Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Lanzona Vina A., Amazons of the Huk Rebellion: Gender, Sex, and Revolution in the Philippines

Madison, University of Wisconsin Press, 2009
Gwenola Ricordeau
Référence(s) :

Lanzona Vina A., Amazons of the Huk Rebellion: Gender, Sex, and Revolution in the Philippines, Madison, University of Wisconsin Press, 2009

Texte intégral

  • 1  Voir Ricordeau (2009).

1Les historiens philippins ont, par le passé, reconnu et salué le soutien affectif et matériel procuré aux héros et martyrs nationaux – sur lesquels leur attention s’était classiquement focalisée – par leurs épouses, mères et sœurs. Ils ont même recueilli des éléments biographiques sur ces femmes, attentionnées et aimantes. Cette façon d’écrire l’histoire est, aux Philippines, sur le point d’être démodée. Le nombre croissant de travaux de chercheuses – et de chercheurs – engagé-e-s dans tous les champs des études de genre1 permet enfin d’esquisser une histoire des femmes dans l’archipel. C’est à cet enthousiasmant mouvement, qui revisite même la Révolution de 1896 (Reyes, 2008), la période historique de prédilection des philippinistes, que participe l’ouvrage de Vina Lanzona.

  • 2  Le PKP a été établi en 1930. Il faut le distinguer du CPP (Communist Party of the Philippines), ma (...)

2Amazons of the Huk Rebellion livre les résultats d’une passionnante recherche sur la guérilla menée par le Hukbalahap, puis par le HMB, entre 1942 et 1954. Son histoire est généralement résumée ainsi : le 29 mars 1942, deux mois avant le retrait de l’Armée américaine et le début officiel de l’occupation japonaise, le Parti Communiste des Philippines (PKP)2 a instauré le Hukbo ng Bayan Laban sa Hapon (Armée populaire antijaponaise), ou plus simplement le Hukbalahap. Celui-ci a compté jusqu’à 20 000 combattant-e-s (les « Huks »), dirigé-é-s par Luis Taruc. Après le retour de l’armée américaine (janvier 1945) et l’indépendance des Philippines (juillet 1946), Luis Taruc et de nombreux Huks sont retournés, à partir de mai 1947, dans les montagnes et le Hukbalahap s’est transformé en novembre 1948 en Hukbong Magapalaya ng Bayan (Armée de libération populaire, HMB). La base populaire des Huks s’est ensuite rétrécie, au gré de leurs erreurs politiques (comme l’assassinat de la veuve de l’ancien Président Quezon, en avril 1949) et de leurs revers militaires (notamment l’arrestation de la totalité du Politburo du PKP en novembre 1953), mais aussi de la montée en puissance de la lutte contre-insurrectionnelle. Aidé par l’État-major américain, son principal instigateur, Ramon Magsaysay, Secrétaire à la défense nationale, puis Président de la République, a obtenu la reddition de Luis Taruc et de la plupart des Huks en mai 1954.

  • 3  Le seul ouvrage disponible en français est celui de Pomeroy (1968), un ancien GI américain ayant r (...)
  • 4  Elle a été exécutée en 1943 à l’issue d’un procès populaire pour enrichissement personnel et abus (...)

3Si l’occupation japonaise (Ikehata, 1999 ; Agoncillo, 2001) de l’archipel est bien renseignée, la guérilla menée par les Huks l’est beaucoup moins3. Elle a certes beaucoup intéressé les militaires américains : la lutte menée contre eux par le gouvernement philippin est souvent citée comme un exemple de mise en œuvre réussie et précurseure des techniques contre-insurrectionnelles. Dans les travaux de chercheurs, tels ceux de Lachica (1971) et de Kerkvliet (1977), et dans les témoignages d’ex Huks (par exemple ceux de Taruc et de Pomeroy), les femmes ont peu de place, même si les uns et les autres évoquent complaisamment les « mountain (ou forest) wives » (voir ci-dessous). L’apparition de la guérilla est généralement surtout expliquée par les circonstances socio-économiques et son échec par la répression militaro-politique qu’elle a subie. Cette histoire écrite au masculin oublie ainsi que le premier acte de résistance armée à l’occupation japonaise est l’œuvre d’une femme, Felipa Culala, dite « Dayang-Dayang »4, qui rejoignit ensuite le Hukbalahap. Le 8 mars 1942, à la tête de 35 hommes, elle mène une attaque au cours de laquelle une quarantaine de militaires japonais et quelques 68 policiers philippins sont tués. Le Hukbalahap est rarement envisagé « de l’intérieur » et, à l’exception notable des travaux de Logarta (1996) et de Goodwin (1997), sous l’angle des rapports hiérarchiques ou des relations entre hommes et femmes (p. 11).

