Navigation – Plan du site
Dossier
Textes

De la contingence et de la carrière

Contingency and career
Marie-Ange Schiltz

Résumés

C’est le récit d’un parcours professionnel centré sur le recueil et l’interprétation d’informations quantitatives sur les conduites humaines. Ce parcours s’élabore à travers la manipulation de chiffres, de tableaux, de graphiques et de formules statistiques plus ou moins fiables selon la technique de construction de l’échantillon considéré. Il se développe sans jamais oublier que quelle que soit la sophistication des techniques mises en œuvre, les conduites de l’homme en société sont multiples, incertaines, rares et parfois même aberrantes au regard des normes. À cela s’ajoute la conscience que l’approche quantitative est déterminée par des pratiques de classement et de catégorisation fortement marquées par les représentations sociales, tout particulièrement dans le cas de comportements déviants et minoritaires. Face au dédale des conduites humaines, il n’y a pas de vérité des chiffres et ni de certitude des conclusions dans la connaissance du social qui puisse s’imposer seulement un degré fiabilité du discours plus ou moins établi en référence à la théorie des probabilités. Assortie des réserves d’usage sur la limite et la fiabilité de l’observation, le langage de l’à peu près manié avec rigueur permet de se risquer à avancer des conclusions probables à partir de signes, de traces et de pistes.

Haut de page

Texte intégral

1Un de mes collègues mathématicien sort de mon bureau, il vient de m’expliquer que dans la langue vietnamienne le locuteur n’était grammaticalement pas au centre de l’énoncé. J’aimerais bien écrire en vietnamien.

2C’est le jour où j’ai décidé d’affronter un texte de commande qui me met mal à l’aise. Je me suis engagée à produire un témoignage sur mon parcours professionnel, une idée amusante ! Mais devant mon clavier, je me demande comment je vais pouvoir me glisser dans l’ego histoire, être au centre alors que j’ai été tellement souvent à côté de mes pompes.
Je m’affronte à un exercice de reconstitution biographique, de mise en perspective, de mise en cohérence de mon parcours professionnel au sein de ces nobles institutions que sont le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

3Mais, d’abord je dois vous avouer que ces institutions publiques ne sont pas toute ma vie professionnelle, longtemps j’ai sévi dans le privé faisant un peu tout et n’importe quoi. Un diplôme commercial en poche, à 21 ans, j’entre dans la vie active. Rédactrice dans un journal professionnel, liquidatrice d’une société de diamants, secrétaire dans un cabinet d’ingénieurs conseils, responsable du service import-export, traductrice dans une ambassade américaine, de nouveau pigiste, puis gradée dans une banque d’affaires. C’est l’époque du plein emploi, je suis jeune et impatiente, je m’ennuie ; peut-être instable, je cours plus vite que mon ombre, je change d’employeur et de pays. Journaliste, secrétaire, traductrice, correspondante, rédactrice de crédit, bibliothécaire, tout cela avec une orthographe désastreuse, sans savoir taper à la machine et sans connaître l’anglais mais enfin, en y mettant de l’énergie et de la bonne volonté sous le regard plutôt goguenard de mes employeurs, j’ai réussi à gagner ma vie.

4Puis un jour, c’est en mai, il fait beau, il y a des orateurs, des slogans sur les murs, la Sorbonne m’est ouverte. Mon ennui professionnel prend sens, je ne suis pas faite pour le commerce. Je vais entreprendre un nouveau cursus, l’ethnologie ; cela coule sous le sens puisque j’ai été élevée dans l’ouest camerounais et que j’ai fait mes écoles avec les Bamilékés. Mais avant la spécialisation ethnologique, il y a beaucoup d’unités de valeur en sociologie et en statistiques. La sociologie m’intéresse et je suis habile en maniement des formules. De plus, la trentaine arrivant et l’angoisse devant l’écriture, je sais que j’ai peu de chances d’obtenir un poste dans la recherche, sauf si je cultive la dissonance en devenant le persan statistique chez les sociologues. Difficile dans ces conditions de parler de vocation : j’avais, je crois, tout simplement envie d’un travail où je ne m’ennuie pas rapidement. Est-ce par peur de la répétition que ma vie professionnelle va constamment balancer entre les statistiques et les sciences sociales, à la recherche de situations que je n’ai pas encore expérimentées ?

Le temps de la formation

5Du coté des statistiques, j’ai la chance d’intégrer, en 1972, le Centre de Mathématiques Sociales à l’EHESS et d’y suivre les cours de Georges Th. Guilbaud. Son enseignement m’éblouit, les formules prennent sens. Il m’initie aux probabilités, l’art de raisonner au plus juste dans l’incertain selon ses propres termes. Il me fait réfléchir sur l’approximation en faisant découvrir que l’on peut très bien parler de l’à peu près avec rigueur : savoir perdre de l’information pour dégager la structure des phénomènes mais aussi comprendre quelle information est perdue selon la technique utilisée et l’hypothèse de base à laquelle elle se réfère (Guilbaud, 1985). Pour exemple, la fameuse situation d’indépendance associée à la statistique du X2 qui pour une étude de l’orientation scolaire partirait du présupposé que la série du bac n’a aucune influence sur l’orientation universitaire, en d’autres termes que tous les bacheliers ont la même probabilité d’entrer en classe préparatoire ou immédiatement dans la vie active. Désormais, je sais de quoi je parle quand je produis un indice, une statistique.

6Du côté de la sociologie, dans le même temps, autre découverte, autre ébahissement : le séminaire de Pierre Bourdieu à l’EHESS. J’y découvre les notions de champs, de capital, les problèmes d’assignation et les luttes à propos des classements, la relation entre les dispositions durables et les chances objectives, les modes de domination. Il nous incite à lire la sociologie étrangère qu’il publie aux éditions de Minuit. Pour la première fois, je rencontre les noms de Bernstein, Goffman, Becker, Labov, Hoggart, Lazarfeld, Lynd. Et enfin Goodis (1979) et Hacking (1999) qui m’ont fait prendre conscience de l’importance des technologies intellectuelles sur la construction du social. Méthodologiquement, la sociologie du centre, du milieu, de l’américain moyen m’intéresse en raison des enquêtes qu’elle a suscitées mais c’est surtout celle des marges, des déviances, des délinquances et des exclusions de l’École de Chicago qui attire mon attention.

7Je m’engage dans une thèse sur la réforme des mathématiques mais je ne sens pas en moi un souffle suffisant pour la mener à bien. Ce travail débouche sur un article et une interrogation sur l’influence des mathématiques dans les sciences humaines (Schiltz, 1984 ; 1989).

