Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Kergoat Danièle, Guichard-Claudic Yvonne, Vilbrot Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement

Rennes, PUR, 2008
Julie Landour
Référence(s) :

Kergoat Danièle, Guichard-Claudic Yvonne, Vilbrot Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Rennes, PUR, 2008

Texte intégral

1Reprenant l’intitulé et certaines communications d’un congrès tenu à Brest (« Genre, classe, race. Rapports sociaux et constructions sociales de l’altérité ») en mai 2005, ainsi qu’un numéro des Cahiers de Genre (n°42, 2007), l’ouvrage dirigé par Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat et Alain Vilbrod propose de revisiter la question de la construction sociale des sexes, dans la sphère du travail en particulier, mais également dans la sphère privée : quand les femmes ou les hommes parviennent à occuper des métiers et positions a priori réservés au sexe opposé, peut-on pour autant affirmer qu’une réelle « mobilité de genre » s’exerce ? Ainsi, cet ouvrage collectif vise à dépasser les faits statistiques, qui tendent à valoriser la percée des femmes dans certaines professions ou métiers pour donner l’illusion d’une dissolution du genre, mais sans jamais s’interroger sur la manière dont cette avancée en mixité s’effectue dans la division sexuelle du travail. Dans la lignée des travaux de Sabine Fortino sur la mixité (Fortino, 2002), il montre ainsi que mixité ne rime pas nécessairement avec égalité : les auteurs mobilisés ne cherchent pas à démontrer la possible inversion du genre, mais plutôt à affirmer l’apport heuristique du concept.

Une nouvelle approche du genre au travail

2Depuis la seconde moitié du XXe siècle, le marché du travail s’est fortement féminisé sans remettre en cause massivement la division sexuelle du travail (Maruani, Nicole, 1989). Pour autant, dans certains cas, les femmes parviennent à investir des positions jusque-là réservées aux hommes (à travers des métiers, des responsabilités ou la supériorité économique au sein du ménage), tandis que des hommes font l’expérience de métiers féminins, voire d’une domination économique au sein du couple (des cas plus rares, en particulier compte-tenu du manque de prestige de ces positions). À travers le concept, ou plutôt l’hypothèse, de l’inversion du genre, les articles de l’ouvrage s’intéressent à ces cas, encore rares mais de plus en plus étudiés, en dépassant la question du « sexe » des positions pour observer leur genre et son éventuel renversement : « Pour nous, parler d’inversion du genre, c’est moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées, dans l’univers professionnel mais aussi dans la sphère privée, est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre » (p. 11). Ils présentent donc des analyses directement inspirées de l’expérience de terrain, notamment dans le champ du travail, et dans lesquelles le genre est le socle de l’analyse, pour examiner et comparer (au travers de l’activité, des relations, des discours, …) ce que marque cette féminisation / masculinisation apparente des positions et questionner ainsi de la façon la plus concrète possible « l’habituelle dichotomie, verticale et horizontale, de la division sexuelle du travail » (p. 12). À travers les thèmes étudiés (division sexuelle du travail, trajectoires professionnelles et vie privée), les auteurs s’intéressent aux zones d’ombre du processus de la mixité, en évaluant les coûts engendrés au niveau objectif, mais également subjectif, pour les acteurs mis en confrontation, faisant alors émerger l’asymétrie du processus d’inversion. Et c’est là sans doute, l’un des principaux intérêts de l’ouvrage, notamment pour la sociologie du travail : l’avancée en mixité opère certes une transgression des rapports sociaux de sexe, mais elle ne les subvertit pas complètement (Mathieu, 1991), montrant ainsi la grande plasticité de la domination masculine (Bourdieu, 1998) : si les avancées et progrès sont réels et peuvent favoriser une inversion des positions, ils restent souvent partiels, différenciation et hiérarchisation entre les sexes trouvant de nouvelles sources de légitimation. Autrement dit, les frontières bougent, mais les inégalités restent.

Coût objectif, coût subjectif et cas d’inversion potentielle du genre

  • 1  L’hypogamie féminine est « le type d’union conjugale où la femme détient le plus de ressources, en (...)

