Navigation – Plan du site
Dossier
Textes

Du féminisme à la sexologie : un parcours en Histoire

From feminism to sexology: a path through History
Sylvie Chaperon

Résumés

À travers mon itinéraire en tant qu’historienne dans la recherche et l’Université françaises, je tente de cerner des générations en études féministes ou de genre et des tournants historiographiques. J’appartiens à la troisième génération des études féministes ou de genre. La première est celle des pionnières, la seconde celle des étudiantes des années 1970 et la quatrième est en doctorat actuellement. Chacune évolue dans un paysage institutionnel et scientifique différents mais doit faire face aux réticences académiques. Mes objets et perspectives de recherche s’inscrivent dans la transition entre l’histoire des femmes et celle du genre et dans la montée des recherches historiques sur les sexualités.

Haut de page

Texte intégral

Devenir féministe

1J’ai souvent été agacée quand une personne que j’interrogeais sur les raisons de son engagement me répondait avec aplomb : « J’ai toujours été féministe ! ». Il y a là une rectification orthopédique du passé selon une position très postérieure à lui. Pour ma part, ma prise de conscience de genre a commencé dans mon milieu familial. J’ai coutume de dire, en toute mauvaise foi, que je suis née au XIXe siècle. Ma famille (qui est très large et très soudée) est en effet un remarquable conservatoire des mœurs : traditionnelle, catholique pratiquante, de droite, bourgeoise. Les femmes y sont de préférence au foyer et les progénitures abondantes. Réunissant des centaines de membres au rythme des baptêmes, mariages et enterrements, elle défie les statistiques contemporaines : on n’y connaît aucun homosexuel, quelque rares cas de nouveaux pères et quasiment pas de couple divorcé. Quant à l’avortement il y est parfaitement tabou. Mais la différence d’âge des couples entraîne un long veuvage qui peut prendre des allures de matriarcat. Ma grand-mère maternelle a ainsi trônée dans la grande maison familiale près de 30 ans. Difficile de ne pas être, très tôt, modelée par les différences et hiérarchies de genre.

2Bien sûr je luttais confusément : enfant j’étais toujours avec un ami, un voisin un peu grassouillet, que je battais à peu près en tout : à la course, au saut, à la nage, pour grimper aux arbres. Plus tard je devins adepte des sports de montagne plus ou moins casse-cou (j’ai grandi près de Grenoble) : le ski, l’alpinisme, le parapente, le canyonning. Avec ma sœur aînée, avec mes amies, je faisais de grands serments : nous serons libres et indépendantes, nous ne nous marierons jamais, nous aurons des enfants toutes seules ou bien jamais d’enfant. Elles m’ont trahi les unes après les autres. Ma sœur a eu sept enfants, avant de reprendre ses études et de travailler. J’ai fini aussi par faire des enfants, en couple et sans mariage à 40 ans passés. Deux filles, que je trouve bien difficile d’élever féministement, mais c’est une autre histoire.

3Au lycée, je découvrais le féminisme, non pas par le mouvement, beaucoup trop loin de mon paisible XVIe arrondissement, mais par les livres. Je me souviens de Benoîte Groult et bien sûr de Simone de Beauvoir. De celle-ci, j’avais été dument mise en garde par ma mère : c’était une femme aigrie et malheureuse de ne pas avoir eu d’enfant, ce qui me l’avait aussitôt rendue sympathique.

4Je dois au désintérêt de mes parents pour mes études d’être allée à l’université, tandis que mes frères étaient poussés vers les grandes écoles. J’ai choisi l’histoire un peu par hasard, pour voir. J’y ai vite pris goût. J’ai beaucoup aimé ces années de promenades intellectuelles, à peine entrecoupées de coups de collier pour les partiels ou les exposés. Je lisais beaucoup, un peu de tout, un peu sur tout, dans le désordre. A cette époque, j’étais férue de théorie, je découvrais Marx à travers Althusser ; Freud à travers Pontalis, je dévorais Bachelard et Koyré, Poulantzas et Foucault. L’épistémologie m’éblouissait. Je lisais aussi beaucoup les historiens et les anthropologues, de toutes les époques. A présent que je ne lis plus que dans un but précis, je garde la nostalgie de ces lectures gratuites.

5À Paris I, il n’existait ni cours, ni séminaire d’étude sur les femmes. Mais j’accumulais les ouvrages et surtout les articles qui se multipliaient alors et j’optais systématiquement pour les exposés où les questions de démographie ou de famille étaient présentes. Je découvrais la bibliothèque Marguerite Durand et ses trésors. Au vu de mes exigences théoriques d’alors, la plupart de mes lectures me laissaient sur ma faim. Et puis je suis tombée sur les féministes matérialistes et ce fut comme une révélation : Christine Delphy, Nicole-Claude Mathieu, Colette Guillaumin, Paola Tabet et bien d’autres. J’ai lu et relu les textes, annoté les articles, rédigé des fiches, esquissé des synthèses : enfin je tenais un féminisme qui faisait le poids. En revanche, je crois être complètement passée à côté des féministes dites différentialistes. Je ne me souviens pas avoir jamais lu Hélène Cixous, Antoinette Fouque, Luce Irigaray ou Julia Kristeva dans ces années. Sans doute avais-je été suffisamment prévenue par les lectures du camp adverse, le féminisme était on ne peut plus clivé. Mais je crois aussi que la rhétorique très particulière de cette psychanalyse héritée de Lacan me rebutait, j’aime la clarté d’un raisonnement qui procède par étape.

6Le choix d’un sujet de maîtrise, puis celui d’un DEA n’ont pas été facile. J’ai pris beaucoup de rendez-vous avec des professeurs, mais à chaque fois que je disais mon désir de travailler sur l’histoire des femmes je voyais un sourire et un air goguenard se dessiner sur le visage de mon interlocuteur (tous des hommes). Finalement j’ai étudié successivement à Paris 1 (maîtrise avec Jean Bouvier), à l’EHESS (DEA avec Jean-Louis Flandrin) et enfin à Jussieu où Michelle Perrot m’accueillit en doctorat. Cet inventaire signale un trait profond de mon caractère : j’ai la bougeotte. J’aime varier les lieux, les contacts, les sujets, les activités. Je n’ai pas pu continuer longtemps ; le moins qu’on puisse dire est que l’université ne favorise pas la mobilité, ni géographique, ni thématique. Au gré de mes envies, j’ai donc étudié la féminisation des IUT avec Jean Bouvier, l’imaginaire de la différence des sexes dans la peinture du XVIIIe siècle avec Jean-Louis Flandrin et les mouvements de femmes en France de 1945 à 1970.

