Navigation – Plan du site
Textes

La rencontre entre les délinquants et les pédés [1961]1

The Social Integration of Queers and Peers [1961]
Albert J. Reiss
Traduction de Christophe Broqua (avec la collaboration de Nathalie Paulme)

Résumés

Cet article explore une forme particulière de prostitution masculine qui existe dans la société américaine : des relations homosexuelles entre des hommes adultes fellateurs et de jeunes délinquants. Ces relations, qui prennent la forme de transactions financières entre les jeunes et les fellateurs, répondent à des normes imposées par les délinquants. Ces normes intègrent les deux types de déviants dans une forme de prostitution institutionnalisée et protègent les jeunes d’une autodéfinition à la fois comme prostitué et comme homosexuel. Les conclusions proposées dans cet article doivent être considérées comme sujettes à révision, en raison des limites inhérentes aux données utilisées. L’étude de la population des fellateurs pourrait changer fortement les conclusions. Des études transculturelles sont également nécessaires. Cependant, une discussion de ces résultats avec des criminologues au Danemark et en Suède, et des investigations exploratoires dans plusieurs grandes villes américaines suggèrent que la description et l’explication proposées dans cet article vaudront pour d’autres villes américaines et pour certains autres systèmes sociaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le mot « pédé » [queer] provient du monde hétérosexuel [straight] et non du monde « gay ». Dans le (...)

1Du point de vue des prescriptions normatives de la société américaine, la délinquance sexuelle constitue l’une des principales formes de comportement déviant. Un grand nombre de comportements – tels les relations hétérosexuelles pré-maritales, la pédérastie et la fellation, par exemple – sont considérés comme de la délinquance sexuelle.

2Les recherches consacrées au comportement sexuel masculin se sont largement concentrées sur la structure psychologique et les qualités dynamiques des adultes, à travers la description de « types sexuels », ou sur l’estimation des taux d’incidence, de prévalence ou d’expérience des actes sexuels au sein de divers groupes sociaux. Il existe peu de recherches systématiques sur l’organisation de l’activité sexuelle dans le cadre de systèmes sociaux complexes, excepté des études descriptives sur l’organisation sociale de la prostitution féminine.

3Cet article propose de décrire l’existence d’un type de relation sexuelle entre des « pairs délinquants » [peers] et des « adultes pédés » [queers], et de rendre compte de la façon dont elle s’organise. Cette transaction constitue une forme de prostitution homosexuelle entre un jeune homme et un homme adulte fellateur [fellator]. Le client adulte paye une certaine somme d’argent à un garçon délinquant prostitué pour être autorisé à lui faire une fellation. La transaction est limitée à la fellation. Ici, le garçon ne se considère pas lui-même comme homosexuel ni comme déviant sexuel, bien qu’il perçoive les clients adultes comme étant, eux, des déviants sexuels, des « pédés » ou des « garçons gays ».

4Peu de recherches ont été effectuées sur les aspects sociaux de la prostitution homosexuelle masculine, ce qui dote l’étude présentée ici d’un caractère exploratoire et explique que ses résultats soient sujets à révision. Bien qu’il existe des descriptions de « mariages » et du « système de caste rigide de l’homosexualité en prison » (Huffman, 1960 ; Fishman, 1930 ; Clemmer, 1940), qui contribuent à notre connaissance de l’organisation sociale de l’homosexualité dans une société non mixte de déviants, on en sait fort peu sur la façon dont l’activité homosexuelle est organisée dans d’autres communautés en Amérique.

5Quelques études récentes discutent certaines caractéristiques de l’organisation de la prostitution masculine (Marlin Butts, 1946-1947 ; Ross, 1959 ; Jersild, 1956). Ross distingue trois types de prostitués homosexuels masculins sur la base du lieu de leur activité (Ross, 1959, 15) : (1) le prostitué de bar qui se rend régulièrement dans les bars à la recherche de clients pédés ; (2) le prostitué de rue, généralement adolescent, qui fait des passes avec des hommes plus vieux ; (3) et le call-boy qui ne recrute pas en public. Le prostitué de rue jouit de peu de prestige parmi les prostitués, en partie parce que son activité est la plus hasardeuse et la moins rentable. On peut supposer que sa réputation dans le « monde gay » est également mauvaise, car il se situe apparemment à la marge de son organisation. À partir du moment où ils donnent l’impression d’avoir atteint l’âge légal pour fréquenter ces établissements, les prostitués de rue deviennent souvent des prostitués de bar.

6Étant donné le lieu principal de leurs activités, les garçons interrogés pour cette étude pourraient être catégorisés comme prostitués de rue. Cependant, les prostitués de rue que décrit Ross sont destinés à des carrières de prostitués de bar, alors qu’aucun des garçons sur lesquels a porté notre étude n’envisage l’entrée dans une carrière de prostitution. Pour eux, la prostitution est une activité transitoire, à la fois dans le temps et dans l’espace.

  • 2  La distinction faite ici ne vise pas à suggérer que d’autres types de prostitués ne se définissent (...)

7Par ailleurs, en ce qui concerne la définition du rôle de prostitué et la conception de soi adoptée par ceux qui tiennent ce rôle, des différences cruciales entre les prostitués semblent exister. Les prostitués que Ross a étudiés se distinguent par le fait qu’ils se définissent à la fois comme prostitués et comme homosexuels. Les garçons que j’ai étudiés ne se définissent ni comme prostitués ni comme homosexuels. La plupart d’entre eux se voient comme « se tapant un pédé », uniquement comme activité de substitution ou comme partie d’un modèle souple d’activité délinquante2. L’absence d’une définition partagée qui amènerait les uns et les autres à se considérer comme prostitués et l’existence d’une définition partagée autour du fait de « se taper un pédé » servent à affranchir ces garçons d’une définition de soi comme prostitué de rue ou comme homosexuel.

8Les garçons interrogés dans cette étude considèrent la prostitution comme un substitut acceptable à d’autres sources de revenus ou activités délinquantes. Bien que la transaction sexuelle puisse se produire dans le cadre d’une relation à deux ou d’un groupe plus large, les normes prescrites gouvernant cette transaction sont généralement apprises par les pairs dans le gang de délinquants. De plus, dans de nombreux cas, c’est suite à la participation à un groupe délinquant qu’a lieu l’initiation à la transaction pédé-pair. Les garçons apprennent la forme de comportement prescrite avec les adultes fellateurs et voient cet acte comme une transaction commerciale, du fait de leur appartenance à un groupe qui transmet ce savoir par une tradition commune et qui contrôle sa pratique. Il sera notamment montré que le groupe de pairs contrôle les limites et les conditions sous lesquelles l’activité est permise. Enfin, il est supposé qu’il s’agit d’un système organisationnel partagé entre les pairs prostitués et les adultes fellateurs.

  • 3  Je suis particulièrement redevable à Ned Polsky d’avoir porté à ma connaissance les récits de Rech (...)

9Il existe apparemment d’autres types d’hommes qui se livrent à des actes homosexuels en s’auto-définissant comme prostitués et homosexuels. John Rechy décrit dans plusieurs récits un troisième type d’hommes qui se conçoivent comme prostitués mais ne se définissent pas comme homosexuels3 :

« … le monde des reines [queens] et des prostitués masculins et la manière dont ils parviennent à prospérer, les reines étant techniquement des hommes mais personne ne les considère ainsi – on dit toujours "elles" –, leurs "maris" étant des vagabonds masculins – des prostitués [fruithustlers] – partageant furtivement la couche des reines, ne considérant jamais avoir des relations avec un autre homme (la reine), et dans la mesure où le prostitué n’a de relations sexuelles qu’avec des reines et qu’il ne reste avec les autres prostitués que pour des activités annexes (c’est-à-dire gérer l’argent obtenu contre du sexe, avoir un repas, faire une passe), il n’est pas considéré lui-même comme pédé » (Rechy, 1959, 15 ; je souligne).

10L’importance d’être défini comme non-homosexuel tout en reconnaissant son rôle de prostitué apparaît dans ce passage :

« Comme nous autres de la rue – qui avions un rôle masculin avec les autres hommes – Pete était susceptible sur un sujet – celui de sa masculinité. Un après-midi à Bickford, y’a un beau mec, plutôt viril, qui est entré et après nous avoir jeté un coup d’œil, est ressorti aussi sec. "Cet oiseau-là, il est pédé", a lancé Pete en le fusillant du regard. "J’avais l’habitude de le voir traîner et je pensais qu’il tapinait, mais un jour, au ciné, il a commencé à me chauffer. Ça m’a pas plu qu’il croie que j’allais me le taper gratos. Je lui ai dit d’aller se faire f..., de se trouver un autre pédé comme lui". Il a ruminé ça en silence un bon moment, avant d’ajouter presque violemment : "Quel que soit le nombre de pédés qu’on se tape, si on fait ça pour le fric, on n’en est pas un. On reste hétéro. C’est quand on se met à le faire gratos, avec d’autres mecs jeunes, qu’on bascule de l’autre côté" » (Rechy, 1961, 18).

11La littérature sur l’homosexualité masculine, particulièrement celle écrite par les cliniciens, fait amplement référence à un quatrième type – ceux qui se définissent comme homosexuels mais pas comme prostitués.

Les données

12Les informations sur les transactions sexuelles et leur organisation sociale ont été recueillies principalement par des entretiens et partiellement par l’observation des lieux de rencontre. Bien qu’il y ait des limites à l’analyse de l’organisation sociale à partir de données issues d’entretiens (en particulier lorsque cette organisation se rapporte à un comportement socialement réprouvé), celles-ci procurent une base commode pour l’exploration.

  • 4  Équivalent d’un Centre d’observation public de l’éducation surveillée (COPES) ou d’une Institution (...)

13Des histoires sexuelles ont été recueillies chez 18,6 % des 1008 garçons âgés de 12 à 17 ans qui ont été interrogés à Nashville (Tennessee), dans le cadre d’une recherche sur les comportements des adolescents, entre conformation et déviance. Cela représente tous les entretiens de l’un des enquêteurs au cours d’une période de deux mois, auxquels ont été ajoutés des entretiens avec l’ensemble des garçons de Nashville incarcérés à la State Training School de l’État du Tennessee4.

