Navigation – Plan du site
Textes

Réactions sociales face aux comportements déviants : problèmes de théorie et de méthode [1962]1

Societal Reaction to Deviant Behavior: Problems of Theory and Method [1962]
John I. Kitsuse
Traduction de Christophe Broqua (avec la collaboration de Nathalie Paulme)

Résumés

En consacrant cet article aux réactions sociales face à l’homosexualité, l’auteur a choisi de s’intéresser à un comportement réputé déviant à travers sa qualification et son traitement social. Il insiste sur l’idée selon laquelle la « déviance » ne procède pas tant de la qualité intrinsèque d’un individu que de sa définition sociale à travers celle de ses comportements, idée qui forme le cœur de la théorie de l’étiquetage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une version antérieure de cet article a été lue lors des rencontres de l’American Sociological Ass (...)
  • 2  On trouve une exception notable dans le travail d’Edwin R. Lemert qui intègre systématiquement le (...)

1La théorie et la recherche sociologiques, dans le domaine traditionnellement connu comme celui de la « pathologie sociale », ont concerné en premier lieu la classification et l’analyse des formes déviantes de comportement, et relativement peu d’attention a été accordée aux réactions sociales [societal] à la déviance2. Dans un article récent, Merton a noté ce manque de « classification systématique des réponses des membres conventionnels ou conformes d’un groupe face au comportement déviant » (Merton, 1959). De manière similaire, Cohen a observé qu’« une sociologie du comportement déviant et de la conformité devra inventer des façons de conceptualiser les réponses aux comportements déviants selon leur pertinence vis-à-vis de la production ou de la disparition des comportements déviants » (Cohen, 1959, 465-466). Dans cet article, je discuterai certaines des questions théoriques et méthodologiques posées par le problème des réactions sociales aux comportements déviants, et je proposerai une tentative préliminaire de formulation d’un projet de recherche les prenant tout particulièrement en compte.

2Je propose de concentrer l’intérêt porté par la théorie et la recherche non plus sur les formes de comportements déviants mais sur les processus par lesquels les personnes en viennent à être définies comme déviantes par les autres. Un tel déplacement requiert que le sociologue envisage comme problématique ce qu’il considère généralement comme acquis – à savoir que certaines formes de comportements sont en elles-mêmes déviantes et sont définies comme telles par les « membres conventionnels ou conformes d’un groupe ». Cette supposition est fréquemment remise en question sur des terrains empiriques où la réaction sociale face à des comportements définis comme déviants par le sociologue est inexistante, indifférente, ou tout au plus légèrement désapprobatrice. Par exemple, dans sa discussion sur le « ritualisme » comme forme de comportement déviant, Merton affirme que ce n’est pas le fait qu’un tel comportement soit considéré comme déviant par les autres qui permet de l’identifier comme déviant, « dans la mesure où le comportement manifeste est institutionnellement permis, bien qu’il ne soit pas culturellement prescrit » (Merton, 1957, 150). Il apparaît plutôt que le comportement est déviant parce qu’il « représente clairement un écart au modèle culturel selon lequel les hommes doivent s’élever dans la hiérarchie sociale » (ibid., 150). Cette divergence entre les hypothèses théoriques et les observations empiriques au sujet des réactions sociales est également relevée par Lemert : « Il est assez facile de trouver des situations où de sérieuses infractions aux lois commandant le respect public n’ont engendré que de faibles peines ou sont restées entièrement impunies. À l’inverse, on peut aisément identifier des cas où une violation quelque peu mineure des règles légales a provoqué des peines singulièrement strictes » (Lemert, 1951, 55).

3Clairement, les formes de comportement en elles-mêmes n’activent pas les processus de réaction sociale qui différencient sociologiquement les déviants des non-déviants. Ainsi, un problème central pour la théorie et la recherche en sociologie de la déviance peut être formulé de la façon suivante : quels sont les comportements qui sont définis par les membres du groupe, de la communauté, de la société, comme déviants, et comment ces définitions organisent et activent-elles les réactions sociales par lesquelles les personnes en viennent à être différenciées et traitées comme déviantes ? En formulant le problème de cette façon, le point de vue de ceux qui interprètent et définissent un comportement comme déviant doit être explicitement intégré dans une définition sociologique de la déviance. En conséquence, la déviance doit être conçue comme un processus par lequel les membres d’un groupe, d’une communauté, d’une société, (1) interprètent un comportement comme déviant, (2) définissent les personnes qui se comportement ainsi comme une certaine catégorie de déviants, et (3) leur accordent le traitement jugé approprié à de tels déviants. Dans les pages suivantes, cette conception de la déviance et de la réaction sociale sera appliquée aux processus par lesquels les personnes en viennent à être définies et traitées comme homosexuelles.

