Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Descoutures Virginie, Digoix Marie, Fassin Éric, Rault Wilfried (dir.), Mariages et homosexualités dans le monde : L’arrangement des normes familiales

Paris, Autrement, 2008
David Paternotte
Référence(s) :

Descoutures Virginie, Digoix Marie, Fassin Éric, Rault Wilfried (dir.), Mariages et homosexualités dans le monde : L’arrangement des normes familiales, Paris, Autrement, 2008

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Mariages et homosexualités dans le monde : L’arrangement des normes familiales est le premier de la collection Sexes en tous genres, dirigée par Louis-Georges Tin aux Éditions Autrement. Il est issu d’un colloque organisé en décembre 2006 à l’École normale supérieure, au cours duquel sont aussi intervenus, au titre de discutants, Daniel Borrillo, Michel Feher, Patrick Festy, Claude Martin et Marie-Ange Schiltz. Moins de deux ans plus tard, leurs différentes contributions ont été réunies dans un recueil pionnier, notamment par son ouverture internationale. Cet ouvrage couronne aussi les travaux menés depuis plusieurs années sous la houlette de Patrick Festy et Marie Digoix au sein de l’unité de comparaisons internationales de l’INED. Ceux-ci ont porté sur la reconnaissance des unions de même sexe et des familles homoparentales et comprennent notamment l’organisation, avec le département d’histoire économique de l’université de Stockholm, d’une conférence internationale en Suède en septembre 2003 (Festy et Digoix, 2004), ainsi qu’un travail de comparaison minutieux, par le juriste néerlandais Kees Waaldijk, des législations adoptées en Europe en matière d’unions de même sexe (Waaldijk, 2005 ; Waaldijk et Fassin, 2008).

Un ouvrage pionnier

  • 1  Il faut notamment rappeler l’ouvrage pionnier de Daniel Borrillo, lui aussi issu d’un colloque int (...)

2Cet ouvrage est important parce qu’il constitue un des premiers livres francophones de sciences sociales réunissant des textes sur la reconnaissance légale des unions de même sexe et des familles homoparentales dans différents pays1. Il élargit ainsi un débat tant académique que social trop souvent limité aux confins des États-nations. Cette démarche est d’autant plus importante que le statut légal des unions homosexuelles et des familles homoparentales constitue aujourd’hui un enjeu transnational, dont les causes sont souvent partagées par plusieurs sociétés et dont les solutions légales tendent à converger (Kollman, 2007). Deuxièmement, cet ouvrage confirme la spécificité voire le caractère anecdotique de certains éléments centraux des débats français, tels que le souci de l’ordre symbolique ou la peur du communautarisme (Butler, 2006). La comparaison remplit ainsi ses objectifs, dans la mesure où elle a notamment pour but de relativiser ce qui semble trop évident, d’introduire de nouvelles idées et de révéler, à l’image des travaux d’Éric Fassin sur la France et les États-Unis (Fassin, 1998), l’existence d’autres lignes de fracture et d’autres axes de débats. Ce livre souligne en d’autres mots que certains problèmes similaires ont pu être interprétés différemment et que ce qui paraissait insurmontable en France a pu ne pas être abordé – ou très peu - ailleurs. Enfin, ce livre fait connaître au public francophone des travaux très importants et souvent méconnus pour des raisons linguistiques et culturelles, tels que les recherches de Jeffrey Weeks, Judith Stacey ou Ellen Lewin. Or, ces auteurs sont considérés comme d’incontournables références dans d’autres univers académiques. Ce livre inclut également de jeunes docteurs ou doctorants dont il popularise les travaux, comme, outre Virginie Descoutures et Wilfried Rault, José Ignacio Pichardo Galán, Cathy Herbrand, Frédéric Jörgens, Arnaud Lerch et Baptiste Coulmont. Plusieurs d’entre eux étaient encore en thèse au moment du colloque et ont depuis lors publié des ouvrages importants (Pichardo Galán, 2009 ; Rault, 2009).

