Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Maugère Amélie, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Age au XXIe siècle

Paris, Dalloz, 2009
Sibylla Mayer
Référence(s) :

Maugère Amélie, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Age au XXIe siècle, Paris, Dalloz, 2009

Texte intégral

  • 1  L’ouvrage est tiré de la thèse en science politique d’Amélie Maugère, « Les politiques publiques e (...)

1En France, la discussion puis le vote de la loi pour la sécurité intérieure en 2003 a multiplié l’intérêt de chercheurs issus de divers champs disciplinaires pour la prostitution, et plus particulièrement pour la prostitution de rue : la loi a, en effet, réintroduit le racolage passif dans le Code pénal français. Le présent ouvrage, tiré d’une thèse1, s’inscrit dans ce contexte d’actualité tout en le dépassant largement, ce qui contribue indéniablement à son intérêt.

2L’ambition, assumée dès son titre, est de couvrir l’ensemble des politiques publiques de la prostitution, en France, du Moyen Age à nos jours. Composé de deux parties portant respectivement sur les « répertoires des actions publiques » passéesetcontemporaines, il invite le lecteur à un voyage dont le point de départ se situe au Bas Moyen Âge, et le point d’arrivée au cœur de l’actualité politique de la première décennie du XXIe siècle. Si l’étude est centrée sur les politiques publiques françaises, Amélie Maugère déborde les frontières hexagonales, commençant avec une excursion dans les cités médiévales italiennes, et terminant avec un tour d’horizon à échelle de l’Europe, qui permet de replacer les politiques publiques contemporaines en matière de prostitution dans le contexte de l’Union européenne.

3Le projet est vaste et ambitieux, le raisonnement dense et fouillé, et le lecteur se demande parfois quel propos l’auteure est en train de suivre. S’agit-il d’une histoire du traitement social, politique et juridique de la prostitution du Moyen Âge à nos jours ? D’une analyse des politiques publiques à partir de la généalogie de leurs référentiels et répertoires d’action ? D’une histoire, parmi d’autres possibles, des femmes (ou d’un certain « type » ou « classe » de femmes : les « prostituées ») à partir de l’entrée des mœurs sexuelles et plus précisément de la prostitution ? Car de fait, l’auteure aborde uniquement la prostitution des femmes… Au fil des pages, à travers la grande variété des questions (dont on vient d’évoquer une liste partielle) on comprend que le propos central d’Amélie Maugère est de montrer que les politiques françaises en matière de prostitution s’inscrivent dans une tension entre deux logiques, l’une pragmatique (ou fonctionnelle) visant principalement à réduire les effets indésirables de la prostitution pour autrui, l’autre symbolique (ou morale) qui tend à vouloir abolir la prostitution. À travers les manières dont le pouvoir politique se confronte à la prostitution, elle illustre un mouvement oscillatoire entre deux répertoires d’action, avec tantôt la ratification d’un état de mœurs et la mise en place de régimes de gouvernementalité (la référence à Michel Foucault est explicite), tantôt la prétention de les réformer au travers des dispositifs de nature le plus souvent répressive ; les deux registres étant investis de significations contraignantes, incitatives ou pénales, marquant un rapport particulier du pouvoir à ses sujets. Dans un double mouvement, oscillatoire lui aussi, on passe d’une analyse des supports de légitimation des politiques en matière de prostitution aux manières dont l’objet « prostitution » est utilisé comme support de légitimation du politique.

4D’un point de vue méthodologique, le constat que les décisions politiques contemporaines ne naissent pas d’un « néant normatif », ni d’un « désordre concret », amène Amélie Maugère à procéder par un double déplacement du regard dans le temps et dans l’espace (p. 18-19). Si le passé perdure dans le présent, l’action publique contemporaine doit être comprise à la lumière de la généalogie de pratiques institutionnelles et de la sédimentation des représentations qui l’accompagnent (p. 19-22). Le but de la première partie de l’ouvrage est (aussi) d’apporter cet éclairage.

Du Prostibulum à la Maison close

5À travers un inventaire des politiques publiques passées, Amélie Maugère retrace une histoire des pratiques institutionnelles en matière de prostitution, ainsi que des discours de légitimation qui leur ont été associés. Cette histoire va de la prise en charge municipale de la prostitution à travers l’édification de bordels avec les deniers publics à l’époque médiévale, au régime réglementariste qui prévaut au XIXe siècle et perdure jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, en passant par une politique prohibitionniste (introduite avec les ordonnances de 1560).

