Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Tronto Joan, Un monde vulnérable. Pour une politique du care

Paris, La Découverte, 2009 [1993] (préface inédite de l’auteure)
Bruno Perreau
Référence(s) :

Tronto Joan, Un monde vulnérable. Pour une politique du care (préface inédite de l’auteure), Paris, La Découverte, 2009 [1993]

Texte intégral

1Aujourd’hui professeure de science politique à l’université du Minnesota, Joan Tronto a consacré sa carrière à l’analyse des valeurs et raisonnements moraux qui caractérisent les sociétés occidentales contemporaines. Elle s’est en particulier intéressée à un ensemble de pratiques dont la portée théorique et politique a longtemps été négligée : le care. Le terme embrasse diverses conduites où s’entrelacent sollicitude, prise en charge, soin, accompagnement, responsabilité, etc. Le care renvoie ainsi, traditionnellement, à tout un champ d’interventions sociales, plus ou moins techniques, visant à soulager la souffrance humaine et assurer la meilleure qualité de vie possible, y compris environnementale. Mais, pour Joan Tronto, il inclut également toutes sortes de gestes quotidiens qui concourent à son propre bien-être et à celui de sa communauté de vie. C’est donc parce qu’elle ne limite pas le care au seul travail social que Joan Tronto remet en question les doctrines classiques en philosophie morale qui ignorent largement ce type de pratiques ou, à tout le moins, les subsument dans un ensemble de préoccupations théoriques qu’elles considèrent plus élevées. Un monde vulnérable cherche ainsi à déjouer les points aveugles des théories de la justice, à commencer par leur prétention à l’universalisme. Par ailleurs, ce sont les théories féministes des seconde et troisième générations qu’interroge également cette lecture critique du care. Dans la mesure où le care a été et reste prioritairement associé aux femmes, certaines auteures, comme Carol Gilligan, avaient revendiqué l’existence d’une morale différente, tantôt substitutive, tantôt complémentaire, des théories de la justice. Un monde vulnérable met en évidence les limites philosophiques de cet argument. Selon ses propres termes, Joan Tronto « propose une vision de la société bonne qui fasse appel aux sensibilités féminines et à la “moralité des femmes” traditionnelles, sans tomber dans les pièges stratégiques qui ont jusqu’à présent voué cette approche à l’échec » (p. 28). La voie qu’elle indique s’avère donc particulièrement étroite : « j’affirme qu’il nous faut cesser de parler de la “moralité des femmes” et commencer à parler d’une éthique du care qui inclut les valeurs traditionnellement associés aux femmes » (p. 28). Comment tenir ce pari sans se contenter d’un simple tour de passe-passe rhétorique ? Trois axes de travail paraissent nécessaires : engager une archéologie de la notion même de care ; tracer la généalogie du care en tant que mécanisme central – bien qu’impensé – des théories politiques occidentales ; analyser le travail de subjectivation que permet ou, à tout le moins, facilite le care.

2L’acception que Joan Tronto attribue au care est particulièrement large, au point qu’il est possible de se demander si celle-ci est toujours opératoire. Dans un article coécrit avec Berenice Fisher en 1990, elle définit le care dans les termes suivants :

« Au niveau le plus général, nous suggérons que le care soit considéré comme une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre “monde”, de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe, en soutien à la vie » (Fisher, Tronto, 1990, 40).

3Dans sa préface à l’édition française de son Moral Boundaries, Joan Tronto précise même que le care est « l’organisation de notre monde » (p. 14). Apparaît ici une tension entre deux approches du care, comme moyen et comme fin. Une chose est en effet de plaider pour la reconnaissance des gestes de soin, de soutien, d’accompagnement, etc., une tout autre est de se donner la vie (il faut entendre, chez Tronto, la « qualité de vie ») comme objectif. Non pas que cet objectif ne soit pas digne d’être poursuivi, bien au contraire, mais le souci de soi et des autres relève bien souvent de toutes autres motivations que celle du « soutien à la vie », par exemple la recherche de pouvoir, l’envie, la peur, etc.Ces raisons d’agir ne se traduisent pas moins par des pratiques de care. Une note où Joan Tronto précise sa conception du pouvoir apparaît assez révélatrice à cet égard : le care s’exerce, selon elle, dans les interstices de la domination. « Mon point de vue est marxiste, en ce que les puissants appartiennent à la classe qui peut maîtriser les ressources, et en partie wébérien, en ce que les puissants sont ceux qui occupent des positions de statut et peuvent disposer des ressources de la société » (p. 43). Prenant appui sur Charles Wright Mills, elle précise que la sollicitude est une forme d’adaptation. Mais le care ne serait-il pas aussi l’apanage même de la domination, à la fois son envers et sa contestation ?

