Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

La « libération sexuelle » est une guerre économique d’occupation

“Sexual liberation” is an economic war of occupation
Annie Ferrand

Résumés

Cet article analyse comment l’économie de marché actuelle met à profit l’organisation patriarcale de la sexualité. La prospection publicitaire réifie les femmes en marchandises et mène à une destruction sexiste de leur estime de soi. En parallèle, nous assistons à un marketing agressif des industriels de la prostitution et de la pornographie qui pourvoient à la sexualité patriarcale des hommes. C’est ainsi que les intérêts capitalistes et néolibéraux s’ajustent à l’économie patriarcale de l’échange économico-sexuel. Il semble que l’expropriation de la sexualité des femmes au bénéfice des hommes s’industrialise et se mondialise. La marchandisation de la sexualité de service des femmes, loin d’être une libération, n’est que la libéralisation du droit sexuel absolu que les hommes ont sur les femmes dans un régime patriarcal.

Haut de page

Texte intégral

« Quand ceux qui vous dominent vous amènent a prendre l'initiative de votre propre destruction, alors vous avez perdu plus qu'aucun peuple opprimé n’a jamais pu se réapproprier [...] quand le rapport sexuel existe et a lieu sous les conditions de contrainte, de peur ou d’inégalité, cela détruit chez les femmes la volonté de liberté politique, cela détruit l’amour de la liberté lui-même. Nous devenons des femmes : assiégées ; collaborant les unes contre les autres [...]. Le plaisir de la soumission ne change pas et ne peut changer le fait, le prix, et l’indignité de l’infériorité »
(Dworkin, 1987)

1Paola Tabet a montré que l’amalgame de la violence, de la division du travail, de la dépendance et de la gratification « exproprie » la sexualité des femmes. Elle décrit des pressions matérielles et psychiques qui transforment des sujets en de « pâles prestataires de services sexuels, en objets sexuels » pour les hommes (Tabet, 2004, 47). Elle analyse le contrôle de la sexualité comme le but visé et comme un moyen de sujétion individuelle des femmes. Cet article propose de continuer son interrogation centrale : dans un contexte d’oppression et « là où le viol est le modèle du rapport entre les sexes et de la sexualité, est-il possible de penser un échange réciproque de sexualité ? » (ibid., 66).

  • 1  L’imprégnation culturelle est telle que les arguments promotionnels deviennent des documentaires d (...)

2Dans un premier temps, je décrirai le contexte d’inégalités qui fait de l’expropriation la condition première de l’échange économico-sexuel théorisé par Paola Tabet. Ensuite, par l’analyse qualitative de quelques sources d’éducation à la sexualité, je souhaite montrer comment le service et la tension entre disponibilité et viol sont des modèles de la sexualité proposée aux femmes. Enfin, je mettrai en rapport ces messages culturels avec les messages véhiculés par les industries dites « du sexe » - prostitution et pornographie. Dans le contexte actuel de « culture porno », on assiste à leur promotion au nom de la « libération sexuelle » (Levy, 2007)1. Mais cette voie de libération n’est-elle pas une nouvelle « grande arnaque » ? Ne peut-on dire que l’échange économico-sexuel, loin de se réduire, s’industrialise et se mondialise ? L’expropriation de la sexualité des femmes serait-elle devenue une des facettes du néolibéralisme ? Quel nouveau sujet féminin crée cette économie politique ?

3Cet article s’inscrit dans le cadre du féminisme matérialiste radical. À l’opposé des postulats individualiste, naturaliste, essentialiste, moraliste, libéral, psychologiste, je considère que les femmes et les hommes sont des groupes sociaux (MacKinnon, 1987, 69). De plus, leurs rôles sociaux ne découlent pas d’une nécessité abstraite mais ils sont structurellement liés aux autres phénomènes sociaux. Or la répartition des ressources et du travail entre hommes et femmes est inégalitaire ; elle assure le quasi monopole des richesses par les hommes au plan mondial (Tabet, 2001, 169). Les groupes sociaux de sexe sont donc deux classes créées par un rapport d’exploitation spécifique (Delphy, 1970). J’utilise donc le « nous » pour parler des femmes pour souligner mon point de vue situé dans ce rapport de pouvoir (MacKinnon, 2001, 112) et le point de vue androcentré des matériaux étudiés. L’oppression des femmes au bénéfice des hommes traverse l’espace social à tous ses niveaux. Il est donc important d’analyser la sexualité comme tout autre phénomène social, à savoir sur les divers plans où s’organise le pouvoir, économique, idéologique et psychologique, sans jamais occulter les bénéfices et les bénéficiaires. Je restreins mon analyse à l’idéologie, cette « face mentale des rapports de pouvoir » (Guillaumin, 1992, 11).

L’expropriation, un concept central

  • 2  C’est une profonde réorganisation du système économique à l’échelle mondiale, où l’économie se déc (...)

4L’oppression patriarcale est une oppression d’allégeance : les femmes sont exploitées dans une relation personnelle qui rend leur travail gratuit. Le travail extorqué est sans limite de tâches ou de temps (Delphy, 1976, 222 ; Guillaumin, 1978, 18-19). Cette économie domestique est structurée par les logiques du marché du travail, et par la « mondialisation néolibérale »2. À côté des formes classiques d’inégalité professionnelle (écarts de salaires, ségrégations verticales et horizontales), se créent des noyaux durs de sur-chômage et de sous-emploi des femmes (Maruani, 2003, 3). Le temps partiel représente 31 % de nos emplois contre 6 % pour les hommes (Conseil économique et social, 2008), et il est aussi qualitativement inégal (Milewski, 2003, 86-88). Les pressions professionnelles renvoient aussi directement à une logique d’appropriation patriarcale : le harcèlement dit sexuel établit un climat de stress et l’extension du travail à des services de type « ménager » le déqualifie et nous dévalorisent (Sémat, 2000). Les retraites des hommes sont deux fois plus élevées que celles des femmes, l’écart se réduisant à 44 % par le système de réversion (Milewski, 2003, 270, 286). Les pressions économiques nous poussent à nous mettre en couple, c’est à dire nous ramène vers une situation d’exploitation où « l’écart entre le niveau de vie indépendant virtuel et le niveau de vie "marié" [ne fait] que s’accroître » (Delphy, 2002, 138).

5Cette dépendance transforme les échanges entre hommes et femmes en enjeu potentiel d’extorsion. Paola Tabet a analysé ses effets sur notre sexualité : celle-ci devient « un service, c’est à dire une non-sexualité » (Tabet, 2001, 141). Dès lors, nous ne sommes plus sujet du désir dans un échange réciproque de sexualité. Notre désir, rendu passif par les violences systémiques, devient consentement et la recherche du plaisir est un but moins légitime que pour un homme. Paola Tabet nomme cet étouffement de notre sexualité une expropriation (ibid., 131). Parfois celle-ci est rétribuée, nous transformant en valeur d’échange sur un marché matrimonial ou sexuel. Mais le paiement est logiquement secondaire par rapport aux violences économiques et physiques qui conditionnent la sexualité des femmes. La sexualité est donc un front politique de lutte (Plaza, 1978). Elle est construite par les prérogatives de la classe dominante. Les conceptions dominantes de la sexualité s’inscrivent dans une politique sexuelle patriarcale.

6Il existe un versant psychologique de l’expropriation. Comme l’analyse Nicole Claude Mathieu (1985), la conscience dominée est médiatisée par les intérêts dominants. Elle est ainsi sapée dans ses capacités de synthèse, de vision globale et abstraite, de connaissance organisée par un point de vue autocentré.

7L’expropriation est aussi physique. L’anatomie est politique (Mathieu, 1991) au sens où elle est construite par un rapport de pouvoir. Le corps subalterne est marqué par le travail extorqué, les violences, les actions imposées ou autorisées. L’argument de l’anatomie sert aussi les discours naturalistes sur l’ordre social. Colette Guillaumin parle de « marque naturelle » pour décrire comment certains faits physiques sont dits être la cause intrinsèque de la place qu’occupe un groupe dans les rapports sociaux (Guillaumin, 1991, 183). Le sexe anatomique a un statut de « marque naturelle » car il est sensé expliquer l’expropriation de notre sexualité et la justifier. En effet, en vertu d’une nature biologique, le pénis serait actif voire agressif et le vagin serait passif, défini comme une voie de pénétration. Andrea Dworkin (1987) a analysé l’effet matériel de cette expropriation « anatomique » : nous sommes physiquement colonisées, occupées de l’intérieur.

