Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme

Paris, Presses de Sciences Po, 2009
Massimo Prearo
Référence(s) :

Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009

Texte intégral

1À la suite du colloque international « Genre et militantisme », tenu à l’Université de Lausanne les 26 et 27 novembre 2004, Olivier Fillieule et Patricia Roux coordonnent un ouvrage particulièrement stimulant. Avec cette nouvelle publication, les Presses de Sciences Po poursuivent leur installation dans le champ éditorial de la recherche politique et confirment leur politique d’exploration de thématiques nouvelles et novatrices.

2Non que les études de genre soient en elles-mêmes un domaine inattendu. Les développements récents de ce domaine de recherche, ainsi que le renforcement de l’« axe genre » dans les universités françaises, constituent autant d’éléments cruciaux qui expliquent et favorisent l’émergence de nouveaux territoires de recherches et donc de nouvelle pistes de réflexion.

3L’originalité et le mérite de cet ouvrage est de fournir à la fois un panorama du potentiel heuristique qu’implique la prise en compte du genre comme « catégorie d’analyse » et une introduction à l’analyse politique du genre. Une analyse politique qui nécessite de revenir sur les fondements des théories des mouvements sociaux et de « redéfinir les frontières du militantisme et donc des entreprises de mouvement social par le rejet des découpages usuels entre privé et public, politique et domestique, résistance et action politique » (28-29).

  • 1  Voir à ce propos, comme l’indique Fillieule, « les deux numéros spéciaux de la revue Gender and So (...)

4À ce propos, l’essai introductif d’Olivier Fillieule montre bien à quel point l’analyse politique a longtemps ignoré la dimension sexuée des clivages qui traversent, structurent et organisent les pratiques militantes. Et, partant, à quel point elle s’est focalisée sur les aspects institutionnels (constitution et genèse des mouvements, positionnements stratégiques, etc.) en reléguant à un second plan, voire en ignorant tout simplement, les dynamiques de genre constitutives de ces mêmes processus institutionnels. Ainsi, la prise en compte du fait que tout mouvement social est un « mouvement social sexué » (Kergoat) constitue un acquis incontournable de la recherche politique contemporaine. Ce postulat, qui est en réalité le résultat d’enquêtes et de travaux émergés dans le champ des études féministes nord-américain1, mais aussi dans le champ du courant féministe matérialiste (Mathieu, Guillaumin, entre autres), conduit à « explorer quelques pistes de réflexion sur la fertilité d’une perspective de genre pour penser à nouveaux frais certaines questions canoniques de la sociologie des mouvements sociaux » (27).

5L’ouvrage est organisé en trois parties : la première, traitant des « trajectoires militantes sexuées », la seconde des « ambivalences du genre » et la troisième de « l’imbrication des rapports de domination » de sexe, de « race » et de classe. La première met l’accent sur quelques points particulièrement saisissant qui ressortent des enquêtes. Marie Buscatto, dans son essai sur le syndicalisme en entreprise, une activité considérée souvent spécifiquement masculine a priori, prolonge ainsi son travail sur « les relations sociales en entreprise ». Force est de constater, écrit-elle, que vingt-cinq ans après la publication de « l’ouvrage de Margaret Maruani publié en 1979 sur les relations entre féminisme et syndicalisme [où] la parité apparaît déjà comme un objectif porté par les syndicalistes les plus haut placé(e)s, tant dans leurs publications et déclaration qu’au sein de nombreuses commissions [et malgré] les discours toujours aussi volontaristes […] les femmes restent sous-représentées dans les instances syndicales, notamment au plus hautes sphères du pouvoir » (75). Plusieurs interprétations sont généralement invoquées pour expliquer cette contradiction, qui vont des approches s’intéressant « à la reproduction, au sein des organisations syndicales, de rapports sociaux sexués qui œuvrent dans la société en général » aux approches qui visent davantage les modalités selon lesquelles « les femmes tentent de se construire une place reconnue au sein des mouvements sociaux et de transgresses des fonctionnements traditionnels masculins ». Marie Buscatto, quant à elle, se propose justement de « croiser ces différentes perspectives en situant la faible insertion des femmes dans les organisations syndicales au croisement de processus internes aux syndicats et de rapports sociaux sexués plus larges. Pour ce faire, explique-t-elle, nous sommes partie de l’activité syndicale quotidienne, afin d’y repérer les modalités de production et de légitimation des différences sexués traversant les grandes organisations syndicales françaises » (76).

6Si l’essai introductif d’Olivier Fillieule incite plus particulièrement sur l’aggiornamento théorique et paradigmatique nécessaire dans les domaines de la science et de la sociologie politique, letravail de Buscatto permet d’insister sur la nécessité de construire des nouvelles méthodes d’approches et d’enquêtes qui parviennent à mettre en évidence le déploiement des dynamiques de genre dans les différents terrains explorés et, en même temps, qui définissent les sites de production et de reproduction des rapports de domination et mettent en évidence leur caractère genré, « racialisé » et classiste, et donc leur « imbrication » constitutive.