Réactions sociales au « comportement homosexuel »

  • 3  Voir par exemple Parsons (1955, 103-105) ; Benedict (1938) ; Kardiner et al. (1945, 57, 88, etc.)  (...)

4En tant que forme de comportement déviant, l’homosexualité représente un problème théorique et empirique stratégiquement important pour l’étude de la déviance. Dans la littérature sociologique et anthropologique3, le comportement homosexuel et les réactions sociales qui le concernent sont conceptualisés dans le cadre des statuts de sexe assignés et de la socialisation des individus sur la base de tels statuts. L’assignation des statuts de sexe est censée procurer un ensemble de rôles et de comportements culturellement prescrits, dont il est attendu des individus qu’ils les apprennent et les exécutent [perform]. Dans une telle conception, les rôles et comportements homosexuels sont considérés comme étant « inappropriés » aux statuts de sexe assignés à l’individu, et sont ainsi théoriquement définis comme déviants.

5Allison Davis écrit à propos de la société américaine : « La caractérisation sexuelle des comportements et des privilèges est encore plus rigide et durable dans notre société que leur caractérisation selon les âges. En effet, les statuts sexuels et les statuts liés à la couleur de peau sont les seules formes de classification valables à vie. Dans notre société, la seule façon approuvée d’y échapper est la mort. Alors que la mobilité sexuelle est moins rare de nos jours, un comportement social ou physique inapproprié au vu du sexe auquel on appartient est encore l’une des infractions à notre code social les plus sévèrement punies » (Davis, 1941, 350). Dans la terminologie de Lemert, les normes concernant les comportements de sexe appropriés répondent à un degré élevé d’« obligation », et la désapprobation sociale des violations est rigoureuse et réelle (Lemert, 1951, chapitre 4). Les homosexuels eux-mêmes semblent partager cette conception des réactions sociales face à leurs comportements, activités et subculture (Hooker, 1960 ; Cory, 1951, Partie I en particulier).

6Avec une telle conception de l’homosexualité, on pourrait émettre l’hypothèse que les comportements « appropriés du point de vue du sexe » (et à l’inverse, ceux qui sont « inappropriés du point de vue du sexe ») sont imposés sans ambiguïté, que les déviations de ces prescriptions sont invariablement interprétées comme immorales et que les réactions des membres conventionnels et conformes de la société face à de telles déviations sont uniformément sévères et effectives. Il n’est pas difficile de trouver des données qui soutiennent apparemment cette hypothèse, particulièrement en ce qui concerne la définition et le traitement des homosexuels masculins. Les individus qui sont publiquement identifiés comme homosexuels se voient fréquemment refuser les droits sociaux, économiques et légaux des hommes « normaux ». Sur le plan social, ils peuvent être traités comme objets d’amusement, de ridicule, de mépris et, souvent, de peur ; sur le plan économique, ils peuvent être sommairement renvoyés de leur travail ; enfin du point de vue légal, ils font fréquemment l’objet d’interrogatoires et de harcèlement par la police.

  • 4  Ce principe a été suggéré par Harold Garfinkel. Voir Garfinkel (1956).

7En même temps que ces données, il est cependant important de rappeler que la réaction sociale face aux homosexuels et la différenciation établie entre eux et la population « normale » sont une conséquence du fait que ceux-ci sont « connus » comme homosexuels par certains individus, groupes ou institutions. Ainsi, dans le cadre de la conception actuelle de l’homosexualité comme forme de comportement déviant, les processus par lesquels les individus en viennent à être « connus » et traités comme sexuellement déviants seront considérés comme problématiques et comme un objet d’investigation empirique. Je ne m’intéresserai pas ici au prétendu « homosexuel latent » à moins qu’il ne soit défini ainsi par les autres et en conséquence traité de manière différenciée. Je ne m’intéresserai pas non plus à la variété de conflits « internes » qui peuvent former le tableau « clinique » de l’homosexuel, sauf dans la mesure où de tels conflits transparaissent dans les comportements, conduisant les autres à les identifier comme homosexuels. En un mot, je raisonnerai à partir du principe selon lequel c’est seulement lorsque les individus sont définis et identifiés comme homosexuels et traités d’une manière considérée comme « appropriée » pour les individus ainsi définis, qu’une « population » homosexuelle existe pour l’investigation sociologique4. Au sujet de l’homosexualité, donc, les questions empiriques sont : Quelles sont les formes de comportement considérées dans le système social comme « inappropriées du point de vue du sexe », comment de tels comportements sont-ils interprétés, et quelles sont les conséquences de ces interprétations au niveau des réactions face aux individus perçus comme manifestant de tels comportements ?

