Navigation – Plan du site
Textes

La communauté homosexuelle [1956]

The Homosexual Community [1956]
Maurice Leznoff et William A. Westley
Traduction de Christophe Broqua (avec la collaboration de Nathalie Paulme)

Résumés

Cet article, qui repose sur une enquête réalisée dans une grande ville du Canada durant la première moitié des années 1950, décrit l’organisation de la « communauté homosexuelle » en insistant en particulier sur la division alors cruciale entre les homosexuels qui ne se soucient pas de faire montre de leur orientation sexuelle et ceux qui cherchent scrupuleusement à la camoufler, évitant de ce fait les premiers. Il montre en particulier que les homosexuels dévoilés sont aussi ceux qui appartiennent aux catégories professionnelles les plus modestes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Kinsey indique que 37 % de la population masculine totale a déclaré au moins une relation homosexu (...)

1L’importance de l’homosexualité dans notre société a été masquée et minimisée par la puissance du tabou social. Malgré cela, nous savons que les homosexuels existent dans toutes les zones géographiques et dans toutes les catégories socio-économiques1. En outre, le fait qu’ils soient l’objet de sanctions légales et de réprobations sociales a engendré une structure complexe de relations sociales clandestines, qui mérite de faire l’objet d’une investigation sociologique. Parmi les thèmes qui peuvent présenter un intérêt théorique pour le sociologue, mentionnons l’isolement psychologique des homosexuels dans la société, leur dépendance à l’égard d’autres déviants pour satisfaire leurs besoins sexuels et permettre l’expression de soi, la cristallisation des rôles sociaux et des modèles comportementaux à l’intérieur d’un groupe déviant, les obligations et les attentes réciproques au sein de la communauté homosexuelle, et leur importance pour la société dans son ensemble.

2Dans cet article, nous consacrerons notre réflexion à l’organisation sociale d’une communauté homosexuelle et des groupes sociaux qui la constituent ; leur fonction, leur étiologie et leurs relations.

  • 2  L’accès à cette communauté homosexuelle a été obtenu par l’intermédiaire d’un client d’un organism (...)

3Ce texte repose sur une étude qui a porté sur soixante homosexuels vivant dans une grande ville du Canada. Les données utilisées sont des entretiens de quatre heures réalisés avec quarante homosexuels et des entretiens plus brefs avec vingt autres2. Nous nous sommes également appuyés sur des informations issues de l’observation de nombreuses soirées et rassemblements homosexuels dans des bars et des restaurants, et sur une série de trente lettres écrites par un homosexuel à un autre.

Fonctions des groupes homosexuels

4La fonction première du groupe homosexuel est psychologique, en cela qu’il procure un contexte social au sein duquel l’homosexuel peut bénéficier d’une acceptation en tant qu’homosexuel et d’un soutien collectif vis-à-vis de ses tendances déviantes. La plupart des homosexuels craignent d’être découverts et, pour cette raison, éprouvent souvent des sentiments d’insécurité et d’inquiétude. La déclaration suivante en est une illustration :

« L’idée que vous êtes "gay" ne vous quitte pas et elle vous accompagne même lorsque les autres personnes n’y pensent pas. Vous vous dites aussi que parfois, votre manière d’être ou de vous exprimer est susceptible de vous trahir. Cela signifie qu’il y a toujours une certaine tension. Je ne dirais pas que c’est un soulagement de s’éloigner des gens normaux, mais il manque avec eux le sentiment de liberté que l’on éprouve au milieu de gays. Quand je suis avec des gens normaux, je préfère que ce soit avec de petits groupes. Je n’aime pas les groupes trop nombreux et j’essaye de les éviter dès que je peux. Vous savez, le seul moment où j’oublie vraiment que je suis gay, c’est lorsque je suis avec des gays ».