8Un de mes postulats est qu’il n’y a aucune essence de la sexualité, ni pulsion, ni bisexualité, ni fantasme ou inconscient psychogènes. La sexualité peut être définie comme tout ce qu’une société érotise, tout ce à quoi celle-ci donne un sens sexuel (MacKinnon, 2005, 62-63). Je vais analyser un certains nombre de situations qualifiées de « sexuelles » : des modèles de la sexualité dans la presse féminine, la pornographie et la prostitution. Si l’on aborde la sexualité sous l’angle des inégalités, on peut y voir l’érotisation de l’expropriation sur tous les plans décrits plus haut : physique, sexuel, psychique et économique.

Un invisible désir de consentement

9J’ai analysé vingt manuels d’éducation à la sexualité publiés entre 1997 et 2007 (Ferrand, 2010). Je me suis appuyée sur les analyses de Holland, Ramazanoglu, Sharpe, Thompson (1998), Bouchard (2005) et Boucher (2003). J’ai souligné que les phénomènes de « mâle dans la tête », de « corps problématique » ou d’hypersexualisation sont centraux dans la construction de l’identité des femmes. Les manuels attribuent aux femmes un corps douloureux, naturellement insatisfaisant, que seuls des prothèses et des soins à base de produits commercialisés pourront essayer de corriger. Mais surtout, la description de l’anatomie sexuelle et de la sexualité ancre dans la biologie l’idée que les femmes ont un corps naturellement à envahir, disponible, ouvert et un désir passif, mystérieux, invisible.

10Quand il est représenté sous un angle pertinent, le vagin apparaît comme étant ouvert. Notre sexe est assimilé au vagin, et défini par sa fonction dans la pénétration : « réceptacle douillet, chaud et humide, qui enserre doucement le sexe masculin » (Vaisman, 1997, 205). Il est parfois appelé un « trou » et représenté comme tel (Mimoun, 2007, 816, 920). Pour désigner l’orifice vaginal il n’y a pas d’autre mot que « l’entrée » du vagin : sa description implique l’action de pénétration. Ce sexe, synonyme d’entrée, semble naturellement compromettre notre intégrité et notre intimité, la possibilité d’un corps à soi, d’un corps privé inviolable.

11Mais paradoxalement, cet organe voué à la pénétration, n’est pas supposé être pénétré par les filles elles-mêmes. Les rares manuels qui décrivent la masturbation pour les filles évoquent des caresses non pénétratives. Le sexe féminin est donc ouvert non pour soi, mais pour le pénis.

12La sexualité est surtout associée au plaisir pour les hommes, mais au risque (MST, grossesse) ou à la douleur pour nous. La masturbation est rarement abordée pour les filles alors qu’elle est centrale dans les manuels pour garçons. Le désir sexuel serait donc moindre chez nous. La sexualité est réduite à un acte : la « pénétration » d’un vagin passif par un pénis actif. Notre désir autoérotique ne viserait donc pas « l’acte sexuel », à savoir la pénétration. Seule la masturbation des garçons semble relever de « la » sexualité, car leurs gestes prétendent simuler la pénétration. Nous sommes donc supposées ne pas avoir de sexualité par nous-mêmes.

13Loin de décrire un désir actif des femmes, les manuels étudiés multiplient les conseils pour « se détendre » afin de ne pas avoir mal la première fois ou éviter les douleurs quand la lubrification est insuffisante. Au contraire, le désir masculin apparaît, au fil des métaphores mécaniques, sportives voire militaires, comme une tension irrépressible, non relationnelle, qu’il faut « décharger ». Il existe un statut différent des désirs au regard de l’acte sexuel et au regard du partenaire : l’un est passif, défini par une absence d’action sur l’autre, le second est impérieux, défini par son action de pénétration d’une femme.

14Selon une conception naturaliste des manuels, la biologie « cachée » des femmes expliquerait leur désir : « les hommes [sont] très concentrés sur le sexe, ce sexe extérieur qui les pousse à aller vers les femmes, qui [ont], elles, un désir plus tourné vers l’intérieur du corps, attendant de recevoir l’organe masculin » (Vaisman, 1997, 52). Il serait intérieur donc mystérieux. Dès lors, il est davantage décrit en termes psychologiques que biologiques, il est aussi le seul à nécessiter une interprétation, rétive à l’objectivité biologique :

  • 3  C’est moi qui souligne.

« Comment sait-on si une fille a envie de faire l’amour ? Il suffit d’observer son expression et ses réactions. Si elle sourit, approuve tous vos gestes, vous rend vos caresses, et même prend des initiatives, c’est probablement qu’elle est d’accord. Si en revanche elle repousse vos mains, murmure "non, non, pas ça" c’est qu’elle n’y consent pas. Les réactions de son corps sont également un bon indicateur […] »3 (ibid., 194).

15Invisible, il semble ne pouvoir être interprété que dans un second temps, après l’action ou le désir masculins. Il a donc statut de consentement. Au contraire, le désir masculin est construit comme un signe physique indubitable et une manifestation d’importance. Rabattu sur l’érection, il occupe une place sinon centrale au moins indispensable dans les étapes de « l’acte sexuel ».

16Les « préliminaires » n’ont pour but que de permettre la pénétration. La lubrification est donc définie par ce but : elle permet le rapport sexuel. Selon le Petit Robert, lubrifier signifie atténuer le frottement pour faciliter le fonctionnement. Elle n’est pas décrite comme active et initiatrice du rapport. Elle n’est que très rarement définie comme le signe du désir, elle serait plutôt la conséquence d’une stimulation physique. C’est paradoxalement une excitation passive. Elle est secondaire à l’initiative masculine du rapport ou du désir. Ni l’activité ni le désir des femmes ne sont moteurs « du rapport sexuel ». Ce sexe qui n’est actif qu’en permettant la pénétration semble exprimer la logique de consentement dans laquelle s’inscrit notre désir.

  • 4  Parallèlement, elles sont invitées à recourir à l’introspection et à l’autocritique quand elles se (...)

17D’autres manuels précisent que la sécheresse vaginale ne révèle pas toujours un manque de désir, qu’il s’agit d’un phénomène physique parfois indépendant. La biologie, si fiable d’habitude, serait donc capable de dissimulation pour les femmes. Ces propos font comprendre qu’il n’existe aucun signe tangible du manque de désir chez nous tout comme il n’en existe aucun de notre désir. L’absence du principal signe physique de notre excitation n’a donc aucun sens arrêté, il est aussi soumis à interprétation. Par un même geste de rejet dans le « mystère », ces manuels retirent aux lectrices la capacité de donner un statut d’objectivité (que reconnaîtraient peut-être aussi les hommes) à leur certitude ou à leur doute d’avoir été violées4.

18Certains manuels soulignent que les femmes jouissent plus lentement que les hommes. Ils expliquent cela par la biologie, sans évoquer les empêchements que surmontent les femmes - telles les insultes sexistes contenues dans les mots sexuels ou des interrogations sur les représentations d’un partenaire excité par la pornographie. Cette prétendue différence biologique naturalise le fait que la sexualité puisse être frustrante pour les femmes, et que les hommes puissent jouir seuls dans une relation sexuelle. Cela évite d’analyser les conditions sociales, telles la pression idéologique et la chosification sexiste.

19Dans les manuels comme dans le dernier dictionnaire de référence sur la sexualité (Mimoun, 2007), « la sexualité est largement comprise comme une "action sur" [...]. En fait, les schèmes de la conquête et de la possession, [...] de l’effraction, voire de la souillure et du viol, imprègnent de nombreux aspects de la définition dominante du "rapport sexuel" » (Bereni, Chauvin, Jaunait, Revillard, 2008, 55). La presque totalité des manuels décrivent « l’acte sexuel » comme l’action de l’homme sur la femme : « Lorsqu’un homme pénètre une femme, il effectue des mouvements de va-et-vient [...] » (Vaisman, 2000, 79). Dans son annexe « d’autres mots pour le dire », le dictionnaire Larousse (Mimoun, 2007, 930-943) répertorie les « métaphores des choses du sexe ». Par exemple, défoncer (« pénétrer violemment »), niquer, baiser ou enculer (associés à « tromper, duper »), « proposer la botte à une femme » (sodomiser, venant de botter les fesses), décharger (éjaculer), matraque et braquemart (pénis), crevasse et fente (vulve). La première pénétration surtout semble violente pour les femmes car elles y perdraient leur intégrité physique : déchirer ou rompre l’hymen, lequel sinon est « intact » (Mimoun, ibid., 908). Trois pages après une illustration où une petite femme en arrière plan, nue, allongée sur le lit attend un homme en premier plan, dont le sexe en érection a une forme de couteau, un manuel explique : « Pour bien pénétrer la fille, il faut un peu pousser mais la membrane doit se perforer en douceur et l’opération ne blesse pas le sexe » (Vaisman, 1997, 202).

