Navigation – Plan du site
Varia

Le devoir d’enfant à l’ère de la médicalisation : stigmates, retournements et brèches en procréation assistée

The Childbearing Duty in an Era of Medicalization: Stigmata, Objections and the Opening of a Gap in Reproductive Technologies
Laurence Tain

Résumés

Le traitement social du devoir d’enfant à l’ère de la médicalisation, ses effets stigmatisants mais aussi ses paradoxes sont au cœur de cette contribution. Chaque société stigmatise à sa façon les femmes qui échappent à l’injonction reproductive. Aujourd’hui, l’institution médicale joue un rôle majeur dans ce processus et l’observation de parcours médicalisés offre un terrain privilégié pour appréhender les mécanismes de cette régulation sociale comme ses contradictions. Parmi les multiples trajectoires de femmes qui ne se déroulent pas dans le droit fil de l’hétérosexualité reproductive (femmes ne voulant pas d'enfant, femmes lesbiennes désirant un enfant, etc.), ce sont les trajectoires de femmes qui s'engagent dans une démarche de procréation assistée qui seront étudiées ici. On montrera d'abord comment l'institution médicale contribue à stigmatiser l’état d’absence d’enfant et à anticiper le recours médical. Néanmoins, si certains itinéraires obéissent à ces injonctions, d’autres s’en écartent. C’est ainsi que des brèches apparaissent dans la norme d’hétérosexualité reproductive et l’on peut se demander quelle appartenance sociale et/ou nationale favorise une posture de soumission ou de rupture.

Haut de page

Texte intégral

1Le traitement social du devoir d’enfant à l’ère de la médicalisation, ses effets stigmatisants mais aussi paradoxaux sont au cœur de cette contribution. Ce sont les spécificités, les éventuelles contradictions de cette régulation sociale liée à une institution médicale puissante qui vont particulièrement m’intéresser. En effet, chaque société stigmatise à sa façon les femmes qui échappent à l’injonction reproductive. Ainsi, par exemple, Françoise Héritier (1978, 1984) a observé dans des sociétés pré-scientifiques comment les pratiques mortuaires symbolisent la mise à l’écart des femmes stériles, sans règles chez les Somo : les femmes stériles ne sont pas considérées comme des vraies femmes mais comme des jeunes filles immatures et sont inhumées dans le cimetière des enfants. Si de plus, elles sont aménorrhéiques ou sont censées ne pas avoir de matrice – ce que l’on sait par divination – on procède sur leur corps, avant de les enterrer couchées sur le dos et non sur le côté gauche, à une opération qui vise à leur « briser les reins ». De même, chez les Bobo, la femme sans règles est amputée après sa mort de ses petits doigts de pieds et de mains qui sont jetés dans une rivière à l’image des « parias », caractérisés par un comportement sexuel déviant et qui ne sont pas enterrés en Afrique occidentale mais mis à pourrir en l’air ou immergés dans de grandes rivières.

  • 1  Ce point de vue est, par exemple, développé par Delphy (2001) dans le chapitre « Penser le genre : (...)

2Aussi, on centrera le regard sur le système médical, le système de genre, les contraintes, les conformités mais aussi les résistances et les recompositions. Ces rapports sociaux sont, en effet, directement impliqués dans le traitement social de l’infécondité à l’ère de la médicalisation. D’une part, la contrainte à la reproduction s’articule aujourd’hui avec l’injonction de recours à la médecine. Comme l’avait montré Foucault (1976), les corps sont soumis à un double contrôle : le contrôle du « corps comme machine », son « dressage anatomique » mais aussi la régulation du « corps espèce », support des politiques démographiques. D’autre part, la mise en œuvre de la reproduction humaine s’inscrit dans un système social de rapports entre les sexes. Je définirai, de façon condensée, ce système de genre comme un dispositif social hiérarchique1 produisant une différenciation sexuelle binaire impliquant des attributs sexués spécifiques et comme une organisation sociale de la sexualité, de la reproduction et de leurs liens : le mode dominant est l’hétérosexualité reproductive qui se double, comme le propose Paola Tabet (1998), d’une gestion sociale spécifique selon le sexe de la dissociation entre sexualité et reproduction.