5Afin de soulager cette inquiétude, le déviant recherche le soutien collectif et l’acceptation sociale. Dans la mesure où le groupe homosexuel fournit le seul contexte dans lequel l’homosexualité est normale, où les pratiques déviantes sont conformes à la morale et où les attitudes homosexuelles sont valorisées, les homosexuels développent une implication émotionnelle profonde envers leur groupe, qui tend vers une acceptation sans condition de ses normes et de ses injonctions, et une conformation à ses modèles de comportement. La régularité avec laquelle ils recherchent la compagnie de leur groupe est l’expression claire de cette dépendance.

6La prohibition des relations sexuelles à l’intérieur du groupe, selon une logique qui rappelle le tabou de l’inceste, indique à quel point la culture du groupe remplit cette fonction. La citation qui suit évoque ce tabou :

  • 3  Une relation sociale et sexuelle stable entre deux homosexuels est généralement désignée par le te (...)

« Pour ce que j’en sais, ceux qui traînent ensemble n’ont pas de relations sexuelles entre eux. Ceux qui sont amis ne couchent pas ensemble. Je ne peux pas vous dire pourquoi ils ne le font pas, mais c’est ainsi. Mis à part ceux qui sont mariés3, les relations sexuelles se font principalement avec des étrangers. Je pense que si vous avez une relation sexuelle avec un ami, cela détruira votre amitié. Je pense que dans notre for intérieur, nous respectons tous des standards moraux élevés, et aucun de nous ne souhaite se sentir dévalorisé aux yeux de qui que ce soit d’autre. C’est toujours plus facile de s’entendre avec ses amis gays lorsqu’il n’y pas eu de relation sexuelle. Il est aussi toujours possible d’avoir une relation sexuelle avec quelqu’un que vous venez de rencontrer et qui deviendrait ensuite votre ami. Mais dès lors qu’il aurait intégré votre groupe, vous n’auriez plus de relation sexuelle avec lui ».

7Au sein de ces groupes, le récit des expériences sexuelles et les ragots sur les exploits sexuels des autres est une forme importante de divertissement. La narration des expériences sexuelles procure du prestige vis-à-vis des autres membres du groupe en raison de l’importance accordée à l’attractivité physique et aux prouesses sexuelles. En même temps, cela crée aussi de l’hostilité et de la rivalité sexuelle. L’implication intense des homosexuels dans cette compétition sexuelle est illustrée par la déclaration suivante entendue dans un restaurant :

  • 4  La substitution du pronom masculin par un pronom féminin est une pratique courante au sein des gro (...)

« Qui n’aurait pas réagi comme ça ? ! Cette salope essaie de planter ses p… de griffes dans Richard. Elle4 ne peut laisser personne tranquille. Je ne serais pas surpris qu’elle finisse avec un couteau planté dans le dos. Je n’essaie pas de dire que je la menace. Mais elle ne va pas réussir à se sortir de ce genre de situation éternellement… à jouer de ses petits genoux sous la table toute la nuit. Il fallait que je l’éloigne de Richard. Espèce de salope minable. À partir de maintenant, il vaut mieux qu’elle se tienne à distance de lui ».

8Une autre fonction du groupe est de fournir une situation sociale où ses membres peuvent mettre en scène leur adhésion aux valeurs homosexuelles. Ainsi, les ragots sur la sexualité, l’adoption et la mise en scène exagérée de comportements féminins, et les modes d’expression oraux maniérés, représentent des façons d’affirmer que l’homosexualité est clairement acceptée et dispose du soutien collectif du groupe. Le cas extrême, mais pas rare, de cela est l’institution homosexuelle du « drag » qui consiste pour les membres du groupe à s’habiller et se maquiller comme des femmes. Une bonne description du drag est contenue dans la lettre suivante :