Nous voulons tous des données fictives !

8Dans le cadre du CAMS (Centre d'analyse et de mathématique sociales), je fais mes gammes méthodologiques sur des données fictives, c’est limpide.

9Premières enquêtes, premières analyses de données, trop de questions, trop de possibilités, trop de notes, il n’est pas facile de passer des gammes à la symphonie. Maladroitement, sous la houlette de Pierre Bourdieu, je m’exerce sans résultats probants sur de vraies données (Bourdieu, 1984). Pour la première fois je vais au charbon, les « données » sociales sont bohèmes, molles et contingentes. Les chiffres glissent entre mes outils méthodologiques, je ne trouve pas de réel critère de discernement, je m’égare. Aux confins des sciences humaines et de la statistique, la pratique de l’analyse des données s’avère être un exercice laborieux, un lent « va et vient » entre l’élaboration des « données » et l’élaboration des « idées ». Ici, nulle objectivation scientifique n’est capable de justifier totalement l’organisation et la transformation des « données ». Il me faut apprendre à leur tenir tête. Ne pas soumettre naïvement les commentaires aux premiers résultats statistiques mais les restructurer en les confrontant à la théorie sociale afin d’en extraire une présentation plausible, au sens où la transformation finale des « données » résulte d’un compromis entre la structure initiale de la statistique observée et l’état des connaissances de la discipline.

D’un comptage à une grammaire : La dénonciation

10Mon vrai travail d’analyse de données commence avec La Dénonciation de Luc Boltanski (1984). C’est un des plus beaux défis de ma carrière. Un corpus de 275 lettres de dénonciation d’une injustice adressées au journal Le Monde sur une période de trois ans. Le matériel est remarquablement disparate. Quelle peut être la commune mesure entre la lettre impersonnelle, brève, dactylographiée, sur papier à en-tête d’un syndicat ou de la Ligue des Droits de l’Homme et le dossier volumineux, manuscrit, raturé, d’un quidam qui a multiplié, preuves à l’appui, les démarches auprès de tout ce qui compte dans la société (élus locaux, justice, police…), que personne n’entend et qui, en désespoir de cause, soumet son affaire au jugement de l’opinion publique à travers un média d’audience nationale. Pas de césure entre le pathologique et le normal ; pour dégager une structure, il faut réduire la diversité en appliquant à toutes les affaires un même système d’interrogation. Tout est sujet à codage :

111) description de leur contenu (milieu dans lequel l’affaire se développe, durée, nature des persécutions, ressources institutionnelles utilisées, gestes et instruments de mobilisation, mention d’une conspiration…),
2) description de la lettre ou du dossier avec pièces jointes (minutes de procès, tracts, lettres ouvertes…),
3) propriétés graphiques des textes (lisibilité, texte dactylographié ou manuscrit, fautes de frappe et/ou d’orthographe, caractéristiques de l’écriture, surcharges, ratures, soulignements…),
4) propriétés stylistiques et rhétoriques (titre, genre littéraire, invectives, menaces, néologismes, marqueurs de censure, de distance ou d’ironie…)
5) propriétés sociales de l’auteur (résidence, sexe, profession, âge) ;
6) et enfin, jugements de normalité.
Au total 140 variables sont retenues pour décrire l’aspect et les contenus.

12Comme cinq autres personnes, je suis conviée à mettre en œuvre mon « sens commun de la normalité ». Après une lecture rapide, la consigne est de noter chaque dossier de 1 (tout à fait normal) à 10 (complètement fou) sans jamais revenir sur la première impression. La lecture est glauque mais l’analyse est passionnante. Le travail est bouclé en six mois, six mois d’effervescence : le vendredi soir, discussion sur les résultats des analyses statistiques de la semaine et dès le lundi matin, une liasse épaisse de pages dactylographiées double interligne m’attend sur mon bureau. Luc Boltanski écrit plus vite que je ne lis. Les idées fusent. Entre singulier et collectif, l’analyse statistique s’attache à déterminer les règles sur lesquelles reposent les jugements de normalité. Les technologies sociales mises en œuvre pour construire une personne collective et rattacher des personnes individuelles à des causes collectives sont examinées à l’aune de leurs succès et de leurs échecs. Tout cela conduit Luc Boltanski à établir une grammaire de la dénonciation publique et à jeter les bases des économies de la grandeur.

La fois où je n’ai pas trouvé mon chemin : Finding one’s way

13Des souvenirs émergent d’abord confusément ; doucement, il me revient en mémoire un échec. À la suite d’une interrogation sur la façon dont les personnes ordinaires procèdent à des classements sociaux à partir d’indices divers, Luc Boltanski et Laurent Thévenot ont imaginé trois mises en situation. À travers une expérimentation, ils cherchent à débusquer les processus mis en œuvre pour catégoriser les personnes et à comparer les classements profanes et les classements savants. Un article rend compte des résultats issus d’une première analyse du matériau (Boltanski, Thévenot, 1983). Il me revient l’analyse statistique approfondie du dernier exercice qui se présente sous forme d’un jeu de société. Chaque joueur dispose d’un crédit de 100, il lui faut deviner la position sociale d’une personne réelle mais inconnue en dépensant le moins possible. Pour ce faire, il achète de l’information sur la base d’un ensemble de questions plus ou moins coûteuses selon l’information qu’elles apportent. Par exemple, le coût d’une réponse sur l’âge est moindre que celui sur l’émission de télévision favorite qui est lui-même moindre que celui sur le niveau d’étude de la personne à situer socialement. Différents publics ont été soumis à l’expérience, la position sociale du joueur et les séquences de son jeu sont enregistrées. Il faut coder et faire l’analyse statistique globale. J’ai beau triturer les données dans tous les sens, rien ne se dégage ; c’est vexant, je doute de moi, je ne suis pas assez armée, méthodologiquement, pour m’attaquer à ce corpus trop singulier de données. Six mois plus tard, je prends rendez-vous avec les deux auteurs pour rendre compte de mon échec. En cherchant des raisons à ce revers, j’apprends que le codage des variables a été remanié en cours de collecte. Le sujet me plaisait, le corpus était important et pourtant, il faut me résoudre à jeter l’éponge, dommage.