  • 5  Le guide et les méthodes d’entretien ont été conçus et construits en concertation avec Aaron V. Ci (...)

8Dans une tentative préliminaire d’examiner ces questions, un guide d’entretien a été élaboré5 et administré à environ sept cent individus, la plupart d’entre eux étant des étudiants de premier cycle universitaire. L’échantillon n’était ni prélevé au hasard ni représentatif d’une population spécifique, et la possibilité de généraliser à partir des données d’entretien est limitée mis à part dans la mesure où cela concorde avec l’hypothèse précédemment énoncée selon laquelle le comportement homosexuel est uniformément défini, interprété, et négativement sanctionné. Les données d’entretien seront donc utilisées dans le but d’illustrer la théorie et la méthode de notre conception actuelle de la déviance et des réactions sociales.

9Les objectifs de l’entretien étaient triples : il devait documenter (1) les formes de comportements interprétées comme déviantes, (2) les processus par lesquels les personnes qui manifestent de tels comportements sont définies et (3) traitées comme déviantes. Ainsi, dans l’élaboration du guide d’entretien, ce que les personnes interrogées considéraient comme comportement « déviant », les interprétations de tels comportements, et les actions des sujets envers ceux perçus comme déviants, étaient traités comme des questions empiriques. Des étiquettes telles qu’alcoolique, illettré, enfant illégitime ou ancien prisonnier étaient envisagés comme des catégories utilisées par les personnes dans la vie de tous les jours pour classer les déviants, tandis que les formes comportementales par lesquelles elles identifient les individus comme déviants étaient traitées comme problématiques. « Déviant sexuel » était l’une des dix catégories de déviants à propos desquelles les sujets étaient interrogés pendant l’entretien. Parmi plus de sept cent sujets interrogés, soixante-quinze ont affirmé qu’ils avaient « connu » un homosexuel et ont répondu aux questions concernant leurs expériences avec de tels individus. Les données présentées plus bas sont tirées des protocoles d’entretien avec ce groupe de sujets.

10L’entretien se déroulait comme suit. On demandait au sujet « Avez-vous déjà connu quelqu’un qui était un déviant sexuel ? ». S’il demandait le sens de « déviant », on lui demandait de répondre à la question selon le sens auquel lui-même entendait le terme de « déviant sexuel ». Quand le sujet déclarait qu’il avait connu un déviant sexuel – un homosexuel dans le cas présent – selon sa définition du terme, on lui demandait de penser à la dernière fois qu’il avait rencontré une telle personne. On lui posait alors la question « Quand avez-vous remarqué (ou appris) pour la première fois que cette personne était un homosexuel ? », suivie de « Quelle était la situation ? Qu’avez-vous remarqué à son sujet ? Comment se comportait-il ? ». Cette série de questions était centrée sur l’interaction entre le sujet et le supposé déviant, pour obtenir une description de la situation ayant conduit le sujet à définir la personne comme homosexuelle. La description du comportement de la personne était systématiquement approfondie pour en clarifier les termes, en particulier lorsque celle-ci était interprétative plutôt que descriptive.

Manifestations d’homosexualité

11Les réponses à la question « Quand avez-vous remarqué (ou appris) pour la première fois que cette personne était un homosexuel ? » et les interrogations qui en ont découlé suggèrent que la « normalité » sexuelle d’un individu peut se trouver questionnée sur la base de deux grandes catégories de manifestations.

12(a) Des manifestations indirectes, sous la forme d’une rumeur, de l’expérience d’une connaissance avec l’individu en question communiquée plus tard au sujet, ou d’un ensemble d’informations générales présumées sur le comportement, les fréquentations et les prédilections sexuelles de l’individu, peuvent être l’occasion de le suspecter d’être « différent ». De nombreux sujets rapportent qu’ils ont pour la première fois « découvert » ou « su » que les individus en question étaient homosexuels par des informations livrées par d’autres, ou de « réputation ». Une telle information était généralement acceptée par les sujets sans vérification de leur part. En effet, l’information offrait une nouvelle perspective à leurs observations rétrospectives aussi bien que prospectives et à leurs interprétations des comportements de ces individus. La façon dont le ouï-dire affecte l’observation et l’interprétation est illustrée par la déclaration suivante d’un homme de trente-cinq ans, recruteur de l’armée :

I : Alors ce lieutenant était un homosexuel ?
S : Oui.
I : Comment avez-vous découvert cela ?
S : Le gars à qui il a fait des avances me l’a dit. Après ça, je l’ai observé. Notre compagnie était petite et nous avions un bar à la fois pour les soldats et les officiers. Il venait et essayait d’être amical avec un ou deux garçons en particulier.
I : Les autres officiers n’étaient-ils pas amicaux ?
S : Si bien sûr, ils venaient boire un verre à l’occasion ; certains d’entre eux étaient avec la compagnie depuis trois ans et ils pouvaient parfois te taper dans le dos, mais lui était trop amical.
I : Qu’entendez-vous par « trop amical » ?
S : Il n’était là que depuis une semaine. Il essayait de s’imposer auprès de quelques mecs – il passait plus de temps avec les soldats que ne le font habituellement les officiers.