« Bon, poupée, la nuit dernière est de celles dont on se souvient longtemps. Raymond de B. (ville) m’a transmis une lettre de présentation de l’une des beautés locales. Il m’a téléphoné hier et nous avons convenu de sortir le soir. Nous nous sommes retrouvés chez moi et nous sommes allés au Frederick Hotel où j’ai été présenté à mes nouvelles connaissances. Il a été décidé ensuite d’organiser une soirée, Chez Norman, ma nouvelle connaissance. Ils m’ont dit que cela n’était pas prévu mais qu’ils avaient décidé de le faire en mon honneur. Et en drag. Une reine [queen] d’environ 45-50 ans, qui est décorateur-étalagiste, a apporté un voile de nylon d’une largeur de deux mètres et d’une couleur variant du jaune à l’orange flamboyant. Il devait bien y en avoir vingt mètres. Bon, il a fait son entrée en slip en ne portant rien d’autre que ce voile autour de lui, puis il a commencé à faire une danse exotique. Le costume comprenait une perruque blonde prise sur l’un des mannequins de son magasin et des fruits tropicaux artificiels. Il fallait voir ça. C’était tout à fait grotesque, d’autant qu’il n’est en rien gracieux et qu’il a tant de poils sur le corps que le mien semble lisse en comparaison. Pendant toute la soirée, il a continué à proposer des variations du costume – chacune devenant un peu plus sommaire, jusqu’à ce qu’il n’y eut plus rien. Vraiment !

Un autre, très mince, portait une paire de faux seins, un chapeau en forme de turban pour cacher ses cheveux courts, et une robe comprenant une large jupe évasée. En dehors de ses poils sur le torse qui étaient apparents, l’effet de féminité était si convaincant (y compris ses talons) qu’il a rapidement cessé de m’intéresser. Il produisait en fait beaucoup d’effet – le genre de femme que je désirerais si je le pouvais. Il a dansé toute la soirée, et très bien. Il a plus tard emprunté une partie du voile de nylon de la vieille reine puis il a entamé une danse avec ce vêtement flottant, et ne portait rien, mais vraiment rien d’autre.

À part moi, il y avait seulement deux personnes qui n’étaient pas en drag. Mais quand est arrivé le moment de partir (pas seul, devrais-je ajouter) je n’ai pas pu m’empêcher d’affubler mon manteau d’une fourrure de renard qui traînait par là. Vraiment, chérie, c’était une aventure ».

9Ces fonctions du groupe reflètent les besoins et les problèmes courants auxquels les homosexuels font face dans une société qui leur est hostile.

Étiologie : éviter certaines formes de contrôle social

10Dans notre société, l’homosexualité est définie à la fois légalement et socialement comme une pratique criminelle et dépravée, et les homosexuels sont menacés de puissantes sanctions légales et sociales telles que l’emprisonnement, la violence physique (Westley, 1953), l’ostracisme social et professionnel, et le ridicule. Par conséquent, tous les homosexuels sont confrontés au problème de l’évitement du contrôle social. Ils s’y prennent principalement de deux manières.

11Certains se font passer pour des hétérosexuels dans leur travail et dans la plupart de leurs relations sociales. Ils se mêlent régulièrement aux hétérosexuels dans leur vie professionnelle, leurs loisirs, et pour d’autres activités sociales. Ils évitent les situations et les personnes publiquement reconnues comme homosexuelles de crainte que la découverte de leur sexualité ne menace leur carrière ou ne les expose à des sanctions. Cela est illustré dans la déclaration suivante d’un avocat :

« Je connais quelques personnes qui s’en moquent. Ils sont vraiment pitoyables. Ce sont des personnes qui sont soit dans des positions très insignifiantes, soit dans de bonnes positions mais en étant des indépendants. J’en connais un qui est vendeur. Il s’en fiche. Une grande partie des artistes s’en fichent. C’est pour cette raison que je n’ai jamais entretenu de relation amicale avec des artistes. Je ne me lie à aucune personne qui s’en fiche. C’est pourquoi je ne peux pas vous donner d’informations sur ceux-là. C’est juste que je ne peux pas me permettre de bien les connaître, et que j’essaie de les éviter. Parfois, j’ai des amis qui deviennent comme ça. Il survient alors un rejet mutuel de notre amitié. Pour ma part, je ne suis tout simplement plus intéressé par eux lorsqu’ils adoptent ce genre d’attitude. De leur côté, cela implique de vivre complètement en dehors de la société et ils ne sont plus intéressés par ceux qu’ils considèrent comme des hypocrites ».