3Dans ce contexte, mon propos portera sur la situation des femmes qui s’engagent dans un parcours médical pour tenter de faire un enfant. Certes, il existe une multiplicité de trajectoires de femmes déviantes vis-à-vis de l’injonction à procréer dans un cadre hétérosexuel. Certaines postures sont difficilement dicibles, peu visibles socialement : la parole de femmes qui ne veulent pas d’enfants ou de femmes célibataires ou lesbiennes qui souhaiteraient être mères gagnerait à être recueillie plus largement. J’ai choisi de me limiter ici à d’autres parcours de femmes qui me paraissent eux aussi riches d’enseignements car ils sont au cœur de la régulation sociale. Les itinéraires de femmes qui ont recours à l’hôpital pour faire face à des difficultés à enfanter concentrent, en effet, une double norme : le devoir d’enfant et le devoir de médecine. Ils offrent ainsi un matériau précieux pour appréhender la production de contraintes et aussi la production de contournements, voire de résistances.

4Comment l’institution hospitalière contribue-t-elle à construire ce double devoir de médecine et d’enfant ? Comment se manifeste l’ambivalence des femmes engagées dans une démarche de procréation médicalement assistée ? Quelles brèches peut-on observer dans ce dispositif de régulation ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, on s’appuiera sur les pratiques de la procréation médicalement assistée en France, à partir notamment de quelques résultats issus de l’analyse d’un millier de dossiers médicaux d’un service hospitalier français de gynécologie dont un secteur est spécialisé en procréation médicalement assistée (Tain, 2001) et des documents qui y sont inclus (comptes-rendus des médecins, échanges de courriers). On s’appuiera aussi sur des articles issus de la littérature médicale ou d’études effectuées dans d’autres pays sur la fécondation in vitro.

Stigmates : devoirs d’enfant et de médecine

5L’objet de cette première partie est d’appréhender comment les mots du discours médical contribuent à construire cette double norme de reproduction et de médicalisation. Cette analyse est fondée sur l’analyse des abréviations utilisées, des catégorisations des questionnaires médicaux comme de la teneur des courriers dans le service hospitalier observé.

La stigmatisation des femmes sans enfant

6Les usages langagiers du monde médical apparaissent, en effet, comme l’un des piliers d’une construction normative : les glissements sémantiques des catégorisations, les différenciations sexuées des rubriques des questionnaires condensent dans leurs formulations les devoirs sociaux de fécondité.

  • 2  Pour la distinction entre ces deux termes, voir Leridon (1991).

7Voici, par exemple, une femme sans enfant qui vient consulter dans ce service de gynécologie. Il s’agit donc d’un état d’absence d’enfant, c’est-à-dire d’une infécondité. Dans certains cas, le motif explicite du rendez-vous est une demande d’assistance médicale à la procréation. Dans d’autres, la femme ou le couple souhaite simplement un bilan, des informations, une mise au point. Mais dans tous les cas, l’enregistrement du rendez-vous par le secrétariat du service, en substituant un mot à un autre, contribue à transformer la situation en problème médical à traiter : ce n’est pas le mot d’infécondité qui apparaît dans le cahier de consultations de cet hôpital mais celui de « doss sté », abréviation de dossier de stérilité qui renvoie à un diagnostic « d’incapacité à procréer »2. Cette anticipation par les mots est ainsi l’une des pressions subtiles pour irriguer le processus de médicalisation : c’est un déplacement d’étiquetage qui peut paraître anodin et qui, en fait, contribue à bâtir le diagnostic de stérilité, à conforter le personnel médical dans son rôle et à inciter les femmes sans enfant au double devoir de procréation et de recours à la médecine.

