Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Dorlin Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française

Paris, La Découverte, 2009 (2006)
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Dorlin Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, La Découverte, 2009 (2006)

Texte intégral

1La Matrice de la race a déjà fortement marqué le paysage des études du genre et des sexualités en France. Publiée en 2006 dans la collection « Textes à l’appui / genre & sexualité » dirigée par Éric Fassin aux éditions La Découverte, cette étude a inauguré une série d’ouvrages souvent remarqués et remarquables.

2La thèse d’Elsa Dorlin se distingue notamment par son originalité et son caractère novateur : elle considère la « matrice de la race » comme un processus « où un même ensemble de principes sous-jacents a présidé à l’émergence des catégories de sexe et de race » (p. 14). Cette analyse croisée la conduit à s’intéresser d’abord au corps des femmes et plus précisément à leurs représentations médicalisées. Elle démontre ainsi comment par l’intermédiaire de divers théories et traitements (notamment les traités antiques de Galien et Aristote, repris à l’époque moderne par des praticiens tels que Jean Varande, Joseph de Capuron, etc.), la sexualité féminine a fait l’objet d’un contrôle sans cesse plus étroit exercé par des médecins prétendant détenir le savoir scientifique. Elsa Dorlin s’intéresse ensuite à la grossesse, comprise, plus précisément, comme une étape essentielle dans le processus de reproduction social. La société semble en effet prendre conscience à partir du xviiie siècle de l’importance des naissances (puis de l’éducation) pour l’évolution globale d’une population. Or, constatant leur relative absence de la gestion des naissances, les hommes multiplient les tentatives d’appropriation du pouvoir de procréation, du contrôle des grossesses et de la maîtrise de l’instruction. C’est à ce moment de la réflexion que l’auteure introduit l’étude de la colonisation. Le regard des hommes occidentaux sur les femmes noires aurait ainsi un rôle non négligeable dans la généalogie de la Nation française. À la conquête du territoire par les armes, il faudrait donc ajouter pour ces colonisateurs la quête d’une identité par la découverte d’autres corps.

3La grille de lecture d’Elsa Dorlin est donc double. Non seulement passe-t-elle par l’étude du genre et des sexualités, mais aussi par le prisme des études postcoloniales. Le rapprochement n’est pourtant pas si inédit. Il suffit par exemple de citer les travaux de Christelle Taraud qui sont consacrés depuis plusieurs années à cette dimension (voir notamment Taraud, 2003). La recherche universitaire française est d’ailleurs encore elle-même largement en retard sur les travaux de nos collègues anglo-saxons. C’est par exemple dès la fin des années 1980 que Ronald Hyam commence à réfléchir sur les rapports entre colonialisme, identité nationale et sexualité dans son étude intitulée Empire and Sexuality: The British Experience (1990). Enfin, faut-il encore rappeler avec Jean-François Bayart (2009), que le lien établi entre domination coloniale et genre se trouve aussi déjà chez Foucault ou Bourdieu.

4L’approche est néanmoins particulièrement novatrice dans cet ouvrage du fait de la pluridisciplinarité recherchée et assumée par l’auteur. En tant qu’historienne des sciences, Elsa Dorlin définit avec minutie les termes qu’elle mobilise, ce qui s’avère essentiel pour aborder des questions aussi complexes que les maladies diagnostiquées par les médecins des époques médiévales et modernes telles que la « cacochymie » (50) considérée comme un mauvais état des humeurs. Cette méthodologie rigoureuse est particulièrement utile dans l’usage de termes encore utilisés aujourd’hui, tels que « mulâtre » (195), et qui pourraient conduire à des anachronismes. En bonne philosophe, Elsa Dorlin n’est pas avare non plus d’inventions conceptuelles. Elle utilise par exemple avec intérêt le concept de « gynophilie » (131) qui lui permet de prendre quelques prudentes distances avec le terme inadapté de « féminisme » pour les xviie et xviiie siècles.

5Les arguments s’enchaînent donc avec dextérité, maniant des notions (pour lesquelles il faut souligner la présence judicieuse d’un index en fin d’ouvrage) aussi diverses et complexes que la sexualité, la médecine, la grossesse ou encore la sorcellerie. Ce dernier exemple est particulièrement bien traité (41-44), à travers le portrait circonspect d’un processus de sécularisation où le corps des femmes passe peu à peu sous le contrôle des médecins qui sont régulièrement appelés comme experts lors des derniers procès en sorcellerie au cours du xviie siècle , au détriment des théologiens. L’analyse conceptuelle d’Elsa Dorlin s’inscrit alors dans la continuité des études de Michel Foucault (1994), Robert Mandrou (1968) ou encore Robert Muchembled (1991).

