Navigation – Plan du site
Dossier
Documents

Éros minoritaire : tel qu’il est vécu

Minority Eros: the way it’s lived
Françoise d’Eaubonne

Résumés

Nous publions ici un chapitre du livre de Françoise d’Eaubonne Éros minoritaire (Balland, 1970). Devenu désormais introuvable, et injustement oublié, ce livre constitue un exemple particulièrement saisissant de la critique du savoir sur la sexualité. S’attaquant aux discours scientifiques sur la distinction entre homosexualité innée et homosexualité acquise, l’auteure déconstruit cette mythologie en montrant son caractère fallacieux et répressif. Face à une conception biologisante de la sexualité humaine, elle dénonce toute forme d’essentialisme réductionniste et oppose une acception de l’homosexualité « telle qu’elle est vécue » au quotidien par les hommes et les femmes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous tenons à remercier très chaleureusement Vincent d’Eaubonne pour son aimable autorisation à publier ce texte.

Texte intégral

Relations avec la nature (animale)

1Poser la question de l’Éros minoritaire, c’est poser celle de la « nature animale ». C’est une notion qui n’est plus guère évoquée aujourd’hui, si ce n’est par quelques docteurs de la génération de 1914, encore alourdis par le rousseauisme de grand-papa. Cette Nature, quelle est-elle ? Est-ce la divine patronne de Jean-Jacques, ou la marâtre de Sade ? Jacques Valli, dans sa Réponse au Dr Eck (Arcadie, octobre 1966), souligna l’aspect flou, inconsistant et subjectif de ce qui, de siècle en siècle, sert de contenant aux théories de l’auteur qui emploie ce récipient vénérable. Tentation admissible ; l’Occidental, le Français surtout, est affolé par le besoin d’être la femme de ménage de l’univers ; pour savoir où ranger « de tant d’objets divers le bizarre assemblage » faut-il encore connaître les emplacements ; en d’autres termes, pour parler de déviation il faut situer l’axe ; et pour discourir sur l’anormal, définir la norme.

2Une tradition archaïque de la médecine, de la philosophie et autres ramifications du logos fut de regarder ce qui se passait du côté de nos frères inférieurs, critères du « naturel », pour examiner dans quelle mesure « le roi de la création » avait le droit ou le devoir de l’imiter, de le modifier ou de s’en écarter. Les premiers défenseurs contemporains de l’homosexualité n’ont eu garde de renier cette méthode. C’est ce qui nous a valu les surprenantes dissertations de Corydon et ses références aux pigeons belges, entre autres animaux.

« Sans doute est-il quelque peu paradoxal que le Français se sente justifié dans sa façon de faire l’amour par le fait qu’il la partage avec les hannetons ou les canards beaucoup plus que par celui de s’apparenter sur ce point à César », dit Philippe de Charmeilles.

3Canetons, hannetons, pigeons sont aujourd’hui largement dépassés. Il y a cinquante ans que Gide prophétisait que dans moins de vingt ans on ne pourrait plus « prendre au sérieux les mots : contre nature, antiphysique, etc. », tout en prouvant à quel point il les prenait au sérieux, lui, puisqu’il consacrait une partie de son argumentation à l’établissement d’un charmant bestiaire homosexuel. Depuis lors, jusqu’à nos jours, jusqu’à Allen Berg et Roditi, le bestiaire s’est accru et chaque sexologue y apporte, le plus gravement du monde, sa contribution ; et ceci à une époque où le mot de « nature » s’est à peu près vidé de tout contenu intelligible, du moins en ce qui concerne l’homme.

4Ruminants, chiens, coqs et poules, abeilles, chats… En quelle espèce, aujourd’hui, n’a-t-on pas décelé des faits d’homosexualité ? Bien plus, dans certaines, on en a provoqué, et non par un simple isolement des animaux de l’autre sexe, seul moyen envisageable à l’époque où Gide écrivait ce Corydon qu’avec son honnêteté légendaire il reconnut, plus tard, être le moins réussi de ses livres. Des chercheurs ont rendu des chats homosexuels en pratiquant sur eux une lésion du diencéphale (Talbot, 1967). D’autres ont obtenu le même résultat avec des rats en plaçant dans l’endroit où ils devaient aller chercher leur nourriture l’image d’un serpent ou autre animal qui excitait en eux l’angoisse (Roditi, 1962). Même observation lorsqu’on fait vivre les rats en milieu clos et sous-alimenté. Les singes ont fourni un sujet d’observations très riche. Les babouins de Zuckermann, entre autres – et qui semblent par ailleurs les animaux les plus proches de l’homme par leur férocité, leur humeur querelleuse et leurs jugements accompagnés d’exécution – ont, parmi les singes, un comportement homosexuel accentué (Zuckermann, 1937) ; les vers Planarias de Roditi (Roditi, 1962) s’ajoutent également à la liste, après les insectes du genre Prostemma de J. Carazou (Carazou, 1964). Nous voilà loin de Corydon et de ses pigeons belges.

5Elle remonte loin, cette méthodologie qui consiste à fonder le comportement d’une espèce en relation avec celle dont elle émerge. L’ontogenèse (développement de l’individu) reproduit-elle si exactement la philogenèse (développement de son espèce) ? II ne se doutait guère de fonder une certaine défense de l’homosexualité en tant que comportement naturel, le vieux Porta, quand il écrivait en 1650 [dans La magie naturelle] :

« Quant à l’égard de sa végétation, la plante convient avec la bête brute et par sentiment l’animal brutal avec l’homme qui se conforme au reste des astres par son intelligence ; cette liaison procède tant proprement qu’elle semble une corde tendue depuis la première cause jusqu’aux choses basses et infinies… ».