Méthodes et homogénéité d’un échantillon : désordres psychiatriques certes mais mineurs

14Mon inclination pour les frontières se matérialise. Dans le cadre d’une action thématique programmée franco-anglaise, j’abandonne temporairement les sociologues pour les statisticiens. Sous la direction d’Henry Rouanet et de son équipe « Groupe de Mathématiques et Psychologie », je me lance dans la comparaison des approches d’exploration des données et d’analyse statistique en usage d’un côté et de l’autre de la Manche : analyse sur un large éventail de variables afin de repérer des groupes de qualité versus détermination et mesure des causes et des effets à partir d’un nombre limité de variables. Ce projet se met en place dans une conjoncture singulière. Une situation spécifique à la France a transformé la pratique de l’analyse des données, tant et si bien que dans les années 1980, on peut parler d’une pratique « à la française ». En effet, au milieu des années 1960, le statisticien Jean-Pierre Benzécri développe une méthode originale pour l’analyse multidimensionnelle des données non-numériques nommée « analyse des correspondances ». Dans le même temps Alain Darbel, statisticien sociologue, souligne la difficulté de commenter des phénomènes sociaux par nature ambigus car soumis à des influences qui peuvent être positives ou négatives suivant le contexte. Il préconise l’interprétation simultanée de tous ces facteurs contradictoires. Au grand dam d’une tradition plus mathématique de la statistique, les chercheurs impliqués dans le dépouillement d’enquêtes se sont emparés de ces instruments statistiques qui ont pour caractéristique de penser les données dans une logique de co-occurrence entre modalités et, pour les plus complexes, de dresser une topographie qui permet de lire des groupes de qualités associées (Schiltz, 2003).

15À l’Institut de Psychiatrie de l’Université de Londres, je me familiarise avec une technique statistique promise à un bel avenir mais qui, à cette époque, n’a pas encore franchi la Manche : la « régression logistique » (Schiltz, 1986). Mais surtout, à partir d’une enquête, déjà exploitée, dont l’objet est d’évaluer l’importance de la variable « sexe » sur la fréquence des formes bénignes de désordre mental, j’entreprends une comparaison des pratiques d’analyse de données et de dépouillement d'enquêtes en sciences sociales. Déterminer l’existence ou non d’un risque différencié selon le genre, à l’égard des désordres psychiatriques constitue un des problèmes consacrés des enquêtes épidémiologiques. Les résultats sont contradictoires, une large controverse se développe à ce propos au sein de la communauté psychiatrique ; elle porte essentiellement sur le contrôle de l’homogénéité des populations interrogées. Chaque nouvelle étude tente d’améliorer les conditions de l’observation : il s’agit de minimiser les différences entre les hommes et les femmes de l’échantillon observé en vue de déceler une éventuelle influence du facteur sexué sur les désordres psychiatriques mineurs. La préoccupation d’un échantillon homogène est donc centrale dans l’enquête que j’ai à traiter. La différence entre les deux approches porte sur les méthodes mises en œuvre pour vérifier l’assertion d’homogénéité. La première analyse travaille à partir de l’importance des variations des moyennes et des pourcentages selon le sexe mais cette approche a tendance à gommer les différences qui peuvent exister. La mienne se fonde sur l’analyse factorielle des correspondances qui montre que les critères d’homogénéité de construction de l’échantillon, fondés sur la seule vie professionnelle, sont insuffisants. Contre toute attente, dans cet échantillon, l’inégalité des hommes et des femmes devant les tâches domestiques apparaît en défaveur des hommes (Schiltz, 1988).

Une série d’échantillons de circonstance : les homosexuels face au sida

16Avec Michael Pollak, je reviens vers la sociologie. Nous nous sommes rencontrés au séminaire de Pierre Bourdieu dans les années 1972-75. C’est un étudiant exemplaire que tous respectent. Il se tient à distance du groupe des thésards qui nouent des liens d’amitié. Un jour, je le croise dans un bus en compagnie d’un jeune homme. Un bref signe de reconnaissance, une certaine gêne, je saisis le sens de sa réserve. Par la suite, chacun suit son chemin : il termine sa thèse, j’abandonne la mienne, préférant approfondir mes connaissances en statistique et analyse des données. Les années passent, nos chemins se croisent et se recroisent. Nous fréquentons les mêmes séminaires, les mêmes centres de sociologie et sommes en contact avec les mêmes sociologues. Au courant de l’hiver 1984-85, Michael fait irruption dans mon bureau et me demande à brûle-pourpoint si j’accepterais de l’aider à mettre en place un système d’observation sur le thème « les homosexuels face au sida ». Sans l’ombre d’une hésitation, je donne mon accord. À peine sorti, il revient et m’enjoint de mûrir ma réponse. Je ris en lui répondant que ma décision est prise étant, comme lui, concernée par le sujet. Sa surprise est totale : comment « sais-je » ? Comment ne s’en est-il jamais « douté » ? On s’explique en se réjouissant de cette concordance des expériences qui éclaire le silence et qui sera la base de notre coopération pendant de longues années.

17Son projet, présenté avec Laurindo da Silva, est accepté. Sur des sujets aussi intimes et délicats que la sexualité et une maladie contagieuse et létale auprès d’une minorité disqualifiée, la méthode d’approche préconisée combine les entretiens et l’analyse des publications des groupes militants et médias gays. La demande de financement évoque un questionnaire qui devrait être élaboré à la lumière des résultats de l’enquête qualitative, partie dans laquelle je suis impliquée. Dans le projet, l’approche quantitative est envisagée sur la base d’un recrutement par boule de neige à partir d’organisations militantes. Nous discutons du bien fondé de ce choix en tenant compte des possibilités financières et de l’accès au terrain. En raison de l’affaiblissement du réseau des associations homosexuelles en France, il semble aventureux d’envisager une distribution de questionnaires par ce canal. Par ailleurs, il est entendu que l’enquête représentative n’est financièrement pas possible. Or Michael Pollak maintient l’exigence d’un échantillon important afin de mettre en évidence la diversité du groupe. Bien que décriées par les statisticiens en raison de leur absence de représentativité, il apparaît que les enquêtes par voie de presse peuvent être un compromis intéressant à condition d’avoir un support d’envergure afin de limiter, en plus des autres biais, celui lié à un lectorat trop particulier et restreint. La revue homosexuelle Gay Pied Hebdo paraît un bon support ; elle est à cette époque largement diffusée sur tout le territoire avec une vente hebdomadaire qui se situe entre 20 000 et 30 000 exemplaires. À la fin du printemps, un accord de principe pour l’insert gratuit d’un questionnaire est acquis et l’ordre des priorités s’inverse. L’enquête qualitative va son train ; pour l’observation quantitative, tout s’accélère ; le questionnaire est élaboré, maquetté et inséré en juillet ; les premiers résultats sont publiés à l’automne dans le journal (Pollak, Da Silva, 1985). Ce choix s’avère un moyen d’accès souple et rapide au groupe le plus affirmé et actif parmi les homosexuels. L’information chiffrée se nourrit des entretiens approfondis, des histoires de cas, des lettres de répondants, des observations de terrain, sans oublier les données de seconde main (issues de l’épidémiologie, de sondages et d’enquêtes en population générale, de lettres de lecteurs, d’articles de presse) (Pierret, Schiltz, 2008). À tout cela, le savoir du sociologue intègre l’expérience associative et la participation à différentes instances de l’administration de la santé. Les enquêtes sont répétées annuellement et les publications se multiplient (Pollak, Da Silva, Schiltz, 1986 ; Pollak, Schiltz, 1987).

