Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Herzog Dagmar, Sex in Crisis. The new sexual revolution and the future of American Politics

New York, Basic Books, 2008
Alain Giami
Référence(s) :

Herzog Dagmar, Sex in Crisis. The new sexual revolution and the future of American Politics, New York, Basic Books, 2008

Texte intégral

1Dagmar Herzog est historienne. Elle vit aux États-Unis et enseigne à la City University of New York (Graduate Center). Elle a beaucoup publié sur l’histoire de la sexualité en relation avec les fascismes européens et le nazisme. Elle avait déjà montré dans un précédent ouvrage (Sex after Fascism, Memory & Morality in Twentieth-century Germany, Princeton, Princeton University Press, 2005) comment le régime nazi avait proposé aux « aryens sains » d’expérimenter le plaisir sexuel sous la forme d’une valeur morale positive. Son travail avait ainsi permis de comprendre comment les valeurs positives attachées au plaisir sexuel n’étaient pas toujours associées à des projets d’émancipation individuelle et sociale et pouvaient faciliter l’adhésion à des idéologies ou des régimes autoritaires….. Dure leçon qui remet en cause les idées sur la place de la sexualité comme moteur de l’émancipation sociale (Allyn David, Make Love, Not War: The Sexual Revolution: An Unfettered History, Boston, Little, Brown and Company, 2000 ; Escoffier Jeffrey, Sexual Revolution, New York, Thunder's Mouth Press, 2003).

2Dagmar Herzog revient sur cette question dans son dernier ouvrage Sex in crisis. The new sexual revolution and the future of American Politics publié en 2008, qui s’inscrit dans la même veine et apporte des éclairages nouveaux sur l’idéologie, la politique et les débats contemporains sur la sexualité aux États-Unis. Herzog analyse l’influence des droites religieuses catholiques et évangéliques, la Droite Chrétienne, et la façon dont leurs théories ont influencé de façon profonde les débats sur la sexualité et la « santé sexuelle » aux États-Unis. Elle montre par ailleurs comment le thème de la sexualité est devenu le principal cheval de bataille de cette Droite Chrétienne, et lui a permis de développer son influence auprès de publics non nécessairement conservateurs bien au delà du domaine de la sexualité.

3Herzog développe trois thèses principales : tout d’abord, elle met en évidence comment le programme politique de la nouvelle Droite Chrétienne est fondamentalement un programme sexuel, qui a puisé toute la force de son argumentation et assuré le succès de ses thèses grâce à une nouvelle conception positive des questions sexuelles. Elle établit ensuite une filiation entre d'une part, les idées de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970, fondées sur l’optimisme et la valorisation du plaisir sexuel et les choix individuels en matière de santé sexuelle et reproductive, et, d'autre part, la nouvelle argumentation de la Droite Chrétienne qui a su adapter cette rhétorique à son programme politique en restreignant la valorisation du plaisir sexuel à la sphère de la sexualité conjugale – seul domaine où il est légitime d’avoir une activité sexuelle. Elle montre enfin, comment le programme sexuel de la Droite Chrétienne s’est imposé dans le débat politique et culturel des États-Unis et s’est traduit – sous la présidence Bush – en recommandations de politiques publiques aux États-Unis et dans les pays qui bénéficiaient de l’assistance humanitaire américaine en matière de prévention du sida, des IST, des grossesses non planifiées. Cette politique s’est concrétisée dans des programmes fondés sur l’abstinence pré-conjugale et la fidélité conjugale au détriment d’approches préventives plus laïques.

4Dans le premier chapitre, l’auteure rappelle tout d’abord les développements qui ont eu lieu dans le sens d’une médicalisation de la sexualité, qui concernent non seulement les médecines somatiques et la pharmacologie pour le traitement des troubles sexuels, mais aussi les approches psychologiques et psychiatriques, conçues pour répondre aux « problèmes » posés par le développement de la consommation de pornographie. Elle apporte des informations précieuses sur la pathologisation (médicale et psychiatrique) de ces « problèmes » et leur conceptualisation en termes d’addiction sexuelle et de « faible estime de soi ». Elle met en parallèle les difficultés suscitées par les « angoisses de performance » et la « baisse de l’estime de soi ». La consommation élevée de pornographie – principalement sur Internet – aurait ainsi sa source dans une « faible estime de soi » des consommateurs eux-mêmes et aurait aussi des conséquences négatives sur l’estime de soi de leurs partenaires qui se sentent ainsi dévalorisées dans leurs capacités sexuelles. La pornographie viendrait ainsi perturber « l’harmonie des plaisirs conjugaux » fondée sur une supposée adéquation entre l’expérience subjective de l’ici et maintenant et l’imaginaire. Herzog nous révèle ici comment cette médico-psychologisation de la sexualité révèle les anxiétés qui habitent les couples américains face à la fragilité de leurs performances sexuelles et de leurs attachements affectifs et relationnels, ce qui constitue le terrain propice au développement des réponses politiques et sexuelles de la Droite Chrétienne.

