Navigation – Plan du site
Dossier
Documents

Réflexions sur le féminisme ou pour un féminisme critique

Reflections on Feminism or For a Critical Feminism
Suzanne Blaise

Résumés

Ce texte de Suzanne Blaise, publié en juillet 1975, sous la forme d’une brochure, circulant parmi les militantes et les militants, n’avait jamais fait l’objet d’une publication. Tandis que les instances institutionnelles dirigeantes célèbrent en 1975 l’Année internationale de la femme, Suzanne Blaise propose un état des lieux du féminisme, en tant que théorie de libération et mouvement de pratique politique. Elle revient sur les fondamentaux de la théorie marxiste et passe au crible de son regard lucide, partisan, mais toujours radicalement critique, les points de résistance bourgeoise au changement en localisant les bastions idéologiques, économiques et historiques de la répression : la famille et l’éducation. Elle s’emploie dans ces pages à démontrer que « la libération des femmes ne passe pas par la Révolution », mais qu’« elle est cette Révolution ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous tenons à remercier très chaleureusement Suzanne Blaise qui nous a accordé sa confiance en autorisant la publication de son texte, ainsi que Christine Bard qui nous a aidés à entrer en contact avec l’auteure.

Texte intégral

 « Ah tous ces gens qui vivent dans leur musée ! »
André Benedetto
Alexandra K.

1Avant même d’avoir défini clairement ce nouveau concept nommé « Féminisme », on assiste à un phénomène des plus significatifs : son assimilation à des concepts masculins tels que l’humanisme ou l’économisme. Il est vrai qu’on nous a appris, à nous autres femmes, que la bonne cuisine était l’art d’accommoder les restes. Il est à craindre, cette fois, que toutes les ressources de notre savoir-faire restent impuissantes à rafraîchir le goût douteux de certains aliments qui ne semblent pas avoir assuré au mieux la survie de l’humanité.

2Cette substitution révèle en tout cas, une peur panique, inconsciente, à nous engager résolument dans la recherche de notre identité politique, et une tendance atavique à nous réfugier sous le manteau patriarcal des valeurs dites « sûres ».

3Il relève d’une ignorance grave, ou d’une volonté liquidatrice, de faire assumer au féminisme la relève de certaine vision idéaliste ou économiste, synonyme de la plus fabuleuse hypocrisie, dont l’actualité fournit chaque jour une preuve nouvelle. L’humanisme et l’économisme (qui prétendent poursuivre le même but), se sont singulièrement compromis ensemble pour duper en particulier les femmes au nom de valeurs affectives ou d’impératifs économiques. Sur un plan général, leur échec universel est patent. Le progrès maternel, seul, n’a pas réussi à faire le bonheur de l’humanité, et certaine vision abstraite de l’Homme ou de la Femme, considérés hors de leur contexte social et politique, non plus. Le féminisme est avant tout bon sens, et sens critique.

4Il ne peut souligner sur des positions sans les examiner et les juger. Il interpelle toutes les théories et idéologies rageantes qui ont omis de le prendre en charge dans leurs analyses. Il souligne leurs carences, définit ce qui les rapproche d’elles ou l’en sépare, détermine ses degrés de longitude et latitude dans le champ politique.

5Examinons de près ces « valeurs » sur lesquelles les hommes, depuis des siècles, ont misé, et voyons ce que recouvrent l’illusion humaniste et illusion économiste.

L’illusion humaniste

6L’humanisme chrétien avait fait de l’homme le fils de Dieu ; l’humanisme bourgeois, lui, a mis l’homme à la place de Dieu. Quant à la femme, l’un comme l’autre l’ont éliminée du champ d’optique. L’humanisme chrétien et l’humanisme bourgeois ont en commun la croyance en un Homme idéal, abstrait, avec majuscule, en une nature humaine donnée une fois pour toutes, avec ses défauts, ses qualités, que ne modifient en rien le contexte social et politique.

7L’humanisme bourgeois, né de la lutte d’une nouvelle classe montante contre la féodalité qui la dominait, avait alors un sens, et voulait prouver que c’était l’homme, et non pas Dieu, qui faisait l’histoire. L’idéologie humaniste était alors révolutionnaire, dans la mesure où elle entraînait une évolution sociale certaine, à une époque historique donnée. Avec le développement et l’apport de la sociologie et de l’économie, la compréhension des faits historiques et des lois qui les gouvernent devait remettre à sa vraie place cet Homme à majuscule. Face à l’avènement de la grande industrie, qui devait être à l’origine d’une réalité sociale de plus en plus conflictuelle, les Droits de l’homme proclamés par la révolution bourgeoise de 1789 devaient se révéler impuissants à assurer la dignité humaine et la justice. Quant aux Droits de la femme, qui valurent à son « auteur », Marie Gouze – conjointement à d’autres méfaits – d’être guillotinée, ils n’ont pu être, jusqu’à nos jours, expérimentés. On en ignore donc l’effet et l’efficacité pour l’humanisation de ce monde. Les héritiers révolutionnaires de 1789, il est vrai, songèrent un instant à ce recours. Au sein de la Première Internationale existait une section féminine, et de violents débats eurent lieu entre Marx qui la soutenait et Proudhon hostile au travail des femmes (pour des raisons dites humanitaires). En 1875, le Congrès, réuni à Gotha, refusa s’inscrire, en dépit de Bebel, au Programme Officiel du Parti, l’égalité de l’homme et de la femme, en invoquant le manque de propagation de celle-ci à l’exercice des responsabilités politiques.

8Ainsi, les Droits de l’homme constamment bafoués de nos jours, et ceux de la femme depuis toujours niés, il n’est plus possible de croire qu’il suffit d’invoquer les Droits humains pour en établir l’exercice réel sur la terre. L’être humain universel et universellement respecté demeure au ciel des idées. Nous le trouvons dans un discours généreux mais non pas dans la réalité. Pour quelles raisons ?

9On ne peut prétendre amorcer une évolution nouvelle avec une idéologie qui fut valable pour une époque révolue et un contexte économique donné.

10Il n’existe pas un prototype d’homme ou de femme miraculeusement indépendant de l’environnement et des conditions de vie qui façonnent des individus différents. L’esclave de l’Antiquité n’est pas le serf du Moyen-Âge, qui n’est pas l’ouvrier de Renault ou Citroën. Sans conclure à un déterminisme absolu, les hommes et les femmes réels sont le produit de leur éducation, de leur milieu, des contraintes morales et économiques qui pèsent sur eux et varient selon le pays, le régime, l’époque. On peut tout au plus départager l’humanité en deux grandes catégories, et ce à tous les niveaux et dans tous les secteurs : les dominants et les dominés (les femmes sont comprises dans cette seconde catégorie). Le rapport existant entre ces deux camps n’est pas un rapport humaniste mais un rapport de force, de domination. Ce rapport détermine l’histoire aussi sûrement que des caractères fondamentaux de l’espèce humaine, tels les caractères biologiques. Ces derniers ont été profondément transformés par les facteurs de domination, qui sont d’ordre sexuel, économique et culturel (au point que l’on distingue un sexe génétique, un sexe psychologique et un sexe social).

11Une erreur fort répandue, et qui re1ève de l’idéologie humaniste, consiste à croire que les idées mènent le monde ; plus exactement, que les concepts sont à l’origine d’une réalité sociale, peuvent l’engendrer, alors que c’est l’inverse : les concepts culturels et les idéologies naissent toujours d’une réalité sociale, d’une époque historique déterminée. Ceci est particulièrement vrai en ce qui nous concerne, nous autres femmes. En effet, les principes dits chrétiens et les principes humanistes n’ont fait qu’entériner et justifier, après-coup, une oppression déjà existante, fondée sur un ordre sexuel et un ordre économique. La plupart des femmes ignorent malheureusement comment est née la famille, à quelle nécessité historique d’ordre économique elle répondait, pourquoi on maintient quel que soit le régime politique, ce lieu privilégié de leur exploitation, refuge idéal, paraît-il, des « valeurs éternelles ». Il serait extrêmement naïf de croire, en connaissant ses origines, qu’il suffit de dire : « Changeons de culture » pour que la femme soit libérée, même si cette culture joue un rôle capital dans le maintien de notre oppression. Pour la simple raison qu’une domination n’est pas le fruit d’une culture, bien que celle-ci en soit le support. C’est inverser l’ordre des propositions. En voici quelques exemples.

La famille

  • 1  Paulette Hofman (Force Ouvirère), Rapport du groupe de travail « Rôle des femmes dans la vie écono (...)

12La famille est née du besoin de l’homme de se procurer de la main-d’œuvre à bon marché pour cultiver la terre, et cette main-d’œuvre était constituée par la ou les femmes de cet homme, les enfants et les esclaves. La polygamie en Afrique relève encore de cette nécessité économique. En France d’ailleurs, « la charge des travaux agricoles incombe encore, à l’heure actuelle, en grande partie à des femmes non formées, disposant de moyens insuffisants, et qui les ajoutent à d’autres tâches d’épouse et de mère »1. Rappelons qu’en latin le mot famulus désigne l’esclave, et le mot familia l’ensemble des biens et des esclaves appartenant à un seul homme. La famille s’est édifiée à partir de la sujétion sexuelle et ensuite économique de la femme, et non à partir d’une culture ou de « valeurs » encore inexistantes.

13L’homme de Cro-Magnon, vu sa stature et sa force physique, n’avait nul besoin du concept de virilité pour fonder sa suprématie de mâle. Ce mythe de la virilité n’a servi plus tard qu’à justifier et entretenir la domination mâle traduite en termes culturels. Entre la domination sexuelle et la domination culturelle, le relais a été assuré par un facteur économique : le besoin de main-d’œuvre.

14Le premier mâle latin qui a contraint ses esclaves (femme, enfants, domestiques) à travailler la terre sans être rémunérés, ne s’était pas posé, au préalable, la question de savoir si la famille était ou non « sacrée ». De toute évidence, s’il se l’était posée, il aurait commencé par traiter sa compagne, non en esclave domestique et agricole, mais en égale. Le concept de « famille sacrée » ou de « famille-fondement-de-la-société » est venu après la domination patriarcale, pour la consolider et empêcher qu’elle soit remise en question. Le rapport de la femme à un mode d’économie défini passe par la famille. Evelyne Meyer-Manville, Avocate à la Cour, observe justement :

« La Révolution française, révolution bourgeoise, lorsqu’elle codifie ses conquêtes, veut d’abord protéger le Droit de la propriété. Universelle et égalitaire dans son principe elle consacre l’accession au Pouvoir d’une classe dont le souci est, entre autre, d’assurer la transmission des patrimoines et de protéger la propriété privée : dès 1793, les Associations de Femmes sont interdites et le Code civil consacre une conception de la famille dont la femme, éternelle mineure, est la gardienne et la prisonnière ».

« La contradiction fondamentale entre l’idéologie héritée de la Révolution sur la famille et la femme, et le besoin grandissant des femmes dans la vie économique, va être le moteur de 1’évolution de la condition féminine. »

  • 2  « Etre exploitées », collectif italien.

15Il faut savoir d’autre part que dans le système politique et économique actuel, le salaire d’un homme mari achète le travail de deux personnes : celui du mari, et celui, non rémunéré, de la femme, pour le plus grand bénéfice de l’Etat et des Employeurs. Le travail domestique de la femme reproduit la force de travail social de l’homme, et « permet de maintenir à un coût très bas le prix de ce travail, et donc le prix de revient des marchandises. Ainsi, le marché de marchandises repose sur l’existence d’un monde domestique exclu de ce marché. Un maximum de profit exigeant une dévalorisation de la force de travail et des salaires, le système économique patriarcal cherche à renforcer la famille lorsque se manifestent en elle des forces historiques de désintégration »2.

  • 3  Karl Marx, Misère de la philosophie.

16« L’esclavage est une catégorie économique »3 et l’homme continue à déguiser l’esclavage de la femme qui est bien sa dernière colonie, jusqu’à présent invisible, mais qui commence à apparaitre aux yeux de tous.

17La prise de conscience de la condition de la femme en tant que catégorie économique constitue la base de la prise de conscience authentiquement féministe et qui implique un mot d’ordre prioritaire de lutte : l’indépendance économique. Elle exclut toute conception du féminisme comme étant une question à part et intègre les problèmes féminins dans une analyse économique et révolutionnaire de la société. Le Féminisme est un concept qui permet de poser des problèmes sociologiques nouveaux en des termes scientifiques (sous l’angle économique) et non idéologiques (sous l’angle d’un humanisme abstrait). Le Féminisme ne se limite pas à une revendication de droits, mais remet en question les structures sociales qui empêchent l’exercice effectif de ces Droits.