18À la mort de Michael Pollack en 1992, l’ampleur du chantier sida est telle que je suis submergée : les Enquêtes Presse Gaie continuent, des interviews, des analyses d’associations et de nombreux articles sont en cours. Il me reste aussi à analyser l’enquête européenne menée, en 1991, dans sept pays sur le modèle de l’enquête française (Bochow et ali, 1994). Cette enquête est l’aboutissement d’une première coopération entre dix-sept équipes européennes travaillant sur les modes de vie des bisexuels et des homosexuels (Pollak, 1991). La confrontation des expériences et des résultats avait conclu à la nécessité d’une harmonisation des outils d’observation d’où la mise en place d’un questionnement commun. Je ferme beaucoup de chantiers pour me concentrer sur la seule observation auprès des homosexuels (questionnaire et entretiens). L’abandon des investigations complémentaires internes au dispositif d’observation a d’importantes conséquences sur le contenu des analyses et la qualité des conclusions. Les résultats de l’enquête quantitative s’autonomisent. Les comptes-rendus s’attachent à suivre l’adaptation au sida différenciée selon les groupes d’homosexuels (Schiltz, Adam, 1995 ; Schiltz, 1998c) et à produire des informations sur l’évolution de certains modes de vie des gays comme par exemple les jeunes (Schiltz, 1998a), la vie en couple (Schiltz, 1998b) ou les séropositifs (Schiltz, Sandfort, 2000). Ils deviennent beaucoup plus épidémiologiques. La reprise du dispositif d’observation par l’Institut de Veille Sanitaire reste dans la ligne de l’inflexion que j’ai, à mon insu, impulsée en ne travaillant plus qu’à partir de l’observation quantitative.

19La collaboration avec Michael Pollak ne s’est pas développée à partir de discussions : l’accord de principe s’était imposé dès notre premier échange à propos de l’enquête. Nous n’avons jamais ressenti le besoin de revenir dessus ou de le conforter. Nous avions conscience de l’urgence de la situation et du drame qui était en train de se produire, porteur d’un danger pour l’homme et la femme homosexuels que nous étions. Souplesse dans les moyens mis en œuvre pour accéder à l’information empirique et rapidité de production et de communication des résultats auprès des administrations de la santé, des autres chercheurs, des associations et des homosexuels : telle était notre règle de conduite, et telles furent les caractéristiques de notre collaboration qui, étant donné mon investissement dans l’observation quantitative, portait essentiellement sur les données chiffrées. De cette expérience, il me reste la certitude des vertus d’une collaboration établie sur la base de la reconnaissance et du respect de savoir-faire différents mais complémentaires. Ici, la fallacieuse opposition entre « qualitatif » et « quantitatif » n’a plus cours, toutes sortes d’informations s’entrecroisent afin d’enrichir le regard du sociologue sur son objet.

20J’ai pâti de son absence. En tant que femme homosexuelle ne me sentant ni le droit ni la stature d’un porte-parole, la poursuite du chantier s’avère délicate. Comment se faire entendre auprès d’une communauté stigmatisée qui, dans le drame, vient de conquérir la nouvelle dignité de communauté responsable face au danger létal ? Comment dire qu’elle n’est pas, dans toutes ses composantes, si exemplaire que cela ? J’ai subi des insultes, ai été dénoncée dans la presse pour malversation et trahison : « on n’est jamais si bien trahi que par les siens »… En bref, les assauts habituels destinés à étouffer l’émergence d’une parole discordante. Mais pas que du malheur ! Outre le plaisir de travailler avec Michael Pollak, cette collaboration a eu un effet bénéfique personnel inattendu : ce chantier m’a mise en contact avec les représentants de la communauté et des associations, alors que je ne connaissais jusqu’alors que des personnes homosexuelles. Sans être pour autant devenue ce que l’on appelle « communautaire », j’ai acquis une connaissance et une tendresse teintée parfois d’agacement à l’égard de la culture et du milieu gay dont je n’ai reconnu la nécessité collective qu’à travers l’exposition toujours possible et constamment répétée à l’intolérable mépris d’un quidam ou d’un autrui obligé. Tous ces contacts m’ont donné la liberté d’être ce que je suis et de ne plus accepter la polémique sur ce point.

De la méthode : le langage d’interrogation des données

21Entre-temps, j’ai retraversé la frontière. Une nouvelle collaboration avec les statisticiens m’anime. Je retrouve Henry Rouanet, Brigitte Leroux et Jean-Marc Bernard, qui ont mis au point un langage d’interrogation des données destiné à analyser une base de données multivariées structurées : EyeLID. Henry Rouanet veut renouveler l'approche statistique des chercheurs en sciences sociales. Son idée force est qu'il ne faut pas séparer la statistique mathématique et la statistique des chercheurs, mais que les deux attitudes se fécondent. C’est dans cette optique que je suis amenée à tester son logiciel sur des données sociales. Sur la base des méthodes d’analyses factorielles des correspondances, le programme est conçu pour l’exploration, en particulier graphique, et l’analyse des données complexes. L’outil est attractif. C’est un plaisir de voir émerger en couleur la structure des données. Le graphique suggère les hypothèses et les interprétations que l’étude des contributions à la variance permet de chiffrer et d’attester. D’évidence, les conclusions s’imposent (Bernard et ali, 1989).

22Un grand regret cependant, le travail de formalisation théorique et la pratique de la description des données réalisées sous la forme d’EyeLID par l’équipe d’Henry Rouanet sont, hélas, restés confidentiels. Je suis pour partie impliquée dans le fait que cette approche n’a pas eu la diffusion qu'elle méritait dans les sciences sociales. Au cours des enquêtes que j’ai été amenée à analyser par la suite, je n’ai pas mis en œuvre cet outil pourtant très performant. Contrairement à ce que l’équipe a pu penser, ce n’est pas parce que son utilisation nécessite un investissement dans l'acquisition de concepts formels mais plutôt en raison de procédures d’interface avec les logiciels usuels de statistiques complexes. Par manque de temps et nécessité de produire rapidement des résultats, j’ai préféré m'en tenir à l’usage de logiciels plus classiques. De plus, il faut remarquer que le langage d’interrogation des données apparaît à un moment où les standards de l’analyse de données évoluent. L’analyse factorielle relativement longue à mettre en œuvre et délicate à interpréter est alors supplantée par les techniques de régression logistique qui répondent plus rapidement à des besoins de production de résultats apparemment moins ambigus.