12D’autres admettent et pratiquent ouvertement leur homosexualité. Ils travaillent généralement dans des domaines où l’homosexualité est tolérée, s’éloignent des groupes hétérosexuels intransigeants et confinent l’essentiel de leur vie sociale dans des cercles homosexuels. Cette attitude est exprimée dans la déclaration suivante d’un coiffeur :

« Rosenstein peut aller en enfer, j’en ai rien à faire. Si tu la laisses faire, elle t’exploite jusqu’à la moelle. Elle m’a dit que je me comporte comme une vraie pédale [pansy]. Alors je lui ai dit que j’en étais une, de pédale, et que si cela ne lui plait pas, elle peut chercher quelqu’un d’autre pour faire son sale boulot. Je savais qu’elle ne me renverrait pas. Toutes les dames me demandent et je n’ai pas besoin de faire semblant auprès de qui que ce soit ».

13Si le problème de l’évitement est commun à tous les homosexuels, les mécanismes de cet évitement présentent des formes variées. La plupart des homosexuels se trouvent contraints à une conformation de façade aux attentes de la société. Ils sont conscients de leur position sociale et recherchent des modes de compensation tels que la mobilité professionnelle et le prestige. Ils s’efforcent de maintenir des fréquentations amicales dans la communauté hétérosexuelle et redoutent d’être découverts, ce qui représenterait une menace pour leur statut. De tels homosexuels sont soumis à la contrainte du secret et du camouflage de leurs pratiques déviantes. Ils seront donc désignés comme homosexuels « secrets » [secret]. Une minorité renonce à satisfaire aux attentes de la société et abandonne toute ambition sociétale. De tels individus seront désignés comme homosexuels « dévoilés » [overt].

14Le choix du mode d’adaptation dépend largement de la menace sur le statut que constitue l’identification comme homosexuel. Alors que le statut économique ne peut être confondu avec le statut social, la position individuelle au sein du monde du travail représente le facteur le plus significatif dans l’échelle de prestige. Aussi, le niveau de tolérance de l’homosexualité selon les professions détermine en grande partie le mode d’évitement choisi par l’homosexuel. Ainsi, il existe de nombreuses professions, dont les professions libérales sont un exemple évident, où les homosexuels ne sont pas tolérés. Dans d’autres domaines, certaines professions ont vu leurs liens avec l’homosexualité passer dans l’imagerie populaire, ou encore sont situées suffisamment bas dans l’échelle sociale pour accepter des homosexuels dans leurs rangs. L’artiste, le décorateur d’intérieur, et le coiffeur illustrent le premier type ; des positions telles que caissier ou porteur, le second. Ainsi, on observe une relation étroite entre la forme d’évitement et la profession. L’homosexuel dévoilé a tendance à exercer une profession de rang social inférieur ; l’homosexuel secret une profession de rang plus élevé. Cette relation apparaît dans le tableau 1.

Tableau 1 : Profession de 40 homosexuels secrets et dévoilés*

Profession*

Homosexuels secrets**

Homosexuels dévoilés

Total

Professions libérales & cadres

13

0

13

Employés de bureau & commerçants

9

4

13

Artisans

2

1

3

Ouvriers

1

1

2

Services

0

6

6

Artistes

0

3

3

Total

25

15

40

* À l’exception des artistes, les catégories sont celles établies par le National Opinion Research Center (1947). Les artistes ont été placés dans une catégorie séparée parce qu’ils représentent un groupe au statut souvent à part au sein de la communauté.

** Les homosexuels secrets ont donné les raisons suivantes de leur dissimulation : (a) le désir d’éviter le ridicule social – 22 cas ; (b) la crainte d’être renvoyé du travail, ou pour ceux qui sont à leur compte, l’impossibilité de trouver des clients – 20 cas ; (c) le désir de protéger des tiers tels que la famille ou les amis – 18 cas.