Le productivisme et le « monde libre »

18Le premier Gaulois qui, échangeant un supplément de production familiale (entendre par là : production féminine), tissu de lin par exemple, contre un bijou fabriqué par le forgeron du village, et réalisant ainsi le premier troc, n’avait pas encore confondu les termes de l’échange avec la défense du « monde libre ». Avec le passage de la production familiale à la grande industrie de l’époque capitaliste, l’homme invoquera les « valeurs civilisatrices » pour justifier le pillage des richesses du Tiers-monde. Il s’agit, en réalité, pour les Nations occidentales, ayant atteint un haut degré de développement et de productivité, de trouver des débouchés, des matières premières, des marchés. L’idéologie humaniste, une fois de plus, en invoquant des « valeurs », masque une suprématie économique. Cette suprématie est commandée par les rapports de production, d’exploitation et d’échange édifiés à partir de l’esclavage de la femme. Dans L’idéologie allemande, Marx écrivait : « La division du travail, sur le plan industriel, s’est édifiée à partir de la division du travail au sein de la famille où la femme et les enfants sont les esclaves de l’homme ».

19Il est à remarquer que la lutte des pays colonisés pour l’indépendance fut en même temps la première étape de la libération de la femme dans le Tiers-monde. Celle-ci, plus consciente que sa sœur occidentale d’une exploitation économique à l’échelle internationale qui la menace dans sa vie même (guerres et famines), donnera au féminisme toute sa dimension en le replaçant dans le contexte économique d’un système mondial (Impérialisme).

Développement industriel et vertus conjugales

20Une réalité sociale engendre toujours une morale et une idéologie qui la renforcent.

  • 4  Antonio Gramsci, Cahier 1 (1929-1930).

21Gramsci observait : « En Amérique, le nouvel industrialisme veut la monogamie, d’où, en ce pays, l’acuité nouvelle de la question sexuelle et de la question féminine propres à un type de développement capitaliste »4. Il est un fait que les mouvements féministes américains, plus tard importés en Europe, ont manifesté très tôt leur virulence aux États-Unis.

22Le « fordisme » et « taylorisme », conceptions américaines de l’industrie en vue d’un rendement et profit maximum, a mis à l’honneur une morale puritaine (à l’usage des ouvriers, une autre morale étant réservée aux classes privilégiées) et accru considérablement la répression sexuelle. Ford avait créé un corps d’Inspecteurs spéciaux chargés de surveiller la vie privée de ses ouvriers. De nos jours, certaines multinationales agissent encore de même avec leurs employés.

  • 5  L’auteure fait ici référence à l’économiste Henri Bartoli (1918-2008). (N.d.E.)

23Toute une idéologie de la femme, de l’épouse, de la fidélité dans le couple, est ainsi rattachée à des intérêts économiques évidents. Cette idéologie, qui se veut humaniste, est celle des partis politiques conservateurs. Nombreux sont les économistes et hommes politiques qui se sont penchés sur la relation indubitable entre les méthodes de travail et le mode de vie. L’éducation et le mode de rapports au sein de la famille et de l’école assurent le consentement des exploitées à un développement productif donné. A tel point qu’un économiste européen a pu définir l’économie comme étant « la science des rapports humains nés de la fonction fabricatrice de l’homme »5.

24Ainsi, la femme se modèle sur une image idéale et idéalisée, sur une philosophie qui fait d’elle non plus une femme mais La Femme, prototype de toutes les vertus qu’on attend d’elle. Elle y perd toute identité propre et sa qualité d’être humain. Gramsci en déduisait : « La question de morale et de civilisation la plus importante ... est celle de la formation d’une nouvelle personnalité féminine. La femme doit parvenir non seulement à une réelle indépendance par rapport à l’homme, mais aussi à une nouvelle façon de se concevoir elle-même ».

25Mais comment la femme y parviendrait-elle sans connaître et remettre en cause les racines profondes de sa double exploitation, économique et idéologique ?

26Quels secours lui apporte l’humanisme ? Suffit-il qu’une femme, intérieurement, se libère et change, pour qu’elle cesse d’être confrontée avec les réalités matérielles (bas salaires, chômage) qui la contraignent ? Un féminisme qui se limiterait au seul humanisme serait un féminisme utopique, voué à l’échec. Il tomberait dans le piège même que lui tend l’idéologie de la femme dans notre société. Ce piège et l’idéologie ne font qu’un. Christine Delphy écrit : « Le renversement de la causalité : la croyance que la superstructure idéologique – la dépréciation des femmes – est la cause et non l’effet de l’organisation, n’est pas une interprétation idéaliste parmi d’autres : c’est l’idéologie même » (Delphy, 1975).

Des humanismes à la douzaine

27Des humanismes, il en fleurit à la douzaine, un peu partout, et dans tous les camps. L’humanisme bourgeois, fort bien conservé jusqu’à nos jours, n’est pas demeuré l’apanage exclusif d’une économie de marché et la couverture idéaliste d’une économie capitaliste. Il serait superflu de vouloir prouver davantage l’hostilité de cette dernière à la libération de la femme puisque l’esclavage de celle-ci est à l’origine et dans la logique du système. Néanmoins, l’humanisme bourgeois a contaminé les idéologies dites de gauche.

28Ce n’est pas nouveau ; déjà, le socialisme balbutiant du début de l’ère industrielle invoquait une Raison et une Justice abstraites dont chaque chef d’école se faisait d’ailleurs une idée personnelle. On pensait que la seule proclamation de cette Raison et de cette Justice « souveraines » suffirait pour que le monde peu à peu, soit conquis. L’injustice, les oppressions de toutes sortes, seraient balayées par la Vérité, la Justice éternelle, les Droits inaliénables des Hommes... D’après Hégel, un philosophe de l’époque, « pour la première fois, l’homme construisait la réalité selon l’idée », pour la première fois, l’homme « se dressait sur la tête » (sic). Pour cette raison peut-être, la réalité lui apparut à l’envers et sous forme d’un démenti, avec les conditions inhumaines de travail dans les filatures, les premiers mouvements ouvriers, les premières répressions. Le socialisme utopique s’effondra et à La philosophie de la misère de Proudhon, un jeune socialiste, répondit par La misère de la philosophie (Marx, 1847) avant de donner des faits une interprétation moins idéaliste. L’homme réel – qui n’est plus une idée d’homme – se construit et se définit, disait-il, au travers de données sociales réelles, en grande partie des données économiques, des rapports de production qui commandent aux rapports humains. L’homme retombait sur ses pieds.

29Mais il n’est pas si facile de faire tenir un homme debout. Le Marxisme – ou ce qu’il en advint après Marx – c’est-à-dire un système – semble recourir actuellement au vieil humanisme pour expliquer l’inexplicable (tout au moins l’inexpliqué) : les crimes de Staline, les cliniques psychiatriques de Brejnev.

  • 6  Voir, à ce propos, les études d’Althusser, Réponse à John Lewis (1973), de Bettelheim, Les luttes (...)

30On invoque des concepts tels que « le culte de la personnalité » ou « la violation de la légalité socialiste ». On reparle de Droits de l’Homme, de Liberté... Mais il est aussi difficile de croire en une humanisation ou libéralisation de l’actuelle société soviétique qu’en l’humanisation et libéralisation d’une société capitaliste. Dans les deux cas, une réalité terrible, une fois encore, apporte un démenti flagrant à l’« idée ». Une fois de plus, l’« homme dressé sur la tête » voit la réalité à l’envers, refuse de l’examiner, de la découvrir dans sa vraie dimension6. Le phénomène Staline demeuré politiquement inexpliqué, et l’homme, plus ou moins bien retombé sur ses pieds conformément aux lois de la pesanteur terrestre, un problème nouveau bien que « secondaire » – surgit : celui de tous les marginaux de la politique, dont les femmes, qui tombent dans la théorie « marxiste » comme cheveux dans la soupe. Face à ce problème, quelle est l’attitude des Partis de gauche ? Bien que matérialistes, ils nient le problème : la résurgence du féminisme au XXe siècle.

31En bons humanistes qui se respectent, ils se proposent de le régler par un libéralisme et un réformisme des plus louables : l’aménagement de la condition féminine. La condition ouvrière, elle, ne peut être réglée, paraît-il, par un simple aménagement. La condition féminine, c’est différent ! Nos socialistes-matérialistes-humanistes découvrent, à deux ans des élections législatives, les Femmes et les Droits de la Femme, c’est-à-dire les femmes en tant qu’électrices, en tant que Femme éternelle, c’est-à-dire éternelles servantes. Les problèmes de la condition ouvrière sont reconnus pour ce qu’ils sont : des problèmes de société, d’une société donnée, la société capitaliste, que ces bons « socialistes » se proposent de changer ou de détruire. Les problèmes de la condition féminine, eux, sont des problèmes « spécifiques », et il faut être féministe pour oser prétendre qu’ils sont des problèmes de société, des problèmes politiques, ayant à voir, de près ou de loin, avec quelque chose d’aussi sérieux que la Révolution.

32Ainsi, que pense Mitterand du problème spécifique de la famille ? Mitterand peut déclarer sans rire : « Les traditions, les lois, les mœurs, ont fait que la famille s’étant rendue souvent oppressive, la révolte a gagné contre la structure même, ce qui était un phénomène parfaitement naturel, historiquement naturel ».

33Alors il faut croire qu’Engels a dû souffrir singulièrement de l’esclavage domestique, pour avoir poussé sa hargne jusqu’à dénoncer la famille comme fondement de l’ordre capitaliste ! ! !

34Humaniste enfin, incontestablement, un certain « socialisme » qui fait appel sans vergogne à l’aide d’une phraséologie que la droite ne récuserait pas, aux sacrifices et dévouements de la femme pour hâter l’avènement d’un « homme nouveau », sans se préoccuper de l’avènement d’une « femme nouvelle », ni des relations actuelles entre hommes et femmes, dans la vie privée comme dans la vie sociale.

35Enfin voilà que les Partis de gauche – Parti communiste en tête – jugent brusquement nécessaire de rédiger des Chartes de la Liberté, de protester bien haut de leur bonne foi, de proclamer que le Socialisme est l’ami de l’Homme, comme si le respect des Droits de celui-ci n’était pas inclu dans le Marxisme et qu’il s’avère subitement nécessaire de les ajouter en complément face à certaines interprétations. Aurait-on reconnu que le « marxisme » jusqu’ici en usage a misé exagérément sur la seule révolution économique – condition nécessaire mais insuffisante – pour assurer le respect de l’homme ? Se contente-t-on d’un tour de passe-passe, au lieu de l’analyse politique qui s’impose ? En ce qui concerne les femmes – la révolution familiale n’ayant pas suivi la révolution bolchevique – comment ose-t-on leur assurer : « quant à la législation et quant aux structures économiques, toutes les libérations commencent là » (Mitterand). Eh bien, non, toutes les libérations ne commencent pas là, et l’histoire l’a prouvé. Il n’a pas suffi de modifier les structures économiques (en supposant qu’elles l’aient été vraiment) pour assurer les libertés fondamentales de l’Homme (et surtout celles des femmes sans majuscule). Mais nos politiciens continuent, à la façon de Hegel, à « marcher sur la tête » quand il leur suffirait de la tourner et de regarder en arrière pour recueillir l’enseignement du passé. Un humanisme de pacotille, enclos dans des déclarations une fois de plus « solennelles » ou de petits catéchismes de poche, ne résoudra pas le problème de fond qui s’est posé – l’Eternel Problème – à savoir : l’échec toujours renouvelé des hommes à instaurer une société honorable. Nous ne devons point nous en étonner, étant donnée la difficulté de ce problème ; ce qui est, par contre, étonnant, c’est que les hommes n’aient jamais pensé à faire appel aux femmes pour le résoudre.

