Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Les transformations de la volonté de sa/voir pornographique après trente ans de sida. À propos de Dean Tim, Unlimited Intimacy. Reflections on the Subculture of Barebacking

Chicago, University of Chicago Press, 2009
Florian Vörös
Référence(s) :

DEAN Tim, Unlimited Intimacy. Reflections on the Subculture of Barebacking, Chicago, University of Chicago Press, 2009

Texte intégral

  • 1  Ce retour en force des approches médicales de l’homosexualité masculine a notamment été critiqué p (...)

1To ride bareback, littéralement « monter à cru », est une expression issue du rodéo (« monter à cheval sans selle ») resignifiée dans les années 1990 par des communautés sexuelles de gays séropositifs pour désigner les plaisirs et les sociabilités qui se construisent autour de la pratique de la pénétration anale sans préservatif. Depuis les premières paniques morales suscitées par la « diffusion » de cette pratique au sein des communautés gays urbaines nord-américaines et européennes, le barebacking est envisagé par une grande partie des discours scientifiques et journalistiques comme le symptôme d’affections morales et pathologiques1 ravageant la population homosexuelle : troubles du contrôle sexuel, dépression, homophobie intériorisée, haine de soi, égoïsme, ou encore désir de meurtre.

2Tim Dean, directeur de l’Institut de lettres de l’Université de Buffalo, est, depuis Beyond Sexuality (2000)et Homosexuality and Psychoanalysis (2001), une figure centrale des études queer nord-américaines. Le travail de recherche et d’écriture à l’origine de Unlimited Intimacy a été réalisé à San Francisco. Dès l’introduction de l’ouvrage, ironiquement intitulée « confessions d’un barebacker », l’auteur propose une rupture radicale par rapport aux discours qui diabolisent et pathologisent le barebacking, en appliquant à cette culture la démarche anthropologique queer esquissée par Gayle Rubin dans Penser le sexe (2001): il s’agit de dépasser les dichotomies normatives sain/malsain et bon/mauvais, pour élaborer une compréhension ethnographique, depuis l’intérieur, de la créativité qui émerge d’une communauté sexuelle stigmatisée et marginalisée, exclue de la sphère médiatique et politique gay hégémonique.

  • 2  « Le choix de conserver certaines expressions anglo-saxonnes est nécessaire lorsqu’il s’agit d’évi (...)

3Tim Dean place également son travail dans la lignée des études menées sur les subcultures2 juvéniles contestataires au sein du Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham en citant notamment les travaux de Dick Hebidge et Stuart Hall. En contrepoint des discours épidémiologiques qui réduisent la pratique intentionnelle du sexe sans préservatif entre hommes à un comportement individuel désocialisé, Unlimited Intimacy prend pour objet les représentations, liens sociaux, codes et identités qui fondent une subculture dissidente. Dans la lignée de son travail théorique antérieur, Tim Dean ancre enfin son travail dans la tradition psychanalytique en travaillant les enjeux identitaires du barebacking avec les concepts de désir, de fantasme et de fétiche.

4Unlimited Intimacy est ainsi le fruit d’une rencontre inédite entre deux formes d’érudition : une grande connaissance des affects, codes et identités propres à la culture bareback san-franciscaine, croisée avec un usage sophistiqué des outils critiques de la théorie queer, de la psychanalyse et des cultural studies. Si l’ouvrage relève davantage du genre de l’essai que de celui de l’enquête ethnographique, l’argumentation repose tout de même sur un matériau empirique composé d’un corpus de représentations audiovisuelles produites « par et pour » la communauté bareback et d’une série d’observations participantes (peu formalisées) dans des bars, des sex clubs et des sites web communautaires.

5La parution à l’été 2009 de cette « étude sérieuse et intelligente qui vise à provoquer, remettre en question, mettre en colère et stimuler le débat »3 a été un événement majeur aux États-Unis dans le domaine des études queer et de la recherche sur le VIH/sida. En France, seul Didier Lestrade lui a consacré un article, mais pour réduire les 229 pages du livre à « une glorification intellectuelle de la baise sans capote », tout en admettant qu’« il s’agit de loin [du] plus érudit jamais écrit sur le phénomène »4. Gabriel Girard a quant à lui souligné l’intérêt de la réflexion de Tim Dean à propos de son coming-out de « barebacker séronégatif » et des suspicions qui entourent les universitaires prônant une compréhension critique du barebacking, plutôt qu’une condamnation morale univoque (Girard, 2010, 8).

