Navigation – Plan du site
Dossier
Documents

L’initiation. Entretien avec un client de la prostitution

The Initiation. An interview with a client of prostitution.
Sébastien Roux

Résumés

Peu de recherches se sont intéressées aux clients de la prostitution. Outre les difficultés méthodologiques qui limitent leur intégration au processus d’enquête, la condamnation morale implicite qui entoure le commerce de la sexualité a favorisé une concentration des analyses sur l’offre plus que sur la demande de services sexuels. En publiant un entretien accordé par Damien – un jeune Français de 25 ans rencontré à Bangkok dans le cadre d’une étude sur le « tourisme sexuel » – il s’agit de donner à voir la complexité souvent insoupçonnée des interactions prostitutionnelles. En revenant sur sa première expérience de la prostitution, il témoigne des incertitudes et des négociations qui traversent les échanges sexuels commerciaux. Et au-delà d’une psychologisation essentialisée du client masculin, l’analyse du discours de Damien rappelle que les actes prostitutionnels s’inscrivent dans un contexte spécifique qui interroge leur signification et qui produit ses effets sur le déroulement des relations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les informations pouvant permettre l’identification de l’enquêté ont été modifiées
  • 2  J’ai été amené à étudier Patpong dans le cadre d’une thèse de sociologie menée à l’EHESS sous la d (...)

1La première fois que j’ai rencontré Damien1, il était assis au comptoir d’un bar de Patpong, un quartier nocturne de Bangkok fréquenté par des expatriés et des touristes occidentaux2. Ce jeune Français de 25 ans, originaire de Marseille, était venu passer trois mois en Thaïlande dans le cadre d’un stage de fin d’études au sein d’une société spécialisée en développement durable. Fils d’une enseignante du secondaire et d’un père haut fonctionnaire du Ministère des Transports, il terminait à Bangkok son master en gestion du développement. Patpong constitue l’un des principaux espaces de Bangkok dédiés à la prostitution touristique ; entre restaurants, discothèques et échoppes artisanales, deux ruelles parallèles concentrent des bars a-go-go qui font de la capitale thaïlandaise une destination mondialement réputée pour ses offres sexuelles. Patpong est un espace diversifié au sein duquel la sexualité commerciale n’est qu’une consommation possible ; et si la prostitution constitue un attrait indéniable du quartier, nombreux sont les Occidentaux qui fréquentent cet espace nocturne pour des motivations diverses (shopping, socialisation, loisirs, etc.). Si je présupposais un intérêt de Damien pour la prostitution, son attitude calme, détachée, relativement indifférente aux jeunes femmes qui attendaient ostensiblement un compagnon, contrastait avec celle d’autres clients visiblement plus préoccupés par la disponibilité des Thaïlandaises et la possibilité de monnayer une relation sexuelle. Lorsque je l’ai interrogé sur les offres prostitutionnelles du quartier, il m’a répondu « qu’il n’était pas venu pour ça », que « ça ne l’intéressait pas trop ». Ce soir-là nous avons discuté longuement ; il m’a expliqué qu’en France, il avait « l’habitude de sortir […], même en semaine », qu’il avait « besoin, après le boulot ». Mais en Thaïlande, c’était « plus difficile » ; assez isolé, il peinait à rencontrer des gens et les soirées lui semblaient longues. C’était « juste pour boire des bières et tuer le temps » qu’il s’arrêtait parfois à Patpong, d’autant plus que les ruelles se situaient à quelques mètres seulement de la station de métro qu’il empruntait quotidiennement pour rentrer chez lui. Damien m’a expliqué qu’il avait « été avec une Thaïe », une fois, dans un quartier similaire (à Nana plus exactement). Mais cette expérience récente ne s’était pas avérée concluante. Pour Damien, le bordel était plutôt associé à une expérience « marrante », « quelque chose qu’il faut avoir fait dans sa vie ». Mais ce qu’il avait vu à Patpong et à Nana, il le qualifiait plutôt de « glauque », de « pas excitant du tout », de « décevant ». Le monde prostitutionnel ne s’était pas révélé à la hauteur de son fantasme. Sa première tentative n’avait d’ailleurs pas abouti. Un peu intimidé, ne maîtrisant pas les codes du quartier, il n’avait pas franchi le pas et trouvé une Thaïlandaise qui corresponde à ses goûts. Mais il était retourné occasionnellement dans ces établissements spécialisés et, pour la première fois, il avait payé pour du sexe, quelques jours seulement avant notre rencontre.

2J’ai sympathisé avec Damien et nous nous sommes revus à plusieurs reprises – à Patpong ou à l’extérieur. De ces rencontres répétées est née une intimité et une proximité, indépendante de mon travail ethnographique. J’ai été amené à lui parler quelques fois de l’enquête que je conduisais sur la sexualité commerciale. Il m’a interrogé à plusieurs reprises sur mon travail et mon positionnement sur la prostitution. Mais je n’ai pas détaillé avec lui mon point de vue sur les relations qui se tissent à Patpong ; je me suis davantage réfugié derrière le vague constat de la « complexité » des relations prostituées, position floue que j’ai tenue durant mon enquête ethnographique pour m’assurer stratégiquement un accès aux prostitué-e-s comme aux clients. Damien s’est certainement senti rassuré par mon refus d’exprimer une position catégorique sur la prostitution touristique ; il n’a pas dû ressentir dans nos échanges le jugement qu’il devait craindre ou appréhender. Au bout de quelques semaines, je lui ai alors proposé un entretien enregistré et anonyme pour lequel il a accepté de revenir sur cette expérience de la prostitution et sa découverte de la sexualité commerciale.

3Malgré le délai qui séparait notre première rencontre d’une interview formelle, Damien s’est parfois senti mal à l’aise face à l’enregistreur. Parler de sa sexualité n’est jamais un processus évident ; il l’est d’autant moins lorsqu’il touche à la prostitution et à l’interdit qui l’entoure. Qui plus est, le temps long de l’entretien facilite une objectivation des relations passées qui a pu contraster avec les processus d’euphémisation qu’il n’avait de cesse de déployer. La mise en récit des expériences passées a certainement imposé un retour réflexif fragilisant ses modes de justification. Mais j’ai tenté de maintenir un climat de confiance réciproque durant l’échange. Ainsi au-delà du tutoiement, certaines questions posées rendent compte de ma position et traduisent notre familiarité : « Tu dramatisais un peu la situation ? », « T’en tires une fierté ? », etc. Au-delà de notre interconnaissance, il me semble que notre proximité sociale, raciale, genrée et générationnelle a également facilité la parole de Damien et la réalisation de l’entretien. Certes, il connaissait suffisamment mon parcours biographique pour savoir que je n’avais jamais entretenu de relations similaires, que j’enquêtais sur la sexualité commerciale et des situations personnelles parfois délicates et que je n’entendais pas banaliser le recours au sexe tarifé. Mais nous partagions tous deux un certain nombre de caractéristiques sociales qui expliquent en partie notre proximité et le déroulement de l’entretien. Nous étions tous deux de jeunes hommes en Thaïlande, au parcours biographique proche, expatriés français détenteur d’un capital culturel important, bénéficiant sur place de revenus supérieurs à nos expériences passées et relativement familiers des quartiers de prostitution et de leurs logiques malgré nos motivations différentes.