3Après une introduction qui pose habilement les enjeux et limites de l’ouvrage, quatre parties se succèdent. La première, intitulée « Des trajectoires sexuées dans l’accès et le maintien en position atypique », se compose de cinq articles mettant principalement en avant « le coût objectif » de l’accès et du maintien dans une position « inversée ». Au travers des cas traités, il apparaît que ces difficultés, sacrifices et objectifs n’ont pas le même poids selon le genre. Deux articles (Clothilde Lemarchant et Nicolas Divert) traitent ainsi de la position minoritaire dans la formation, la première auteure se concentrant sur les métiers techniques et le second sur les écoles de couture. La position minoritaire dans la profession est ensuite abordée par Annie Rieu sur le cas des agricultrices, ainsi que par Thomas Couppié et Dominique Epiphane, qui s’interrogent, à travers une enquête quantitative, sur la rançon de l’inversion du genre et du maintien difficile des positions transgressives. Enfin Sonia Lefeuvre traite plus spécifiquement de la sphère privée et des difficultés rencontrées dans la poursuite des études chez les jeunes femmes hypogamiques1 en puissance.

4Dans la deuxième partie (« Quand l’avancée en mixité est le fait des femmes »), on retrouve les cas les plus traditionnellement traités, c’est-à-dire ceux portant sur la féminisation des professions. Nous y observons une pluralité d’acteurs : les femmes, dans l’exercice même d’une activité masculine (article de Anne-Catherine Rodrigues sur les conductrices de poids lourds), de leurs stratégies pour s’y imposer/ exposer (Line Chamberland et Johanne Paquin sur les lesbiennes dans des métiers masculins par exemple) et de leur organisation entre vie professionnelle et vie privée (contribution de Nathalie Lapeyre sur les femmes architectes et leurs différents modèles de gestion). Les hommes sont également présentés, ainsi que les organisations : on verra alors leurs stratégies pour résister (Caroline Chimot sur les femmes cadres techniques dans les associations sportives), réguler ou instrumentaliser la féminisation d’une profession (Guillaume Malochet sur les surveillantes en prison ou Djaouida Séhili sur l’interprétation différentialiste opérée par les responsables des ressources humaines, souvent des femmes). Il ressort de l’ensemble de ces articles que la féminisation n’évacue pas la différenciation sexuelle, mais que des clivages sexués sont entretenus par l’ensemble des acteurs, y compris les femmes.

  • 2  Le care peut être défini comme « tout le travail de soin et de prise en charge (matérielle et psyc (...)

5La troisième partie recense des travaux encore rares aujourd’hui, portant sur les hommes investissant des métiers traditionnellement réservés aux femmes, relevant majoritairement de la sphère du care2. La question y est d’autant plus novatrice que les hommes dérogent aux règles de sexuation de l’activité pour occuper des professions et positions traditionnellement dévaluées, sans avoir bénéficié d’un soutien politique visant à ouvrir la profession/position. Les cas étudiés répondent à cette interrogation, en montrant qu’à travers ces choix atypiques, les hommes parviennent à tirer des valorisations matérielles et symboliques. Yveline Jaboin et Nicolas Murcier s’interrogent par exemple sur la construction des identités professionnelles masculines, notamment via la formation, l’une chez les enseignants à l’école maternelle et l’autre sur les professionnels de la petite enfance. Cette même idée de représentation sociale à travers la profession est reprise, mais sous l’angle de la dénomination chez les hommes sages-femmes dans la contribution de Philippe Charrier et dans la définition des rôles que cherchent à s’attribuer et faire exister les hommes au foyer rencontrés par Hélène Trellu. Les articles de Claudine Philippe, sur le conseil conjugal, et de Florence Douguet et Alain Vilbrod, sur les infirmiers libéraux, se centrent quant à eux sur l’activité telle qu’elle peut être pratiquée au masculin dans des métiers féminins. À travers tous ces cas, il apparaît que chez les hommes, même si la transgression ne relève pas d’une volonté construite, elle est valorisée et valorisante : si elle peut renouveler en partie certains éléments de la division sexuelle du travail, l’inversion n’est qu’apparente et contribue à renforcer le système sexe/genre.

