Skip to navigation – Site map

Appels à contribution

Call for papers

Espaces visuels

Production, diffusion et circulation des images du genre et de la sexualité

Hors-série n° 3| 2018

Sous la direction de Clelia Clini, Emilie Ding, Sarah Kiani, Nermina Trbonja, Michela Villani

Le numéro Hors-série « Espaces visuels » entend interroger les espaces de production, les formes d’institutionnalisation, les types de réseaux de diffusion ainsi que les dynamiques de circulation des productions visuelles relatives au genre et à la sexualité.

Les productions visuelles sont entendues comme des entreprises de mise en images, qu’elles soient en mouvement ou statiques, dans une visée de production de sens. Le cinéma notamment, suite aux travaux de Molly Haskell (1974) sur les représentations du féminin dans le cinéma hollywoodien et de Laura Mulvey (1975) qui analyse le cinéma en termes psychanalytiques comme le « subconscient social », est un lieu qui permet de penser les créations, les reproductions, mais aussi les subversions des modèles de genre et de sexualité. Ainsi, les travaux de cinéastes telles que Chantal Akerman, Trinh T. Minh-ha ou encore Mona Hatoum présentent des exemples de redéfinitions possibles des attributions croisant le sexe, la race et la classe. La pornographie féministe et queer est un autre lieu d’expérimentation et d’interrogation des normes de la sexualité, du genre et de l’intimité.

Dès 1973, les expérimentations, aux Etats-Unis, du groupe Fight Censorship proposent d’érotiser les corps masculins pour développer un female gaze. Dans les années 1980 se développe, dans la lignée d’un féminisme pro-sexe (Voros, 2015), une pornographie à volonté non hétérosexiste qui tente de réformer les codes de représentation de la sexualité. Au cours des années 1990, avec la médiatisation de nouvelles injonctions à la libération sexuelle, plusieurs auteures féministes s’intéressent à la sexualisation croissante du corps des femmes dans une fiction de l’égalité des sexes advenue. Les débats suscités par ces travaux s’intéressant à la « culture populaire », dont la notion de « postféminisme » et les travaux d’Angela McRobbie, continuent d’alimenter des réflexions qui sont au cœur des espaces qui nous intéressent dans ce numéro. Ces représentations produisent des discours profondément contradictoires car ils enchevêtrent des perspectives féministes et antiféministes (Gill, 2007), tout en soulevant des questions cruciales concernant le rôle des médias comme « technologies du genre » (De Lauretis, 1987).

Parallèlement, une nouvelle réflexion sur les cultures minoritaires et les moyens de production des formes de représentation apparaît vers la fin des années 1980 avec les Cultural Studies (Hall, 1996a, 1996b, 1997 ; hooks, 1992 ; McRobbie, 1991 ; Mercer, 1994). Prendre en compte les individu-e-s ordinaires et leurs visions des effets de la guerre devient dès lors un acte politique (Spivak, 1988). Etant donné que les rôles masculins et féminins en temps de guerre sont souvent représentés selon une division stricte (les hommes luttent, les femmes symbolisent la vulnérabilité de l’identité nationale/raciale), il s’agit de savoir s’il est possible de proposer des images d’hommes et de femmes en situation de conflit sans reproduire ces stéréotypes naturalisés du genre. Dans les débats récents sur la question, la notion de sécurité assimilée à la force militaire a été contestée, notamment à travers une analyse du rapport des femmes à la guerre et à la paix (Tickner, 1992 ; Peterson, 1992).

Les produits visuels sont l’expression de positions dans le champ social. Les espaces (qu’il s’agisse de lieux géographiques, de réseaux sociaux, d’arènes politiques ou d’espaces du corps) sont les lieux d’expression et d’exercice du pouvoir. La possibilité d’affirmer un point de vue particulier relève de l’accès aux moyens de production, mais aussi de diffusion et de réception de la part du public. S’intéresser aux productions artistiques mineures (que nous définissons comme étant exclues des lieux de diffusion légitimes) permet à la fois de questionner les représentations dominantes et d’étudier les espaces dans lesquelles elles circulent. Ces productions peuvent ne pas être considérées comme « artistiques », pourtant elles produisent des visions du monde. Les contre-cultures, les subcultures, les pensées minoritaires ou les pensées minorisées en action proposent des images alternatives du genre et du corps genré (Balsamo, 1996 ; Butler, 1993 ; Grosz, 1994), mais aussi de la sexualité et de l’intimité.

S’intéressant aux travaux d’artistes engagé-e-s dans le questionnement des représentations du genre et de la sexualité, plusieurs questions peuvent être soulevées. Comment ces artistes pensent-ils/elles les normes, et comment les dé-construisent-ils/elles ? Comment s’organise la circulation d’idées, d’images, de concepts, d’œuvres dans les circuits des contre-cultures ? Comment la critique se matérialise-t-elle sous une forme visuelle ? Quelles sont les formes de résistance ? Quelles conceptions du genre et de la sexualité sont proposées, voire comment la critique instaure-t-elle de nouvelles injonctions ? Nous souhaitons également interroger les contextes économiques et socioculturels des moyens de production, de l’accès aux réseaux et de diffusion.