8Les mots de l’enregistrement du rendez-vous montrent la norme de médicalisation et les mots du questionnaire montrent que cette injonction à procréer s’inscrit, par ailleurs, dans un système de genre. Le cadre est celui de l’hétérosexualité reproductive incluant les stéréotypes sexués de sexualité comme le reflètent et le construisent les questionnaires élaborés dans ce service à propos de la sexualité et notamment les spécificités sexuées de ce questionnement. À travers la différenciation des items, les formes de l’entretien, on voit se dessiner l’image attendue par le monde médical de la sexualité d’une femme sans enfant. L’adaptation aux femmes du questionnaire sur la sexualité, questionnaire initialement commun aux deux sexes, suggère le portrait d’une femme dont la sexualité est étrangère aux aléas du désir et concentrée sur sa fonction reproductive. La féminisation du titre anticipe déjà ce portrait : le questionnaire initial était intitulé « activité sexuelle », formulation conservée dans le questionnaire masculin mais interprétée dans le questionnaire féminin par le terme « vie sexuelle ». Ce glissement de titre semble déjà orienter la sexualité féminine vers un modèle de « sexualité conjugale », à l'exclusion d'autres modes potentiels, le « réseau sexuel » ou le « désir individuel », selon la typologie de Michel Bozon (2001). La modification des items est encore plus explicite. Les rubriques initiales du questionnaire commun aux deux sexes concernaient la « fréquence et (le) caractère des coïts » ainsi que la « nature de la libido », thèmes toujours présents dans le questionnaire masculin. Si la « fréquence des rapports sexuels » figure toujours dans le questionnaire féminin, aucune question, en revanche, ne concerne le désir féminin, la satisfaction ressentie ou une éventuelle activité sexuelle extraconjugale. Les autres rubriques s'intéressent, en effet, aux « périodes de séparation du couple » et à une « pathologie éventuellement masculine ou féminine ».

9L'usage du questionnaire sur la sexualité, notamment de la rubrique « fréquence des rapports sexuels », la mieux complétée pour l'homme comme pour la femme, confirme et précise cette attribution de genre. En effet, la différence essentielle entre hommes et femmes sur cet item ne porte pas sur le contenu de la réponse, mais sur l'existence même d'une réponse : le taux de non-réponse est supérieur à 60 % pour les femmes, alors qu'il est inférieur à 10 % pour les hommes. Plusieurs explications pourraient être trouvées à ce taux de non-réponse élevé, issu d'un face-à-face entre médecin et patiente. On pourrait envisager une plus grande difficulté des femmes à s'exprimer dans ce domaine, mais cette hypothèse est en contradiction avec les résultats d'enquêtes sur le comportement sexuel et l'intimité (Riandey, Firdion, 1993 ; Ferrand, Mounier, 1994). On pourrait aussi supposer que la différence de sexe entre médecin et patiente est un obstacle à la communication. Or, cette explication n'est pas pertinente pour cet hôpital à ce moment-là, la filière de fécondité féminine étant alors confiée à des médecins femmes et la filière de fécondité masculine à des médecins hommes. L'hypothèse la plus plausible semble donc la représentation d’une sexualité féminine restreinte à l’hétérosexualité conjugale reproductive, au contraire de la sexualité masculine. Les quelques rares commentaires médicaux sur la sexualité féminine tendent à aller dans le même sens, comme cette réponse mentionnée plusieurs fois à la rubrique « fréquence des rapports sexuels » : « en période d’ovulation ».