14Comme le montre le tableau 1, la majorité des entretiens a été réalisée avec des garçons délinquants des classes défavorisées. En effet, il est apparu que les délinquants des classes sociales défavorisées avaient pour la plupart des contacts avec des adultes fellateurs, et nous avons cherché à en apprendre davantage sur la manière dont ces contacts étaient structurés et contrôlés. C’est la raison pour laquelle les histoires sexuelles de tous les garçons blancs de Nashville qui résidaient à la State Training School pendant le mois de juin 1958 ont été recueillies.

Tableau 1 : Types d’expériences sexuelles par types de garçon selon le critère conformation-déviance

Pourcentage par type de conformation-déviance

Classes défavorisées

Classes moyennes

Toutes classes

Type d’expérience sexuelle

Délinquant carrière organisée

Délinquant d’un groupe de pairs

Conformiste non accompli

Conformiste accompli

Délinquant d’un groupe de pairs

Conformiste non accompli

Conformiste accompli

Hyper-conformiste

Non-conformiste isolé

Conformiste isolé

Total

Total

73

166

250

81

38

86

193

56

24

41

1008

Pédés, masturbation et hétérosexuelle

32.5

27.3

5.1

20.0

10.0

37.5

17.6

Pédés, masturbation, hétérosexuelle et animaux

30.2

4.5

5.0

8.5

Hétérosexuelle uniquement

4.7

11.4

70.0

30.0

12.5

13.4

Hétérosexuelle et masturbation*

25.6

34.1

33.3

40.0

15.0

10.0

40.0

25.0

27.3

Masturbation uniquement

2.3

15.9

48.7

40.0

10.0

40.0

57.1

25.0

100.0

21.9

Nie avoir une expérience sexuelle

4.7

6.8

12.8

10.0

40.0

20.0

42.9

0.0

11.2

Sous-total

43

44

39

5

20

10

10

7

8

1

187

Pas d’histoire sexuelle

41.1

73.5

84.4

93.8

47.4

88.4

94.8

87.5

66.7

97.6

81.4

* Comprend 3 cas d’expérience hétérosexuelle, masturbation et rapports avec animaux (2 délinquants de carrière des classes défavorisées et 1 délinquant membre d’un groupe de pairs)

  • 5 Pour une définition des types conformistes et déviants, voir Reiss, 1960 ; Reiss, Rhodes, 1961.

15La façon dont les informations sur l’histoire sexuelle ont été obtenues empêche de produire des estimations fiables sur l’incidence ou la prévalence de la prostitution au sein de la population des garçons adolescents de Nashville. Cependant, la comparaison entre les types d’individus aux comportements conformistes ou déviants dans le tableau 1 permet d’estimer plus ou moins correctement leurs chances d’avoir participé à une telle activité au cours de leur vie5.

16Seuls deux garçons des classes moyennes ont déclaré avoir eu une expérience de transaction pair-pédé. Dans le premier cas, le garçon avait accepté une seule fois une sollicitation ; dans l’autre, le garçon avait acquis une certaine expérience et développé des contacts lors de son passage à la State Training School, qu’il avait poursuivis suite à sa libération. Au sein du groupe de la classe défavorisée, il semble clair que les délinquants de carrière sont plus susceptibles de rapporter des expériences sexuelles avec les fellateurs. Environ trois garçons sur cinq déclarent avoir eu de telles expériences, soit nettement plus que le second score de fréquence rapporté par les délinquants membres d’un groupe de pairs, parmi lesquels un garçon sur trois seulement déclare avoir eu une telle expérience.

17Si l’on prend en considération la répartition proportionnelle des types conformistes et déviants dans une population scolaire d’adolescents, et que l’on applique de manière très approximative la répartition proportionnelle des types de déviance sexuelle présentés dans le tableau 1, le taux d’expérience sexuelle avec des fellateurs apparaît plutôt bas dans la population totale des adolescents. La relation pair-pédé semble presque exclusivement limitée aux garçons délinquants des classes défavorisées – en particulier les garçons délinquants de carrière, chez lesquels le taux d’expérience de ce type est probablement très élevé.

18Bien que cela ne soit pas directement notre préoccupation ici, il est intéressant de noter que les conformistes présentés dans le tableau 1 sont partagés de manière égale entre des garçons qui rapportent soit des expériences hétérosexuelles et de masturbation, soit des expériences de masturbation uniquement, alors que les hyper-conformistes déclarent soit n’avoir eu aucune expérience sexuelle, soit qu’ils se sont uniquement masturbés.

19Il pourrait aussi être déduit du tableau 1 que dans notre société, les garçons conformistes issus des classes défavorisées ne sont que très peu susceptibles de rapporter qu’ils ne se sont jamais masturbés, alors qu’une proportion substantielle de garçons conformistes des classes moyennes assurent qu’ils ne se masturbent jamais et ne se sont jamais masturbés. Bien qu’il puisse s’agir d’une variation de l’âge auquel les garçons commencent à se masturber selon leur classe sociale, il reste tout à fait possible qu’il existe, dans les pratiques, une différence véritable entre les classes sociales. Cette divergence dans l’expérience de la masturbation peut évidemment ne refléter que la réticence des garçons des classes moyennes à l’idée de déclarer leurs habitudes de masturbation à un enquêteur appartenant aux classes moyennes ; ce qui signifie que les garçons des classes moyennes seraient plus susceptibles que les autres de cacher leurs expériences sexuelles, y compris concernant la masturbation. Néanmoins, il doit exister des différences de classe dans l’organisation sociale des expériences sexuelles, car les garçons des classes défavorisées déclarent s’être masturbés en groupe quand ils ont commencé à se masturber, tandis qu’une telle expérience a été rapportée beaucoup moins souvent par les garçons des classes moyennes, pour qui il s’agit plus d’une pratique privée. La même chose est vraie pour l’expérience hétérosexuelle : les garçons des classes défavorisées, en particulier les délinquants, ont fréquemment déclaré avoir participé à des activités hétérosexuelles de groupe comme des « gang-bangs », alors que l’expérience hétérosexuelle apparaît comme une expérience plus privée pour les garçons des classes moyennes, qui ne partagent pas leurs partenaires sexuelles avec des pairs. On peut en déduire que chez les hommes des classes défavorisées, il existe non seulement une plus grande souplesse dans l’expérience sexuelle, mais aussi peut-être une plus grande volonté d’utiliser la sexualité comme mode de gratification.

Comment les pairs et les pédés se rencontrent-ils ?

20Les rencontres entre les adultes fellateurs et les garçons délinquants se font facilement car chacun sait comment et quand rencontrer l’autre dans l’espace de la communauté qu’ils forment. Ceux qui appartiennent à cette culture commune savent que, s’il est souhaité, le contact peut être établi en un temps relativement court. Le fait que les rencontres entre les pairs et les pédés puissent avoir lieu facilement est une preuve implicite des accords tacites qui règnent entre les deux populations.

21Il existe un grand nombre de lieux où les garçons rencontrent leurs clients, les fellateurs. Beaucoup de ces endroits sont connus des garçons indépendamment de leur lieu de résidence dans l’agglomération. Cela est particulièrement vrai pour les lieux situés en centre-ville, où la densité des points de contact est la plus forte. Chaque quartier de la ville et certaines zones périphériques, peuplées largement par les classes défavorisées, ont aussi leurs lieux de rencontre, généralement connus uniquement des garçons résidant dans ces zones.

22Les pédés et les pairs établissent habituellement leurs contacts dans des lieux publics ou quasi-publics. Les points de contact principaux peuvent être aussi bien des coins de rues, des parcs publics, que des toilettes pour hommes dans des lieux publics ou quasi-publics tels que des gares, des parcs, des hôtels ou des cinémas de seconde zone (ouverts en permanence et où il est possible d’assister à plusieurs séances à la suite). Les bars constituent rarement des points de contacts, peut-être en grande partie parce qu’ils sont utilisés par des prostitués plus âgés, étrangers aux groupes des pairs et à leur culture, mais aussi parce que les propriétaires des bars ne prendront pas le risque de laisser entrer des garçons en dessous de l’âge légal.

23Il existe un certain nombre de règles établies pour prendre contact dans ces situations. Elles permettent aux garçons et aux fellateurs de communiquer entre eux de manière quasiment privée, en dépit du caractère public de la situation. La forme la plus courante d’établissement du contact est la « drague » [cruise], qui voit le fellateur passer aux endroits appropriés, les « coins à pédés » [queer-corners], jusqu’à ce que ses efforts soient repérés par un des garçons. Un garçon peut alors signaler – habituellement en hochant la tête, en faisant un geste de la main signifiant « OK », en suivant son client ou en répondant à une entrée en matière facilement compréhensible telle que « Vous avez l’heure ? » – qu’il est prêt à entreprendre la transaction. Le « prestataire » et le client se rendent alors dans un lieu où l’activité sexuelle sera consommée, généralement un endroit qui permet de bénéficier d’une certaine intimité, d’être protégé et de partir précipitamment si nécessaire. « Dolly », un jeune récidiviste de la State Training School, décrit l’une de ces règles pour la prise de contact :

« Bon, genre tu vas à la station de bus, tu vas aux toilettes et tu restes là l’air de rien… et ils sont là l’air de rien… et alors ils font un signe de la tête puis ils sortent et tu les suis, et tu vas ailleurs. Soit ils ont une voiture, soit tu vas dans un des hôtels près de la gare ou des endroits comme ça… n’importe où ».

24Souvent, le contact entre les garçons et les fellateurs est établi lorsque le garçon fait de l’autostop. C’est particulièrement vrai pour les premiers contacts de cette nature chez les garçons. Dans la mesure où les garçons des classes défavorisées sont plus susceptibles que ceux des classes moyennes de faire du stop à l’intérieur de la ville, en particulier la nuit quand de tels contacts ont le plus souvent lieu, ils sont peut-être davantage sollicités de cette manière.