13(b) Le sujet peut se baser sur l’observation directe du comportement de l’individu pour mettre en doute sa « normalité » sexuelle. Les descriptions de comportements que les sujets tiennent pour révélateurs de l’homosexualité varient fortement et sont souvent vagues. Le plus souvent, les comportements cités sont ceux « dont tout le monde sait » qu’ils sont typiques de l’homosexualité. Par exemple, un sujet masculin de vingt ans rapporte une rencontre avec un étranger dans un bar :

I : Que s’est-il passé au cours de votre conversation ?
S : Il m’a demandé si j’étais à la fac et je lui ai répondu oui. Alors il m’a demandé ce que j’étudiais. Quand je lui ai dit la psychologie, il s’est montré très intéressé.
I : Qu’entendez-vous par « intéressé » ?
S : Bon, vous savez, les pédés aiment ces choses qui ont à voir avec la psychologie.
I : Que s’est-il alors passé ?
S : Ah, attendez que je réfléchisse. Je ne sais pas trop comment mais nous sommes entrés dans une discussion sur la psychologie, et pour appuyer mon point de vue je lui ai demandé de choisir un domaine d’étude. Bon, il a paru réfléchir un long moment pour finir par dire « Ok, prenons l’homosexualité ».
I : Qu’en avez-vous pensé ?
S : Bon, du coup, j’ai bien compris que le gars était pédé et je me suis barré vite fait.

14Les réponses d’autres sujets suggèrent qu’un individu est particulièrement suspect quand il est observé se comportant d’une manière qui dévie des comportements communément adoptés par les membres du groupe auquel il appartient. Par exemple, avoir une activité sexuelle effrénée et intense est un comportement présumé communément adopté dans la Marine américaine. Quand un marin ne manifeste pas, même verbalement, son intérêt pour une telle activité, sa compétence de « mâle » peut être mise en doute. Un ingénieur de vingt-deux ans, récemment libéré de ses obligations militaires, répond à la question « Comment l’avez-vous appris ? » de la façon suivante :

« Tout à coup, tu deviens suspicieux. J’ai commencé à me poser des questions sur lui. Il ne s’adonnait pas aux activités auxquelles se livrent la plupart des marins durant leurs permissions. Vous savez, les filles et le bon temps. Ça ne l’intéressait jamais, alors qu’après un mois ou deux en mer, ça t’intéresse. Il n’était pas comme les autres marins et pourtant, c’était un militaire de carrière ».

15Bien que les réponses de nos sujets indiquent qu’il existe de nombreux gestes comportementaux dont « tout le monde sait » que ce sont des révélateurs de l’homosexualité chez les hommes, il n’existe que peu de gestes de ce type qui conduisent à soupçonner les femmes d’homosexualité. Ce qui suit est extrait d’un entretien avec une élève d’une université mixte, dont les remarques indiquent cette absence de révélateur précis, avant qu’elle n’étiquette une connaissance comme homosexuelle :

I : Quand est-ce que vous avez remarqué pour la première fois qu’elle était déviante ?
S : Je ne l’avais pas remarqué. Mais quand je l’ai vue pour la première fois en tout cas, j’ai trouvé qu’elle avait une apparence masculine.
I : Que voulez-vous dire ?
S : Oh, sa coupe de cheveux, ses gros sourcils. Elle était bâtie de manière plutôt costaud.
I : Quand exactement avez-vous pensé qu’elle avait une apparence masculine ?
S : C’est longtemps après [la première rencontre] que j’ai appris que c’en était « une ».
I : Comment définiriez-vous cela ?
S : Bon, une lesbienne. Je ne connais pas bien ces personnes-là. C’est ___ qui m’a dit ça sur elle.
I : Avez-vous remarqué quoi que ce soit d’autre à son sujet [lors de la première rencontre] ?
S : Non, parce que vraiment tu ne sais pas, à moins que tu recherches ces choses-là.