5C’est avec le deuxième chapitre Soulgasm que l’on entre dans le vif du sujet de l’aggiornamento de la Droite Chrétienne à l’égard de la sexualité conjugale. Celle-ci est désormais parée de toutes les vertus et elle réserve les plaisirs les plus insoupçonnés et les plus intenses à ceux qui savent la pratiquer à bon escient, et qui auront su attendre pour bénéficier des joies du mariage. Herzog expose le renouvellement du discours religieux chrétien qui valorise désormais la sexualité conjugale dans des propos très inspirés des travaux de Masters & Johnson. Le mariage apparaît ici comme le lieu naturel de la sexualité, et toutes les variations de la vie sexuelle – hétérosexuelle – y sont désormais tolérées et même parfois encouragées à partir du moment où elles contribuent à l’édification et au renforcement des liens entre les époux. On lit des pages très surprenantes sur les arguments invoqués par la Droite Chrétienne pour justifier la pratique du sexe oral et du sexe anal entre époux et même des « quickies » (actes sexuels très rapides sur le coin d’une table de cuisine) qui permettent à l’homme de gérer son énergie débordante dans le cadre du mariage et à la femme de le satisfaire. Car pour ces nouveaux chrétiens qui tirent leurs idées de la Bible la sexualité, contenue avant le mariage, est devenue l’un des fondements de la constitution et du maintien du couple.

6Dans le troisième chapitre, consacré à la question gay, Herzog fait apparaître le déplacement de la norme. Si toutes les pratiques sexuelles – y compris celle qui a été attribuée aux homosexuels pendant des siècles, la sodomie –, sont désormais tolérées, voire même encouragées, mais uniquement dans le cadre du mariage, l’homosexualité et les revendications égalitaires des mouvements gays et lesbiens sont devenues l’ennemi principal. La politique sexuelle de la Droite Chrétienne prend forme dans une croisade contre les revendications à l’égalité des droits, notamment en matière d’adoption par les gays et lesbiennes. Parmi les arguments développés à l’encontre des gays, l’idée selon laquelle ils seraient des victimes d’une sexualité défaillante et accessibles à des « thérapies réparatrices » dites aussi « thérapies de conversion ». L’homophobie institutionnalisée dans ces organisations aurait ainsi remplacé le discours raciste envers les Africains-américains désormais impossible à tenir explicitement aux États-Unis. Les gays viennent ainsi occuper la place laissée vacante par les africains américains comme boucs émissaires. Herzog fait ainsi apparaître la dissymétrie de cette politique sexuelle. Si les pratiques sexuelles autrefois considérées comme homosexuelles sont entrées dans la chambre conjugale, et Herzog parle ici d’homosexualisation de la sexualité hétérosexuelle, inversement l’hétérosexualisation (on dirait plutôt l’entrée dans l’hétéronormativité) des homosexualités est combattue violemment. Cette stratégie aurait été élaborée lors d’une conférence qui s’est tenue au printemps 1994 au Colorado, dans laquelle Judith Reisman avait lancé une violente campagne contre l’Institut Kinsey fondée sur l’argument de l’équivalence entre l’homosexualité et la pédophilie – discours entendu encore récemment sous la plume du Secrétaire d’État du Vatican lors d’un déplacement au Chili… La campagne homophobe de la Droite Chrétienne s’est donc inscrite dans une stratégie raisonnée regroupant des psychologues, des médecins, des juristes et des théologiens.