6Selon les premiers essais « structuralistes » de ces vieux maîtres s’efforçant de passer de la magie à la science, l’homme se voit-il légué, jusque dans son comportement érotique, les dispositions, conduites et activités du patrimoine de son ancêtre, « l’animal brutal », en remontant la chaîne jusqu’au ver Planaria de Roditi ?

7En réalité, ces théories ont fait long feu. Il n’y a pas si longtemps qu’on a décidé de les abandonner ; au moment de l’apparition de cette nouveauté, l’accouchement sans douleur, il se trouva des médecins pour s’y opposer au nom d’une expérience pratiquée sur les biches ; il était remarquable de voir ces animaux, après l’accouchement sous anesthésie, se désintéresser de leur progéniture. Simone de Beauvoir, dans Le Deuxième Sexe, répondit de façon définitive et pourtant fort simple : « Mais les femmes ne sont pas des biches ». Fallait-il tant de controverses pour en arriver là ? Pendant des siècles, les médecins ont rassuré les primipares par cette assertion infiniment répétée : « Il ne s’agit que d’une fonction toute naturelle. La nature sait ce qu’elle fait. Tout se passera bien » (Beauvoir, 1949). Et, au nom de la nature, les femmes souffraient un supplice, perdaient leur santé, mouraient parfois. Mais c’était l’individu qui avait tort ; l’espèce ne pouvait se tromper. Que la nature humaine, modifiée par la civilisation, soit éloignée à ce point de l’animale nature, les Sages l’ignoraient.

  • 1  Cette réflexion nous a particulièrement occupés au cours d’une visite à l’exposition des peintures (...)

8Les femmes ne sont pas des biches. Les hommes ne sont pas des vers Planaria. Des prédispositions, en admettant qu’elles soient léguées à l’espèce successive ou plutôt à certains individus de celle-ci en particulier, n’informent en rien la conduite générale du groupe ou du sexe1. Les défenseurs actuels de la théorie qui soutient les droits de l’Éros minoritaire montrent à l’égard de ces archaïsmes quelque chose de l’irritation qui anime le matérialisme dialectique contre le matérialisme positiviste, qualifié à bon droit de « primaire ». Tant d’événements historiques et de bouleversements ont appris à l’homme qu’il était le créateur de sa propre nature qu’il a fini par se comprendre – sinon s’assumer – un « animal dénaturé », comme ceux de Vercors (1955).

« Peut-on raisonnablement appliquer à l’homme des conclusions tirées de l’échelle animale ? On peut dire qu’il paraît être l’échelon le plus évolué. Mais comme tel, justement, les conclusions valables à l’échelon le plus bas cessent de l’être à l’échelon supérieur », écrit le docteur Favre, dans Arcadie.

9Fallait-il tant gloser pour en revenir à la question de Pascal, ce théiste qui porta tant de coups durs à l’essentialisme : « La coutume, seconde nature, ou la nature, première coutume ? »

Échecs instructifs

10Nous avons vu plus haut que les différentes théories scientifiques ont été impuissantes à expliquer l’homosexualité humaine, c’est-à-dire à en découvrir la cause ; il faut peut-être entrer brièvement dans le détail avant de saisir la raison de ces échecs.

11La morphologie a été une des premières sciences à s’intéresser à cette question. Jusqu’à Freud, chaque étude de cas homosexuel, même ne relevant pas de ce domaine, fait sa place à la morphologie. La douceur ou la rugosité de la peau, le diamètre du bassin, la vitalité du système pileux, le son de la voix, les goûts secondaires pour telle nourriture ou telle activité s’y rattachant, semblent de la première importance aux psycho-pathologues.

« Le ventre a la forme d’un ventre féminin. Urine sans albumine, sans sucre, mais contient de l’acide urique de façon anormale » (Observation 99 de Krafft-Ebing). « La voix n’est ni féminine ni aiguë, mais plutôt d’un timbre de baryton... » (Obs. 123). « Barbe et poils raisonnablement sur le corps pour mon âge et mon sexe... Ce qui est surprenant, c’est que la largeur de mon bassin soit exactement égale à celle de mes épaules » (Obs. 119). « La conformation extérieure du corps de Louis X... n’offre qu’une anomalie de structure à la partie latérale droite de la région crano-faciale » (Docteurs Garnier et Legras, 1895).

12Du vivant même de ces auteurs, la tendance à l’explication morphologique connut un déclin dû en partie aux découvertes de la psychanalyse, mais aussi aux progrès des recherches de motivations physiologiques plus profondes comme l’endocrinologie ; l’hormone n’entraîne pas forcément d’effets morphologiques très marquants. « Je n’ai pas encore rencontré, écrit Magnus Hirschfeld, un homosexuel sur quinze cents qui se distingue physiquement et mentalement d’un homme complet, et je ne croirai pas qu’il existe avant d’avoir appris personnellement à en connaitre » (Notons-le : et mentalement).

  • 2  Nos observations personnelles recoupent ici l’affirmation de l’auteur. Parmi un grand nombre d’hom (...)

« Il est exact qu’il peut y avoir un type morphologique vaguement gynandrique qui se rencontrerait plus fréquemment chez certains invertis ; taille plutôt petite, hanches larges, poitrine développée, extrémités menues, pomme d’Adam peu saillante... la voix n’est pas eunuchoïde, mais très souvent bitonale (je dirai même que c’est là une des caractéristiques les plus fréquentes et les moins trompeuses2). Le type morphologique que nous avons décrit se rencontre chez de nombreux individus qui n’ont rien à voir avec Sodome » (Eck, 1966).

  • 3  Le « transvestisme » désigne la manie du travestisme à l’état pur, à savoir : indépendant de toute (...)