L’incitation au recours hospitalier

10Les mots, les formules de lettres adressées aux femmes sans enfant en cours de démarche de traitement manifestent encore plus nettement la force de l’injonction médicale. C’est en effet dans une logique « d’entrepreneur moral » (Freidson, 1984) que le médecin exerce une pression sur les femmes pour qu’elles poursuivent la trajectoire hospitalière. Ainsi, cette incitation au traitement adaptée aux spécificités de la « médecine du désir » apparaît très clairement dans la lettre type adressée aux femmes en cas d'échec. Ce courrier n'est pas neutre. Il s'appuie sur les émotions et l'implication personnelle du médecin qui se dit « désolé » que la tentative de fécondation in vitro n'ait pas abouti à une grossesse évolutive. Le courrier ne suggère pas un bilan de mise à plat mais propose directement une nouvelle tentative, donne les directives nécessaires pour sa mise en œuvre et suggère même un calendrier d'essais (une première tentative six mois après et une autre un an après en cas d'échec). Dans certaines circonstances, l'injonction de traitement est encore plus nette et on voit apparaître en filigrane certaines des spécificités de ces filières : la concurrence entre centres et le problème pratique, moral et juridique des embryons congelés non réclamés par les couples. Ainsi, par exemple, la réponse au courrier d'une femme demandant au service le résumé de son dossier médical, vraisemblablement dans l'optique de s'adresser à un autre centre, accumule les arguments pour convaincre l'intéressée. Les taux de succès du centre sont mis en avant ainsi que la « chance supplémentaire» de grossesse que représente cette nouvelle tentative. Le courrier fait appel au sentiment (« Je regrette que vous ne souhaitiez pas faire ce transfert rapidement»), voire à la culpabilité (« Vous vous étiez engagée à réaliser le transfert de ces embryons congelés rapidement en cas d'échec de la tentative de fécondation in vitro ») sur le problème délicat des embryons inutilisés.

Retournements : parcours d’obéissances et de résistances

  • 3  Plus précisément, au bout de trois ans, on compte 44 % de chirurgies féminines (dont 9 % de chirur (...)

11Conséquence des attributs de genre, c’est le corps féminin qui est d’abord désigné comme siège de la stérilité et par suite prioritairement mobilisé par le monde médical pour l’intervention thérapeutique. Ainsi, dans le service observé, la consultation pour infécondité conduit à une chirurgie féminine (fécondation in vitro comprise) dans environ la moitié des cas contre seulement 5 % des cas pour une chirurgie masculine3. Simultanément, ce recours est intériorisé par certaines usagères comme « allant de soi », quel que soit le prix corporel ou psychique à payer. Ainsi, pour Lesley Brown (1979), la première utilisatrice avec succès de la fécondation in vitro, la nécessité de la maternité gommait toute interrogation : « avoir un enfant était tout ce qui m’importait », se rappelle-t-elle. Néanmoins, les scénarios ne sont pas tous égaux comme en témoignent le déroulement des parcours, le vécu des patientes à travers leurs lettres ou les réactions de professionnels.

L’intériorisation du « parcours du combattant »

  • 4  Formule issue d’une lettre à l’hôpital d’une employée mariée à un technicien.
  • 5  Expression employée dans son courrier au médecin par une femme sans activité professionnelle, mari (...)
  • 6  Citation extraite d’un courrier d’une femme sans activité professionnelle mariée à un ouvrier.