4Cette proximité a permis de recueillir une parole originale sur la sexualité commerciale. En effet, Damien témoigne de sa première – et alors unique – expérience prostitutionnelle. Ainsi, cette interview rend compte, quelques semaines après sa réalisation, d’une initiation à la prostitution qui apparaît traversée d’inquiétudes non seulement sur l’expérience en tant que telle, mais également sur sa signification. Damien rappelle d’abord que les règles et les codes qui traversent le monde prostitutionnel doivent être maîtrisés pour permettre la réalisation des transactions. Son discours met ainsi en lumière les négociations qui traversent les échanges sexuels commerciaux, et nuance la représentation d’une domination univoque comme affirmation d’une volonté masculine. Mais il témoigne aussi d’une inquiétude quant à soi, d’une mise en question existentielle qui interroge la portée de l’acte commis. S’il explique avoir payé pour un service sexuel, il refuse de se considérer comme « client »… En effet, la lecture de l’entretien rend compte de la complexe intrication entre la satisfaction d’un fantasme réalisé et le déni – répété et transversal – de la dimension commerciale des échanges. Si, pour Damien, « ça fait partie de l’expérience d’une vie de coucher avec une prostituée », le discours porté sur l’expérience semble paradoxalement l’extraire de ce qu’il considère comme véritablement prostitutionnel : la fille aurait été « excitée », il ne l’aurait pas « vraiment payée », il lui aurait laissé la possibilité de refuser les relations sexuelles, etc. Et si l’échange semble apparaître pour Damien comme suffisamment prostitutionnel pour satisfaire aux critères d’une expérience érotique nouvelle, il doit aussi en différer pour l’extraire de ces formes les plus réprouvées. En répétant qu’il n’a pas vécu ce que doivent vivre les autres clients, Damien n’est pas ces « vrais » touristes sexuels qu’il contemple face à lui sur les bancs des bars a-go-go. Les explications s’enchaînent et tentent de réinsérer partiellement l’interaction dans la banalité des échanges amoureux. Il ne s’agit pas ici de se prononcer sur la validité du propos ni de quantifier dans quelle mesure la jeune femme aurait été « consentante » ou « forcée », mais bien davantage de saisir comment ces paroles s’inscrivent dans une grammaire de la justification construite par rapport à une représentation de la prostitution comme forme d’exploitation.

  • 3  Penser « par cas » (Revel, Passeron, 2005) soulève des interrogations épistémologiques spécifiques (...)
  • 4  À titre d’exemple, les analyses de Saïd Bouamama et Claudine Legardinier (Bouamama, Legardinier, 2 (...)
  • 5  Ainsi par exemple, Paola Tabet écrit dans La grande arnaque : « Le point de vue des femmes qui par (...)

5Ainsi, cet entretien apparaît comme un « cas »3 particulier qui permet de penser différemment le travail sexuel. En effet, il s’agit moins d’interroger Damien sur les raisons qui l’auraient poussé à recourir au sexe commercial – reproduisant ainsi dans le champ sociologique une vision psychologisante de la prostitution comme déviance4 – mais bien plutôt de susciter une parole sur le déroulement de l’interaction et les interrogations qu’elle a pu susciter. Il est vrai que les enquêtes sur la prostitution ont longtemps minimisé la parole masculine – qu’il s’agisse de clients, mais également de prostitués. Cette absence trouve d’abord ses origines dans la conjonction d’une condamnation morale et d’un positionnement politique qui a longtemps traversé la recherche féministe et favorisé des études centrées sur les femmes5. Qui plus est, la diversité sociale et l’hétérogénéité des clients de la prostitution ont également pu complexifier leur appréhension sociologique (Bajos, Pryen, Warszawski et al., 1997). Mais le développement récent d’une approche plus compréhensive de la prostitution et la multiplication des enquêtes ethnographiques sur le travail sexuel déplacent les interrogations en réintégrant la dimension relationnelle des échanges et en développant une réflexion sur les hommes clients de services sexuels (voir par exemple Brochier, 2005 ; Mossuz-Lavau, 2005 ; Bernstein, 2007 ; Darley, 2007). L’entretien présenté s’inscrit dans cette filiation. Ainsi, les propos de Damien mettent à jour les inquiétudes qui traversent une première confrontation au travail prostitutionnel… En saisissant cette initiation comme expérience, il s’agit de donner à voir la complexité d’une situation plutôt que de se prononcer sur sa qualification. Et l’interview proposée – tout en rappelant que la relation prostitutionnelle est une relation inégale traversée d’une multitude de rapports de pouvoir – souligne que la réalisation des interactions ne va pas de soi… pour les prostituées bien sûr, mais aussi pour ceux que l’on appelle leurs clients.

Entretien

6Est-ce que tu peux me raconter comment ça s’est passé la première fois que tu es allé à Patpong ?
Une fois c’était en sortant du boulot, je suis passé par Patpong […]. Je me suis dit que j’allais faire un tour, alors je suis passé au marché et puis j’ai capté que c’était le quartier de Patpong où il y’avait les bars à go-go, tout ça. Donc j’ai fait un tour au marché et bien évidemment tu ne peux pas louper les bars a-go-go… […] J’ai fait un petit tour dans la ruelle, vite fait. Je voyais les bars, j’étais un peu intrigué. Et je me suis dit, voilà, c’est l’occasion, je suis à Bangkok, je vais rentrer dans un de ces bars a-go-go dont j’avais entendu parler mais dont je ne savais pas grand-chose… [sourire] Dont je ne savais rien.

7Tu en avais entendu parler comment ?
Ben… quand même…  Avant d’arriver à Bangkok, je savais… en fait, j’ai entendu parler de Patpong peu avant de partir… je ne savais pas trop comment ça se passait. J’avais une vision de la Thaïlande un peu comme tout le monde, via les médias… En fait quand j’étais plus jeune, j’ai vu un reportage sur la prostitution en Thaïlande. Je devais avoir 12 ou 14 ans et j’avais été complètement choqué par le reportage, comme tout le monde. Donc pour moi, Bangkok et la Thaïlande, c’était assimilé – clairement – à la prostitution et notamment à la prostitution avec des enfants. […] C’est clair que j’avais cette image-là et que c’était assez réducteur comme image de la Thaïlande. Après ce reportage, pour moi, Bangkok c’était un bordel à ciel ouvert. C’est clair et net. Présenté comme c’était présenté, c’était vraiment Bangkok « les étrangers y vont pour… se... pour avoir des rapports avec des prostituées », point barre. Donc une image assez négative de la Thaïlande.

  • 6  L’usage des guillemets anglais traduit dans la retranscription de l’entretien l’expression « entre (...)