25Le garçon expérimenté qui connaît « beaucoup de pédés » peut téléphoner à un fellateur notoire directement depuis une cabine publique, et certains fellateurs peuvent essayer d’établir un contact suivi avec les garçons en leur donnant leur numéro de téléphone. Cependant, les garçons utilisent rarement ce moyen pour des raisons inhérentes à leur positionnement vis-à-vis de la transaction, comme nous le verrons plus loin.

26Nous examinerons à présent la manière dont la transaction est facilitée par ces types de situations et par les modes de prise de contact et de communication prescrits. Une des caractéristiques communes à toutes ces situations de contact est qu’elles procurent une justification à la présence à la fois des pairs et des pédés dans la même situation ou le même lieu. Cette justification est nécessaire pour les deux parties car dans le cas d’une forte visibilité de leur présence et sans aucune explication disponible pour cela, le contact et la communication seraient beaucoup plus difficiles. Les espaces publics et quasi-publics procurent des cadres qui justifient la présence de la plupart des personnes car il existe relativement peu de contrôle social concernant la façon dont les individus y entrent en relation. Il existe, bien sûr, quelques risques pour les garçons et les fellateurs à entrer en contact dans ces situations car ils sont généralement connus de la police. La brigade des mœurs peut opérer une surveillance, mais cela fait partie des risques à prendre en compte et le réseau de communication procure des informations sur ses tactiques.

  • 6 Terme par lequel sont désignées les classes défavorisées, littéralement « singes » en français (N.d (...)

27La mise en place d’un cadre de justification doit essentiellement garantir un motif à la présence de garçons délinquants, aux vêtements et à l’apparence fortement liés aux classes défavorisées, qui entrent en contact avec des fellateurs d’à peu près toutes les classes sociales. Cela est vrai en dépit du fait que les espaces sociaux que les fellateurs choisissent ordinairement pour établir les contacts varient généralement en fonction de leur classe. Les fellateurs des classes supérieures prennent habituellement contact en « draguant » aux coins de rue, dans les parcs ou les toilettes des hommes, dans les « meilleurs » hôtels, tandis que ceux des classes défavorisées sont susceptibles de choisir les bains publics ou les gares routières. Il semble exister une corrélation étroite entre la classe sociale des garçons et celle des fellateurs impliqués dans la transaction pair-pédé. La grande majorité des fellateurs appartient probablement aux classes défavorisées [« apes »6]. Mais il est difficile d’être certain de la classe sociale de ces clients fellateurs car aucune étude n’a été réalisée sur cette population.

  • 7 Voir, par exemple, Leznoff, Westley (1956).

28L’absence de données sur ces derniers pose des difficultés pour l’interprétation de la relation lors du contact. La plupart des fellateurs impliqués auprès de garçons délinquants ne semblent pas être membres d’un quelconque groupe d’homosexuels dévoilés [overt] ou voilés [covert], tels que ceux du « monde gay »7. Le « monde gay » correspond à la forme d’homosexualité la plus visible car il s’agit d’une communauté organisée, mais il est probable qu’il ne renferme qu’une petite proportion seulement de l’ensemble des contacts homosexuels. Même parmi ceux qui appartiennent à cette communauté homosexuelle organisée, les témoignages suggèrent que les membres recherchent la satisfaction sexuelle en dehors de leur groupe, principalement avec des personnes qui leur sont inconnues. Si l’on exclut les couples homosexuels, Leznoff et Westley soutiennent qu’il existe « une prohibition qui exclut les relations sexuelles au sein du groupe » (Leznoff, Westley, 1956, 258). Ross indique que les jeunes prostitués masculins sont choisis, entre autres, parce qu’ils protègent l’identité du client (Ross, 1959, 15). Ce sont chacun de ces deux facteurs qui finissent par inciter de nombreux fellateurs à choisir une situation de contact anonyme.

  • 8  Les signaux qui mènent à la transaction pédé-pair peuvent être subtils. La littérature sur l’homos (...)

29Il est clair que ces situations de contact procurent non seulement une justification pour la présence des deux parties de la transaction, mais aussi une garantie d’anonymat. Cette garantie ne restreint pas nécessairement la visibilité sociale étant donné que les garçons comme les fellateurs peuvent reconnaître les signaux (y compris, mais pas seulement, ceux liés aux gestes et aux vêtements) qui conduisent à l’identification mutuelle des rôles8. Mais l’anonymat est garanti au moins dans deux sens : la présence de chacun reste anonyme du fait de la situation et leur identité personnelle dans la communauté est protégée à moins de n’être volontairement révélée.

  • 9  Ross note que, en tombant dans le rôle de l’escroc, certains prostitués ont recours à l’extorsion (...)

30Il existe vraisemblablement diverses raisons pour expliquer l’importance de l’anonymat. Pour beaucoup, une relation homosexuelle doit rester secrète car les autres relations dans la communauté – familiales, professionnelles, etc. – doivent être protégées. Leznoff et Westley désignent ces hommes comme les homosexuels « secrets », par contraste avec les homosexuels « dévoilés » (Leznoff, Westley, 1956, 260-261), et dans le « monde gay », ils sont connus comme « pédés dans le placard » [closet fags]. Pour certains, il est nécessaire de protéger son identité pour éviter d’être victime de chantage9. Bien qu’aucun des pairs prostitués n’a déclaré avoir eu recours au chantage, l’adulte fellateur peut néanmoins le redouter, en particulier s’il est plus vieux ou d’une classe sociale élevée. Ceux des classes défavorisées, par contraste, sont plus susceptibles de faire face à la menace de violence de la part des adolescents, car ils se trouvent plus souvent dans des situations où ils sont confrontés à des partenaires brutaux (Stearn, 1961, 47). La possibilité que la violence survienne dépend du type de situation dans laquelle est établi le contact entre le pair délinquant et le pédé, et du cadre dans lequel la relation sexuelle est consommée.

31Tous les fellateurs ne protègent pas leur anonymat ; certains donnent parfois leur numéro de téléphone et quelques-uns « entretiennent un garçon ». Cependant, la plupart des fellateurs préfèrent rencontrer les garçons là où ils sont le moins susceptibles d’être agressés, bien que les garçons s’en prennent parfois aux pédés en choisissant un lieu de rencontre où ils ont convenu de retrouver leurs amis qui les aident alors à frapper le pédé, voler sa voiture, ou commettre d’autres actes de violence. Les garçons savent généralement que les pédés sont vulnérables en cela qu’ils ne « peuvent » pas déclarer leurs brimades. Au passage, on peut mentionner que ces garçons ne sont habituellement pas conscients de leur propre invulnérabilité institutionnelle face à l’arrestation. Un garçon adolescent est particulièrement peu susceptible d’être arrêté y compris lorsqu’il est pris avec un fellateur car il sera vu par l’opinion publique comme étant exploité (Reiss, 1960, 322-324 & 326-327).

32Les situations de contact personnel entre les garçons adolescents et les adultes fellateurs procurent également d’importants moyens de communiquer une intention ou d’exécuter la transaction sans rendre le contact particulièrement visible pour les autres. Les inscriptions sur les murs dans nombre de ces lieux ont gardé leur valeur primaire de communication (par exemple « Montre que tu bandes ») et des endroits tels que les toilettes publiques procurent un modus operandi. En fait, le prestataire et son client peuvent entrer en contact avec à peine plus qu’un échange de gestes non-verbaux, procéder à la transaction avec un minimum de communication verbale et se séparer sans connaître l’identité de l’autre. Dans la plupart des cas, les garçons déclarent que « presque rien » ne s’est dit. Le paiement du garçon est parfois le seul élément formel de la transaction sexuelle.

Initiation à la transaction pair-pédé

33La culture pair-pédé s’instaure via une société de pairs délinquants. Il ressort de notre étude que parmi les garçons interrogés, tous ceux qui établissaient volontairement des contacts avec les fellateurs étaient également délinquants à bien d’autres égards. Nos données montrent que le contact avec les fellateurs est institutionnalisé dans les groupes appartenant aux classes défavorisées orientés vers la délinquance. Il ne s’agit pas de dire que les garçons qui n’appartiennent pas à ces groupes ne font jamais l’expérience de relations avec des adultes fellateurs : certains le font, mais sans être membres de groupes qui sanctionnent l’activité selon des standards imposés tels que ceux décrits plus loin. Il ne s’agit pas non plus de dire que tous les groupes délinquants approuvent la transaction pair-pédé car son ampleur reste inconnue.

34Mais alors, comment font les garçons délinquants des classes défavorisées pour rencontrer les fellateurs ? Dans les grandes villes, la plupart des garçons des niveaux socio-économiques les plus défavorisés sont préparés à ce type de transaction simplement par leur appartenance à un groupe délinquant qui sait comment entrer en contact avec les fellateurs et comment se comporter avec eux. Cela fait partie de leur culture commune. Souvent également, le groupe de pairs socialise le garçon dans ses premières expériences avec les fellateurs, et poursuit ce rôle par la suite. Le comportement est apparemment appris dans ce cadre d’association différentielle.

35En définitive, le groupe de pairs sert d’école d’initiation pour certains de ses membres. Les garçons non-initiés sont accompagnés d’un ou plusieurs membres de leur groupe pour des « leçons » et une première expérience. Doy L., garçon de classe défavorisée, élève d’une école également défavorisée, récidiviste de la State Training School, explique comment il a commencé :

 « Je suis allé à la gare routière avec ces garçons plus âgés que moi, et ils m’ont montré comment on fait… ils y vont, trouvent un pédé, se font sucer et se font payer… si cela ne se passe pas bien, ils lui cassent la gueule et lui prennent son argent… ils m’ont montré comment faire, donc j’ai commencé à le faire aussi ».