7Grâce à Michelle Perrot, que j’ai rencontrée dès ma maîtrise sur les conseils de Jean Bouvier, j’ai eu la chance de pouvoir publier très tôt. Enhardie par des premiers articles qui présentaient la féminisation des IUT, je proposai aux Temps Modernes, revue largement ouverte au féminisme même après le décès de Simone de Beauvoir, un article révélateur de l’état d’esprit de l’époque où il était beaucoup question de « rupture épistémologique ». Les études féministes avaient-elles rompu avec le sens commun ? Avaient-elles produit un nouveau savoir ? De nouveaux concepts ? En bonne élève, ma réponse venait en trois temps. Thèse : Oui, elles rompent avec l’opinion commune. Antithèse : Non, elles n’ont pas produit une science nouvelle. Synthèse : il s’agit d’une rupture épistémologique inachevée. Le tout accompagné d’un petit schéma avec des flèches. J’étais très fière de ma démonstration et de manier tous ces concepts savants. Ce texte, qui met en opposition systématique le sens commun et l’esprit scientifique, témoigne de l’influence encore décisive sur moi de ce que Michel de Certeau appelait le « discours épistémologique de la vérité » qu’il invitait à déconstruire.

Des générations en études féministes

8Lors de ma soutenance de HDR un débat a spontanément eu lieu entre plusieurs membres du jury, du public et moi-même pour savoir comment compter ces générations. Appartenais-je à la deuxième ? La troisième ? La quatrième ? Les avis étaient partagés. Tout dépend de ce qu’on entend sous cette notion qui, en l’occurrence, n’est pas tributaire de la naissance mais du passage de flambeau entre directrices de thèse et doctorant-e-s dans des contextes institutionnels et militants changeants.

9La première génération est celle des Yvonne Knibiehler, Michelle Perrot, Madeleine Rebérioux, Rolande Trempé, pour ne citer que les principales contemporanéistes de la période. Ces enseignantes étaient en poste (maître-assistant, maître de conférences ou professeur, on ne féminisait rien encore) dans les années 1970 et dès lors en mesure d’encadrer les maîtrises et DEA, puis les thèses des étudiantes qui commençaient à affluer. Si la plupart s’était fait connaître par des travaux sur la classe ouvrière ou le socialisme, thèmes très importants dans l’historiographie des années 1950 et 1960, aucune n’avait un profil « histoire des femmes ». Celui-ci n’existait d’ailleurs pas, même si quelques pionnières, non universitaires, avaient déjà frayé la voie. Edith Thomas, chartiste, conservatrice aux Archives nationales avait déjà publié des études importantes sur les pétroleuses de la Commune. Evelyne Sullerot s’était intéressé à l’histoire du travail des femmes et à la presse féminine. Chargée de cours à Nanterre, elle s’exclamait dès 1965 : « Point besoin de chercher des sujets de thèses aux étudiantes à venir » (Sullerot, 1965, 106). La sociologue Andrée Michel, chargée de recherche au CNRS, avait publié avec Geneviève Texier un ouvrage très remarqué sur La condition de la française d’aujourd’hui (1964, Gonthier). Mais, hors champ de l’Université, elles ne pouvaient encadrer les travaux d’étudiants et surtout d’étudiantes, désireuses d’apprendre et de faire l’histoire des femmes.

10Celles-ci forment donc la deuxième génération, celle qui entreprend des recherches dès les années 1970. Elle est composée de femmes (et d’hommes) d’âges et d’origines très divers, impliquées le plus souvent dans le MLF ou les mouvements homosexuels, une Marie-France Brive, une Marie-Jo Bonnet, une Geneviève Fraisse, une Françoise Picq, une Françoise Thébaud, en sont représentatives. Ces jeunes chercheuses, qui ne sont d’ailleurs pas toutes des historiennes, participaient aux premiers groupes d’études féministes (ou féminines) qui fleurissaient alors dans quelques universités, le GEF (groupe d’études féministes, 1974) à Jussieu, le CEFUP (Centre d’études féminines de l’Université de Provence, 1973) à Aix Marseille ; le CLEF (Centre lyonnais d’études féministes en 1976) ; Le GRIEF (Groupe de recherche interdisciplinaires sur les femmes, 1979) à Toulouse. Interdisciplinaires, ces groupes refusaient les hiérarchies traditionnelles et s’opposaient à la coupure entre savoir savant et pratiques militantes, non sans conflits. « Les militantes qui avaient rejoint le GEF –en désaccord avec discours et style universitaires traditionnels- étaient bien décidées à fonctionner selon les normes en vigueur au mouvement, non mixité, refus de la hiérarchie, critique de l’objectivité et du savoir constitué » se souvient Françoise Basch (Basch et al., 2001, 24).

11À partir des gouvernements Mitterrand ces structures ont connu un processus d’institutionnalisation dont les principales étapes peuvent être rappelées mais qui restent à étudier dans leurs détails et leurs effets : le colloque de Toulouse en décembre 1982 « Femmes, féminisme recherches » ; l’action thématique programmée du CNRS « Recherches sur les femmes et recherches féministes » qui a permis le financement de près de 70 projets de 1983 à 1989 ; les postes fléchés de 1984 et 1991 ; la convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif en 2000 etc. L’ATP CNRS et les postes fléchés semblent avoir favorisé le recrutement de cette deuxième génération une fois les thèses – encore peu nombreuses – soutenues, même si c’est avec difficulté en en laissant plus d’une sur le carreau. Surtout la vague de démocratisation de l’enseignement supérieur s’est poursuivi entraînant une hausse des recrutements pour faire face à la massification de l’Université.

12La troisième génération, dont je suis, entamait son parcours universitaire dans les années 1980, alors que le MLF s’essoufflait, que les groupes de recherche se normalisaient en laboratoires universitaires et que des cursus d’enseignement, très parcellaires, commençaient à émerger. Christine Bard, Anne Cova, Dominique Loiseau par exemple ont fait leur thèse sensiblement dans les mêmes années que moi. Nous évoluions dans un contexte beaucoup plus morose et dur que nos prédécesseuses : le MLF refluait et se déchirait et la précarisation des doctorants et jeunes chercheurs se mettait en place à partir des années 1990. Du fait de thésards de plus en plus nombreux, sans soutien financier ni perspectives réelles d’insertion, un effet d’entonnoir s’est mis en place à l’entrée de l’Université, beaucoup de postulants ne l’ont pas franchi.