Enfin représentative ! La violence envers les femmes (ENVEFF)

231997, une Enquête Presse Gaie de plus1, la répétition m’ennuie. J’ai envie de me hausser du col, de quitter les échantillons de convenance si décriés par la statistique classique et d’aller voir du côté de la représentativité. La proposition de Maryse Jaspard, enseignante à l’Institut de Démographie de l’Université de Paris, tombe à pic. Il s’agit de rejoindre l’équipe qu’elle constitue en vue de réaliser une enquête représentative de la population féminine française sur le sujet des violences à l’encontre des femmes. Un nouveau sujet, un nouveau questionnement. C’est passionnant, c’est agaçant. Le travail collectif est stimulant, les points de vue se heurtent. Je ne suis pas une militante féministe, j’aurais aimé interroger les hommes et les femmes pour croiser le regard et asseoir les résultats sur des comparaisons. Mais la commande émane du Secrétariat d’État aux Droits des Femmes et à la Formation Professionnelle / Service des Droits des Femmes et de l’Égalité ; il faut faire avec.

24La mise en route de l’étude est la période la plus captivante. Je découvre la richesse de la collaboration avec de nouveaux collègues issus d’horizons disciplinaires variés et la complexité du sujet d’étude. L’élaboration du questionnement est délicate. Nous savons que le tolérable d’une époque peut devenir l’intolérable d’une autre et que les actes violents sont d’autant plus traumatisants qu’ils sont en décalage avec les règles en vigueur dans le groupe d’appartenance. Nous savons que la violence est présente dans tous les milieux sociaux et qu’elle prend des formes spécifiques à chaque milieu, que la nature des actes de violence et les seuils de tolérance sont liés à des éléments culturels. Comment ne pas imposer notre définition de la violence ? Nous ne l’avons jamais nommée dans le questionnement ; seuls sont évoqués des gestes, des actes, des faits, des paroles susceptibles de porter atteinte à l’intégrité physique et morale de l’autre sans les qualifier de violents et en s’interdisant de les hiérarchiser. Comment ne pas mettre en danger l’enquêtée ? Nous sommes restés discrets sur le sujet de l’étude et plusieurs fois au cours de l’entretien, le questionnement s’assure des bonnes conditions de la confidentialité. Dans le respect complet de l’anonymat de la répondante, une procédure permet d’interrompre à tout moment l’interrogation pour la reprendre ultérieurement à sa convenance. Comment ne pas brusquer ? Comment faire émerger les souvenirs douloureux ? Comment ne pas blesser ? Il faut penser l’ordre des questions pour installer la confiance et réduire le mutisme dans lequel s’enferment un grand nombre de femmes. Aller des questions les plus banales aux plus indiscrètes sur la vie conjugale ou la sexualité, des faits les plus faciles à énoncer (parce que cela arrive à tout le monde) aux plus indicibles, interroger en premier lieu sur les violences subies dans l’espace public, puis dans les autres sphères d’activité sociale affectivement plus investies comme les sphères professionnelle, conjugale et familiale. La répétition des questions dans chacune des sphères, de la plus publique à la plus privée laisse le temps au temps pour que s’opère le travail de mémoire et qu’émergent des situations douloureuses sinon peut-être occultées (Schiltz et ali, 2001).

25Cohérence des résultats oblige, il nous faut parler d’une seule voix. Sur fond de sensibilités différentes, la rédaction finale de l’ouvrage signé collectivement s’avère problématique et conflictuelle (Jaspard et ali, 2002). Les réunions deviennent houleuses. Toujours cette détestable question de métrologie : combien ? Où commence la violence ? Que doit-on mesurer ? La construction des indices fait débat au sein du groupe. Ne considérer que les violences physiques, y intégrer les violences psychologiques ou construire une composante des deux ? Comment distinguer le conflit de la violence dans une enquête où l’on n’a interrogé qu’un seul des protagonistes ? Comment produire une mesure de la violence envers les femmes à une époque de recomposition de l’ordre normatif en matière de violence et de redéfinition des rapports entre les sexes ? Sur un sujet aussi sensible, la réponse est loin d’être neutre. L’équipe a conscience que la quantification statistique produite aura des effets sur la réalité sociale et les représentations tant collectives qu’individuelles. La commande émane d’un ministère : elle est soutenue par les associations concernées, les chiffres produits sont destinés à orienter les modalités de l’intervention publique en vue d’une prise de conscience collective. La première conférence de presse produit une évaluation de l’ensemble des violences subies au cours des douze derniers mois dans les différents cadres de vie où la femme est amenée à évoluer, ainsi que les violences subies au cours de la vie. Une seule mesure retient l’attention des médias : « une femme sur dix, victime de violence conjugale » ; mezzo voce, j’aurais préféré, pour la majeure partie d’entre elles, dire « en difficulté dans son couple ». Cette mesure a la carrière de ces chiffres mythiques qui échappent à leurs auteurs. Le chiffre circule, s’affiche… jusqu’à Bruxelles où, dans le métro, une campagne de prévention m’informe qu’il s’agit maintenant d’une femme sur cinq… Qui dit mieux ? La mesure perd ses références, la période est omise, la conjugalité disparaît : « 10% de victimes en France ». Cette autonomisation du chiffre cache nos doutes et nos interrogations d’autant plus importantes que cette étude s’inscrit dans une période où la place des femmes a beaucoup évolué, où la question du consentement est devenue centrale et où les normes en matière de violence, en particulier sexuelle, sont bouleversées. Heureusement que l’étude ne se résume pas à ce maudit 10% qui a suscité tant de controverses stériles et qu’elle est riche de bien d’autres enseignements.

26Par la suite, des textes signés individuellement permettent l’expression des diverses sensibilités. Surprise par des corrélations insolites qui font écho à mon expérience de femme célibataire, j’essaie de comprendre les variations des fréquences des violences exercées à l’encontre des femmes dans leur vie publique au regard de situations de fragilité et de comportement atypiques ou marginaux. Dans le cadre limité du questionnaire quantitatif, j’entreprends d’établir une liste d’indices de singularité de vie pour les mettre en relation avec des niveaux de violence dans l’espace public, la vie professionnelle et la famille. Il en ressort qu’un contrôle social ferme, voire violent, s’exerce à l’encontre des femmes qui affichent une certaine indépendance y compris dans leurs comportements les plus intimes. Il ne faut pas donner son sens fort à ce terme d’indépendance. Pour les femmes, les limites sont vite franchies. Très variables, elles prennent des colorations spécifiques selon les normes en vigueur dans chaque sphère d’activité. Une seule dérogation à la règle ne porte pas trop à conséquence mais quand la femme cumule les états et les conduites en marge des situations et des comportements conventionnels et valorisés, alors les rappels à l’ordre se multiplient (Schiltz, 2007).