13Cette conclusion rejoint celle de Magnus Hirschfeld qui note qu’il a rencontré, au cours de ses enquêtes, une foule d’hommes efféminés et de femmes viriloïdes qui étaient parfaitement hétérosexuels. Mais qu’entend-on par « une parfaite hétérosexualité » ? Nous serions appelés à nous demander si ce dernier contingent ne fournit pas plutôt beaucoup plus au transvestisme qu’à Sodome, constituant ainsi le « sexe inconnu »3.

14Chose curieuse, après avoir connu un long discrédit, la théorie morphologique retrouve aujourd’hui une certaine faveur ; sans doute à la suite de la connaissance des limitations de la psychanalyse, autrefois considérée comme la grille universelle devant tout expliquer et tout résoudre. Nous n’en voulons pour preuve que le dernier ouvrage, par ailleurs si riche et si intéressant, du docteur Schlegel, Les instincts sexuels (1966). Nous aurons à revenir sur ses conclusions. Les prémisses de l’auteur sont tout à fait insuffisantes pour lesdites conclusions que fonderait bien autrement une bonne observation des faits. Vouloir, en 1966, ramener tout le problème à une simple mensuration du périmètre carpien et de la dimension du bassin tient de la gageure ; car même si, dans certains cas, une prédisposition plus forte peut se traduire par une modification somatique, un tel primarisme étonne chez un sexologue par ailleurs si ouvert au monde et si visiblement animé d’un souci de l’humain.

  • 4  Deux observations personnelles vont, l’une dans le sens, l’autre dans le sens opposé à ces conclus (...)

15L’endocrinologie, à son tour, eut son mot à dire ; même si les théories qu’elle produisit à cet égard furent trop hâtives et aujourd’hui abandonnées, il demeure un très riche bilan expérimental qui attend d’être repris et étudié dans une autre perspective. Les plus spectaculaires de ces observations médicales, au départ, furent pratiquées sur des poules auxquelles on avait injecté des hormones mâles. La poule, aussitôt, commençait à prendre de la crête, se battait, tentait de cocher les autres poules. Le coq à qui l’on avait injecté des hormones femelles se conduisait en chapon, cherchait à couver, etc. Gregorio Marañon élabora, nous l’avons vu, toute une théorie explicative de l’homosexualité par les hormones. Les expériences de Steinach, Pézard et Knut Sand sur la modification des caractéristiques sexuelles psycho-physiologiques permirent à Hirschfeld de soutenir que tous les types sexuels, mâle, femelle et intermédiaire, dépendaient des gonades. « C’était laisser entier, ou presque, le problème du caractère manifeste ou latent de la tendance homosexuelle », écrit R. de Becker. Les Américains, toujours prêts à voler aux conclusions, entreprirent alors de soigner leurs homosexuels avec des injections d’hormones de leur appartenance sexuelle. De nouvelles observations en laboratoire vinrent détruire brutalement toutes ces théories thérapeutiques : les mêmes résultats de modifications caractéristiques secondaires chez coqs et poules étaient obtenus... en injectant également des hormones, non du sexe opposé, mais de leur propre sexe ! Aujourd’hui, il est admis que l’injection hormonale, de testostérone ou de folliculine, indifféremment, loin d’entraîner une correction de la tendance sexuelle, ne fait que renforcer les désirs érotiques – et le plus souvent dans le sens primordialement manifesté ; cette thérapeutique est abandonnée4.

16Les expérimentateurs, cependant, continuent leurs recherches. L’Express du 4 juillet 1966 nous a appris que le docteur Seymour Lévine, de l’Université de Stanford, a rendu homosexuels des rats en supprimant chez les mâles, pendant les quatre jours suivant la naissance, l’hormone mâle. Puis l’expérimentation fut appliquée, avec le même succès, aux cobayes et aux singes. L’homosexualité s’inscrivit définitivement dans leur comportement. L’homosexualité dépendrait-elle donc (du moins en partie si l’on retient la prudente distinction entre la dimension animale et la dimension humaine), d’un « événement éphémère pendant le développement biochimique de l’individu » ? (L’Express). Si nos désirs et nos personnalités ne s’identifient pas au donné, ils s’appuient sur lui pour une large part. « Pas plus que l’appétit n’est le suc, la sexualité n’est la testostérone », dit le professeur Jean Delay. Mais ceci ne contredit pas saint Augustin : Quid habes non accepisti ? Qu’as-tu, que tu n’aies reçu ? Rien sans doute ; mais la modification, elle, peut m’appartenir. « On se fait ce qu’on se choisit, à partir de ce que les autres ont fait de vous » (Sartre).

17La psychanalyse, nous l’avons vu, a entièrement reconsidéré les perspectives où les premiers sexologues situaient l’Éros minoritaire. Pas seulement, du reste, dans les travaux précis que Freud lui a consacrés en observant certains cas ; les lignes directives de la psychanalyse, désignant les voies nouvelles d’une science humaine sans précédent, ont remis en question le rôle même de l’érotisme et de sa présence au monde. La théorie de l’instinct de mort et de l’instinct de vie a profondément bouleversé l’idée de la condition humaine, en faisant apparaître l’ambiguïté de notre « nature ». C’est si vrai que le docteur Eck, se trouvant l’adversaire résolu des droits de l’Éros minoritaire à revendiquer sa « citoyenneté à part entière », se dresse contre cette théorie au nom du « danger » qu’elle comporte. Mais les disciples de Freud, évoluant dans une société nouvelle où certains tabous ont disparu, se sont moins vigoureusement attachés que leur maître à la potentialité révolutionnaire d’un enseignement que Wilhelm Reich a tenté de préserver et de transmettre. Certains sont allés plus loin, comme Stekel, qui a eu le mérite de laisser en route quelques superstitions comme la fameuse « envie de pénis » de la femme infériorisée ; mais beaucoup ont fait marche arrière et adopté, sur la question de l’homosexualité, des attitudes rigides, aux explications schématiques, qui n’étaient nullement le fait de Freud, beaucoup plus prudent dans sa démarche et humble dans son bilan.