6La dernière partie de l’ouvrage (« Les définitions du genre et leurs enjeux en situation d’inversion ») fait en quelque sorte le pont avec la première, en rappelant une nouvelle fois que l’inversion du genre a un coût objectif et subjectif. Il s’agit ici de montrer les enjeux et donc les difficultés à penser la transgression de la division sexuelle pour l’ensemble des acteurs mis en présence (femmes, hommes, mais aussi institutions). La mise à l’épreuve des théories de la domination et d’un possible dépassement du genre se décline d’abord dans l’article de Nicky Lefeuvre, qui établit une typologie des expériences sociales des femmes dans les professions supérieures. Viennent ensuite plusieurs cas pratiques : d’abord, sous l’angle de la féminisation dans des secteurs masculins, comme chez Stéphanie Gallioz autour des difficultés subjectives engendrées par l’entrée des femmes dans le bâtiment ou chez Fabienne Malbois autour de la représentation d’une agricultrice dans un reportage du journal télévisé. Marc Bessin s’intéresse quant à lui à la question du déni du genre dans le travail social, déni qui porte aussi bien sur la formation philosophique que pratique des travailleurs sociaux, notamment à travers le principe implicite de complémentarité entre les genres. Les enjeux subjectifs, notamment dans la constitution et représentation de la masculinité, sont évoqués par Emmanuelle Lada autour du cas des hommes occupant un emploi de service. Enfin, la sphère privée n’est pas oubliée, puisque les carrières des femmes en situation hypogamique sont étudiées par Armelle Testenoire, pour traiter des ambivalences de femmes et des résistances des hommes dans une telle situation.

Dépasser le genre ?

7L’inversion du genre est remarquable autant par l’originalité de son approche que par la modestie affichée de l’entreprise. Tout d’abord, il nous présente avec beaucoup de pertinence et de précision une démarche renouvelée autour de la mixité, d’autant plus stimulante qu’elle conjugue régulièrement cette confrontation, selon nous indispensable, du professionnel et du privé. C’est ainsi une démonstration convaincante que mixité et parité peuvent s’apparenter davantage à des trompe-l’œil qu’à une réelle redéfinition de la construction sociale des sexes. Le cas des hommes investissant des professions féminines ou des femmes hypogamiques est à ce titre éclairant et il redonne au concept de genre, notamment dans le champ du travail, toute sa puissance, en l’observant sous l’angle relationnel et longitudinal.

8Modestie ensuite, car les auteurs mobilisés autour de l’ouvrage n’ont de cesse de  rappeler les limites de leurs contributions : ils soulignent en effet eux-mêmes qu’il s’agit bien souvent de cas extrêmes, observés majoritairement à travers des enquêtes qualitatives, ce qui en restreint la possible montée en généralité. De même, on pourrait regretter la faible prise en compte de cas d’intersectionnalité, dans lesquels classe et race peuvent démultiplier ou réduire les effets de genre et donc leur possible inversion. Plus que des critiques à l’ouvrage, il s’agit bien plutôt d’envisager ici des perspectives de développement pour le concept d’inversion de genre et les recherches associées. L’inversion du genre ne se résumerait pas ainsi à une quête utopique vers le dépassement du genre, mais le concept se doterait d’une portée processuelle, permettant d’envisager les recherches ayant trait au genre sous un angle dynamique et plastique, transformant alors l’utopie en audace heuristique.

Haut de page

Bibliographie

BERENI Laure et al, Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.

BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

FORTINO Sabine, La mixité au travail, Paris, La Dispute, 2002.

MARUANI Margaret, NICOLE Chantal, Au labeur des dames, métiers masculins, emplois féminins, Paris, Syros, 1989.

MATHIEU Nicole-Claude, L’anatomie politique, Paris, Éditions Côté-femmes, 1991.

Haut de page

Notes

1  L’hypogamie féminine est « le type d’union conjugale où la femme détient le plus de ressources, en termes de diplômes, de statut socioprofessionnel et/ou de revenus que son conjoint » (p. 22). Cette situation est moins fréquente que la situation inverse.

2  Le care peut être défini comme « tout le travail de soin et de prise en charge (matérielle et psychologique) des enfants, des personnes âgées et des adultes dépendants (malades, handicapés), quelles que soient ses conditions de réalisation (travail bénévole ou rémunéré, réalisé par un membre de la famille, un proche ou quelqu’un d’extérieur) » (Bereni et al, 2008, 128). Ces métiers sont traditionnellement perçus comme étant un prolongement des activités « naturellement » féminines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Landour, « Kergoat Danièle, Guichard-Claudic Yvonne, Vilbrot Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2005, consulté le 26 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/1552

Haut de page

Auteur

Julie Landour

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org