Navigation – Plan du site
Dossier
Textes

De la sociabilité au genre et à la sexualité. Entretien avec Michel Bozon sur les étapes d’un parcours sociologique

Sociability to gender and sexuality. An interview with Michel Bozon on the path to a sociological understanding
Michel Bozon, Baptiste Coulmont et Marianne Blidon

Résumés

Michel Bozon revient dans cet entretien sur son parcours intellectuel et académique, en l’inscrivant plus largement dans le champ de la sociologie. Il évoque les rencontres et les amitiés qui l’ont structuré et guidé dans ses choix méthodologiques. De l’École Normale Supérieure où il découvre l’anthropologie et la pratique du terrain à son entrée à l’INED, en tant que sociologue partie prenante de grandes enquêtes en population générale, se dessinent des inflexions thématiques, de la sociabilité urbaine et de la reproduction sociale à la formation des couples et au maintien des inégalités de genre dans le cadre de la sexualité. Il démontre la fécondité d’une approche qui n’oppose pas politique, théorie et production de données empiriques. Enfin, à travers la comparaison entre la France et le Brésil, il met en évidence que même si les asymétries de genre sont universelles, elles ne sont ni produites à travers les mêmes canaux ni intériorisées de la même façon. Montrant qu’il n’y a pas de sexualité physique qui ne soit inscrite dans l’interprétation, dans le sens et dans unehistoire sociale nationale.

Haut de page

Texte intégral

Sociabilité

1Baptiste Coulmont : J’ai écrit récemment un manuel de sociologie, et donc j’ai lu beaucoup de choses sur la formation de la sociologie française après 1945 et on a peu de choses sur l’état de la sociologie dans les années 1960, et encore moins sur l’état de la sociologie au moment où les grands maîtres entrent au Collège de France. Au moment, en fait où tu étais à l’École Normale et où tu en sortais... Donc, pour commencer, ça m’aurait intéressé d’avoir l’état du champ vu par un jeune normalien.

2Je suis entré à l’École Normale Supérieure en 1974 et en suis sorti en 1980. J’étais provincial, j’arrivais à la capitale et j’étais passionné de Lévi-Strauss que je lisais depuis des années. À l’époque, je ne me situais pas du tout dans l’univers de la sociologie, j’aspirais à faire de l’anthropologie sur des terrains éloignés et donc je suis allé suivre les séminaires de Lévi-Strauss au Collège de France, peut-être les derniers qu’il y ait fait... À mon arrivée à l’ENS, je me suis aperçu que malgré la renommée du lieu, il n’y existait pas véritablement de sciences sociales organisées, à part un petit groupe de sociologues autour de Jean-Claude Chamboredon. L’agrégation de sciences sociales n’avait pas encore été créée. Comme je voulais faire de l’anthropologie, mais que ma spécialité d’entrée au concours était l’anglais, le directeur de l’École a bien voulu que je me lance dans l’anthropologie, mais à condition que je mène parallèlement des études plus « sérieuses », qui conduisent à une agrégation. On m’a donc poussé vers les humanités, vers l’anglais. L’agrégé responsable des études d’anglais, le caïman, m’a conseillé d’essayer la linguistique, qui avait le vent en poupe dans le climat structuraliste des années 1970. J’ai décidé de faire de l’anglais dans la filière de linguistique (c’est-à-dire ni de littérature ni de civilisation). Mon idée était de me rapprocher ainsi des sciences sociales. Je suis allé passer un an à Londres, à King’s College, et là j’ai effectué mon premier travail de recherche, un mémoire de maîtrise de sociolinguistique sur les orateurs de Hyde Park (Bozon, 1976). J’enregistrais les discours des orateurs, je les photographiais en situation, puis j’essayais de les interroger. C’était mon premier contact avec l’observation sociologique, non dissociée de l’analyse de discours. Revenu à Paris, j’ai passé le CAPES d’anglais, j’ai raté l’agrégation, l’anglais et la littérature anglaise n’étant pas vraiment ma tasse de thé... J’ai arrêté définitivement l’étude de l’anglais en 1977, avec ce diplôme d’enseignement qui m’a  paradoxalement servi plus tard.

Je me suis alors mis à chercher comment entrer en contact avec l’anthropologie. Je me souviens d’une visite que nous avions faite à cette époque, un groupe de normaliens, au Centre d’Ethnologie française, qui était un laboratoire du CNRS. Il était hébergé au Musée des Arts et Traditions Populaires et dirigé par l’anthropologue Jean Cuisenier, Martine Segalen en faisait partie. Le petit groupe de normaliens en visite, outre moi-même, comprenait surtout des philosophes, François Héran, Jean-Louis Fabiani, Pierre-Michel Menger... des philosophes, proches de la sociologie, qui s’intéressaient à l’anthropologie en tant que telle. Celle-ci avait beaucoup de prestige intellectuel à l’époque, beaucoup plus qu’aujourd’hui. J’étais surtout en contact étroit avec Jean-Claude Chamboredon, co-auteur avec Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron du Métier de sociologue, qui animait le secteur naissant de la sociologie à l’ENS, intitulé un peu pompeusement « Laboratoire de sciences sociales » de l’ENS. À partir de la fin des années 1970, Florence Weber en faisait partie également. Chamboredon est celui qui m’a appris en pratique la sociologie. Il me lisait, il me conseillait dans mes lectures, il m’a appris à faire des enquêtes. Nous avons produit ensemble un rapport au ministère de l’Environnement sur la sociologie des chasseurs, qui a impliqué une recherche statistique, un travail de terrain et une synthèse sociologique, et qui  a donné lieu à plusieurs articles (Bozon, Chamboredon, 1979 ; 1980 ; 1982). Nous nous y posions par exemple des questions sur la place de la sociabilité masculine dans la construction de la masculinité.

3BC : J’ai été surpris quand j’ai lu Vie quotidienne et rapports sociaux (1984), parce que je pensais que c’était une thèse dirigée par Chamboredon, mais il ne dirigeait pas de thèses. En fait, c’était une thèse dirigée par Cuisenier.

4Oui, ma thèse a été dirigée par Jean Cuisenier. Mais j’étais plutôt suivi par Jean-Claude Chamboredon et Martine Segalen.

5BC : Et donc c’est Chamboredon qui t’a ramené de l’anthropologie vers la sociologie ?

6Je ne sais pas si je le dirais comme cela. À une époque, j’étais persuadé que l’anthropologie était la reine des disciplines, et puis j’ai commencé à la fin des années 1970 à être un peu moins sectaire, à ne plus opposer anthropologie et sociologie comme si ces disciplines n’avaient rien à voir l’une avec l’autre. Vers le milieu des années 1970, je m’étais mis à lire Bourdieu. J’avais dévoré par exemple, au moment où il était paru, Esquisse d’une théorie de la pratique (1972), qui pour moi était un exemple extraordinaire de comment on pouvait faire simultanément de la sociologie et de l’anthropologie. Et j’ai aussi rencontré Bourdieu à cette époque, même si c’était d’assez loin. Comme j’étais angliciste, on a fait appel à moi comme traducteur, et j’ai traduit un article de Raymond Williams pour Actes de la Recherche. Je me souviens aussi d’un séminaire de Bourdieu qui se déroulait à l’École Normale. Je n’y allais pas régulièrement. Une fois, j’étais venu à une séance pour faire une traduction simultanée... J’étais dans le groupe des sociologues à l’ENS, mais pas extrêmement proche du maître.