18L’explication d’un narcissisme indépassable par suite d’une fixation à la mère présente, certes, un grand intérêt. De nombreuses observations s’y conforment. La fixation est entendue en général, comme amour incestueux nié ; cependant, les familiers de l’analyse savent qu’elle s’ancre tout aussi bien sur une haine ; et de même sur une absence, qui est la forme la plus obsédante – parfois – de la présence. Passionnément aimée ou haïe, ou disparue en laissant derrière elle une béance où tout s’engouffre, la mère est très fréquemment un important élément dans la biographie de l’homosexuel. La littérature nous en offre trois beaux exemples. La mère de Verlaine, tendre chouchouteuse, castratrice à force d’affection, est aimée ; elle produit un bisexuel dont l’homosexualité est de forte prédominance passive, de caractère faible et mou sous un masque de fausse violence ; la mère de Rimbaud, sèche, frigide, frustratrice et d’une allure de virago, est haïe ; elle a pour enfant un homosexuel à prédominance active et d’une farouche virilité ; la mère de Genet, qui l’abandonne, oriente toute la vie de Jean vers une homosexualité exclusive, monosexuelle, et la recherche frénétique d’un absolu qui a manqué au départ.

19Ce sont là d’illustres exemples. Ils demeureraient isolés qu’ils n’appartiendraient pas à une contribution psychanalytique. Mais l’accoutumance du milieu homosexuel, après de longues années de fréquentation, sans compter nos prises de contacts avec nombre de psychothérapeutes, permet d’affirmer que ces cas-limites ont une foule d’imitations chez des personnes que rien n’a rendu ni ne rendra jamais célèbres. Il est normal que, devant tant d’observations similaires, on ait chanté merci à Freud d’apporter une lumière nouvelle et si précieuse ; il est humain qu’aussitôt les enthousiastes aient crié que, désormais, la genèse de l’homosexualité était tirée au clair, et que la solution définitive était trouvée.

20Cependant, quelle que soit la valeur des travaux qui ont mis à nu cette motivation, trois observations critiques en limitent la portée, que d’aucuns proclamaient absolue.

21Primo, cette explication ne peut jouer que dans notre contexte d’Occident judéo-chrétien. Elle serait ridicule, comme le précédent chapitre le démontre, en des civilisations éloignées dans le temps (antiquité grecque, romaine, hittite) ou dans l’espace (Orient, Japon, Islam, minorités d’Amérique, Afrique et Australie). Ces différents groupes où, souvent, la structure familiale était ou est très forte, à prédominance patriarcale, rejette au néant une motivation due à la prédominance de la mère sur le père, ou seulement d’une importance excessive apportée à la mère, comme dans le schéma freudien. Du reste, quel besoin de chercher des motifs à une conduite ici approuvée, encouragée même, par le groupe communautaire tout entier ? Ce n’est qu’en Occident et en Amérique que le fait constitue un problème.

22Nous voici donc devant cette conclusion : l’explication freudienne peut aider à éclairer la réapparition d’une disposition érotique dans un milieu culturel qui le refoule ; non par la genèse et la nature de cette disposition elle-même.

23Secundo, le schéma freudien ne nous fait pas comprendre pourquoi certains qui (parfois dans les mêmes familles) ont subi les mêmes pressions, se sont orientés cependant vers l’hétérosexualité.

24Il serait bon d’ajouter à cette objection qu’on a souvent formulée un petit examen critique. Vers l’hétérosexualité, soit ; mais quelle hétérosexualité ? Ce qui, chez l’homosexuel à mère abusive ou absente, semble se traduire par son choix de l’Éros minoritaire, paraît s’inscrire également dans la conduite de son compagnon de misère, son frère peut-être, qui a opté pour l’hétérosexualité. Ce « normal » qui fut couvé par sa mère devient un époux, certes ; mais c’est un faible, un petit garçon ; il impose à sa femme une belle-mère despotique ; cet autre, que sa mère frustra de tout amour maternel, cherche une femme défavorisée, infériorisée, pour se donner l’illusion de dominer à son tour ; ce troisième, qui pleure toujours la perte ou l’absence de sa mère, choisira une compagne forte, protectrice, voire viriloïde, pour remplacer celle qu’il n’a pu que rêver. S’agit-il, dans ces trois exemples, d’homosexuels refoulés ? Absolument pas. Tous semblent avoir été, au départ, conditionnés par des facteurs qui auraient pu en faire des homosexuels ; mais leur orientation érotique a été différente. Le même trouble peut donc être vécu dans le sens d’un écart du chemin « normal » ; mais cet écart peut porter sur le choix du sexe ou du caractère des partenaires érotiques ; le choix entre deux choix demeure inexpliqué.

25Tertio, la théorie freudienne classique, enfin, n’explique pas ce fait – peut-être rare, mais personnellement constaté – que des individus nés et grandis dans un milieu familial parfaitement équilibré, après complexe d’Œdipe correctement posé puis liquidé, aient cependant opté aussi pour l’homosexualité.

  • 5  Un exemple éclatant : le roman autobiographique de Portal, Un protestant (1935). Nous en recommand (...)

26Ajoutons un examen critique semblable à celui qui précède. Pour quelle homosexualité ? Est-ce l’effet d’un hasard si, justement, c’est parmi ce petit nombre que se trouvent les « homosexuels exemplaires », c’est-à-dire tout simplement équilibrés, comme le furent ceux qui les élevèrent ? Leurs semblables ou leurs frères, devenus hétérosexuels, semblent également favorisés – mais ceci est un poncif qu’on trouve chez tous les psychologues moralistes – pour créer un foyer harmonieux5. Serait-ce donc que l’équilibre parental, la santé psychique d’un heureux cadre familial soit surtout favorisants pour la santé, le bonheur du futur foyer des enfants, quel que soit le sexe du partenaire, et non du tout un facteur déterminant pour le choix hétérosexuel ?