16Contrairement à l’apparence et aux gestes « efféminés » chez les hommes, l’apparence « masculine » chez les femmes est manifestement moins susceptible d’inspirer le soupçon ou l’imputation d’homosexualité. Les déclarations du sujet cité ci-dessus indiquent que bien que « l’apparence masculine » est un élément important de sa conception de la lesbienne, son importance ne lui est pas apparue avant qu’un tiers lui dise que la fille était homosexuelle. Les remarques d’autres sujets dans notre échantillon, qui déclarent avoir « connu » des femmes homosexuelles, révèlent une ambiguïté similaire dans leurs interprétations de ce qu’ils décrivent comme des révélateurs de déviance sexuelle.

17Il existe une troisième forme de manifestation par observation directe : les comportements que le sujet interprète comme étant des propositions ouvertement sexuelles. Les descriptions de telles propositions vont de ce que les sujets considèrent comme étant une manifestation indubitable de la déviance sexuelle de la personne, à des gestes ambigus sur lesquels ils ne se sont pas interrogés sur le moment. Ce qui suit est extrait d’un entretien avec un professeur de vingt-quatre ans, qui raconte une expérience dans une caserne de l’armée coréenne :

I : Quelles questions [l’homosexuel supposé] a-t-il posée ?
S : « Depuis combien de temps es-tu en Corée ? » et je lui ai répondu. « Que penses-tu de ces filles coréennes ? », ce à quoi j’ai répondu « Je les aime pas trop parce qu’elles sont sales ». J’ai pensé qu’il avait probablement le mal du pays et voulait parler avec quelqu’un. Je ne me souviens pas ce qu’il a dit après jusqu’à ce qu’il me dise « Elle fait combien la tienne ? ». Je lui ai répondu en disant « Je ne sais pas, autour de la moyenne je suppose ». Alors il a dit « Est-ce que je peux la toucher juste une fois ? ». Ce à quoi j’ai répondu « Dégage d’ici », et je l’ai poussé alors qu’il essayait de me toucher en même temps qu’il me posait la question.

18Dans un certain nombre d’entretiens, les déclarations des sujets indiquent qu’ils ont progressivement interprété l’évolution du comportement des déviants présumés comme inappropriée ou bizarre au cours de leurs interactions avec eux. Le lien entre ce comportement et leur jugement qu’une proposition sexuelle était faite, était fréquemment établi par la prise de conscience croissante des sujets du caractère déviant du comportement. Un sujet masculin de vingt-et-un ans se souvient de l’expérience suivante impliquant son coach de tennis du lycée, qui l’avait invité à dîner :

S : Donc, quand je suis arrivé, il a servi le dîner, et en y repensant – je ne l’avais pas remarqué sur le moment – mais je me souviens qu’il s’est comporté d’une manière efféminée. Enfin, il s’est levé pour changer de disque et il a attrapé certains de mes devoirs d’anglais. Alors il les a pris avec lui et il est venu s’asseoir à côté de moi. Il a commencé à m’expliquer certaines de mes erreurs tout en glissant ses bras autour de moi.
I : Diriez-vous que c’était fait de manière amicale ou autre chose ?
S : Bon, non, c’était juste un geste amical, il a mis son bras autour de mon épaule. Sur le moment je n’en ai rien pensé, mais alors qu’il continuait à m’expliquer mes erreurs, il a commencé à me frotter le dos. Puis il m’a demandé si je voulais un massage du dos. Alors j’ai dit « Non, je n’en ai pas besoin ». À ce moment-là j’ai commencé à penser qu’il se passait quelque chose de bizarre. J’ai alors dit que je devais partir…

L’imputation d’homosexualité

19Une fois obtenue une description détaillée des indices recueillis par le sujet concernant l’homosexuel supposé, on lui demandait « Qu’avez-vous fait de cela ? », pour obtenir des informations sur la façon dont il a interprété le comportement observé ou rapporté. Cette orientation du questionnement produisait des données sur le processus déductif par lequel le sujet relie son information sur l’individu à la catégorie déviante « homosexuelle ».

20Il ressort de manière générale des réponses données lors de ces entretiens que lorsque la « normalité » sexuelle d’un individu est mise en doute, par quelque forme d’indice que ce soit, l’imputation d’homosexualité est affirmée par interprétations rétrospectives du comportement du déviant, un processus par lequel le sujet réinterprète le comportement passé de l’individu à la lumière de la nouvelle information concernant sa déviance sexuelle. Ce processus est particulièrement évident dans les cas où la relation antérieure entre le sujet et l’homosexuel supposé était plus qu’une rencontre fortuite ou qu’une connaissance superficielle. Les sujets indiquent qu’ils ont revus leurs interactions passées avec les individus en question, recherchant des indices et des nuances de comportement subtils, pouvant offrir une preuve supplémentaire de la déviance supposée. Cette lecture rétrospective procurait généralement aux sujets suffisamment de preuves pour appuyer la conclusion que « c’était bien comme ça depuis le début ».