20Quand les manuels envisagent les disfonctionnements sexuels, ils traitent surtout de l’impuissance et de la frigidité, mettant en parallèle un manque d’excitation et un manque de plaisir. La frigidité est associée au manque de lubrification et ils sont expliqués par la biologie ou la psychologie, non la sociologie. La frigidité n’est guère décrite. Elle ne serait qu’une anesthésie. On ignore si les femmes frigides ne sont pas excitées, ne prennent pas plaisir aux actes ou n’ont pas d’orgasme résolutoire. Ainsi les manuels effacent la différence entre excitation et plaisir, donc entre rapport forcé et rapport insatisfaisant. En outre, les manuels ne recommandent pas d’arrêter la pénétration en cas de manque de lubrification ou de frigidité, sinon pour régler les problèmes techniques de la pénétration. Les conseils donnés visent à provoquer une lubrification : augmenter les stimulations préliminaires, mettre du lubrifiant, se détendre. L’absence de désir de la partenaire ne suscite ni réflexion ni analyse, et lorsqu’elle est évoquée, elle est supposée céder sous des préliminaires plus appuyés. Seule l’absence d’érection compromet la pénétration. On décrit donc des situations où la femme ne prend pas de plaisir voire a mal, où elle n’est pas assez excitée ou désirante pour pouvoir mouiller, pendant que l’homme prend du plaisir en continuant à pénétrer. Pour elle, il s’agit d’un acte de complaisance voire une situation de contrainte. Aucun manuel n’évoque une relation violente ou non désirée, mais ils nomment cela sexualité pour les deux partenaires.

21En conclusion, nous sommes supposées n’avoir pas de sexualité par nous-mêmes. La passivité qui nous est attribuée implique que ni notre désir ni notre excitation ne soient moteurs des actes sexuels avec autrui. Par les définitions partiales de la frigidité, des signes du désir, des temporalités de jouissance, on voit même qu’ils ne sont pas indispensables pour définir une relation comme étant de la sexualité. Se dessine dès lors un continuum de chosification, érigé en modèle : à un pôle du continuum, un sujet actif pénètre un être passif. A l’autre pôle, les actes sexuels sont vécus par nous sans excitation ou sans plaisir. Les hommes semblent désirer quand nous consentons ou cédons. Nous allons voir que ce continuum de la passivité au viol fait l’objet d’une promotion dans les magazines féminins.

Une négociation sous contrainte

22Paola Tabet met au centre de l’expropriation de notre sexualité la question de la négociation, en cherchant à savoir « qui a pris l’initiative, dans quelles conditions, est-ce qu’un des partenaires aurait pu refuser [...] comment l’acte a été négocié » (Tabet, 2001, 144). Je vais décrire quelques moyens de négociation proposés aux femmes par les journaux féminins. Pour cela, j’ai analysé des articles récoltés en une heure de prospection sur trois sites de journaux à grand tirage, Biba (pour les adolescentes), ELLE et Marie Claire. .

23Evoquer la simulation du plaisir est banal dans les journaux féminins, parfois pour la constater avec fatalisme mais aussi pour la promouvoir. Par exemple, ELLE propose de « tester nos talents de simulatrice ». L’« experte » use de la simulation car « une partie de jambes en l’air […] s’éternise ou [elle a] une brusque envie de faire plaisir ». La « débutante » feint l’orgasme « par facilité. Mais c’est rare que ça [l’] amuse ». Et la « réfractaire » « préfère tirer la tronche »5. La simulation serait un jeu qui fait plaisir au partenaire. Mieux, elle permettrait de faire cesser un rapport que l’on ne désire plus. Mais concrètement, la « simulatrice » continue à subir des actes qu’elle ne désire plus tout en semblant y prendre du plaisir. La négociation des actes sexuels semble donc compromise en amont, car elle doit mentir, et en aval, car elle ne peut plus faire valoir son insatisfaction.

  • 6  PARDO, Judith, « Changer de pratiques sexuelles (et garder le même homme) », Biba. En ligne : http (...)
  • 7  Il semble plus aisé d’influencer des réflexes physiques que de convaincre un homme.

24La négociation peut supposer que nous simulions le désir lui-même. L’article de Biba, « Changer de pratiques sexuelles », donne des conseils pour faire accepter à son partenaire de changer de pratiques sexuelles. Il proscrit les mots, qui ne servent qu’à flatter et à marquer sa gratitude « à la vue de l’organe érigé [...] et pendant la pénétration »6. Pour l’heure, il faut non pas convaincre mais exciter son partenaire, l’influencer. L’article propose à la lectrice de simuler les signes réflexes du désir qui déclenchent automatiquement chez l’homme une attirance irrésistible. Il faut dilater les pupilles en mettant du collyre. Négocier impliquerait donc que nous renoncions à être sujet de la parole pour nous faire objet de désir. De plus, nous ne pourrions exprimer notre demande sexuelle qu’en mentant sur notre désir. Selon l’article, le motif principal de l’insatisfaction serait que les pratiques sexuelles sont trop courtes. Pour y remédier, il faut influencer un autre fait physique7 : le réflexe éjaculatoire du partenaire. Nous sommes alors invitées à mentir, « une fois n'est pas coutume, [pour faire] croire que l’on n’a pas encore orgasmé ». Pour négocier, il nous faut donc savoir flatter un homme, nous taire, simuler le désir et mentir sur notre plaisir. Ces stratégies hors dialogue révèlent que nous n’avons pas le pouvoir ou la liberté d’exprimer notre volonté, notre désir et notre point de vue. Sous ces conditions, la sexualité n’est pas le moyen d’obtenir du plaisir, mais elle sert de monnaie d’échange dans une négociation inégalitaire : notre sexualité est pour part cédée en échange de ce que nous voulons et désirons réellement, et que nous n’obtiendrons peut-être pas.

  • 8  GOLDSZAL Clémentine, « Faut-il se forcer à faire l’amour ? », ELLE. En ligne : http://www.elle.fr/ (...)
  • 9  Ce procédé rhétorique culpabilise les femmes et leur fait admettre les pratiques qui suscitent le (...)

25L’article de ELLE, « Faut-il se forcer à faire l’amour ? », rend explicites les conséquences de ce manque d’autonomie des femmes dans la négociation. Selon lui, il faut en effet se forcer à faire l’amour. Le fait de céder est ici défini comme un geste d’amour, de tendresse voire de maturité. C’est un petit sacrifice au nom du couple, « un petit geste sur lequel il faut rester discrète ». L’article distingue entre « la contrainte ponctuelle » qui est normale, et « le sacrifice récurrent »8 qui ne serait qu’un symptôme de difficultés du couple. L’article multiplie les arguments pour faire admettre que l’extorsion est insignifiante, il banalise le fait d’être forcée. D’une part le refus est assimilé au manque de désir et celui-ci à une « flemme », à une « fatigue » passagère, au fait de « n’avoir pas la tête à ça ». D’autre part, céder sans désir ne serait que le symptôme de problèmes de couple, plus sérieux, par exemple un manque de communication, une rupture. Enfin, céder est dit « se » forcer. Pourtant les interviewées témoignent d’une pression réelle : l’une dit éviter ainsi que le refus ne dégénère en dispute, d’autres disent qu’elles n’ont pas envie, mais finissent par avoir des relations sexuelles. La violence du partenaire n’est jamais dénoncée. Pourtant, au vu des témoignages, il peut désirer une partenaire ni excitée ni désirante, il veut son plaisir et peut pour cela s’accommoder d’un premier refus puis d’une partenaire consentante voire réticente. Cette série de violences qui imposent à la partenaire de céder est même explicitement niée comme telle. En effet, l’article dit qu’il existerait une tendance naturelle des femmes à « ne pas oser dire non » et une capacité très féminine à « pouvoir faire l’amour sans envie véritable ». « Se laisser faire » serait même une manière de se laisser entraîner dans son propre désir. Une femme témoigne : » Il m’arrive de me forcer un peu […]. Mais, au final, ça ne me dérange pas, parce que le désir n’est jamais très loin ». De la contrainte pourrait découler le désir ? Le refus cacherait en fait un désir poussif, et forcer une femme devient forcer sa flemme. Plus loin, le journaliste insiste : « prendre sur soi une fois de temps en temps, laisser venir le désir n’induit pas que le rapport sexuel soit sans plaisir ». De la contrainte peut aussi naître le plaisir. Passivité extrême voire masochisme semblent pouvoir relever de la sexualité pour les femmes. Parallèlement, nous sommes longuement prévenues des attentes des hommes9 et de leurs moyens de chantage : ils peuvent partir facilement, c’est vexant et même violent pour eux de se voir opposer un refus, ils se sentent rejetés souligne l’article. Un psychiatre explicite les enjeux du refus : « la femme ne se refuse pas mais dit à son mari : "Dépêche-toi, qu’on en finisse", ce qui est encore plus violent que de dire non ». Enfin, l’article prétend montrer combien les femmes ne « regrette[nt] jamais après » en produisant un témoignage : « quand je ne suis vraiment pas très partante, je concède une petite fellation et, ni vu ni connu, tout le monde est content ! ». « Tout le monde est content » signifie que le partenaire a eu une sexualité de plaisir et l’interviewée a cédé sa sexualité contre la tranquillité. L’article propose aux femmes de ne refuser sous aucun prétexte, quitte à céder un orifice à la place d’un autre. Peut-être suppose-il que la pénétration vaginale est plus significative que la pénétration orale, mais c’est ignorer le droit qui les situe au même plan par la définition du viol.