8Et quand tu es rentré à Patpong pour la première fois, ça correspondait un petit peu à l’image que tu en avais ?
Non, non, pas du tout. Je te parle de la représentation que je m’en faisais il y’a quelques années. Je me doutais bien que ce n’était pas aussi, aussi… comment dire… que ce n’était pas uniquement ça. À Patpong, je ne savais pas trop comment ça se passait… Je n’étais jamais rentré... quoi se soit en Thaïlande ou ailleurs, dans un bar… dans un bar à putes pour dire les choses simplement. Donc je ne savais pas trop… moi, je me faisais une idée du bordel, je ne sais pas … [silence]. Pas amusante, mais un endroit… un endroit de "détente"6 avec un côté érotique, quoi. Et quand je suis rentré dans un de ces bars… J’ai pas mal tergiversé j’ai pas mal tourné. Je faisais genre, tu vois, je marche dans la rue et…

9Tu regardes par la porte ?
[rires] Ouais,mais c’est quand même pas évident. D’une part, j’étais tout seul, et il y’a quand même le regard des autres. C’est quand même assez touristique. Par contre, il y’a des gens qui vont à Patpong et qui rentrent dans des bars facilement... Bon, je me suis dit, de toute manière je m’en fous. On ne va pas me mettre en prison si je rentre dans un bar a-go-go [sourire]…

10Un peu d’appréhension ?
Oui, carrément, de l’appréhension. […] Comme je te disais, tout seul, ce n’est pas évident. On aurait été en groupe, il y’aurait eu une dynamique de groupe… Mais je me suis dit, bon, ce n’est pas grave, j’y vais en observateur…

11Juste pour voir ?
Voilà, c’est ça, juste pour voir. Mais c’est vrai, tu sais… C’était par curiosité et j’y allais pas dans l’optique de ramener une fille chez moi, c’est clair. Et je ne savais pas vraiment quel bar choisir. Tu vois, de l’extérieur, je me disais : « c’est ça, putain c’est super glauque »... Alors je suis rentré dans n’importe quel bar… Je me suis dit : « je m’en fous, allez, hop ! ». [Je me suis retrouvé] évidemment assailli par les rabatteurs : « allez, rentre, prend un verre, etc. ». Il y’a des gens à l’entrée qui te disent : « allez, rentre, rentre.. ». Bon, c’est comme ça partout pareil. Moi, j’aurai été plus tenté par un endroit plus discret, moins touristique. Ça faisait vraiment attrape-couillons… […] Donc je m’assois à une des tables et il y a un podium au centre du bar. J’étais en face et là, bon... Grosse surprise… Y avait rien d’érotique du tout, c’était vraiment… C’était assez glauque et assez décevant tout simplement.

12T’étais déçu ?
Ah, oui, j’étais vraiment déçu. [...] Je m’attendais à un truc un peu marrant, mais bon [rires gênés]. Y a rien de drôle dans la prostitution, mais bon [rires plus francs]… Mais je ne sais pas, au moins une atmosphère… Je ne sais pas, de… enfin je m’attendais pas à ça. Je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais non plus, mais j’étais déçu. Y avait donc plein de filles entassées sur le podium avec le numéro sur le bikini, machin. J’ai trouvé ça un peu étrange.

13Tu les as trouvées belles ?
Ouais, il y’en avaient certaines qu’étaient jolies, c’est clair. Après… [rires], c’était vraiment anti-sexe. Les filles étaient adossées contre une barre, complètement apathiques…

14Pas excitantes ?
Pas excitantes du tout. [...] Je m’assois, je prends une conso. J’étais venu boire une bière, donc je me calme. Je sirote ma bière, et y avait une fille à côté de moi qui dansait, enfin qui dansait, plus ou moins. Qui s’excitait toute seule sur la piste, à la barre, et qui me regardait [rires]… d’un air, enfin oui…. Qui faisait son boulot, tout simplement. Moi j’étais assez mal à l’aise, je la regardais, mais j’essayais d’éviter un peu son regard. Je me disais « putain, merde, qu’est-ce qui se passe, je me suis fait repérer », alors que j’essayais d’être là discrètement. C’est un peu con, mais…

15Tu voulais plus regarder que… ?
Oui, voilà, je voulais vraiment voir ce que c’était… Et puis… Et puis… Je ne me sentais pas du tout… je me voyais pas du tout comme les autres clients du bar. En face de moi, y avait un type, je sais pas d’une quarantaine-cinquantaine d’années qui discutait avec une Thaïe qui avait l’air assez jeune… Enfin, tu vois, comme les Thaïes peuvent avoir l’air jeune. Mais c’était surtout la différence d’âge entre les deux qui faisait que… que ça me dérangeait un peu, quoi. Et je me disais : « putain, en gros c’est ça un touriste sexuel ». Ça correspondait un peu aux clichés que… que j’avais. Et je trouvais ça assez abject.

16Abject ? La situation ?
Ouais, la différence d’âge. Et moi, d’être là et d’être assimilé à… quelque part… d’être client. Enfin je buvais une bière, mais de pouvoir être assimilé à ce genre de personnage-là... J’essayais de me retrancher un petit peu dans mon truc, du genre : « moi je suis là pour observer, je ne suis pas là… Je suis pas comme vous ». […] Une des filles était sur le podium ; elle me regardait. Je pouvais difficilement faire autre chose que de lui sourire bêtement et d’être là. J’essayais de boire le plus vite possible et de me casser. Elle est venue me rejoindre. Là j’étais vraiment mal à l’aise… Je ne savais pas comment lui expliquer que moi j’étais juste là pour boire une bière et… et que je n’avais pas envie qu’elle fasse des efforts pour rien [rires gênés]. C’est pour ça que j’étais mal à l’aise, mais voilà, la fille elle vient et là, elle me parle. Et au bout de 2-3 minutes, [je lui ai dit]: « je ne suis là que pour boire un verre…  Je n’ai pas envie de payer pour avoir de relations sexuelles avec toi ou d’autres. Donc en gros, voilà, lâche-moi et puis dégage ». Bon, elle ne pipait pas un mot d’anglais. […]

  • 7  La Mama-san est une femme salariée du bar en charge de faciliter la réalisation des échanges prost (...)

17Et quand t’étais avec elle, il y’avait une Mama-san7 ou une intermédiaire ?
Oui, il y’avait une femme qui passait de temps en temps, pour me dire : « ouais, pars avec elle, pars avec elle, tu l’intéresses ». […] Moi je pensais que le client rentrait et disait : « moi, c’est cette fille qui m’intéresse ». Enfin, qu’il y’avait vraiment ce rapport de domination : j’arrive, je choisis, et puis voilà, on se casse. Mais en fait là, c’est la fille qui m’a choisi. Ça m’a surpris... Elle est venue s’asseoir à côté de moi et je ne m’attendais pas du tout à ça. J’étais un petit peu… donc elle m’a pris la main, machin… [silence].

18Elle a fait quoi exactement ?
Ben, je ne me rappelle pas vraiment…

19T’étais plutôt comment ? Excité, gêné ?
Gêné, ouais, gêné. Pas excité, mais alors pas excité du tout. En plus cette fille ne m’intéressait pas. Elle n’était pas moche, mais elle ne m’intéressait pas.