36Dans tous les cas, les garçons sont socialisés par les membres de leur groupe aux définitions subculturelles des relations pair-pédé et beaucoup appliquent ce savoir quand une opportunité se présente. Au sein du groupe, les garçons entendent les récits d’expériences qui fournissent ces définitions culturelles de la relation : comment les contacts sont noués, comment récupérer l’argent si le pédé résiste, combien ça rapporte, quel type de comportement est acceptable de la part du pédé, quels comportements doivent être refusés et comment ils doivent l’être. Les garçons savent tout cela avant qu’ils aient le moindre contact avec un fellateur. Dans le cas de gangs de rues, les fellateurs passent souvent aux coins des rues du quartier qu’ils occupent ; dès lors, même les préadolescents apprennent l’existence de cette activité lorsque les garçons plus âgés se font ramasser. Quand le garçon atteint l’adolescence et intègre un gang avec son propre coin de rue, il est psychologiquement et socialement préparé à sa première expérience, qui se produit généralement dès que l’occasion se présente. C’est ce que décrit Lester H. ; sa première expérience a eu lieu un jour où il est allé à l’un des points habituels de convergence entre les garçons et les fellateurs – l’Empress Theatre – pour voir un film :

« J’étais en bas au ciné et ce gay est venu vers moi, m’a tripoté et m’a demandé si je voulais sortir… Je lui ai dit que oui s’il me donnait de l’argent, parce que j’avais entendu dire qu’ils le faisaient et je commençais à être un peu à sec... donc il m’a amené vers la rivière et il m’a sucé ».

37Dans de nombreux cas, c’est par un frère que les garçons sont initiés à leur première expérience de ce type, comme à d’autres premières expériences. Jimmie M. illustre ce cas de figure. Il décrit comment il a été amené à sa première expérience hétérosexuelle :

« Quand j’avais à peu près quatorze ans, mon petit frère m’a raconté qu’il y avait cette femme qu’il avait baisée, alors j’y suis allé et elle m’a laissé moi aussi la baiser ».

38Son initiation à la transaction pair-pédé a également eu lieu par l’intermédiaire de son jeune frère :

 « Bon, mon petit frère est arrivé à la maison et m’a dit que ce gay l’avait sucé et il m’a dit où il habitait… Et, j’avais peur de faire ça, mais je me suis dit que j’avais envie de voir comment c’était parce que les autres garçons en parlaient et mon frère l’avait fait. Donc j’y suis allé et il m’a sucé ».

39Les garçons appartenant aux groupes qui acceptent la prostitution ne se livrent pas tous à cette pratique. Certains garçons rejettent la transaction pair-pédé tout en restant membres du groupe. Il n’est pas très surprenant que de telles exceptions existent. Bien que dans la plupart des groupes délinquants certaines formes d’activité sexuelle confèrent un meilleur statut, il est rarement nécessaire de s’y livrer pour rester dans le groupe. Par exemple, certains garçons membres de gangs où le gang-bang se pratique fréquemment refusent de participer à ces activités. « Je préfère ma viande moins crue » constitue une porte de sortie et une excuse recevable. Le garçon peut s’y soustraire s’il est susceptible d’être accepté par le groupe à tous autres égards. Un garçon délinquant des classes défavorisées ne sera apparemment pas traité de « trouillard » et ne perdra pas sa réputation en refusant de se livrer à des comportements sexuels pratiqués par la plupart de ses pairs (il en va de même pour d’autres types de pratiques, telles que l’usage de stupéfiants). Jerry P., qui est dans une école défavorisée, fait partie d’un groupe où tous les autres garçons vont avec des fellateurs ; mais il refuse de s’adonner à une telle pratique, bien qu’il aille jusqu’à se promener en voiture avec l’un des « pédés réguliers » du gang. Jerry est dans un gang qui est souvent sollicité par un « gay local » bien connu, David B., et comme il le dit lui-même : « Je me promène beaucoup avec B., mais il ne m’a jamais rien fait ; je ne peux simplement pas faire ça ». Quand on lui a demandé comment il a su que B. était un pédé, il a répondu « Oh, tous les gars le disent et parlent de ce qu’ils font avec lui… Je pourrais le faire mais simplement je ne veux pas ». Il a été demandé à Joe C., qui est dans une école fréquentée par des élèves de diverses origines sociales, s’il avait eu d’autres sortes d’expériences sexuelles. Sa réponse montre son rejet du modèle de comportement adopté par le groupe de pairs avec les fellateurs. « Vous voulez dire avec des pédés ? », « Oui », « Je ne vais avec aucun d’eux. La plupart de mes amis cherchent à attirer les pédés, mais pas moi ». Son ami, Roy P., rejette aussi l’activité : « Je n’ai aucune envie de rechercher des pédés ; je n’ai pas besoin de fric à ce point ».

40Il ne faudrait pas croire que tous les garçons des classes défavorisées sollicités par des fellateurs acceptent leur sollicitation. La majorité des sollicitations se heurtent probablement à un refus au moment du contact initial, à moins que certaines autres conditions ne soient remplies. La première est que le garçon doit être membre d’un groupe qui autorise cette forme de transaction et le conditionne avec ses codes et ses sanctions en vue de sa participation. Presque tous les garçons des classes défavorisées déclarent qu’ils ont été sollicités par un pédé au moins une fois. Une majorité a rejeté la sollicitation. Le refus semble facile puisque, d’après les garçons, les pédés insistent rarement. Il existe apparemment une volonté mutuelle de renoncer à la transaction dans de tels cas, peut-être parce que le pédé ne peut pas se permettre le risque d’être dévoilé, mais peut-être aussi parce que la probabilité d’établir un contact à la prochaine tentative est suffisamment élevée pour qu’il puisse « se permettre » d’accepter le refus. En envisageant les choses sous un autre angle, il peut exister un ensemble de gains et d’attentes mutuelles expliquant que la sollicitation soit acceptée et que la transaction ait lieu. Les garçons qui refusent d’être sollicités ne sont pas vulnérables pour une autre raison : ils sont habituellement membres de groupes qui sanctionnent négativement l’activité. De tels groupes tourmentent généralement les garçons qui vont avec des fellateurs, et utilisent des techniques d’isolement pour décourager ces transactions. Il existe aussi des gangs qui trouvent normal de libérer leur agressivité sur les pédés. Ils les frappent et les malmènent de différentes façons. Une troisième condition à respecter est que le garçon qui accepte ou cherche la sollicitation de la part des fellateurs doit voir l’offre comme un moyen de tirer un profit, essentiellement un profit monétaire (ce point est discuté plus loin).

41Il existe des garçons, cependant, en particulier chez ceux qui sont plutôt jeunes, qui rapportent une sollicitation de la part d’un homme qu’ils n’ont pas pu refuser mais qu’ils ont plus tard rejetée pour n’être ni gratifiante ni un moyen acceptable de tirer un quelconque profit. Ce sont ces garçons dont on peut dire qu’ils sont « exploités » par les adultes fellateurs dans le sens où ils sont forcés à subir l’acte contre leur volonté, ou au moins sans savoir comment se débrouiller dans cette situation. On trouve un tel cas dans la déclaration suivante :

 « Ce gars m’a ramassé à Fourth and Union et m’a dit qu’il allait à l’Est de Nashville, donc je suis monté… mais il m’a conduit sur Dickerson Pike. (Qu’est-ce qu’il a fait ?)… Bon, il m’a sucé et cela m’a fait me sentir vraiment mal à l’intérieur de moi… mais je sais comment m’y prendre avec les pédés maintenant… aucun d’eux ne me fera ça à nouveau maintenant… Je déteste les pédés… Ils sont fous ».

42Cette déclaration comprend une information importante : « Mais je sais comment m’y prendre avec eux maintenant ». Le garçon des classes défavorisées, en vieillissant, apprend à gérer les avances sexuelles des fellateurs. Les garçons échangent leurs expériences quant à leur façon de s’y prendre avec eux et il devient assez difficile d’« exploiter » un garçon des classes défavorisées socialisé dans un groupe de pairs. Les plus vulnérables sont plutôt les très jeunes garçons, tels que celui cité précédemment, ou ceux qui sont isolés des groupes de pairs, car ils ne sont pas préparés aux sollicitations.

43Les garçons des classes défavorisées, comme nous l’avons vu, sont les plus susceptibles de se trouver dans des situations où ils seront sollicités par des fellateurs. Mais le garçon des classes défavorisées, membre d’un gang qui sanctionne positivement les relations lucratives avec des adultes fellateurs et initie les membres à ces pratiques, et qui en même temps se perçoit comme ayant besoin du revenu que la transaction procure, est plus susceptible d’établir des contacts personnels suivis avec des adultes fellateurs.

44Nous proposons de considérer que la transaction pair-pédé est un comportement appris à travers l’association différentielle à des gangs délinquants. Cela ne peut pas être démontré sans avoir recours à un test plus spécifique de l’hypothèse. Mais, comme Sutherland l’a indiqué, « le comportement criminel est partiellement fonction de l’opportunité de commettre certaines catégories de crimes… Il est bien évident que les personnes qui commettent un crime spécifique ont l’opportunité de commettre ce crime… Tandis que l’opportunité peut être partiellement fonction de l’association avec des modèles criminels et des techniques spécialisées ainsi acquises, elle n’est pas entièrement déterminée de cette manière, et en conséquence l’association différentielle n’est pas une cause suffisante du comportement criminel » (Cohen et al., 1956, 31). Les garçons des classes moyennes sont peut-être exclus de la transaction pair-pédé autant par manque d’opportunité de commettre ce type de crime dans leur communauté d’origine, que par tout autre critère d’association différentielle. La structure de la zone résidentielle des classes moyennes est incompatible avec les conditions situationnelles nécessaires à la transaction pair-pédé.

Les normes gouvernant la transaction

45La société des pairs prescrit-elle des normes concernant les relations personnelles entretenues avec les fellateurs ? Ou initie-t-elle simplement le garçon à la relation en lui apprenant comment effectuer la transaction ? La réponse est qu’il semble exister plusieurs normes bien précises concernant les relations entre les pairs et les pédés, même s’il peut exister certains écarts dans leur application.