Une incursion vers le qualitatif : expérience sexuelle et construction de soi

27Avec Alain Giami, directeur de recherche à l’Inserm que j’ai souvent croisé autour des thèmes sexualité et sida, c’est une nouvelle aventure méthodologique qui s’amorce : l’expérience de la sexualité parmi une population d’étudiants inscrits en première année d’études à l’université (Giami, Schiltz, 2004). La recherche a pour objet de répondre à une série d’interrogations sur les rapports entre expérience sexuelle, construction de soi et ancrage dans la vie sociale. L’étude s’appuie sur un matériel diversifié : lettre de motivation concernant leur participation à la recherche, questionnaires et entretiens répétés en début et en fin d’année universitaire. Le quantitatif permet d’évaluer la validité des récits recueillis et le second entretien, en fin d’année universitaire, de mettre en évidence l’importance des changements intervenus dans la vie privée au regard des modifications de mode de vie et du contexte social conséquents à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

28Au commencement, la diversité des biographies personnelles me fascine, c’est tellement plus riche que les réponses codées. Mais une fois la romance lue, que faire ? Je me précipite sur l’analyse des questionnaires, c’est dans mes cordes. Le travail fait, le cœur du matériau reste sur ma table avec en vrac les amours, les chagrins, les vies riches de rencontres et d’expériences à travers lesquelles s’élaborent les désirs et l’apprentissage des limites de la relation à l’autre avec un futur qui se construit sur le présent, les vies atones avec leurs mots suspendus, les récits fantasmés où il est difficile comme dit le poète de démêler le tien du mien, l’intérêt, les échecs et les succès universitaires… Tout cela sur fond d’un bouleversement des réseaux sociaux et d’un questionnement intérieur souvent confus. Comment simplifier, dégager des constantes ? Les réunions de travail, les conseils de mes collègues « qualitativistes », quelques logiciels d’analyses textuelles et surtout lecture et relecture… Je commence à saisir des logiques de vie. C’est passionnant mais pas impliquant. Un jour j’ai été jeune, une autre génération, la distance au sujet d’étude est confortable, la pluralité des regards de l’équipe me laisse la liberté de trouver un fil conducteur pour construire un discours. Dans un contexte qui met l’accent sur la diversité des expériences sexuelles, la vie vécue et rêvée des jeunes générations surprend. L’expérience sexuelle des jeunes adultes interrogés, dont nous avons établi qu’ils sont relativement représentatifs de leur tranche d’âge et de leur groupe social, oscille entre la pratique de l’errance, qualifiée de « monogamie sérielle » et l’idéal de la conjugalité.

La représentativité sans base de sondage : les séropositifs en France (VESPA)

29Désormais, j’évolue dans le circuit des grandes enquêtes. L’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites Virales souhaite disposer de données fiables sur les conditions de vie des personnes vivant avec le VIH en France. Sous la houlette de France Lert (directrice de recherche à l’Inserm) et de Yolande Obadia (directrice de l’ORS-Paca), deux équipes regroupant les compétences diversifiées d’épidémiologues, de statisticiens, de médecins, de démographes, de sociologues et d’économistes mettent ensemble leurs connaissances et leur savoir-faire afin de résoudre une série d’oxymores : construire un échantillon représentatif en l’absence d’une base de sondage, réunir plusieurs sources d’information sur les patients en respectant strictement leur anonymat, recueillir une information sensible couverte par le secret médical, garantir la confidentialité sur la maladie dans un lieu public, réaliser une enquête lourde sans trop perturber le service. Sous l’œil vigilant de la CNIL, tous ces problèmes ont été résolus (Perreti-Watel et ali, 2005). Les études sur le VIH posent la sexualité comme implicite dans tous les questionnements. Or, l’analyse de la sexualité des femmes dans l’Enveff m’avait montré l’importance de l’inactivité sexuelle dans certaines catégories de population. Dans l’enquête Vespa, la question concernant la sexualité est modifiée, l’inactivité apparaît comme une modalité à part entière et non comme une reconstruction a posteriori. Ce droit de cité met en valeur l’importance du phénomène parmi les séropositifs et surtout parmi les femmes (Schiltz et ali, 2008). Ma pratique de l’analyse des données m’a rendue attentive aux catégories de perception savantes, celles à partir desquelles je suis amenée à travailler : évolution du questionnement sur la sexualité et la vie de couple dans les enquêtes françaises des années cinquante à nos jours (Schiltz et ali, 2003) ; difficile prise en compte de la catégorie « pacsé » dans les statistiques de l’État (Schiltz, 2004). Le travail sur les femmes séropositives attire mon attention sur la non pertinence des catégories de l’épidémiologie pour leur classement (Schiltz, 2008a ; 2008b). Selon la typologie en vigueur, la très grande majorité des femmes se retrouve classée dans la même catégorie « femmes hétérosexuelles », catégorie pour le moins peu discriminante qui n’éclaire guère l’analyse de l’évolution de l’épidémie parmi les femmes, pas plus qu’elle ne favorise la recherche auprès de sous-groupes.

La synthèse : le Bulletin de Méthodologie Sociologique

30En 1983, entre La Dénonciation et Les Homosexuels face au sida, sous l’impulsion de Karl Van Meter, un improbable s’est immiscé dans ma vie professionnelle : le Bulletin de Méthodologie Sociologique, son objectif : « la communication des résultats et la publication de la connaissance formelle dans le domaine de la méthodologie en sociologie ». Numéro 1, trois articles, tous écrits par un des membres du comité de rédaction. J’y présente une technique et des règles qui permettent de réduire, d’éliminer les modalités non pertinentes à partir de l’exemple de La Dénonciation (Schiltz, 1984). C’est un problème récurrent dans les dépouillements d’enquête, sachant que la tendance est de multiplier les angles de description et les saisies par peur de négliger une information qui s’avèrerait par la suite essentielle. Pas d’articles en réserve, qui peut nous faire confiance ? Contre toute attente, les numéros s’enchaînent, le modestement dénommé bulletin trouve son public de lecteurs et de rédacteurs. La bande des quatre fondateurs vieillit. 27 ans plus tard, au numéro 105, le BMS se refait une jeunesse en établissant une coopération avec Sage Publications, l’éditeur londonien qui reprend le titre en nous en laissant la responsabilité scientifique. Belle aventure qui s’est construite sur l’idée de promouvoir une méthode d’analyse de données sociales assortie d’un exemple qui explicite le savoir-faire face aux données, ce qui m’avait tant fait défaut au moment de mes premières expériences.