20Pas d’érection, rien ?
Rien, vraiment rien. Juste de la gêne. De la gêne parce que j’avais l’impression de lui faire perdre son temps et que, j’étais mal à l’aise… Je ne savais vraiment pas quoi lui dire [sourire]. J’avais vraiment l’air con [rires]. Et qu’est ce que je lui ai sorti comme conneries ! Du genre : « tu viens d’où ? »… Toujours les clichés que j’avais ; je m’attendais à ce qu’elle vienne de la campagne. Du genre, la fille qu’on a ramenée, qu’on a achetée à ses parents et qu’on a forcée à venir à Bangkok…

21Tu dramatisais un peu la situation [sourire] ?
Mais vraiment, et en plus genre vraiment le type compatissant… C’était vraiment débile comme question. […] C’était un peu du genre : « bon, viens ! On va discuter » [rires]… Mais ça ne voulait rien dire. C’était histoire de meubler. Mais j’étais un peu paumé…

22Elle buvait un verre ?
Non, non. Et puis ça s’est terminé assez vite, je lui ai dit : « écoute, moi j’ai fini ma bière, moi je m’en vais ». Et puis voilà, je suis vite parti.

23Tu ne lui as pas payé à boire ?
Non, je lui ai pas payé à boire ; elle m’a pas demandé. Elle m’aurait demandé, je lui aurais payé à boire, mais elle ne m’a pas demandé. Donc… voilà, je suis parti assez précipitamment et mal à l’aise. Et en partant, j’étais mal à l’aise. Et dans le métro, je sentais que les gens me regardaient bizarrement. J’exagère un peu, mais il y’avait un peu de ça. J’étais pas à l’aise… Assez décevant comme première expérience, je m’attendais à un truc un peu plus marrant.

24Tu n’as pas trouvé ça drôle ?
Pas du tout. Ni drôle, ni érotique.

25Et le quartier, t’en as pensé quoi ?
[…] En fait c’est très touristique. Ce n’est pas que des touristes qui viennent pour les bars a-go-go ; ce n’est pas les mecs avec des imperméables et des lunettes de soleil qui rentrent furtivement… c’était pas ça du tout. Ni des gens qui se baladent main dans la main avec des gamins de 12 ans, voilà. Ce n’était pas ça.

26C’étais quelle heure à peu près ?
Je ne sais pas 19h-20h, je sortais du boulot. Et puis, y’avait peu de monde. Y’avait vraiment pas d’ambiance. J’étais étonné, j’étais le seul avec une fille en fait. Les autres étaient seuls… enfin, voila. Après sinon… [silence]. Je suis repassé par Patpong, mais sans passer dans des go-go bars […]. T’es quand même assez harcelé par des rabatteurs. Moi c’est un truc qui m’énerve… même s’ils ne sont pas agressifs. Mais c’est toute la rue comme ça. Donc c’est vrai que c’est assez lourd. Mais je n’ai pas particulièrement de plaisir à me balader dans ce quartier là… donc j’y suis plus trop retourné.

27Jamais ?
Si, quelque fois. [Une fois avec] des gens que j’ai rencontré dans une boîte. Des Français. Deux mecs qui avaient à peu près mon âge, la trentaine. Un qui était expat et l’autre un de ses amis qui l’avait rejoint en vacances. Donc on est allé dans un bar écouter de la musique. […] C’était pas mal parce que la musique était relativement bonne, y’avait des expats, c’était plutôt bonne ambiance. Y’avait pas de filles qui venaient te voir pour te… enfin, ce n’était pas un bar à putes. C’était tranquille, là j’étais à l’aise. C’était un bar comme un autre… J’étais à l’aise…. Ouais, j’y suis retourné 2-3 fois et puis c’est tout. […] Après je suis allé dans un autre bar à Nana.

28Comment tu t’es retrouvé à Nana ?
Ça faisait environ deux mois que j’étais là. Je me faisais relativement chier à Bangkok, je connaissais très peu de monde, et moi j’ai l’habitude de sortir, j’aime bien sortir même en semaine. J’ai besoin après le boulot… surtout pour écouter un peu de musique. Donc j’étais allé sur un bar sur Sukhumvit soi 11. Y’avait pas mal d’expats, donc j’ai rencontré des gens, bu quelques verres. J’avais capté que Nana n’était pas très loin. Je n’en n’avais jamais entendu parler avant de venir à Bangkok mais j’en avais entendu parler ici. On m’avait dit [que c’était] le « centre commercial du sexe à Bangkok ». Le gros truc. Je ne savais pas trop ce que c’était… Je suis peut-être resté deux heures au bar… J’ai bu quelques coups avec des gens que j’avais rencontrés comme ça. J’étais passablement éméché, un peu euphorique.

29Il était quelle heure ?
23h, minuit… Alors je me suis dit que j’allais aller à Nana pour voir comment c’était. Mais… ce n’était pas tellement dans la même optique que quand j’étais allé à Patpong… [silence]. J’y allais pour voir ce que c’était tout en sachant que ça serait plus "hard" que Patpong. Du moins, tel que ça m’avait été présenté… On m’avait dit que c’était sur 4 étages, que c’était vraiment le gros truc… et donc, j’y suis allé pour voir un petit peu comment c’était. Et il y’avait beaucoup de monde, dans la rue, aux environs… C’est quand même un énorme truc. Tu connais ?

30Oui.
Moi je ne savais pas à quoi m’attendre. […] Et je me suis retrouvé là-bas…

31Tu étais accompagné ?
Non… mais j’étais un peu bourré, j’étais un peu désinhibé. Et je me suis dit : « voilà, après tout c’est pas grave »... Ça faisait deux mois que j’étais en Thaïlande. Du coup j’étais pas sur les nerfs, mais tu vois… [silence].

32En France, t’as des relations sexuelles assez régulièrement ?
Pas régulièrement, mais tu vois… pas toujours avec les mêmes personnes…

33Tu es en couple ?
Non, non… Mais tu vois en Thaïlande, c’est une agression permanente, il y’a des jolies filles de partout. T’es là, tu vois… Enfin, c’est… les filles sont assez jolies, donc du coup t’es un peu à cran quand même. Enfin, c’est normal. Donc c’est vrai qu’il y’avait ça aussi, il y’avait un effet d’hormones. Donc… ce n’était pas comme quand j’étais allé à Patpong. J’étais un petit peu plus réceptif… [Mais] je n’avais pratiquement pas de ronds sur moi. Je ne savais pas du tout combien c’était pour coucher avec une fille… Mais je savais que je n’avais pas suffisamment de ronds.

34Tu avais combien à peu près ?
Je ne sais pas… 800 bahts… et je pensais que c’était plus cher. Donc tu vois… genre, je résisterai au chant des sirènes. Je vais juste comme ça pour voir, mais je ne prends pas assez de ronds sur moi et comme ça je suis sûr que je ne vais pas aller jusqu’au bout et résister. Mais bon, je n’étais pas attaché à un poteau non plus [rires gênés]. [Alors] j’arrive à Nana et je fais un tour. Je monte, je fais un tour dans chaque étage pour voir un peu comment c’est.