46La première norme majeure est qu’un garçon ne doit entrer en relation avec un pédé que dans le but de se procurer de l’argent ; la satisfaction sexuelle ne peut pas être le but activement recherché d’une telle relation. Cette norme n’empêche pas le garçon d’obtenir une satisfaction sexuelle au travers de l’acte ; mais celle-ci ne doit simplement pas être le but recherché. En d’autres termes, un garçon ne peut pas admettre qu’il n’a pas réussi à obtenir de l’argent de la transaction à moins qu’il n’ait eu recours à la violence contre le fellateur, et il ne peut pas admettre qu’il a recherché la relation comme moyen de satisfaction sexuelle.

47L’importance de la recherche d’argent dans la motivation du garçon à la transaction pair-pédé est expliquée succinctement par Dewey H :

 « Ce gars au Rex Theatre est venu et s’est assis à côté de moi quand j’avais onze ou douze ans, et il a commencé à me peloter. Je me suis déplacé et assis à une autre place, il m’a rejoint et m’a demandé si je voulais et il m’a dit qu’il me paierait cinq dollars. J’ai pensé que c’était de l’argent facile donc je suis allé avec lui… Je ne l’avais jamais fait avant ça. C’était peu de temps après que j’ai déménagé au Sud de Nashville. J’étais un garçon assez sage avant ça… pas vraiment sage mais je n’avais jamais traîné avec des jeunes à problèmes avant ça. Mais j’en rencontre beaucoup ici. (Pourquoi vas-tu avec des pédés ?) C’est de l’argent facile… je pourrais aller cambrioler quelque part quand je suis à sec et gagner de l’argent de cette façon… mais c’est plus dur et tu prends un plus grand risque… avec un pédé c’est de l’argent facile ».

48Les commentaires de Dewey révèlent deux facteurs importants pouvant motiver à gagner de l’argent avec les pédés, les deux étant suggérés par l’expression « argent facile ». Premièrement, l’argent est facile car il peut être obtenu rapidement. Certains garçons ont déclaré que quand ils avaient besoin d’argent pour un rendez-vous ou une soirée, ils l’obtenaient en une heure grâce à une transaction sexuelle avec un pédé. Tout ce qu’un garçon a à faire est d’aller à un endroit où l’on pourra entrer en contact avec lui, attendre, se laisser aborder et emmener à un endroit où la transaction aura lieu, et en un laps de temps relativement court obtenir l’argent comme contrepartie du service.

49C’est de l’argent facile dans un sens différent, plus important pour beaucoup de ces garçons. Les garçons qui se livrent à la transaction pair-pédé sont généralement membres de groupes délinquants de carrière. Rejetant les opportunités limitées de gagner de l’argent par des moyens légitimes ou les considérant inaccessibles, leurs possibilités de gagner de l’argent par des moyens illégitimes peuvent aussi être limitées ou présenter un risque important. Le vol est un moyen disponible, mais plus difficile et qui implique un risque plus élevé que la transaction pair-pédé. Les garçons délinquants n’ignorent pas les risques qu’ils prennent. La plupart du temps, ils peuvent considérer que le fait de voler « vaut le coup » de prendre des risques. Il existe des situations, cependant, où le risque est jugé trop important. C’est le cas lorsque la police met la pression sur le garçon, où lorsque les circonstances font qu’il peut difficilement se permettre de se faire arrêter : par exemple peu de temps après une première incarcération, lors d’une mise en liberté surveillée ou conditionnelle, ou lorsque le garçon a reçu un avertissement et qu’il sait qu’il ira en prison au prochain faux-pas. Dans de telles circonstances, les garçons pèsent soigneusement les risques qu’ils peuvent prendre ou non. Gerald L., décrivant une relation suivie avec un fellateur qui lui avait donné son numéro de téléphone, adopte la même attitude que Dewey en choisissant de minimiser le risque par le recours à la transaction pair-pédé : « Après ça, alors que je n’avais plus un rond et que je ne pouvais plus prendre le risque de voler ou de me faire attraper, je l’ai appelé, il est venu et il m’a sucé ». Il s’agit là d’un profit sans investissement de capital et avec un minimum de risques en termes sinon psychologiques, du moins sociaux.

50La prise en compte du risque lié à la recherche d’« argent facile » permet de comprendre la relation pair-pédé d’une autre manière. D’un point de vue sociologique, la transaction sexuelle pair-pédé se déroule entre deux principaux types de déviants – les « délinquants » et les « pédés ». Les deux types de déviants risquent des sanctions négatives pour leurs actes déviants. Plus la personne a été arrêtée ou incarcérée, plus les sanctions appliquées par le système social sont lourdes pour les deux types de déviants. Il arrive donc un moment où les deux calculent les risques et cherchent à les minimiser, au moins à très court terme. Chacun devient alors un moyen pour l’autre de minimiser les risques.

51Quand le garçon délinquant se trouve dans une situation où il veut de l’argent en prenant peu de risque, comment va-t-il s’en procurer sans avoir à travailler ? Les activités illégitimes fournissent fréquemment la « meilleure » opportunité pour l’argent facile. Ces activités sont souvent limitées en temps et en nombre pour les adolescents, et le risque de sanctions négatives est élevé. Dans de telles circonstances, le service offert par un pédé est un moyen de faire de l’argent facile avec un minimum de risques.

52Les opportunités de satisfaction sexuelle sont limitées pour l’adulte fellateur, en particulier s’il veut minimiser le risque d’être détecté lors de ses recherches de partenaires, éviter l’implication personnelle et obtenir satisfaction quand il le souhaite. Le choix d’un garçon des classes défavorisées, précisément en raison de sa position de classe, réduit quelque peu le risque. Si le garçon des classes défavorisées est de surcroît délinquant, le risque est encore minimisé.

53Cela ne veut pas dire que les deux parties prennent un risque équivalent dans la situation. Des deux, le fellateur est peut-être le moins à même de minimiser le danger car il peut encore de subir des violences de la part des garçons, lesquelles dépendent d’un ensemble d’attentes à respecter. Le garçon est plus en mesure de minimiser ses risques car il est susceptible d’être vu comme « exploité » et victime de la situation s’il est arrêté.

54Dans des circonstances particulières, les garçons peuvent substituer d’autres satisfactions à celle de l’argent, à condition que la satisfaction sexuelle ne soit pas le but principal. Ces circonstances particulières correspondent au cas où un gang complet participe à une soirée (ou une sortie) avec un ou plusieurs fellateurs. Dans ces circonstances, chacun est libéré des attentes subculturelles concernant le fait de gagner de l’argent avec le fellateur, parce que chacun participe et il n’y a aucune raison pour quiconque de recevoir de l’argent. Car, pour le groupe, substituer le fait de passer du « bon temps » aux frais d’un « pédé » à la transaction financière prescrite est, bien sûr, l’exception qui confirme la règle.

55Plusieurs exemples d’exception à la norme prescrite d’un gain financier, dans des situations de groupe, ont été découverts. Danny S., leader des Blacks Aces, dit ceci des expériences collectives de son gang avec les pédés : « Il y a ce gay qui nous amène au Colonial Motel, vers Dickerson Pike… généralement nous y allons en groupe, nous nous saoulons et nous nous faisons sucer par ce pédé… là on ne gagne pas d’argent… c’est plus une soirée où l’on boit ». Les Blacks Aces sont un gang de combat et mettent fortement l’accent sur les prouesses physiques, en particulier la boxe. Tous ses membres sont passés plus d’une fois par la State Training School. Durant l’une de ces périodes, l’établissement a employé un professeur de boxe repéré par les garçons comme « pédé », mais ils avaient beaucoup de respect pour lui car il leur a appris comment boxer et participait lui-même à des compétitions. Danny fait référence à lui en des termes qui témoignent de son acceptation : « C’est vraiment un gars bien. Il s’est battu avec nous une ou deux fois et on boit avec lui quand on le rencontre… Il nous a amenés à Miter Dam plusieurs fois ; il a une cabane là-haut sur la crique et il nous a sucés… Mais le plus souvent on boit et on passe vraiment du bon temps ». Ces exemples illustrent les calculs de rentabilité que font les membres du gang. Si un « pédé » prend en charge les dépenses liées à la boisson et aux loisirs pour les membres du gang, chacun d’eux est libéré de l’obligation de recevoir de l’argent. La relation dans ce cas équivaut à un échange de services plus qu’à un échange d’argent contre un service.

  • 10  La raison pour laquelle la fellation est le seul acte sexuel toléré dans la transaction pair-pédé (...)
  • 11  Talcott Parsons (1951, chapitre III) discute ce genre de rôle comme « … la ségrégation de performa (...)

56La seconde norme majeure gouvernant la relation est que la transaction sexuelle doit être limitée à la fellation. Aucun autre acte sexuel n’est généralement toléré10. Le fellateur doit se conduire de telle sorte qu’il renforce les aspects marchands de la relation et assure la neutralité affective11. Car si le fellateur va à l’encontre de l’attente du garçon de se « faire sucer », selon les termes par lesquels les garçons évoquent l’acte, il risque de subir des actes de violence et la perte du service. Il est cependant impossible de savoir avec précision si les garçons usent réellement de la violence aussi souvent qu’ils le disent, quand les attentes ne sont pas respectées. Néanmoins, à chaque fois que les garçons ont déclaré avoir utilisé la violence, ils ont toujours déclaré conjointement la violation des attentes subculturelles. De même, ils n’ont jamais déclaré une violation des attentes subculturelles qui ne soit pas suivie de l’usage de la violence, à moins que cela ne soit clairement présenté comme une exception. Bobby A. exprime le point de vue des garçons sur l’usage de la violence dans l’échange suivant : « Combien gagnais-tu habituellement ? » « Environ cinq dollars ; s’ils ne me donnaient pas autant, je leur cassais la gueule ». « Est-ce qu’ils voulaient parfois que tu fasses autre chose en plus de te sucer ? » « Oui, des fois… comme vouloir que je les suce, mais je leur disais d’aller se faire voir et parfois je les frappais ».