6L’analyse consacrée à l’expérimentation d’une forme de réglementation de la prostitution (1350-1560) et le passage sa prohibition (du XVIe siècle à la Révolution française) est balisée par les repères « femme » et « âme ». À partir d’une lecture comparée d’ouvrages d’historiens, Amélie Maugère nous livre un développement passionnant sur » l’évolution des rapports que le pouvoir politique entretiennent avec ses sujets et en particulier avec les femmes lorsque celui-ci s’intéresse aux mœurs » (p. 27). L’intérêt de ce premier temps est montrer que la prise en compte progressive des femmes en tant que sujets a pour elles des implications ambivalentes, en même temps que d’illustrer le passage d’un encadrement pragmatique de la prostitution à des considérations morales sur le relèvement de l’âme des femmes (et mères des soldats de la patrie), permettant à son tour d’asseoir le pouvoir politique.

7Ensuite, l’auteure passe à l’étude de la production des savoirs sur la prostitution durant la période réglementariste. À partir d’une recension à visée exhaustive des publications (parues en France, du Consulat à la seconde guerre mondiale), Amélie Maugère établit une classification quasi taxinomique des productions savantes. La démarche, à mi-chemin entre comptabilité et sémiotique, consiste à identifier les préoccupations dominantes et les mutations des répertoires discursifs à partir du nombre des publications et de la fréquence de mots contenus dans les titres. Quoique la démarche prête à critiques, l’intérêt réside ici dans l’identification du passage qui va des préoccupations pragmatiques des spécialistes, experts et scientifiques, en termes de sécurité et de santé publique (1800 à 1880-1900), à la diffusion de préoccupations moralistes et à l’émergence d’un registre légal et juridique, mettant progressivement en cause la légitimité du régime réglementariste, fortement contesté par un mouvement abolitionniste qui gagne du terrain (1880-1900 à 1939).

8Une lecture à partir d’une autre entrée invite à établir un parallèle entre « grandes maisons », partiellement ouvertes sur la cité médiévale (le racolage se déroule dans la rue), où certaines femmes sont placées par les administrateurs notables, et « maisons closes », qui soumettent à l’arbitraire administratif d’un régime exorbitant de droit commun une classe de femmes qu’il contribue à construire. En miroir, on peut pointer la résonnance entre, d’une part, abolition de la prostitution et relèvement des âmes (XVIe siècle), et de l’autre, abolition de la réglementation (et pour certains la prostitution) et « relèvement » de la dignité humaine (XXe siècle).

9En ce qu’elle entend apporter une épaisseur historique, cette première partie trouve sa raison d’être par rapport à la seconde. On peut considérer le pari réussi en ce qui concerne la pérennité de la tension entre logique pragmatique et logique symbolique, les lunettes grossissantes du temps « ramassé » la rendant plus aisément saisissable à travers les grandes tendances dégagés des pratiques et discours passés. Mais cette première partie, permet-elle réellement d’éclairer la seconde ? Contribue-t-elle à « restituer les sens perdus des problématisations » (p. 313) contemporaines ?

De l’espace juridique aux politiques sexuelles

10Partant des énoncés des textes juridiques nationaux et internationaux et des débats qui les ont accompagnés, l’objectif poursuivi par Amélie Maugère dans la seconde partie de l’ouvrage est d’étudier la norme juridique comme révélateur de processus sociaux généraux. C’est donc principalement un déplacement du regard dans l’espace de la loi et de la jurisprudence qui lui permet de retracer les évolutions et transformations de la politique abolitionniste.

11L’auteure examine le modèle abolitionniste à partir de ses textes fondateurs et montre comment la référence aux Droits de l’Homme et à la valeur « dignité humaine » ont ordonné le passage d’une politique réglementariste à une politique abolitionniste dont les préoccupations éthiques réclament l’intervention de l’État dans le domaine des mœurs sexuelles. La réflexion sur les « valeurs fondamentales » et les principes du droit amène l’auteure à s’intéresser à l’action publique comme politique sexuelle.

  • 2  Cette condensation, en un mot, du mouvement de libération sexuelle et du processus de libéralisati (...)