7Et c’est bien le mérite de Martina Avanza de présenter un article passionnant sur l’engagement militant, et même féministe, des « femmes padanes » au sein du parti italien désormais ouvertement xénophobe, raciste, machiste et homophobe de la Ligue Nord. Comme elle le remarque, il serait tentant dans un tel contexte, et « étant donné la place minoritaire occupée par les femmes à la Ligue et l’importance accordée dans les discours à la virilité », de se « limiter à voir les militantes léguistes comme des femmes “potiches” permettant au parti d’attirer l’électorat féminin qui lui fait défaut ». Mais, explique-t-elle, « si l’on s’intéresse aux trajectoires des militantes du parti et moins au discours et à l’organisation de celui-ci, la question devient d’emblée plus complexe. En effet, ce parti machiste peut néanmoins devenir un moyen permettant à des militantes de s’émanciper, de faire carrière, de transformer leur vie et la vision qu’elles ont d’elles-mêmes » (144). Ce qui confirme, contre le sens commun qui s’attendrait à ne situer l’engagement des femmes que dans des mouvements féministes, l’observation selon laquelle « même dans les mouvements où les femmes sont maintenues de fait et idéologiquement dans des positions dominées, la seule participation peut être productrice d’affranchissement » (65).

8On pourrait dire, en prenant le contre-pied de la critique de la « dématérialisation des rapports sociaux de sexe » avancée par Elsa Galerand dans son article sur la Marche Mondiale des femmes, que l’introduction de la perspective « genre » dans l’analyse politique produit un effet de matérialisation de la dimension genrée de l’univers militant. Elle rend visibles, par exemple, des formes spécifiques de militantisme auparavant indûment associées à des mouvements sociaux entendus comme des espaces neutres et affranchis des rapports de domination « sociétaux », alors qu’elles se trouvent traversées d’un bout à l’autre par des dynamiques que seule l’analyse des trajectoires individuelles permet de mettre en évidence.

9De ce point de vue, les contributions présentent, à nos yeux, la limite de ne pas assez insister sur les modalités d’accès au terrain – sans doute le moment réflexif n’est-il pas (toujours) conciliable avec le moment herméneutique – ou sur les stratégies mises en œuvre par les enquêtrices et les enquêteurs pour travailler la dimension genrée des rapports sociaux et, dans le cas spécifique, des rapports militants ; mais aussi sur les stratégies d’évitement ou de matérialisation ou d’émancipation mises en œuvre par les enquêté-e-s sur le terrain. Car, comme le souligne Fillieule, il semble difficile de croire « à la relative immuabilité de l’asymétrie des rapports de genre ». En effet, « les mouvements protestataires, qu’ils soient progressistes ou pas, peuvent fonctionner comme des lieux de travail du genre », au sens où l’entendait le « Bourdieu du Sens pratique pour qui “dans la lutte idéologique entre les groupes (classe d’âge ou classes sexuelles, par exemple) ou les classes sociales pour la définition de la réalité, à la violence symbolique, comme méconnue et reconnue, donc légitime, s’oppose la prise de conscience de l’arbitraire qui dépossède les dominants d’une part de leur force symbolique en abolissant la méconnaissance” » (p. 63-64). On ne peut donc que partager la conclusion d’Olivier Fillieule selon lequel « tout ceci souligne in fine le potentiel libérateur de l’engagement dans des activités sociales d’autant plus émancipatrices pour les plus opprimé(e)s qu’elles leur offrent, par la relative malléabilité de leur contenu politique, le moyen de briser le cercle de la domination » (72).

10Pour conclure et tirer profit de l’« effet salutaire » qu’un tel ouvrage ne pourra manquer de produire dans le domaine de la recherche politique contemporaine, on serait tenté de souligner la nécessité, pour tout domaine de recherche émergeant, de s’engager dans une démarche réflexive. C’est tout du moins l’enseignement que l’on tire de la journée d’étude « Le sexe et l’orientation sexuelle du chercheur sur son terrain » organisée par Patrick Awondo et Mélanie Gourarie le 15 avril 2010 à l’EHESS ou du séminaire animé par Marianne Blidon et Sébastien Roux, dans la même École, « La dimension sexuée du processus d’enquête : genre, sexualité et réflexivité ».

11Souligner les vertus heuristiques et questionner les limites épistémologiques d’une perspective de recherche, c’est s’interroger en retour sur le « potentiel libérateur » que peuvent représenter ces études pour celles et ceux-là même qui les réalisent. L’ouvrage ici analysé, qui a le mérite de présenter une grande variété de perspectives analytiques, par sa richesse théorique, nous incite donc à entreprendre cette démarche réflexive et à nous interroger sur les effets que produit l’institutionnalisation de paradigmes de recherche « autorisées », quels qu’ils soient. C’est notamment se demander dans quelle mesure cette institutionnalisation conduit à l’introduction dans le champ universitaire de nouveaux rapports de force. Car, s’il est vrai que « la reconnaissance des problématiques “genre”, en même temps qu’elle met crûment en lumière le sexisme du champ universitaire » implique « la nécessité de le penser en termes de rapports sociaux de sexe » (27), il est vrai aussi que la reconnaissance de la problématique « genre » en tant qu’axe de recherche reconnu et institutionnalisé, et donc dûment financé, comme critère de sélection et d’accès aux carrières universitaires, en même temps qu’il favorise l’émergence de problématiques nouvelles et novatrices, disions-nous plus haut, implique la nécessité de repenser, ou de continuer de penser, le champ universitaire en termes de rapports de pouvoir.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce propos, comme l’indique Fillieule, « les deux numéros spéciaux de la revue Gender and Society, dirigés par Verta Taylor et Nancy Wittier » (p. 24), datant de 1998 et 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massimo Prearo, « Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1471

Haut de page

Auteur

Massimo Prearo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org