  • 12  Je reprends ici la traduction du terme « punk » proposée par Didier Éribon dans Gay New York de Ge (...)

57Les garçons sont très hostiles à l’idée que l’on puisse les imaginer dans un rôle de pédé ou pratiquant des actes de fellation en tant que partenaire pénétré. L’acte de fellation est défini comme un acte « pédé ». Il a été demandé à la plupart des garçons s’ils se livraient à un tel comportement. Mis à part ceux qui ont le statut de « mômes » [punks]12, aucun ne dit s’être livré à un comportement associé au rôle de pédé. Demander à un garçon s’il est un fellateur suscite l’expression d’une forte dénégation et souvent d’une hostilité déclarée. Cela pourrait être interprété comme un comportement défensif contre une homosexualité latente. Que cela soit le cas ou pas, une forte dénégation est à prévoir car la question va à l’encontre des définitions subculturelles du rôle du pair dans la transaction.

  • 13  Activité sexuelle consistant à glisser le sexe masculin entre les cuisses, également appelée coït (...)

58Il arrive parfois que quelques garçons permettent apparemment au fellateur de s’adonner à d’autres actes. On peut cependant supposer que ces garçons sont plutôt rares chez les pairs délinquants. En effet, si ces actions venaient à être connues, ils seraient mis à l’écart de leur communauté. Malgré la limitation de la transaction sexuelle pair-pédé à la fellation, il existe d’autres transactions sexuelles autorisées dans certaines circonstances par le groupe de pairs. Par exemple, ses membres sont autorisés à se livrer aux rôles masculins dans les « crimes contre-nature », tels que la sodomie [cornholing], la zoophilie (parfois évoquée par le terme saloperie [buggery]) ou un acte sexuel avec un homme n’impliquant aucun orifice (mentionné parmi les garçons comme slick-legging13), à condition que le partenaire soit à peu près du même âge et ne soit pas un membre du groupe ; en outre il faut que les garçons soient confinés à l’univers unisexe des délinquants incarcérés. En aucune manière, cependant, le rôle féminin dans l’acte sexuel n’est acceptable sous quelque forme que ce soit. C’est un tabou. Les garçons qui acceptent le rôle féminin dans les transactions sexuelles occupent les positions statutaires les plus basses parmi les délinquants. Ce sont des « mômes ».

59La troisième norme majeure gouvernant la relation est que les participants, aussi bien les pairs que les pédés, doivent rester neutres affectivement pendant la transaction. Les garçons au sein de la société des pairs définissent la forme idéale du rôle avec le fellateur comme étant celle dans laquelle le garçon est le prestataire et le pédé est considéré comme achetant un service. Ce service est un marché où la transaction sexuelle est achetée pour une somme d’argent dont le montant a fait l’objet d’un accord. Dans le cas typique, le garçon n’est censé ni apprécier ni être dégoûté par la transaction sexuelle ; la fellation est acceptée comme un service offert en échange d’une rémunération. Il faut garder à l’esprit que la satisfaction personnelle est permise dans l’acte sexuel. Seule est taboue l’idée que cette satisfaction sexuelle puisse constituer la motivation de la transaction sexuelle. Mais la satisfaction personnelle doit s’obtenir sans afficher d’affect positif ou négatif envers le pédé. Dans la forme prescrite de la relation, le garçon vend un service pour en tirer un profit et le pédé doit l’accepter sans montrer d’émotion.

60Le cas de Thurman L., habitué, tout comme ses deux frères, à avoir des ennuis avec la Justice, illustre certains aspects du modèle de neutralité affective attendu. Thurman a eu une relation régulière avec un pédé, le genre de relation dans laquelle on peut supposer que la neutralité affective sera difficile à maintenir. Cette relation avec un « gay » de 21 ans a duré jusqu’à ce que ce dernier soit envoyé en prison. Quand il est questionné sur sa relation avec cet homme et les raisons pour lesquelles il allait avec lui, Thurman répond :

 « Je sais pas… l’argent et des choses comme ça je suppose. (Que veux-tu dire ?… des choses comme ça ?) Oh, des habits… (Il t’a déjà acheté des habits ?) Oh ouais, l’un d’eux… (Cela te dérange de te faire sucer ?) Non. (Tu aimes ça ?) Cela m’est égal. C’est pas que j’aime ça et c’est pas que je n’aime pas ça. (Tu aimes ce gay ?) Non, je peux pas dire que j’aimais quoi que ce soit chez lui. (Comment en es-tu venu à le faire alors ?) Bon, pour l’argent d’abord… J’en ai besoin. (Est-ce que tu apprécies cela ?) Je peux pas dire que j’apprécie ou que je n’apprécie pas ».

61Habituellement, la neutralité affective s’exprime plutôt par les expressions « C’est OK » ou « Ça va, ça m’est égal ». Ce que l’on rencontre le plus souvent c’est une déclaration du type « C’est OK, mais c’est l’argent que j’apprécie plus que tout le reste ». Dans le fond, cette définition de la neutralité affective commande uniquement qu’il n’y ait aucun engagement émotionnel positif envers le pédé en tant que personne. La relation doit être essentiellement une relation impersonnelle, même s’il est rare qu’elle soit purement une relation d’affaire. Ainsi, il est possible pour un garçon de reconnaître une satisfaction personnelle en niant tout engagement émotionnel envers le partenaire homosexuel.

62Bien que le groupe de pairs prescrive la neutralité affective envers le pédé dans la transaction pair-pédé, les pédés doivent être considérés comme des personnes de faible prestige, méprisables, et le rôle de pédé reste tabou. Le pédé est le plus couramment considéré comme « fou, je suppose ». Certains garçons adoptent une vision plus rationaliste : « Ils sont juste comme ça, je suppose » ou « Ils sont juste nés comme ça ». Alors qu’il existe des circonstances dans lesquelles il est permis d’apprécier un fellateur en particulier, comme c’est le cas pour tous les préjugés attachés à un statut inférieur, la personne qui est appréciée doit être l’exception qui confirme la règle. Bien que dans de nombreux cas, tant le garçon que le fellateur sont originaires des classes très défavorisées, et que dans de nombreux cas, au vu des critères de la classe moyenne, les deux sont tout à fait repoussants au niveau de l’apparence, de la propreté et des vêtements, ce ne sont pas là les critères d’évaluation utilisés par les garçons. Les pédés dévient tant des normes du comportement masculin qui prévalent chez les garçons, que le fellateur occupe à leurs yeux le plus bas statut possible, même « plus que méprisable ». Si le fellateur viole la relation affective attendue dans la transaction, il peut être traité non seulement avec violence mais également avec mépris. C’est le vendeur du service qui se réserve finalement le droit de poser les conditions à ses clients.

63Certains garçons trouvent difficile d’être émotionnellement neutres face au rôle de pédé et à ceux qui le pratiquent ; ils sont personnellement soit offensés soit outragés par le comportement des pédés. JDC est un exemple de garçon qui est personnellement offensé par leur comportement ; cependant il est incapable d’utiliser la violence, même lorsque les attentes gouvernant la transaction sont violées. Il ne compte pas beaucoup sur la relation pair-pédé comme source de revenu. JDC exprime ainsi son point de vue : « Je ne vais pas vraiment chercher ça comme certains garçons ; je le fais seulement quand je suis avec les autres… Vous savez… Voilà, et quand je le fais, c’est pour l’argent… Et je les suis… Mais… je déteste les pédés. Ils me gênent ». « Comment ? » « Bon, comme lorsque vous êtes dans le foyer au ciné, et ils s’approchent et caressent ton cul ou ta bite bien devant tout le monde. J’accepte pas ça – pas moi ». La plupart des garçons ne l’accepte pas non plus, mais dans une telle situation, ils auraient eu recours à la violence.

64Il existe deux principaux types de garçons qui s’impliquent dans une relation suivie avec un pédé. Une minorité développe de telles relations pour s’assurer un revenu régulier. Alors que ces relations sont autorisées au sein de la société des pairs pour un court laps de temps, les garçons qui les entreprennent pour des périodes longues le font en prenant des risques, car selon les termes des garçons, « les pédés peuvent être obtenus trop facilement ». Un garçon qui est affectivement impliqué avec un pédé voit son statut diminuer : « Il vaut pas mieux qu’un pédé ». Il arrive aussi que quelques garçons s’engagent affectivement dans une relation suivie avec un adulte homosexuel. Ces garçons forment généralement une relation de forte dépendance avec lui et se font entretenir comme dans des relations de michetonnage. Ce type de garçons est clairement à l’écart de la société des pairs délinquants et ne participe pas à l’activité des gangs. Le modèle sociométrique de tels garçons est celui du choix de plusieurs gangs, car aucun gang ne les accepte vraiment.

65Les prostitués de rue sont également dépréciés au sein de la société des pairs, ayant généralement la même réputation que les « mômes ». Le prostitué de rue « chasse » seul. Peu de prostitués de rue ont été interrogés pour cette étude. Aucun d’eux n’était membre d’un groupe délinquant organisé. Le modèle sociométrique de chacun d’eux, associé à leur histoire d’activité délinquante, les place dans la classification des isolés non-conformistes.

66La quatrième norme majeure gouvernant la relation pair-pédé représente un facteur fondamental de stabilisation du système. Cette norme prévoit que la violence ne doit pas être utilisée tant que la relation est conforme à l’ensemble des attentes partagées par les pédés et les pairs. Tant que le fellateur se conforme aux normes gouvernant la transaction dans la société pair-pédé, il encourt peu de risques de subir des violences de la part des garçons.

67La principale raison de cette norme est peut-être que la violence incontrôlée est potentiellement perturbatrice pour tout système organisé. Tous les systèmes sociaux organisés doivent contrôler la violence. Si les clients fellateurs faisaient l’objet de violences répétées, le système tel qu’il a été décrit ne pourrait pas exister. La plupart des garçons qui partagent les attentes communes de la relation pair-pédé n’ont pas recours à la violence, à moins que leurs attentes ne soient violées. Recourir à la violence équivaut bien sûr à s’impliquer affectivement ; dès lors, une autre prescription de la relation est violée.