Ce numéro questionne les « espaces visuels » situés comme étant des espaces de production et de positionnement dans un champ social, des espaces de contre-cultures ou de culture dominante. Deux types d’espaces seront privilégiés.

Les espaces médiatiques

Les médias de masse occupent une place très importante dans la vie de tous les jours et peuvent être considérés comme de véritables agents d’information et de socialisation (McRobbie, 2009 ; Trier-Bieniek, Leavy, 2014 ; Woodwart, 2003). En 1991, Susan Faludi publie « Backlash : The Undeclared War Against American Women » où elle critique la façon dont les médias construisent le féminisme comme responsable des difficultés rencontrées par les femmes dans les années 1980. Et pourtant, le féminisme semble avoir une « deuxième vie » relancée par des artistes grand public, telles que Taylor Swift, Nicky Minaj, Beyoncé, Miley Cirus, Emma Watson, etc. qui se déclarent publiquement féministes. Quel type de féminisme ces figures du monde du spectacle proposent-elles ? Pouvons-nous parler d’une renaissance du féminisme ? Quels sont les modèles de genre et de sexualité proposés ? Comment la race, la classe, l’orientation sexuelle sont-elles pensées et représentées ? Ici le travail de l’artiste danoise Ditte Ejlerskov est exemplaire d’une quête artistique s’inspirant de propos des personnalités célèbres se revendiquant du féminisme. L’analyse des images médiatiques dominantes nous permet également de montrer comment les médias contribuent et consolident les inégalités sociales (Kearney, 2012) et de relever les absences (qui est représenté-e ? Qui ne l’est pas ?), les silences (qu’est-ce qui est dit ? Qu’est-ce qui n’est pas dit ?), mais aussi de problématiser les formes de discrimination, voire de violence, dans les opérations d’exclusion.

Les espaces de conflits

Nous invitons à penser la production artistique en relation avec les espaces touchés par les conflits, en privilégiant des points de vue locaux et des réflexions artistiques qui incluent une perspective attentive aux rapports et rôles sociaux en contexte de conflit. De quelles productions s’agit-il ? Qui sont les auteur-e-s ? Comment s’ouvrent les nouveaux espaces de production ? Comment et dans quelles conditions des artistes reconnu-e-s s’engagent-ils/elles dans ce type de recherche ou en témoignent ? Comment le genre influence et modèle-t-il les images produites ? Quels sont les intérêts à montrer, dans les images de guerre, les femmes comme des victimes et les hommes comme des agresseurs (Enloe, 1998) ? Nous souhaitons par exemple penser l’exploration du statut d’altérité produit par l’artiste palestinienne Mona Hatoum, par le projet performatif de l’artiste bosniaque Maja Bajević Women at Work sur la guerre bosniaque et le destin des femmes de cette nation, ou encore par le projet public Bosnian girl de l’artiste Šejla Kamerić qui montre les implications de la Royal Netherlands Army dans le génocide de Srebrenica en 1995. D’autres artistes dont le travail est fondateur d’une résistance artistique, comme celui de l’Erythréenne et ancienne combattante Elsa Jacob ou l’artiste militante Colombienne Doris Salcedo, inspirent la réflexion que ce numéro souhaite porter.

Soumettre une proposition

Les propositions d’articles, d’environ 5000 signes, comprennent un titre, une présentation de l’article, les objets et les méthodes, ainsi que les nom, prénom, statut, rattachement institutionnel et email de l’auteur-e. Elles doivent être envoyées pour le 15 mai 2017 au plus tard à : Clelia Clini (cleliaclini@hotmail.com) ; Emilie Ding (emilie.ding@gmail.com) ; Sarah Kiani (sarahkianister@gmail.com) ; Nermina Trbonja (trbonja.nermina@gmail.com) ; Michela Villani (michi.vill@gmail.com) ainsi qu’au comité de rédaction de la revue Genre, sexualité & société (gss@revues.org).

Les auteur-e-s seront avisé-e-s par mail des propositions retenues avant le 15 juin. Les articles, inédits, devront être envoyés le 30 septembre 2017. Les instructions aux auteur-e-s pour la rédaction des articles sont disponibles en ligne (https://gss.revues.org/747). Suivant la politique éditoriale de la revue, chaque article fera l’objet d’une double évaluation anonyme. L’acceptation de la proposition ne signifie donc pas acceptation automatique de l’article. Les articles retenus seront publiés dans le Hors-série n° 3 à paraître en 2018.

Les contributions visuelles (photos, vidéos, film) sont envoyées sur un support permettant leur mise en ligne et accompagnées d’un texte produit par l’auteur-e/artiste ou par un collectif d’auteur-e-s/artistes souhaitant présenter un travail. Les formats attendus sont JPEG ou PNG (10 Mo). Les médias de type image ou animation seront insérés en tant que fichiers distants (les fichiers seront téléchargés sur une autre plateforme d’hébergement).