7BC : Et les autres sociologues, Boudon, Crozier, etc., ils étaient totalement en dehors de ce groupe ?

8Oui, les intellectuels auxquels on se référait à l’époque autour de moi, c’était plutôt Louis Althusser, qui était à l’École aussi, Michel Foucault, que j’ai vu mais jamais rencontré, mais franchement j’avais beaucoup de mal à le comprendre à l’époque. En 1976, au moment de la parution, j’avais lu Histoire de la sexualité. La volonté de savoir (1976), mais à l’instar de beaucoup de gens, je n’y avais rien compris, vraiment rien du tout... Je crois que j’ai mis beaucoup de temps avant d’arriver à entrer dans sa manière de réfléchir, je ne comprenais pas pourquoi il critiquait « l’hypothèse répressive » et ironisait sur la libération sexuelle. C’est seulement beaucoup plus tard que j’ai adhéré à sa manière d’envisager les savoirs et les comportements.

9BC : Et si j’ai bien compris, les Conscrits (1981), c’est un bourgeonnement à partir de ta thèse sur Villefranche ?

10Non, c’était un projet indépendant, une commande qui m’avait été faite. Le Centre d’ethnologie française, où je faisais ma thèse, pilotait pour les éditions Berger-Levrault un projet éditorial de retour critique sur ce que l’on appelait alors les « arts et traditions populaires ». Plusieurs livres ont été publiés simultanément en 1981, un de Martine Segalen (1981) sur l’amour et le mariage, un autre de Françoise Loux (1981) sur les dents... Partant de mes propres intérêts, j’ai voulu faire une ethnohistoire de la conscription et du service militaire, tout en travaillant sur le thème de la nation et de sa construction.

11BC : Ce qui apparaît dedans en filigrane, c’est l’idée qu’au lieu d’y voir une survivance, il faut y voir une création contemporaine liée à l’industrialisation et à la conscription universelle...

12Oui, parce que dans la théorie des rites de passage telle que l’avait formulée Van Gennep en 1909, l’histoire était peu présente. Il était paradoxal que les pratiques liées à la conscription soient considérées comme un rite masculin traditionnel, alors que rien n’est plus inscrit dans l’histoire. Ce que j’ai montré, c’est que cette invention politique et sociale de la Révolution qu’est le service militaire obligatoire a été l’occasion pour les communautés locales d’inventer un rite de passage laïc à l’âge d’homme, sans aucune connotation religieuse. Les rites de conscrits célébraient et dramatisaient la séparation temporaire entre les jeunes et leur communauté d’origine. C’est en s’éloignant de chez eux qu’ils devenaient des hommes, et en se rapprochant d’hommes d’autres origines régionales qu’ils construisaient la nation et la République. L’institutionnalisation du service militaire faisait naître une conscience de génération chez les hommes et une conscience nationale. Je retrouvais de façon plus historicisée la thématique de la construction de la masculinité.

13BC : Et cette historicisation du rite de passage, elle a été bien reçue par les ethnologues ou pas reçue du tout ?

14En 1981, je crois qu’elle n’a pas été reçue du tout. Je sais que des gens ont lu ce livre longtemps après, mais c’était déjà considéré comme un classique, un vieux classique. En 2002, quand le service militaire a disparu, Marc Bessin a coordonné un ouvrage, Autopsie du service militaire, qui traite de la période 1965-2001, auquel j’ai participé. Cette façon de rapprocher l’anthropologie et l’histoire se situait dans la lignée de l’historien Maurice Agulhon, qui était à mon jury de thèse, et qui s’intéressait à la construction des symboles de la République.

Un autre aspect touchant à la masculinité, auquel je m’étais intéressé à cette occasion, était le « conseil de révision », qui n’a disparu qu’en 1966. Il s’agissait d’un examen physique collectif et public des futures recrues par les médecins militaires, réalisé au chef-lieu de canton en présence des autorités administratives locales. Destiné à vérifier l’aptitude des jeunes gens au service des armes, il était interprété par les conscrits et les communautés locales comme donnant un brevet de masculinité, attestant l’aptitude au mariage et aux relations sexuelles. Ceux qui étaient bons se rendaient d’ailleurs immédiatement en groupe, drapeau en tête, au bordel de la localité.

15BC : Parce que c’était pour aller ou pas au service militaire, donc ceux qui étaient réformés...

16Ils n’étaient pas considérés comme bons pour le mariage non plus...

17BC : Et on voit ça sur les petites cocardes qu’ils mettaient sur leur chapeau...

18Oui, « bon pour les filles, bon pour le service »... C’était très difficile de se marier, si on n’était pas bon pour le service.

19BC : Passons à ton livre Vie quotidienne et rapports sociaux. J’ai été surpris, déjà de ne pas le connaître avant, donc je me demande quelle a été sa réception et surtout l’applicabilité de la démarche à des travaux qu’on pourrait faire faire aux étudiants : compter les associations, etc.

20Ce livre a été bien reçu dans la durée et est toujours utilisé par des sociologues et dans des enseignements de sociologie, surtout en province, aussi bien par ceux qui s’intéressent aux structures sociales locales, qu’au sport et à la culture, aux associations et à l’évolution des modes de vie. Il s’inscrit dans une tradition de travaux monographiques qui s’achève au début des années 1980 et qui s’était exprimée autour d’une « Action thématique programmée » du CNRS, intitulée Observation continue du changement social. Beaucoup de chercheurs, dans beaucoup de régions de France, avaient été financés pour produire des travaux monographiques observant au niveau local le changement social.

21BC : Aujourd’hui, il ne viendrait plus à l’idée des gens d’aller étudier le changement social en lui-même, alors que ton travail c’était quelque chose sur la sociabilité, qui n’est finalement pas passée de mode.

22Non, la sociabilité n’est pas passée de mode et elle était au centre de mon étude sur Villefranche-sur-Saône. Maisce qui a reculé depuis 1980, malheureusement, c’est l’intérêt pour les classes sociales, alors que pour moi les rapports de classes étaient un aspect fondamental. Parler de sociabilité, c’est parler de rapports entre les classes, qui s’expriment à un niveau local et interpersonnel et que l’on peut observer sur le terrain. La structure locale des rapports entre les classes, dans une petite ville, diffère fortement de ce que l’on décrit au niveau d’une société : les classes dominantes ne sont pas forcément aussi dominantes, elles ne sont pas assez nombreuses, par exemple, pour produire un effet de reconnaissance local. Les individus qui ont un certain capital culturel sont obligés d’aller fréquenter des lieux culturels à Lyon, pour se retrouver entre eux, mais ils ne sont jamais assez nombreux, ce qui produit des plaintes sur l’étroitesse de la localité… Je décris ce qu’on peut appeler un « champ local », qui diffère fortement de la structure de classe décrite par Bourdieu dans La Distinction (1979). Certaines fractions de classes jouent un rôle déterminant dans ce contexte : les commerçants, les professions libérales... Par ailleurs, dans cette ville sociologiquement ouvrière sans être de tradition politique ouvrière, les ouvriers liés au milieu rural local sont dans une position plus favorable que les ouvriers enfants d’ouvriers, souvent d’origine extérieure à la région. On peut dire que les ouvriers d’origine rurale locale, migrants récents vers la petite ville proche, ont leurs arrières assurés. L’autochtonie procure certains bénéfices.