36Est-ce-à-dire qu’il faille renoncer à l’espoir de voir naître jamais une société qui soit à l’exacte mesure des êtres humains, de leurs besoins, de leurs aspirations ? Faut-il, par exemple, condamner comme suspect « le socialisme à visage humain » de Prague ? Evidemment non. Comment concevoir un socialisme à visage inhumain ? Le Socialisme qui a pour finalité la suppression de l’exploitation de la femme par l’homme et de l’homme par l’homme n’est pas une réalité sociale plus réelle que les droits de l’homme : c’est une réalité économique nouvelle, garantie essentielle mais certes pas unique des droits de tous les hommes et de toutes les femmes.

37Toute réalité sociale composée de groupes dominants et de groupes dominés se maintient grâce à l’exploitation des uns par les autres. S’il est donné de constater la survivance d’exploitants et d’exploités (d’autres diront : classes) dans un pays dit « socialiste », il ne peut s’agir en réalité que d’un pays en voie de socialisation. « Cette période transitoire, écrivait Lénine, ne peut manquer d’être une phase de lutte... Les classes demeurent, mais chacune d’elles se modifie ... » (Lénine, 1919).

38L’humanisme cessera d’être une utopie lorsque seront effectivement abolis tous les antagonismes sociaux. Les droits de l’homme et de la femme, le droit au travail, les libertés de pensée et d’expression, ne peuvent devenir effectifs qu’en accord avec une réalité socio-économique. Le Socialisme de Prague qui revendiquait l’humanisme, qui voulait l’indépendance nationale, qui rejetait les méthodes policières de gouvernement, s’appuyait sur une nouvelle conception de l’économie et des structures, sur une conception socialiste.

39La société n’est pas une somme d’individus théoriquement indépendants des classes sociales : chacun d’eux voit ses droits reconnus ou niés, selon son appartenance à tel ou tel groupe. La justice est une justice de classes et on sait que le système scolaire répond à la même finalité en reproduisant les grands clivages sociaux (intellectuels et manuels, élites et masses, dominants et dominés). La famille dite « sacrée », et pour tout dire humaniste, contient en son sein le germe des antagonismes sociaux. Une maîtresse d’école peut n’avoir jamais lu Marx ni Engels, elle n’enregistre pas moins la demande de parents bourgeois désireux de ne pas voir leurs rejetons côtoyer sur le même banc un gosse miteux, un étranger ou un petit prolo farceur.

40L’école humaniste, celle dont les structures ne seront pas le démenti formel de sa philosophie, est encore à naître. Le professeur Wallon, du Collège de France, pouvait à juste titre déplorer « une culture qui divise les hommes au lieu de les unir ».

41Enfin l’humanisme, celui de gauche – de la gauche actuelle – comme celui de droite, est négation de la femme. Le mot lui-même, en effet, escamote l’individu femme, nie l’existence d’un deuxième sexe dont les besoins, les droits, ne sont pas pris en charge. L’humanisme de droite, comme de gauche, n’a jamais inscrit au nombre des droits sacrés de l’Homme l’abolition de l’esclavage domestique. Il faudrait réinventer et développer les « Droits de l’être humain » et non plus les « Droits de l’Homme ».

  • 7  Luce Irigaray, psychanalyste, « Semaine de la pensée marxiste », janvier 1975.

42« L’humanisme a toujours été le lieu de l’abolition de la différence des sexes neutralisée par une certaine image de l’homme »7.

Conclusion

43Des « humanistes », un certain Marx pouvait dire : « Ils veulent la bourgeoisie sans le prolétariat ».

44De certains gouvernements socialistes, on peut affirmer : « Ils veulent le capitalisme sans capitalistes ».

45Mais des uns comme des autres, les femmes, elles, peuvent dire : « » Ils veulent le patriarcat sans l’oppression de la femme ».

46Car ils nous parlent de nos droits, des droits de tous les êtres humains sans jamais avoir pris en charge leur part de travaux ménagers, de l’éducation et de l’entretien des enfants, ni dénoncé notre exploitation domestique qui s’ajoute à l’exploitation de classe qui aboutit à la « double journée » des travailleuses et nous interdit à toutes la participation réelle à la vie politique du pays.

47Le pire, c’est que de nombreuses femmes qui se prétendent féministes se refusent à mettre en cause les structures du patriarcat et celles du capitalisme qui les ont renforcées, et croient possible de changer leur condition en se bornant à revendiquer l’égalité de l’homme et de la femme. C’est la une aberration imputable au conditionnement des femmes, en particulier grâce à l’éducation. (Les programmes scolaires ne comportent aucune initiation, fût-ce la plus élémentaire, aux droits civils, à l’économie, à la politique. Enseignées seulement dans les grandes écoles, ces sciences sont réservées à la seule classe d’hommes destinés à gouverner, et qui incarnent le pouvoir patriarcal).

48Faut-il pour autant, parce que nous nous refusons à une conception idéaliste des choses, tomber dans une autre illusion : l’illusion économiste ? Examinons en quoi elle consiste.

L’illusion économiste

49 On peut donner de l’économisme la définition suivante : c’est la croyance dans le primat des forces productives comme moteur de progrès social et humain (point de vue capitaliste) ou moteur de la révolution (point de vue « socialiste »).

L’économisme comme moteur de progrès d’un point de vue capitaliste.

50L’esprit de domination et de puissance des hommes a engendré une ère d’industrialisation démente et une mystique de la « croissance » qui ont abouti à la grave crise actuelle, crise structurelle.

51L’instinct de domination trouvait son excuse et sa justification dans l’affirmation que, seules, les forces productives, leur développement toujours plus grand, une croissance indéfinie qui supposait une politique expansionniste, assumeraient le progrès et le bonheur général. Le résultat est bien connu : inflation, mise à sac des ressources de la planète, destruction de l’environnement, déséquilibre mondial, prodigalité des uns et misère des autres, menace d’un affrontement gigantesque. Notre société a mimé son propre suicide à Hiroshima. Le monde entier prend conscience qu’il s’agit de survie autant que de justice et que les deux sont nécessairement liées.

52Le développement industriel et la loi du profit ont impliqué, de tout temps, l’exploitation de certains hommes, de certaines femmes, et de leurs enfants, par des hommes détenteurs du pouvoir économique et des moyens de production. Les premiers martyrs des machines en Angleterre ont été des enfants de six à treize ans, vendus par annonces et traités comme des esclaves. De nos jours, les femmes, les jeunes gens et les immigrés constituent encore le volant de main-d’œuvre sous-payée, licenciée en période de crise. Les femmes de la classe bourgeoise n’ont que la jouissance des richesses produites par les classes travailleuses. Ces richesses ne sont pas redistribuées équitablement et ne peuvent l’être puisque leur production et leur croissance supposent l’exploitation d’une classe par une autre, et le maintien de la classe dominée dans sa dépendance.

53Les femmes – y compris les femmes de la classe bourgeoise – viennent-elles à réclamer des droits ? Qu’à cela ne tienne ! L’économisme est là pour répondre avec une offre généreuse et la libération des femmes devient le droit – reconnu,  proclamé dans toutes les capitales durant l’Année de la Femme – de « s’intégrer » harmonieusement à l’économie d’un pays, d’une nation, quelle qu’elle soit, qui a trop longtemps méconnu tant de précieuses sources d’énergie ! Les déclarations officielles, articles de presse, interviews, abondent en ce sens. On inaugure officiellement un féminisme bourgeois qui est l’intégration à un système et non la critique de ce système. Le féminisme révolutionnaire, lui, ne s’en laisse point conter ni par les économistes de droite, ni par les économistes de gauche.

L’économisme comme moteur de la révolution

54Des hommes de « gauche » tentent de persuader les femmes que leurs problèmes seront automatiquement réglés par une révolution économique, et par cette révolution uniquement.

55Cette affirmation est contredite et dans la théorie marxiste et dans les faits. Dans une lettre à Bloch, Engels écrivait que la production était le facteur déterminant, mais « en dernière instance » seulement. « Ni Marx ni moi n’avons affirmé davantage. Celui qui torturera cette phrase pour lui faire dire que le facteur économique est le seul déterminant, la transformera en phrase vide, abstraite, absurde ».

56Engels ne fut pas le seul théoricien marxiste à partir en guerre contre la simplification économiste. Dans les textes « Une caricature du marxisme » et « À propos de l’économisme impérialiste », Lénine fustigeait les marxistes qu’i1 accusait de retomber dans ce dernier, qualifié de « ridicule et lamentable ». Il déclarait à Clara Zetkin :

« Qu’on nous fasse grâce d’un marxisme pareil, selon lequel tous les phénomènes et les changements dans la superstructure de la société découleraient spontanément et directement de la seule base économique. La chose est beaucoup moins simple qu’on ne croit. Il y a longtemps qu’un certain Engels a établi cette vérité en ce qui concerne le matérialisme historique » (Lénine, 1966).

57Gramsci qualifiera plus tard l’économisme de gauche de « superstition » et « crétinisme économiste ».

  • 8  Le monde diplomatique, août 1975.

58Il faut croire que les « promoteurs » du premier état socialiste ont quelque peu négligé ces points de vue, soit que la « conjoncture » les y ait poussés, soit qu’ils aient sombré dans le mythe productiviste. Le monde est actuellement divisé en deux blocs dominateurs et concurrentiels – l’URSS et les Etats-Unis – et la coexistence d’un capitalisme d’Etat et d’un capitalisme impérialiste qu’aucune différence fondamentale ne sépare, va jusqu’à poser la question d’une convergence possible entre deux systèmes, voire entre deux idéologies8.

  • 9  Voir la brochure, Les communistes et la condition de la femme.

59Ce que l’on peut en tout cas affirmer, c’est qu’il n’a pas suffi, en URSS comme ailleurs (en Algérie par exemple), d’une révolution à laquelle les femmes ont participé, pour libérer celles-ci de leur condition domestique, ni même leur assurer la pleine égalité avec les hommes. Au nom d’une conception économiste, on invite toujours les femmes soit à prendre les armes pour une guerre d’indépendance (où elles sont impliquées, certes !), soit à accroître, au lendemain de la victoire, le rendement dans les champs ou les usines (et elles sont bien évidemment concernées). Mais pas question de libération sexuelle, familiale ! Pas question d’accéder aux mêmes postes de direction politique que les hommes ! Les combats héroïques terminés, la grande majorité des femmes se retrouve confinée dans la cuisine et la chambre d’enfants. Pour les hommes, la « libération » des femmes, c’est un apport plus important que par le passé des énergies féminines dans la production, c’est un nombre plus important de bulletins de vote ou d’adhésions à un parti, c’est-à-dire une participation quantitative, pour tout dire économiste. S’il est question d’égalité, c’est parce que « la réalisation de cette égalité serait profitable à la société toute entière, qui recevrait le maximum de la somme d’intelligence, d’esprit, d’initiative, d’aptitudes de toutes sortes souvent inemployées et que totalisent des millions de femmes »9.

60Ne pourrait-on penser qu’avant d’être profitable « à la société toute entière », cette égalité serait d’abord profitable à la femme elle-même ? Ne pourrait-on penser que cette égalité lui donnerait enfin le sentiment d’exister en tant qu’être humain et non en tant qu’être diminué, dépolitisé, infantilisé ?

Conclusion

61Que ce soit au nom de l’humanisme ou de l’économisme, le résultat final pour les femmes est le même : l’emprisonnement à vie dans la famille, au sein de laquelle elle produit des enfants et reproduit la force de travail sociale de l’homme par son travail domestique non rémunéré ; une famille dont personne n’a tenté de la libérer, sinon pour lui demander, en temps de guerre, un effort supplémentaire, héroïque, avant de l’y renfermer. La femme demeure prisonnière de ce ghetto comme l’homme est prisonnier de l’usine. Et cela dans un système qui les exploite au nom de l’humanité et du progrès.

62« Avec le travail créateur de richesses, la famille où naissent et grandissent les futurs producteurs est le deuxième facteur indispensable à l’existence de l’humanité, à sa marche constante vers le progrès ».

63Cette phrase pourrait être indifféremment prononcée par un homme de droite comme par un homme de gauche. Elle est extraite de la brochure Les communistes et la condition de la Femme

Le contrat humano-économiste ou l’idéologie de la femme

64Humanisme et économisme s’épousent dans le contrat idéologique, pour duper les femmes. Le pouvoir est « un centaure à deux têtes : la force et le consentement ». Le consentement de ceux ou celles soumis à ce pouvoir est le produit d’un conditionnement psychologique – véritable lavage de cerveau – qui leur fait accepter, et même approuver, leur oppression. Ce conditionnement se réalise grâce à une idéologie, transmise en grande partie par l’éducation et les mass média.