6Il faut également souligner l’érudition de cet ouvrage. Les références ne manquent pas dans cette étude et l’auteure fait preuve d’une honnêteté intellectuelle remarquable dès son introduction en informant son lecteur que bien d’autres penseurs (et non des moindres) ont défriché son chemin avant qu’elle ne puisse prétendre apporter son angle de vue : « Héritière de l’épistémologie historique, j’en souligne aussi les lacunes et propose une autre version de la naissance des sciences de l’Homme » (14). Son parcours ne se contente cependant pas de réactualiser des thèses anciennes. Elle découvre également de nouvelles sources qu’elle décortique avec une précision impressionnante, invitant son lecteur à consulter des ouvrages dont elle signale jusqu’aux moindres erreurs de pagination (49).

7Ces qualités ne doivent néanmoins pas dissimuler quelques limites. De manière générale, la construction de l’ouvrage présente à mon sens une difficulté d’ordre méthodologique. Il est en effet possible de s’interroger sur la pertinence d’un plan thématique quand le titre de l’ouvrage prétend dresser une « généalogie » qui, a priori, suggère une évolution sur le temps long. Cette limite devient flagrante à plusieurs endroits quand l’auteur multiplie les répétitions pour rappeler des thèses qu’elle a étudiées dans les chapitres précédents, mais sur lesquelles elle doit revenir à la lueur d’une nouvelle thématique. C’est le cas par exemple pour les sorcières évoquées à plusieurs reprises, mais également sur la démographie des colonies.

8On trouve parfois aussi dans cet ouvrage des formules qui frôlent le style péremptoire : « S’affairant à la santé des femmes, les médecins sont en vérité au chevet de la Nation » (175). L’idée nécessite quelques précautions. Si nous pouvons a posteriori tenter de reconstituer un phénomène historique complexe d’appropriation du corps féminin au service de la reproduction sociale, faut-il pour autant considérer que les individus agissant ponctuellement ont pris conscience de leur rôle précis dans un processus par définition collectif. Rien n’est moins sûr. Il aurait fallu pour cela qu’Elsa Dorlin sorte d’une analyse strictement théorique à partir des traités médicaux pour entrer dans une étude plus concrète, voire sociale, de l’application des principes qu’elle présente. L’absence d’un index des noms propres est d’ailleurs à mon sens révélateur d’une limite dans l’objectif pluridisciplinaire initial, faisant davantage de cette étude un essai philosophique plutôt qu’un livre d’histoire fondé sur des exemples concrets d’individus rencontrés au fil des sources. Pour citer Marc Bloch, « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier » (Bloch, 1999). Or, mon estomac grouille un peu au moment de la digestion de cet ouvrage. Je me demande encore où sont les femmes et les enfants que les théoriciens évoquent tant dans leurs traités ? Qui sont ces médecins qui portent un jugement aussi sévère sur des femmes qu’ils considèrent lascives sans jamais les citer ; et surtout, qui sont leurs lecteurs ? Car si leurs propos prêtent certes à réflexion, il conviendrait au préalable de s’interroger sur leur réception et leur accueil. N’y a-t-il pas une hiérarchie à observer entre l’ouvrage de l’illustre inconnu Jacques Guillemeau dans sa réflexion intitulée De la nourriture et gouvernement des enfants dès le commencement de leur naissance, et le moyen de les secourir et garantir des maladies (Paris, N. Buon, 1609) et l’Émile de Rousseau qui intervient à un moment où le philosophe jouit déjà d’une forte célébrité et d’une audience renforcée par le caractère polémique de l’œuvre ?

9En somme, il aurait peut-être été bon de s’interroger davantage sur le contexte des sources étudiées pour mieux valoriser l’analyse de leur contenu. Prenons l’exemple des récits de voyageurs qui nous fournissent tant d’informations sur la prétendue sexualité des colonisés. N’est-il pas possible de considérer que ce regard est quelque peu biaisé par les mois de frustration induite par un long voyage en bateau ? Ainsi, lorsque Buffon « insiste sur la laideur des habitantes de certaines régions ou sur leurs lascivité et leur manque de pudeur » (218), doit-on vraiment comprendre qu’elles se donnent sans retenue aux colonisateurs, ou que ces derniers les ont quelque peu aidées et qu’ils décrivent désormais la situation en leur faveur. Encore une fois, la question des sources est essentielle et elle doit être traitée avec attention lorsque l’auteur est aussi un acteur.