12Dans certains courriers, des patientes parlent du traitement par fécondation in vitro comme « un parcours du combattant »4, « une épouvantable épreuve »5, conduisant à des « douleurs atroces »6. L’épreuve est aussi l'une des cinq représentations des techniques de reproduction identifiées par Geneviève Daudelin (1999) au cours de ses entretiens : elle a pour but de « confirmer ou de réitérer les liens avec d’autres en accroissant la valeur de ces liens ». Or, l'injonction à se soumettre à un tel « marathon »  pèse de façon différenciée selon l'appartenance sociale. Si l'on se réfère aux stratégies de fécondité identifiées par Pierre Bourdieu (1979), un tel scénario correspond plutôt aux catégories dominées : l'ascension sociale paraissant difficile, la tendance sera d'investir le capital social en termes de ressources au niveau familial et donc de privilégier le domaine de la reproduction au détriment d'une augmentation éventuelle du capital culturel. Cette obéissance aux injonctions reproductives, particulièrement forte pour des femmes du bas de la hiérarchie sociale, se traduit par les temporalités des parcours (Tain, 2001) : les femmes peu qualifiées ou sans activité professionnelle sont plus enclines à réduire le temps séparant l’arrêt de la contraception et la mise en œuvre d’une fécondation in vitro et ont plus tendance à répéter les tentatives. Un exemple typique d'un tel scénario est illustré par la volonté affichée par cette femme sans activité professionnelle mariée à un ouvrier au chômage dans un courrier qu’elle adresse au médecin : « Consciente de la nécessité de poursuivre avec acharnement cette thérapeutique, je tenais à vous faire part de mon affaiblissement physique. Consciente, dès le départ, de la contrainte, de la lourdeur et de la rigueur de ce traitement, je tiens absolument à le poursuivre […]. J’ai été très affectée, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique mais je n’abandonnerai certainement pas cette chance qui m’est offerte par vous, docteur et votre équipe. » Cette soumission au devoir d’enfant est aussi visible dans les itinéraires de femmes que j'ai qualifiées de « pionnières longue durée » : elles se sont prêtées aux premières expérimentations, sans garantie sur les effets secondaires pour leur santé ; elles ont répété les essais sur une longue période et se situent plutôt au bas de la hiérarchie sociale ; dans la grande majorité des cas (83 %), elles n'ont pas eu d'enfant, ont rarement eu le temps de faire aboutir un projet professionnel et leur situation s'est donc dégradée ; seule une minorité d'entre elles (17 %) a réussi à avoir un enfant généralement au prix d'un acharnement thérapeutique et d'une stabilité sociale. Au total, il n'y a eu aucune amélioration en termes de rapports sociaux de sexe et leur situation économique s'est plutôt dégradée.

Une opportunité de contournement

13À l'inverse, pour d'autres femmes, les ressources techniques peuvent contribuer à ouvrir de nouveaux passages. Les techniques de reproduction sont alors vécues comme des moyens de contrôle, des outils au service des intérêts des individus, voire même des moyens d'expression (Daudelin, 1999). Dans la continuité de la différenciation sociale des calendriers de fécondité, on observe une surreprésentation des femmes cadres et une sous-représentation des femmes ouvrières ou au chômage après 30 ans et l’inverse avant 30 ans dans les parcours hospitaliers étudiés. Effectivement, certains parcours de maternité assistée renvoient cette image : la situation typique est celle de femmes cadres ayant fait le pari de différer le temps de la maternité. Certes, le prix à payer du point de vue corporel reste lourd et l'arrivée d'un enfant n'est pas plus fréquente que pour les « pionnières longue durée ». On peut analyser néanmoins cette naissance comme un « succès » pour les femmes concernées qui ont réussi à cumuler épanouissement professionnel et maternité. Mais, même si, comme c'est le cas dans la plupart des trajectoires, aucun enfant ne résulte de la médicalisation, le bilan semble s'avérer souvent positif. L'échec technique des fécondations in vitro conduit en effet fréquemment à une « évolution épanouissante […] alors qu’une dépression sévère était possible » (Roegiers, 1992), comme le constatent, avec surprise, des professionnels non médecins de services d'assistance médicale à la procréation.

14D'un point de vue psychologique, on peut alors considérer que l'enjeu de la demande n'était pas circonscrit à l'enfant car « la demande ne vise pas toujours la satisfaction qu’elle réclame »  (Porret, 1992). L'enjeu était peut-être une confirmation d'un choix initial d'investissement professionnel au risque éventuel d'une non-maternité. Le but visé était peut-être une acceptation plus sereine de l'infécondité, témoin ce cas cité par Guite Guérin (1988) : « Si elle consulte les médecins, ce n'est pas pour devenir féconde. Elle demande que son état soit validé, enregistré, reconnu par le savoir médical comme définitif. »

15D’un point de vue sociologique, on peut comprendre ce dénouement comme une sorte de déplacement d'injonctions. À la contrainte sociale de maternité s'est substitué le devoir de recourir à la médecine. Compte tenu de la place de l'institution médicale dans notre société, les femmes s'étant pliées à la médicalisation de leur corps peuvent s'estimer quittes vis-à-vis de la norme d'enfantement. La certitude « d’avoir tenté tout ce qui était humainement possible » amène, par exemple, cette femme cadre à indiquer dans un courrier adressé au médecin et enregistré dans son dossier que les tentatives de fécondation in vitro « n’auront pas été inutiles ». C'est ainsi que l'usage des ressources techniques aura peut-être, dans ce cas de femmes plus dotées socialement, contribué à inventer de nouveaux parcours plus égaux avec les hommes, intégrant ou non la maternité.