13Dans ces années, se formait aussi une quatrième génération qui parvenait au troisième cycle dans les années 2000. Elle évolue dans un environnement scientifique et universitaire beaucoup plus riche : les séminaires, les colloques, les appels à communication, les publications sont pléthoriques ; les sites et les revues en ligne se diversifient ; des cursus et des masters sur le genre voient le jour. Cette génération est la plus nombreuse et la plus organisée, elle a fondé l’association EFiGiES en 2003 et la présente revue en est largement une émanation. Mais elle est aussi celle qui subit de plein fouet la précarisation des chercheurs, la montée des exigences en matière d’enseignement, de participation à la vie de laboratoire, de réduction de durée de thèse et ses perspectives d’embauche sont, dans l’état actuel, pires que pour les générations antérieures.

14Ces déterminismes générationnels, qui ne doivent pas être surestimés, correspondent à des réalités institutionnelles autant qu’à des ressentis individuels. Chaque génération doit faire sa place aux côtés des anciennes et accueillir les suivantes. Chacune conteste les aînées et prétend à la nouveauté. Je me souviens avoir été agacée par les déclarations quelque peu « monopolistiques » de certaines de la première génération, prétendant être seules en mesure de faire l’histoire du MLF et j’avais écrit une « Critique (amicale) d’un certain MLFcentrisme » dans le Bulletin de l’ANEF : « Le féminisme est une réaction à une domination subie et analysée au présent, ici et maintenant. Ce ne sont pas « les idées du MLF qui continuent d’interroger », ce sont des femmes qui, ici ou là, réfléchissent toutes seules comme des grandes et aboutissent aux mêmes idées parce qu’elles réagissent à une situation à peu près similaire. On peut se mettre au service de ces réactions mais est-ce que cela a à voir avec un savoir qu’on transmet ? D’autant que dans le souci de transmettre, il faut prendre garde à ne pas transmettre du périmé (…) Les revendications des femmes étant tout aussi historiquement évolutives que la domination de genre, on ne peut y répondre avec des analyses valables pour une situation passée. (…) Aussi, les féministes, celles qui le sont déjà devenues, loin de chercher à apprendre aux nouvelles générations comment le devenir feraient peut-être mieux d’écouter ce que veulent ces jeunes qui disent ne pas l’être pour voir en quoi elles le sont pourtant » (Bulletin de l'ANEF, 1992, 71). Elles ne m’en avaient pas tenu rigueur, Françoise Picq m’avait dédicacé son livre « Pour un relais entre les générations de féministes et d’historiennes » et invité à en faire le compte-rendu.

15Pour ces générations successives, aux contours nécessairement schématiques, une même question se pose : dans quelle mesure le choix de la spécialisation en études féministes ou de genre est-il pénalisant pour l’insertion, la carrière et la promotion de celle ou celui qui le porte ? Et comment évolue cette pénalisation depuis 40 ans ? En France, je n’ai jamais rencontré d’historienne contemporanéiste (c’est beaucoup moins vrai pour les historiens hommes et pour les autres périodes), ni de politologue, qui pense devoir sa réussite académique à un tel choix de sujet. Toutes estiment au contraire en pâtir sous des formes et à des degrés divers. Les géographes, les sociologues, les démographes, les anthropologues ont, me semble t-il, un discours plus nuancé. Ce constat amer se confie oralement, beaucoup plus rarement par écrit, ou alors après l’éméritat et en discrète note de bas de page. À l’heure où les actrices de la première génération reçoivent leur journée d’hommage et publient leurs mémoires ; à l’heure ou celles de la deuxième génération partent à la retraite et témoignent lors des grandes conférences de l’Institut Émilie du Châtelet, il est à souhaiter que les langues se délient et que des récits plus circonstanciés apparaissent, comme l’avaient fait des femmes politiques de tous bords au plus fort du mouvement pour la parité.

  • 1  L’EHESS, le CNRS, l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, l’Université de Lille 3, l (...)

16Mais une somme d’impressions et de ressentis, fussent-ils massifs et congruents, ne fait pas preuve. Nous disposons de plusieurs enquêtes démontrant, chiffres à l’appui, l’inégalité entre les femmes et les hommes et le toujours bien réel plafond de verre, dans les universités, les grandes écoles, le CNRS et les diverses institutions de recherche (Farinaz, Kradolfer, 2010). Celles-ci sont produites localement par les chargées de mission à l’égalité dans divers établissement1, ou bien nationalement par quelques rapports. Mais il n’existe rien de similaire quant aux spécialistes du genre. L’enquête n’a pourtant rien d’insurmontable : il faudrait suivre en parallèle, dans une section donnée et sur plusieurs établissements, une cohorte étiquetée genre face à une cohorte regroupant aléatoirement divers autres spécialistes et mesurer les écarts dans les soutenances, les recrutements, les HDR, les promotions hors classe, les responsabilités scientifiques et administratives, l’encadrement de thèses, les publications et invitations à l’étranger etc. Voilà une étude que devraient mener, si elles en avaient les moyens, les diverses missions égalité.

Paris, Florence, Toulouse

17Plus modestement, mon itinéraire professionnel témoigne d’un mélange de coups de pouce et de coup du sort, de discrimination et de choix personnels. Comment ensuite départager ce qui relève des déterminismes sociaux et des stratégies individuelles ?

18Si ma mémoire est bonne, je me suis inscrite en thèse en 1989. J’étais alors agrégée d’histoire, enseignante dans le lycée de Goussainville en zone d’éducation prioritaire. Bien sûr, avancer ma recherche s’avérait très difficile. Je n’avais guère que les vacances pour trouver des plages de travail en continu. J’ai tenté une ou deux fois le détachement au CNRS qui permet d’être déchargé deux ans de l’enseignement, mais sans succès, je n’étais pas assez insérée dans un laboratoire pour avoir un vrai soutien. Anne Cova, qui était à l’Institut universitaire européen (IUE) m’incita à en présenter le concours, j’y fus reçue en 1993.

