Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Monacelli Martine, Prum Michel (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes. Dix pionniers britanniques

Paris, Les Editions de l’Atelier, 2010
Natacha Chetcuti
Référence(s) :

Monacelli Martine, Prum Michel (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes. Dix pionniers britanniques, Paris, Les Editions de l’Atelier, 2010

Texte intégral

  • 1  BILLINGTON-GREIG Frederick, « Aphorisms », in BILLINGTON-GREIG Teresa, FITZHERBERT Maud, (dir), Th (...)

 « LE POINT DE VUE.
Un homme écoute une femme parler
de la Guerre des sexes sur la place du marché.
“Il n’y a pas de Guerre des sexes”, interrompt-il furieux.
“Il n’existe pas de Guerre des sexes
dans ce monde sanguinaire,
seulement une Guerre des classes”.
Puis, il rentre chez lui et bat sa femme »
Frederick Billington-Greig, « Aphorisms »1

1La question de la place des hommes dans le féminisme ou le « féminisme » des hommes a déjà donné lieu à de nombreuses controverses dans le mouvement féministe. Comment peuvent-ils choisir le camp de celles qu’ils dominent, qu’ils oppriment ? Cette question induit immédiatement le soupçon d’un certain paternalisme. Christine Delphy dans son article, « Nos amis et nous. Fondements cachés de quelques discours pseudo-féministes » (1998), décline, non sans humour, les réserves que peuvent avoir certaines à l’égard des partisans masculins de la libération des femmes. Voulant souvent se substituer aux femmes, parler effectivement à leur place, tout en approuvant la lutte féministe, une équivoque subsiste, quant à leur positionnement. Comme le souligne Delphy, « aussi bienveillants que soient nos amis masculins, ils ne peuvent s’empêcher de laisser poindre, à un moment donné ou un autre leur conception de la libération des femmes » (Ibid., p. 168). Alors, que penser de ces hommes ? Si ce n’est pas leur cause personnelle, pourquoi et comment peuvent-ils s’impliquer dans la lutte féministe ? Quels sont leurs intérêts ? Comment devient-on « féministe » quand on occupe une place privilégiée dans l’ordre des rapports sociaux de sexe et de genre ? Ainsi que le remarque Geneviève Fraisse, dans sa préface au livre : « Comme si le féminisme était quelque chose qui s’attrape, une conséquence plus qu’une décision » (p. 9).

2Qui sont donc ces hommes qui ont œuvré au XIXe siècle, avec des féministes britanniques pour une avancée vers une émancipation collective des femmes ? C’est à cette question que souhaite répondre ce livre en mettant en relation la place de ces hommes et l’élaboration, toute nouvelle, d’une éthique de l’égalité hommes-femmes comme mode de progrès social pour les uns et les unes.

3Martine Monacelli, professeure de civilisation britannique à l’Université de Nice-Sophia Antipolis et Michel Prum, historien, professeur à l’Université de Paris Diderot (fondateur en 1998 du Groupe de recherches sur l’eugénisme et le racisme – GRER) ont réuni ici les contributions de Florence Binard (civilisationniste), Myriam Boussahba-Bravard (historienne), Neil Davie (historien), François Le Jeune (civilisationniste), Linda Martz (historienne et angliciste), Janie Mortier (historienne), Meri-Jane Rochelson (spécialiste de littérature anglaise) et Alain Thévenet (psychologue clinicien et philosophe).

4Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes se divise en dix chapitres, consacrés chacun à la présentation historiographique d’un homme ayant participé de près ou de loin à l’avancement des luttes féministes dans l’Angleterre victorienne du XIXe siècle.

  • 2  Possibilité pour les jeunes filles d’accéder à l’enseignement supérieur en 1828 ; autorisation du (...)