10Dans cette perspective, la plupart des sources analysées par Elsa Dorlin posent question. Si la médicalisation du corps féminins passe entre les mains des hommes, s’agit-il d’une simple prise de pouvoir sur la matrice censée engendrée la Nation, ou bien une prise de contrôle plus prosaïque de la sexualité. Car à se concentrer sur le sexe féminin, on se demande finalement si le sexe masculin n’est pas le grand absent de cette étude. Que pensez en effet de Galien, repris par Jean Liébault au xviie siècle, qui considère que l’hystérie est la « maladie des femmes sans hommes » (41) ? De même, comment comprendre le procès de Marie/Marin Le Marcis au xviie siècle, poursuivie pour sodomie, si ce n’est comme une tentative radicale d’éradiquer ce cas exceptionnel d’hermaphrodisme assumé jusqu’au lesbianisme ? Cette réflexion semble d’ailleurs se vérifier ensuite dans l’apparition des premières formes de « vibrothérapie » très vite condamnées par des médecins inquiets qui voient dans ces ancêtres des vibromasseurs, mais également dans les attouchements thérapeutiques des sages-femmes, « des causes possibles et fréquentes de la fureur » (88). Ne craignent-ils pas simplement des situations jugées dangereuses dans lesquelles des femmes obtiendraient une satisfaction sexuelle autonome ?

11Il est également à noter quelques généralisations qui peuvent décontenancer. Ainsi, dès le début de l’ouvrage, Elsa Dorlin affirme qu’elle entend déceler une « étiologie sexuelle qui a présidé pendant des siècle à la perception du corps féminin comme un corps souffrant, et dont on trouve encore les traces dans les modes de conceptualisation contemporain de certains troubles féminins » (46). Si je suis tout à fait disposé à adhérer à son point de vue concernant les xviie et xviiie siècles, les périodes ultérieures mériteraient une vérification plus approfondie. De même, bien que l’auteur fasse preuve d’une rigueur exemplaire à chaque conclusion partielle afin de rattacher sa démonstration à la thématique générale, je ne saisis parfois qu’avec difficulté la nature de liens ténus entre le récit d’un voyageur rouennais décrivant les femmes africaines et les réflexions théoriques sur une « généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française ». D’ailleurs, je m’étonne que le concept de Nation ne fasse pas l’objet d’une plus grande attention de la part de la philosophe alors que son utilisation pose justement question pour cette période qui précède directement l’émergence des nationalismes.

12L’imprécision temporelle se manifeste enfin dans le domaine spatial. Le sujet invite certes à dépasser les frontières nationales pour porter l’attention aux colonies. Néanmoins, on ne sait plus trop si, au fil de l’analyse, ces territoires doivent être considérés comme des prolongements de la Nation ou au contraire des miroirs qui permettraient la construction d’une identité nationale en négatif. L’auteur brouille encore davantage l’esprit de son lecteur quand elle fait référence aux « colonies anglaises » (271), ce qui pourrait alors laisser croire que le monde colonial est considéré comme un ensemble référentiel, sans distinction et identité propre.

13Malgré ces quelques remarques d’ordre méthodologique, il ne faut pas s’y tromper : l’ouvrage d’Elsa Dorlin est, et demeure, une étude essentielle dans le paysage historiographique français, justement parce qu’elle a cette capacité heuristique à interroger les autres disciplines et à susciter leur curiosité en encourageant à ouvrir de nouveaux axes de recherche.

Haut de page

Bibliographie

BAYART Jean-François, « En finir avec les études postcoloniales », Le Débat, n°154, mars-avril 2009, pp. 119-140.

BLOCH Marc, Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Colin, 1999.

FOUCAULT Michel, « Les déviations religieuses et le savoir médicale », Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, p. 628.

HYAM Ronald, Empire and Sexuality: The British Experience, Manchester, University of Manchester Press, 1990.

MANDROU Robert, Magistrats et sorciers en France au xviiie siècle, Paris, Plon, 1968.

MUCHEMBLED Robert, La sorcière au village, xve-xviiie, Paris, Gallimard, 1991.

TARAUD Christelle, La Prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Dorlin Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1467

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org