26Comme nous l’avons vu, l’échange inégal dans la sexualité peut désigner des situations de sexualité de complaisance sans excitation et de contrainte sans désir, donc de service et de viol. Le refus dissimule en fait un désir, à la passivité plus prononcée que la normale. La sexualité proposée ici aux femmes est moins déterminée par le désir et la recherche du plaisir que par le calcul : éviter le conflit, montrer son amour, satisfaire les désirs de l’autre. On voit se dessiner un cadre classique d’étouffement de notre sexualité : notre désir est consentement, notre excitation est invisible, l’absence de désir voire le refus sont une forme extrême de passivité, l’absence d’excitation cède faces aux actes sexuels, en particulier les préliminaires.

Devoir prendre plaisir à rendre service

27Les articles étudiés semblent vouloir transformer ce cadre patriarcal en conditions d’accès au plaisir. Pour analyser cet amalgame entre subordination, chosification et connotation de plaisir, Sheila Jeffreys (1991) parle d’érotisation de la domination. La sexualité, en Occident, est pensée comme une voie de construction de soi. Mais chez nous, l’autoréalisation de soi qu’elle crée par le plaisir est moins un processus de subjectivation que de dissociation : elle tend moins à recréer un sujet qu’à nous transformer en chose pour nous-mêmes et pour les hommes. Selon Jeffreys, l’orgasme nous récompense pour une dissociation psychique entre soi et un être passif, alors qu’il récompense les hommes pour le plaisir de dominer par l’objectification. Or l’accès au plaisir est au centre des arguments actuels de libération. Nous assistons à la collusion de deux fictions, patriarcale et capitaliste. D’une part, la sexualité libèrerait les femmes et les femmes libérées aimeraient ce que la société nomme sexualité. D’autre part, la consommation serait le moyen et la conséquence d’une liberté économique. Les magazines féminins construisent la figure d’une femme doublement « libérée » : elle veut jouir dans les cadres inchangés de la sexualité sexiste et elle est une consommatrice décomplexée. Ils nous suggèrent des produits et des techniques pour nous mettre en valeur,en concurrence entre nous, pour augmenter notre désirabilité aux yeux des hommes. Notre corps devient un ensemble de « capitaux » à gérer (capital jeunesse, énergie, beauté, santé, etc.). Ils nous donnent une « valeur » si nous savons les capitaliser et les mettre en scène. Les campagnes sur le modèle « je le vaux bien » (L’Oréal) nous poussent à la consommation pour nous faire consommer dans les échanges sexuels entre hommes.

28Associant la double prérogative sexiste et néolibérale, les industries dites du « sexe » sont tout indiquées pour construire la figure moderne de « la femme libre ». Les arguments du plaisir en toute condition, de l’épanouissement personnel et de la liberté y fleurissent pour masquer la violence des expropriations. Leur banalisation s’accélère. Le sexisme devient un marché inépuisable pour la prédation néolibérale. Elle parvient à revendre aux femmes leur propre chosification en la leur proposant comme modèle d’identité et de sexualité.

  • 10  Par exemple, Marie Claire propose de tester le SM et donne des liens commerciaux : http://www.mari (...)
  • 11  PENSA Sophie, « Connaissez vous la pole dance ? », Femme Actuelle. En ligne : http://www.femmeactu (...)
  • 12  Cette expression permet de mettre l’accent sur l’organisation de la vente, donc le proxénétisme et (...)
  • 13  Les articles de ELLE ou de Marie Claire reprennent cette rhétorique : SCNHEIDER Claire, « Pole dan (...)

29Richard Poulin désigne sous le concept de « pornographisation de la culture » (Poulin, 2009, 38) l’influence de la pornographie dans les systèmes de représentation et de communication, sa diffusion d’images explicitement sexistes mais perçues comme sexuelles. Ariel Levy (2007) et Sheila Jeffreys (2005) montrent comment la féminité et la sexualité libérée prennent les codes de la pornographie et de la prostitution. La domination idéologique est telle que des écussons Playboy sont arborés par des femmes comme une marque, sans connotation sexuelle (Levy, 2007). Or les femmes pornographiées ou prostituées ne pratiquent pas la sexualité par désir ou pour le plaisir, elles y consentent pour obtenir de l’argent. Pour cela, elles simulent d’être excitées, de désirer ou de jouir. Elles fournissent un service sexuel classique : elles sont au service du désir masculin, elles consentent à ce qu’elles n’ont pas désiré. Quelle autonomie les industries dites « du sexe » pourraient-elles nous proposer, quelle sexualité ? La liberté promue semble bien être patriarcale et capitaliste. Il nous faut adopter les moyens de liberté des hommes, donc tout ce qui facilite l’accès à nos corps pour eux ; et nous sommes libres de choisir les technologies de cette subordination : sex toys, jeux SM, effeuillage, etc. Et en effet, les magazines féminins abordent la libération sexuelle sous l’angle des gadgets et non de la négociation libre. Ils promeuvent activement ces industries (Poulin, 2009, 40-46 et 59-63). Il nous faut afficher le « glamour » des stripteaseuses, l’assurance des danseuses de cabaret, le pouvoir sexuel des stars du X dans la négociation avec les hommes. Il nous faut acheter leurs produits dérivés pour avoir une sexualité libérée10, accepter les codes de la pornographie pour « assumer » « notre » sexualité ou « notre » féminité. Les articles sur « l’effeuillage » ou la Pole dance11 se multiplient. Selon les journaux, ils doivent devenir un appoint érotique pour les femmes « libérées ». Or ces pratiques sont issues du système prostitutionnel12, et les hommes les consomment dans ce cadre. Mais ils ne nous sont pas présentés sous leur aspect de service sexuel, seulement sous le masque de l’épanouissement personnel et du cadeau amoureux. Par exemple, la Pole Dance, une danse sexuelle autour d’une barre, permettrait de raffermir le corps, donner de la confiance en soi. Tout comme le striptease, elle ne serait pas sexuelle, elle est un spectacle « glamour ». Les articles martèlent que certes tous deux sont des cadeaux, mais ils doivent nous faire plaisir d’abord. Cependant ce plaisir n’est pas sexuel pour nous : les articles parlent de l’excitation de l’homme, jamais de celle de la femme. Le seul plaisir sexuel proposé est celui de l’exhibitionnisme, c'est-à-dire se faire objet de regard. Le modèle central est le plaisir aliéné de donner du plaisir sexuel à un homme. Pour briser les réticences, les articles doivent faire comprendre la différence entre faire comme une professionnelle pour son homme et « faire la pute ». Les conseils contradictoires pleuvent : il faut émoustiller sans provoquer, être sexy sans être sexuelle, suggestive sans être vulgaire. Il s’agit donc de négocier la juste distance avec le stigmate de pute13.