Distinctions entre groupes secrets et dévoilés

15Les groupes homosexuels se distinguent principalement par les différents modes d’évitement du contrôle social développés par les homosexuels. Ainsi, les homosexuels secrets et les homosexuels dévoilés constituent des groupes distincts.

16Ce sont les homosexuels secrets qui maintiennent la distinction entre ces deux groupes, car ils craignent d’être identifiés et refusent de s’associer à des homosexuels dévoilés. Cette remarque d’un homosexuel secret l’illustre clairement :

« Si un gay voulait être méchant, il n’aurait qu’à parler dans un mauvais quartier. Aucun de ceux qui sont soucieux de maintenir le secret ne pourrait dire quoi que ce soit. Le problème, c’est que certains ne s’en soucient absolument pas. J’ai pour principe d’éviter quiconque est ouvertement homosexuel. Il est facile de ne pas se lier d’amitié avec eux, mais plus difficile de les éviter totalement. Les ignorer n’est pas une bonne solution, parce que cela risque de les rendre hostiles. Il faut juste ne pas les appeler ou ne pas les croiser lors de rassemblements. Mais tu les rencontres dans certains bars et c’est là que tu peux être présenté à eux. S’ils se souviennent de toi et continuent de te saluer dans la rue, tu dois les saluer également, sans quoi ils ont le sentiment que tu essaies de les ignorer ».

17Du fait de cette distance sociale, une certaine hostilité réciproque s’est installée entre les membres des groupes d’homosexuels secrets et d’homosexuels dévoilés. Cette hostilité aide à maintenir la distance sociale et la distinction entre ces groupes. C’est ce que montrent les deux citations suivantes, respectivement d’un homosexuel dévoilé et d’un homosexuel secret :

  • 5  Le Burning Flame est un bar qui a tendance à attirer une clientèle d’homosexuels secrets ; le Red (...)

« J’en connais certains parce qu’il leur arrive de s’abaisser à avoir des aventures avec des personnes de mon groupe. Ils viennent même aux soirées chez Robert une fois de temps en temps, mais jamais pendant longtemps, et après tu ne les revois plus. Ils vont parfois au Red Room mais nous n’avons pas grand-chose à nous dire, et la même chose se produit lorsque nous passons au Burning Flame5. Nous nous contentons de nous saluer. Mais des fois ils nous draguent et essaient de ramener l’un de nous pour coucher avec lui. Je pense qu’on peut dire que nous nous mélangeons sexuellement mais pas socialement ».

« Il y a des personnes que je n’aime pas et je ne voudrais pas qu’elles soient au courant pour moi. Puis il y a des personnes que je ne connais pas trop : ceux qui sont visibles ou que je nomme de manière peu charitable "la populace". J’ai toujours cherché à les éviter et je continue à le faire. Il est inévitable de rencontrer de nombreuses personnes dont j’aimerais mieux qu’elles ne sachent pas. Les homosexuels sont des personnes très démocratiques. Pour parvenir à leur fins, ils ferment les yeux sur beaucoup plus de choses qu’ils ne le feraient dans d’autres domaines. Les gens sont reliés les uns aux autres comme les maillons d’une chaîne. En choisissant soigneusement ses relations, il est possible d’éviter d’être un maillon de cette chaîne ».

18Son ascension sociale peut poser de sérieux problèmes à un homosexuel dans le sens où il se trouve obligé de changer de groupe au sein de la communauté homosexuelle.

19La déclaration suivante du directeur d’un magasin d’appareils ménagers montre comment l’homosexuel a tendance à changer son orientation, qui passe de « dévoilée » à « secrète », à mesure qu’il grimpe dans l’échelle sociale.

  • 6  Robert est le leader d’un groupe d’homosexuels dévoilés, dont le répondant était membre au moment (...)