27Ce qui nous amène à évoquer ce qui précède, et les expériences d’endocrinologie aux conclusions trop hâtives. Nous avons vu qu’un certain trouble hormonal semblait favoriser l’homosexualité animale. Mais, en y regardant de plus près, ce trouble hormonal n’était pas forcément prédominance de testostérone chez la femelle et de folliculine chez le mâle ; l’excès provoqué de testostérone chez le mâle et de folliculine chez la femelle entraînait les mêmes désordres. Il semblait donc que ce n’était pas la spécificité sexuelle des hormones qui entrait en jeu, mais leurs variations de dosage. Le trouble psychique dû aux mauvaises conditions familiales ne produirait-il pas, à l’instar des troubles hormonaux, un désordre qui se traduit tantôt par l’homosexualité, tantôt par l’exercice défectueux de l’hétérosexualité, sans aucun déterminisme de l’une ou de l’autre ? Et l’homosexualité bien assumée ne serait- elle pas une conséquence possible, comme l’hétérosexualité harmonieuse, d’un milieu familial sans trouble ni désordre ?

28En d’autres termes, l’homosexualité en soi, tout autant que l’hétérosexualité en soi, ne serait-elle pas indépendante des troubles ou des absences de troubles du cadre familial ? Ce qui en découlerait, ne serait-ce pas plutôt l’emploi vécu de l’une ou de l’autre, la façon de l’insérer dans son destin ?

  • 6  Une tentative d’explication génétique a été esquissée autrefois, sans connaître grand succès. La p (...)

29Ce qui expliquerait peut-être pourquoi le « facteur mère », toujours dans un sens négatif, est surtout présent dans la biographie des homosexuels qui fréquentent le cabinet du psychothérapeute (ou qui devraient le faire). En le cherchant, on le trouverait à coup sûr dans la genèse des autres troubles qui attirent, au même endroit, les hétérosexuels6. C’est ce qui apparaît clairement dans le livre du docteur Fanzi, Contre le Mariage (1970).

L’homosexualité féminine

30Tout ce qui précède est sans doute, dans une large part, valable pour l’homosexualité de la femme.

31Mais comment en connaître la dimension devant le peu de travaux qui lui sont consacrés ? Lacune due à l’indifférence que nous avons expliquée plus haut. Seuls, ou presque, Kinsey et Caprio, tout récemment ont jugé qu’elle méritait une analyse à part. Quant à l’assertion de Gregorio Marañon : « la lesbienne, type de femme supérieur », nous avons dit ce que nous en pensions.

32Il serait temps, cependant, d’admettre qu’elle comporte, pour le destin individuel, des conséquences aussi sérieuses (dans le sens : à rendre au sérieux ; je n’entends pas par là « graves » et « dramatiques ») dans le cas de la lesbienne que dans celui de l’homosexuel mâle.

33Il faut en finir une fois pour toutes avec cette idée que le saphisme ne présente qu’un piment éphémère, ou la consolation mélancolique d’un manque, l’absence de l’homme tout- puissant ; il faut reconnaître qu’il peut être une tendance érotique aussi prédominante, même quand elle n’est pas exclusive, que chez l’homme. L’excellent livre du docteur Lambergeon : Psychosomatique et angoisses féminines (1966), a fait apparaître la liaison entre certains eczémas et le refus de leur propre homosexualité chez des femmes par ailleurs mariées et apparemment heureuses, ou qui cherchaient à fonder un foyer, « comme tout le monde ». Nous avons personnellement connu des cas de lesbiennes choisissant de renier leur nature soit par de multiples aventures hétérosexuelles, soit par une union avec un homme digne de ce nom ; malgré les grandes qualités de l’époux et la réussite extérieure de leur union, malgré la présence d’enfants tendrement aimés, nous avons vu à chaque fois la faille du ménage, sauf dans le cas où la femme reprenait en cachette ses expériences féminines, ou divorçait, préférant garder son mari comme ami ou amant. Il se peut que d’autres couples aient évité ce triste bilan dans le cas ou le mari savait se montrer compréhensif ; mais quand il ne s’agit plus d’un petit jeu grivois accepté avec indulgence, quand l’homme sent chez sa femme cette violence et cette nécessité, il change radicalement d’attitude. L’orgueil mâle mis en cause n’accepte pas de trouver une rivale là où il n’escomptait qu’une complice, ou une collaboratrice. C’est le cas de Renaud dans Claudine en ménage ; c’est le cas imaginaire de Marcel et d’Albertine, transposition d’une autre homosexualité ; c’est un cas dix fois observé dans la vie courante. Cependant, l’amour-propre et l’incompréhension continueront à dicter une conduite de dédain ; le lesbianisme sera par tradition négligé comme une polissonnerie sans conséquences, ou plaint charitablement comme une comédie destinée à masquer une frustration. Ou mieux encore, son compte sera réglé sans autre forme de procès par un type de religion qui subordonne entièrement la femme à son rôle dans la procréation. Point d’objections au mariage de la lesbienne, puisque : « la partenaire féminine est passive ». Ainsi s’exprime le médecin catholique Jean Lhermitte, rayant d’un trait de plume tout ce qui, dans l’union conjugale, dépasse la fécondation.

34À une époque de féminisme si triomphant qu’il tourne parfois à la gynolâtrie, le peu d’importance attaché à l’Éros minoritaire des femmes et la conviction solidement ancrée qu’il ne menace en rien l’amour hétérosexuel, au moment où le même comportement, chez les hommes, est encore considéré comme singularité avilissante, demeure une survivance tenace de l’insignifiance des femmes « dans le mal comme dans le bien ». On évoque Simone de Beauvoir, dans ses Mémoires d’une jeune fille rangée : « La morale bourgeoise me surprenait autant par ses indulgences que par ses condamnations » (Beauvoir, 1958).