4Vina Lanzona a reconstitué, mais aussi recueilli, cette histoire au féminin, un travail qu’il était urgent de mener avant que ses actrices ne disparaissent. Elle donne la juste mesure de leurs rôles dans la structure logistique, mais aussi comme combattantes. À la fois outsider et insider (par ses origines philippines), la chercheuse a mené une centaine d’entretiens avec des ex-Huks, dont 70 femmes. Une méthode qui vient à propos nuancer une histoire trop souvent écrite à partir de sources militaires, de témoignages de repentis ou de documents saisis par la Police et/ou utilisés par l’accusation lors de procès. Mais l’auteure ne se contente pas d’ajouter « la voix des femmes » (p. 9) à l’histoire du Hukbalahap. Elle interroge aussi leur image d’« amazones » (« amasonas ») en explorant leur traitement, sur le mode d’une féminité trouble, par les médias.

5La plupart des travaux ou des récits sur le Hukbalahap ont reflété le point de vue des leaders – et des hommes (p. 7). Or un dixième des combattants (1 000 à 2 000) étaient des combattantes et la proportion de femmes était bien supérieure dans le soutien logistique. Le PKP, en tant qu’organisation communiste, était formellement engagé en faveur de l’égalité des sexes, mais les attitudes patriarcales ont toutefois empêché les femmes d’accéder aux plus hautes responsabilités : Felipa Culala et Celia Mariano-Pomeroy (Lanzona, 2000) ont été des exceptions, en étant élues respectivement au Comité militaire du Hukbalahap (mars 1942) et au Comité central du PKP (décembre 1950).

  • 5  Pour un avis divergent sur les relations de parenté et le recrutement des femmes Huks, voir Logart (...)

6Selon Vina Lanzona, les femmes étaient considérées comme un groupe caractérisé par son immaturité politique, devant être protégé et guidé par les hommes (p. 119). Même si la plupart des femmes Huks étaient membres d’organisations ou de syndicats communistes avant-guerre, leur recrutement s’est fait surtout par leurs relations de parenté5. Néanmoins, les femmes n’ont été encouragées par les hommes à rejoindre le mouvement que durant l’occupation. Après-guerre, seules celles dotées d’une conscience politique sophistiquée (p. 90) ont fait fi des exhortations masculines à rester à la maison.

7Arrivées dans le Hukbalahap comme épouses, filles ou sœurs de Huks et souvent suspectées d’être conservatrices, l’expérience politique de la guérilla a transformé ces femmes en camarades et en compagnes d’armes. Au début, elles furent surtout cantonnées dans le soutien aux opérations militaires, occupées à des missions de communication ou de secrétariat et, inévitablement, chargées des soins infirmiers. La plupart d’entre elles sont certes restées dans les villages, où elles recueillaient de l’argent et des informations, et lorsqu’elles rejoignaient les camps, les hommes Huks comptaient sur elles pour les tâches ménagères. Mais la guérilla, par nature, rend indistincte la ligne de front : l’absence d’arrière a permis aux femmes de redessiner leurs rôles et, peu à peu, leurs responsabilités en tant que combattantes sont devenues manifestes. Les femmes ont donc été transformées par leur expérience au sein du Hukbalahap (notamment par leur passage par les « forest schools »), mais leur expérience a également transformé le Hukbalahap.

8Or, en septembre 1950, le Politburo du PKP publie un texte censé répondre aux problèmes croissants que poserait la mixité du mouvement : Revolutionary Solution of the Sex Problem (RSSP). Partant de la multiplication des cas de « kualingking » (adultère), RSSP entend s’attaquer à l’« opportunisme sexuel » et à l’« opportunisme financier » : l’obtention de faveurs sexuelles grâce à des positions hiérarchiques ou à des ressources financières. RSSP « résout » ces problèmes en encourageant l’intégration au Hukbalahap des épouses et des enfants les plus âgés, mais aussi en autorisant, à certaines conditions, une polygamie révolutionnaire, réservée aux hommes : la pratique des « mountain wives » (« secondes épouses », littéralement « épouses des montagnes ») est ainsi officialisée.