« Mes promotions m’ont rendu plus conscient du groupe avec lequel je traîne. Vous voyez, pour la première fois de ma vie, j’ai un travail que je voudrais vraiment garder et où je peux envisager un avenir assez sûr. Je me rends compte que si l’on savait que je suis gay, je perdrais sûrement ce travail. Je ne comprends pas vraiment pourquoi, parce que je sais que gay ou pas, je suis toujours la même personne. Mais c’est comme ça que cela se passe. Je ne veux plus avoir affaire à Robert6 ni à aucune des personnes qui sont comme Robert. Cela ne me dérange pas de les voir une fois de temps en temps chez quelqu’un, mais je ne veux plus être vu avec eux dans la rue ».

20Les deux groupes ont été identifiés et observés dans le cadre de cette recherche. Chaque groupe était constitué de quatorze membres. Les descriptions qui suivent reposent sur l’étude de ces groupes.

Groupes secrets

21Les homosexuels secrets forment des groupes qui consistent en un assemblage mobile de petites bandes [cliques]. Les interactions au sein des bandes sont fréquentes, les membres se rencontrant au domicile des uns ou des autres, ou dans des bars et des restaurants. La structure de la bande est le produit des divers intérêts ou professions, et du désir de limiter les contacts homosexuels caractéristique des homosexuels secrets. La bande unit ses différents membres à travers des intérêts communs précis, distincts de ceux du groupe plus large.

22Le tableau suivant montre la structure et la composition par professions des bandes d’un groupe d’homosexuels secrets.

Bande A

Avocat

Responsable du personnel

Étudiant

Économiste

Bande B

Employé de bureau

Comptable-vérificateur

Assistant de direction

Étudiant

Secrétaire

Bande C

Sténographe

Directeur de magasin

Directeur d’un département statistique

Bande D

Comptable

Décorateur d’intérieur

23Un groupe homosexuel secret est généralement caractérisé par : (a) des standards informels d’admission ; (b) la discrétion dans la manière dont l’homosexualité est pratiquée ; (c) un effort de dissimulation ; (d) une implication partielle plutôt que totale dans le monde homosexuel.

Groupes dévoilés

24Les homosexuels dévoilés se rassemblent dans des groupes sociaux présentant une forte cohésion, qui deviennent le principal centre d’intérêt dans leur vie. Ces groupes sont ouvertement homosexuels. Leurs membres fournissent peu d’efforts pour camoufler leur déviance, passent la majeure partie de leur temps libre avec le groupe, et ont tendance à considérer leurs autres activités comme périphériques.

25Ces groupes recrutent généralement parmi les personnes de faible statut socio-économique, qui exercent des professions pour lesquelles le camouflage de l’homosexualité ne constitue pas une condition d’accès. Le tableau 2 présente la composition par professions du groupe d’homosexuels dévoilés identifié dans cette étude.

Tableau 2 : Composition d’un groupe d’homosexuels dévoilés par profession

Profession

Fréquence

Manager de magasin d’appareils ménagers*

1

Enseignant en primaire

1

Employé d’hôpital

1

Coiffeur

4

Vendeur

2

Ouvrier en fonderie

1

Boulanger

1

Commercial

1

Serveur

1

Caissier

1

Total

14

* Cet individu vient d’avoir une promotion et a commencé à quitter le groupe. L’enseignant et lui ont suspendu pendant une certaine période leur affiliation à un groupe d’homosexuels dévoilés, tout en camouflant leur homosexualité au travail.

  • 7  Nos données concernant la prévalence de ce rôle sont incomplètes. Cependant, les homosexuels se ré (...)

26Les membres du groupe se rencontrent quotidiennement dans un bar, un restaurant, ou au domicile du leader que l’on nomme la « reine » [queen]7. D’interminables ragots, sur les aventures sexuelles des membres du groupe, ou sur celles d’autres homosexuels de leur connaissance, occupent tout leur temps. Ils vont souvent dans des bars ou des restaurants pour « ramasser » un partenaire ou passer la soirée à draguer individuellement ou par groupes de deux ou trois.