4Cette idée est approfondie dans les chapitres que Joan Tronto consacre aux théories du républicanisme civique et, plus généralement, aux théories des sentiments moraux. En historicisant l’idée de care, elle parvient à la décoller de la seule expérience des femmes et à l’inscrire dans une réflexion plus générale sur le rôle du souci de soi et des autres, en particulier chez les Lumières écossaises. Elle montre bien comment le développement du commerce a réduit la place de la sollicitude, moralement centrale jusqu’au XIXe siècle dans de petites communautés de vie. Cette forme de civisme, déclinée de façon différente chez Hutcheson, Hume ou Smith, va céder le pas à un sens moral de moins en moins fondé sur la socialisation immédiate. La question de la domination est ici pensée de façon complexe et subtile et l’on saisit alors tout le potentiel subversif d’une notion qui permet de repolitiser de nombreuses pratiques, notamment les soins. Les chapitres suivants, dont l’objet est plus taxinomique (quels types de soin, pour qui, par quels moyens, etc.), interrompent pourtant cette réflexion sur l’historicité du care. S’appuyant sur l’appréciation des besoins (Nancy Fraser) et des capacités humaines (Martha Nussbaum), Joan Tronto semble séparer les pratiques locales du care de leurs usages politiques (étudiés isolément). Par ailleurs, en se focalisant indifféremment sur « le concret, le local, le particulier » (p. 190), elle évoque les effets macroscopiques de la domination, mais exclut délibérément leur étude de son champ de réflexion. Dès lors, Tronto n’a d’autre solution que de s’en remettre à une sorte de voile de vulnérabilité, qui n’est pas sans rappeler les analyses libérales rawlsiennes. Surprenant retournement pour une analyse inspirée en premier lieu par Marx et Weber…

« Si la doctrine du “chacun pour soi” a l’allure formelle d’un jugement moral universalisable, elle contribue également à masquer les inégalités de ressources, de pouvoirs et de privilèges qui ont permis la réussite de certains et pas d’autres. Ces problèmes sont difficiles à résoudre. Une manière de les aborder est de reconnaître qu’au cours de sa vie chacun d’entre nous est dans le besoin de care ; c’est pourquoi l’inégalité entre ceux qui dispensent et ceux qui reçoivent des soins ne devrait pas avoir une telle importance morale » (p. 195).

5Si le pari de Joan Tronto qui consistait à montrer que le care est un « vrai travail » (p. 14) est parfaitement tenu, celui-ci s’arrête aux portes d’une étude plus longitudinale des modes de subjectivation. En proposant une classification des types de care, elle met en lumière leur profonde segmentation mais n’analyse pas la recomposition de ces segments dans des trajectoires individuelles ou collectives données. En résulte une analyse relativement statique des frontières du soi et du non-soi, elles-mêmes produits de la séparation entre donneur et receveur de care. C’est ainsi qu’Un monde vulnérable apprécie les besoins humains mais ne déconstruit pas les catégories à travers lesquelles s’élaborent ces besoins, ce qui, en l’espèce, aurait impliqué l’étude des modalités d’identification à la catégorie « femme ». Il serait même possible d’affirmer que, dans Un monde vulnérable, la notion de care ne peut être déployée qu’à la condition de forclore cette possibilité, considérée par Joan Tronto comme un risque de « renonciation complète à nos repères théoriques » (p. 40). L’individualisme de Joan Tronto n’est certes pas abstrait, mais il n’est pas moins construit sur une pensée de la différence qui minore d’autres formes d’intelligibilité, d’action et de performativité dans les rapports humains, où communautés de vie et communautés épistémologiques s’appréhendent pourtant conjointement.

Haut de page

Bibliographie

Fisher Berenice, Tronto Joan, « Towards a Feminist Theory of Caring », in ABEL Emily, Nelson Margaret (dir.), Circles of Care, Albany, SUNY Press, 1990, pp. 36-54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Perreau, « Tronto Joan, Un monde vulnérable. Pour une politique du care », Genre, sexualité & société [En ligne], 4 | Automne 2010, mis en ligne le 05 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/1699

Haut de page

Auteur

Bruno Perreau

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org