65Une idéologie est un ensemble de représentations (idées, images, mythes, concepts, etc ...) qui remplit une fonction sociale et non une fonction de connaissance.

66« Dans l’idéologie, le rapport réel est investi dans un rapport imaginaire » (Althusser, 1965). L’idéologie de la femme, par exemple, part de valeurs réelles : l’amour, la maternité, le respect de la vie, le sacrifice, etc., pour nous faire admettre les combinaisons les plus louches de ces valeurs avec l’intérêt du pouvoir. L’idéologie de la femme est un détournement de valeurs, une escroquerie morale. C’est l’idéologie qui nous mène alors que nous croyons à un « libre choix ». Ainsi, si on analysait ce que peut recouvrir la simple phrase : « Je désire avoir un enfant », on y découvrirait la forme de pouvoir la plus redoutable. Combien de femmes ont été piégées dans la maternité ? Avaient-elles été réellement informées de la responsabilité que représente la mise au monde d’un enfant dans un monde dur et même barbare ? Avaient-elles été informées des chances réelles de cet enfant ? Et qu’en 1975 il serait chômeur ?

67L’idéologie remplit une fonction sociale et non une fonction de connaissance. Cette fonction sociale consiste à faire de la femme dont on exalte « l’instinct maternel », les « vertus conjugales » (au service de la production) une charnière entre la société et le pouvoir ; elle participe, par sa soumission et celle de ses enfants, à « une forme d’organisation du consentement » à ce pouvoir et à « un développement productif donné » (Gramsci). La régularité de la vie familiale qu’elle assure à l’homme, aux prolétaires, a un rapport direct avec le rendement productif. En tant qu’éducatrice des futurs citoyens – exploitants ou exploités – elle joue un rôle, tout comme les intellectuels, dans l’organisation et la constitution d’une classe sociale.

68La femme n’est pas seulement une femme-objet, une marchandise tout court (cas limite : la prostituée), elle est une marchandise idéologique (l’épouse, la mère), instrument rêvé de ce consentement des masses sans lequel aucun pouvoir ne peut se maintenir en place.

69La proclamation de l’Année de la Femme est l’exemple type du fonctionnement de l’idéologie qui, à partir des conditions d’existence réelles de la femme – au nombre desquelles des données nouvelles dont le pouvoir est obligé de tenir compte – réalise l’accord frauduleux de valeurs « morales » avec des intérêts d’individus ou de groupes privilégiés.

70En effet, aux trois revendications majeures des femmes du XXe siècle : droit à la libre disposition de leur corps, droit au travail, droit à la vie politique, les hommes répondent par :

71a) la défense du « respect de la vie » ;

72b) le salaire de la femme au foyer ;

73c) la surenchère électoraliste.

74Ces masques humanistes ne recouvrent que la figure du pouvoir patriarcal et capitaliste.

La défense du « respect de la vie »

75Depuis plus d’un demi-siècle, interdiction était faite aux femmes, par une loi répressive (loi de 1920) de se soustraire aux lois biologiques qui les ravalent au rang de lapines susceptibles de mettre bas chaque année. Ceci au nom du « respect de la vie ». En réalité, à seule fin d’assurer le bon fonctionnement d’un système économique et politique qui exige : une main-d’œuvre abondante, donc bon marché ; des soldats pour de futurs champs de bataille ; le maintien des femmes en marge de la société ; de lourdes charges de famille qui freinent la combativité ouvrière et celle des femmes.

76Bien avant le M.L.F., un article du Manifeste esclavagiste proclamait : « Le ventre qui donne des enfants est la partie la plus productive de la propriété esclave ».

77En 1912, Monsieur Fallières, président de la République Française,déclarait : « Le Gouvernement a besoin des flancs de la femme française ». Et l’on chantait en chœur le refrain :

« Donne-moi, maman, un petit frère,
Tu sais qu’à 20 ans il sera soldat
Il nous faut reprendre deux pays chéris
Maman, la France a besoin de toi »

78Tel est le « respect de la vie » comme le conçoivent certains hommes.

79Si les Partis de droite ont été, de tout temps, les plus hostiles à la libération de la femme, à ses droits, il n’en reste pas moins vrai, hélas, que les Partis de gauche sont loin de leur avoir toujours été favorables.  

80« Les femmes du peuple ne se rabaisseront jamais à employer les mêmes méthodes que les bourgeoises désireuses de ne pas avoir trop d’enfants », s’indignait Jeannette Vermesch-Thorez.

81En l975, le vote des Partis de gauche a permis « la libération » de l’avortement. Mais ce fut sous la pression populaire des Mouvements Féministes (actions du M.L.F. et procès de Bobigny avec « Choisir »).

Le salaire de la femme au foyer

82Au terme d’une période millénaire d’aveuglement, les hommes s’avisent soudain que les travaux ménagers – non rémunérés – sont assumés exclusivement par les femmes. Généreux, le Gouvernement français propose à ces dernières (à l’exclusion de celles exerçant une activité professionnelle qui ne les dispense pas pour autant des travaux domestiques) un « statut social » et un « salaire » (inférieur au SMIG).

83Un simulacre de rémunération du travail domestique de la femme (70 heures par semaine pour deux enfants) par les principaux bénéficiaires : Etat-patrons-maris, ne résoudra pas le problème de l’exploitation ménagère de la femme. Il ne peut assurer ni son indépendance réelle, ni son avenir en cas de disparition brutale du mari. Néanmoins, ce problème appelle des solutions urgentes que les féministes doivent étudier.

  • 10  La même tactique tend à diviser – à l’occasion d’autres thèmes – femmes occidentales et femmes du (...)

84Ce qu’il faut dénoncer, c’est la solution faussement humaniste du salaire de la mère au foyer qui vise essentiellement : à diviser les femmes entre elles10 ; à empêcher la prise de conscience de leur rapport commun à un système économique donné ; à les retenir au foyer pour masquer le chômage dont elles sont les premières victimes ; à continuer de réaliser à leurs dépens l’économie des équipements collectifs (crèches, Centres de la Petite enfance, classes maternelles) ; à maintenir le sous-emploi et les salaires dits d’appoint par la revalorisation du travail domestique présenté comme la tâche principale ; maintenir en place la structure de la famille patriarcale, source de privilèges pour les maris (de Droite ou de Gauche).

85Le 2 Septembre 1975, les Syndicats britanniques ont rejeté par plus de 6.000.000 de voix contre 3.500.000 la « Charte des Droits de la femme au travail ». La crise économique n’est pas une excuse. Les femmes n’ont pas à en faire seules les frais.

Une surenchère électoraliste

86Elle se traduit par une floraison de visages de femmes sur les affiches politiques.

87On connaissait la femme-objet. En 1975, Année de la Femme, est née la femme-affiche.

88Il aura fallu, en France, l’ampleur et la virulence des Mouvements Féministes de ces dernières années, pour que les Partis et le Parlement s’avisent de discuter des « problèmes spécifiques » des femmes.

  • 11  « Belgique : les hommes ne rient plus », Le Monde, 31 janvier 1975.

89Il aura fallu, dans un petit pays comme la Belgique, qu’une poignée de Féministes fondent un Parti Féministe Unifié pour que le nombre de femmes au Parlement passe immédiatement de 8 à 26 (sur un total de 390 Parlementaires)11.

90Ces circonstances, jointes à une prise de conscience par les hommes du droit des femmes à la vie politique, et la proximité de futures élections (municipales et législatives), ont « féminisé » discours et comportements politiques. Cependant, ni la Droite ni la Gauche françaises ne supportent l’idée de Mouvements Féministes autonomes. L’accession des femmes à la vie politique est conçue exclusivement : comme s’exerçant uniquement à l’intérieur des Partis ; comme participation quantitative et non qualitative, la force subversive et révolutionnaire du Féminisme en soi étant niée ; comme une force réactionnaire si cette action politique des femmes s’exerce à l’extérieur des Partis d’hommes.

91Le refus catégorique d’admettre une action et une lutte autres que subordonnées à une tutelle masculine, relève directement de la conception économiste sur le plan de la théorie et de la pratique révolutionnaires. C’est la sous-estimation de l’initiative politique des masses.

92« Il y a plusieurs féminismes » a reconnu, au cours d’un débat, Louisette Blanquart, journaliste à l’Humanité.

  • 12  Cendra Vernaz, « Les femmes et le Parti Socialiste français », Les cahiers du Grif, septembre 1975

93La différence étant faite entre un « féminisme » bourgeois – plus exactement utopique – qui se borne à revendiquer l’égalité des Droits et l’« intégration » à une Société inique, et un féminisme révolutionnaire qui relie cette revendication à une remise en cause globale de la Société, la logique n’implique pas pour autant, n’en déplaise à Cendra Vernaz12, que la lutte féministe doive obligatoirement être menée à l’intérieur des Partis. Par ailleurs, Cendra Vernaz reconnaît : « À l’heure actuelle, il n’y a aucune réflexion théorique du Parti Socialiste sur la condition des femmes dans notre Société, et sur le contenu politique du Féminisme ».

94Alors, comment peut-on, en l’absence totale d’analyse, décider d’une stratégie valable ? Et si les deux stratégies étaient également nécessaires ? À l’heure actuelle, compte tenu de la carence théorique en la matière, il n’est pas de démarche politique féministe dont on puisse affirmer qu’elle est le seul modèle de libération possible. Les femmes en sont au stade de l’expérimentation et de la recherche.

95Au cours de la Semaine de la Pensée Marxiste, Maurice Godelier reconnaissait : « En tant que marxiste, je tiens à dire que je ne vois aucune théorie a priori inscrite quelque part dans les textes et qui me dise comment cela va se passer »

96Il suffit, en tout cas, de relire les premiers théoriciens du marxisme pour faire justice de l’ineptie bien connue d’un féminisme qui serait seulement bourgeois et réactionnaire : « Dans le rapport à l’égard de la Femme, proie et servante de la volupté collective, s’exprime l’infinie dégradation dans laquelle l’homme existe pour soi-même, car le secret de ce rapport trouve son expression non équivoque, décisive, manifeste, dévoilée dans le rapport de l’homme à la femme et dans la manière dont est saisi le rapport générique naturel et immédiat. Le rapport immédiat naturel, nécessaire, de l’homme à l’homme est le rapport de l’homme à la femme » (Marx, 1972).

  • 13  Nous nous excusons de ces invocations répétées aux pères du marxisme, qui s’expliquent par la néce (...)

97Quant à l’accusation de se perdre en récriminations mal fondées à l’égard des hommes, les Féministes renvoient leurs détracteurs à ces paroles : « Nous certifions que nous connaissons ces besoins et cet asservissement (de la femme), que nous nous rendons compte de la situation privilégiée de l’homme, que nous haïssons cette iniquité et voulons abolir tout ce qui opprime et fait souffrir l’ouvrière, la femme de l’ouvrier, la paysanne, la femme d’un homme de petite condition, et même, sous beaucoup de rapports, la femme issue de la classe aisée »13 (Lénine).

98Mais M. René Piquet, Membre du Bureau Politique du P.C.F., au cours de la Semaine de la Pensée Marxiste, a voulu nous convaincre que le féminisme n’avait rien à voir avec le marxisme. « Ou, s’il s’en réclame, a-t-il cru bon d’ajouter, c’est un marxisme qui n’est pas le mien ». Que M. René Piquet se rassure : nombre de personnes, féministes ou pas, se réclament d’un marxisme qui n’est pas celui de M. René Piquet. La question, bien évidemment, n’est pas là. La question n’est pas de savoir de quel côté est le marxisme authentique, de quel côté sa caricature. La question est : pourquoi la droite comme la gauche françaises excommunient-elles d’un commun accord ces sorcières du XXe siècle que l’on nomme Féministes ? Ne serait-ce pas parce qu’ils sont tous des hommes qui occupent cette situation privilégiée dont parlait Lénine ?

99Les uns et les autres rejettent unanimement la perspective d’un Mouvement autonome de femmes. Un mythe nouveau fait son apparition à notre époque : l’intégration. Intégration de la femme à l’économie, réintégration au foyer, intégration au parti, intégration d’une « lutte des sexes » à la lutte des classes. Au nom de quoi ? D’une idéologie ou d’une pratique révolutionnaire ?