30Les articles ajustent ainsi des intérêts personnels non sexuels des femmes aux intérêts sexuels des hommes pour une sexualité de service. Ces codes modernes enferment les femmes dans une sexualité peu ou non négociable. En effet, un homme ne peut comprendre que sa copine refuse un rapport sexuel après qu’elle a montré autant son désir et sa disponibilité. Mais si elle adhère au marketing patriarcal, pour elle ce « spectacle » met en scène sa féminité plus que sa sexualité. Il n’est pas sexuel de la même manière, car il n’exprime pas sa réelle excitation et il la chosifie radicalement. Ce malentendu organise une double situation d’extorsion : le service sexuel rendu promet à l’homme un accès sexuel ultérieur.

L’expropriation s’industrialise et se mondialise

  • 14  Je ne les aborderai guère sur l’axe raciste. Andrea Dworkin a analysé l’érotisation du racisme dan (...)

31Nous avons vu comment le néolibéralisme vendait aux femmes l’expropriation de leur sexualité. Nous allons voir maintenant comment il la vend aux hommes. Je l’aborderai sur les plans de l’économie marchande puis des logiques patriarcales. La pornographie et la prostitution seront analysées ici comme des « éléments constitutifs de la situation de base de toutes les femmes » (Delphy, Faugeron, 1984, 6), comme des rouages de la grande arnaque dont il s’agit de comprendre à qui elle profite14.

32L’échange économico-sexuel se caractérise par le fait qu’il suppose une valeur aux femmes que les hommes peuvent posséder. Dans l’économie patriarcale, la valeur d’une femme réside dans le fait qu’elle puisse être cédée à un homme. « Sa » sexualité peut donc l’être aussi. L’accès sexuel plus ou moins total aux femmes est appelé sexualité et ouvert à la concurrence des hommes dans l’appropriation collective. Dans l’économie marchande, l’argent permet aux hommes, entre autres privilèges, d’acheter l’accès sexuel à une femme. Andrea Dworkin (2007, 60-65) analyse cette hiérarchie comme un pouvoir genré de l’argent : « dans le monde de l’argent, les femmes et le sexe sont la même marchandise » (Dworkin, ibid., 63). Par exemple, dans la publicité, l’idée de l’accès libre à une femme donne de la valeur au produit et le produit est érotisé à cause de ce qu’il coûte. Dans une économie néolibérale, la concurrence entre hommes, devenus acteurs économiques (consommateurs de la publicité, de la pornographie, clients-prostitueurs, proxénètes) s’industrialise et se mondialise. La sphère économique (capitaliste) s’hypertrophie dans l’échange économico-sexuel, la prédation mafieuse appauvrit et illégalise les femmes les plus opprimées.

33Poulin explique la logique industrielle à l’œuvre dans la prostitution. La forme élémentaire de la richesse bourgeoise est la marchandise, et il faut un moyen pour la créer et transformer l’argent, sa « simple figure métamorphosée », en capital (Poulin, 2005, 86). Ce moyen dans le système proxénète est la mise en circulation des femmes, leur transformation en marchandise dans un rapport d’exploitation. Elles cessent de s’appartenir, au bénéfice des possesseurs de la marchandise, c’est-à-dire les proxénètes. Puisque le capitalisme est opportuniste, la prostitution met à profit toutes les oppressions. Claudine Legardinier (2002, 34-35) montre que le système prostitutionnel, légal et illégal, se nourrit des crises (personnelles et collectives, sociales et internationales). Il recrute les personnes fragilisées par les oppressions néocoloniales, néolibérales et patriarcales. Les axes de trafic vont des pays à faible concentration de capital vers les pays à plus forte concentration : d’Amérique Latine ou d’Asie du Sud-Est ou d’Afrique vers l’Europe du Sud, d’Europe de l’Est ou Centrale vers Europe de l’Ouest (ibid., 13). Le rôle des guerres d’occupation est central (Jeffreys, 2005, 107-129 ; Poulin, 2005, 51-57) : implantation de bordels à l’occasion de manifestations sportives, femmes de « réconfort » de guerre, trafic d’aides contre services sexuels au cœur des ONG. Le crime organisé est indissociable du système légal (Legardinier, 2002, 28-29 ; Poulin, 2005, 29, 70-83). Des auteur-e-s soulignent l’organisation étatique, institutionnelle et transnationale d’un marché des femmes (Poulin, 2004, Legardinier et Bouamama, 2006, 52-64). Le tourisme de masse et l’industrie de loisir en sont des moteurs importants. La prostitution apparaît comme une forme spécifique d’exploitation de la misère, de la guerre voire des catastrophes sanitaires et alimentaires. Les parcours des femmes prostituées, les activités proxénètes, les flux d’argent et la production des images mettent en continuité prostitution et pornographie. Par exemple, Poulin souligne l’explosion concomitante du tourisme sexuel et des pornographies infantile et « exotique » (Poulin, 2005, 132-134).

34Les industries dites « du sexe » fonctionnent comme le mariage dans l’économie patriarcale : les pressions économiques poussent les femmes dans le système proxénète, c’est-à-dire dans une situation où l’exploitation creuse sans fin la dépendance. C’est une guerre économique adossée à deux caractéristiques de l’échange économico-sexuel. La sexualité est un capital pour les femmes car elles doivent la céder pour se réapproprier ce que les hommes accaparent. Et par l’accaparement collectif des femmes (Guillaumin, 1978), les hommes ont le rôle capitaliste de possesseurs de marchandises. Le rapport dit sexuel est donc l’enjeu d’une défaite politique : une femme pénétrée est possédée. Les hommes construisent leur identité de classe à partir de leur « sexualité ». Par elle, ils retirent aux femmes la part d’humanité dont ils se grandissent : ils prouvent qu’ils ne sont pas une femme, c’est à dire un être à prendre. Ils se grandissent aussi entre eux, dans une concurrence mêlée de partage des prises. Par exemple, ils se racontent ce qu’ils ont fait à une femme pour se valoriser en la dégradant. Ils refusent à leur partenaire le statut de sujet, sa subordination sert à construire une communauté dominante. Or, la pornographie met en scène de manière récurrente la pénétration collective d’une femme. Le triolisme ou la succession des partenaires, illustre un message central : la sexualité produit la disponibilité sans limite des femmes, et l’unique cause de cette destruction serait la pénétration. Plus la violence est grande, plus les insultes expriment cette disponibilité, plus le triomphe est grand. La hiérarchie entre actif et passif, entre sujet et objet est renforcée par l’opposition une contre plusieurs. Les scènes de gang bang montrent et en même temps déréalisent l’extrême violence qui nous construit comme un corps à prendre, offert à tout dominant. Ouvertes par tous nos orifices, nous sommes réduites à une série de « trous » comme autant de sites d’ « entrée » pour les dominants. Nous sommes ce corps sans intégrité : nous incarnons la victoire politique d’un accaparement collectif idéal. La prostitution peut elle aussi s’analyser sous cet angle. La raison pour laquelle le client-prostitueur recourt à une prostituée est qu’avant lui et après lui un homme a été et sera là, sur cette femme ; il se sert de son corps à elle pour partager ce qu’il a de commun avec eux, à savoir le fait de ne pas être elle, de lui être supérieur moralement car il a payé pour l’avoir (Dworkin, 2007, 90-97). D’un point de vue global, la prostitution établit un fond social en dessous duquel il n’y a pas de fond, toute femme peut y tomber mais tout homme est au-dessus de ce fond (ibid.).

  • 15  Les orifices sont souvent artificiellement rougis, parfois les objets enfoncés tendent les tissus (...)