23BC : Dès ce moment là, pour faire ta thèse, tu utilises des questionnaires, des entretiens et des observations…

24Oui, il me semblait nécessaire, notamment dans un cadre local, d’utiliser toutes les méthodes qui permettent de produire des effets de triangulation, un peu comme Mauss le suggérait dans son Manuel d’ethnographie (1967). Il recommandait par exemple, outre l’observation participante, de faire des relevés démographiques et d’utiliser des méthodes quantitatives à l’échelle locale. J’avais donc organisé une enquête par questionnaires, en recrutant des étudiants de Sciences Po-Lyon comme enquêteurs. J’avais fait un tirage aléatoire de personnes à interroger à partir des listes électorales… Et puis ensuite, j’avais mené des entretiens approfondis auprès d’une fraction des gens qui avaient été interrogés par l’enquête quantitative. Mais par ailleurs, bien sûr, j’avais réalisé un travail d’observation participante assez systématique, par exemple dans les cafés sur lesquels j’ai réalisé une étude spéciale.

25BC : Dans les cafés, tu observais la disposition des habitués, des non-habitués, et leurs interactions...

26Oui, l’étude sur les cafés, qui fait partie du livre, a aussi été publiée comme un article à part dans Ethnologie Française (1982). C’est un article que les anthropologues connaissent assez bien. Décrire les cafés, c’était d’abord décrire l’organisation des lieux et donc des usages sociaux, des rapports entre groupes sociaux. Dans ce genre d’univers, il y avait toujours un groupe dominant, qui donnait le ton au café, mais évidemment on ne pouvait pas interdire l’accès à d’autres groupes qui ne donnaient pas le ton, mais qui essayaient d’avoir une place quand même... Donc tout ça se réglait à travers une opposition entre les abords du comptoir et la salle. Il fallait observer qui s’installait dans la salle et qui s’installait aux abords du comptoir, qui était familier avec la patronne, qui pouvait parler fort, qui avait intérêt à parler moins fort, ceux sur qui on plaisantait ouvertement, ceux à qui on s’adressait en les appelant par leur prénom et les autres… C’était un théâtre du pauvre.

27BC : Et avec une thèse comme ça, je me demandais pourquoi tu avais été recruté à l’INED et pas à l’INSEE alors que ça semble être quand même plus proche des objets de l’INSEE ?

28Oui, mais l’INSEE n’est pas un établissement de recherche, on n’est pas recruté sur sa thèse. Il faut passer le concours de l’ENSAE, qui donne un statut d’administrateur. Les matières clé sont l’économie et la statistique. Après ma thèse, soutenue en 1981, comme il n’existait alors ni postes d’ATER ni post-doc, j’ai enseigné l’anglais pendant deux ans en lycée…

29BC : Grâce au CAPES

30Oui, je n’avais pas trouvé de poste dans la recherche. Je me suis présenté au CNRS quatre fois, je n’ai jamais été classé. J’ai failli être recruté à l’Université de Strasbourg en 1982, où j’avais été classé premier, mais on m’a finalement déclassé. Je suis arrivé à l’INED en 1983, à la suite de François Héran. Il était entré à l’INED en 1980, je l’avais connu à l’École Normale ; je me souviens que la première chose dont on avait parlé quand on s’était rencontrés, c’était de Bourdieu, je lui avais montré des livres d’anthropologie que j’avais, j’étais tout fier, c’étaient les premiers livres que j’avais achetés… Ensuite il était allé faire du terrain en Espagne et en Bolivie avant d’entrer à l’INED. Quand l’INED a voulu embaucher un second sociologue, Héran s’est adressé à Chamboredon, qui avait suggéré mon nom… L’INED n’était pas encore un établissement public scientifique et technologique (EPST) comme le CNRS et comme il n’y avait pas encore l’obligation de faire une publicité des postes au Journal Officiel, il n’y avait eu que peu de candidats. C’est comme ça que je suis entré à l’INED et que je me suis immédiatement mis à travailler à l’enquête sur la formation des couples (Bozon, Héran, 2006).

Couple

31Marianne Blidon : C’est une enquête qui était prévue de longue date ?

32L’idée venait de François Héran. En 1983, Alain Girard, qui avait réalisé l’enquête sur le choix du conjoint en 1959 (Girard, 1964), était encore à l’INED.… Son enquête était devenue un classique, un classique de la sociologie, qui faisait réfléchir beaucoup de gens à l’époque, parce que dans le contexte des changements en cours dans le domaine de la famille et du mariage, on pressentait qu’il y avait quelque chose de nouveau à observer et qu’une des manières de le faire, c’était de refaire une enquête sur le couple, mais bien autrement que cette enquête-là. Au début des années 1980, beaucoup de sociologues et de statisticiens s’intéressaient à l’homogamie sociale et à ses transformations (François de Singly, Dominique Merllié, Alain Desrosières et Laurent Thévenot). À cette époque également, Pierre Bourdieu entretenait des rapports suivis avec les statisticiens de l’INSEE. On peut dire que si en France, un lien particulier, presque consubstantiel, s’est établi entre la sociologie comme théorie et la sociologie comme recueil de données empiriques, c’est largement parce que Bourdieu a pris au sérieux l’institut national de statistique et les enquêtes quantitatives, auxquelles il s’est beaucoup intéressé, notamment pendant la période qui a précédé la publication de La Distinction en 1979. Malgré ses critiques à l’égard des statisticiens et des démographes, il en a influencé un certain nombre et il a fait cas des données qu’ils produisaient.

Pour revenir à l’enquête de l’INED sur la formation des couples, François Héran avait lancé l’idée de la refaire un an avant que j’arrive à l’INED. Il n’avait pas le temps de s’y consacrer autant qu’il le voulait, car il avait été détaché à l’INSEE à mi-temps, avant d’y être à plein temps, et il avait entamé là-bas une autre enquête sur la sociabilité et les contacts entre les personnes. J’arrivais donc à point nommé pour que le projet aboutisse.

33BC : Et le fait que l’INED fasse une enquête sur la formation du couple, c’est la tradition Girard ? Parce qu’on est un peu à la limite de la démographie...

34Oui, c’est vrai qu’on était dans un domaine connexe de la démographie, qui intéressait surtout les sociologues. Mais c’est un peu toute l’histoire des travaux d’Alain Girard à l’INED, sociologue dans un institut de démographie. Le secteur dont Girard s’est occupé a porté divers noms, mais un des derniers titres qu’il ait porté, c’était département de psychosociologie. Henri Leridon en avait pris la direction en 1979, et il a ensuite pris le nom de département de sociodémographie, jusqu’à ce que les unités de l’INED se réorganisent en se référant à des thématiques ou des problématiques, plutôt qu’à des disciplines. Ce qui distinguait le secteur où Alain Girard travaillait, ce n’était pas vraiment la psychosociologie, mais la production d’enquêtes. Plus d’une centaine d’enquêtes ont ainsi été produites, sur des thèmes très divers, entre 1945 et 1980. L’enquête sur le choix du conjoint était la 81e, celle sur la formation des couples la 129e. Alain Girard et son département ont produit des enquêtes quantitatives à une époque, dans les années 1950, où dans la sociologie universitaire en France, on produisait peu de données empiriques sur la société, mais surtout des théories de la société, sans aucune préoccupation méthodologique ou empirique, à l’image de Georges Gurvitch à la Sorbonne. On ne souligne peut-être pas assez souvent que la sociologie de Bourdieu et de ceux qui étaient proches de lui a représenté une rupture non seulement parce qu’elle était une sociologie critique, mais aussi parce qu’elle a rendu une légitimité aux données empiriques et statistiques, et au va-et-vient entre théorie et empirie.