100Mais qu’est-ce que la pratique révolutionnaire ? « Selon nos chers amis du Parti Communiste Ouvrier, il ne devrait exister qu’une seule forme d’organisation : l’union ouvrière. Je sais : les cerveaux révolutionnaires mais brouillons invoquent le principe "dès qu’on est a court d’idées justes", c’est-à-dire lorsque la raison se refuse à analyser des faits réels qui devraient être pris en considération. Comment ces gardiens de la "pureté du principe" font-ils face aux nécessités  que l’histoire nous impose dans notre pratique révolutionnaire » (Lénine).

101En 1975, une des nécessités que « l’histoire nous impose » est de parvenir – de l’extérieur comme de l’intérieur des Partis politiques – à l’accession réelle des femmes à la vie politique et aux postes de décision. Les exemples du M.L.F. en France, et du Parti Féministe Unifié en Belgique, ont prouvé que l’action extérieure aux Partis était payante. Aux femmes qui ont choisi de lutter à l’intérieur des Partis, de prouver que leur action l’est aussi. Qu’elles cessent de se comporter à l’égard des féministes comme ces épouses vertueuses qui s’imaginent rehausser leur mérite en maudissant les femmes dites fatales. C’est dépassé. Les plus lucides des féministes – qu’elles soient ou non intégrées dans un Parti – ont déjà prouvé maintes fois, en public, qu’elles savaient mutuellement se respecter, voire coordonner leurs efforts au lieu de les opposer. Ne fût-ce que par décence.

102Pour les femmes au XXe siècle, l’exercice des Droits politiques n’est pas forcément lié à l’appartenance à un Parti politique d’hommes. Peut-on d’ail1eurs ramener la vie politique à la seule action des Partis ? Bien sûr que non !

  • 14  Madame Maria de Lerdes Pintasilgo, Ministre des Affaires Sociales du Portugal. Discours aux trois (...)

« Qui peut dire, dans la société actuelle, de plus en plus déconcentrationnaire, où sont les centres de décision ? Pour ma part, je vois de moins en moins le pouvoir concentré au sommet de la pyramide du politique. Je le vois là où se nouent et s’établissent les relations, où se créent de nouveaux modèles d’exister en société, ou se brise, une fois pour toutes, l’individualisme qui nous enferme, juxtaposées, dans un huis-clos ; je vois le pouvoir là où se libère l’imagination pour inventer le désirable, où se dépasse la compétition à outrance, où se fait, avec le réel, le possible et le quotidien, la politique »14.

La famille et le droit à la vie politique

Une constatation

  • 15  Voir le Discours de clôture des trois Journées internationales de Paris et L’Express du 10-16 nove (...)

103Comment les hommes osent-ils parler aux femmes de « Droit à la vie politique », les inviter à y participer, quand ils se refusent à remettre fondamentalement en cause la famille ? Le fait le plus symptomatique de l’Année de la Femme est bien cette unanimité de tous les représentants des Partis politiques, unanimité qui leur fait adopter et lancer comme une campagne publicitaire15, le nouveau slogan, le nouveau mythe du XXe siècle (avec celui de l’intégration) : la nouvelle famille.

104Oui, de la Droite à la Gauche, tout le monde se prépare à « libéraliser » la famille. Tout le monde nous promet solennellement, le cœur sur la main, une « nouvelle famille » dans une « nouvelle société », à moins que ce ne soit dans « une société nouvelle » !

105En même temps, ces Messieurs nous grondent gentiment de n’avoir pas toujours consenti à l’effort nécessaire pour « s’intégrer » depuis longtemps, soit dans un Syndicat, soit dans un Parti... Faisant mine d’ignorer ce qui nous en a toujours empêchées, ce qui empêche encore la grande majorité des femmes d’exercer leur droit à la vie politique, à savoir les travaux ménagers et la garde des enfants, dont la charge exclusive nous incombe. Autrement dit, en feignant d’ignorer une fois de plus l’exploitation spécifique des femmes : l’esclavage au sein de la famille.

106On nous promet que l’impossible sera fait pour nous libérer de cet esclavage par des structures collectives. Sans pour autant aller jusqu’à proclamer la nécessité d’une refonte absolue du Droit qui, depuis 1793, organise et consacre, au travers de l’institution du mariage, l’enfermement légal de la femme au sein de la cellule familiale.

  • 16  Jeanne Tilhet-Pretnar, Maître-assistant à l’Université de Paris.

107« Il ne faut pas oublier le rôle du Droit qui permet de consacrer un pouvoir et, si les femmes veulent réellement voir évoluer leur condition, il faut qu’elles cessent de rechercher l’abri du Droit protecteur, pour tendre à faire développer le Droit pouvoir qui en est à son balbutiement. Ce Droit pouvoir est surtout reconnu pour la femme lorsqu’elle est seule »16 (la femme devenant alors chef de famille).

Une interrogation

108Pourquoi cet aménagement de la famille, chez des hommes politiques de gauche qui condamnent le réformisme dans tous les autres domaines, et proclament la nécessité d’une remise en cause fondamentale du système ? Pourquoi cette remise en cause radicale s’arrête-t-elle étrangement au seuil de ce domaine réservé de la famille ? L’attitude des hommes de la Droite, elle, a au moins le mérite de la logique, parce que conforme à l’économie capitaliste, à une idéologie conservatrice qui prône les vertus de la famille. Trois explications possibles au réformisme des Partis de Gauche dans le domaine de la famille : a) les hommes de Gauche, tout comme ceux de la Droite, tiennent à conserver leurs privilèges de maris en ne les compromettant pas sérieusement ; on « libéralise » un pouvoir patriarcal, mais la structure même de ce pouvoir, c’est-à-dire la structure familiale, reste en place. Nos marxistes ont peur d’être expropriés ; b) ils se refusent à voir dans la famille un problème de société et ignorent les analyses de leurs propres théoriciens ; c) ils ne veulent point effrayer le bon peuple français et adoptent une attitude opportuniste en contradiction avec un point de vue marxiste : « Dans un Parti de masse dire la vérité c’est la nécessité politique » (Gramsci).

109Nous pensons que l’opportunisme n’est pas le mobile du comportement des Partis de Gauche. Pas davantage celui des Féministes. Elles disent clairement, hautement, qu’un changement dans la question familiale va restreindre singulièrement le confort matériel et le repos d’esprit des hommes. La scène classique : maman faisant la cuisine cependant que papa lit son journal, est vouée à devenir une vitrine de musée. Le militant héroïque qui s’en va à la réunion.de cellule et laisse bobonne à la maison, idem. Tout comme les grands patrons dépossédés, les hommes devront faire face à une situation nouvelle. Ils y gagneront en humanité ce qu’ils perdront en privilèges.

110Examinons la deuxième raison : les hommes de gauche se refusent à voir dans la famille un problème de société.

111En 1969, à l’occasion du drame de Cestas, l’Association « Féminin Masculin Avenir » notait déjà :

« Le radicalisme politique de la gauche s’accommode curieusement d’attitudes patriarcales. Il serait temps de s’interroger sur son refus de considérer la famille comme un phénomène politique ; de se demander comment on peut dénoncer l’oppression des prolétaires et des colonisés, sans dénoncer l’oppression des femmes et des enfants. Peut-être parce qu’il est plus facile de s’abstraire, en fait ou en intention, d’une classe, que d’une condition qui passe douloureusement au milieu de chacun de nous ».

112Le bilan n’a guère changé. Au cours de la Semaine de la Pensée marxiste, on peut noter à ce sujet deux interventions, sinon plusieurs, qui le prouvent. Celle de M. Duverger (Directeur du Département de Science politique de la Sorbonne) : « Nous sommes dans une société d’un certain type et il y a des éléments de son système culturel dont, finalement, personne n’est décidé à se séparer, notamment la cellule familiale ».

113Celle d’une interlocutrice : « Je crois qu’il y a là un problème de fond et qui est évacué de l’ordre du politique. On nous renvoie à des problèmes de couple... Il est évident cependant que la famille, que le mariage, que l’institution du mariage, c’est tout de même bien héritage de cette société patriarcale ».

114Est-il besoin de rappeler Les origines de la famille, de la propriété et de l’État d’Engels ? Quant aux femmes, il leur suffit de se référer à leur vécu. Elles savent, bien mieux que les théoriciens, ce qui les coupe de la vie politique, de la vie tout court – le ménage, la cuisine, les mioches – et que cela représente une injustice qu’aucun système, à quelque chose près, en aucun pays, n’a encore supprimé.

  • 17  Seule femme du gouvernement présidé par Lénine, première femme nommée Ambassadeur de son pays.

115Ne faudrait-il pas inscrire au fronton de la République la phrase célèbre d’Alexandra Kollontaï17 : « La séparation de la cuisine et du mariage est non moins importante que la séparation de l’Eglise et de l’Etat ».

Une brève analyse

116S’il est vrai que « l’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de c1asses » (Marx), s’i1 est vrai que « la division du travail qui implique cette lutte repose à son tour sur la division naturelle du travail dans la famille, qu’elle implique la propriété dont la première forme, le germe, réside dans la famille où la femme et les enfants sont les esclaves de l’homme » (Marx), s’il est vrai que « la première opposition de classe qui se manifeste dans l’histoire coïncide avec le développement de l’antagonisme entre l’homme et la femme, dans le mariage conjugal, et la première oppression de classe avec l’oppression du sexe féminin par le sexe masculin » (Engels), nous sommes fondés à dire que l’esclavage de la femme étant la base de l’ordre social existant, le féminisme pose un problème de fond : celui de l’oppression de l’homme par l’homme et s’analyse comme une prise de conscience politique des femmes, à partir de leur oppression au sein de la famille.

117Or, la femme joue-dans cette famille le rôle fondamental de son maintien et de sa reproduction.

118Revendiquer le féminisme en tant que ligne de force du Mouvement révolutionnaire n’est donc que la conclusion logique d’un tel constat de fait. Refuser toute discussion théorique sur le contenu politique du féminisme, refuser de reconnaître le caractère subversif et éminemment révolutionnaire des revendications féministes qui, par essence, sapent les fondements mêmes du capitalisme contemporain en l’attaquant à sa racine : la famille, c’est faire preuve d’un dogmatisme étouffant et d’une carence d’analyse dialectique de la condition de la femme dans la société moderne.

119Le féminisme se veut un mouvement de prise de conscience politique des femmes, une remise en cause radicale du pouvoir patriarcal, une révolution culturelle, bref, c’est un Mouvement révolutionnaire en ce qu’il remet en question non seulement la famille « cellule de base de la société », mais cette société toute entière, et le mode de fonctionnement autoritaire de ses institutions (reconduit par les régimes prétendus socialistes). Qu’en pensent les féministes du Cercle Elizabeth Dimitriev :

  • 18  Brochure du Cercle Dimitriev, Pour un féminisme auto-gestionnaire, Paris.

« Dans les pays dits socialistes, la fonction idéologique de la famille est entièrement dévoilée. Dans ces pays, les moyens de production passant à la collectivité, la famille conjugale devrait donc cesser d’être l’unité économique de la société. Dans les premières années de la Révolution russe, il y eut un début de désintégration de la famille, mais, dès la victoire du stalinisme, le coup d’arrêt est net. C’est l’apologie du mariage et du bonheur familial. Pourquoi ce revirement ? Parce que toute société répressive et ultra-bureaucratique doit trouver des structures coercitives asservissant la volonté des individus : la famille joue parfaitement ce rôle. Mais aussi, nous savons que, même dans les premières années de la Révolution russe, nombreux sont ceux qui ont réagi très violemment contre la désintégration de la famille, et par conséquent contre la libération des femmes »18

120En effet, « lors de l’étouffement de la Révolution culturelle soviétique, les femmes furent manipulées pour consolider, en fonction des impératifs de la production, la cellule familiale un moment éclatée » (Buin, 1972).

121Avoir accès à la vie politique, militer, est un luxe réservé, en grande majorité, aux hommes mariés et aux femmes célibataires. Celles qui auraient beaucoup à dire : les mères de famille, sont privées de l’exercice réel de leur droit à la parole, à l’expression politique sous toutes ses formes. La vie politique ne se réduit pas au geste de glisser un bulletin dans l’urne, aussi important que soit ce geste. Le droit à la vie politique, c’est le droit des plus exploitées à se faire entendre, et pas seulement « représenter ». On sait ce que ce mot comporte de trahison.