9La manière dont le mouvement a envisagé les rapports hommes-femmes et la sexualité n’est certes pas réductible au RSSP. Mais celui-ci a renforcé la subordination des femmes dans le mouvement, en éludant leurs besoins et en faisant d’elles des objets du désir masculin : le front et les combats ont en effet été reconnus comme « intensifiant l’appétit sexuel ». Les solutions proposées ont donc considéré comme une « nécessité biologique » les besoins des cadres – lire : « des hommes ». RSSP est en fait révélateur d’une organisation structurellement patriarcale et hétéronormée. Ces considérations seront à l’esprit du CPP lorsque, à son tour, il posera la question – notamment en termes de discipline (Abinales, 2003) – des « relation of the sexes » (Communist Party of the Philippines, 1974) et mettra fin à tout hétérosexisme en 1998.

10Vina Lanzona propose une passionnante analyse des représentations médiatiques des femmes Huks. L’auteure souligne la façon dont elles ont été traitées sur le mode de l’ambivalence : parmi les plus célèbres d’entre elles, à Dayang-Dayang (Felipa Culala) et à la commandante Guerrero, perçues comme masculines, a été opposée la figure de Liwayway, réputée pour sa « féminité » en toute circonstance – et à toute épreuve (p. 172-173). Prises dans leur ensemble, les femmes Huks sont représentées comme des victimes (devant être aidées), mais elles sont aussi sexualisées comme de dangereuses « reines de beauté », dont l’attractivité sexuelle est soulignée et l’instinct maternel questionné. Ces représentations ambigües commandèrent la façon dont les « huklings » (les enfants des Huks) furent « sauvés » de leurs mères, puis traités (p. 138).

11L’ouvrage de Vina Lanzona est précieux pour l’histoire des femmes aux Philippines, mais aussi s’il s’agit de saisir, en particulier dans une perspective comparatiste, le recours des femmes à la violence politique et ses représentations. Les recherches avec lesquels il faudrait faire dialoguer Amazons of the Huk Rebellion ne manquent pas. Nous pensons au riche corpus que constituent les travaux sur les femmes engagées, à la même époque, dans des mouvements de résistance, comme en Grèce (Hart, 1996), ou plus particulièrement en situation coloniale, comme les Mau-Mau au Kenya (Presley, 1992). Nous pensons également à la recherche de Bugnon (2009) sur le traitement médiatique des militantes d’Action directe, dont la similarité avec celle des Huks est saisissante. La recherche de Vina Lanzona fait bien évidemment écho à un ensemble riche de travaux sur les femmes, en Asie, dans le mouvement communiste et les guerres populaires, que ce soit la Longue marche (Gilmartin, 1995 ; Young, 2001) ou la guerre de libération vietnamienne (Turner, 1998 ; Taylor, 1999 ; Quinn-Judge, 2001).

  • 6  Voir le travail d’Angeles (1996) sur le Moro Islamic Liberation Front.

12Il est impossible ici d’entrer dans de longues considérations sur l’histoire politique des femmes aux Philippines. Nous indiquerons néanmoins quelques réflexions d’ordre général. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, dans la sphère politique légale, le système clanique, par la division sexuée du travail politique qu’il instaure, explique bien davantage la visibilité des femmes qu’une évolution des mentalités favorable à l’égalité hommes/femmes (Roces, 1998). Les femmes incarnent souvent, dans l’histoire nationale, la non-violence, depuis les religieuses de février 1986, armées de leurs seuls rosaires face aux forces loyales au Président Ferdinand Marcos, jusqu’à Cory Aquino, symbole d’une transition démocratique « pacifique ». Pourtant, des femmes se sont engagées dans les luttes armées, contre le régime de Marcos, pour la libération nationale des Moros, à Mindanao6 et nombreuses sont celles qui sont entrées en clandestinité et ont mené – et mènent aujourd’hui encore – la lutte armée au sein du CPP-NPA (Hildson, 1995). Et le choix des armes a été, concomitamment à la lutte contre la présence des bases militaires américaines, le terreau le plus fertile, de Makibaka jusqu’à Gabriela, du mouvement des femmes et du féminisme aux Philippines.

Haut de page

Bibliographie

ABINALES Patricio N., Love, Sex, and the Filipino Communist, Manila, Anvil, 2003.