Pour revenir à Girard, on peut dire qu’avec ses collaborateurs à l’INED, il a introduit la pratique de l’enquête par sondage, inspirée des méthodes de sondage américaines qu’avait importées son collègue et ami, Stœtzel, qui avait travaillé aussi à l’INED. Il y a ainsi installé une sociologie empirique assez innovante du point de vue des méthodes, même si elle ne correspondait pas à une théorisation sociologique très élaborée. Par exemple, les premières enquêtes sociologiques sur des cohortes d’élèves se sont déroulées à l’INED dans les années 1960. Un des paradoxes de l’INED était donc qu’on y faisait beaucoup de recherches empiriques utiles à la sociologie, pas strictement démographiques, mais qu’on était assez loin de la théorie et des débats de la sociologie.

35BC : Et donc à partir du moment où tu es entré à l’INED, tu as été un peu isolé. Être à l’INED, ça isole quand même de l’université, des tensions qu’il peut y avoir...

36Oui, c’était une situation un peu paradoxale, mais pas du tout désagréable. Hors de l’INED, on me considérait comme un démographe, c’est-à-dire dans l’esprit de bien des gens comme un producteur de données quantitatives, ce qui procure d’ailleurs un certain respect. Être à l’INED, ça donne de l’assise, du poids. Et on ne me voyait pas tellement comme sociologue, membre d’une école ou d’un groupe. Tandis qu’à l’intérieur de l’INED, j’étais le sociologue de service, celui qui aidait les producteurs de données et les démographes à élaborer des interprétations.

Dans le même temps, à partir du milieu des années 1980, j’ai entretenu des contacts réguliers, bien que jamais très proches, avec Pierre Bourdieu. Disons que j’appartenais au troisième ou au quatrième cercle de l’école bourdieusienne. Je lui écrivais, je lui envoyais des articles, il me répondait, on se voyait de temps en temps. Je me suis rapproché de lui entre 1995 et 1999, et là on a eu des contacts assez suivis. C’était l’époque du grand mouvement social de décembre 1995 et aussi le moment où il a voulu faire évoluer le fonctionnement d’Actes de la Recherche, qui était initialement une revue à fonctionnement assez « charismatique ». Il m’a d’ailleurs proposé de coordonner un numéro spécial de la revue sur la sexualité (Bozon, 1999a).

Genre et sexualité

37BC : Comment es-tu passé de l’étude du couple à celle du genre et de la sexualité ?

38L’étude sur la formation des couples, avec François Héran, c’était une enquête quantitative par questionnaire, associée à une centaine d’entretiens semi-directifs complémentaires, que nous avons fait passer dans toute la France. On partageait cet intérêt, assez anthropologique, pour ce que les entretiens pouvaient apporter. On a publié un certain nombre d’articles ensemble, par exemple sur les lieux de rencontre. Puis, François Héran a pris des responsabilités à l’INSEE et j’ai continué à travailler seul sur l’enquête. En pratique, cela veut dire qu’alors que les premiers articles co-signés abordaient plutôt la thématique des processus de reproduction sociale à travers la formation des couples, j’ai découvert dans un second temps la problématique des rapports de genre, comment ils jouent en produisant de l’inégalité entre partenaires, dès les phases initiales du couple. J’ai développé cet aspect là, par exemple à travers les articles sur l’écart d’âge entre conjoints ou sur l’apparence physique. En somme, je suis parti dans d’autres directions que celles qui avaient été prévues dans le projet initial de l’enquête. Tout cela m’a entraîné aussi vers la sexualité, puisqu’à partir de l’enquête Formation des couples, j’ai écrit un article sur la nouvelle place de la sexualité dans la formation du couple (Bozon, 1991). Encore quelque chose qui n’était pas prévu : nous n’avions initialement pas d’intérêt spécial pour les transformations de la sexualité.

39BC : Et comment as-tu fait ? Il y avait des questions sur la sexualité ?

40Il y en avait quelques-unes, très peu, mais il suffit de quelques questions et de très bonnes connaissances sur tout le contexte pour pouvoir dire beaucoup de choses. L’enquête permet par exemple de dater le moment des premiers rapports dans une relation entre deux partenaires. J’ai pu ainsi évaluer la durée de sexualisation des relations à partir de la rencontre. J’ai ainsi montré qu’on était passé d’une sexualisation lente dans les années 1950, avec une période chaste assez prolongée, qui était une période de mise à l’épreuve, à une sexualisation très rapide, qui se limitait à un bref intervalle entre la rencontre et les premières sorties. La formation du couple repose désormais plus directement sur les rapports sexuels, alors que dans les générations plus anciennes, les rapports sexuels ne se produisaient qu’en bout de course, quand le couple était déjà formé. Ce n’était pas un thème que je pensais traiter a priori. Une enquête peut donc mener ailleurs que là où on pensait aller.

41BC : Tu es rentré dans l’étude du genre, pas par les femmes ou par le féminisme qui étaient une des portes d’entrée, mais par l’étude du couple et donc ça a dû donner des rapports un peu étranges avec les féministes qui parlaient de genre ou les gens qui étaient spécialisés dans l’histoire des femmes.

42En effet, je ne suis pas venu à l’étude du genre et de la sexualité par le féminisme. Mais ce n’est peut-être pas uniquement à partir de la question du couple. Dès mon travail sur les conscrits, je m’intéressais à la masculinité.

43BC : Tu as fait ton service militaire ?

44Oui, j’ai fait mon service militaire en 1980-1981, ce qui m’a mis en contact avec des formes de masculinité, on va dire… problématiques – enfin de mon point de vue – de toute façon, j’ai toujours trouvé la masculinité – en fait les modèles de masculinité et de féminité qui nous sont proposés – problématiques. Voilà sans doute une source lointaine de mon intérêt pour le genre.

Donc à travailler sur le couple, je me suis aperçu que les enjeux de la formation du couple n’étaient pas du tout les mêmes pour les femmes et pour les hommes et que ça impliquait des attentes et un travail affectif très différents pour les unes et pour les autres. Donc j’ai essayé d’élaborer cette idée là, d’où l’emploi de termes comme « la domination consentie », pour expliquer que l’écart d’âge entre conjoints est bel et bien l’expression d’une forme de domination, mais une domination à laquelle les jeunes femmes collaborent, plus qu’à d’autres. Les femmes évitent aussi, par exemple, de se mettre en couple avec des hommes plus petits qu’elles, des hommes considérés socialement inférieurs ou moins mûrs psychologiquement. C’est pour elles une manière, au fond assez réaliste, de prendre en compte la structure sociale d’ensemble, pour ne pas être désavantagées dans leurs choix et ne pas se trouver avec un partenaire « à leur remorque ». Tous ces aspects là apparaissaient clairement, en particulier quand on travaillait avec des entretiens.

Ce qui a pu surprendre les féministes, c’est que je ne sois pas venu au genre par la sociologie du travail, qui était l’un des parcours les plus classiques en France, avec par exemple le livre Le sexe du travail (1984), et tous ses prolongements avec le MAGE (groupe de recherche Marché du Travail et Genre) autour de Margaret Maruani, ce courant très fécond mais qui n’était pas le mien. Il existait un autre courant très actif dans les années 1980 et 1990, autour du féminisme et de la famille, de la remise en cause des formes familiales. De Singly avait en somme passé une alliance avec les féministes, quand il avait pris l’initiative du Groupe de recherche Famille… J’étais plus proche de ce courant-là. Ce qui m’intéressait le plus directement à l’époque, c’était les interactions de base entre hommes et femmes, la construction de la vie privée.