Les alibis pour une « nouvelle famille »

122Ce sont les arguments mêmes des ennemis de toute évolution, des arguments conservateurs qui exploitent la peur atavique des masses devant tout changement, et qui engendrent la névrose collective du fascisme. Le plus important de ces arguments types est : « ils (ou elles) veulent tout détruire, sans rien prévoir de ce qu’on mettra à la place, ce sera le chaos, l’anarchie, etc... ».

123Poser un problème, c’est déjà, en partie, le résoudre. Bien sûr, il n’existe pas de solution toute prête, de remplacement. « C’est en vivant les questions qu’on entre dans les réponses » (Rilke). L’imagination a ici son rôle à jouer pour faire du neuf. Mais il faut bien reconnaître que le processus est déjà engagé, qu’il se déroule sous nos yeux, et qu’il faut être singulièrement de mauvaise foi pour ne pas s’apercevoir que de nouvelles façons de vivre sont déjà adoptées par les jeunes générations. Ce que d’aucuns appellent licence de mœurs, comme si la licence était encore à inventer ; seulement voilà, elle n’est plus le privilège des amis de M. Ford, et c’est justement pour cela qu’on la condamne et qu’on la dénonce. L’adultère bourgeois – ou prolétaire – n’était pas une licence. Mais vivre à deux sans passer par l’institution du mariage, et refuser de ne vivre que pour le boulot en sont une. Il est bien évident que si les classes défavorisées, que si les jeunes, que si les femmes prennent la licence de vivre comme ils l’entendent (ce qui ne signifie pas un abonnement aux films pornos), le système ne tourne plus rond.

124Vers quelles formes sociales évolueront ces tendances nouvelles ? Comment se développeront, par exemple, les expériences communautaires ou semi-communautaires ? Les « problèmes du couple » trouveront-ils ailleurs que dans le mariage leur résolution difficile, et de quelle manière ? Il semble qu’à ce sujet les ancêtres du marxisme aient été moins inquiets, moins puritains que ne le sont leurs héritiers.

« On comprend que l’enchevêtrement extraordinaire des questions qui se posent préoccupe au plus haut point l’esprit des femmes et des jeunes. Les unes et les autres souffrent beaucoup de la confusion qui règne actuellement dans le domaine des rapports sexuels... Les nouvelles valeurs prennent corps lentement, au prix d’une lutte. Les notions des rapports d’homme à homme, et entre l’homme et la femme, sont révolutionnées de même que les sentiments et que les pensées. La Révolution dans le domaine du mariage et des rapports entre les sexes s’annonce à l’unisson de la Révolution prolétarienne » (Lénine).

125Engels, lui, s’emportait :

126« Quand ces gens-là existeront (ceux qui distingueront entre l’amour et la possession), du diable s’ils se soucieront de ce qu’on pense aujourd’hui qu’ils devraient faire ! Ils se forgeront à eux-mêmes leurs propres pratiques et créeront l’opinion publique adéquate selon laquelle ils jugeront le comportement de chacun, un point c’est tout ! »

127Oui, mais... et les enfants ? Justement, les enfants ! De nouveaux rapports entre les sexes seraient leur seule chance d’échapper à leur ségrégation, à leur isolement dans la famille, à l’école, dans la société. N’oublions pas que le « mythe de l’enfance » si bien dénoncé par Philippe Ariès dans son livre « L’enfant sous l’Ancien Régime », est né seulement à l’époque industrielle et n’existait pas à l’époque du Moyen-âge, où l’enfant était mêlé à la société des adultes. Écoutons une femme psychanalyste s’exprimer au sujet de l’enfance :

« Si les femmes de France se mettaient à prendre en main, sans intermédiaire, la vie de leur quartier, de l’artisanat au commerce, en passant par la création de lieux d’accueil pour enfants avec l’aide des vieux, la création d’écoles, la prise en main des problèmes d’hygiène, d’accouchements, d’avortements, d’urbanisme etc... cela permettrait peut-être de poser la question de l’enfance d’une façon radicalement différente. Les enfants, loin d’être élevés dans un monde à part, feraient partie d’une collectivité et d’une histoire en train de se faire ... » (Maud Mannoni).

128Alors, oui, l’enfant ne serait plus cet exclu de la société qu’il est. Alors, oui, on pourrait déplorer moins de suicides d’enfants.

129Avec le problème de la possession des enfants par les parents et de leur maintien dans le ghetto de la famille qui n’assure pas, quoi qu’on en dise, la socialisation suffisante de l’enfant, nous touchons à un aspect important et à un problème de fond du féminisme : les femmes ont-elles le sens communautaire ? Ne l’a-t-on pas étouffé en elles depuis des siècles en les maintenant isolées en marge de la société ? Depuis des siècles, les hommes vivent entre eux, ensemble. Depuis des siècles, les femmes vivent seules, retenues au foyer.

130Le degré de la prise de conscience du féminisme n’est-il pas en rapport direct avec le sens de la communauté ? Telle est la pierre de touche du féminisme, la clé de notre avenir à tous : le refus des femmes d’assumer seules la charge des enfants implique des structures collectives et la lutte contre l’individualisme et la solitude du monde moderne. Mais toutes les femmes sont-elles prêtes à confier leur enfant à ces structures ? Ici, il faut noter e rôle désastreux d’une « information » qui va souvent à l’encontre de vérités scientifiques et pédagogiques incontestables, et n’a qu’un but : retenir les femmes au foyer.

131Et pourtant : « La brèche la plus grave ouverte dans le système patriarcal et impliquée dans le sens même de la libération de la femme, réside-t-elle dans le destin de l’enfant, à son tour : propriété privée ou bien être collectif ? » (Buin, 1972). Il est bien entendu que l’expression « être collectif » ne peut en aucun cas être confondue avec l’enfant propriété d’Etat.

132Dans cet ordre d’idées, il convient de noter la remarquable tentative des « boutiques d’enfants » de Berlin, Centres d’éducation anti-autoritaires, communautés de parents et d’enfants nées du mouvement de libération des femmes allemandes.

  • 19  Adolf Hitler, Mon programme.

133Un des premiers objectifs théoriques du féminisme révolutionnaire est donc l’analyse de notre exploitation économique et idéologique, dans le cadre et par le moyen institutionnel de la famille. Les féministes engagées dans cette analyse se souviennent d’un jugement hautement moral sur la famille, qui a fait ses preuves historiques : « La destruction de la famille signifierait la fin de toute humanité supérieure ... Le but final de tout développement vraiment organique et logique doit être toujours la famille »19. Dans quel rapport véritable le féminisme est-il impliqué ?

Le féminisme au cœur d’une transformation globale de la société

134Inutile de démontrer davantage à quel point le couple humanisme-économisme est à l’honneur et à quel point les femmes en font les frais. Cette union étroite, conjugale, cette promiscuité faussement sentimentale, recouvre une double exploitation : économique et idéologique. On ne règlera pas le sort des femmes ni celui de la société, et partant de l’humanité toute entière, par des combinaisons suspectes, un rapport mal posé.

135Si rapport il y a – et il y en a un – entre des réalités matérielles et des réalités spirituelles, ce n’est pas celui-là. Il s’agit d’un autre rapport, infiniment plus complexe, à la fois d’ordre scientifique (au sens psychanalytique) et politique. Il est de la plus urgente nécessité de le restituer dans sa nature profonde, de l’analyser, de démonter les mécanismes qui font que certaines causes – matérielles – engendrent certains effets – idéologiques – qui agissent en retour comme des causes. Ce rapport c’est le cercle vicieux qui veut que les opprimés – et surtout les femmes, conditionnées depuis des siècles – reconduisent eux-mêmes leur propre oppression. Par leur comportement, leur foi en de soi-disant « valeurs éternelles », les femmes deviennent les supports d’un ordre moral et social dont elles sont les premières victimes.

136Ce cercle vicieux : structures-mentalités-structures devient de plus en plus l’objet d’études politiques. Des faits historiques graves ont prouvé qu’il ne suffit pas de changer les structures pour changer les mentalités, que celles-ci jouissent d’une autonomie relative, plus encore, qu’elles représentent une force matérielle, « un pouvoir inconnu à toute sorte de répression » (Reich, 1974).

137Le rapport en question a été la pierre d’achoppement de toutes les révolutions jusqu’à nos jours. Les théoriciens du marxisme avaient déjà reconnu et posé ce rapport. L’épreuve historique devait seule en révéler toute l’importance. Le député italien Gramsci, emprisonné par les fascistes, entreprit d’étudier et d’approfondir ce rapport entre ce qu’il est convenu de nommer « en termes techniques » les infrastructures et les superstructures sociales. Le féminisme est impliqué dans ce rapport.

138Mais que sous-entendent ces deux termes qui désignent les deux composantes de toute réalité sociale ?

139Les infrastructures : ce sont tous les modes de production matérielle (moyens de production, rapports de production, d’exploitation, d’échange, rapports de classes). L’humanisme est une conception idéaliste qui sous-estime l’importance des infrastructures de la société.

140Les superstructures : ce sont tous les modes de production intellectuelle, des fabriques d’idéologies, produits et reflets des structures en place dont elles constituent la justification et le support. Elles comprennent : l’Etat, les institutions politiques, les partis politiques, les associations, les intellectuels et surtout la famille et l’école, ces deux derniers éléments de la superstructure étant les plus importants pour la reconduction de l’oppression.

141Il faut savoir que, dans les pays industriels développés, les superstructures sont très élaborées, très complexes, au contraire des régimes féodaux et des pays sous-développés. L’économisme sous-estime l’importance des superstructures. Elles engendrent pourtant les mentalités de tous les membres d’une société jusqu’ici bourgeoise et patriarcale et s’incarnent dans le comportement même de ceux qui prétendent transformer ou révolutionner cette société. Du fond de sa prison franquiste, Eva Forest, psychiatre, écrit à ses enfants :

« Problème-clé de la Révolution, problème toujours brûlant : le décalage entre, d’une part, la Révolution qui suppose la transformation des moyens de production, et d’autre part l’idéologie bourgeoise de ceux qui la font. C’est l’une des nombreuses tragédies que porte en soi le mouvement révolutionnaire qui, du fait de sa jeunesse, n’a pu encore produire son idéologie propre. C’est pourquoi il est très important de penser en situation, de reposer sans cesse tous les problèmes... de briser les schémas, mille et mille fois avec courage, de se lancer sans crainte dans l’exploration de nouvelles voies, d’imaginer, d’expérimenter... Y-a-t-il plus beau rêve que celui d’imaginer ce que sera l’être humain quand il commencera à se réaliser à un niveau humain ? ».

142Au lieu et place de ce « décalage », de cette rupture entre le monde dont on rêve – un monde que les hommes et les femmes voudraient meilleur – et les mentalités de ceux qui le rêvent ou le construisent, il faut admettre enfin la nécessité d’une vraie dialectique, d’un approfondissement du rapport. La matière et l’esprit ne sont pas séparables, sinon par une idéologie judéo-chrétienne, qui nous imprègne encore. L’interaction des deux constitue une réalité humaine contre laquelle se brise tout projet politique de soumettre la matière par l’esprit ou vice-versa. Il n’y a pas changement d’idéologie, il n’y a que transfert dans le domaine du politique d’une dichotomie d’essence religieuse. Il n’y a pas changement de pouvoir, il n’y a qu’une éternelle dictature, à cause d’un éternel « décalage ».

143Dans un de ses essais philosophiques, le poète Mao-Tse-Toung écrit :

« Lorsque la superstructure (politique, culture, etc...) entrave le développement de la base économique, les transformations politiques et culturelles deviennent la chose principale, décisive. Allons-nous à l’encontre du matérialisme en disant cela ? Non, car tout en reconnaissant que, dans le cours général du développement historique, le matériel détermine le spirituel, l’être social détermine la conscience sociale, nous reconnaissons et devons reconnaître l’action en retour du spirituel sur le matériel, de la conscience sociale sur l’être social, de la superstructure sur la base économique. Ce faisant, nous ne contredisons pas le matérialisme historique, mais, en évitant de tomber dans le matérialisme mécaniste, nous nous en tenons fermement au matérialisme dialectique ».

144Le féminisme est cette révolution culturelle qui « entrave le développement de la base économique » d’une société patriarcale et capitaliste, et qui, loin d’inaugurer un divorce, fait le joint entre la révolution économique et celle des mentalités.