68On ne sait pas si les fellateurs clients des délinquants partagent leur définition de la norme relative à l’usage de la violence. Ils peuvent par conséquent violer les attentes de la société des pairs par simple ignorance du système, plutôt que par volonté d’aller au delà de l’ensemble d’attentes partagées.

69Le fellateur peut violer les attentes des garçons de différentes façons. La première concerne l’argent : refuser de payer, ou payer trop peu, peut engendrer la violence chez la plupart des garçons. Le fellateur peut aussi violer les attentes des pairs en essayant d’aller au delà de l’acte sexuel bucco-génital. S’il effectue une telle tentative, il devient généralement l’objet d’une agression, comme dans l’extrait de l’histoire sexuelle de Dolly qui suit :

 « (Tu aimes ça ?) C’est OK. Cela m’est égal. Je trouve ça OK. (Ils essaient de faire autre chose avec toi ?) Généralement ils me sucent seulement et c’est tout. (Et ils essaient de faire autre chose avec toi ?) Oh bien sûr, mais on les corrige vraiment… Je leur casse la gueule ou je leur saute dessus… Je les jette hors de la voiture… Une fois un gay a essayé ça et on lui a sauté dessus et on l’a éjecté de la voiture. Ensuite on a pris la voiture et on l’a démontée [rires ravis] ».

70Le fellateur peut encore violer les attentes d’un garçon en introduisant une trop grande affection dans la relation. Deux formes d’affection en particulier, considérées par les garçons comme des « attaques contre leur masculinité », semblent être moins acceptables. Dans la première forme, le pédé viole l’attente de neutralité affective en traitant l’adolescent comme s’il était une fille ou en lui imposant un rôle de fille pendant la transaction sexuelle, comme par exemple en lui parlant avec des mots affectueux comme « chéri ». Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le rôle sexuel féminin est inacceptable pour ces garçons des classes défavorisées, dont l’une est l’importance considérable qu’ils accordent au fait d’être « durs » et masculins. Walter Miller, par exemple, observe que :

« L’inquiétude presque compulsive des classes défavorisées relative à la "masculinité" découle d’un type de réaction-formation compulsive. On retrouve une préoccupation persistante liée à l’homosexualité dans la culture des classes défavorisées – qui se manifeste par la pratique institutionnalisée consistant à "appâter des pédés", souvent suivie d’agressions physiques violentes, par un mépris appuyé pour la "douceur" ou les chichis et par l’usage du terme argotique local désignant les "homosexuels" comme épithète péjoratif généralisé (ainsi les individus des classes supérieures ou les pairs qui témoignent d’une mobilité ascendante sont fréquemment désignés comme "pédales" [fags] ou "pédés") » (Miller, 1958, 9).

71Miller considère la violence comme faisant partie d’une réaction-formation contre la famille matriarcale des classes défavorisées, dont le père est souvent absent. Pour cette raison, suggère-t-il, de nombreux garçons des classes défavorisées ont des difficultés à s’identifier à un rôle masculin, et la réaction-formation « collective » met l’accent culturellement sur la masculinité. La violence envers les pédés est considérée comme la conséquence de ce conflit. Les données issues de nos entretiens suggèrent que parmi les délinquants de carrière, la violation de l’attente de neutralité affective dans la relation pair-pédé est un facteur extrêmement important de déclenchement de la violence envers les « pédés ». Il existe, bien sûr, des gangs qui n’ont pas été étudiés dans le cadre de cette recherche, et qui « appâtent les pédés » uniquement dans le but de les agresser.

72L’autre forme par laquelle le fellateur peut violer l’attente de neutralité affective consiste à approcher le garçon et lui faire des avances suggestives lorsqu’il est avec des camarades de son âge, soit des filles, soit son groupe de pairs quand il est en dehors du lieu d’« affaires » habituel. Dans chacun de ces cas, les avances sexuelles suggèrent que le garçon n’est pas engagé dans une relation transactionnelle répondant aux attentes normatives du système mais qu’il a également des motivations sexuelles. Il est attendu du garçon délinquant qu’il contrôle sa relation avec les clients. Il est le prestataire qui « recherche » de l’argent facile, ou au minimum, il doit apparaître comme étant simplement disposé à la transaction ; cela signifie qu’il y est disposé seulement dans certaines situations et sous certaines conditions. Il n’est pas en situation de transaction quand il est avec des filles, et il n’est plus dans un rôle transactionnel quand on lui attribue un rôle féminin. Se voir attribuer un rôle féminin devant les pairs est tout à fait inacceptable, comme le suggère le récit suivant :

 « Ce gay s’approche de moi dans le foyer de l’Empress alors qu’on était là debout, et il commence à me tripoter et m’appeler chéri et des choses comme ça… et je ne pouvais simplement pas accepter ça là… il faisait comme si j’étais un pédé ou quelque chose comme ça… alors je me suis jeté sur lui, là, comme ça, et on lui a pété les dents ».

73L’avance sexuelle est encore moins acceptable quand une fille est impliquée :

« Je marchais dans la rue avec ma copine quand est passé en voiture ce gay avec qui j’étais allé une fois et il me siffle et me fait "Salut chéri"… J’étais fou… alors je suis allé retrouver les garçons, on l’a attendu et on l’a frappé comme ça lui était jamais arrivé… j’vais pas me laisser faire comme ça par un pédé ».

74Dans ces deux cas, non seulement la masculinité du garçon est attaquée, mais l’attente de neutralité affective qui gouverne la transaction est violée. Le comportement du pédé est particulièrement inacceptable, cependant, parce qu’il a lieu en présence des pairs envers lesquels il est crucial pour le garçon de maintenir son statut. Un garçon des classes défavorisées ne peut pas se permettre de se voir attribuer autre chose qu’un rôle hautement masculin devant les filles des classes défavorisées, pas plus que de risquer d’être défini comme pédé devant les pairs. Son rôle au sein de son groupe de pairs est menacé par un tel comportement même s’il ne souffre d’aucune angoisse à propos de la masculinité. Non seulement le garçon lui-même, mais ses pairs également perçoivent un tel comportement comme violant les attentes de rôle, et ils se joignent à lui dans des actes violents contre le fellateur pour protéger l’intégrité et les statuts du groupe.

75Si, généralement, la violence se produit uniquement quand une des principales normes des pairs a été violée, il semblerait également que la violence soit un moyen de renforcer les normes du système définies par les pairs. La violence ou la menace de violence est ainsi utilisée pour que les adultes fellateurs respectent les attentes des garçons dans leur rôle de client. Cela représente une forme de contrôle social, une punition infligée au fellateur qui viole l’attente culturelle. C’est seulement lorsque le fellateur se contente de chercher satisfaction auprès des garçons des classes défavorisées en payant contre une « pipe », dans le cadre d’une relation occasionnelle ou d’une relation continue, qu’il est raisonnablement à l’abri d’actes de violence.

76Il existe une autre raison, peut-être plus importante, à l’usage de la violence quand les normes de la relation pair-pédé, telles que définies par les pairs, sont violées. Les rôles prescrits d’un point de vue formel, pour les pairs et les pédés, sont au fond les rôles que l’on retrouve dans toute forme de prostitution institutionnalisée : ceux du prostitué et du client. Mais dans la plupart des formes de prostitution, qu’elles soient masculines ou féminines, les prostitués se perçoivent eux-mêmes comme étant dans des rôles de prostitués, et les prostitués masculins développent également une conception d’eux-mêmes comme homosexuels, alors que le pair prostitué dans la relation pair-pédé ne développe aucune conception de lui-même comme prostitué ni comme homosexuel.

77Le fellateur risque donc de subir des actes de violence s’il menace la conception que le garçon se fait de lui-même en suggérant que ce dernier pourrait être homosexuel ou en le traitant comme s’il l’était.

78La violence semble alors fonctionner de deux manières principales pour les pairs. D’une part, elle renforce leurs normes et leurs attentes en contrôlant et combattant tout comportement qui leur porterait atteinte. D’autre part, elle protège l’auto-identité du garçon comme non-homosexuel et renforce sa conception de lui-même comme « masculin ».

79Les autres normes de la société des pairs gouvernant la transaction pair-pédé sont également instaurées pour protéger les garçons, dans la société pair-pédé, face au risque d’une auto-définition comme « homosexuel ». Toutes les prescriptions à respecter ont pour objectif de prémunir le garçon d’une autodéfinition comme homosexuel : le seul but doit être l’argent, la gratification sexuelle ne doit pas être recherchée comme fin dans la relation, la neutralité affective doit être maintenue envers le fellateur, et seule la fellation est permise. Aussi longtemps que le garçon se conforme à ces attentes, ses "semblables" ne le définiront pas comme homosexuel ; et c’est peut-être le facteur le plus crucial dans sa propre autodéfinition. Les pairs définissent quelqu’un comme homosexuel non pas sur la base du comportement homosexuel en tant que tel, mais sur la base de la participation au rôle homosexuel, le rôle « pédé ». Les réactions de la société, qui définissent le comportement comme homosexuel, sont sans importance dans leur propre auto-définition. Ce qui est important pour eux, ce sont les réactions de leurs pairs face à la violation des normes du groupe de pairs qui définissent les rôles dans la transaction pair-pédé.

Sortir du rôle comportemental

80Dans quelles circonstances un garçon abandonne-t-il le fait de gagner de l’argent au moyen de la transaction pair-pédé ? S’agit-il d’une affaire entièrement individuelle ou est-ce l’ensemble du groupe qui abandonne la pratique ? Nous avons peu d’informations sur ces questions car les entretiens ont été majoritairement conduits avec des garçons qui participaient encore à la culture pair-pédé. Mais quelques entretiens, à la fois avec des garçons qui avaient cessé la relation ou qui parlaient de ceux qui l’avaient abandonnée, nous ont procuré des informations sur la manière dont se termine un tel comportement.