35J’ai décrit plus haut l’anatomie politique que construit l’expropriation : notre corps serait ouvert par un trou voué à la pénétration, il serait mu par un désir passif qui rend intangible aussi bien notre excitation que notre refus. La pornographie met en scène cette expropriation physique et la prostitution la concrétise pour les femmes prostituées. L’expropriation est statique et dynamique. Statique car la hiérarchie du rapport de pouvoir est naturalisée dans les signes d’appartenance de classe, ici les organes génitaux. Ainsi, le membre destructeur de l’homme s’oppose au sexe mutilé, troué de la femme. Concernant la pornographie, Poulin parle d’une « fureur de l’orifice » (Poulin, 2009, 162), suivant en cela un thème majeur de la critique dworkinienne15. « La chair déchirée de l’actrice des films "hard" […] met en scène […] un corps à "ouvrir", un corps "orificiel", un corps "trou" ». La bouche, après l’anus, est devenue une « voie d’entrée » en nous : « A la bouche capable de parole, renvoyant au pouvoir d’expression de l’être humain, se substitue une bouche trou […] [réduite à] l’impuissance » (Poulin, 2005, 139). Ces trous marquent notre corps du sceau de l’invasion. Ils sont aussi les métaphores du silence qui nous est imposé quant à notre désir et nos refus. De manière dynamique, l’expropriation oppose un sujet à un objet, un actif à un passif. La pornographie prétend montrer sans artifice la « pénétration ». Mais celle-ci est filmée dans une absolue non réciprocité : un homme entre des centaines de fois dans une femme qui ne bouge pas, même pour positionner son bassin sous l’homme ou agripper ses fesses pour guider le mouvement. Son corps est presque inerte, secoué par l’action du partenaire, ballotté par l’expression toujours plus violente de l’excitation virile. Il sursaute sous les « coups » de rein de l’homme. La focalisation sur des seins secoués rythmiquement est fréquente ; elle suffit donc à susciter l’excitation masculine. Notre corps n’agit pas dans l’acte de pénétration mais il apparaît en mouvement. Les corps des hommes ne sont jamais représentés ainsi. Ces scènes montrent comment pénétrer a le sens politique de posséder, prendre, retirer à autrui son autonomie de mouvement pour lui imposer sa propre direction. Les scènes de sodomie illustrent cela de manière radicale. La femme n’esquisse même plus de gestes d’encouragements tels se prendre les seins. La douleur qu’elle est censée redouter tient lieu de contention maximale. Ces mises en scène de la « pénétration » nous déshumanisent : nous y apparaissons comme des êtres inanimés de corps et de désir que la pénétration virile anime, que le sujet masculin réanime. Par la prétention au réalisme, cette violence semble découler de la nature de la pénétration. Sur le plan idéologique, la pornographie montre la destruction qui nous transforme en objet d’échange entre hommes. De plus, elle construit la figure « humaine » de la marchandise qu’est la prostituée sur un marché désormais néolibéral : un sujet particulier qui choisit librement de « se faire prendre » pour de l’argent, elle est là pour ça. Sur le plan économique, elle relève de la prostitution car elle capitalise les bénéfices de cet échange patriarcal.

Le « sujet » féminin du patriarcat néolibéral

  • 16  Pour une critique de ce mythe, voir Delphy (2007).

36Prostitution et pornographie définissent désormais les contours de la sexualité dès lors qu’elles souscrivent au critère néolibéral du libre choix. En effet, les industriels dits « du sexe » se justifient en développant une théorie de la subjectivité des actrices sociales, fondée sur deux mensonges. L’un néolibéral : le modèle du travail est la libre entreprise et celui du travailleur est le patron, donc la prostitution serait une manne économique pour les femmes. Le second est sexiste : l’égalité étant déjà là16, les femmes n’ont de sexualité que par plaisir. L’expansion économique et idéologique de l’échange économico-sexuel implique donc que sa violence soit doublement requalifiée : les actes imposés par l’argent deviennent la sexualité de la femme qui la vend, et cette subordination devient un acte d’empowerment, comme l’est toute aliénation de sa force de travail selon l’idéologie néolibérale. L’extorsion marchande et sexiste est donc promue comme un modèle de notre sexualité et de notre libération. Cette idéologie crée une nature féminine : la « salope qui au fond aime "ça" » et en tire profit.

37Le mensonge néolibéral s’appuie sur une qualité de l’argent dans le système de valeurs sexiste. Selon Andrea Dworkin, il aurait le pouvoir d’effacer les violences sexistes. On comprend que les hommes fassent des choses qu’ils n’aiment pas en échange d’un salaire, on perçoit l’obligation, le manque d’horizon ; on ne pense pas que l’argent efface tout cela, comme si, parce qu’ils sont payés, ils ont été heureux de le faire ou n’aspiraient qu’à cela (Dworkin, 2007, 81). Par contre, si un homme donne de l’argent à une femme, quoi qu’il lui ait fait au nom de la sexualité, elle y aura consenti. Puisque le désir est l’ombre du consentement chez nous, elle l’aura même désiré. Les promoteurs des industries dites « du sexe » exploitent ce pouvoir « magique » de l’argent. Selon eux, il s’agirait d’un travail comme un autre, certes difficile (en raison des politiques de migration et du puritanisme, non du sexisme). Pourtant, il est le seul travail pénible à être décrit comme un métier choisi, épanouissant, où les travailleuses choisissent leurs clients, leurs conditions de travail ou leurs tarifs, où les services ne sont pas déterminés par la pression économique mais par les préférences des travailleuses, où les patrons seraient des collaborateurs et les clients des partenaires. L’échange d’argent efface l’expropriation, la violence, la chosification sous l’idée de consentement, voire de désir. Les clients-prostitueurs et les clients de la pornographie sont poussés à croire que les « pâles prestataires de services sexuels, [les] objets sexuels » (Tabet, 2004, 47) sont là par libre choix.

38La pornographie illustre le second mensonge, et la prostitution en fait un argument de vente. Les femmes se vendraient par plaisir. Les médias multiplient les témoignages de femmes qui disent que la pornographie ou la prostitution correspond à leur sexualité exhibitionniste ou insatiable. Les proxénètes et les rabatteurs appâtent le client-prostitueur en affirmant que la prostituée a envie d’avoir des rapports avec le client, avec « lui » en particulier. Claudine Legardinier et Saïd Bouamama ont montré que les clients-prostitueurs eux-mêmes attendent de la prostituée qu’elle soit là par désir et qu’elle prenne plaisir aux actes imposés par l’argent : ils veulent « acheter par de l’argent une relation sexuelle qui ne serait pas caractérisée par un échange monétaire » (Legardinier, Bouamama, 2006, 165, 175). En effaçant la contrainte imposée par l’argent, ils attribuent à la femme le désir voire le plaisir d’être là et de se plier à leurs volontés (ibid., 69). Ils n’achètent pas un acte technique, une sexualité mécanique mais un rapport, une relation, une subordination (Delphy, 2005) qui suppose la participation de la prostituée. Cependant, presque la moitié des clients a conscience des trafics (Bouamama, 2004, 29). Parfois la détresse économique est visible (s’ils sont dans un pays du Sud par exemple, ou s’ils utilisent une femme immigrée en France). En fait, ils semblent vouloir démasquer le plaisir que trouve une femme malgré la contrainte.

39La pornographie construit la subjectivité de la prostituée parfaite, celle qui souscrit aux valeurs sexistes et dites démocratiques de l’idéologie néolibérale. Les femmes aimeraient la manière dont elles sont humiliées par la sexualité, elles jouiraient d’être forcées et en tireraient profit. La pornographie attribue aux femmes un désir pour des actes que les hommes hétérosexuels n’évoquent entre eux que pour s’humilier, les jugeant dégradants voire indignes d’eux (être pénétré, sodomisé, faire une fellation, être à genoux ou à quatre pattes). Ces mêmes actes sont source d’insulte dans les sociétés ciblées par la pornographie : se faire baiser, enfiler, enculer, se faire prendre, s’en prendre plein la face (de sperme), se faire monter dessus, etc. Au moment de la fellation, la femme est montrée dans une attitude servile, attendant une gratification qui arrive souvent sous forme d’éjaculation au visage. Ce qui importe est le contrôle par l’homme : il lui tire les cheveux, la frappe avec son sexe, pousse son sexe dans sa gorge comme dans son sexe peu avant. Quand elle est sodomisée, les insultes expriment souillure et punition, mais elle tourne vers l’homme un regard d’abandon, mêlé d’extase et de crainte. La pornographie ne montre jamais des hommes traités ainsi par des femmes en dehors de scènes SM. La non réciprocité des actes exprime la domination, mais les femmes ne semblent pouvoir jouir qu’ainsi.

  • 17  C’est moi qui souligne.

« Un de [ses] ressorts principaux consiste pour un ou plusieurs hommes à obtenir l’aveu de plaisir par les femmes […] après qu’elles ont montré quelque résistance. Les schèmes de la souillure et de l’aveu imprègnent notamment les scènes de sodomie […]. La phrase "avoue que tu es (dans le fond) une salope" résume en grande partie ce script de la prise de plaisir forcée »17 (Bereni, Chauvin, Jaunait, Revillard, 2008, 55).