Conclusion

31Dans la conjoncture actuelle où fleurissent des grands programmes d’enquêtes représentatives, initiées par les organismes les plus officiels de la statistique d’État auprès de populations difficiles à joindre comme les SDF, les personnes handicapées ou dépendantes, les hommes incarcérés, les personnes séropositives, il ne me semble pas inutile de s’interroger sur la possibilité de mettre en œuvre une observation empirique ad hoc (Schiltz, 2005). En effet, il serait dommage que ces opérations statistiques de grande envergure annihilent toute ambition des sciences sociales à mettre en œuvre leur propre système d’observation afin d’étudier un phénomène émergent ou des situations de crise. En ce sens, La Dénonciation ou le programme sur Les homosexuels face au sida peuvent être considérés comme des travaux de référence par la variété et la souplesse des moyens d’observation qu’ils utilisent pour penser une cause en constitution, sur un thème en construction, dans une enquête menée auprès de populations marginales et stigmatisées.

32J’ai aimé travailler la molle glaise des données sociales afin de confirmer des évidences avec l’espoir de trouver la corrélation insolite qui prend sens quand on l’interprète. L’enseignement de probabilités et de statistiques dispensé par Georges Th. Guilbaud m’a avertie des limites de toute observation contingente dont font partie les échantillons représentatifs. Les idées et les personnes trop bien assurées m’agacent ; je suis fascinée par la fluidité des événements et des vies floues. Je me sens à l’aise face à l’évanescence, l’éventualité et l’approximation. Percevoir globalement ce que l’on sait mouvant, savoir laisser tomber les détails ; simplement admirer les nuages qui passent en les nommant selon leur forme afin de prédire, avec toujours au fond de soi l’excitation du doute, le temps à venir. Ma conception des enquêtes et de l’analyse des données est très marquée par leur usage en sociologie et ma dépendance aux exigences des règles de la statistique classique plus que modérée. Au cours de ma carrière, il m’a souvent paru plus important d’accéder à une information, quitte à ne pouvoir la généraliser, que d’attendre les conditions de recueil d’un échantillon qui respecte les règles de la représentativité. Cette « incorrection » se trouve être en concordance avec les limites que l’on peut assigner aux observations empiriques qui ne sont que « signes, traces et pistes » (Ginzburg, 1980). Avoir conscience que la construction d’un savoir sera toujours limitée par le contexte et l’approximation inhérente à la collecte des informations. À chaque fois, il s’agit de s’interroger sur ce qu’une observation cache pour comprendre ce qu’elle montre, sachant que la seule observation des réactions individuelles – quelle que soit la technique employée – ne peut rendre compte du contexte et interdit d’entrevoir les changements collectifs.

33Pour en finir avec ce texte, j’ai envie de dire que mon attention a toujours été attirée par les vies fragiles et que cet intérêt ne s’achève pas avec ma retraite. Vivre est étonnant. Depuis trois ans, « sans domicile fixe » (SDF) et « avec domicile fixe » (ADF), ensemble, nous faisons fonctionner une bagagerie au centre de Paris où les adhérents sans toit vivant dans le quartier peuvent se délester de leurs bagages matin et soir et ce, tous les jours de l’année. Mains Libres, tel est son nom2. L’aventure est collective ; bénévoles SDF et ADF y prennent, à égalité, leur part de responsabilités. Non seulement le service fonctionne mais en plus du lien social se crée entre nous ainsi qu'avec les habitants du quartier, les politiques qui nous soutiennent et les entreprises qui nous financent.

34Ma tendresse va aux gens qui ne marchent pas dans les clous.

Haut de page

Bibliographie

ARMATTE Michel, FELDMAN Jacqueline, LECLEC Bruno, MONJARDET Bernard, LAURIERE Marion, SCHILTZ Marie-Ange, « Mathématiques et sciences humaines : des années soixante aux années quatre-vingts. Essai de bilan », La Vie des Sciences : comptes rendus de l'Académie des Sciences, 6, 1, pp. 59-76 et 6, 2, 1989, pp. 139-165.

BERNARD Jean-Marie, LE ROUX Brigitte, ROUANET Henry, SCHILTZ Marie-Ange, « L'analyse multidimensionnelle des données au moyen du Langage d'Interrogation des Données : au-delà de l'analyse des correspondances.... », Bulletin de Méthodologie Sociologique, 23, 1989, pp. 6-42.

BOCHOW Michael, CHIAROTTI Flavia, DAVIES Peter, DUBOIS-ARBER Françoise, DUR Wolfgang, FOUCHARD Jan, GRUET Florence, McMANUS Tim, MARKET Stephan, SANDFORT Theo, SASSE Helmut, SCHILTZ Marie-Ange, TIELMAN Rob, WASSERFALLEN François, « Sexual behaviour of gay and bisexual men in eight European countries », AIDS Care, 6, 5, 1994, pp. 533-549.

BOLTANSKI Luc, DARRE Yann, SCHILTZ Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 51, 1984, pp. 3-40.

BOLTANSKI Luc, THEVENOT Laurent, « Finding one's way in social space:a study based on games », Social Science Information, 22, 1983, pp. 631-680.

BOURDIEU Pierre, Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

GIAMI Alain, SCHILTZ Marie-Ange (dir.), L’expérience de la sexualité chez de jeunes adultes. Entre errance et conjugalité, Paris, Éditions de l’Inserm, 2004.

GINZBURG Carlo, « Signes, traces, pistes. Racines d'un paradigme de l'indice », Le Débat, 6, 1980, pp. 3-44.

GOODY Jack, La raison graphique, Paris, Édition de Minuit, 1979.

GUILBAUD Georges Th., Leçons d’à peu près, Paris, Christian Bourgeois, 1985.

HACKING Ian, The Social Construction of What?, Harvard, Harvard University Press, 1999.

JASPARD Maryse, BROWN Elisabeth, CONDON Stéphanie, FOUGEYROLLAS-SCHWEBEBEL Dominique, HOUEL Annik, LHOMOND Brigitte, MAILLOCHON Florence, SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Josèphe, SCHILTZ Marie-Ange, Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale, Paris, La Documentation Française, 2002.