Brèches : freins hospitaliers et figures alternatives

16Ainsi, à l’ère de la médicalisation, l’association du devoir d’enfant au devoir de médecine produit des espaces de contournement : pour s’être soumises au marathon hospitalier des techniques de reproduction, certaines femmes peuvent s’estimer quittes socialement et à leurs propres yeux de la fonction de reproductrice. D’autres espaces de résistance sont issus de cette conjonction normative, notamment en lien avec les limites du processus de médicalisation.

Les limites du contrôle médical

17La prise en charge des femmes sans enfant par les techniques de reproduction, dans une dynamique d’expansion de la médecine, s’est en effet heurtée à plusieurs limites provenant du monde médical et des femmes elles-mêmes.

18La première vague réactive au succès des techniques de reproduction est venue de l’intérieur de la profession médicale. Parmi les foyers polémiques les plus structurés, on peut citer les services de néonatologie et la médecine de santé publique. Les gynécologues assurant le suivi des grossesses ou la prise en charge à la naissance ont, en effet, rapidement donné l'alerte : les techniques reproductives, avec l'augmentation du nombre de grossesses multiples, entraînaient plus fréquemment des grossesses à risques, des accouchements par césariennes, des réanimations néonatales (Relier, 1991 ; Viens-Bitker, 1992). Dans la continuité de ces préoccupations, la médecine de santé publique a argumenté, elle aussi, un point de vue alternatif considérant qu'il est « nécessaire [...] de tenir compte de la fréquence des problèmes, de la priorité accordée aux services concernant l'infécondité par rapport à tous les autres services de santé, des possibilités sociales et médicales qu'ont les individus inféconds et des choix des consommateurs pour décider d'investir dans un tel service » (Stephenson, Wagner, 1993).

19C'est donc aussi le consommateur qui a construit un point de contestation. Cette posture est particulièrement visible aux États-Unis où l'assistance médicale à la procréation est une activité commerciale, sans prise en charge par l'État. Et, dans son enquête auprès des usagers, Gayle Becker (2000) montre comment « les gens ont commencé à changer de point de vue à partir du moment où ils ont commencé à se considérer plus comme consommateurs que comme patients ». En France aussi, dans l'hôpital observé, les comptes rendus médicaux et les courriers des patients font état d'une attitude critique vis-à-vis de l'offre technique, d'une prise de distance vis-à-vis de l'emprise médicale.

Les figures alternatives

  • 7  Le cas du Québec, en lien avec une mobilisation collective est particulièrement intéressant à cet (...)

20Ainsi donc, les formes de l’expansion médicale, les concurrences et polémiques suscitées au sein de l’hôpital et son inscription dans la société consumériste offrent un espace de reconnaissance à la femme sans enfant dans la société contemporaine. D’autres brèches sont ouvertes par la mise en œuvre médicale des techniques reproductives. Elles n’ont pas trait directement à la déstigmatisation des femmes sans enfant, mais à l’affaiblissement de la norme hétérosexuelle reproductive. En effet, à côté du couple hétérosexuel reproducteur d'autres figures alternatives deviennent socialement visibles. Elles sont parfois portées par l'institution : c'est le cas pour le donneur de sperme et le père social qui lui est associé ; c'est le cas aussi, par conséquent, pour la mère explicitement reliée à deux hommes. Ces figures peuvent être acceptées dans certaines législations et refusées par d'autres : c'est le cas, par exemple, des mères homosexuelles7, des mères célibataires ou des mères porteuses. Parfois, enfin, ces figures sont revendiquées par des chercheurs qui veulent pousser plus loin leurs investigations et soutenues par des fractions minoritaires du corps médical : c'est le cas pour les donneuses d'ovocytes, avec don éventuellement dirigé, pour les mères ménopausées. Mais, quel que soit le cas de figure, quelle que soit la clandestinité de ces pratiques, l'hégémonie de l'hétérosexualité reproductive assortie d'un calendrier rigide de procréation se trouve, dans les faits, affaiblie.