19Je garde un souvenir ébloui de ces trois années passées à Florence et aussi, grâce à des conventions d’échange, à l’École française de Rome et à l’Université de New York. Entourée de jeunes chercheurs venus du monde entier, avec tout mon temps pour me consacrer à ma recherche, je bénéficiais d’une bibliothèque internationale performante, j’étais encadrée par des spécialistes renommés et assurée de toutes les facilités informatiques et de formations linguistiques accélérées en anglais et en italien. Le film L’Auberge espagnole rend assez bien cette atmosphère jeune et internationale dans les appartements loués en commun. À Florence, j’ai pris goût à l’histoire comparée, même si l’exercice est difficile du fait de l’état souvent disparate des sources et des historiographies nationales.

20Financièrement et statutairement l’opération fut pourtant une catastrophe : agrégée avec sept années d’ancienneté dans le secondaire, la bourse de l’Institut faisait chuter mes revenus de plus de la moitié, je n’avais plus les moyens de cotiser pour la retraite et comme j’étais en disponibilité pour convenance personnelle j’ai perdu l’avancement dans l’ancienneté. L’IUE, qui m’a tant enrichie intellectuellement, a lourdement pénalisé le déroulement de ma carrière.

21J’ai du continuer les sacrifices financiers longtemps. Persuadée qui si je retournais en lycée après ma soutenance, je pouvais faire une croix sur l’université, je devins attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Si je ne retrouvais toujours pas mon niveau de rémunération antérieure (ce qui est d’ailleurs en contradiction avec le règlement de la Fonction publique) du moins je retournais dans mon corps d’origine. Cet enfermement dans des filières cloisonnées est un des grands travers de la France : les enseignants du secondaire ont toutes les peines du monde à se hisser dans le supérieur ; les enseignants de l’Université, pour peu qu’ils aient été moniteur ou allocataire, n’ont souvent jamais mis les pieds dans un lycée ou un collège, les chercheurs du CNRS ont du mal à enseigner à l’Université et vice et versa. Il faudrait multiplier et favoriser les échanges avec des détachements et des délégations beaucoup plus nombreux.

22Je suis restée ATER quatre ans, dont deux à mi temps c'est-à-dire avec un salaire dérisoire (et des cotisations retraite à l’avenant). Depuis ma soutenance en 1996, j’ai candidaté partout en France et j’ai connu le chemin de croix du chercheur précaire que des centaines d’autres ont expérimenté depuis : les trains de nuit et les hôtels F1 pour se rendre à des auditions où seuls le ou les candidats locaux ont une chance ; les petits matins esseulés où il n’y a personne pour vous accueillir, ni vous offrir un café ou un verre d’eau ; les convocations et les résultats écrits en langage administratif impersonnel et sans la moindre explication. Et puis très vite, au bout de deux ou trois sessions, les auditions et les classements qui se raréfient, comme si, dans le grand tour de France universitaire, j’avais fait mon temps.

23Mon dossier était pourtant théoriquement très bon, j’avais l’agrégation, les félicitations à l’unanimité, l’expérience de l’enseignement secondaire et supérieur, plusieurs années passées dans des centres de recherche internationaux, de nombreuses publications. Je n’ai que deux défauts : je ne suis pas normalienne et surtout je suis historienne du féminisme. Paradoxalement, c’est Simone de Beauvoir qui va me sortir de ce marasme.

L’histoire du féminisme

24Si mes précédents thèmes de recherche étaient plutôt originaux quant à l’historiographie des années 1980, celui de ma thèse, défini en concertation avec Michelle Perrot, s’inscrivait dans un axe privilégié de l’histoire des femmes à ses débuts. Michelle Perrot a dirigé plusieurs thèses d’histoire du féminisme et plus largement sur la citoyenneté des femmes. Le féminisme français du Second Empire à 1914 a été retracé par la thèse de Laurence Klejman et Florence Rochefort, celui de l’entre-deux guerres par Christine Bard. Ces chercheuses ont réinséré les féministes dans leur époque, montré la variété de leurs positions et insisté sur le poids des modérées. Abandonnant le singulier, elles ont proposé chacune une typologie des féminismes.

25Intitulé « Le creux de la vague, mouvements féminins et féminismes en France de 1945 à 1970 », ma thèse analysait une période charnière entre le mouvement suffragiste, qui jetait ces derniers feux, et le MLF qui surgit en 1970. Contrairement à ces deux vagues féministes qui l’encadrent, l’après Deuxième Guerre mondiale était et demeure pour l’essentiel assez peu couverte par l’historiographie.

26Je ne me suis pas arrêtée aux seules féministes pour élargir l’objet de la recherche aux mouvements de femmes en général. J’ai ainsi étudié une douzaine d’associations ou de groupements (résistants, confessionnels, laïcs, professionnels, syndicaux, politiques etc.) et leur vision du féminisme. L’histoire du féminisme devenait aussi une histoire du mot, de ses emplois et de ses définitions à l’intérieur de plus vaste mouvement des femmes. Cette approche avait à mes yeux un triple avantage. Elle dissociait clairement la perspective militante du travail historien. Définir le féminisme est un acte politique, étudier ses définitions selon les milieux et les contextes relève en revanche des sciences sociales. De plus, en restant au plus près des vocables utilisés par les militantes des années passées, j’évitais toute dérive anachronique. J’ai ainsi pu observer quelles étaient les fractions qui élaboraient de nouvelles revendications et se radicalisaient et, à l’inverse, celles qui se crispaient sur des valeurs ou une idéologie de plus en plus inadaptées aux mutations de l’environnement social et politique. Une définition faite a priori aurait figé ce processus de redéfinition dont il fallait au contraire retracer les étapes et la dynamique.

27En m’appuyant sur les notions de génération politique ou intellectuelle qu’avait développées l’historiographie française, j’ai tenté d’expliquer celle de génération féministe. Celle-ci nécessite deux « événements » fondateurs. Le premier, commun à l’ensemble de la société, fournit une vision du monde, des arguments, une légitimité, un outillage idéologique communs (la crise économique et politique des années 1930 ; la Deuxième Guerre ; Mai 1968), le deuxième est un changement de genre suffisamment important pour déboucher sur des revendications nouvelles, pour ouvrir un nouvel espace de revendication pour les femmes (le droit de vote, la loi Neuwirth). Je pouvais ainsi suivre les contours de 3 générations : l’ancienne génération suffragiste qui continuait son combat de façon presque inchangée depuis la Libération ; la nouvelle génération, née dans l’épreuve de la guerre, dotée de l’égalité politique en droit et radicalisée par Le deuxième sexe de Beauvoir ; enfin la génération du baby boom qui dispose de la pilule, se forme à la vie politique en 1968 et donne naissance au MLF.

