Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Bard Christine, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances

Paris, Autrement, 2010
Emmanuelle Huisman Perrin et Bruno Perreau
Référence(s) :

Bard Christine, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances, Paris, Autrement, 2010

Texte intégral

1Un titre piquant, qui fleure à la fois le managing éditorial bien mené et la poésie d’Alain Souchon. Le nouvel ouvrage de l’historienne Christine Bard évoque le vent qui gonfle et retrousse les jupes, les jeux de regards sur les jambes des femmes – et des hommes – et les enjeux politiques que peut « revêtir » un habit, de la tradition la plus vieillotte à la transformation des codes sociaux… La photographie de couverture s’avère plus réductrice : en représentant une fille en mini-jupe, portant chaussettes hautes façon collégienne, couleur rose bonbon, assorties au sac à main, adossée à un mur bleu ciel et stationnant sur un trottoir pavé très propre, c’est à un imaginaire mêlant prostitution chic et manga que l’éditeur fait appel.

2Historienne des mœurs, avant de publier une histoire politique du pantalon depuis la Révolution à laquelle elle travaille depuis plusieurs années (Bard, 2010), Christine Bard s’est naturellement intéressée à la jupe : là où le pantalon porté par une femme a perdu de sa force subversive, la possibilité de porter la jupe semble désormais, par une certaine ironie de l’histoire, constituer un espace de résistance aux normes de genre dominantes, tant chez les femmes que chez les hommes. Que les vêtements deviennent les supports d’une histoire politique est un signe des temps. Si l’habit n’a pas seulement fait le moine, il n’a été analysé en termes de pouvoir et de domination que très récemment (Kennedy, 2008 [1993]). Trois parties structurent clairement l’ouvrage : une première de nature historique : « la jupe entre obligation et libération », une deuxième plus polémique : « la jupe fait de la résistance », une troisième plus programmatique : « la jupe au masculin ».

3Christine Bard offre tout d’abord quelques considérations étymologiques sur la jupe et la robe. Terme d’origine arabe le mot « djoubba » renvoie à plusieurs types de robes et selon les régions (Tunisie, Maroc), il désigne soit une robe de femme, soit un dessous de robe de femme ou d’homme, soit même la « djobbah » portée par le Prophète. Le mot est passé par la Sicile (jupa, 1053) et par Gênes (juppum, 1165). Et si le sens médiéval de « pourpoint d’homme à longues basques » (xiie siècle) a été oublié, la jupe de femme désigne d’abord un vêtement composé de deux pièces : corps de la jupe (corsage) et bas de la jupe (de la taille aux pieds). Ce n’est qu’au xviie siècle que le sens moderne du mot « jupe » désignant le vêtement partant de la seule taille se stabilise et rend désuets les termes de « cotillon » et de « cotte » qui désignaient des courtes jupes paysannes. Le mot « jupon », qui date du xive siècle, a également désigné les tuniques d’hommes à manches (sens qui va perdurer jusqu’au xixe siècle) et ce n’est qu’à la fin du xviie siècle qu’il devient une « jupe du dessous ». Comme pour le mot robe (les robes masculines ont traversé les siècles des jeunes enfants aux magistrats, des habits d’église aux robes de chambre), les considérations philologiques semblent attester d’une chose : la volonté de distinction des sexes à travers le vêtement est somme toute très tardive et le genre attaché au vêtement n’a cessé de changer au cours du temps.

4L’analyse du printemps et la journée de la jupe s’avère donc centrale puisque s’y joue « le caractère normatif et historiquement variable » (110) de ce que l’on considère aujourd’hui comme « la féminité ». Le printemps de la jupe est une initiative en 2006 de l’association rennaise de prévention des conduites à risque qui anime un atelier sur la sexualité en classe de première STAE (sciences et technologie de l’agronomie et de l’environnement) du lycée agricole privé d’Étrelles, commune du canton de Vitré, située à quarante kilomètres de Rennes. Un animateur éducateur et un groupe d’une quinzaine d’élèves réfléchissent sur les relations garçons-filles, les représentations de la sexualité, la limite entre séduction et provocation et remarquent que les filles viennent toutes au lycée agricole en pantalon alors qu’à l’extérieur certaines aiment porter la jupe. Ils imaginent alors une journée dédiée à la jupe : pour promouvoir le respect, il faut « oser » la jupe ! Cette initiative originale est un succès du point de vue des initiateurs et des élèves, l’expérience est relayée, la presse nationale s’en fait l’écho et « Le printemps de la jupe et du respect » s’institutionnalise : il dispose désormais d’un site1 et mobilise davantage de jeunes dans davantage d’écoles. Un film est même réalisé par Brigitte Chevet et produit par France 3 Ouest. Les projections sont le plus souvent suivies de débats attestant du fait que les apparences vestimentaires constituent un point de départ efficace pour questionner les relations entre les sexes, sur le genre et la sexualité. Parallèlement et sans connaitre au départ l’initiative bretonne, le réalisateur Jean Paul Lilienfeld écrit le scénario de La journée de la jupe et c’est en vérifiant que le titre n’est pas déjà pris qu’il découvre le Printemps de la jupe. Isabelle Adjani campe une professeure de français attachée au port de la jupe, qui, dans un contexte de violences scolaires permanentes, prend en otage ses élèves pour leur faire cours. Par un curieux retournement et alors que les femmes se sont battues pour accéder au port du pantalon, la jupe devient un symbole de lutte pour une plus grande tolérance en milieu scolaire. C’est tout le mérite du travail de Christine Bard de souligner la complexité du port de la jupe au cours de l’histoire et l’ambivalence de sa réappropriation dans un contexte de débat sur la violence scolaire, le voile, la burqa, la sexualité, etc.