AGONCILLO Teodoro, The Fateful Years: Japan’s Adventure in the Philippines, 1941-45, Quezon City, University of the Philippines Press, 2001.

ANGELES Vivienne, « Women and Revolution: Philippine Muslim Women’s Participation in the Moro National Liberation Front », Muslim World, 86, 2, 1996, pp. 130-147.

BUGNON Fanny, « Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d’Action directe et les médias », Sens public, 2009. http://www.sens-public.org/spip.php?article683

Communist Party of the Philippines, On the Relation of the Sexes, 1974.

GILMARTIN Christina Kelley, Engendering the Chinese Revolution: Radical Women, Communist Politics, and Mass Movements in the 1920s, Berkeley, University of California Press, 1995.

GOODWIN Jeff, « The Libidinal Constitution of a High-Risk Social Movement: Affectual Ties and Solidarity in the Huk Rebellion, 1946 to 1954 », American Sociological Review, 62, 1, 1997, pp. 53-69.

HART Janet, New Voices in the Nation: Women and the Greek Resistance, 1941-1964, Ithaca, Cornell University Press, 1996.

HILSDON Anne-Marie, Madonnas & Martyrs: Militarism and Violence in the Philippines, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 1995.

IKEHATA Setsuho, Ricardo Jose, The Philippines under Japan: Occupation Policy and Reaction, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 1999.

KERKVLIET Benedict J., The Huk Rebellion: A Study of Peasant Revolt in the Philippines, Berkeley, University of California Press, 1977.

LACHICA Eduardo, Huk: Philippine Agrarian Society in Revolt, Manille, Solidaridad Pub. House, 1971.

LANZONA Vina, « Romancing a Revolutionary: The Life of Celia Mariano-Pomeroy », in McCOY Alfred (dir.), Lives at the Margin: Biographies of Filipinos Obscure, Ordinary, and Heroic, Madison, University of Wisconsin Press, 2000, pp. 279-336.

LOGARTA Sofia, « The Participation of Women in the Huk Movement », in TAPALES Proserpina Domingo, dir., Women’s Role in Philippine History. Selected Essays, Quezon City, University Center for Women’s Studies, 1996, pp. 131-140.

POMEROY William J., Les Huks : dans la forêt des Philippines, Paris, François Maspero, 1968 [1963].

PRESLEY Cora Ann, Kikuyu Women, the Mau-Mau Rebellion, and Social Change in Kenya, San Francisco, Westview Press, 1992.

QUINN-JUDGE Sophie, « Women in the early Vietnamese communist movement: sex, lies, and liberation », South East Asia Research, 9, 3, 2001, pp. 245-269.

REYES Raquel, Love, Passion and Patriotism. Sexuality and the Philippine Propaganda Movement, 1882-1892, Washington, University of Washington Press, 2008.

RICORDEAU Gwénola, « Les études gays aux Philippines. A propos de GARCIA Neil, Philippine Gay Culture », Genre, Sexualité & Société, 1, 2009, http://gss.revues.org/index402.html

ROCES Mina, Women, Power and Kinship Politics: Female Power in Post-War Philippines, Westport, Praeger, 1998.

TAYLOR Sandra C., Vietnamese Women at War: Fighting for Ho Chi Minh and the Revolution, Lawrence, University of Kansas Press, 1999.

TURNER Karen Gottschang, Even the Women Must Fight: Memories of War from North Vietnam, New York, Wiley, 1998.

YOUNG Helen P., Choosing Revolution: Chinese Women Soldiers on the Long March, Urbana, University of Illinois Press, 2001.

Haut de page

Notes

1  Voir Ricordeau (2009).

2  Le PKP a été établi en 1930. Il faut le distinguer du CPP (Communist Party of the Philippines), maoïste, établi en 1968.

3  Le seul ouvrage disponible en français est celui de Pomeroy (1968), un ancien GI américain ayant rejoint, avec Celia Mariano, son épouse philippine, le Hukbalahap. Le couple a été arrêté en 1952 et gracié en 1962.

4  Elle a été exécutée en 1943 à l’issue d’un procès populaire pour enrichissement personnel et abus de pouvoir.

5  Pour un avis divergent sur les relations de parenté et le recrutement des femmes Huks, voir Logarta (1996).

6  Voir le travail d’Angeles (1996) sur le Moro Islamic Liberation Front.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « Lanzona Vina A., Amazons of the Huk Rebellion: Gender, Sex, and Revolution in the Philippines », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/1555

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org