28Dans cette redéfinition générationnelle du féminisme, Simone de Beauvoir joue un rôle moteur. Je consacrais plusieurs chapitres à l’analyse de l’œuvre et à sa réception immédiate puis dans les années 1950 et 1960. L’idée, qu’on trouve formulée ici et là, selon laquelle les Françaises auraient découvert Le deuxième sexe grâce aux Américaines et notamment La femme mystifiée de Betty Friedan se trouve contredite. Le deuxième sexe est bien le pivot autour duquel se radicalise et se divise les féministes en France dans les années 1950 et 1960. Les courants féministes américains jouent un rôle important en revanche à partir des années 1970, du fait de l’avance du mouvement américain.

29Ma relecture du Deuxième Sexe  a principalement consisté à traquer les contradictions internes du discours beauvoirien, partagé qu’il est entre le refus complet du naturalisme et des rechutes récurrentes dans sa logique. Par bien des aspects, ce travail rejoint mon premier article dans Les Temps Modernes dix ans plus tôt, sauf qu’entre temps j’avais perdu mes illusions sur la radicale rupture épistémologique entre science et opinion commune. Cette fois, j’interprétai ces contradictions comme étant intrinsèques à l’effort de résistance. Un discours alternatif, contestataire ne peut émerger de l’idéologie dominante que progressivement et en restant en partie prisonnier de sa rhétorique. Je rattachai cet état du développement de la pensée féministe à toute une génération, mal outillée pour penser la sexualité dans une perspective sociologique et constructiviste. Le rôle des mouvements sociaux dans l’accélération et la radicalisation de la pensée critique s’avère donc crucial. En somme, je faisais une lecture post MLF d’un texte pré-MLF pour en saisir les écarts.

30Cette dialectique du sujet pose la question de la subversion : comment les dominés, en l’occurrence les femmes, bien qu'ayant intériorisé la domination qui les définit, parviennent-ils par un travail de réélaboration à s'en dégager partiellement et contradictoirement ? Elle pose aussi la question du consentement des dominés, présenté par Bourdieu comme étant la première condition du maintien de la domination. Je proposai tout un numéro spécial sur cette problématique aux Temps Modernes, que Claude Lanzmann directeur de la publication, accepta.

31Quelques mois après la sortie de ce numéro, où j’avais écrit un texte sur Beauvoir, Christine Delphy me contacta. Cette rencontre avec une de mes principales maîtresses à penser de mes années de formation fut pour moi un événement d’importance. Lors de notre premier rendez-vous, chez elle, je découvrais une femme très sympathique, directe et douée d’un humour ravageur. Elle voulait commémorer le cinquantenaire du Deuxième Sexe en 1999 par un colloque d’envergure internationale. Cela tombait bien : j’en rêvais. Nous avions des compétences et des centres d’intérêt complémentaires : elle apportait sa connaissance des féminismes contemporains et ses réseaux internationaux, je donnais une perspective comparative et un questionnement historique.

32Nous avons réalisé de A à Z toute l’entreprise événementielle, aussi bien dans ses aspects scientifiques que financiers ou matériels, à nous deux et avec l’aide ponctuelle et généreuse de quelques personnes, sans institution derrière nous mais avec un soutien financier conséquent de la Commission européenne principalement. Nous avons pu réunir à Paris sur cinq jours (du 19 au 23 janvier 1999), 130 communicant-e-s répartis en dix séances plénières et dix-neuf ateliers. Le public rassemblait près de mille personnes lors de la journée finale qui s’est tenue dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

33Notre colloque innovait par rapport aux études beauvoiriennes habituelles où dominent les études littéraires et biographiques. Les questions de traduction, de réception dans des contextes nationaux et à des époques très différentes occupaient une bonne part des travaux aux côtés des plus traditionnelles questions philosophiques ou d’interprétations féministes. Il a aussi contribué à légitimer les études beauvoiriennes en France (rien que l’expression, calquée sur « études sartriennes », faisait sourire à l’époque), plusieurs autres colloques ont eu lieu depuis, des thèses ont été soutenues ou sont en cours.

34Ce colloque a bénéficié de retombées médiatiques qui nous étonnèrent : une double page dans Libération, La Croix et l’Humanité, un cahier central dans Le Monde, un article que je signai dans Le Monde diplomatique, sans compter la presse étrangère (El pais, El Globo, Il Manisfesto, New York Times) et les hebdomadaires. Nous courions d’émission de radio en émissions câblées. A Toulouse, je retrouvais mes étudiants plongés dans les pages des journaux, très contents de m’interroger sur autre chose que le cours. Mes collègues me regardaient d’un autre œil. Je crois que le cinquantenaire venait à son heure, après le backlash des années 1980 et 1990 où Beauvoir avait été particulièrement malmenée, les journalistes, les lectrices, le public s’avisaient que son œuvre était toujours d’actualité et sa vie privée pas si mauvaise que ça.

35Simone de Beauvoir est-elle la Sainte Rita des études sur le genre ? Ma carrière, qui stagnait depuis des années, reçut en tout cas un sérieux coup de pouce. Après plusieurs tentatives infructueuses je fus enfin recrutée comme maîtresse de conférences à l’Université de Toulouse-Le Mirail en 2000. L’éditeur Fayard, qui avait pourtant refusé ma thèse comme tant d’autres, se ravisa. Moyennant un titre peu fidèle au contenu réel de mon travail, je pus publier ma recherche remaniée. Cette sensibilité aux échos médiatiques montre bien le caractère encore illégitime de l’histoire du féminisme dans le monde académique : elle y est vue comme une mode ou un combat militant, auxquels il faudrait de temps en temps sacrifier sans lui faire une place pérenne.

L’histoire de la sexologie

36Comment en suis-je venue à l’histoire de la sexologie ? C’est une question qu’on me pose souvent, comme s’il fallait des raisons spéciales à ce choix curieux. Là encore, je dois cette orientation à Beauvoir. En 1949, avec sans doute une méconnaissance complète de la pruderie de ses contemporains, elle mettait les pieds dans le plat. La « chiennerie française » s’abattît sur elle à la sortie de son livre. La liberté de son écriture sur la sexualité féminine et l’ampleur du scandale qu’elle suscita me donnaient envie d’explorer la sexologie de son époque : qui étaient ses acteurs ? Quelles étaient leurs positions sur la masturbation, l’homosexualité, le contrôle des naissances, le féminin, le masculin, etc. ? Quel était leur rayonnement, leur influence, notamment dans les formations médicales ? Beauvoir ou ses détracteurs citaient toute une série de sexologues ou de psychanalystes contemporains : Angelo Hesnard, Alfred Kinsey, Hélène Deutch, Maryse Choisy, etc.