40Le fantasme que les scénarios mettent scène est que le désir et le plaisir d’une femme sont contraires à la volonté qu’elle exprime spontanément. Il faut donc la forcer, surmonter ses résistances, pour lui révéler sa vérité profonde qui est la manière dont elle jouit. Le refus n’y est que le masque d’un désir qu’elle ne peut assumer dans un premier temps, car il est contraire à son intégrité et à sa dignité. Mais « au fond », elle veut être prise, être disponible totalement pour satisfaire les désirs des hommes. Cette tension entre le « fond » et les refus de pure forme créent une subjectivité de « salope » mue par un désir qui nie la subjectivité elle-même. En effet, elle veut « au fond » abdiquer sa volonté. De même, elle désire renoncer à sa sexualité, du moins celle qu’elle pense être la sienne. Elle s’abandonne à ce que les hommes veulent pour trouver son authentique désir. Être au service sexuel des hommes ne peut donc que la mener à son propre désir, voire à son plaisir. Cette mise en scène nous attribue une subjectivité et une sexualité servile, toutes deux intimement mêlées. Nous prendrions plaisir à ce qu’un homme les aliène, et par là nous subjugue. Bordo analyse les implications de l’érotisme pornographique : la femme abdique son indépendance, elle est un corps déserté dont la parole ne sait dire que oui, même en disant non (Bordo, 1994, citée par Schrage, 2004). Tous les mythes patriarcaux sont recyclés : les femmes ont le désir secret d’être violées et humiliées, elles ont un fond mauvais qui les pousse à se déshumaniser, à se détruire même physiquement.

La « libération sexuelle » comme projet politique

41Le fait que la femme filmée crie est donc un élément central de la mise en scène. Le producteur montre combien il est douloureusement jouissif pour une femme de s’abandonner à sa nature profonde. L’acte filmé oscille entre séance d’aveu et punition. Une actrice, Coralie Trinh Thi, en parlant de ses débuts dit à quel point elle était traumatisée par ses collègues en larmes qui enduraient des scènes hard : « d’ailleurs, elles ont plus souvent des tics de souffrance que de jouissance » (Poulin, 2005, 138). Ces tics pourtant contribuent à exciter les clients de la pornographie. Les femmes filmées sont secouées par la pénétration, souvent violente, elles hurlent, leurs mots ou leurs mimiques expriment parfois la douleur ou la peur, elles sont insultées voire menacées. L’unique différence avec une scène de viol sont leur sourire et les mots qu’elles prononcent : « Prends moi plus fort, fais moi mal, encore ! ». L’amalgame de ces messages contradictoires érotise le viol tout en l’excusant moralement au nom de la tendance servile des femmes.

42La brutalité représentée est déréalisée au nom d’un double mythe néolibéral et patriarcal. Il existerait une rupture entre fiction et réalité, entre les représentations et le contexte social. En outre, tout ce qui excite serait « sexuel » au sens de fondamentalement bon pour tou-te-s. La pornographie masque les violences qu’elle montre et justifie celles qui sont perpétrées contre toutes les femmes. MacKinnon et Dworkin ont porté en 1986 devant les tribunaux les crimes de séquestration, viols, menace avec arme à feu commis contre Linda Boreman pour qu’elle tourne le film Gorge Profonde (MacKinnon, 2005, 242). L’expérience de Linda Boreman prouve que rien dans les images finales ne permet de dire si la femme filmée était consentante, si elle n’a pas été violée, torturée pour ces images ou tuée par la suite. Des viols excitent dès lors qu’ils sont étiquetés « porno ». Quand des crimes sont filmés, diffusés en tant que pornographie, ils deviennent de la sexualité. Ils sont effacés comme tels. Leurs images circulent protégées au nom de la liberté d’expression ou de la liberté sexuelle.

43La figure créée par l’érotisation du sadisme est la « salope » : celle qui désire être violée, et qui ne peut donc jamais l’être. Quoi qu’on lui fasse, elle l’aura toujours désiré. Sur un plan économique, elle aime tellement l’humiliation sexuelle qu’elle pourrait le faire gratuitement. Quoi qu’on lui extorque, elle en aura toujours profité, par renversement des profits et des coûts entre dominants et opprimées. Cette figure pornographique est donc l’archétype pseudo égalitariste et néolibéral de la femme prostituée. Il masque la destruction qui la réduit à la marchandise, à l’objet sexuel consentant. Mais la « salope » est aussi l’archétype de la féminité dès lors que la pornographie prétend représenter « la sexualité crue ».

44L’enjeu politique de cet archétype du patriarcat néolibéral est clair. Il sape les prétentions des femmes à l’égalité en leur faisant accepter les termes néolibéraux de l’échange économico-sexuel. Il détruit notre crédibilité civile et juridique (MacKinnon, 2005, 152-156). Il suffit d’invoquer ce mythe de la femme « libérée » pour nier les crimes commis par les industries dites « du sexe », et aussi par leurs consommateurs. En définissant le genre et la sexualité, la pornographie rend excitante la destruction des femmes comme classe, elle excite à la haine contre nous. En cela, « la libération sexuelle, au sens libéral, libère l’agressivité sexuelle masculine, au sens féministe » (MacKinnon, 2005, 153). Les industries dites « du sexe » définissent pour nous une non-sexualité servile, et une non-identité d’être masochiste, elles nous montrent comment jouir en nous haïssant. Elles relèvent donc d’un projet politique : elles brisent notre amour de la liberté.

La « libération sexuelle », une expansion de l’expropriation des femmes

45Par cet article, j’ai voulu montrer comment l’économie de marché actuelle reconduit et met à profit l’organisation patriarcale de la sexualité. Devoir être libérées « comme les hommes », nous impose d’accepter les violences économiques et physiques qui assoient leur liberté sexuelle. Dès lors, l’étouffement de notre sexualité par sa vente et par l’érotisation de la haine deviennent les conditions de notre liberté. Cette idéologie néolibérale et sexiste infiltre les sources de socialisation étudiées. La presse féminine promeut les codes classiques de notre sexualité de service et les innovations consuméristes qui l’encadrent : jouets érotiques, produits de beauté, voire chirurgie, pour ressembler aux « pâles prestataires de services sexuels » des industries dites du « sexe ». Issues de rapports de classe, la pornographie définit ce que les femmes sont, et la prostitution, ce à quoi elles servent.

46La « libération sexuelle » n’est qu’une version de la « grande arnaque » décrite par Paola Tabet : elle nous exproprie de notre sexualité. On assiste en fait à une libéralisation des profits masculins et à une libération de la haine sexiste. Le néolibéralisme transforme l’échange économico-sexuel en un marché mondial, organisé par les migrations intra et internationales, la monétarisation, le trafic, une industrialisation qui appauvrit et illégalise les femmes les plus opprimées. Les marchandises de ce marché sont produites par les chosifications sexistes : nous sommes sexualisées, déshumanisées, rendues disponibles par et pour l’exploitation et le viol. L’archétype de cette politique est la « salope », celle qui désire et jouit d’être dominée. Elle définit notre féminité dans le cadre classique de l’inhumanité.

Haut de page

Bibliographie

Assemblée Nationale, « Mission d’évaluation de la politique de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes », 9 juin 2009. En ligne : http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/cr-mivf/08-09/c0809018.pdf

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre, REVILLARD Anne, Introduction aux gender studies. Manuel des études sur le genre, Paris, De Boeck, 2008.

BOUAMAMA Saïd, « Le processus du devenir client de la prostitution, l’enquête », Paris, 2004. En ligne : http://www.mouvementdunid.org/IMG/pdf/HommeEnQuestion.pdf

BOUAMAMA Saïd, « Les clients en question, enquête d’opinion publique », Paris, 2004. En ligne : http://www.mouvementdunid.org/IMG/pdf/ClientQuestionOpPublique.pdf

BOUCHARD Pierrette, BOUCHARD Natasha, BOILY, La sexualisation précoce des filles, Montréal, Sisyphe, 2005.

DELPHY Christine, L’ennemi principal 1. L’économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 2002 (1998).

DELPHY Christine, L’ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.

DELPHY Christine, « Par où attaquer le "partage inégal" du "travail ménager" ? », Nouvelles Questions Féministes, 22, 3, 2003, pp. 47-71.

DELPHY Christine, « Race, caste et genre en France », 2004. En ligne : http://www.lmsi.net/spip.php?article368

DELPHY Christine, « Entretien », in TARAUD, Christelle, Les féminismes en questions, éléments pour une cartographie, Paris, Amsterdam, 2005.

DELPHY Christine, « Le mythe de l’égalité déjà là », Québec, 2007. En ligne : http://www.teluq.org/webdiffusions/cdelphy_111007.html

DELPHY Christine, Classer, dominer, qui sont les « autres » ? , Paris, La Fabrique, 2008.