3La notion de norme, définie à la fois comme loi (au sens juridique) et norme proprement dite (au sens social), offre une cohérence à la diversité des contributions. Il s’agit de comprendre comment s’enchevêtrent et s’influencent les normes juridiques et sociales relatives aux couples de même sexe et aux familles homoparentales, comment elles sont remises en cause et se transforment ou se perpétuent. Dans ce cadre, le droit apparaît comme dynamique et n’est pas seulement appréhendé comme le reflet souvent décalé des normes sociales et comme l’instrument de leur perpétuation, mais aussi comme un moyen de les remettre en cause. En d’autres mots, le droit n’encadre et ne donne pas uniquement une forme aux évolutions de la société, mais peut aussi opérer en tant que levier pour changer cette dernière. Ces contributions soulignent aussi la mise en débat nouvelle, à la faveur de ces discussions, de normes juridiques et sociales longtemps considérées comme intangibles et soudainement devenues négociables. De cette manière, pour reprendre l’analyse d’Éric Fassin (2005), ces normes se seraient démocratisées.

4Cette étude des normes se structure plus spécifiquement autour de deux axes. Elle porte d’une part sur les opérations d’institution et d’institutionnalisation des normes conjugales et familiales. Il s’agit, à ce niveau, de comprendre la construction politique des lois, c’est-à-dire le passage des normes sociales aux normes de droit (et inversement), ainsi que les opérations par lesquelles des revendications somme toutes assez proches (même si elles ont pu être adoptées au terme de débats associatifs et communautaires distincts) ont produit des solutions juridiques et politiques différentes. Cette approche souligne ainsi les bricolages et les compromis conclus dans chaque société et montre combien ceux-ci sont profondément liés à un passé et une culture nationale spécifiques, ainsi qu’à des éléments contextuels propres à chaque scène politique. Elle éclaire par exemple les raisons pour lesquelles les partenariats britanniques ou scandinaves n’apparaissent pas nécessairement comme discriminatoires dans ces pays alors qu’ils sont réservés aux couples de même sexe. Elle dévoile aussi les entorses à l’universalisme du mariage belge ou espagnol.

5D’autre part, ce livre examine la manière dont les normes tant juridiques que sociales sont vécues et aménagées par les principaux intéressés, soit les gays et les lesbiennes. Il porte sur l’expérience et les opérations de négociation des injonctions normatives, ainsi que sur la manière dont leur pratique au quotidien tend à les transformer. Plusieurs chapitres révèlent toutefois l’ambiguïté de ces changements. On ne peut en effet affirmer que rien ne change et que le mariage gay ou l’homoparentalité reproduisent et consolident les normes familiales traditionnelles. En même temps, il serait trop rapide de conclure à une révolution. Ces changements apparaissent plutôt comme équivoques voire contradictoires, les individus essayant, de manières souvent diverses, de donner un sens à des situations qui étaient au départ peu intelligibles.

6Ce livre souligne donc les éléments communs et trop souvent négligés d’un processus qui s’étend aujourd’hui à de nombreux endroits de la planète. On ne peut en effet plus étudier la reconnaissance légale des unions de même sexe et des familles homoparentales de manière isolée, sans tenir compte des évolutions se produisant à l’étranger. Les militants sont informés et communiquent au-delà des frontières ; les parlementaires et les administrations enquêtent sur les modalités juridiques étrangères. Des idées circulent, des communautés et des réseaux transnationaux apparaissent, un certain air du temps influence l’orientation des débats. En même temps, ce livre montre que les débats qui ont conduit à ces nouvelles normes comme l’expérience concrète des individus peuvent diverger. Ces divergences peuvent porter sur le contenu précis des revendications. Par exemple, au-delà de l’exigence commune d’égalité des droits entre unions de même sexe et de sexe différent, des choix distincts ont été posés pour des raisons tant stratégiques qu’idéologiques ou culturelles. Elles peuvent aussi concerner la manière dont ces débats s’enchevêtrent et sont connectés à d’autres discussions : primat donné au couple ou à la famille, articulation aux débats sur la citoyenneté ou le mariage blanc, dynamiques de démocratisation et de modernisation, etc. Elles peuvent également avoir trait aux conséquences de ces réformes. Il serait en effet naïf d’imaginer qu’elles produiront partout les mêmes résultats car les terreaux d’accueil sont distincts et les opérations de réception et de traduction divergeront. Par exemple, le degré de désinstitutionnalisation de la famille n’est pas le même en Europe du Nord qu’en Espagne, où celle-ci reste un élément fondamental de l’organisation économique et sociale. Par conséquent, le sens donné à l’ouverture du mariage et pratiqué par les acteurs ne peut être identique. Ces divergences peuvent enfin apparaître à la suite de résistances différentes et des réponses que décident d’y apporter les gays et les lesbiennes et les mouvements LGBT. Selon qu’elles viennent d’acteurs laïques liés à un certain pouvoir académique ou de groupes politiques et religieux conservateurs, parfois porteurs des valeurs de régimes politiques antérieurs, ces résistances produiront d’autres contre-discours et contre-pratiques.