45BC : Donc tu disais que ça a surpris les féministes...

46Quand je parlais de « domination consentie », oui, car ce n’était pas quelque chose de très agréable à entendre. Par exemple, les jeunes femmes parlent de manière assez méprisante des jeunes hommes. Et, c’est une manière de participer à sa domination que de refuser les jeunes de son âge pour se tourner vers les plus âgés. Je ne suis pas sûr que mes travaux sur les femmes et l’écart d’âge aient été bien reçus par les féministes. En fait, paradoxalement, la personne qui l’a le mieux reçu, c’est de nouveau Bourdieu, qui a beaucoup utilisé l’analyse sur l’écart d’âge dans son livre La domination masculine (1998). C’était un bon exemple pour lui d’une sorte de consentement extorqué à la domination : les femmes ne peuvent pas faire autrement que de s’intéresser à des hommes plus mûrs, notamment lorsqu’elles sont dans une situation précaire. J’ai essayé aussi de montrer, à travers l’analyse de la prise en compte de l’apparence physique dans le choix du conjoint, comment le regard des femmes sur les hommes et celui des hommes sur les femmes diffèrent, et sont liés à leurs relations inégalitaires. Les femmes observent beaucoup l’aspect physique des hommes, moins par intérêt pour le physique en soi, que par intérêt pour les signes sociaux dont l’apparence est porteuse : tout ce qui fait d’une personne un partenaire durable ou acceptable, la manière dont il est habillé, ses mains (mains de travailleur ou d’intellectuel). Les éléments observés sont interprétés ensuite en termes sociaux. Ce n’est pas ce que font les hommes, même s’ils ont aussi un regard objectivant sur le corps des femmes, pour d’autres raisons. Toutes ces analyses me menaient assurément du côté du genre, mais pas de manière féministe ou militante.

47BC : En tous cas ce n’est pas avec les mêmes objets en tête et pas par l’histoire des femmes... Et sur la question plus précisément de la sexualité, la différence entre ta génération et puis la nôtre, c’est qu’il est devenu possible maintenant d’entrer dans une carrière académique en ayant la sexualité comme objet premier d’étude. C’est peut-être une différence de génération, mais aussi une différence de conceptualisation de l’objet...

48Oui, je suis d’accord. À l’époque où je commençais à faire de la sociologie de la sexualité, la thématique de la sexualité, en sciences sociales, avait surtout été abordée par des historiens. On ne peut pas dire en France que l’intérêt académique pour la sexualité soit venu des féministes ou du mouvement homosexuel, comme on le dit souvent pour les États-Unis. Les personnes clé étaient des historiens comme Philippe Ariès, Jean-Louis Flandrin ou Alain Corbin. Le livre de Philippe Ariès et André Béjin, Sexualités occidentales, publié initialement en 1982 comme un numéro de Communications, traduit bien l’état d’esprit des historiens. Le sociologue Michael Pollak avait participé à ce livre. Et Michel Foucault fréquentait beaucoup tous ces historiens. L’idée d’une construction historique et sociale de la sexualité est un apport de cette école. Quand on relit le travail d’Ariès sur la construction de l’enfance, on s’aperçoit qu’il n’est pas loin de l’idée d’une construction sociale et historique de l’amour ou de la sexualité. Dans la tradition intellectuelle de l’histoire française, cela n’a rien d’incompréhensible. Michel Foucault est considéré comme l’inventeur d’une théorie constructionniste de la sexualité, mais ses propositions s’enracinent dans le terreau de ces travaux historiques. Si ses propositions sur la sexualité ont eu un impact beaucoup plus fort aux États-Unis qu’en France, c’est peut-être parce qu’elles y représentaient une nouveauté plus grande, et que l’habitude de « déconstruire » les catégories et les institutions à partir de l’histoire n’y était pas encore très développée. En tous cas, dès les années 1970, j’avais lu les historiens et intégré l’idée qu’il existait des contextes culturels et historiques de la sexualité radicalement différents. Cependant, j’adhéraisencore  à l’idée d’une libération de la sexualité à l’époque contemporaine qui mettait un terme à l’histoire. Il m’a fallu un peu de temps pour faire des progrès dans ce domaine.

À l’époque où j’ai commencé à travailler, la sexualité n’était donc ni un objet académique ni un objet de sciences sociales à part entière, contrairement à la famille, dont l’étude s’était institutionnalisée. C’est une question qui me préoccupait et que j’aborde dans un article écrit avec Henri Leridon en 1993 (Bozon, Leridon, 1993). Dans ce texte, nous passions en revue les auteurs et traditions scientifiques qui pouvaient donner corps à l’idée d’une construction sociale de la sexualité. Nous étions allés chercher du côté de l’anthropologie, de l’histoire, de la sociologie, de la démographie, des enquêtes sur la sexualité. Nous critiquions assez fortement la psychanalyse et considérions que pour introduire une théorisation de la sexualité liée à des données empiriques construites, il fallait rompre avec l’approche clinique, très dominante encore dans les années 1970 et 1980, qui généralisait de manière imprudente à partir de cas cliniques décontextualisés. Même si on peut penser que la vision clinique de la sexualité a perdu aujourd’hui de l’ascendant, elle reste influente partout où il s’agit d’enseigner la sexualité à des professionnels (secteurs sociaux, médecins, éducation à la sexualité…) ou dans le sens commun (voir la place des psychologues et des sexologues, comme spécialistes de la sexualité, dans les revues féminines).

49BC : Ce que je voulais dire, c’est que certains jeunes collègues rentrent ou essayent de rentrer dans la vie académique avec comme premier objet un travail sur la sexualité, qu’il soit financé par l’ANRS ou par une autre institution... et c’est donc un gros changement par rapport à toi qui y es rentré par la sociabilité, comme premier sujet, et par le couple, des thèmes plus classiques... Là, il y a une différence de génération.

50Oui, la situation a changé. Un élément qui intervient dans la légitimation des thèmes de recherche, c’est l’apparition de financements un peu stables. C’est ce qui s’est passé par exemple autour de la famille, reconnu comme un sujet important et à part entière en France, en raison de l’existence d’une politique familiale et d’une Caisse nationale d’Allocations Familiales, qui a elle-même financé beaucoup d’études sur la famille. Cela a largement contribué à la consolidation intellectuelle du thème, alors que ce n’est pas du tout le cas du Royaume-Uni par exemple, où le thème de la famille n’est toujours pas très légitime et où aucune institution ne finance spécifiquement de recherches sur la question.

Dans le domaine de la sexualité, en France, l’épidémie de sida et la fondation de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida) en 1989 ont joué un rôle de légitimation central. La préoccupation de santé publique a justifié une approche beaucoup plus ouverte de la sexualité que celle qu’avaient promue les psychanalystes. Alors que pour eux la sexualité était surtout une affaire de représentations individuelles et d’identité personnelle, dans un contexte assez immuable, il est devenu légitime avec l’épidémie de sida d’envisager la sexualité sous l’angle des pratiques, des conditions de vie, des rapports entre les individus. Agence de financement, l’ANRS a permis d’afficher un nouveau type de projets de recherche sur la sexualité, notamment sur les sexualités minoritaires, et de soutenir de grandes enquêtes.