5Loin de théoriser dogmatiquement, le livre de Christine Bard vaut pour la multiplicité des questions et pistes qu’il soulève mais aussi pour ses indications bibliographiques et sources très diverses (cinéma, littérature, médias, etc.) qui jamais ne masquent les penchants idéologiques de l’auteure, ni ses perplexités. Mais c’est peut-être là aussi une de ses plus grandes faiblesses : faute d’accomplir une histoire sociale, Ce que soulève la jupe situe et documente avec grand succès mais laisse davantage perplexe lorsque que l’auteure analyse, à la lumière des significations de la jupe au cours de l’histoire, la question du voile et de la burqa ou celle de la sexualité. L’attention que l’auteure accorde à la signification sociale du vêtement minore la subjectivation qui s’opère à travers celui-ci, ou, à tout le moins semble n’y être vraiment attentive que lorsqu’elle concerne le vêtement masculin ou masculinisant.

  • 2  (Mucchielli, 2005). Christine Bard n’applique pas toutefois cet argument à Ni putes, ni soumises, (...)

6Ce travers est patent pour la question du voile et de la burqa. Le parallélisme des formes jupe voile et, désormais, jupe burqa n’est en effet qu’un leurre. Bien sûr, le débat public associe-t-il ces deux questions. Mais les régimes de contraintes qui s’appliquent à la jupe, au voile ou à la burqa ne sont assurément pas les mêmes. Il importe précisément d’expliquer pourquoi et comment cette combinaison forcenée concourt à la production d’une identité française exclusive et, partant, résister à toutes formes d’assignation, à la jupe, au voile ou à la burqa. Bien que Christine Bard mentionne à plusieurs reprises l’instrumentalisation de ces débats par Nicolas Sarkozy (en rappelant la médiatisation des tournantes en 2001-2002 et en historicisant, avec Laurent Muchielli, la pratique très ancienne du viol en réunion2), elle continue à considérer que « les problèmes soulevés sont certainement universels » (92). Il n’est donc pas surprenant qu’elle critique vivement les analyses de l’historienne Joan W. Scott, qui, à ses yeux, défend un point de vue « multiculturaliste américain » empreint de toute la « culpabilité collective » que génère le conflit irakien chez « les intellectuels de gauche » (84-85). Là où Joan Scott parvient, dans une veine foucaldienne, à ne jamais dissocier pratique et discours, Christine Bard craint avant tout que cette perspective n’amoindrisse la critique de domination masculine. Or, Joan Scott ne soutient évidemment pas, au nom d’une critique postcoloniale du républicanisme universaliste, que porter ou ne pas porter de voile sont des pratiques équivalentes. Elle se montre simplement attentive aux stratégies concrètes de résistance des filles voilées, tout en offrant une phénoménologie de la domination, à travers le regard, la croyance et l’arraisonnement économique et social des femmes (Scott, 2007).

  • 3  Sur l’association masculin activité, féminin passivité chez Simone de Beauvoir, voir Bourcier (200 (...)