35Et tu as trouvé ça comment ?
L’endroit ? Pareil, assez glauque... Mais en même temps… c’est quand même assez bien organisé. Je me sentais en sécurité, je me sentais pas harcelé. Mais c’est quand même assez malsain comme endroit.

36Malsain ?
Ben ouais, c’est clairement orienté vers la prostitution. […] Je suis allé voir, donc évidemment on m’a demandé de rentrer dans tel ou tel bar. Je fais un tour, je monte dans tous les étages, et j’arrive au dernier… Je me dis : « bon, ben je vais rentrer… ». Je suis rentré parce qu’il y’avait un show… du lap-dancing. Donc je me suis dit : « là, ça va peut-être être un peu érotique, un peu excitant ». Avec des filles qui dansaient… comme tu peux voir dans… du lap-dancing, quoi. Et donc, voilà. Je suis rentré. Y avait pratiquement personne. J’étais assez déçu. […] Je me suis dit : « merde, il n’y a pas d’ambiance ». Je vais être obligé de rester là… c’est un peu con, mais, bon, voilà… sinon je vais me faire gronder par la bonne femme à l’entrée [rires]. Donc je commande une bière et je me dis que je vais vite boire ma bière et me casser. Donc là, le show commence… Un truc merdique. Les filles qu’étaient là qui faisaient une pseudo-danse, qui se renversaient de la bière sur le corps, qui faisaient… enfin, voilà, qu’avaient les seins à l’air mais c’était pas du tout excitant. C’était nul. C’était super nul.

37Elles étaient nues ?
Euh… à vrai dire, Je n’ai même pas trop regardé. Ce n’était pas ce à quoi… je me suis dit : « voilà, c’est de la merde ». Et puis, une fille évidemment est venue me voir. Donc elle me demande si je peux lui payer un verre. Je lui dis : « oui, bien sûr, prend un truc, etc. ». Et elle s’assied à côté de moi.

38Elle t’intéressait ?
Non, pas du tout. Je me sentais obligé. C’est débile mais je me sentais obligé. Je n’allais pas faire le gars « ouais, non… ».

39Par politesse, alors ?
C’est ça. Par politesse. C’est con, mais c’est ça… […] J’aurai pu dire : « ouais, mais non, vas t’en ! Je veux une autre fille ! ». Mais, non… [mais] que ce soit elle ou une autre – à la rigueur – je m’en foutais. [Mais] là, ce n’était pas comme à Patpong. C’était un peu plus direct. La fille, déjà, me mettait la main à l’entrejambe, elle me caressait.

40Tu étais excité ?
Ben… non. Enfin, plus ou moins, par la force des choses. Mais non. En plus c’était super agressif, et… elle est montée sur moi, elle se frottait… c’était vraiment…. Elle était en bikini, elle m’excitait pas du tout, elle était du genre faut faire ça vite : « allez hop ! Je t’excite et puis on y va ! ». Moi ça ne me plaisait pas du tout. Je lui ai dit : « rassieds-toi, ça me motive pas plus que ça. Mais vraiment pas ». [Mais] elle s’acharnait, elle s’acharnait vraiment. Elle m’a même embrassé… j’ai trouvé ça… je ne sais pas, je n’étais pas super chaud… j’ai trouvé ça assez… agressif. Et là pareil, je n’étais pas à l’aise.

41Il y’avait d’autres personnes qui te regardaient dans la salle ?
Il y’avait un couple à côté de moi. Le type, un Occidental d’une cinquantaine d’années, peut-être même une soixantaine, qui était probablement avec sa régulière, une fille Thaïe plus jeune que lui. Je trouvais ça assez étrange de venir dans un bar a-go-go avec ta meuf.

42Et tu étais gêné par rapport à lui ?
Non… Le type en question était assez marrant, il dansait… Je le trouvais ridicule, mais bon… Enfin je suis sorti… peut-être 20 minutes après. La fille était évidemment déçue. Elle disait : « tu veux que je danse ? », mais elle dansait comme une merde. J’ai trouvé ça… En fait elle m’a dit : « je vais danser, regarde moi », et en fait j’ai profité de ce moment-là pour me tailler [rires]. Donc voilà, quoi… je ne voulais pas la froisser. C’est con, mais c’est comme ça. [Et] je me suis dit : « je ne vais pas m’arrêter là ». Je voulais vraiment un truc érotique… Je voulais être excité. C’est clair que je voulais être excité. Et c’est pour ça que je suis rentré dans un autre bar, pour voir un show qui m’excite. […] Donc, voilà, pareil, je m’assois, je commande un truc à boire et puis assez rapidement une des filles est venue s’asseoir à côté de moi. Elle, par contre, elle m’attirait. Clairement. Et ce n’était pas du tout agressif. Elle est venue, tranquillement.

43Elle avait quel âge ?
Elle me l’a dit après, elle avait 23 ans. Et c’est clair qu’elle était jolie, et en plus… Je semblais l’intéresser ; elle est venue s’asseoir près de moi, et puis sur moi.

44Et tu n’as pas trouvé ça agressif ?
Ben non, parce que c’était moins rapide… elle n’était pas là à se frotter frénétiquement sur moi. C’était beaucoup plus calme. Je ne sais pas combien de temps j’y suis resté, dans ce bar. Elle m’a demandé aussi de lui payer un verre, donc je lui ai payé un verre. J’étais quand même assez nerveux. Je fumais clope sur clope, je ne savais pas trop comment me comporter. Mais j’étais moins stressé qu’à Patpong. À Patpong, je me rappelle que je disais à la fille : « tu sais, moi c’est la première fois que je viens dans un bar comme ça. Je ne sais pas comment faire ». La fille au bout d’un moment, elle se foutait de moi : « mais c’est la première fois que tu couches avec une meuf ou quoi ? Arrête d’être aussi coincé »… [À Nana] j’étais moins nerveux ; je l’étais un peu, mais j’étais moins tendu, moins crispé. Parce que la fille en question savait mieux y faire.

45Tu n’as pris qu’une conso ?
Oui… peut-être deux…

46Et elle ?
Un coca… et puis je me suis dit que si je claque ma tune, je n’aurai plus rien. Et puis, évidemment, elle me harcèle. Elle me dit : « allez, viens, on monte et tout ».

47Il y avait des chambres au-dessus ?
Ouais… Moi je n’avais pas trop capté le truc, s’il fallait la ramener chez moi ou pas. Elle, elle me disait : « mais moi j’ai envie de faire l’amour avec toi. Tu me plais »… Elle, elle parlait un petit mieux anglais…

48Elle parlait mieux ou elle parlait bien ?
Elle parlait suffisamment pour que je la comprenne et pour que quand je lui parle, elle me réponde correctement. Elle me disait : « ouais, moi je te trouve mignon, j’ai très envie de faire l’amour avec toi… ». Elle m’a dit ça pendant ¼ d’heure, tu vois… Mais comme elle aurait dit ça à n’importe quel client.