12Pour la période de l’après-guerre, qui signe la fermeture des maisons closes en France métropolitaine, l’auteure décortique le raisonnement qui, sous impulsion de la philosophie sociale énoncée dans le préambule de la constitution de 1946 (dont l’auteure montre qu’elle est en partie une réponse à la critique marxienne des Droits de l’Homme), fait de la prostitution un paradigme condensant une critique du capitalisme qui, à travers le « fétichisme » de l’argent, dévalue les (rapports entre) êtres humains. Elle détaille, entre autres, comment le législateur s’applique alors à interdire toutes les formes de proxénétisme en même temps que les relations contractuelles que les prostituées nouent (ou auraient été susceptibles de nouer) dans le cadre de leurs activités (location ou achat d’un local « commercial » ; contrat de travail), et y décèle la soustraction de la prostitution à la norme contractuelle. L’analyse de cette tendance est poursuivie au travers de la convention onusienne de 1949 et les implications de la promotion de la valeur « dignité humaine ». Amélie Maugère montre comment le traitement du « problème prostitution » résiste à la libéra(lisa)tion2 sexuelle des années 1970, et pointe le rejet d’une morale sexuelle consensualiste au profit d’un ordre moral prescriptif fondé non plus sur le standard des bonnes mœurs, mais sur celui d’un désir bilatéral. Le constat du rejet dans « l’indignité » de celles qui ne s’y conforment pas l’amène à plaider pour une politique sexuelle capable de promouvoir et de garantir « l’indétermination des significations de la sexualité des femmes » (p. 319).

13Dans un dernier temps, Amélie Maugère dégage le glissement, opéré au cours de la dernière décennie, par le modèle abolitionniste d’un référentiel humanitaire à un référentiel sécuritaire. Elle appuie sa démonstration notamment sur une analyse du modèle de (lutte contre) la « traite des êtres humains » pour mettre en évidence comment la conjonction de ce modèle fondé sur la criminalité transnationale organisée et l’absence de débats de fond sur la prostitution au niveau communautaire concourent à l’élaboration de ce nouveau référentiel. Guidée par des préoccupations pragmatiques en matière de régulation des flux migratoires notamment, une normativité de gestion vient transformer le sens et la portée d’un régime fondé sur la valeur de la « dignité humaine ». C’est dans cette dernière partie notamment que le lecteur peut s’agacer de rencontrer sur son chemin des raisonnements familiers, voire des clichés convoqués, mais peu interrogés (par exemple la catégorie homogène des « filles de l’Est »). Si la démonstration est claire, elle reste abstraite, dépourvue de chair et du concret de l’action. Les mots de la loi, les mots du choix et de la justification des politiques publique finissent, à force de répétition, par sonner creux.

14Comme le sont les longs voyages, celui dont nous avons dégagé de grandes étapes est instructif et livre un panorama riche et tant détaillé que le lecteur risque parfois de se lasser de détours sinueux : l’étude classificatoire des préoccupations savantes (dans la première partie) ou les méandres de la discussion de textes de loi (dans la seconde partie) rendent l’argumentation ardue et redondante. Si, au contraire, il ne peut se défaire du sentiment de rencontrer des ruptures successives, en ce qui concerne la démarche autant que le raisonnement ou encore le ton, il peut, en lecteur avisé, se réjouir en lisant séparément et dans un ordre choisi les différentes sections thématiques, chacune relativement suffisante dans sa cohérence interne ; des paragraphes de présentation synthétiques l’y aideront et lui permettent le cas échéant de reprendre le fil conducteur proposé par l’auteur. Il peut également, et on l’y encourage, approfondir lui-même des liens, esquissés par l’auteure, et poursuivre un jeu de pistes au travers les siècles de « traitement » de la prostitution dont les entrées pourraient être les suivantes : la marge et le centre, la prostitution entre relégation et intégration dans l’espace urbain et social ; la figure de l’«  étrangère » ; la notion de « traite » recouvrant tantôt la femme d’ici, tantôt la victime venue d’ailleurs.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage est tiré de la thèse en science politique d’Amélie Maugère, « Les politiques publiques en matière de prostitution en France et leur mise en discours », soutenue en octobre 2008 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

2  Cette condensation, en un mot, du mouvement de libération sexuelle et du processus de libéralisation de la sexualité permet à Amélie Maugère de signaler une conjonction entre ces deux temps : « La libération sexuelle, écrit-elle, c’est aussi du sexe en liberté mis sur le marché. La norme de privatisation des mœurs sexuelles dans le contexte de mondialisation des échanges se transforme en libéralisation sexuelle » (p. 155).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sibylla Mayer, « Maugère Amélie, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Age au XXIe siècle », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1556

Haut de page

Auteur

Sibylla Mayer

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org