Tentative d’explication personnelle

35Puisque morphologie, endocrinologie, génétique et même psychanalyse ont échoué à donner une explication exhaustive de la genèse homosexuelle, peut-on aujourd’hui tirer des conclusions de ces échecs ? Lesquelles ?

36Rappelons tout d’abord que ces échecs sont partiels. Si la morphologie semble tout à fait infructueuse, l’endocrinologie nous a fourni un bel éventail d’observations encore difficiles à traduire, mais des plus intéressantes ; la génétique laisse croire à une transmission possible, encore que non éclairée, de potentialités psycho-physiologiques sinon de « tare » obligatoire ; la psychanalyse enfin nous a donné un schème très instructif qui n’aboutit pas à un facteur déterminant mais à la description d’un terrain favorable, dans ce contexte de civilisation qui est le nôtre. Mais rien de tout ceci ne nous mène à une raison suffisante et nécessaire. Et rien ne nous en apprend plus long sur le débat ouvert à propos d’« homosexualité innée » ou d’« homosexualité acquise ».

37Une notion qui semble définitivement reçue est, en tout cas, celle de la bisexualité originelle de l’être humain. Si très peu de gens deviennent homosexuels, si moins encore sont capables d’assumer un double érotisme, embrassant par là cette double possibilité qu’assure le bisexualisme, chacun de nous naît bisexuel (et non bisexué, ce qui est le cas rarissime de l’hermaphrodite).

38Rappelons encore Michel Foucault : « L’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente » (Foucault,1966) Mais toute science possède une prescience. Et ce que l’alchimie est à la chimie moderne, la fable et le folklore de l’androgyne le furent à cette découverte scientifique, si nouvelle, de la bisexualité. De ce mystère, on pourrait dire : comme l’antique, il est nouveau.

39Doit-on parler, avant des échecs de nos sciences humaines, de l’échec de cette prescience qu’est un certain mythe ? L’Androgyne, en sexualité, c’est la tentative de substituer l’Unité (l’Un, l’Erâd) à la dualité ; espoir sacrilège, puni par le tabou judaïque. Ce thème, les Grecs l’ont lié à la problématique des contraires. Mircea Eliade écrit : « La sexualité n’a jamais été "pure", elle a été partout et toujours une fonction polyvalente dont la valence première et peut-être suprême a été la fonction cosmologique ».

  • 7  Bulletin biologique de la France et de la Belgique (1961).

40Après tant de symbolisme, de fabulation, de gnosticisme, de poésie religieuse ou profane, la science la plus moderne retrouve, fait surprenant, des notions qu’on pouvait croire aussi englouties que l’Atlantide. Brien écrit que « la sexualité n’est pas inscrite nécessairement dans le cycle biologique d’un animal, elle est déterminée par des facteurs contingents »7 Et Suzanne Lilar : « C’est au niveau des hormones que la bisexualité est la plus évidente, la plus scientifique ». La conclusion scientifique moderne est que le sexe est déterminé par ce qui, dans le bilan, prédomine. On saisit l’humilité de cette définition ! Faut-il rappeler encore que le clitoris est une verge en bourgeon, et que chez l’homme il existe une cavité vaginale que la nature soude, et que le bistouri peut rouvrir ? Chaque embryon possède les canaux de Wolff qui deviendront – en cas de masculinité – les conduits génitaux de l’homme, et les canaux de Müller qui seront – en cas de féminité – les conduits génitaux de la femme. Au début de ce siècle, la découverte de la bisexualité de toute cellule vivante par Freud, Fliess et Weninger provoqua de tels remous que Fliess et Freud se brouillèrent.

41Nous n’avons pas l’outrecuidance de prétendre apporter une solution à un problème où se sont épuisés tant d’excellents esprits. Mais, à la lumière de leurs propres travaux et aussi de leur instructif échec, peut-être pouvons-nous ici, très modestement, désigner une perspective encore inexplorée, mais totalisante.

42L’homosexualité, tout d’abord, n’est pas plus un concept hors du temps et du monde qu’aucune autre activité humaine. C’est Sartre qui a dit qu’il n’existait pas de « colère » au sens d’une divinité ou d’un démon hors de nous, dont les manifestations se traduiraient dans notre comportement comme une prise de possession par cette entité située en deçà de l’humain : il n’existe que des hommes ou des animaux en colère ; il n’existe que des mouvements de colère. Dire « la colère » ou « l’homosexualité », comme nous le faisons, c’est demeurer encore platoniciens. La colère n’est, chez un individu donné, que la somme des actes de colère dont il s’est montré capable ; de même pour tout le reste des émotions. À la limite, la colère peut, comme tout autre comportement, comprendre non des actes commis, mais un désir de les commettre qui, pour une raison ou une autre, ne s’est pas réalisé et s’est montré assez violent pour engendrer tension et souffrances conflictuelles. C’est là une notion bien simple qu’il faut garder présente à l’esprit chaque fois qu’on veut éviter de tomber dans la discussion scolastique ; et peut-être ce souvenir nous évitera-t-il de gloser à l’infini sur la différence entre « ce qui est inné » et « ce qui est acquis ».

43Que l’on adopte l’une ou l’autre des théories d’« homosexualité innée » ou d’« homosexualité acquise », une foule d’objections excellentes, appartenant à la théorie contraire, ne manquera pas de se présenter. Devons-nous donc aboutir à ces conclusions que, pas plus qu’aucune autre disposition humaine, ce que nous appelons homosexualité n’est donné au départ de façon irréversible, ni acquis par des moyens extérieurs chargés de le créer de toutes pièces en nous ?