49Tu crois ?
Je ne sais pas… Peut-être que je l’attirais, j’en sais rien… Mais j’étais un client, faut pas non plus [sourire]… Je n’étais pas son prince charmant, tu vois. On ne va pas aller jusque-là non plus. Mais c’est possible que je l’attirais. Je suis jeune… et c’est sûr qu’entre faire l’amour avec un gamin – un type de 20 ou 25 ans – ou coucher avec un type d’une quarantaine, d’une cinquantaine d’années, je comprends qu’elle soit plus attirée par moi que par un vieux. Mais, c’est clair que… que je semblais l’attirer. Elle m’a touché le sexe… et j’avais du mal à cacher mon émotion [rires]. Et elle était là : « ah, mais… je vois que t’as bien envie toi aussi. On y va et tout… J’ai envie de te sucer la bite ». Je lui ai dit : « oh là… c’est bon aussi…  ça va, calme-toi ». Et plusieurs filles sont passées me dire : « elle a envie de toi ». [Certaines] me prenaient la main pour que je les caresse. Je me demandais ce qui se passait. Je me sentais un petit peu déboussolé… la Mama-san est passée et elle disait : « ouais, vas-y, monte avec elle, elle veut faire l’amour avec toi, tout ça… ».

50Mais il y avait un hôtel ou des chambres liés au bar ?
Je ne sais pas. Il y avait des marches qui montaient à côté du bar… et c’est vrai que la fille avait des arguments assez convaincants [sourire]… fermes… non, elle était super bien foutue, c’est clair. Elle était vraiment super jolie. Elle n’aurait pas été jolie, je n’aurai pas persévéré, mais... J’étais assez réceptif à ses charmes, c’est sûr… Et puis, elle aussi, elle avait l’air d’avoir plutôt envie. Donc, elle me dit : « viens, on y va et tout… » Et puis à un moment, j’ai fini par céder, et je lui dis OK. Et sur ce coup-là, je me suis dit « merde, qu’est ce que j’ai fait ?... »

  • 8  Les relations sexuelles tarifées se déroulant à l’extérieur du bar, le client doit payer un montan (...)

51Dès que le moment où t’as dit oui ?
Oui, dès le moment où j’ai dit oui… J’étais plus ou moins venu pour avoir une expérience érotique quelle qu’elle soit, mais je ne savais pas trop… J’étais excité, c’est clair, alors je me suis dit du coup : « au point où j’en suis… allez, c’est parti ». J’étais excité, je ne vais pas repartir comme ça. Physiologiquement, c’était dur de repartir, comme ça, sans être allé jusqu’au bout… donc, elle part, elle va se changer, j’attends. |Elle était] super mignonne, vraiment… Avant de sortir, il a fallu que je paie évidemment pour la libérer du bar, donc la Mama-san arrive8. Elle avait capté quand la fille s’était levée.

52Tu savais qu’il fallait payer pour sortir les filles ?
Oui, je savais, parce que je l’avais lu dans le Lonely Planet. Donc je savais. Elle m’a demandé 600 baths, donc j’ai sorti 600 baths [...]. Mais je n’avais pas calculé, pour moi fallait juste payer pour la libérer et puis c’est tout, quoi. Mais après avoir payé, je me suis dit : « mais merde, va peut-être falloir ressortir de la thune… » Et je ne savais pas trop comment ça allait se passer.

53Mais t’avais jamais parlé avec la fille avant ? De l’argent ?
Ah, non, pas du tout… Attends, si. Parce que quand elle me disait : « allez viens, on monte », moi je lui avais dit « mais j’ai pas un rond sur moi. Je te le dis tout de suite, je n’ai pas un rond, alors cherche pas ». Je lui ai dit d’entrée. Elle m’a dit : « ouais, mais c’est pas grave [...] j’ai envie de faire l’amour avec toi ». Voilà. Et ça a duré, comme ça, pendant un quart d’heure. Donc elle savait. Mais toujours est-il que j’avais assez d’argent pour la libérer du bar. Mais j’avais juste ça. C’est là que je me suis senti un peu con. Alors, on sort, on monte à l’étage au-dessus. Et c’était le truc… y avait un type à l’entrée et fallait payer pour la chambre. Et c’était 300 bahts. Là, j’ai eu l’air vraiment très très con parce que je n’avais pas assez de ronds sur moi. Et la fille était partie direct dans la chambre. Je me suis retrouvé face au type. Un petit blanc de 30 secondes. Je cherche dans mes poches, genre je fais semblant. Je sors 150 bahts, je le regarde un peu crispé et je lui sors « voilà, j’ai que ça ». Elle revient, elle voit que… je lui avais dit que je n’avais pas suffisamment de ronds, et en fait elle est allée chercher directement des sous dans ses affaires ; elle arrive, et elle sort directement 300 bahts cash, comme ça, et elle me ramène dans la chambre. Là, je me suis dit, bon. J’étais… je me sentais un peu minable. Genre, je fais payer la fille. Ça craint un peu, quand même. Donc je rentre dans la chambre, je lui fais : « écoute, je suis vraiment désolé, je ne savais pas qu’il fallait payer la chambre » et tout… Bon, j’étais pas dans un état très "rationnel". Mais elle me fait : « écoute, c’est pas un problème ». Là je lui dis : « écoute, c’est pas un problème, si tu veux juste prendre une heure, histoire de te reposer, tranquillement dans la chambre et… si tu voulais juste sortir du bar, moi y a pas de problèmes. Dans ce cas là, on fait semblant. Genre, t’es montée avec un client, et puis c’est tout, quoi ». Et puis elle ne m’a pas répondu. Moi, j’attendais. C’était vraiment une chambre ; moi je me suis assis sur le lit, j’attendais, je ne savais pas vraiment quoi faire, j’avais l’air un peu con… et donc… y avait une salle de bain à côté, elle revient. Juste avec une nuisette, et elle s’allonge sur le lit. Et elle dit rien, elle fait rien. J’attends. Je ne savais vraiment pas quoi faire. J’étais assis à côté. Je la regarde. Je lui dis : « si tu veux dormir, moi je m’en fous, c’est vraiment pas un problème. On attend une heure, et puis voilà ».