21Certains des sujets interrogés étaient eux-mêmes conscients de leurs interprétations rétrospectives pour définir les individus comme sexuellement déviants. Par exemple, une étudiante de deuxième cycle de vingt-trois ans déclare :

I : Pourriez-vous m’en dire plus à propos de cette situation ?
S : Bon, leur relation était suivie, même si je pense que c’est devenu une amitié maintenant, car je ne les vois plus ensemble comme avant ; je ne pense pas que ce soit encore une relation homosexuelle. Quand je les vois ensemble, elles ne semblent plus faire ouvertement les démonstrations d’affection qu’elles faisaient quand j’ai pris conscience de la situation pour la première fois.
I : Que voulez-vous dire par « ouvertement » ?
S : Bon, elles se tenaient la main dans des lieux publics.
I : Et qu’en pensiez-vous ?
S : Bon, je ne sais vraiment pas, car j’aime tenir les gens par la main moi aussi ! Je suppose que je n’avais en réalité pas vu cela comme étant directement lié à la situation. Ce que je veux dire c’est que si je n’avais pas vu cet autre incident [elle a vu les deux filles au lit ensemble], je n’aurais probablement pas vraiment fait attention à cela [le fait de se tenir par la main]… Bon, en fait, il y a plusieurs choses sur lesquelles je me suis posée des questions plus tard, auxquelles je n’avais pas vraiment beaucoup pensé… Je me souviens d’elle étant plutôt affectueuse avec moi plusieurs fois, quand nous étions ensemble dans notre chambre, comme le fait de poser son bras autour de mon épaule. Ou encore je me souviens d’une fois en particulier où elle m’avait demandé de l’embrasser. J’étais choquée sur le moment, mais j’avais ri comme si c’était une blague.

Les contextes interactionnels des réactions sociales

22Quand la description du comportement des déviants présumés et les interprétations par le sujet de ce comportement étaient obtenues, on demandait aux sujets « Qu’avez-vous fait alors ? ». Cette question visait à documenter les réactions sociales face au comportement déviant. Les formes de comportement en elles-mêmes ne différencient pas les déviants des non-déviants ; ce sont les réactions des membres conventionnels et conformes de la société qui, en identifiant et interprétant le comportement comme déviant, transforment sociologiquement les personnes en déviants. Ainsi, dans la conception de la déviance proposée ici, si le sujet observe le comportement d’un individu et le définit comme déviant, mais ne lui impose pas de traitement différentiel en conséquence de cette définition, l’individu n’est pas sociologiquement déviant.

23Les réactions des sujets face aux individus qu’ils définissent comme homosexuels vont du retrait immédiat de la scène de l’interaction et de l’évitement de rencontres ultérieures avec les déviants supposés, au maintien de la relation antérieure virtuellement non altérée par l’imputation de déviance. Les réponses suivantes à la question « Qu’avez-vous fait alors ? » illustrent la variation des sanctions dirigées vers les personnes définies comme homosexuelles.

Désapprobation explicite et retrait immédiat

24Parmi les réactions rapportées par nos sujets, la plus négativement connotée et clairement exprimée est celle du vétéran de la guerre de Corée déjà cité. Il est intéressant de noter qu’une réaction telle qu’une punition physique extrême contre des personnes définies comme homosexuelles, réaction qui est communément verbalisée par des hommes « normaux » comme un traitement approprié pour les « pédés », n’est rapportée par aucun des sujets. Quand la force physique est utilisée, c’est invariablement en réponse à des avances physiques directes du déviant, et même dans ce cas c’est relativement doux, ainsi : « Je l’ai poussé alors qu’il essayait de me toucher ».

Désapprobation explicite et retrait ultérieur

25Dans l’extrait suivant, un étudiant de vingt ans décrit une rencontre avec un homme qu’il a connu dans un café. Au cours de leur conversation, l’homme a avoué son homosexualité au sujet. Les deux hommes ont quitté le café et marché ensemble jusqu’à la station de métro.