51MB : Cependant, les chercheurs financés qui ont contribué au développement du champ ne sont pas nombreux à avoir eu des postes…

52Malgré la mise à disposition de financements, l’institutionnalisation académique de la thématique de la sexualité est restée insuffisante, comme celle du genre d’ailleurs. Il en résulte que certains chercheurs n’ont pas eu le parcours de recherche qu’ils méritaient. Je pense par exemple, aux carrières de Jean-Yves Le Talec à Toulouse ou de Rommel Mendes-Leite, qui est maintenant Maître de Conférences en psychologie sociale à Lyon. Ils ont réussi à mener des recherches et à obtenir des contrats, mais on ne peut pas dire qu’ils aient eu des carrières académiques rapides.

Il est vrai qu’on a vu dans les dernières années de plus en plus de thèses de sciences sociales touchant explicitement à la sexualité, Christelle Hamel, Jérôme Courduriès, Natacha Chetcuti, Virginie Descoutures. Mais ces thèses ont mis du temps à être soutenues, ce qui montre bien la difficulté persistante du sujet. Il est vrai qu’il y a beaucoup de travaux et thèses en cours sur des thématiques de plus en plus diverses. On peut remarquer également que dans un travail comme celui d’Isabelle Clair (2008) sur les jeunes dans les cités, la présence de la sexualité apparaît comme normale, même si ce n’est pas le thème premier. Dans mon livre sur la sociabilité à Villefranche, publié il y a maintenant plus de 25 ans, à l’inverse, la sexualité n’apparaissait pas.

53BC : Est-ce que ce n’est pas à partir des mouvements féministes que dans la deuxième partie des années 1970, les sciences sociales de la sexualité se sont développées ?

54Non, comme je l’ai dit auparavant, ce n’est pas vraiment ainsi que les choses se sont déroulées en France. Michèle Ferrand (2003) montre bien dans un article sur les groupes de femmes et la sexualité dans le féminisme français comment à la fois on débattait de thèmes de sexualité dans les mouvements féministes, mais que la thématique sexuelle comme objet académique n’était pas venue par les féministes.

55MB : Ça ne faisait  pas partie de l’agenda politique : on parlait en priorité des violences, du travail et de la répartition des tâches domestiques… la question sexuelle est venue plus tardivement…

56Après que de grandes luttes politiques aient été menées autour de l’accès à la contraception ou à l’avortement, et peut-être aussi à la suite des conflits qui ont existé entre les lesbiennes radicales et les autres, les féministes françaises ont en grande partie délaissé le thème de la sexualité. La violence sexuelle a ainsi été difficile à aborder, cette idée que dans la sexualité, il puisse y avoir de la violence, de la domination et qu’en analysant la sexualité, il faille tenir compte de ce genre de faits. En tout cas, même si on peut penser que les mouvements et actions féministes ont eu une grande influence sur l’évolution de la sexualité, on ne peut pas dire en France, comme on le dit souvent dans les récits anglo-saxons, que la recherche sur la sexualité se soit imposée à travers le féminisme…

57BC : Je crois que c’est une chose intéressante à pointer dans l’entretien, parce que les références qu’on peut avoir en terme d’histoire du genre sont des références quand même plus facilement accessibles en anglais qu’en français…

58Il faut bien voir que la recherche sur la sexualité dans les pays anglo-saxons, notamment dans un pays de la taille des États-Unis, comprend des secteurs très cloisonnés et que la France, étant plus petite, est paradoxalement moins cloisonnée. Ainsi les sociologues étatsuniens que beaucoup, dont moi, considèrent comme les pionniers contemporains de la sociologie de la sexualité, Gagnon et Simon (Gagnon, Simon, 1973 ; Bozon, Giami, 1999 ; Gagnon, 2008), sont à peu près ignorés des féministes nord-américaines s’intéressant à la sexualité, qui pour une bonne part ne se réfèrent pas à des recherches empiriques et à des études sur les pratiques. La sexualité est affaire de débat théorique dans un vaste champ culturel où se rencontrent les féministes, les théories gaies et lesbiennes et d’autres, mais il y a toujours des difficultés à la penser aussi comme un objet qu’on observe et qu’on étudie empiriquement, avec des méthodes adéquates. Dans le monde anglo-saxon, existe par ailleurs un vaste secteur de recherche avec ses revues et ses sociétés savantes qui s’intitule la sex research, qui mêle à la fois des sexologues, des psychologues et des médecins qui travaillent sur la sexualité, des spécialistes de santé publique, des praticiens de recherches empiriques. Il en résulte une coupure très dommageable entre un débat politique et théorique sans données et des discussions sur des données empiriques sans politique. Ce genre de coupure existe peut-être moins en France : une personne comme Éric Fassin, qui analyse les débats et les théories sur la sexualité, connaît les résultats d’enquêtes ou d’études empiriques sur la sexualité, et il ne paraît pas impensable qu’il y ait de la théorie dans les études empiriques et dans les enquêtes sur la sexualité, qui ne sont pas condamnées au « positivisme ». Je me souviens qu’à la soutenance de thèse de Natacha Chetcuti sur les lesbiennes, en décembre 2008, à laquelle participait une collègue nord-américaine, Paola Bacchetta, celle-ci disait : « C’est la première thèse pour moi où l’on parle concrètement, à partir de récits de vie, de sexualité lesbienne ». Selon elle, aux États-Unis on débattait beaucoup de sexualité lesbienne, mais on ne l’étudiait pas.

59BC : On pourrait passer aux grandes enquêtes sur la sexualité en France. Pourquoi cela s’est-il fait à l’Inserm et à l’INED ? Est-ce que cela aurait pu se faire à l’Université ?

60Si on reconstruit l’histoire des enquêtes sur la sexualité en France, on voit qu’elles ont été légitimées et construites autour de questions de santé publique. Tout se passe comme si l’indiscrétion que constitue une enquête sur la sexualité n’était justifiable socialement qu’à partir de préoccupations sanitaires. Si l’on pense à la première grande enquête de ce type, l’enquête Simon de 1970 (Simon et alii, 1972), il est assez caractéristique qu’elle ait été conduite par un médecin, fondateur du Planning Familial, militant de la contraception, mais assurément pas un grand sociologue ! La question majeure qu’il se posait était celle de l’influence que la contraception médicale naissante allait avoir sur les comportements sexuels. Cela dit, les données qu’il a produites alors ont une grande valeur et sont encore utilisées aujourd’hui. La seconde enquête, l’enquête ACSF (Analyse des Comportements sexuels en France) menée en 1992, a été confiée par l’ANRS à un médecin de santé publique de l’Inserm, Alfred Spira, mais un groupe important de l’INED, dont je faisais partie, était déjà associé au projet. Le contexte était évidemment l’épidémie de sida et l’absence de données récentes sur les comportements sexuels de la population générale. Avant que la responsabilité de l’enquête ne soit attribuée à l’Inserm, il y avait eu un appel d’offre de l’ANRS pour une enquête sur la sexualité et toute une série de projets avaient été soumis : il y avait des projets universitaires, un projet du CNRS, un projet de Sciences Po, etc. Mais ces réponses à l’appel d’offre avaient été considérées plus comme des projets individuels de recherche sur des thématiques relativement restreintes. Je veux dire par là que ce n’était pas le format d’une production de données généraliste sur les comportements sexuels, à la façon des enquêtes de l’INSEE, sauf qu’évidemment l’INSEE n’aborde jamais ce type de sujet, c’est rigoureusement exclu. Ainsi il apparaissait que ni le CNRS ni l’Université n’arrivaient à proposer un projet produisant des données sur la sexualité pour le public, alors que l’Inserm et l’INED avaient l’habitude de faire ça. Alfred Spira était un proche collègue d’Henri Leridon à l’INED, et je me suis donc retrouvé dans la préparation de cette enquête. Je me suis dit à l’époque, quand je suis entré dans le groupe de l’enquête en 1989, que c’était vraiment tout ce que j’avais voulu faire depuis longtemps, et qu’au-delà du sida, cette enquête allait permettre de traiter des questions sur les rapports de genre et la sexualité. C’est aussi, très clairement, ce qui m’a poussé à m’investir fortement dans la troisième enquête, que j’ai coordonnée avec Nathalie Bajos, l’enquête CSF (Contexte de la sexualité en France) en 2006.