21Ainsi la médicalisation des femmes sans enfant dans le contexte des technologies reproductives produit des effets paradoxaux. D’un côté, on assiste à un aménagement, voire un renforcement de la contrainte reproductive : la force de l’institution médicale est mobilisée pour ramener dans le lot des femmes reproductrices le plus de femmes possible ; parallèlement, l’accent est mis sur le lien biologique de la maternité et non pas sur sa composante sociale. Néanmoins, des brèches se sont ouvertes dans le système normatif de l’hétérosexualité reproductive. On voit apparaître dans les usages des femmes cadres des stratégies de contournement des calendriers précoces de maternité : le recours à une technique de reproduction peut être ainsi envisagé comme une forme d’autorisation sociale à un investissement préalable dans d’autres activités que la maternité. De façon plus fondamentale, même si la législation française limite les bénéficiaires de ces techniques aux seuls couples hétérosexuels, la pratique hospitalière ancre dans les mœurs la dissociation de fait entre sexualité et reproduction et produit des figures alternatives. Ces quelques constats soulèvent donc de nouvelles questions : quelle différenciation d’opportunités de reconnaissance selon l’appartenance sociale ? Quelle distribution dans l’espace mondial des postures de stigmate et de rupture ?

Haut de page

Bibliographie

BECKER Gayle, « Espoir à rendre : commercialisation et consommation des techniques d’assistance médicale à la procréation aux États-Unis », Sciences sociales et santé, 18, 4, 2000, pp. 105-125.

BOURDIEU Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

BOZON Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés contemporaines, 41-42, 2001, pp. 11-40.

BROWN Lesley, BROWN John, FREMMAN Sue, Our miracle called Louise, a parents' story, New York & London, Paddington Press Ltd, 1979.

DAUDELIN Geneviève, « Des savoirs de femmes sur les nouvelles techniques de reproduction », Recherches féministes, 12, 2, 1999, pp. 61-83.

DELPHY Christine, « Penser le genre : problèmes et résistances », L'Ennemi principal, t. 2. Penser le genre, 2001, pp. 243-260.

FERRAND Alexis, MOUNIER Lise, « L'échange de paroles sur la sexualité : une analyse des relations de confidences », in Bozon Michel, Leridon Henri (dir.), Sexualité et sciences sociales, INED-PUF, 1994, pp. 1451-1474.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité, t. 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

FREIDSON Eliot, La Profession médicale, Paris, Payot, 1984.

GUERIN Guite, L’Enfant inconcevable : histoires de femmes stériles, Paris, Acropole, 1988.

HÉRITIER Françoise, « Fécondité et stérilité : la traduction de ces notions dans le champ idéologique au stade préscientifique », in Sullerot Évelyne. (dir.), Le Fait féminin, Paris, Fayard, 1978, pp. 388-396.

HÉRITIER Françoise, « Stérilité, aridité, sécheresse : quelques invariants de la pensée symbolique », in Augé Marc, Herzlich Claudine (dir.), Le Sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Archives contemporaines, 1984, pp. 123-154.

LERIDON Henri, « La stérilité : concepts et mesure – Le point de vue du démographe », in La Prise en charge médicale de la stérilité, Conférence de consensus du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, 4 et 5 décembre 1991, Paris, Contraception, fertilité, sexualité, 1991, pp. 45-49.

PORRET Philippe, « L’enjeu d’une demande de FIVETE : la fécondité du désir, approche », Psychanalyse à l’université, 17, 68, 1992, pp. 145-151.