I : Que s’est-il passé alors ?
S : Nous sommes allés vers le métro où il m’a proposé d’appeler un taxi et de me déposer à Times Square – à l’autre bout de la ville.
I : Avez-vous accepté, et qu’avez-vous pensé ?
S : Oui, j’ai pensé qu’il était juste très gentil et je n’ai eu aucune hésitation à prendre un taxi avec un homosexuel, car j’étais à peu près sûr que, dans la voiture, je pourrais me protéger de ses avances.
I : Que s’est-il passé alors ?
S : Au bout d’un petit moment, il a posé sa main sur mon genou et je l’ai rapidement enlevée en disant que ça ne me plaisait pas et que ça ne m’intéressait pas. Cependant, après un moment, il a posé sa main à nouveau. Cette fois je ne l’ai pas enlevée tout de suite parce que je voulais voir ce qu’il ferait. Eh bien, incroyable, il a frotté et caressé mon genou de la même façon que je l’aurais fait à une fille. Cette fois j’ai pris sa main et je l’ai frappé avec, au niveau de sa poitrine, lui demandant d’arrêter ça tout de suite. Enfin, nous sommes arrivés à Times Square et je suis descendu.

26Cet exemple et celui fourni par la réaction du vétéran de la guerre de Corée face à un comportement interprété comme des propositions ouvertement sexuelles, suggèrent que les sanctions appliquées en réaction à des personnes suspectées d’homosexualité, ou définies comme homosexuelles sur la base de preuves plus indirectes basées sur l’apparence, les « confessions », le ouï-dire, la réputation ou certaines associations, sont susceptibles de varier en une gamme encore plus large. En effet, les déclarations des sujets concernant leurs réactions face aux personnes soupçonnées d’être déviantes au vu de tels signes indiquent que la réaction moyenne est la désapprobation, communiquée de manière implicite plutôt qu’explicite, et la limitation des interactions ultérieures par retrait et évitement partiels. De plus, il doit être noté que bien que le retrait silencieux du sujet d’une relation établie avec un déviant supposé puisse représenter une désapprobation plus forte qu’une sanction contre un étranger communiquée explicitement et exécutée physiquement, l’indignation ou la révulsion morales n’est pas nécessairement communiquée au déviant. La relation préalable du sujet avec un supposé déviant, et les demandes de respect de la bienséance lors des interactions ultérieures, définissent la forme et l’intensité des sanctions appliquées. Ainsi, quand l’organisation quotidienne des activités du sujet le « force » à entrer en interaction avec le déviant, des expressions de désapprobation sont fréquemment limitées et atténuées par les règles de déférence et de comportement (Goffman, 1956). La citation qui suit en apporte une illustration.

Désapprobation implicite et retrait partiel

27La réaction d’une étudiante d’une université mixte âgée de vingt ans, face à une fille qu’elle tenait pour homosexuelle, a été exprimée de la façon suivante :

« Bon, je ne voulais pas être seule avec X [l’homosexuelle] parce que nous étions quatre dans deux chambres communicantes et je partageais ma chambre avec X. Même si j’apprécie cette fille et si je suis désolée pour elle, je savais qu’elle pouvait vraiment m’en faire baver. Du coup avec les autres, on a décidé que si elle et Y voulaient être homos, elles n’avaient qu’à le faire ailleurs que dans la chambre ».

Pas de désapprobation et relation maintenue

28Une réaction face aux homosexuels sur le mode « vivre et laisser vivre », telle que dans la déclaration précédente, n’était pas rare chez les sujets. Certains sujets non seulement affirment le droit de l’homosexuel de « vivre sa propre vie » mais aussi rapportent que leur connaissance de la déviance n’a eu que peu ou aucun effet sur leurs relations ultérieures avec les déviants. À cet égard, la réaction la plus modérée, si modérée qu’elle peut même être considérée comme une absence de réaction, était celle d’un étudiant de dix-neuf ans :

I : Quelle a été votre réaction à son égard ?
S : Mes réactions vis-à-vis de lui ont toujours été amicales parce qu’il se comporte lui-même comme une personne très amicale. Oh, et il a un sens de l’humour très agréable et je n’ai jamais été repoussé par quoi que ce soit qu’il ait dit. En réalité, je le trouve extrêmement intéressant car il semble avoir eu tellement d’expériences différentes…
I : Quand avez-vous vu cette personne pour la dernière fois ?
S : Hier soir… j’étais au restaurant et il est arrivé avec des amis… Il s’est juste arrêté pour nous saluer, aussi amical que habitude.
I : Que s’est-il passé en particulier après ça ?
S : En fait, rien. Il s’est assis avec ses amis et nous avons échangé quelques mots sur les disques qui passaient dans le juke-box. Mais rien, en fait…