81Parmi les adolescents des classes défavorisées, les nouveaux rôles qui sont assumés au fur et à mesure que l’âge augmente, influent de manière importante sur l’arrêt de la participation à la relation pair-pédé. Ainsi, plus les garçons sont âgés, plus ils sont susceptibles d’abandonner le recours à la transaction comme source de revenu. Plusieurs garçons ont donné comme raison : « J’ai trouvé un job et je n’ai plus besoin d’argent comme ça maintenant ». Un garçon plus âgé, récemment marié, a dit qu’il avait arrêté quand il s’était marié. Un autre a répondu à la question « Quand penses-tu que tu vas arrêter ? » par « Quand je quitterai l’école, je compte arrêter… Pour l’instant, je ne connais pas un meilleur moyen de me faire de l’argent ». Quelques garçons ont simplement dit qu’ils ne tenaient pas à continuer plus longtemps à gagner de l’argent de cette façon, ou que depuis qu’ils avaient une relation stable avec une fille, ils avaient arrêté.

82Les raisons pour lesquelles les garçons plus âgés abandonnent la transaction pair-pédé comme moyen de gagner de l’argent sont peut-être différentes selon que le garçon est délinquant de carrière ou délinquant au sein d’un groupe de pairs. En vieillissant, les délinquants de carrière s’orientent vers des crimes plus graves et le groupe cherche plus activement à améliorer son statut. Le garçon a une réputation à maintenir. Clairement, le rôle de pair prostitué ne contribue en rien au développement ou au maintien de sa réputation ; plus longtemps dure le recours à cette manière de gagner de l’argent, et plus grand est le risque de ne pas voir sa réputation s’améliorer. On peut dire que le garçon délinquant de carrière plus âgé abandonne l’activité de pair prostitué exactement comme il abandonne souvent les petits larcins et le vandalisme. Ce sont des activités pour les garçons plus jeunes.

83Les délinquants des groupes de pairs finissent eux par intégrer des groupes d’adultes où la façon acceptable de se comporter est d’avoir un emploi. Nombre d’entre eux peuvent aussi quitter l’étroit petit groupe de pairs qui les a introduits dans l’activité. Si un emploi rapporte suffisamment d’argent, il n’existe pas de raison socialement acceptable de chercher à en gagner par la transaction pair-pédé. On risque une perte de statut en continuant à racoler à cet âge, car c’est l’âge d’avoir des relations stables avec des filles et peut-être même de se fixer et de se marier, comme souvent on « s’y trouve obligé ».

84Quelles qu’en soient les raisons, il semble clair que la plupart des garçons abandonne le rôle de pair prostitué et ne poursuit pas d’autres carrières de prostitution. La principale raison, peut-être, pour laquelle la plupart des garçons ne continue pas à se prostituer, est qu’ils ne se sont jamais considérés eux-mêmes comme étant dans un rôle de prostitution ni comme entrant dans une carrière supposant une succession de statuts parmi les prostitués. La prostitution, pour le pair prostitué, est simplement l’une des activités qui caractérisent un modèle plutôt souple d’actes déviants. Il est également plus facile d’arrêter quand on ne s’est jamais défini comme homosexuel. C’est dans ce sens, peut-être, que nous avons des raisons de conclure que ces garçons ne sont pas impliqués dans l’activité en premier lieu pour sa base homosexuelle. Les pairs prostitués sont en premier lieu orientés vers des carrières délinquantes, et plus tard criminelles, ou vers la conformité conventionnelle dans la société des classes défavorisées. Ils ne deviennent ni prostitués ni pédés.

Haut de page

Bibliographie

CLEMMER Donald, The Prison Community, Boston, The Christopher Publishing House, 1940.

COHEN Albert, LINDESMITH Alfred, SCHUESSLER Karl (dir.), The Sutherland Papers, Bloomington, The University of Indiana Press, 1956.

FISHMAN Joseph E., Sex in Prison, New York, The Commonwealth Fund, 1930.

HUFFMAN Arthur V., « Sex Deviation in a Prison Community », The Journal of Social Therapy, vol. 6, 1960 (third quarter), pp. 170-181.

JERSILD Jens, Boy Prostitution (Oscar BOJESEN, translator), Copenhagen, C. E. Gad, 1956.

LEZNOFF Maurice, WESTLEY William A., « The Homosexual Community », Social Problems, 3, 4, avril 1956, pp. 257-263 [Traduction française dans ce numéro : « La communauté homosexuelle » : http://gss.revues.org/index1778.html].

MARLIN BUTTS William, « Boy Prostitutes of the Metropolis », Journal of Clinical Psychopathology, 8, 1946-1947, pp. 673-681.

MILLER Walter, « Lower-Class Culture as a Generating Milieu of Gang Delinquency », The Journal of Social Issues, 14, 3, 1958, pp. 5-19.

PARSONS Talcott, The Social System, Glencoe, Free Press, 1951.

RECHY John, « The Fabulous Wedding of Miss Destiny », Big Table, 1, 3, 1959.

RECHY John, « A Quarter Ahead », Evergreen Review, 5, 19, juillet-août 1961.

REISS Albert J., « Conforming and Deviating Behavior and the Problem of Guilt », Psychiatric Research Reports, 13, décembre 1960, pp. 207-225.

REISS Albert J., « Sex Offenses: the Marginal Status of the Adolescent », Law and Contemporary Problems, 25, 2, printemps 1960, pp. 309-333.

REISS Albert J., RHODES Albert Lewis, « The Distribution of Juvenile Delinquency in the Social Class Structure », American Sociological Review, 26, 5, octobre 1961, pp. 720-732.

ROSS H. Laurence, « The "Hustler" in Chicago », The Journal of Student Research, 1, septembre 1959, pp. 13-19.

STEARN Jess, The Sixth Man: a Startling Investigation of the Spread of Homosexuality in America, New York, Doubleday, 1961.

SUTHERLAND Edwin, The Professional Thief, Chicago, University of Chicago Press, 1937.

Haut de page

Notes

1  Le mot « pédé » [queer] provient du monde hétérosexuel [straight] et non du monde « gay ». Dans le monde « gay », il a toutes les qualités d’un stéréotype négatif, mais elles ne sont pas voulues dans cet article. L’article adopte la perspective de garçons appartenant au monde hétérosexuel. Je suis particulièrement redevable à Howard S. Becker, Evelyn Hooker, Everett Hugues, John Kitsuse, Ned Polsky, H. Laurence Ross et Clark Vincent de leurs suggestions utiles et de leurs encouragements à publier cet article.

2  La distinction faite ici ne vise pas à suggérer que d’autres types de prostitués ne se définissent pas également eux-mêmes par d’autres rôles déviants. Les prostitués peuvent occuper une variété de rôles déviants considérés comme délinquants ou criminels : ils peuvent être drogués, maîtres-chanteurs, voleurs, etc.

3  Je suis particulièrement redevable à Ned Polsky d’avoir porté à ma connaissance les récits de Rechy.

4  Équivalent d’un Centre d’observation public de l’éducation surveillée (COPES) ou d’une Institution publique d’éducation surveillée (IPES) (N.d.T.).

5 Pour une définition des types conformistes et déviants, voir Reiss, 1960 ; Reiss, Rhodes, 1961.

6 Terme par lequel sont désignées les classes défavorisées, littéralement « singes » en français (N.d.T.).

7 Voir, par exemple, Leznoff, Westley (1956).

8  Les signaux qui mènent à la transaction pédé-pair peuvent être subtils. La littérature sur l’homosexualité masculine adulte met en évidence le fait que les hommes adultes qui se livrent à un comportement homosexuel ne sont généralement pas socialement visibles vis-à-vis des autres par leurs manières et leurs vêtements. Cf. Stearn (1961, chapitres 1 et 3).

9  Ross note que, en tombant dans le rôle de l’escroc, certains prostitués ont recours à l’extorsion et au chantage qui leur procurent de meilleurs revenus. Voir Ross (1959, 16). Sutherland discute l’extorsion et le chantage des homosexuels comme faisant partie de la pratique des voleurs professionnels. Le « vol à la tante » fait partie du répertoire des voleurs professionnels. Voir Sutherland (1937, 78-81). Voir aussi le chapitre sur le « chantage » dans Stearn (1961, chapitre 16).

10  La raison pour laquelle la fellation est le seul acte sexuel toléré dans la transaction pair-pédé n’est pas très claire. L’acte semble mieux se conformer aux aspects plus « masculins » du rôle que la plupart, mais pas toutes, des autres possibilités. Ross m’a suggéré que cela implique aussi moins de contact corporel et que cela peut ainsi apparaître moins menaçant pour l’autodéfinition des pairs. L’exclusivité de cet acte dans la relation pourrait donc s’expliquer par le fait qu’il s’agit de l’alternative la plus masculine, impliquant le moins de menace vis-à-vis de l’autodéfinition des pairs comme non-prostitués et non-homosexuels.

11  Talcott Parsons (1951, chapitre III) discute ce genre de rôle comme « … la ségrégation de performances instrumentales spécifiques, venant à la fois d’orientations expressives autres que les récompenses spécifiquement appropriées et d’autres composants du complexe instrumental » (p. 87).

12  Je reprends ici la traduction du terme « punk » proposée par Didier Éribon dans Gay New York de George Chauncey (Paris, Fayard, 2003) (N.d.T.).

13  Activité sexuelle consistant à glisser le sexe masculin entre les cuisses, également appelée coït intercrural (N.d.T.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

REISS Albert J., « The Social Integration of Queers and Peers », Social Problems, 9, 2, automne 1961, pp. 102-120.

Référence électronique

Albert J. Reiss, « La rencontre entre les délinquants et les pédés [1961] », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/1797 ; DOI : 10.4000/gss.1797

Haut de page

Auteur

Albert J. Reiss

Sociologue (1922-2006)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org