44D’une part, aucun comportement individuel n’est fatalement inscrit dans le nouveau-né ; et d’autre part, nihil ex nihilo. On ne sort pas de là.

45L’homosexualité humaine n’est ni innée ni acquise, dans le sens dualiste de ces termes ; mais dans l’être humain, bisexuel au départ, elle est surgie, dans la mesure où elle se manifeste, à un moment précis du destin, pour disparaître ou y rester inscrite ; manifestation traduite par un acte, par des actes, par une tension violente engendrée par le désir même s’il ne se réalise pas ; bref, au moment où elle entre de façon évidente dans l’histoire d’une vie ; elle est imprévisible dans notre contexte de civilisation, mais pas plus qu’une vocation de poète chez un fils d’épicier. L’enfant est un pervers polymorphe ? Il l’est ; mais aussi un saint, un créateur, un traître également polymorphes. On a longtemps considéré l’enfance comme une cire vierge où venait s’imprimer le sceau de l’éducateur ; en réalité, il est un infini où toutes les potentialités tourbillonnent. Bien avant sa naissance, l’évolution d’un être humain peut être envisagée comme le passage successif et gradué du plus vaste choix au choix le plus limité.

46C’est d’abord la giration du milliard de spermatozoïdes autour de l’ovu1e à féconder ; déjà le choix du seul spermatozoïde parmi tant de frères correspond à un infini de possibles qui donne le vertige ; l’enfant à naître se différenciera selon l’une ou l’autre de ces innombrables copulations éventuelles. Les Américains disent qu’un enfant qui naît quelque part dans le monde a beaucoup plus de chances de devenir président des États-Unis qu’un seul des spermatozoïdes de son père n’en a eu de féconder l’ovule de sa mère. Le choix est fait : le germe devient embryon, l’embryon fœtus ; le passage d’un stade à un autre comprendra encore un énorme éventail de possibilités, bien qu’inférieur au premier ; elles s’abolissent les unes les autres pour n’en laisser subsister qu’une seule qui ouvrira à son tour la perspective d’un nouveau choix entre un certain nombre d’autres. L’enfant est né ; avant même de pousser son premier cri, une infinité de perspectives s’est déjà abolie derrière lui ; comme un guerrier ravageur, le petit animal encore aveugle et mou s’est avancé à travers les décombres de ce qui aurait pu être et ne sera jamais. Son hérédité biologique, son sexe, sa race, sa classe sociale sont déjà déterminés sans qu’il en ait connaissance. Conditionné au départ, la plupart du temps, c’est pour toujours.

47À un échelon infiniment moindre, le reste de son existence imitera cette succession de choix, cette fois faits contre lui, parfois, mais en principe avec son accord ou du moins sa connaissance. Il ne pourra pas recréer sa « nature », mais il pourra créer, à l'intérieur de ce donné, des formes parfaitement originales de le vivre. Cependant, sans cesse, des événements extérieurs, des rencontres, des accidents, des expériences et des convulsions historiques même, modifieront le contenu de ce donné ; ceci constituera une force de pression qui ira de l'infime au gigantesque pour le déterminer dans un sens qui ne sera pas forcément, loin de là, celui de son choix personnel. Celui-ci, minuscule mais irréductible arbitre de sa liberté, ne se fortifiera avec l’âge et l’effort qu’à mesure, précisément, que la possibilité de choix extérieurs diminuera. Plus la possibilité de choix grandit, plus le choix des possibles se restreint.

48Et c’est ainsi que, de carrefour en carrefour, cet être souverain, fruit du plus pur des hasards, s’avance en laissant se refermer derrière lui, à chaque seconde, une porte qui ne se rouvrira plus.

49Dans ces conditions, comment pourrait-on imaginer découvrir la cause d’une homosexualité ou le facteur déterminant d’une vocation poétique chez Untel ou Untel, qu’il s’agisse de l’Éros minoritaire chez Gide ou le don pictural d’un Watteau, fils d’ouvriers, ou la rébellion sans répit d’un Sade fils de privilégié ? Bien plus : comment prétendre que l’on peut étendre la description d’une de ces motivations à tout bi-érotisme, tout génie pictural, tout terrorisme, sous prétexte qu’on en a ici découvert la genèse ? Sur quoi fonder cette prétention universaliste ?

50Si on parle en termes précis, désignant des prédispositions et non des désirs ou des actes fortuits, les catégories perversion, génie, héroïsme, etc. sont innées en chacun de nous ; dans la majorité des cas, l’entourage les appelle à disparaître plutôt qu’à se développer, comme tout comportement extrême ; à un âge très variable, la disposition non vécue s’anéantit comme un organe inutile qui s’étiole, puis s’abolit. Dans le cas de l’homosexualité en tant que tendance appartenant à la bisexualité, dans une civilisation qui la refuse et voue l’individu à la monosexualité, on peut imaginer qu’elle se manifestera cependant si un ensemble de circonstances, déterminantes (une rencontre, une éducation, une accentuation de caractères somatiques encore à définir) lui permet de surgir. Mais elle ne surgira que selon le potentiel particulier de bouleversement de cette poussée intérieure ou extérieure, ou parfois par l’union des deux, un peu comme ces récifs sous-marins qu’un séisme fait émerger hors des flots qui le recouvraient et le voilaient au monde. C’est alors qu’on la dira acquise, parce qu’aux yeux de l’observateur hâtif la conséquence est due à tel ou tel événement ; mais, comme dans tout cas de stress, elle n’aurait pas surgi chez un autre à la même occasion.