61MB : Il s’agit effectivement d’une enquête dans laquelle le genre apparaît beaucoup plus clairement…

62Oui, mais cette thématique du genre apparaissait aussi dans bien des analyses que j’ai faites de l’enquête ACSF. Dans un chapitre intitulé « Amour, désir et durée », paru dans un livre de synthèse paru aux PUF (1998), j’essaie d’expliquer que la baisse du désir au fil du temps dans un couple doit être abordée en termes de rapports de genre alors qu’on l’explique généralement en termes de routine et de perte d’intérêt naturel. Je montre que le désintérêt croissant pour l’activité sexuelle doit être rapproché de l’affirmation croissante de rôles parentaux inégalitaires, qui font que les investissements des partenaires dans la vie conjugale se différencient, avec une division du travail qui contribue à faire baisser l’importance de la vie sexuelle conjugale au fil du couple, mais pas de la même manière pour les hommes et les femmes. J’essayais d’analyser les nœuds de l’interaction entre femmes et hommes à partir de la sexualité conjugale.

Si la problématique des rapports de genre est bien plus centrale dans l’enquête CSF que dans l’enquête ACSF, c’est parce que dans l’intervalle la thématique s’est affirmée politiquement et scientifiquement en France, et que moi-même je me suis engagé dans cette direction. Ainsi j’ai participé à la préparation de la Conférence Mondiale sur les femmes de Pékin (1995) au niveau français, et j’ai été membre de la délégation qui s’est rendu à Pékin. Pendant cette période, j’ai aussi été en contact suivi avec le Service des droits des femmes. Ce service m’a demandé en 1996 d’élaborer un projet d’enquête sur les violences contre les femmes. J’ai rendu une proposition, mais ai suggéré que le projet soit pris en main par une démographe, Maryse Jaspard, en contact étroit avec les milieux féministes. C’est devenu l’enquête Enveff, réalisée en 2000. Par ailleurs, avec mes collègues Thérèse Locoh et Stéphanie Condon, à la fin des années 1990, j’ai créé une unité « Démographie, genre et société »à l’INED. Donc quand Nathalie Bajos et moi-même avons voulu mettre en route une nouvelle enquête sur la sexualité et la proposer à l’ANRS, il nous a paru naturel que la thématique des rapports de genre y joue un rôle central. Pour nous, l’observation des interactions sexuelles fait apparaître des évolutions dans les rapports de sexe mais aussi la persistance d’asymétries, avec notamment un écart entre un fort égalitarisme de principe et une rigidité des rôles dans la sexualité, qui ne s’explique pas par la seule sexualité.

À partir des années 1990, par ailleurs, j’ai commencé à mener des recherches en Amérique latine, notamment au Brésil et au Chili, avec un désir de « décentrer » mon regard européen sur le genre et la sexualité. Connaître un autre continent était pour moi une aspiration ancienne, depuis l’époque où je lisais Lévi-Strauss. Si je l’ai finalement fait, c’est pourtant dans une perspective bien différente que celle que j’imaginais initialement. Je n’étais plus anthropologue, je m’intéressais plutôt à la comparaison entre des systèmes de genre différents. La France est un univers culturel où les normes d’égalité entre hommes et femmes sont devenues prédominantes, même si les inégalités perdurent dans la pratique. Une norme contraceptive s’est peu à peu imposée aux femmes et le recours à l’avortement y est légal. Que se passe t-il en matière de sexualité dans des pays comme les pays latino-américains où existe une représentation très simple et évidente selon laquelle les lieux et les domaines des hommes et les femmes, le masculin et le féminin, ne doivent pas se confondre ? Où l’utilisation de la contraception n’est pas une norme dominante ou générale ? Où l’avortement est interdit ? Où les églises, catholiques ou autres, ont toujours leur mot à dire sur ces questions ? Où les inégalités sociales et raciales sont abyssales ? Tout cela crée des contextes dans lesquels l’expérience de la sexualité se construit et se vit très différemment. J’ai ainsi montré dans un article comparatif avec Maria Luiza Heilborn (1996) sur les débuts amoureux au Brésil et en France, que l’approche amoureuse au Brésil comprenait une dimension physique bien plus importante qu’en France, et que cela tenait paradoxalement à la distance sociale plus grande entre hommes et femmes, bien plus qu’à une pratique « libérée » de la sexualité. S’éloigner d’un univers culturel familier permet ainsi de penser autrement les rapports de genre : même si les asymétries de genre sont universelles, elles ne sont ni produites forcément à travers les mêmes canaux ni intériorisées de la même façon.

63BC : Quels sont tes projets en ce moment ?

64Les projets ne manquent pas. Ils ne se réalisent pas toujours et pas toujours sous la forme qu’on avait rêvée. J’ai en ce moment deux projets de livre, un avec Armand Colin, un autre avec Payot. Et un troisième, qui vient de trouver un éditeur. Le premier serait un livre de synthèse sur la sexualité contemporaine, ce que j’appellerais l’inconscient social de la sexualité. Il s’agit de montrer à quel point l’émergence contemporaine d’une sexualité d’individus a que peu à voir avec une libération sexuelle, en raison de son inévitable structuration par l’inconscient social et les cadres sociaux de la sexualité. La normativité sexuelle ne fonctionne plus a priori, mais a posteriori : on n’a plus à se conformer à des principes qui disent le bien et le mal, mais on est tenu d’interpréter et de rendre cohérentes ses conduites, dans un cadre social inégalitaire bien qu’égalitaire en principe, sous peine d’être taxé d’irresponsabilité. La sexualité est faite d’actes et d’interprétations, de discours sur les actes, qui reconstituent sans arrêt de nouveaux cadres. Je rêve de reprendre à Foucault le projet d’une histoire du sujet désirant, mais à la manière sociologique.

Dans le livre en projet pour Payot, je voudrais me centrer sur les actes physiques de la sexualité, mais pas sous l’angle de la sexologie. Le livre aborderait les actes, les positions et les contextes des actes sexuels, un peu dans le sillage d’un article que j’avais écrit il y a une dizaine d’années sur les significations des actes sexuels (1999b). Il s’agirait de montrer, à travers une comparaison entre divers espaces culturels, à quel point il n’y a pas de sexualité physique qui ne soit inscrite dans l’interprétation, dans le sens et dans l’histoire sociale nationale également. On ne peut pas agir sexuellement sans avoir une interprétation de ce que l’on fait. Et on est jugé pour ses actes. C’est un projet comparatif qui tenterait de rapprocher des points de vue sociologiques, anthropologiques et historiques, et s’intéresserait à la circulation des représentations de la sexualité physique.