7Christine Bard se montre elle aussi sensible à la polysémie du vêtement mais les potentialités de transformation sociale qu’offre cette polysémie sont essentiellement analysées lorsqu’il s’agit du pantalon, de la jupe masculine et du vêtement ou accessoire androgyne. « La jupe masculine contemporaine est fermement dissociée du travestissement, lequel suppose le choix d’une jupe de genre féminin, pour un temps ou pour toujours. Les hommes en jupes évoqués jusqu’à présent tiennent visiblement à leur identité masculine. Leur manière d’accessoiriser leur jupe ne laisse pas de doute sur leur genre. Ils contribuent toutefois à une évolution des codes qui caractérisent la masculinité et font ainsi bouger l’ensemble du système de genre » (p. 155). L’argument qui puise tant du côté de la mode que de la métrosexualité ne manque pas de pertinence, même s’il conviendrait d’en relativiser la portée : la métrosexualité masculine a été largement exploitée médiatiquement, de sorte que sa surexposition a aussi eu pour fonction de neutraliser le caractère subversif de certaines cultures gays, noyées dans un flot de pratiques esthétiques « tendance ». Par ailleurs, en se focalisant sur la jupe masculine (ou sur le corps androgyne dans le cas de Madonna), l’analyse de Christine Bard ne reconduit-elle pas l’idée d’une certaine supériorité du « masculin » ? Ce que soulève la jupe semble accréditer l’idée que la transformation des normes de la masculinité est non seulement davantage possible (ce qui est parfaitement exact, et son analyse historique le montre bien) mais aussi plus efficace ou plus radicale que la transformation des normes de la féminité. Ce regard reste tributaire d’une hiérarchisation masculin féminin, sur laquelle Simone de Beauvoir avait elle-même fini par achopper3. C’est ainsi que Christine Bard offre une analyse particulièrement fine du corps androgyne et corseté qu’esthétise Madonna, via Jean-Paul Gaultier, au début des années 1990. Elle prolonge les questionnements de Camille Paglia (2009 [1994]) et montre qu’une certaine féminité androgyne « proclame sa puissance » (65). Mais, contrairement à cette dernière, Christine Bard considère que cette puissance est limitée à certains espaces. Elle ne saurait s’exprimer en situation de prostitution par exemple. Elle évoque « l’imaginaire porno-prostitutionnel » (114) sans expliquer ce qui constitue une telle association. À ce point du raisonnement, comme sur la question du voile et de la burqa, Christine Bard laisse poindre, sous son travail d’historicisation de la jupe, une analyse plus normative. Elle note par exemple que les lesbiennes féminines sont désormais plus nombreuses (constat extrapolé à partir des attentes médiatiques envers les lesbiennes) ou considère que le jean taille basse ne soumet les garçons à aucune menace (113). Il manque ici une réflexion plus sociologique, plus sensible au contexte économique et social mais aussi à la spatialisation du vêtement.

8Au final, Ce que soulève la jupe soulève de nombreuses pistes de réflexion et de recherche ! L’ouvrage nous semble toutefois reconduire confusément une certaine hiérarchie entre les sexes en faisant trop peu de place au jeu sur le vêtement lorsqu’il s’agit de femmes, et notamment de filles. Jeu qu’interprète avec brio Florence Foresti lorsqu’elle campe un de ses personnages fétiches, Lady Zbouba, jeune femme habitant en banlieue, qui se propose tantôt de se présenter au concours Miss France tantôt d’organiser une « journée de la ZUP » : « c’est pour ça, que nous, on se la met sur la tête la jupe ! »4.

Haut de page

Bibliographie

BARD Christine, Histoire politique du pantalon, Paris, Le Seuil, 2010.

Bourcier Marie-Hélène, « La “lesbeauvoir” entre féminité, féminisme et masculinité ou comment contenir les lesbiennes “butch” », in Delphy Christine, Chaperon Sylvie (dir.), Cinquantenaire du Deuxième sexe, Paris, Syllepses, 2002, pp. 277-284.

Guénif Nacira, MacÉ Éric, Les féministes et le garçon arabe, Paris, Éditions de l’Aube, 2004.

Kennedy Duncan, Sexy Dressing. Violences sexuelles et érotisation de la domination, Paris, Flammarion, 2008 (1993).

Muchielli Laurent, Le scandale des tournantes. Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

Paglia Camille, Vamps and Tramps. Une théorie païenne de la sexualité, Paris Denoël, 2009 (1994)

Scott Joan W., The Politics of the Veil, Princeton, Princeton University Press, 2007.

Haut de page

Notes

1  http://www.printempsdelajupe.com, consulté le 9 mai 2010.

2  (Mucchielli, 2005). Christine Bard n’applique pas toutefois cet argument à Ni putes, ni soumises, en prenant garde de se distinguer de la thèse défendue par Nacira Guénif et Eric Macé (2004).

3  Sur l’association masculin activité, féminin passivité chez Simone de Beauvoir, voir Bourcier (2002)

4  http://www.youtube.com/watch ?v =Jv61nWHypag et http://www.youtube.com/watch ?v =IoVi5TSGPx4, consultés le 9 mai 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Huisman Perrin et Bruno Perreau, « Bard Christine, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://gss.revues.org/1465

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Huisman Perrin

 

Bruno Perreau

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org