vol. 2, 3, 2001, pp. 389-420, repris in BERNSTEIN (2007).

BERNSTEIN Elizabeth, Temporarily yours. Intimacy, authenticity and the commerce of sex, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007.

BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

COULMONT Baptiste, ROCA ORTIZ Irene, Sex-shops. Une histoire française, Paris, Dilecta, 2007.

SENDER Katherine, Business, not politics. The making of a gay market, New York, Columbia University Press, 2004.

STORR Merl, « Classy Lingerie », Feminist Review, n°71, 2002, pp. 18-36.

STORR Merl, Latex and lingerie. Shopping for pleasure at Ann Summers, Oxford-New York, Berg, 2003.

TABET Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

WEBER Florence, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, n°41, 2000, pp. 85-107.

ZELIZER Viviana A., The purchase of intimacy, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2005.

Haut de page

Notes

1  L’expression est d’Elizabeth Bernstein, 2007, pp. 14-15. Pour des exemples d’usages de Bourdieu dans les opérations de classements sur le marché de la sexualité, cf. Storr, 2002, 2003 ; Sender, 2004.

2  Sur les rapports entre l’authenticité et le capitalisme, cf. Boltanski, Chiapello, 1999, VII, 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Benquet et Mathieu Trachman, « Actualité des échanges économico-sexuels », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1234 ; DOI : 10.4000/gss.1234

Haut de page

Auteurs

Marlène Benquet

Doctorante
CMH, EHESS

Mathieu Trachman

Doctorant
IRIS, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org