Bibliographie

BALSAMO Anne, Technologies of the gendered body : Reading cyborg women, Durham, North Carolina, Duke University Press, 1996.BUTLER Judith, Bodies That Matter: On the Discursive Limits of Sex, New York & London, Routledge, 1993.

DE LAURENTIS Teresa, Technologies of Gender: Essays on Theory, Film, and Fiction, Macmillan, 1987.

ENLOE Cynthia, « All the Men Are in the Militias, all the Women Are Victims: The Politics of Masculinity and Femininity in Nationalist Wars », in LORENTZEN Lois Ann, TURPIN Jennifer, The Women and War Reader, New York University Press, 1998, pp. 50-62.

FALUDI Susan, Backlash The Undeclared War Against American Women, Crown Publications, New York, 1991.

GILL Rosalind, « Postfeminist media culture: Elements of a sensibility », European Journal of Cultural Studies, 10(2), 2007, pp. 147-166.

HALL Stuart, « Cultural identity and Cinematic Representation », in BAKER A. Houston, DIAWARA Manthia and LINDEBORG H. Ruth (eds.), Black British Cultural Studies: A Reader, Chicago, University of Chicago Press, 1996(a), pp. 211-222.

HALL Stuart, « New Ethnicities », in BAKER A. Houston, DIAWARA Manthia and LINDEBORG H. Ruth (eds.), Black British Cultural Studies: A Reader, Chicago, University of Chicago Press, 1996(b), pp. 211-222.

HALL Stuart, « The Work of Representation », in HALL Stuart (ed.), Representations: Cultural Representations and Signifying Practices, London, Sage Publications, 1997, pp. 1-74.

HASKELL Molly, From Reverence to Rape. The Treatment of Women in the Movies, Chicago, Chicago University Press, 1984 (1974).

hooks bell, Black looks: Race and representation, New York, Routledge, 1992.

KEARNEY Mary Celeste, « Introduction », in KEARNEY Mary Celeste (ed.), The Gender and Media Studies Reader, New York, Routledge, 2012, pp. 1-21.

McROBBIE Angela, The aftermath of feminism: Gender, culture and social change, Los Angeles London, Sage, 2009.

McROBBIE Angela, Feminism and youth culture: From “Jackie” to “Just seventeen”, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, Macmillan, 1991.

MERCER Kobena, Welcome to the Jungle: New Positions in Black Cultural Studies, London, Routledge, 1994.

MULVEY Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, 16, 3, 1975, pp. 6-18.

Peterson Spike (ed). Gendered States. Feminist (Re) Vision of International Relations Theory, Gender and Political Theory. New Contexts, Boulder, Lynne Rienner, 1992.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak? », in NELSON Cary, GROSSBERG Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Urbana, University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.

Tickner Anne, Gender in International Relations. Feminist Perspectives on Achieving Global Security, New York, Columbia University Press, 1992.

TRIER-BIENIEK Adrienne, LEAVY Patricia (eds.), Gender and Pop Culture: A Text-Reader, Rotterdam, Sense Publishers, 2014.

VOROS Florian, Cultures pornographiques. Anthologie des Porn Studies, Paris, Editions Amsterdam, 2015.

WOODWARD Kath, « Representations of Motherhood », in EARLE Sarah, LATHERBY Gayle (eds.), Gender, Identity and Reproduction, London, Palgrave, 2003, pp. 18-32

Numéros parus : http://gss.revues.org/55

Appel à varia

Genre, sexualité & société, revue électronique à comité de lecture, pluridisciplinaire et internationale, de langue française, entièrement dédiée aux recherches sur le genre et la sexualité, lance un appel à varia.

Tout type de contribution inédite sera étudiée, qu’elle provienne de jeunes chercheur-e-s ou de chercheur-e-s confirmé-e-s.

La revue Genre, sexualité & société souscrit pleinement aux principes de l’évaluation par les pair-e-s. Tous les articles proposés sont soumis de façon anonyme.

Pour soumettre un article, merci de suivre les instructions aux auteur-e-s en ligne : http://gss.revues.org/747

Les cartes, tableaux, illustrations, photos devront aussi être envoyés dans un fichier séparé. Les auteur-e-s veilleront en outre à ce que les légendes et les titres des figures soient clairement indiqués sur celles-ci.

Vous êtes invité-e-s à nous faire parvenir vos articles à l’adresse e-mail suivante : revuegss@gmail.com

Numéros parus : http://gss.revues.org/55

Genre, sexualité & société reçoit également des propositions de dossiers thématiques ainsi que des comptes rendus.

Pour les propositions de dossiers thématiques, merci de consulter la page instructions aux auteur-e-s : http://gss.revues.org/747

Pour les comptes rendus, contactez les responsables de la rubrique Analyses & comptes rendus à l’adresse e-mail suivante : gss.livres@gmail.com

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org