7Le quatrième chapitre est consacré à l’éloge de l’abstinence. Deux arguments principaux sont disséqués par Herzog. Tout d’abord, il s’agit de se préparer à l’avènement de cette vie sexuelle conjugale épanouie et de ne pas gâcher l’expérience du mariage avec des expériences qui ne peuvent être que décevantes du fait de l’immaturité psycho-sexuelle des jeunes et du caractère inapproprié de la vie sexuelle en dehors du cadre du mariage. Il faut donc attendre pour mieux en profiter et de façon plus intense après le mariage. Mais cette préparation au mariage fondée sur le renoncement, le fait de savoir dire non, est aussi censée développer une très forte estime de soi et le sens d’une personnalité bien trempée. On propose de faire le choix entre le relâchement dans une vie sexuelle pré-conjugale forcément insatisfaisante et pleine de dangers et l’effort à accomplir pour développer les performances sportives et professionnelles. Toute une culture de l’abstinence, une culture rebelle qui emprunte au Rock se met en place : le sida, les infections sexuellement transmissibles et les grossesses non planifiées apporteraient la preuve de la nécessité de l’abstinence.

8Le cinquième chapitre est consacré à l’analyse de la mise en place des politiques internationales d’aide humanitaire dans le domaine de la santé sexuelle, de la prévention du sida et de la santé reproductive en Afrique Australe et dans les Caraïbes notamment. Herzog met parfaitement en évidence, documents à l’appui, comment l’agenda de la Droite Chrétienne s’est traduit dans des mesures et des recommandations dictées dans le PEPFAR (Programme Présidentiel pour la lutte contre le sida) et financées par USAID – l’organisme fédéral de l’aide humanitaire. Les représentants de la Droite Chrétienne ont ainsi commencé à limiter les programmes de distribution de préservatifs censés favoriser la promiscuité, au profit de programmes fondés sur l’abstinence et la fidélité conjugale. De façon plus globale, ces programmes ont favorisé les investissements sur les traitements médicamenteux du sida au détriment des mesures de prévention. On peut voir dans ces orientations les fondements des nouvelles stratégies préventives fondées sur le recours aux traitements médicamenteux et à la circoncision masculine.

9Au final, l’ouvrage de Dagmar Herzog décrit comment « l’agenda politique de la sexualité » a été recentré sur une revalorisation de la sexualité reproductive et de la sexualité conjugale hétérosexuelle face à l’émergence des revendications des femmes en matière de contrôle des capacités reproductives, des revendications égalitaires des mouvements gay et lesbiens en matière de famille et de parenté, et au développement des politiques de santé destinées aux adolescents. Partant de l’idée selon laquelle la révolution sexuelle a consisté en un processus qui a instauré la dissociation entre le plaisir sexuel et la sexualité reproductive, d’une part, et qui a détaché la vie sexuelle de la conjugalité d’autre part, Herzog met en évidence comment le fait de continuer à valoriser le plaisir sexuel tout en renforçant son ancrage dans la conjugalité a conduit à la « récupération » des idées de l’émancipation sexuelle. En effet, les théoriciens et les activistes de la Droite Chrétienne ont bien su reprendre à leur compte l’idée de la valorisation positive du plaisir et de l’épanouissement sexuel, mais cela a été pour mieux le recadrer à l’intérieur de la conjugalité, principe jamais remis en question et bien au contraire poussé au pinacle. Cela a conduit à une stratégie dans laquelle c’est bien à partir de la valorisation du plaisir sexuel dans le cadre conjugal que l’on dévalorise l’expression sexuelle en dehors du mariage.

10Que nous apprend ce livre finalement ? Il nous rappelle toute l’importance des discours et des valeurs religieux dans les débats sur les questions sexuelles et dans la mise en place des politiques de santé sexuelle et reproductive, mais surtout comment ces discours de la nouvelle Droite Chrétienne américaine se sont construits sur les idées de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970 et les ont « récupérées » en les enfermant dans la conjugalité. Il nous montre aussi la prégnance et l’origine idéologique des discours de l’abstinence et de la fidélité que l’on retrouve sous une forme édulcorée dans les propositions de la « santé sexuelle » et surtout celles qui sont destinées aux adolescents pour lesquels toute vie sexuelle active est considérée comme un risque en soi. Il nous permet enfin de comprendre la périodisation des idéologies qui ont eu pour vocation de contribuer à l’émancipation individuelle et collective et leur transformation en des dispositifs de domination et de manipulation politiques. Il en reste que quoiqu’on en fasse, les questions sexuelles sont toujours des questions politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Giami, « Herzog Dagmar, Sex in Crisis. The new sexual revolution and the future of American Politics », Genre, sexualité & société [En ligne], 3 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/1474

Haut de page

Auteur

Alain Giami

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org