PERETTI-WATEL Patrick, RIANDEY Benoît, DRAY-SPIRA Rosemary, BOUHNIK Anne-Deborah, SITTA Rémy, OBADIA Yolande, « Comment enquêter la population séropositive en France ? », Population, 60, 4, 2005, pp. 526-549.

POLLAK Michael, AIDS prevention for men having sex with men. Final report (Assessing Aids Prevention. EC concerted action on assessement of AIDS/HIV preventive strategies), Lausanne, 1991.

POLLAK Michael, DA SILVA Laurindo, SCHILTZ Marie-Ange, « Les homosexuels face à l'épidémie du sida », Revue d'épidémiologie et de santé publique, 34, 1986, pp. 143-153.

POLLAK Michael, DA SILVA Laurindo, « 1 000 Homosexuels témoignent », Gai Pied Hebdo, 193, 1985, pp. 18-22.

POLLAK Michael, SCHILTZ Marie-Ange, « Identité sociale et gestion d'un risque de santé: les homosexuels face au SIDA », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 68, 1987, pp. 77-102.

SCHILTZ Marie-Ange, « Classer la femme séropositive : ce qu’elle est, ce quelle fait, qui elle fréquente », Revue Internationale de biologie et de médecine, 2, 24, 2008a, pp. 20-23.

SCHILTZ Marie-Ange, « La séropositivité au féminin : du stigmate à la maladie chronique, une transition hypothétique », Revue Internationale de biologie et de médecine, 2, 24, 2008b, pp. 168-175.

SCHILTZ Marie-Ange, « L’intolérable indépendance de la femme publique », in JASPARD Maryse, CHETCUTI Natacha (dir.), Violences envers les femmes : "trois pas en avant, deux pas en arrière". Réflexions autour d'une enquête en France, Paris, L'harmattan, 2007, pp. 131-152.

SCHILTZ Marie-Ange, « Faire et défaire des groupes : l’information chiffrée sur des populations difficiles à atteindre », Bulletin de Méthodologie Sociologique, 86, 2005, pp. 30-54.

SCHILTZ Marie-Ange, « Pacs:The chaotic emergence of the category in French social surveys », in DIGOIX Marie, FESTY Patrick (dir.). Same-sex couples, same-sex partnerships & homosexual marriages. A focus on cross-national differentials, Paris, Ined, 124, 2004, pp. 225-232.

SCHILTZ Marie-Ange, « Influence of the Choice of Statistical Analysis on Basic Operations in Survey Research:Coding and Selection of Variables », in VAN METER Karl (dir.), Interrelation between Type of Analysis and Type of Interpretation, Bern, Peter Lang Verlag, 2003, pp. 43-74.

SCHILTZ Marie-Ange, « Young homosexual itineraries in the context of HIV: Establishing lifestyles », Population: An English selection, 10(2), 1998a, pp. 417-446.

SCHILTZ Marie-Ange, « Un ordinaire insolite : le couple homosexuel », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 125, 1998b, pp. 30-43.

SCHILTZ Marie-Ange, « Not All Men, Situations, and Actions Are Equal:Moving From 100% Protection to a More Realistic Prevention Practice », Journal of Psychology and Human Sexuality, 10, 3/4, 1998c, pp. 19-36.

SCHILTZ Marie-Ange, « A French Reanalysis of a British Survey », in ROUANET Henry (dir.), Comparative Study of Statistical Methods Applied to Social Sciences Data. Rapport E.S.R.C., 1988, pp. 115-152.

SCHILTZ Marie-Ange, « Les modèles log-linéaire pour l'analyse des tableaux de contingence », Bulletin de Méthodologie Sociologique, 12, 1986, pp. 4-22.

SCHILTZ Marie-Ange, « Analyse des épisodes d'une controverse : la réforme des mathématiques des années soixante », in ARMATTE Michel, BAILLY Francis, BARUK Stella, BLANCHARD-LAVILLE Claudine, FELDMAN Jacqueline, LABORIE Françoise, SCHILTZ Marie-Ange, THUILLIER Pierre, TROTIGNON Pierre, WOESLER DE PANAFIEU Christine, Le sujet et l'objet : confrontations, Paris, Éditions du CNRS, 1984, pp. 119-149.

SCHILTZ Marie-Ange, ADAM Philippe, « Reputedly Effective Risk Reduction Strategies and Gay Men », in AGGLETON Peter, DAVIES Peter (dir.), AIDS: Safety, Sexuality and Risk. London, New York, Philadelphia, The Falmer Press, 1995, pp. 1-19.

SCHILTZ Marie-Ange, BOUHNIK Anne-Deborah, PERETTI-WATEL Patrick, « Quel impact du VIH sur l’activité sexuelle ? », in PERRETTI-WATEL Patrick, SPIRE Bruno et le groupe ANRS-VESPA (dir.), Sida une maladie chronique passée au crible, Rennes, Presse de l’École des Hautes Études en Santé Publique, 2008, pp. 111-123.

SCHILTZ Marie-Ange, JASPARD Maryse, « Amour et sexualité dans la conjugalité : évolutions des interrogations des années cinquante à nos jours », in PAICHELER Geneviève, LOYOLA Maria-Andrea (dir.), Sexualité, normes et contrôle social, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 69-100.

SCHILTZ Marie-Ange, JASPARD Maryse, BROWN Elizabeth, FIRDION Jean-Marie et l’équipe Enveff, « Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff) : mise en place d’une enquête sur un sujet sensible qui peut mettre en danger les femmes interrogées », in Droesbeke Jean-Jacques, Lebart Ludovic (dir.), Enquêtes, modèles et applications, Paris, Dunod, 2001, pp. 219-230.

SCHILTZ Marie-Ange, PIERRET Janine, « Du regard sociologique à l’action : la création d’un système d’observation en milieu homosexuel », in ISRAEL Liora, VOLDMAN Danièle (dir.), Michael Pollak : De l’identité blessée à une sociologie des possibles, Paris, Complexes, 2008, pp. 227-247.

SCHILTZ Marie-Ange, SANDFORT Theo G. M., « HIV-positive people, risk and Sexual behaviour », Social Science and Medicine, 50, 2000, pp. 1571-1588.

Haut de page

Notes

1  Les enquêtes Presse Gaie documentées sont en accès libre au Centre de données socio-politique de Sciences-Po (CDSP).

2  Pour en savoir plus sur la bagagerie « Mains Libres », vous pouvez visiter son site : http://www.mainslibres.asso.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ange Schiltz, « De la contingence et de la carrière », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/1618 ; DOI : 10.4000/gss.1618

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Schiltz

Ingénieur de recherche hors classe CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org