145Car il convient d’aller plus loin. Engels (encore lui) reconnaissait : « La situation économique est la base, mais les divers éléments de la superstructure exercent également leur action dans les luttes historiques et, dans beaucoup de cas, en déterminent de façon prépondérante la forme ».

146Un exemple de l’efficacité des éléments de la superstructure : mai 1968, où une lutte idéologique – la révolte des étudiants – a déclenché une lutte économique et politique. Toute révolte et toute lutte au niveau des superstructures peuvent donc être prépondérantes. Or, la femme, par son importance dans le domaine de l’éducation, de l’école, de la famille, représente un élément capital de la superstructure (et les partis de droite le savent bien, dont l’idéologie s’oppose à la libération de la femme).

147La femme est également impliquée dans tous les autres éléments constitutifs de la superstructure (femmes dans les Partis, parfois à la tête d’un Gouvernement, femmes écrivains, etc.) Le féminisme, en conséquence, joue un rôle décisif et diversifié dans le rapport infrastructures-superstructures. C’est au niveau de cette dernière qu’il se situe et s’articule avec les autres éléments sociaux, ceux de l’infrastructure, et qu’il révèle sa nature de paradoxe. Car c’est au moment même où la femme (féministe) refuse le rôle traditionnel qui lui est assigné dans le couple, la famille, l’école, la société, qu’elle fait son entrée dans la lutte révolutionnaire en assumant la part spécifique de cette lutte qui lui revient, c’est-à-dire une révolution culturelle. Le paradoxe du féminisme est que, se révoltant contre l’homme, la femme en même temps, le libère en participant à un processus global de transformation de la société.

148En effet, ce processus exige un rapport nouveau, organique, entre infrastructures et superstructures (le fameux « bloc historique » défini par Gramsci et sans lequel nul pouvoir révolutionnaire ou autre ne peut se maintenir, sinon par la contrainte). Le féminisme crée ce rapport nouveau. Le féminisme court-circuite le cercle vicieux structures-mentalités-structures. Le courant ne passe plus. Quel courant ? Un courant de domination. La femme cesse d’être le fil conducteur de l’autoritarisme patriarcal pour devenir, presque à son insu, celui d’un courant idéologique nouveau. Elle devient médiatrice de la Révolution totale, et pas seulement de la révolution culturelle. Il ne s’agit plus de participation électorale ou de participation à une lutte armée, pas même d’un rôle de détonateur ou de catalyseur d’une lutte économique ou politique, mais d’un élément décisif et garant du futur : l’identification entre de nouvelles structures et de nouvelles mentalités, seule assise solide d’un pouvoir révolutionnaire. Il ne s’agit pas d’un apport quantitatif au phénomène de transformation d’une société – transformation réelle, durable, ou d’un apport qualitatif (« valeurs » féminines), mais d’un élément constitutif de cette transformation, de cette mutation.

149Le féminisme est un concept d’une théorie scientifique de l’histoire qui doit être incessamment reprise, approfondie, en vue d’une socialisation non seulement économique mais politique. Étant entendu cette fois que la politique cesse de désigner des secteurs classiques et restreints de l’activité humaine, mais s’étend aux relations des individus entre eux et à la vie quotidienne, complètement transformée. Les rapports sociaux cessent d’être des rapports de domination.

150« Ceux qui parlent de Révolution sans se référer à la vie quotidienne ont un cadavre dans la bouche ». Le psychanalyste David Cooper se trompait : il n’y a pas qu’un cadavre ; dans les camps de concentration du monde entier, il y en a des millions. Ni à l’Est ni a l’Ouest le monde n’a fondamentalement changé. Nulle part il n’a été fondamentalement révolutionné.

  • 20  C’est volontairement, cette fois, que nous employons ce terme.

151Résumons : le féminisme, remise en cause des stéréotypes sexuels et culturels, refus des rôles traditionnels, ne se réduit pas à la seule contradiction homme-femme. Il s’articule et s’intègre20 au sein d’un rapport complexe qui est le rapport infrastructures-superstructures et non la seule lutte de classes ; il s’intègre à un processus plus vaste de mutation totale de la société, processus qui englobe toutes les contradictions. Ces contradictions (la contradiction homme-femme et la lutte des classes) sont interdépendantes dans cette mutation. La libération des femmes ne passe pas par la Révolution. Conjointement à la libération de la classe ouvrière, elle est cette Révolution. Les deux lignes de force essentielles de cette Révolution : la lutte féministe et la lutte ouvrière, ne sont pas parallèles mais convergentes vers un même but : un changement réel de société.

152Ces deux lignes de force passent par le rapport, ici sommairement décrit, dont Gramsci avait pu écrire qu’il était : « le rapport crucial du matérialisme historique ». Crucial parce que de l’analyse de ce rapport découle la définition d’une stratégie valable pour une Révolution qui ne soit plus jamais ni aussi convulsive, ni aussi sanglante, ni détournée de ses buts, mais durable et constructive. Nous dirons : une Révolution qui soit un amour réussi, acquiescement total, éjaculation précoce.

Le féminisme au cœur du problème de notre temps : le fondement du pouvoir

153Il ressort de ce qui précède que le féminisme est au cœur du problème de notre temps, à savoir : le fondement, la base d’appui d’un « pouvoir », ce qui le légitime, ce qui lui permet de gouverner sans la répression.

154Diriger n’est pas dominer. Odette Thibault, biologiste, écrit : « La domination est le vice fondamental de toute relation humaine ». Ce jugement se vérifie dans le domaine « privé » comme dans le domaine politique.

155La fonction idéologique de la famille et de l’école – où les femmes tiennent le principal rôle – est l’apprentissage de la soumission. Si les femmes refusent de se faire les agents de cette fonction, elles peuvent détruire la domination à sa racine, au cœur même de la société civile, et dans les rapports « privés ».

156Dans la société politique (État, institution, etc...) comment diriger sans dominer ? Sans que les gouvernants, d’une manière ou d’une autre, par le fascisme ou une bureaucratie policière, écrasent les gouvernés ? En tenant compte de l’expérience et des volontés de ces derniers, par le respect de leurs initiatives. Alors seulement, la direction politique ne sera plus dictature, mais « hégémonie », synthèse organique entre le « pouvoir » et la spontanéité des masses qui doivent, coûte que coûte, s’identifier l’un à l’autre. Il faut le répéter : il est historiquement prouvé que, sans cet apport, sans cette base, aucun pouvoir ne peut se maintenir, sauf par la contrainte. À défaut de ce « bloc historique », aucun Gouvernement ne peut gouverner.

  • 21  Antonio Gramsci, Cahier 4.

157Un processus violent, « une guerre de mouvement », sont impuissants à mettre en place un pouvoir stable. Les idées, les mentalités des gouvernés, doivent être en accord avec les structures et les institutions qui leur sont proposées. Il faut donc mener « une guerre de position », faire pénétrer des idées justes dans les esprits, travailler à promouvoir une prise de conscience collective des vrais problèmes. Cette guerre de position, il faut la mener sur le terrain, dans les masses, à l’arrière des places-fortes du pouvoir (dont il ne suffit pas de s’emparer pour gouverner), dans les « casemates et les tranchées de la société civile : Partis politiques, famille, école, etc... ». Qui donc, de façon aussi radicalement nouvelle que les féministes, depuis quelques années, mènent cette « guerre de position » au sein de la population ? Les mouvements féministes n’ont pas pour but une politique strictement électoraliste. Il ne faut pas confondre la carte d’un Parti avec une prise de conscience authentique. Il ne faut pas confondre le bloc historique et une alliance électorale ou un accord au sommet. Il faut créer « une adhésion organique entre intellectuels et peuples dirigeants et dirigés, gouvernants et gouvernés »21.

  • 22  « Nous n’avons pas su traduire dans les langues européennes notre langue… Il faut étudier dans les (...)

158Et qui donc encore, mieux que les femmes, a vécu durant des siècles en contact avec les réalités concrètes : celles du corps, celles de la vie quotidienne, celles de l’inégalité et de la surexploitation sur les lieux de travail ? Exploitées entre toutes les catégories d’exploités, prolétaires entre tous les prolétaires, elles ont l’intelligence modeste, organique, des situations de la vie courante et sans gloire. Les intellectuels, les politiciens desséchés, peuvent s’adresser à elles pour opérer ce « passage du savoir au comprendre et au sentir » sans lequel toute théorie n’est que construction dans le vide. Elles seules ont entrepris, par leurs démarches féministes, la « traduction » concrète de la démarche révolutionnaire en Occident pressentis par Lénine à la veille de sa mort22, et reprise dans les études politiques de Gramsci. Cette démarche comporte une action spécifique au niveau des superstructures, une « exploration des contreforts de l’État » (Buci-Glucksmann, 1975, 313), un état élargi au-delà de la seule société politique, un « État intégral » qui abolit la cloison arbitraire entre vie politique et vie quotidienne. La distinction traditionnelle entre vie privée et vie politique est le produit d’une idéologie déterminée par des concepts économiques, donc politiques.

  • 23  Acronyme de Sozialistischer Deutscher Studentenbund (SDS), Union des étudiants socialistes alleman (...)

159« Il s’agit de ne pas comprendre l’oppression dans la vie privée comme privée, mais comme déterminée économiquement et politiquement. Il s’agit de transformer qualitativement la vie privée et de comprendre cette transformation comme une action politique. Cet acte de révolution culturelle fait partie de la lutte des classes », déclarait le Conseil d’Action pour la libération de la femme, de Berlin, dans un texte critique de l’activité politique du S.D.S.23.

160Promouvoir « une réforme intellectuelle et morale de masse », tel était le rôle qu’assignait Gramsci aux intellectuels. Le féminisme est mieux à même que ceux-ci de remplir ce rôle parce que les intellectuels ont à perdre dans cette « réforme » leurs privilèges de caste et que les femmes, au contraire, ont tout à y gagner.

Le Féminisme au cœur de la lutte contre la dictature et contre le fascisme

  • 24  Militante socialiste polonaise assassinée au début de la Révolution allemande, en 1919.

161La traduction de l’Économisme sur le plan de la théorie et de la pratique politique aboutit à un résultat tout à fait opposé à une hégémonie ; il aboutit à une domination, c’est-à-dire à un pouvoir détenu par quelques-uns et parachuté du sommet d’une pyramide sur la base (capitalisme ou Parti unique). C’est un pouvoir patriarcal et bourgeois dont Rosa Luxemburg24avait dénoncé le danger au sein même d’un Gouvernement révolutionnaire – le premier Gouvernement socialiste en U.R.S.S – qu’elle fustigeait en ces termes :

« Le pouvoir réel se trouve aux mains d’une douzaine de chefs de Partis, animés d’une énergie inépuisable, doués d’une intelligence éminents ; et l’élite ouvrière est invitée de temps en temps, à assister à des réunions pour applaudir aux discours des dirigeants et voter à l’unanimité les résolutions proposées ; au fond donc, un Gouvernement de coterie, une dictature certes, pas la dictature du prolétariat mais la dictature d’une poignée de politiciens, c’est-à-dire une dictature dans le sens bourgeois. En Russie, le problème ne pouvait être que posé, il ne pouvait être résolu ».

162Mais a-t-on jamais écouté les femmes ? Staline – et d’autres avant lui – excommunia les thèses « luxemburgistes ». Une allemande refoulée, Ruth Fischer, compara leurs effets « aux ravages causés par le bacille syphilitique ».

163Imperturbable, Rosa n’en rajoutait pas moins : « Les erreurs commises par un Mouvement vraiment révolutionnaire sont infiniment plus fécondes et précieuses que l’infaillibilité du meilleur Comité central ! ».

164Bien que diablesse et sorcière, Rosa Luxemburg devait conserver l’estime de Lénine dont elle déclarait crûment : « Lénine se trompe intégralement dans l’emploi des moyens. Décrets, puissance dictatoriale des Inspecteurs d’usine, sanctions draconiennes, ce ne sont là que des palliatifs. La seule voie qui mène à une renaissance est l’école même de la vie publique, une démocratie très large, sans la moindre limitation » (il ne s’agissait pas, bien sûr, d’une démocratie bourgeoise). Rosa Luxemburg devait mourir de cette confiance absolue qu’elle conserva toujours dans le seul mouvement des masses, et avant d’avoir pu trancher définitivement un dilemme qui l’a déchirée et déchire encore les révolutionnaires. Sans doute fallait-il les « erreurs » d’un homme et les « erreurs » d’une femme pour donner à comprendre la nécessité d’une dialectique entre deux conceptions antagonistes et non une primauté de l’une sur l’autre.