6En le réinscrivant dans l’histoire des porn studies, je m’intéresserai pour ma part aux outils fournis par Unlimited Intimacy pour comprendre la transformation historique de la représentation des fluides séminaux et des orifices muqueux dans la pornographie audiovisuelle, après trois décennies d’épidémie de VIH/sida et de campagnes de promotion de l’usage du préservatif. Si l’argumentation de Tim Dean est d’une grande – et parfois excessive – sophistication, elle n’en part pas moins de présupposés simples. D’abord, le succès commercial du porno bareback est lié au fait que les publics eux-mêmes préféreraient pratiquer le sexe anal sans préservatif s’ils en avaient la possibilité. Ensuite, pour le top comme pour le bottom, l’attrait principal de la pratique du barebacking est la maximisation du plaisir à travers la sensation d’une éjaculation interne « sans limites ». Or, comme l’a démontré Linda Williams (1989), le film pornographique moderne, comme genre visuel sui generis, s’est construit autour de la convention du money shot, plan d’éjaculation masculine externe qui constitue à la fois l’apogée et le point final d’une séquence. La tension constitutive du porno bareback est alors de devoir composer avec deux séries de codes culturels a priori opposés et contradictoires : d’une part les codes de la culture bareback basés sur la sensation et l’internalisation du sperme, d’autre part, les codes de la culture pornographique moderne, basés sur son externalisation et sa visibilité.

  • 5  MORRIS Paul, « No limits: necessary danger in male porn », World pornography conference, Los Angel (...)

7En partant de cette idée d’une tension représentationnelle constitutive, l’analyse filmique porte sur les procédés audiovisuels, ou les « tactiques », à travers lesquels l’intensité de la sensation tactile est traduite en plaisir visuel. Cette analyse repose principalement sur les films de l’emblématique et controversé studio de films pornographiques san-franciscain Treasure Island Media, fondé par Paul Morris5, qui a largement contribué à poser les codes du genre à la fin des années 1990. Deux de ces tactiques retiennent particulièrement l’attention. Le « plan de compromis » (compromise shot) qui consiste en une éjaculation externe suivie d’une réinsertion, « compromis entre l’exigence pornographique de visibilité maximale et l’exigence subculturelle d’éjaculation interne » (p. 131). Le « money shot inversé » (reverse money shot) où le climax de la scène devient le plan où « toutes les ‘doses’ (loads) qui ont été éjaculées dans un même passif (bottom) ressortent » (p. 135). Cette hyper-ritualisation érotisée du contact entre le sperme et les muqueuses anales par la pornographie bareback est très différente de la manière de filmer le sexe sans préservatif qui avait cours dans le porno gay avant l’épidémie de VIH/sida. Tim Dean explique en effet de manière convaincante que ce nouveau regard pornographique ne se construit pas sur un oubli du VIH et de la règle du préservatif mais, au contrainte, sur la transgression consciente et jubilatoire d’un double interdit : l’éjaculation sur les muqueuses anales et l’érotisation du virus.

  • 6  L’expression « volonté de sa/voir pornographique » est empruntée à Maxime Cervulle et Nick Rees-Ro (...)

8Tim Dean nous invite alors à voir dans la pornographie bareback quelque chose de plus qu’un simple divertissement polémique : une véritable « expérience de pensée » (p. xi) et un changement de paradigme par rapport aux représentations visuelles antérieures de l’orgasme masculin. Pour ce faire, il retravaille le concept de « frénésie du visible », initialement forgé par Linda Williams pour penser la volonté de savoir masculine sur la « vérité » de la « différence sexuelle » des femmes dans la pornographie hétérosexuelle. Ce que les films décrits par Williams et Dean ont un commun est cette volonté d’aller « voir l’intérieur du corps en dilatant ses ouvertures » pour « saisir l’intériorité elle-même » (p. 111) afin de « persuader les spectateurs que ce qu’ils voient n’est pas une performance mais la vraie chose, crue et non censurée » (p. 106). Mais il ne s’agit évidemment pas dans les films gays de Treasure Island d’une volonté de sa/voir de l’œil pornographique hétérosexiste sur la « vérité profonde » de l’orgasme féminin. Il s’agit d’une volonté de sa/voir6 sur un tout autre « continent noir » : le plaisir de l’échange de fluides et de l’échange viral, pour la première fois portés à l’écran depuis le début de l’épidémie.