54T’avais pris la chambre pour une heure ?
Moi je ne savais pas du tout, si c’était pour l’heure… Enfin, je ne savais pas si je l’avais libérée pour la nuit ou pas. Je n’en savais rien du tout. Je lui ai dit : « si tu veux te reposer, voilà. On en reste là. Pas de problème. Si tu veux dormir, dors, et puis voilà ». Je ne sais pas, ça a duré peut-être 5 minutes et puis… j’avais vraiment l’air con. La fille était allongée…

55Vous ne vous disiez rien ?
Non… on ne se disait pas grand-chose… Après on a discuté de je-ne-sais-pas-quoi. Tout et n’importe quoi. Pendant… si on se parlait mais rien à voir avec…

56T’étais encore excité là ou pas ?
Ben, c’était redescendu. C’était pas comme dans le bar où elle me chauffait clairement. C’est pour ça, je me suis dit, ben voilà, elle a peut-être pas forcément envie de faire l’amour avec moi, et puis voilà. Mais elle était quand même à poil. Elle avait juste une nuisette, mais elle était à poil dessous, et puis… Et puis bon, après c’est elle qu’est venue comme ça, machin… Me prendre la main, me fait m’allonger, et puis… Voilà… Donc finalement, elle avait envie de… Elle avait envie de faire l’amour avec… Je… Je l’ai laissée faire. Donc voilà…

57Concrètement, il s’est passé quoi ?
Concrètement… qu’est-ce qui s’est passé, ben…. Tu veux les détails [rires gênés] ? OK [rires gênés]… Elle me met un préservatif… en fait je me suis allongé sur elle, elle m’a fait venir vers elle, elle m’a caressé, je l’ai embrassé dans le cou. Je ne sais pas, les préliminaires de base ; on se caressait mutuellement… j’ai enlevé mes fringues, voilà… c’était tranquille. Ça a duré peut-être 10 minutes, tout tranquillement. Et puis ça s’est fait naturellement après. Je me suis allongé sur le dos, elle m’a mis un préservatif.

58C’est elle qui les avait ou c’est toi ?
C’est elle… mais je lui ai dit de toute façons, c’est bon.

59Tu en avais toi ?
Non, moi je n’en avais pas. Je n’étais pas parti… Je te dis, j’avais tout fait pour que… Pour que ça ne se passe pas, mais voilà. Donc, elle m’a fait une fellation, en même temps que le préservatif. Elle m’a fait une fellation, je l’ai fait s’allonger… en fait le préservatif, je ne suis pas tellement fan. J’ai un peu du mal. Je n’aime pas tellement ça, tout simplement. Surtout que… ce n’était pas agréable, il était un peu serré, ce n’était pas top. Donc, je la pénètre, tranquillement… elle était allongée sur le dos, ça a duré, je ne sais pas… 5 minutes… et d’entrée elle a commencé à faire des cris un petit peu trop… J’étais là : « non, mais attends, arrête tout de suite. Là, ça va me bloquer si tu fais du cinéma… [sourire] essaie juste de faire ça le plus simplement du monde. Moi ça ne m’excite pas des masses si tu te mets à crier comme… ». Donc voilà, ce n’était pas terrible-terrible non plus… elle était un peu molle.

60Ça veut dire quoi « un peu molle » ?
Ben… Elle ne faisait pas grand-chose…

61Elle attendait que ça se passe ?
Voilà, c’est ça. Alors, je ne sais pas si c’est comme ça avec toutes les Thaïes, ou pas… mais, je m’attendais à ce qu’elle soit un petit peu plus entreprenante. Parce qu’en plus, elle était… enfin elle semblait… elle était excitée. Si elle a payé la chambre pour que je couche avec elle, c’est qu’elle avait quand même un minimum envie […].

62Et à la fin de la relation, quand ça s’est terminé, comment ça s’est passé ?
On a discuté encore un peu, mais vraiment de conneries… Elle m’a demandé si j’avais une copine, etc. Je me demandais bien ce que ça pouvait lui foutre, mais bon, voilà.

63Elle avait un petit copain, elle ?
Euh… je lui ai pas demandé. Je lui ai pas demandé… en fait, je voulais pas trop en savoir.

64Tu ne voulais pas trop en savoir ?
Non… [silence].

65Et après la relation sexuelle, tu te sentais comment ? Honteux ou pas ?
Non… pas honteux… pas honteux parce que même si ce n’était pas la plus grande expérience de ma vie, j’ai quand même pris du plaisir et puis… Je n’ai pas culpabilisé du tout… Elle en avait envie, elle avait l’air satisfaite elle aussi, donc voilà. Il y’a eu un échange réciproque de ce côté-là, donc je ne vois pas pourquoi j’aurais… Je culpabilise assez vite, mais là pour le coup, non, je n’en ai pas honte.

66Et tu penses qu’à la fin elle attendait de l’argent ? Ou elle avait vraiment compris que tu n’avais rien ?
Ah non… Elle avait clairement compris que je n’avais pas de thunes. […] J’ai culpabilisé pour ça, oui. Pas pour l’acte sexuel, mais j’ai culpabilisé pour ça, c’est clair et net. Elle m’avait dit : « oui, tu reviendras me voir »... [rires gênés].

67Tu en as eu envie ?
Non.

68Pourquoi ?
Ben, j’aurais eu envie de la revoir pour lui payer en fait ce que je lui devais.

69Et tu y es allé ?
Ça demande quand même un certain… enfin, j’avais passé le cap à ce moment-là, d’y retourner, de faire la démarche, d’aller jusqu’à Nana. Je n’y suis pas allé parce que ça impliquait la démarche d’aller là-bas, de retourner dans cet endroit. Et je me sentais vraiment con. Même si j’avais envie de lui filer 1000 bahts, 1500 bahts, je sais pas combien ça coûte… mais, non, je n’y suis pas retourné. C’est lâche, mais voilà.

70Tu as eu envie de recommencer ?
Non.

71Pourquoi ?
Parce que ce n’était pas top non plus. Et coucher avec une prostituée, c’est pas un truc que j’apprécie particulièrement.

72Tu penses que tu pourrais le refaire ?
Honnêtement je n’en sais rien… mais je ne pense pas. Je suis allé une fois à Amsterdam, dans le quartier rouge, mais là ça ne m’intéressait pas du tout. Je trouvais ça agressif aussi. Et puis… Et puis là, le contexte était différent. J’étais vraiment loin de chez moi, dans un pays que je ne connaissais pas, j’étais en Thaïlande… Et puis c’est un peu con, mais voilà [sourire], ça fait parti de l’expérience d’une vie de coucher avec une prostituée, voir ce que c’est. Et puis, y avait personne avec moi, donc je savais que… Même si je l’ai dit à plein de gens après, par la suite, que j’avais couché avec une prostituée, franchement, je ne pense que je le referai.

73Tu as été un peu déçu ?
[silence] Déçu par quoi ?

74Le sexe…
Ben la fille n’était vraiment pas entreprenante… c’était vraiment basique, vraiment sommaire. J’avais essayé de rendre le truc un petit peu plus excitant, mais elle n’était pas trop… Je ne sais pas, ça m’étonnait un peu pour une prostituée, d’ailleurs. Je m’attendais à ce qu’elle soit un petit peu plus expérimentée. Mais ce n’était pas top… limite, pour jouir… allez c’est bon, je vais jusqu’au bout et… je me suis pas forcé, mais presque… […].