51Comme tout dépend d’abord de cette cause extérieure, puis de ses conséquences immédiates, l’homosexualité vécue de tel ou tel individu prendra selon cet ensemble un caractère qui fera croire, à tort, à une homosexualité acquise, donc à cette distinction artificielle entre « inné » et « acquis ». Or, pas plus qu’aucune autre disposition, elle ne peut être « acquise » par l’individu humain ; mais si elle est innée en tous – comme l’avait déjà observé Freud – elle surgit ou ne surgit pas.

52Le traumatisme affectif qui « dévie » prétendument telle ou telle puberté n’est que l’appel au jour de ce qui existait déjà dans cet infini qu’est l’enfant ; il en est de même pour tout le reste : crime, vocation poétique, mysticisme, trahison, etc. L’ère du soupçon, comme toute l’œuvre de Nathalie Sarraute fait apparaître cette vérité désagréable : à un certain niveau de profondeur, nous sommes singulièrement semblables : ce magma, ce chaos dont les tropismes régissent le bouillonnement informel, c’est nous.

53C’est pourquoi, entre Pinel et Sade, nous n’avons pas à choisir. L’homosexualité, puisqu’il faut adopter ce nom pour recouvrir tant de désignations diverses, comme « la colère » pour les mouvements et désirs de la colère, n’est ni un inné fatal, méritant l’indulgence qu’on accorde aux maladies, ni cet acquis délibéré et passible des rigueurs réservées au vice ; traitée peu ou prou (au cours des âges occidentaux) comme la folie, à cause de son caractère anti-conformiste, elle n’en relève en rien ; elle est une de nos données générales, originelles, vécue différemment selon la valeur de l’individu et selon le regard que pose sur elle la communauté.

Haut de page

Bibliographie

BEAUVOIR Simone (de), Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.

BEAUVOIR Simone (de), Mémoire d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, 1958.

EAUBONNE Françoise (d’), Le complexe de Diane, Paris, Julliard, 1966.

ECK Marcel, Sodome. Essai sur l’homosexualité, Paris, Fayard, 1951.

FOUCAULT Michel, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

LAMBERGEONS Solange, Psychosomatique et angoisses féminines, Paris, Gonthier, 1966.

PORTAL George, Un protestant, Paris, Denoël & Steele, 1936.

RODITI Edouard, De l’Homosexualité, Paris, Sedimo, 1962.

SCHLEGEL Willhart S., Les instincts sexuels. Une anthropologie scientifique de la sexualité, Paris, Payot, 1966.

TALBOT Serge, « Homosexualité et hormones sexuelles », Arcadie, janvier 1967.

VERCORS, Les Animaux Dénaturés, Paris, Éditeurs Réunis, 1955.

ZUCKERMANN Solly, La vie sociale et sexuelle des singes, Paris, Gallimard, 1937.

Haut de page

Notes

1  Cette réflexion nous a particulièrement occupés au cours d’une visite à l’exposition des peintures de singes, à Liège, en décembre 1966. Il était frappant de constater que les peintures des singes mâles étaient beaucoup plus construites, symétriques, pensées, pourrait-on dire, que celles des guenons, explosions de couleurs et effusions ludiques. On songe à ce qu’aurait pu tirer, naguère, les défenseurs phallocratiques de la supériorité de l’homme sur le deuxième sexe. Ce n’est qu’aujourd’hui qu’on l’a découvert en dehors d’une perspective religieuse : les femmes « ne sont pas des biches ». Ni des guenons. Ni les hommes des singes.

2  Nos observations personnelles recoupent ici l’affirmation de l’auteur. Parmi un grand nombre d’homosexuels de notre connaissance, il y a une possibilité, parfois poussée au talent de société, de passer dans le chant – ce qui est beaucoup plus caractéristique que dans la parole – de la voix masculine à la voix féminine. Le plus étonnant possède un registre étendu de la basse la plus grave à quelques notes de soprano, en passant par tous les intermédiaires, baryton, ténor, mezzo-soprano. Toutefois, la puissance vocale ne peut atteindre son maximum que dans le baryton ou le ténor.

3  Le « transvestisme » désigne la manie du travestisme à l’état pur, à savoir : indépendant de toute homosexualité. C’est le cas d’un abbé de Choisy, d’une Isabelle Eberhardt, et sans doute d’une Christine de Suède.

4  Deux observations personnelles vont, l’une dans le sens, l’autre dans le sens opposé à ces conclusions. Une jeune femme peintre, après une opération qui avait nécessité des injections de testostérone, malgré son hétérosexualité très déclarée, donna quelques signes de tendance homosexuelle qui la stupéfièrent. L’autre, un jeune garçon homosexuel qui désirait changer fut victime d’une erreur, et, après quelques injections de folliculine, sentit redoubler à un tel point ses désirs homo-érotiques qu’il tenta de se suicider.

5  Un exemple éclatant : le roman autobiographique de Portal, Un protestant (1935). Nous en recommandons la lecture à ceux qui croient impossible qu’un homosexuel naisse d’un foyer heureux et uni, sans traumatisme familial.

6  Une tentative d’explication génétique a été esquissée autrefois, sans connaître grand succès. La possibilité d’une prédisposition héréditaire à l’homosexualité est encore aussi discutée que la prédisposition héréditaire au cancer. L’étude de l’homosexualité des jumeaux, l’hypothèse de Goldshmidt qui croyait à une féminisation biologique léguée de père en fils homosexuels avaient donné quelques espoirs aux tenants d’une organogenèse de l’Éros minoritaire. Mais on n’a trouvé aucun « fait absolu » ; rien que des terrains favorables

7  Bulletin biologique de la France et de la Belgique (1961).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise d’Eaubonne, « Éros minoritaire : tel qu’il est vécu  », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/1348 ; DOI : 10.4000/gss.1348

Haut de page

Auteur

Françoise d’Eaubonne

Écrivaine, essayiste, militante (1920-2005)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org