Une comparaison inachevée

7La principale critique qui peut être portée à cet ouvrage porte sur le caractère inachevé de la comparaison. Il s’agit en effet plus d’une collection de textes sur des histoires nationales issus d’un colloque prometteur que d’une comparaison en tant que telle. Certains textes traitent plutôt des unions homosexuelles et d’autres des familles homoparentales ; plusieurs évoquent l’amont, tant juridico politique que social, de ces normes tandis que d’autres traitent de l’aval, une fois que celles-ci ont été mises en place. Pour cette raison, de nombreuses questions restent en suspens et on ne sait par exemple pas si tel enjeu, qui semble central dans un pays donné, a été abordé dans les autres. Pour pallier à cet écueil, il faudrait emprunter une démarche systématique et soumettre les cas à un ensemble de questions identiques. On obtiendrait ainsi des axes homogènes d’analyse, qui permettraient de confronter les cas étudiés. Il conviendrait également de justifier de manière plus élaborée le choix de ces derniers et de l’objet traité dans chacun d’entre eux. On peut en effet s’étonner de l’absence des Pays-Bas ou que certains n’abordent que l’institutionnalisation du couple de même sexe tandis que d’autres se concentrent sur des enjeux liés aux familles homoparentales. La mise sur pied d’une équipe internationale de recherche, qui élaborerait son agenda et le réaliserait conjointement, constituerait une autre manière d’approfondir ces réflexions. Toutefois, ces critiques et suggestions invalident moins l’apport fondamental de cet ouvrage qu’elles ne constituent une invitation à poursuivre l’élan proposé.

Haut de page

Bibliographie

BORRILLO Daniel (dir.), Homosexualités et droit : De la tolérance sociale à la reconnaissance juridique, Paris, PUF, 1998.

BUTLER Judith, « La parenté est-elle toujours déjà hétérosexuelle ? », in Butler Judith, Défaire le genre, Londres, New York, Routledge, 2006 (2004), pp. 123-153.

CADORET Anne, GROSS Martine, MÉCARY Caroline, PERREAU Bruno (dir.), Homoparentalités : approches scientifiques et politiques, Paris, PUF, 2006.

FASSIN Éric, « Homosexualité et mariage aux États-Unis », Actes de la recherche en sciences sociales, 125, 1998, pp. 63-73.

FASSIN Éric, « La démocratie sexuelle », Comprendre, 6, 2005, pp. 263-272.

FESTY Patrick, DIGOIX Marie (dir.), Same-sex couples, same-sex partnerships, and homosexual marriages, Paris, INED, 2004 (document de travail n° 124).

GROSS Martine (dir.), Homoparentalité : État des lieux, Toulouse, Erès, 2005.

KOLLMAN Kelly « Same-Sex Unions: The Globalization of An Idea », International Studies Quarterly, 51, 2007, pp. 329-357.

PICHARDO GALÁN José Ignacio, Entender la diversidad familiar, Barcelone, Bellaterra, 2009.

RAULT Wilfried, L’invention du pacs : Pratiques et symbolique d’une nouvelle forme d’union, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

WAALDIJK Kess, More or less together: levels of legal consequences of marriage, cohabitation and registered partnership for different-sex and same-sex partners, Paris, INED, 2005 (document de travail n° 125).

WAALDIJK Kees, FASSIN Éric, Droit conjugal et unions du même sexe : mariage, partenariat et concubinage dans neuf pays européens, Paris, PUF, 2008.

Haut de page

Notes

1  Il faut notamment rappeler l’ouvrage pionnier de Daniel Borrillo, lui aussi issu d’un colloque international (Borrillo, 1998). Il s’agit néanmoins d’un travail essentiellement juridique, qui ne se limite en outre pas aux unions de même sexe et aux familles homoparentales. Par ailleurs, il ne faut pas oublier les ouvrages issus des conférences de l’APGL qui, s’ils ne procèdent pas d’une volonté de comparaison systématique, ont toujours inclus des chapitres sur des pays étrangers et comprennent de nombreux textes de sciences sociales (notamment Gross, 2005 ; Cadoret, Gross, Mécary et Perreau, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Paternotte, « Descoutures Virginie, Digoix Marie, Fassin Éric, Rault Wilfried (dir.), Mariages et homosexualités dans le monde : L’arrangement des normes familiales », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1468

Haut de page

Auteur

David Paternotte

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org