37Je commençais par la réception en France des rapports Kinsey qui a lieu sensiblement dans les mêmes années. Le Sexual Behavior in the Human Male sorti en 1948 aux Etats-Unis est imprimé en français en décembre de la même année aux éditions du Pavois et Le Sexual Behavior in the Human Female paru en 1953 sort un an plus tard chez les éditions Amiot-Dumont. Cette rapidité s’explique par l’importance inattendue des ventes américaines, par le prestige dont jouissent les Etats-Unis depuis la Libération et le plan Marshall, mais aussi par la brève euphorie que connaît l’édition depuis les redistributions de la Libération.

38Cette recherche montre bien tout l’intérêt qu’il y a à articuler l’histoire politique de la Guerre froide avec celle, culturelle et sociale, des sexualités. La lutte des communistes et des catholiques contre les tenants d’une libéralisation des sexualités (Gide, Genet, Sartre, Beauvoir, d’Eaubonne, la psychanalyse), les contre-offensives qu’ils lancent avec « la psychopathologie scientifique » pavlovienne ou la sexologie catholique ; le combat des sexologues freudiens et des psychanalystes contre la sexologie behavioriste de Kinsey, tous ces combats qui s’emboîtent révèlent les multiples résistances que suscitent la démocratisation, l’individuation mais aussi la sécularisation de la sexualité alors en cours.

39Je mesurais aussi toute la matière disponible pour une étude d’envergure. L’histoire des discours médicaux sur les sexualités ne pose aucun problème de source tant les dictionnaires, thèses, articles, essais scientifiques, manuels d’hygiène conjugale sont légion et de plus en plus nombreux à mesure qu’on avance dans le temps. Telles des séries continues, ils autorisent une histoire fine des normes scientifiques de la sexualité sur le moyen terme, du XIXe au XXe siècle. Ce savoir médical sur la sexualité est de surcroît pluriel, car il est produit par des médecins ordinaires, des gynécologues, des vénérologues, des psychiatres, des neurologues ou des criminologues qui ne partagent pas nécessairement une culture médicale identique. Il est également contesté et modifié par des milieux militants très variés (hygiéniste, féministe, homosexuel, néo-malthusien etc.) ce qui produit très tôt une politisation du discours sur la sexualité.

40Je décidai donc d’élargir le cadre de la recherche et je proposai un projet d’histoire sociale et culturelle de la sexologie française pour une délégation au CNRS. Il fut accepté, de 2003 à 2005, je fus donc complètement déchargée de mes tâches d’enseignante (et donc de la plupart des va-et-vient entre Paris et Toulouse) pour me consacrer entièrement à la Recherche. Comme je venais de donner naissance à ma deuxième fille, c’était un vrai soulagement. Cette formule des délégations est précieuse et il serait souhaitable qu’elles se multiplient à l’avenir. Pour le moment, on ne peut guère l’espérer qu’une fois dans une carrière.

41Après une première phase de dépouillement, je me suis vite rendue compte que la plupart des auteurs français du début du XXe siècle étaient davantage des vulgarisateurs que des novateurs et qu’il s’appuyaient soit sur des spécialistes étrangers (Auguste Forel, Havelock Ellis puis Anton Nyström étaient les plus cités) soit sur une pléiade d’ouvrages français du XIXe siècle dont j’ignorais tout. Georges Lanteri-Laura, Robert Nye, Vernon Rosario avaient pourtant déblayé partiellement le terrain, mais aucun dans une perspective qui me convienne. Le premier s’intéressait surtout aux savants allemands et à la genèse de la psychanalyse, le second et le troisième se centraient sur la psychiatrisation des perversions et plus précisément de l’homosexualité. Aucun n’adoptait une grille de lecture attentive au genre. Tous négligeaient les traités d’hygiène conjugale, pourtant très nombreux. Je décidai donc de remonter dans le temps, jusque vers 1850.

42Ce travail exigeait de multiples décentrements par rapport à mes premiers terrains de recherches. Il me fallait passer du second XXe siècle au second XIXe siècle et de l’histoire sociale classique (les mouvements sociaux et leurs porte-paroles) à l’histoire des sciences et des idées. A la réflexion, il illustre aussi le moment où l’histoire des femmes cède le terrain à l’histoire du genre. D’une histoire sociale des actrices et des acteurs je passais à une histoire des discours et de leurs catégories. On peut y voir aussi le passage d’une première articulation sexe/genre à une deuxième. Je m’étais beaucoup intéressée à la dénaturalisation du sexe dit biologique par le genre qu’opéraient les féministes, je m’interrogeais ensuite davantage sur la façon dont s’articulent dans les discours savants hétérosexualité, sexualités minoritaires et système de genre.

43Pourtant, d’une étape à l’autre bien des continuités subsistent. Tout comme précédemment avec les mouvements de femmes, ce qui m’intéressait était d’englober les différents courants, les différentes sections de la médecine, les sans grade comme les grands savants, les militants comme les scientifiques.  Je ne voulais pas, comme de nombreux ouvrages anglais, américains ou allemands d’histoire de la sexologie me limiter à un auteur ou à une école jugés emblématiques. Si ce choix peut se justifier pour un auteur particulièrement influent, il conduit bien souvent à niveler l’histoire des sciences alors qu’il y a toujours pluralité et divergence des discours. Un tel panorama exige de nombreuses lectures et un grand effort de synthèse mais il permet de restituer la diversité des théories et des approches.

44Dans le même ordre d’idée, j’ai mené conjointement l’histoire scientifique de l’hétérosexualité et celle de l’homosexualité. Cette dichotomie, bien que commençant à apparaître à l’extrême fin du XIXe siècle, lui est postérieure. En revanche, le corpus sur la sexualité normale (le coït conjugal) et celui sur les perversions sexuelles divergent fortement. Ce ne sont ni les mêmes auteurs, ni les mêmes spécialisations médicales, ni souvent les mêmes concepts qui les alimentent. Le fossé entre normalité et anormalité est donc très large et c’est précisément un des enjeux de la toute nouvelle sexologie qui émerge au début du XXe siècle que de le combler partiellement.