  • 7  Si la question du sida est étonnamment absente du travail pionnier de Linda Willams sur le money s (...)

9Avec cette brillante analyse, Tim Dean met à l’agenda des porn studies une question qui avait jusque-là été très peu traitée7 : celle de la transformation des représentations du sperme et des orifices muqueux dans la culture audiovisuelle populaire après trente ans d’épidémie de VIH/sida et de campagnes de safer-sex. Ses poursuiveur-euse-s devront toutefois couvrir les importants angles morts de l’ouvrage, qui tend à donner une vision homogène et idéaliste de la culture bareback, notamment trop peu attentive aux effets des logiques marchandes dans lesquelles cette culture est désormais prise : que ce soit du point de vue des réalisateurs, des acteurs ou des spectateurs, le porno bareback est un phénomène analytiquement et éthiquement beaucoup plus complexe qu’un ensemble de fantasmes produits « par et pour » une communauté de barebackers.

Haut de page

Bibliographie

CERVULLE Maxime, REES-ROBERTS Nick, Homo Exoticus. Race, classe et critique queer, Armand Colin, 2010.

DEAN Tim, Beyond Sexuality, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

DEAN Tim, LANE Christopher (dir.), Homosexuality and psychoanalysis, Chicago, University of Chicago Press, 2001.

GIRARD Gabriel, « De l'orientation sexuelle à la prise de risque. Enjeux moraux et politiques dans les relations d'enquête avec des homosexuels masculins en France », journée d’études Le sexe et l’orientation sexuelle du chercheur sur son terrain, Paris, EHESS, 15 avril 2010, n.p.

GLÉVAREC Hervé, MACÉ Éric, MAIGRET Éric, Cultural Studies : Anthologie, Paris, Armand Colin et INA, 2008

HALPERIN David, Que veulent les gays ? Essai sur le sexe, le risque et la subjectivité, Paris, Amsterdam, 2010.

PATTON Cindy, « Safer sex and the pornographic vernacular », Bad Object-Choices (dir.), How do I Look? Queer film and video, Seattle, Bay Press, 1991, pp. 31-51.

RUBIN Gayle, « Penser le sexe. Pour une théorie radicale de la politique de la sexualité », in BUTLER Judith, RUBIN Gayle, Marché au sexe, Paris, EPEL, 2001, pp. 63-139.

WILLIAMS Linda, Hard Core. Power, pleasure and the “frenzy of the visible”, Berkeley, University of California Press, 1989.

Haut de page

Notes

1  Ce retour en force des approches médicales de l’homosexualité masculine a notamment été critiqué par David Halperin (2010).

2  « Le choix de conserver certaines expressions anglo-saxonnes est nécessaire lorsqu’il s’agit d’éviter un effet d’étiquetage très puissant, par exemple celui qui affecte toute forme de culture dite non légitime un préfixe péjoratif. On parlera donc de ‘subcultures’ plutôt que de ‘sous-cultures’, si dévalorisées en France » (Glévarec, Macé, Maigret, 2008, 8).

3  PLUMMER Ken, « Riding bareback through barriers », Times Higher Education, 9 juillet 2009. http://www.timeshighereducation.co.uk/story.asp?storyCode=407284&sectioncode=26. Consulté le 10 octobre 2010.

4  LESTRADE Didier, « Bareback not dead », Minorités, 7, 18 octobre 2009. http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/490-bareback-not-dead.html. Consulté le 14 février 2010.

5  MORRIS Paul, « No limits: necessary danger in male porn », World pornography conference, Los Angeles, 1998. http://www.managingdesire.org/nolimits.html. Consulté le 10 avril 2008.

6  L’expression « volonté de sa/voir pornographique » est empruntée à Maxime Cervulle et Nick Rees-Roberts (2010, p. 56-59).

7  Si la question du sida est étonnamment absente du travail pionnier de Linda Willams sur le money shot, elle est en revanche au centre des recherches-action de la fin des années 1980 visant à promouvoir la culture du safer-sex à travers la vidéo pornographique (Patton, 1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Vörös, « Les transformations de la volonté de sa/voir pornographique après trente ans de sida. À propos de Dean Tim, Unlimited Intimacy. Reflections on the Subculture of Barebacking », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1550

Haut de page

Auteur

Florian Vörös

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org