75Et quand tu dis que tu l’as dit à plein de monde, tu l’as dis à qui ?
Ben aux gens que je vois, que je fréquente…

76Et ils ont dit quoi ?
Ben rien de plus… en fait c’était un petit peu pour me déculpabiliser aussi, genre faire sortir le truc. Le dire et puis… Je voulais savoir aussi, parce que personne ne te le dit. Des Occidentaux qui sont là à Bangkok, qui vont dans des bars a-go-go, il y’en a. Je ne connais pas le pourcentage, mais il y’en a quand même beaucoup, et personne n’ose le dire. Donc je voulais avoir leur réaction aussi, savoir si eux allait m’avouer en retour qu’ils y étaient allés eux-mêmes. Et puis l’expérience en elle-même était assez insolite… parce que je n’irai pas jusqu’à dire que je me suis prostitué auprès d’une prostituée, mais je ne l’ai pas payée. Donc je voulais savoir si eux ça c’était passé pareil ou pas…

77Et quand tu as commencé à en parler, les gens ont commencé à parler aussi ?
Ouais… y’en a un qui m’a dit « ouais, finalement, moi j’y suis allé aussi une fois ». Mais il avait quand même du mal à en parler.

78Et toi, d’en parler, ça t’a fait du bien ?
Oui… oui… J’en ai parlé aussi à des gens en France, via Internet. Parce que même si… enfin, je ne sais pas, mais c’était quand même hors du commun comme expérience, j’ai couché avec une prostituée sans la payer.

79Tu en tires une fierté ?
Ben oui… un petit peu… parce que pour le coup c’est quand même elle qui avait envie. Enfin, je l’ai perçu comme ça. Si elle est allée jusqu’à payer la chambre pour que…

80Mais si tu dis qu’elle n’a pas trop pris de plaisir dans le rapport sexuel ?
Ben… [rires gênés]. C’est la question… Je ne sais pas trop… Je ne sais pas si vraiment… Ce n’est pas vraiment de la fierté… en tout cas je me suis construit un petit peu ce truc là. […].

81Mais toi, les Asiatiques, c’est plutôt un style qui te plaît ?
Non, moi j’aime bien les belles femmes, qu’elles soient Asiatiques ou autres… Je ne suis pas du tout porté sur les Asiatiques, le genre de gars focalisé sur les Thaïes ou les Japonaises ou je sais trop quoi…Mais bon, comme je te disais, c’est clair que si je suis allé dans ce bar là, c’était à Bangkok, en Thaïlande, à la limite un truc à faire…

82Un truc à faire ?
Euh… dans l’expérience d’une vie, coucher avec une prostituée.

83Et que ce soit une prostituée de Bangkok, ça change quelque chose ?
Non, pas particulièrement. C’est que c’était dans un pays assez lointain. Ça aurait été, je ne sais pas… ça aurait été ailleurs, ça aurait été la même chose.

Haut de page

Bibliographie

BAJOS Nathalie, PRYEN Stéphanie, WARSZAWSKI Josiane, et al., « Sexualité vénale et gestion du risque de transmission sexuelle du sida. Une analyse de données de l’enquête ACSF », Sciences Sociales et Santé, 15, 3, 1997.

BERNSTEIN Elizabeth, Temporarily Yours : Intimacy, Authenticity, and the Commerce of Sex, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

BOUAMAMA Saïd, LEGARDINIER Claudine, Les clients de la prostitution : l’enquête, Paris, Presses de la Renaissance, 2006.

BROCHIER Christophe, « Le travail des prostituées à Rio de Janeiro », Revue française de sociologie, 46, 1, 2005, pp. 75-113.

DARLEY Mathilde, « La prostitution en clubs dans les régions frontalières de la République tchèque », Revue française de sociologie, 48, 2, 2007, pp. 273-306.

MÅNSSON Svel-Axel, « Men’s Demand for Prostitutes », Sexologies, 15, 2006, pp. 87-92.

MOSSUZ-LAVAU Janine, « Qui sont les clients ? », in HANDMAN Marie-Elisabeth, MOSSUZ-LAVAU Janine (dir.), La prostitution à Paris, Paris, La Martinière, 2005.

PASSERON Jean-Claude, REVEL Jacques (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005.

ROUX Sébastien, Les économies de la prostitution. Sociologie critique du tourisme sexuel en Thaïlande, Thèse de sociologie sous la direction de Didier Fassin, EHESS, 2009.

TABET Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuels, Paris, L’Harmattan, 2005.

Haut de page

Notes

1  Les informations pouvant permettre l’identification de l’enquêté ont été modifiées

2  J’ai été amené à étudier Patpong dans le cadre d’une thèse de sociologie menée à l’EHESS sous la direction de Didier Fassin et soutenue en 2009 (Roux, 2009)

3  Penser « par cas » (Revel, Passeron, 2005) soulève des interrogations épistémologiques spécifiques qui ne peuvent être abordées ici. Mais c’est davantage la spécificité que la représentativité de l’interview qui fonde son intérêt. Et la présentation du cas Damien permet moins d’illustrer une pseudo-moyenne comportementale de « la clientèle » que de penser, à travers une situation particulière, une action et sa signification.

4  À titre d’exemple, les analyses de Saïd Bouamama et Claudine Legardinier (Bouamama, Legardinier, 2006) ou celles de Svel-Axel Månsson (Månsson, 2006) sont célèbres dans le monde militant comme versions savantes d’une perspective qui analyse le recours à la prostitution comme marqueur d’une déviance virile.

5  Ainsi par exemple, Paola Tabet écrit dans La grande arnaque : « Le point de vue des femmes qui participent aux différentes relations économico-sexuelles sera privilégié comme instrument d’analyse. Jusqu’ici nous avons vu en fait les définitions que donne la partie dominante. C’est cette partie qui a établi, selon sa propre optique et son propre intérêt, bien sûr, quelles sont les différences entre les relations, quelles en sont les spécificités et les faits constitutifs, où sont les démarcations entre une relation et l’autre. Les critères utilisés servent à la stigmatisation et à la mise à l’écart de certaines femmes, de certains comportements des femmes : ils constituent un moyen de domination. Et l’une des formes, l’un des résultats de la domination, c’est le silence, la non-parole et l’invisibilité des groupes opprimés. Nous pouvons faire l’hypothèse que l’expérience de ces rapports et la vision qu’en expriment les femmes sont en mesure de révéler des continuités et des ruptures, des choix et des refus, des résistances et des violences, selon d’autres lignes que celles du discours des dominants : celles qui conduisent au contrôle de la vie et de la sexualité des femmes, à la division des femmes en "femmes bien" et putains. » (Tabet, 2005, 38).

6  L’usage des guillemets anglais traduit dans la retranscription de l’entretien l’expression « entre guillemets » que Damien a utilisé durant l’interview

7  La Mama-san est une femme salariée du bar en charge de faciliter la réalisation des échanges prostitutionnels ; elle veille à la satisfaction des clients et dirige les femmes mises en scène.

8  Les relations sexuelles tarifées se déroulant à l’extérieur du bar, le client doit payer un montant forfaitaire à l’établissement qui emploie la jeune femme pour le « dédommager de la perte d’une danseuse »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Roux, « L’initiation. Entretien avec un client de la prostitution », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1237 ; DOI : 10.4000/gss.1237

Haut de page

Auteur

Sébastien Roux

Sociologue
IRIS - Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux
Sciences Sociales, Politique, Santé
UMR 8156 CNRS – Inserm – EHESS – Université Paris 13

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org