27La reine semble être caractéristique uniquement des groupes d’homosexuels « dévoilés ». Le rôle de la reine est très important dans la vie de ces groupes. Cette personne fournit un lieu où le groupe peut se rassembler et où ses membres peuvent vivre leurs « aventures ». Elle propose une aide financière aux membres qui en auraient besoin, joue le rôle d’intermédiaire pour les rencontres sexuelles, effectue un contrôle partiel quant à l’entrée de nouveaux membres et avertit les membres de la présence d’agresseurs potentiels. En règle générale, la reine est un homosexuel plus âgé, qui jouit d’une longue expérience dans le monde homosexuel.

28Grâce à la déclaration qui suit, par un membre d’un groupe d’homosexuels dévoilés, nous avons une meilleure vision de la manière dont fonctionne le groupe. Cela nous indique également quelles sont les relations entre les membres du groupe et la reine.

  • 8  L’adoption de noms féminins est une pratique répandue chez tous les homosexuels interrogés.

« Être la reine signifie être vraiment le leader d’un groupe. En fait, c’est sûr que dans une petite ville, il n’y a pas beaucoup de gens qui sont gays et qui l’admettent ouvertement. La reine, c’est celle qui va connaître chaque gay de la ville et va organiser les choses, comme ce que fait Roberta8. La reine est toujours quelqu’un d’assez vieux, et plutôt hors-jeu en ce qui concerne le fait d’obtenir quelque chose pour elle-même. Mais elle n’a pas grand-chose d’autre à faire, donc elle consacre tout son temps à ça. Je ne connais aucune reine qui soit aussi commerciale que Roberta. Mais c’est parce qu’elle est carrément crue. Je connais la reine à Hillsburgh, et elle, c’était une vraie lady, une vraie de vraie. Elle sait tout. Elle cherchait à en tirer profit, mais toujours sous la forme d’une invitation à dîner ou d’un cadeau. Tu te sens reconnaissant vis-à-vis de quelqu’un qui fait beaucoup pour toi et tu le rembourses. C’est comme une dette ».

29Les groupes d’homosexuels « dévoilés » se caractérisent par : (a) aucun standard particulier d’admission ; (b) une pratique de l’homosexualité sans gêne et sans limite ; (c) peu ou pas de camouflage ; (d) un fort degré d’isolement social avec peu d’implication dans les activités hétérosexuelles ; (e) peu d’inquiétude au sujet de l’identification comme menace pour le statut ou des sanctions de la société hétérosexuelle.

La communauté homosexuelle

30Les homosexuels, secrets comme dévoilés, sont liés les uns autres, que ce soit par la sexualité ou par l’amitié. Au sein du groupe primaire, l’accent mis sur l’amitié plutôt que sur la sexualité sert à effacer une compétition sexuelle excessive et préserve l’unité du groupe. Cependant, cela crée une interdépendance sexuelle vis-à-vis de ceux qui se trouvent hors du groupe, interdépendance qui peut avoir des conséquences sociales importantes.

31En premier lieu, cela oblige l’homosexuel secret à s’ouvrir afin de solliciter des partenaires sexuels. Il fréquente alors les lieux de rencontre homosexuels connus au sein de la ville tels que certains bars, hôtels, coins de rues ou toilettes publiques spécifiques. Ces activités font de lui une personne de plus en plus reconnue dans le monde homosexuel.

32En second lieu, cette sollicitation conduit à l’interaction entre l’homosexuel secret et l’homosexuel dévoilé sur un mode sexuel, par opposition à un mode social. Bien que ces contacts se déroulent dans un esprit d’anonymat, l’approche de l’autre requiert souvent un échange de confidences.

33Troisièmement, cette interdépendance sexuelle accroît l’anxiété des homosexuels secrets dans la mesure où elle les oblige à entrer en contact avec les homosexuels dévoilés qu’ils redoutent en tant que menace pour leur sécurité.