45Bien que les données biographiques ne soient pas aisées à réunir, j’ai essayé autant que possible de donner corps et chair aux auteurs que je lisais. L’analyse de discours est trop souvent déconnectée des contextes sociaux qui les produisent. Les psychiatres, les criminologues et les professeurs de médecine légale sont en général assez connus, mais les médecins ordinaires le sont bien moins. J’ai ainsi pu retracer les carrières de Paul et de Pierre Garnier (que tous les historiens ont confondus jusqu’à présent), de Félix Roubaud, d’Yves Guyot et de beaucoup d’autres. Mais bien des auteurs restent mystérieux, cachés ou non derrière des pseudonymes.

46J’ai voulu réinsérer le discours sur la sexualité dans les fondements du savoir médical du temps, tout en montrant comment genre et sexe (au sens de sexualité) y sont étroitement imbriqués, consubstantiels. Dans le modèle néo-galénique, du moins tel qu’il subsiste au XIXe siècle, c’est la notion de tempérament qui justifie les hiérarchies de race, de classe ou de genre. Hommes et femmes résultent de tempérament différents, les uns sont chauds, secs musculeux, pileux et impétueux, les autres froides, humides, molles et douce. Le bon mariage doit assortir des deux types comme le précise Julien-Joseph Virey : « Comment donc s’établit l’amour le plus vif, le plus parfait entre les sexes ? C’est lorsque la femme est la plus femelle, et que l’homme est le plus viril ; c’est quand un homme brun, velu, sec, chaud et impétueux trouve une femme délicate, humide, lisse, blanche, timide et pudique » (Dartigues, 1887, p. 7-8). Mais il existe aussi des femmes sanguines et des hommes flegmatiques ou frigides. Il n’y a pas de volupté licite en dehors du coït entre un homme et une femme. Toute autre pratique relève du vice ou de l’aberration du sens génésique et produit à la longue un état pathologique. La masturbation est alors la pratique la plus pathogène et la plus condamnée. Les sexualités déviantes sont alors pensées selon les deux polarités du chaud, de l’excès, et du froid, du manque. Jean-Alexis Belliol, (1799-1870) ancien élève du Dr Alibert et auteur d’un Conseil aux hommes affaiblis en 1859, décrit ainsi les hommes frigides : ils « n’ont presque pas de barbe ; leur cheveux, presque toujours blonds sont clairsemés, et dans leur maintien, leurs mouvements, leurs regards, dans leur visage pâle, où les angles s’effacent sous une graisse exubérante, ils ont tout à fait les allures de la femme » (Belliol, 1859, 4). Ce portrait ne signale pas le sodomite mais l’impuissant.

47Dans le modèle évolutionniste qui s’impose dans la deuxième moitié du XIXe siècle, c’est le différentiel de l’évolution (des genres, des classes ou des races) qui devient le principe explicatif (et naturalisant) des hiérarchies. La sexualité est un produit de l’évolution. Le mot qui apparaît dans les années 1830 signifie d’abord la sexuation, la différence des sexes et donc leur attirance. Comme le souligne brutalement Julien Chevalier « Anatomiquement et psychologiquement, l’homme est donc un frontal, la femme une occipitale » (Chevalier, 1893, 23) la sexuation est un processus évolutif cérébral et psychique. Inversement, les perversions sont des dégénérescences, elles manifestent la double défaillance de l’évolution sexuelle : chez les pervers, les anatomies ou les psychologies masculine ou féminine se brouillent et donc ils ne sont pas attirés correctement par le coït avec l’autre sexe. L’observation entomologiste des pervers de toute sorte, introduit quelques souplesses dans la conception des pratiques sexuelles : tant que le coït hétérosexuel demeure le but, quels que soient les détours de l’imaginaire ou des mises en scène préalables, on reste dans une sexualité « normale ». La peur de l’inversion sexuelle remplace celle de la masturbation.

48Dans les deux cas, ces savoirs sont produits exclusivement par des hommes médecins et selon leurs expériences. S’ils reproduisent parfois in extenso les confessions de leurs patients, ils ne le font jamais avec leurs patientes, dont ils ne cessent de promouvoir la pudeur. Si beaucoup se soucient du plaisir des femmes, qu’ils jugent tout autant sain que légitime, c’est aux hommes seuls qu’ils en confient la gestion. La scénographie coïtale qu’ils décrivent met face à face un homme désirant et entreprenant et une femme pudique et réticente. L’importance du clitoris pour le plaisir des femmes, soulignée depuis la Renaissance, est contestée à la fin du XIXe siècle. En France comme en Autriche, les médecins diminuent son rôle dans la volupté pour mettre en avant celui du vagin. Freud ne fait donc que reprendre cette idée déjà formulée médicalement.

49À présent, j’ai hâte de revenir à mon cher XXe siècle et d’étudier les évolutions plus contemporaines de la sexologie. Sur le XXe siècle et très schématiquement, on passe d’une définition très genrée et procréative de la sexualité à une définition plus neutre et hédoniste de la sexualité dont l’orgasme est l’unité de mesure. Les enquêtes menées par Alfred Kinsey et son équipe adoptent dès la fin des années 1940 une telle perspective.

50Le discours sexologique témoigne aussi d’une mutation du genre. Au début du XXe siècle, ce sont bien deux sexes incommensurables (pour reprendre la terminologie de Laqueur) que les traités de médecine mettent en scène. Qu’ils abordent la reproduction animale ou humaine ; les pratiques normales ou les déviations ; les zones érogènes ou les désirs ; les diagnostics ou les thérapies ; ils ne cessent de broder sur le masculin et le féminin, la virilité et la féminité. Le couple masculin féminin fonctionne comme deux pôles opposés et complémentaires : actif passif ; conquérant conquise ; initiateur initiée. Mais après la Deuxième guerre, et selon une chronologie qu’il faut restituer finement, c’est un modèle physiologique unisexe qui s’impose peu à peu. Les sexologues affirment dorénavant la similitude des physiologies masculines et féminines : terminaisons nerveuses ; excitabilité ; acmé, contractions orgasmiques sont similaires. Seules les contraintes sociales expliquent des comportements sexuels et amoureux fortement différenciés selon les sexes. C’est la thèse principale d’Alfred Kinsey dans son rapport sur la sexualité féminine et c’est à ma connaissance le premier à remettre en question la dualité et la hiérarchie des orgasmes vaginal et clitoridien.