DELPHY Christine, FAUGERON Claude, « Introduction à l’édition française du rapport du réseau contre l’esclavage sexuel », Paris, 1984. En ligne : http://www.unil.ch/webdav/site/liege/shared/Introduction_a_l_edition_francaise_du_rapport_du_reseau_contre_l_esclavage_sexuel

DWORKIN Andrea, Pornography : men possessing women, Boston, Plume, 1991 (1981).

DWORKIN Andrea, « Lap Dancing », 2002. En ligne : http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/lapdancing.html

DWORKIN Andrea, Pouvoir et violence sexiste, Montréal, Sisyphe, 2007.

FALQUET Jules, De gré ou de force, les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008.

FERRAND Annie, « Le "zizi sexuel" ou comment l’oppression marque les outils », in GUYARD Laurence, MARDON Aurélia (dir.), Le corps à l’épreuve du genre, entre normes et pratiques, Nancy, PUN, 2010.

GUILLAUMIN Colette, Sexe Race et Pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté femme, 1992.

HOLLAND Janet, RAMAZANOGLU Caroline, SHARPE Sue, THOMPSON, Rachel, « Le mâle dans la tête », Mouvements, 20, 2002, pp. 75-83.

JEFFREYS Sheila, « L’érotisation de la violence et de la subordination, quelques éléments d’histoire », entretien avec Claudie LESSELIER, 1986. En ligne : http://sisyphe.org/spip.php ?article1063

JEFFREYS Sheila, Anticlimax: a feminist perspective on the sexual revolution, New York, New York University Press, 1991.

JEFFREYS Sheila, « How Orgasm Politics Has Hijacked the Women's Movement », 1991. En ligne : http://www.nostatusquo.com/ACLU/Porn/orgasmpol.html

JEFFREYS Sheila, « The legalization of prostitution: a failed social experiment », 2004. En ligne : http://sisyphe.org/spip.php ?article697

JEFFREYS Sheila, Beauty and misogyny Harmful Cultural Practices in the West, East Sussex, Psychology Press, 2005.

JEFFREYS Sheila, The Industrial Vagina. The Political Economy of the Global Sex Trade, New York, Routledge, 2009.

LEGARDINIER Claudine, Les trafics du sexe, femmes et enfants marchandises, Toulouse, Les essentiels Milan, 2002.

LEGARDINIER Claudine, BOUAMAMA Saïd, Les clients de la prostitution, l’enquête, Paris, Presses de la Renaissance, 2006.

LEVY Ariel, Les nouvelles salopes, les femmes et la culture porno, Sciences humaines, Tournon, 2007.

McKINNON Catharine, Le féminisme Irréductible, discours sur la vie et sur la loi, Paris, Des femmes, 2005 (1987).

McKINNON Catharine, Ce ne sont que des mots, Paris, des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (1993).

McKINNON Catharine, « Féminisme, marxisme et postmodernisme », Actuel Marx, 30, 2001, pp. 131-152.

MARUANI Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2003 (2000).

MATHIEU Nicole Claude, L'arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, EHESS, 1985.

MATHIEU Nicole Claude, L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté femme, 1991.

MILEWSKI Françoise, (dir), Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité, Rapport à la ministre chargée de la Parité, La Documentation Française, 2005.

PLAZA Monique, « Nos dommages et leurs intérêts », Questions Féministes, 3, 1978.

POULIN Richard, La violence pornographique, industrie du fantasme et réalités, Yens-sur-Morge, Cabédita, 1993.

POULIN Richard, « Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial », Paris, 2001. En ligne : http://sisyphe.org/spip.php ?article1938

POULIN Richard, La mondialisation des industries du sexe, prostitution, pornographie, traite des femmes et des enfants, Paris, Imago, 2005.

POULIN Richard, Sexualisation précoce et pornographie, Paris, La Dispute, 2009.

SCHRAGE Laurie, « Feminist perspectives on sex markets », 2004. En ligne : http://plato.stanford.edu/entries/feminist-sex-markets

SEMAT Eve, Femmes au travail, violences vécues, (Association Santé et Médecine du travail) Paris, La Découverte & Syros, 2000.

TABET, Paola, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

TABET, Paola, « La grande Arnaque, l’expropriation de la sexualité des femmes », Actuel Marx, 30, 2001, pp. 131-152.

TABET, Paola, La grande arnaque, sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Notes

1  L’imprégnation culturelle est telle que les arguments promotionnels deviennent des documentaires diffusés au cinéma : Inside Deep Throat, 2004, réalisé par Bailey et Barbato ; « Les travailleu(r)ses du sexe, et fières de l’être », 2009, Carré.

2  C’est une profonde réorganisation du système économique à l’échelle mondiale, où l’économie se déconnecte de plus en plus du social et du politique, et la sphère financière de la production réelle. Les écarts de richesse se creusent, le droit au travail se réduit, le marché du travail devient plus international, illégal et informel, une main d’œuvre précaire, flexible et dévalorisée migre au sein du Sud ou du Sud et de l’Est vers l’Occident (Falquet, 2008, 26-40).

3  C’est moi qui souligne.

4  Parallèlement, elles sont invitées à recourir à l’introspection et à l’autocritique quand elles se sentent insultées ou rabaissées, à nier leurs perceptions, à sortir de leur égocentrisme pour adopter le regard des hommes sur elles.

5  En ligne : http://www.elle.fr/elle/Love-Sexe/Tests-et-quiz/Tests/Etes-vous-une-super-simulatrice, consulté le 01.01.10.

6  PARDO, Judith, « Changer de pratiques sexuelles (et garder le même homme) », Biba. En ligne : http://www.bibamagazine.fr/article.php?id=MDFA-6ZXJXE, consulté le 01.01.10

7  Il semble plus aisé d’influencer des réflexes physiques que de convaincre un homme.

8  GOLDSZAL Clémentine, « Faut-il se forcer à faire l’amour ? », ELLE. En ligne : http://www.elle.fr/elle/Love-Sexe/Sexualite/Dossiers/Faut-il-se-forcer-a-faire-l-amour/Se-forcer-ultime-preuve-d-affection/(gid)/561432, consulté le 01.01.10.

9  Ce procédé rhétorique culpabilise les femmes et leur fait admettre les pratiques qui suscitent le plus de réticence.

10  Par exemple, Marie Claire propose de tester le SM et donne des liens commerciaux : http://www.marieclaire.fr/,sexe-oser-le-sm-en-douceur,20256,10841.asp, consulté le 01.01.10.

11  PENSA Sophie, « Connaissez vous la pole dance ? », Femme Actuelle. En ligne : http://www.femmeactuelle.fr/amour/couple/connaissez-vous-la-pole-dance-01071,  consulté le 01.01.10.

12  Cette expression permet de mettre l’accent sur l’organisation de la vente, donc le proxénétisme et la pluralité de ses formes. C’est sous cet angle que j’emploie le terme « prostitution ».

13  Les articles de ELLE ou de Marie Claire reprennent cette rhétorique : SCNHEIDER Claire, « Pole dance, les conseils d’une pro pour épater son homme », Marie-Claire. En ligne : http://www.marieclaire.fr/,pole-dance-les-conseils-d-une-pro-pour-epater-son-homme,20255,42533.asp et POYARD Emilie, « Effeuillage, nos conseils pour ne pas se rater », ELLE. En ligne : http://www.elle.fr/elle/Site/Saint-Valentin/Saint-Valentin-coquine/Effeuillage-nos-conseils-pour-ne-pas-se-rater/(gid)/1133442#, consultés le 10.01.10.

14  Je ne les aborderai guère sur l’axe raciste. Andrea Dworkin a analysé l’érotisation du racisme dans toute son œuvre;  l’érotisation de la misopédie (la haine des enfants comme classe) est peu théorisée mais on peut trouver des éléments chez Bouchard et Bouchard (2005) sous le concept d’hypersexualisation.

15  Les orifices sont souvent artificiellement rougis, parfois les objets enfoncés tendent les tissus jusqu’à la déchirure, les sexes lésés par des séances de tournages longs et violents sont montrés tels quels (Poulin, 2009, 165-166).

16  Pour une critique de ce mythe, voir Delphy (2007).

17  C’est moi qui souligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Ferrand, « La « libération sexuelle » est une guerre économique d’occupation », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 24 août 2016. URL : http://gss.revues.org/1402 ; DOI : 10.4000/gss.1402

Haut de page

Auteur

Annie Ferrand

Doctorante à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org