34Ainsi, ce sont les contacts sexuels occasionnels entre les membres de catégories différentes du point de vue des stratégies d’évitement (c’est-à-dire entre groupes secret et dévoilé) qui rassemblent les homosexuels de la ville en une communauté.

Conclusion

  • 9  La reine du groupe des homosexuels dévoilés étudié conservait un répertoire d’adresses contenant l (...)

35La communauté homosexuelle consiste ainsi en un nombre élevé de groupes distincts, au sein desquels les différents membres sont unis par une amitié puissante et relativement durable, tandis que les membres des divers groupes se retrouvent liés par des contacts sexuels ténus mais répétés. Ainsi, les homosexuels d’une même ville ont tendance à se connaître directement ou de réputation, à reconnaître un certain nombre de normes morales et d’intérêts communs, et à interagir sur la base d’une coopération antagonique. Cette communauté est liée avec d’autres communautés homosexuelles au Canada et aux États-Unis, principalement grâce à la mobilité de ses membres9.

Haut de page

Bibliographie

WESTLEY William A., « Violence and the Police », American Journal of Sociology, 59, 1, juillet 1953, pp. 34-41.

National Opinion Research Center, Opinion News, 9, septembre 1947, pp. 3-13.

Haut de page

Notes

1  Kinsey indique que 37 % de la population masculine totale a déclaré au moins une relation homosexuelle ayant conduit à l’orgasme entre l’adolescence et l’âge adulte ; 30 % du total des hommes a eu au moins une expérience ou des réactions homosexuelles marginales pendant une période d’au moins trois ans entre l’âge de 16 ans et 55 ans ; 25 % de la population masculine a eu plus d’une expérience ou des réactions homosexuelles marginales pendant une période d’au moins trois ans entre l’âge de 16 ans et 55 ans ; 18 % des hommes ont eu au moins autant d’expériences homosexuelles qu’hétérosexuelles pendant une période d’au moins trois ans entre l’âge de 16 ans et 55 ans ; 4 % des hommes blancs ont été exclusivement homosexuels au cours de leur vie, depuis le début de leur adolescence. Des pratiques homosexuelles ont été déclarées parmi tous les groupes professionnels, avec un pourcentage pour les professions libérales d’environ 50 % inférieur à ceux des autres groupes. La confirmation ultérieure de la répartition des homosexuels parmi toutes les catégories sociales a été obtenue à travers les fichiers de la police et le témoignage des homosexuels.

2  L’accès à cette communauté homosexuelle a été obtenu par l’intermédiaire d’un client d’un organisme de sécurité sociale.

3  Une relation sociale et sexuelle stable entre deux homosexuels est généralement désignée par le terme « mariage ».

4  La substitution du pronom masculin par un pronom féminin est une pratique courante au sein des groupes homosexuels.

5  Le Burning Flame est un bar qui a tendance à attirer une clientèle d’homosexuels secrets ; le Red Room est le lieu de rassemblement reconnu des homosexuels dévoilés.

6  Robert est le leader d’un groupe d’homosexuels dévoilés, dont le répondant était membre au moment où il a été contacté.

7  Nos données concernant la prévalence de ce rôle sont incomplètes. Cependant, les homosexuels se réfèrent régulièrement aux reines dans d’autres villes, suggérant que cette pratique est répandue.

8  L’adoption de noms féminins est une pratique répandue chez tous les homosexuels interrogés.

9  La reine du groupe des homosexuels dévoilés étudié conservait un répertoire d’adresses contenant les noms d’environ 3 000 homosexuels provenant de toute l’Amérique du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

LEZNOFF Maurice, WESTLEY William A., « The Homosexual Community », Social Problems, 3, 4, avril 1956, pp. 257-263.

Référence électronique

Maurice Leznoff et William A. Westley, « La communauté homosexuelle [1956] », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1778 ; DOI : 10.4000/gss.1778

Haut de page

Auteurs

Maurice Leznoff

Sociologue

William A. Westley

Sociologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org