51Comment, par qui, quand s’est opérée en France une telle mutation ? Peut-on en repérer les étapes et les acteurs ? Les fronts pionniers et ceux qui résistent ? Est-on face à un effet de la déchristianisation et de la démocratisation des sociétés ? La diffusion de la psychanalyse contrarie-t-elle ou accompagne-t-elle ce processus ? Les sexologues anticipent-ils ces transformations ou ne font-ils que suivre, voire freiner, un mouvement plus général ? Les mouvements féministes et homosexuels des années 1970 font-ils rupture ou reprennent-ils en partie les préceptes sexologiques ? La sexologie a-t-elle pleinement intégré leurs revendications ? Telles sont les questions qui m’animent à présent.

Haut de page

Bibliographie

ARMOGATHE Daniel, « Si le CEFUP nous était conté... », in BERNOS Michel et BASCH Françoise et al. (dir.), 25 ans d'études féministes. L'expérience Jussieu, Paris, Université de Paris 7, 2001.

BARD Christine, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes (1914-1940), Paris, Fayard, 1995.

BELLIOL J.-A., Conseil aux hommes affaiblis. Traité des maladies chroniques de l'impuissance prématurée ou épuisement nerveux des organes générateurs, Paris, Dentu, 1859.

BERNOS Marcel et BITTON Michèle (dir), Femmes, Familles, Filiations. Société et Histoire, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004.

CHAPERON Sylvie, « Femme : objet non identifié, analyse épistémologique du féminisme », Les Temps Modernes, 42, 487, 1987, p. 85-95.

CHAPERON Sylvie, « Critique (amicale) d’un certain MLFocentrisme », Bulletin de l'ANEF, 10, 1992, p. 69-71

CHAPERON Sylvie, (dir), « Questions actuelles au féminisme », Les  Temps Modernes, n°593, avril-mai, 1997.

CHAPERON Sylvie, Les années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000.

CHAPERON Sylvie, « Kinsey en France : les sexualités masculine et féminine en débat », Le Mouvement social, n°198, 2002, p. 91-110.

CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Audibert, 2007.

CHEVALIER Julien, Une maladie de la personnalité. Inversion sexuelle, Lyon et Paris, A. Storck et G. Masson, 1893.

COLLECTIF, Etat des lieux : les femmes dans la recherche, Note de la direction de l’évaluation et de la prospective, Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, novembre 2005.

COLLECTIF, Les femmes à l’université, rapports de pouvoir et discrimination, journée ANEF/EFiGiES, 24 novembre 2007. URL : http://www.efigies.org/images/stories/je_2007.pdf

CORRADIN Irène, MARTIN Jacqueline, Les femmes sujets d'histoire. A la mémoire de Marie-France Brive, Toulouse, PUM, 1999.

DARTIGUES, De l'amour expérimental ou des causes de l'adultère chez la femme au XIXe siècle, Versailles, Litzellmann, 1887.

DELAVAULT Huguette, BOUKHOBZA Noria, HERMANN Claudine, Les enseignants-chercheurs à l’Université la place des femmes, Ministère de l’éducation nationale, octobre 2000.

DELPHY Christine, CHAPERON Sylvie (dir), Le cinquantenaire du Deuxième sexe, Paris, Syllepse, 2003.

DEMELAS Marie-Danielle (dir.) Militantisme et histoire, Toulouse, PUM, 2000.

DUCLERT Vincent, FABRE Rémi, FRIDENSON Patrick (dir.), Avenirs et avant-gardes en France, XIXe-XXe siècles. Hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, 1999.

FARINAZ Fassa, KRADOLFER Sabine (dir.), Le plafond de fer de l'université. Femmes et carrières, Zürich, Seismo, 2010

FAURE Christine, Les femmes dans la recherche publique, 2005, en ligne sur l’observatoire de la parité. URL : http://www.observatoire-parite.gouv.fr/travaux/pdf/faure_article.pdf

FRAISSE Geneviève, « À Contre-Temps », Genre & Histoire [En ligne], 2, Printemps 2008, URL : http://genrehistoire.revues.org/index233.html

KINSEY Alfred, Le comportement sexuel de l’homme, Paris, Editions du Pavois, 1948.

KINSEY Alfred, Le comportement sexuel de la femme, Paris, Le Livre contemporain Amiot Dumont, 1954.

KLEJMAN Laurence, ROCHEFORT Florence, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques /Editions des femmes, 1989.

KNIBIEHLER Yvonne, Mémoire d'une féministe iconoclaste, Paris, Hachette, 2010.

LANTERI-LAURA Georges, Lectures des perversions. Histoire de leur appropriation médicale, Paris, Masson, 1979.

MARTIN Jacqueline, « Histoire des enseignements et recherches féministes à l'Université de Toulouse-Le Mirail », in LE FEUVRE Nicky et al. (dir.), Les femmes et l'université dans les pays de la Méditerranée, Toulouse, PUM, 1999, pp.249-267.

NYE Robert A., Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, New York, Oxford University Press, 1993.

PERROT Michelle, « L’air du temps », in NORA Pierre (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

PERROT Michelle, « Madeleine Rebérioux (1920-2005) », Clio, n°21, 2005. URL : http://clio.revues.org/index1438.html  

PICQ Françoise, Libération des femmes. Les années mouvement, Paris, Seuil, 1993.

PICQ Françoise, « Les études féministes en France : une institutionnalisation problématique », Labrys, janvier-juillet 2005. URL : http://vsites.unb.br/ih/his/gefem/labrys7/fem/fracoise.htm

ROSARIO Vernon A., L'irrésistible ascension du pervers entre littérature et psychiatrie, Paris, EPEL, 2000.

SULLEROT Evelyne, Demain les femmes, Paris, Laffont Gonthier, 1965.

THEBAUD Françoise, « Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire. Le poids du genre », Genre & Histoire [En ligne], 4, Printemps 2009. URL : http://genrehistoire.revues.org/index697.html

Haut de page

Notes

1  L’EHESS, le CNRS, l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, l’Université de Lille 3, l’Université de Toulouse le Mirail, l’Université de Paris-Diderot, de Lyon 1, parmi d’autres ont bénéficié de telles évaluations consultables sur leur site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Du féminisme à la sexologie : un parcours en Histoire », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/1672 ; DOI : 10.4000/gss.1672

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Maîtresse de conférences HDR
Université de Toulouse-Le Mirail, FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org