5Les dix hommes dont les portraits sont retracés dans ce livre-hommage partagent la même aire culturelle : le Royaume-Uni (qui comprend alors l’Irlande). Si la naissance d’un mouvement féministe n’est pas à l’époque l’apanage du Royaume-Uni, elle s’inscrit dans un contexte singulier du point de vue intellectuel et politique, propre à ce pays. Alors même que la pensée de la différence des sexes est prédominante dans cet espace culturel comme dans d’autres pays européens, c’est ce même différentialisme qui permettra d’asseoir des arguments en faveur de l’égalité des sexes, par exemple dans les débats sur l’accès au droit de vote des femmes. Posant que la différence est naturelle et inscrite dans les corps, c’est cette même matrice explicative qui permet aussi l’élaboration d’un projet pour une société plus juste dans une perspective socialiste et utilitariste, chacun des deux sexes pouvant servir l’humanité de façon différente et complémentaire. L’Angleterre va être ainsi l’un des premiers pays en Europe à inscrire dans les textes l’égalité politique et civile entre les femmes et les hommes2.

6Mais d’où vient l’attachement de ces hommes à la « cause féministe » ? Quels sont les éléments biographiques qui ont fait évoluer des pensées le plus souvent engagées dans un socialisme progressiste ? Quelles sont les raisons qui les ont poussés à tenter de faire cause commune : lutte des classes et égalité homme-femmes (accès des femmes aux droits politiques et juridiques dans le cadre du mariage par exemple) dans une conception partagée d’une société humaniste (l’accession au plus grand bonheur pour le plus grand nombre) et dans une volonté de lier progrès politique et progrès social ? Ce sont ces questions qui sont en jeu ici.

7Le titre, Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes, nous dévoile déjà une des réponses. En effet, beaucoup de ces hommes « féministes » inscrivent leur engagement dans leur histoire personnelle, des unions intellectuelles et affectives qui prennent souvent, et au fur et à mesure du temps, l’allure d’une histoire de couple. Les trois premiers, le philosophe et anarchiste William Godwin (1756-1836), le socialiste William Thompson (1775-1833), un des fondateurs du féminisme anglo-saxon connu par la rédaction de l’Appel de la moitié du genre humain (1825) et enfin l’auteur du célèbre manifeste L’asservissement des femmes (1869), le philosophe libéral et radical John Stuart Mill (1806-1873), témoignent du soutien, de l’aide, de l’interlocution avec une femme particulière, devenue leur compagne : Mary Wollstonecraft (1759-1797), Anna Wheeler (1785-1848) et Harriet Taylor (1807-1858). Deux des dix hommes étudiés ici ont même été « le mari de quelqu’une », c’est-à-dire le second aux côtés d’une militante célèbre. C’est le cas de Frederick Billington-Greig (1875-1961) ou de Frederick Pethick-Laurence (1871-1961).

8Pour l’ensemble des biographies, ces configurations relationnelles, qu’elles soient amoureuses, conjugales ou amicales, ont toutes été soutenues, par des échanges intellectuels et politiques féconds portant, entre autres, sur la nécessité d’accompagner et de soutenir le mouvement d’émancipation des femmes, tant théoriquement que dans des mises en pratique dans des termes juridiques, sociaux et économiques. Si c’est donc bien souvent la rencontre avec une alter ego « femme », comme l’évoque le sens d’épouser, qui a déterminé les parcours de ces hommes « féministes », elle n’est évidemment pas la seule raison. Ces transformations qui ont donné lieu à une intégration des idées ou des luttes féministes dans leurs prises de position (tant sous forme d’écrits que d’interventions politiques directes), interviennent dans le contexte très singulier qui est celui de l’Angleterre victorienne. À cette époque de basculement démocratique, un mouvement critique s’amplifie et, en son centre, la critique de la propriété. C’est le cas de l’auteur du manifeste féministe l’Appel (1825), William Thompson (1775-1833), qui articule une critique de l’exploitation capitaliste à celle de l’exploitation des femmes. Il n’imagine en effet pas de solution à l’inégalité des sexes en dehors d’une sortie du système de la concurrence individuelle (ou encore loi du marché dans le libéralisme contemporain).

  • 3  Il faut rappeler ici que le mot « féminisme » fut d’abord un néologisme médical inventé en 1870 po (...)
  • 4  Dans le système marital britannique de l’époque, les femmes mariées ne possèdent aucun bien propre (...)