Mon troisième projet serait un essai sur L’amour, l’abandon de soi et le pouvoir. À l’occasion d’un livre d’hommage à Pierre Bourdieu, j’avais avancé il y a quelques années la notion de « remise de soi », qui me semblait fondamentale dans le processus amoureux (Bozon, 2005). Je voudrais prolonger cette réflexion et participer à un débat contemporain sur l’amour, en montrant que la fonction de l’abandon de soi amoureux est d’acquérir un pouvoir ou une emprise sur un partenaire. C’est une stratégie risquée, mais pas angélique du tout. L’amour serait ainsi une dialectique de remise et d’emprise. Abandonner une part de soi, c’est s’exposer, mais aussi tenter de gouverner le partenaire, d’agir sur ses actions, de l’inciter à se remettre lui aussi. La circulation du pouvoir incite à voir le processus amoureux comme un jeu de bascule.

65MB : Et tes projets de recherche futurs ?

66J’ai d’une part des projets de travail qui sont dans la continuité directe de ce que j’ai déjà fait, la recherche sur l’Amérique latine, l’exploitation de l’enquête CSF. J’aimerais pouvoir participer de nouveau à une grande enquête sur la sexualité dans un pays latino-américain. Les changements qui se produisent dans ce continent du point de vue des rapports de genre méritent d’être observés et évalués. Ils ne prendront peut-être pas la direction des changements en Europe. Quant à l’enquête CSF, même si nous avons déjà publié beaucoup sur elle, elle reste encore très largement à exploiter. Je voudrais aborder avec d’autres collègues les transformations de la jeunesse sexuelle, les conséquences de la violence sexuelle sur la vie des personnes et les formes inégales que prend le vieillissement sexuel pour les femmes et les hommes.

J’ai un autre projet de plus grande ampleur, qui renoue avec des thèmes que j’ai déjà abordés à diverses reprises à d’autres époques : l’expérience de l’âge, vue du point de vue du genre. Il s’agit de travailler à la fois sur la construction sociale et institutionnelle de l’âge et sur l’expérience personnelle de l’âge telle que les individus l’élaborent. Loin d’être aléatoires, les processus d’intériorisation d’un lien personnel à l’âge, que l’on peut qualifier d’âge subjectif, sont révélateurs de régularités sociales au sein des biographies individuelles. Les expériences très différenciées de l’âge et du déroulement de la vie qu’ont par exemple les hommes et les femmes sont un indicateur puissant de la persistance contemporaine des inégalités de genre et de leur inscription au plus profond des expériences intimes. Il s’agit d’un projet collectif, sur lequel je voudrais arriver à faire travailler de manière coordonnée des personnes de disciplines et de spécialités différentes.

J’ai encore bien d’autres projets et qui ne sont pas des projets de recherche…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AriÈs Philippe, BÉjin André, « Sexualités occidentales », Communications, 35, 1982.

Bajos Nathalie, BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008.

Bessin Marc (dir.), Autopsie du service militaire (1965-2001), Paris, Autrement, 2002.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
DOI : 10.3406/arss.1990.2947

Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972.

BOZON Michel, « Supplément à un post-scriptum de Pierre Bourdieu sur l’amour, ou peut-on faire une théorie de l’amour comme pratique? », in Mauger Gérard (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2005, pp. 591-601.

BOZON Michel (dir.), « Sur la sexualité », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 128, 1999a.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOZON Michel, « Les significations sociales des actes sexuels », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 128, 1999b, pp. 3-23.
DOI : 10.3406/arss.1999.3288

BOZON Michel, « Amour, désir, durée. Cycle de la sexualité conjugale et rapports entre hommes et femme », in Bajos Nathalie, BOZON Michel, Ferrand Alexis, Giami Alain, Spira Alfred, La sexualité aux temps du sida, Paris, PUF, 1998, pp. 175-234.

BOZON Michel, « La nouvelle place de la sexualité dans la formation du couple », Sciences Sociales et Santé, 4, 1991, pp. 69-88.

BOZON Michel, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province. La mise en scène des différences, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1984.

BOZON Michel, « La fréquentation des cafés dans une petite ville ouvrière », Ethnologie Française, 2, 1982, pp. 137-146.

BOZON Michel, Les Conscrits, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1981.

Bozon Michel, A Sociolinguistic Study of Sunday speakers in Hyde Park, mémoire de maîtrise de sociolinguistique, Paris, Université Paris 7, 1976.

BOZON Michel, CHAMBOREDON Jean-Claude, Fabiani Jean-Louis, « Les usages sociaux du cadre naturel : l'exemple de la chasse », Revue Forestière Française, numéro spécial, 1982, pp. 273-279.

BOZON Michel, CHAMBOREDON Jean-Claude, « L'organisation sociale de la chasse en France », Ethnologie Française, 1, 1980, pp. 65-88.

BOZON Michel, Chamboredon Jean-Claude, Esquisse d'une sociologie des chasseurs, Paris, Rapport au ministère de l'Environnement, 1979.

BOZON Michel, Giami Alain, « Les scripts sexuels ou la mise en forme du désir », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 128, 1999, pp. 68-72.

BOZON Michel, Heilborn Maria-Luiza, « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à Paris », Terrain, 27, 1996, pp. 37-58.

BOZON Michel, HÉran François, La formation du couple, Paris, La Découverte, 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOZON Michel, Leridon Henri, « Les constructions sociales de la sexualité », Population, 5, 1993, pp. 1173-1196.
DOI : 10.2307/1534174

Clair Isabelle, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008.

Collectif, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1984.

Ferrand Michèle, « Nous aurons les jouissances que nous voulons. La question de la sexualité dans le féminisme français contemporain », in Ignasse Gérard, Welzer-Lang Daniel (dir.), Genre et sexualités : quelle recherche ? Quels enseignements ?, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 53-64.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, t. 1, Paris, Gallimard, 1976.

Gagnon John, Les scripts de la sexualité. Essai sur les origines culturelles du désir, Paris, Payot, 2008.

Gagnon John, Simon William, Sexual conduct. The social sources of human sexuality, Chicago, Aldine, 1973 (2004).

Girard Alain, Le choix du conjoint. Une enquête psychosociologique en France, Paris, INED, 1964 (1981).

Loux Françoise, L’ogre et la dent, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1981.

Mauss Marcel, Manuel d'ethnographie, Paris, Éditions sociales, 1967.

Segalen Martine, L’amour et le mariage dans l’ancienne France, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1981.

Simon Pierre, Gondonneau Jean, Mironer Lucien, Dourlen-Rollier Anne-Marie, Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, Julliard et Charron, 1972.

Spira Alfred, Bajos Nathalie (dir.), Analyse des Comportements Sexuels en France, Paris, La Documentation Française, 1993.

VAN GENNEP Arnold, Les Rites de passage, Paris, Picard 1909 (1981).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bozon, Baptiste Coulmont et Marianne Blidon, « De la sociabilité au genre et à la sexualité. Entretien avec Michel Bozon sur les étapes d’un parcours sociologique », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://gss.revues.org/1628 ; DOI : 10.4000/gss.1628

Haut de page

Auteurs

Michel Bozon

Directeur de recherche
Institut National d’Etudes Démographiques

Articles du même auteur

Baptiste Coulmont

Maître de Conférences
Laboratoire Cultures et sociétés urbaines (UMR 7112 CNRS / Paris 8), Université Paris 8

Articles du même auteur

Marianne Blidon

Maître de Conférences
CRIDUP, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org