165Ainsi que l’avait dit Rosa Luxemburg, le problème n’est toujours pas résolu ; il reste posé.

  • 25  R.G. Schwartzenberg, « La politique au féminin », Le Monde, 4 mars 1975.

166L’Économisme et la dictature d’un Parti unique qui conduisent à une sous-estimation de la liberté politique des masses, de leur spontanéité, demeure manifeste dans le refus des hommes d’admettre une force féministe autonome, non contrôlée, non subordonnée à « une tutelle soporative ». En rejetant cette tutelle, les Féministes rejettent la domination millénaire qui a produit les camps de concentration et les cliniques psychiatriques, en plein XXe siècle. Le féminisme s’inscrit dans le mouvement de l’Histoire, qui a débuté en 1789 et dont l’aboutissement final, aux termes de la période cruciale que nous vivons, sera l’autogestion économique et politique par les masses, en vue de « l’autoréalisation » de tous et de toutes. Le féminisme s’inscrit dans une perspective socialiste. « Le féminisme est la cause commune. Il libère chacun, comme il libère chacune. Il dessine pour tous un autre destin »25.

Conclusion

167La femme à qui l’on a toujours dénié d’avoir soit une âme (qui lui fut reconnue par un Concile de l’Église, le Concile d’Agde), soit une identité (Bernard Muldworf – déclaration à la radio), cherche à retrouver celle-ci. Elle la retrouvera dans l’indépendance politique, économique et affective. Dans l’autonomie d sa démarche et de ses moyens de lutte.

168Le Féminisme ne peut être qu’une pensée libre et critique. En conséquence, les femmes remettent en cause et « les structures qui ont une influence sur l’homme et ne sont que le fruit du cerveau qui les crée » et « le comportement humain qui dépend, dans une large mesure, de ces structures » (Thibault, 1972).

169Les femmes ont accumulé, dans leur silence qui dure depuis des siècles, une formidable charge critique que rien, désormais, ne peut contenir. Cette parole nouvelle qu’elles font entendre, c’est la parole rendue à la paysanne dont Soljenitsyne raconte l’histoire dans « La maison de Matriona ». Ignorante, Matriona ? Ignorantes, les femmes qui prétendent se mêler de politique au lieu d’élever des gorets ? De cuire la soupe ? Qu’on prenne garde à ne pas excommunier leur parole. Sans doute peut-on dire des féministes tant méprisées, tant ridiculisées, ce qu’Andre Glucksmann, dans son livre, La cuisinière et le mangeur d’hommes, dit de Matriona :

« Qu’on se méfie, si l’on prétend dissoudre l’ascétisme de Matriona dans l’eau de rose d’une histoire édifiante ; la réaction outrée des censeurs soviétiques montre qu’ils ont repéré là une charge contestataire... Peut-être ont-ils senti que ce Tribunal de l’Histoire où ils ont l’habitude de sacrifier leurs subordonnés fonctionne déjà contre eux. Peut-être ont-ils soupçonné que la fameuse cuisinière – celle de Lénine, celle qui doit apprendre à diriger l’État – a de quoi juger ses 50 ans de vie socialiste, fût-elle muette, coincée entre son vieux four russe, le travail du kolkhoze, les tourbières où elle doit voler pour se chauffer l’hiver, et le souvenir du mari disparu à la guerre ».

170Toutes celles qui, à l’exemple de Matriona, sont « coincées » entre un four, une usine, un Prisunic, toutes celles qui ont été privées de parole, ne tolèrent plus d’être bâillonnées par le mépris et la faconde des Maîtres, ceux qui commandent et ceux qui « savent ».

171Au sujet de cette « cuisinière », le Staline de Soljénitsyne pensait :

« Lénine sur ce point s’était trompé, mais il était encore trop tôt pour le dire au peuple. Chaque cuisinière, chaque ménagère devrait être capable de diriger l’État ! Comment donc se représentait-il cela de façon concrète ? Pensait-il que les cuisinières ne devaient pas faire la cuisine le vendredi, mais s’en aller tenir des séances au Comité exécutif provincial ? Une cuisinière est une cuisinière et son travail est de préparer son dîner. Quant à gouverner le peuple, c’est une haute mission, elle ne peut être confiée qu’à du personnel soigneusement trié, éprouvé sur de nombreuses années, du personnel expérimenté et sincère. Et la direction de ce personnel ne peut être confiée qu’à une seule main et notamment à la main expérimentée du chef ».

172Féminisme et politique ont toujours été inséparables.

173Il y a ce féminisme déjà ancien, qui ne cesse de proclamer les revendications de la femme, ses Droits, qui ne peuvent devenir effectifs que dans un certain contexte socio-économique, mais pour lesquels nous devons, néanmoins, nous battre dans l’immédiat. Ces droits étriqués, formels, en démocratie bourgeoise, doivent devenir réels, être énoncés, proclamés, défendus. Mais ce féminisme – celui des suffragettes et des Mouvements féminins – trouve son prolongement naturel et nécessaire dans un féminisme nouveau qui ne peut être que critique. Car, si le féminisme, contrairement à ce que certains prétendent, a toujours été politique (cf. Les déclarations des Féministes de l793), il s’alignait néanmoins sur une politique d’hommes sans la contester, sur une idéologie sans 1’analyser. Malgré leur politisation extrême (« Je jure de vivre pour la Révolution ou de mourir pour elle », Club féministe de 1793), les féministes révolutionnaires furent éliminées, leur Club dissous, un Décret affiché le 4 Prairial leur intimant de se retirer « dans leurs domiciles respectifs » avec menaces d’arrestation si l’on en trouvait attroupées dans la rue au-dessus du nombre de 5 (Eaubonne, 1974). Un seul conventionnel, Charlier, éleva une protestation. Les femmes arrachèrent alors leurs cocardes tricolores. Elles pourraient bien un jour en arracher d’autres. Mais il est vrai que Staline n’a pas fini de servir. Cependant, décourager les femmes ou décourager le peuple, c’est décourager la Révolution.

174Le féminisme, en 1975, tend vers une autonomie de pensée et d’action, une indépendance totale vis-à-vis des idéologies dont il soulignera les qualités, mais aussi et surtout les carences. Dans cette démarche, les féministes ne sont guère isolées. Et ce ne sont pas, précisément les esprits réactionnaires et bourgeois qui partagent avec elles cette humeur contestataire. Dans sa lettre du 28 Octobre 1974, adressée au Parlement Tchéco-slovaque, M. Dubcek repoussait l’argument « selon lequel le Socialisme est perturbé par la propagande impérialiste bourgeoise. Celle-ci ne fait qu’utiliser les erreurs et les insuffisances des pays socialistes. Cet argument est nocif parce qu’il détourne l’attention du Parti et de l’État socialiste de la solution de ses propres insuffisances, fautes et déformations ».

175Un autre argument nocif est d’accuser le féminisme de se faire l’allié objectif de la réaction. À ne pas tenir compte des forces oppositionnelles – quelles qu’elles soient – à un régime capitaliste, à les sous-estimer, à les rabaisser, on se coupe des masses, on devient les auteurs du vrai séparatisme, du vrai divorce Parti-Société. Ce divorce est la plus grande victoire du Pouvoir.

176Mais le Féminisme nouveau ne se laissera pas « normaliser ». Le Féminisme nouveau, en 1975, critique, dénonce, proteste, interpelle tous les Partis, réinterroge toutes les idéologies. Il les rappelle à la revendication essentielle, fondamentale, du marxisme lui-même, celle de la quotidienneté  de ses humiliations, de ses servitudes, de ses drames, indissociables de la politique et du devenir historique. La revendication du vécu, du subi, du souffert au jour le jour, celle « des démunis et des sans-grades qui communiquent avec les martyrs (du fascisme) » parce que toujours la peau parle à la peau... parce que les esclaves ne cessent de s’entretenir d’une histoire qui n’est pas celle des Maîtres » (Glucksmann, 1975), parce que, depuis toujours, la formule est la même au fronton des États et à l’entrée des camps : « Cherche peuple au pouvoir cuisinières s’abstenir » (ibid.).

Haut de page

Bibliographie

ALTHUSSER Louis, Réponse à John Lewis,Paris, Maspero, 1973.

ALTHUSSER Louis, Pour Marx, Paris, Maspero, 1965.

BETTELHEIM Charles, Les luttes de classes en U.R.S.S., Paris, Seuil, Maspero, 1974.

BUIN Yves, L’œuvre européenne de Reich, Paris, Universitaires, 1972.

BUCI-GLUCKSMANN, Gramsci et l’État, Paris, Fayard, 1975.

DELPHY Christine, « Proto-féminisme et anti-féminisme », Les Temps Modernes, 346, 1975, in L’ennemi principal, I, Paris, Syllepse, 1998, pp. 217-254.

EAUBONNE Françoise (d’), Le féminisme ou la mort, Paris, P. Horay, 1974.

GLUCKSMANN André, La cuisinière et le mangeur d’hommes. Essai sur l’État, le marxisme, les camps de concentration, Paris, Seuil, 1975.

MARX Karl, Manuscrits de 1844. Économie politique et philosophie, Paris, Éditions sociales, 1972.

REICH Wilhelm, Psychologie de masse du fascisme, Paris, Payot, 1974.

THIBAULT Odette, L’homme inachevé, Paris, Casterman, 1972.

Haut de page

Notes

1  Paulette Hofman (Force Ouvirère), Rapport du groupe de travail « Rôle des femmes dans la vie économique ».

2  « Etre exploitées », collectif italien.

3  Karl Marx, Misère de la philosophie.

4  Antonio Gramsci, Cahier 1 (1929-1930).

5  L’auteure fait ici référence à l’économiste Henri Bartoli (1918-2008). (N.d.E.)

6  Voir, à ce propos, les études d’Althusser, Réponse à John Lewis (1973), de Bettelheim, Les luttes de classes en U.R.S.S. (1974), et le livre d’André Glucksmann, La cuisinière et le mangeur d’homme (1975).

7  Luce Irigaray, psychanalyste, « Semaine de la pensée marxiste », janvier 1975.

8  Le monde diplomatique, août 1975.

9  Voir la brochure, Les communistes et la condition de la femme.

10  La même tactique tend à diviser – à l’occasion d’autres thèmes – femmes occidentales et femmes du Tiers-Monde.

11  « Belgique : les hommes ne rient plus », Le Monde, 31 janvier 1975.

12  Cendra Vernaz, « Les femmes et le Parti Socialiste français », Les cahiers du Grif, septembre 1975.

13  Nous nous excusons de ces invocations répétées aux pères du marxisme, qui s’expliquent par la nécessité de nous situer sur le même terrain que les Inquisiteurs du Féminisme.

14  Madame Maria de Lerdes Pintasilgo, Ministre des Affaires Sociales du Portugal. Discours aux trois journées internationales des femmes, Paris, 1975.

15  Voir le Discours de clôture des trois Journées internationales de Paris et L’Express du 10-16 novembre 1975.

16  Jeanne Tilhet-Pretnar, Maître-assistant à l’Université de Paris.

17  Seule femme du gouvernement présidé par Lénine, première femme nommée Ambassadeur de son pays.

18  Brochure du Cercle Dimitriev, Pour un féminisme auto-gestionnaire, Paris.

19  Adolf Hitler, Mon programme.

20  C’est volontairement, cette fois, que nous employons ce terme.

21  Antonio Gramsci, Cahier 4.

22  « Nous n’avons pas su traduire dans les langues européennes notre langue… Il faut étudier dans les pays capitalistes développés, de façon approfondie, les conditions de la Révolution » (Lénine).

23  Acronyme de Sozialistischer Deutscher Studentenbund (SDS), Union des étudiants socialistes allemands. (N.d.E.)

24  Militante socialiste polonaise assassinée au début de la Révolution allemande, en 1919.

25  R.G. Schwartzenberg, « La politique au féminin », Le Monde, 4 mars 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Blaise, « Réflexions sur le féminisme ou pour un féminisme critique », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1405 ; DOI : 10.4000/gss.1405

Haut de page

Auteur

Suzanne Blaise

Écrivaine, membre des Archives du féminisme

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org