9Le mouvement féministe3 britannique est dominé par la revendication de l’émancipation des femmes, conjointe à une critique de la dépendance imposée à ces dernières que ce soit dans le domaine du mariage, du droit de vote, de l’éducation à la sexualité ou de l’accès à l’éducation tout court. Dans une critique pré-marxiste de la propriété, les femmes sont ainsi identifiées comme étant assujetties aux hommes, comment étant un objet d’appropriation par la société masculine4.

10C’est dans ce contexte de volonté d’avancée démocratique et de revendication d’autonomie et d’intégrité de la « personne » femme, que des hommes – Victor Duval (1885-1945), fondateur de la Men’s Political Union for Women’s Suffrage (MPU), Edward Carpenter (1844-1929), qui fonde avec son ami Laurence Housman The British Society for the Study of Sex Psychology (1914), ou encore l’une des figures emblématiques de l’histoire de la classe laborieuse : George Lansbury (1859-1940) – vont trouver leur place dans une action féministe qui s’inscrit dans le contexte plus large de la philosophie utilitariste et s’engageront dans un combat universel que l’on pourrait qualifier d’humaniste, ainsi que le souligne Michel Prum dans la présentation de l’ouvrage. Ce sont aussi des hommes qui ont pris position contre l’ordre établi, dans leurs partis politiques, parfois à leurs dépens (peine de prison avec alimentation forcée, faillites, éviction de la députation), chaque fois que des femmes subissaient une injustice parce qu’elles étaient des femmes.

11Il reste une question sous-jacente à la lecture de ces portraits d’hommes : un mouvement féministe peut-il aujourd’hui être efficace sans le soutien d’hommes ou sans une critique du pouvoir par les hommes eux-mêmes ? Aujourd’hui, dans le contexte sociopolitique contemporain, on ne peut se contenter de penser l’émancipation des femmes sans passer par une critique de la masculinité et de la virilité. Dans le même sens, comment définir une position « d’homme féministe » ? Ne s’incarnerait-elle pas dans une capacité réflexive à la critique de la domination masculine et avec elle de ses avantages ? Car c’est bien ici la question contemporaine sur laquelle cet ouvrage nous permet de revenir. Si les groupes féministes actuels pensent qu’il est nécessaire de se battre avec les hommes pour faire changer les rapports sociaux entre femmes et hommes, le corollaire nécessaire à cette mise en mouvement ne réside-t-il pas dans une revendication de la déconstruction du masculin ? Autrement dit par l’exigence, pour les hommes eux-mêmes, de repenser la domination masculine ? Et faire advenir ainsi une égalité démocratique, tels que ces précurseurs britanniques en ont permis l’ouverture.

Haut de page

Notes

1  BILLINGTON-GREIG Frederick, « Aphorisms », in BILLINGTON-GREIG Teresa, FITZHERBERT Maud, (dir), The Hour and the Woman, Women’s Freedom League Occasional Papers, 2, 1909, p. 14.

2  Possibilité pour les jeunes filles d’accéder à l’enseignement supérieur en 1828 ; autorisation du droit de vote pour les élections régionales en 1869 ; possibilité d’être maire dès 1907 ; obtention du droit de vote pour les femmes de plus de 30 ans en 1918 ; autorisation du divorce pour les femmes et les hommes en 1923. En France, comme le rappelle Martine Monacelli, il faut attendre 1944 pour que les femmes puissent voter et 1965 pour qu’elles puissent ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari.

3  Il faut rappeler ici que le mot « féminisme » fut d’abord un néologisme médical inventé en 1870 pour qualifier un arrêt du développement et un défaut de virilité chez les sujets masculins. Il fut choisi, à partir de 1890, pour désigner la théorie favorable à l’égalité des sexes, en France et en Angleterre.

4  Dans le système marital britannique de l’époque, les femmes mariées ne possèdent aucun bien propre, pas même leurs vêtements, même si elles les avaient déjà avant leur mariage. En cas de séparation ou de divorce, leurs biens restent la propriété des ex-maris, de même que les enfants. De plus, ne pouvant écrire sous leur nom propre (un nom de femme), elles écrivent sous le nom de leur mari ou un autre nom, mais masculin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Chetcuti, « Monacelli Martine, Prum Michel (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes. Dix pionniers britanniques », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1561

Haut de page

Auteur

Natacha Chetcuti

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org