RELIER Jean-Pierre, Lettre publiée dans la « controverse sur les taux de succès de la FIV », La Recherche, 22, 231, 1991, p. 527.

RIANDEY Benoît, FIRDION Jean-Marie, « Vie personnelle et enquête téléphonique : l'exemple de l'enquête ACSF », Population, 48, 5, 1993, pp. 1257-1280.

ROEGIERS Luc, « FIV, crise, deuil et choix. Analyse d'une série de trente entretiens psychologiques préliminaires », Psychologie médicale, 24, 2, 1992, pp. 153-158.

STEPHENSON P.A., WAGNER Marsden, « WHO recommendations for IVF : do they fit with “Health for All” ? », The Lancet, 341, 8861, 1993, pp. 1648-1649.

TABET Paola, La Construction sociale de l'inégalité des sexes, Paris, L'Harmattan, 1998.

TAHON Marie-Blanche, « Égalité des sexes, égalité des sexualités et comaternité au Québec », communication au colloque de l’Association française de sociologie (AFS), Villetaneuse, 24-27 février 2004.

TAIN Laurence, « L'hôpital, la femme et le médecin : la construction des trajectoires de fécondation in vitro », Population, 56, 5, 2001, pp. 811-844. (« The Hospital, the woman and the physician: the construction of In Vitro Fertilization trajectories », Population-E, 57, 2, 2002).

VIENS-BITKER Catherine, « Le coût. Le point de vue de l'économiste de la santé », Contraception, fertilité, sexualité, 20, 2, 1992, pp. 125-128.

Haut de page

Notes

1  Ce point de vue est, par exemple, développé par Delphy (2001) dans le chapitre « Penser le genre : problèmes et résistances ».

2  Pour la distinction entre ces deux termes, voir Leridon (1991).

3  Plus précisément, au bout de trois ans, on compte 44 % de chirurgies féminines (dont 9 % de chirurgies, 9 % de chirurgies et fécondation in vitro, 26 % de fécondation in vitro), 1 % de chirurgies masculines et d’autres traitements (ou pas de traitement) pour les 55 % restants. Au bout de sept ans, les pourcentages sont de 51 % pour l’ensemble des chirurgies féminines, 5 % pour les chirurgies masculines et 44 % pour les autres traitements.

4  Formule issue d’une lettre à l’hôpital d’une employée mariée à un technicien.

5  Expression employée dans son courrier au médecin par une femme sans activité professionnelle, mariée à un plombier.

6  Citation extraite d’un courrier d’une femme sans activité professionnelle mariée à un ouvrier.

7  Le cas du Québec, en lien avec une mobilisation collective est particulièrement intéressant à cet égard avec une situation originale de co-maternité résultant de la loi 84 adoptée en 2002 (Tahon, 2004). L'une des dispositions de cette loi, qui porte sur l'union civile et de nouvelles règles de filiation, a trait à l'inscription de deux mères sur le certificat de naissance d'un enfant dès lors qu'il a été conçu à la suite d'une insémination artificielle d'une mère vivant en union civile avec une autre femme. L'argument mis en avant par les associations de défense des droits des gays et des lesbiennes est qu'il n'y a pas lieu d'instaurer une distinction entre bénéficiaires du don de sperme : si dans un couple hétérosexuel l'homme stérile est considéré comme le père, il n'y a aucune raison que la compagne de la mère biologique dans un couple homosexuel ne soit pas considérée de façon symétrique comme mère. C'est ainsi la revendication d'égalité entre couples hétérosexuels et couples de lesbiennes qui a été reconnue par le législateur québécois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Tain, « Le devoir d’enfant à l’ère de la médicalisation : stigmates, retournements et brèches en procréation assistée  », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/167 ; DOI : 10.4000/gss.167

Haut de page

Auteur

Laurence Tain

Maître de Conférences en sociologie
MODYS – Centre Louise Labé
Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org