29La signification théorique de ces données pour la conception de la déviance et de la réaction sociale présentée ici n’est pas que les données recueillies auprès des sujets sont d’une exactitude douteuse ou d’une pertinence discutable en tant que preuve de l’homosexualité. Ce n’est pas non plus que les interprétations qu’en font les sujets sont déraisonnables, injustifiées ou fausses. Elle suggère plutôt que les conceptions des personnes dans la vie quotidienne concernant les comportements « appropriés » ou « inappropriés du point de vue du sexe » peuvent les conduire à interpréter une diversité de formes comportementales comme des indices d’une même déviation, et les mêmes formes comportementales comme des indices de toutes sortes de comportements, aussi bien déviants que « normaux ». La « normalité » sexuelle d’un individu peut être rendue problématique par les interprétations ou réinterprétations de son comportement par les autres, et le processus interprétatif peut être activé par une large gamme de comportements situationnels qui prêtent à une nouvelle interprétation du comportement passé et présent de l’individu. Son comportement, quant à la façon de parler, les centres d’intérêts, les vêtements, les rendez-vous ou les relations avec les autres hommes n’ont pas grande importance dans le processus de définition du déviant. Les données suggèrent que la caractéristique décisive du processus de définition n’est pas le comportement des individus qui sont définis comme déviants, mais plutôt les interprétations que les autres font de ces comportements, quels que puissent être ces comportements.

30Faisant spécifiquement référence à l’homosexualité comme forme de comportement déviant, les données recueillies par les entretiens suggèrent que tandis que les réactions à l’égard des personnes définies comme homosexuelles ont tendance à être négativement connotées, elles sont loin d’être homogènes dans la forme ou l’intensité des sanctions appliquées. En effet, des réactions qui peuvent apparaître comme des sanctions négatives à l’observateur sociologue ou au déviant lui-même, tels que le retrait ou l’évitement, peuvent être des expressions de gêne, une répugnance à partager le fardeau des problèmes du déviant, une peur du déviant, etc., aussi bien que de l’indignation ou de la répulsion morale. Dans aucun des entretiens, les sujets ne réagissent avec une violence extrême, ne définissent explicitement ou n’accusent directement le déviant d’être un « pédé » [queer], une « folle » [fairy], ou autres termes d’opprobre, pas plus qu’ils n’engagent d’action légale contre le déviant. Au regard des sanctions négatives extrêmes qui sont envisagées sur le plan théorique, les réactions généralement modérées de nos sujets sont frappantes.

31La relative absence de sanctions extrêmes et exprimées de manière ouvertement négatives contre les homosexuels parmi nos sujets peut, bien sûr, être une conséquence du niveau d’éducation de notre échantillon, plus élevé que la moyenne. On peut supposer qu’un échantillon de sujets plus représentatif que celui interrogé dans l’étude préliminaire, c’est-à-dire ne comportant pas seulement des personnes hautement éduquées et de classe moyenne, reflèterait des tendances plus marquées vers de telles réactions négatives. Nous devons donc faire preuve de prudence avant de généraliser la gamme des réactions manifestées par nos sujets à la population générale. Il est également important de noter, cependant, que ces données indiquent que les réactions face aux homosexuels dans la société américaine ne sont pas sociales au sens où elles seraient uniformes au sein d’un segment limité ; mais plutôt qu’elles sont largement conditionnées par des facteurs subculturels aussi bien que situationnels. Ainsi, non seulement les processus par lesquels les personnes en viennent à être définies comme homosexuelles dépendent de l’interprétation de leur comportement par les autres, mais en outre, les sanctions imposées et le traitement accordé en conséquence de cette définition changent largement parmi les membres conventionnels de divers groupes subculturels.

  • 6  Pour une discussion de telles contingences, voir Lemert (1951, chapitre 4), et Goffman (1959).

32D’un point de vue plus large, ces données impliquent que la théorie sociologique de la déviance doit prendre explicitement en compte l’étendue et la gamme des conceptions qu’ont les personnes, les groupes et les institutions au sein de la société, de toute forme de comportement. La différenciation croissante des groupes, institutions et subcultures dans la société moderne génère une gamme continuellement changeante de choix et de tolérance de l’expression de comportements sexuels ou d’autres formes de comportements. En conséquence, il est difficile, sinon impossible, d’en déduire théoriquement un ensemble de prescriptions comportementales spécifiques qui seraient normativement soutenues, uniformément pratiquées et socialement appliquées plus largement que par un segment de la population totale. Dans de telles conditions, ce qui est d’une importance première pour l’étude de la déviance, ce n’est pas le fait que des individus s’engagent dans des comportements qui divergent de certaines « attentes institutionnelles » envisagées sur le plan théorique, ou même que de tels comportements sont définis comme déviants par les membres conventionnels et conformes de la société. Une théorie sociologique de la déviance doit se concentrer spécifiquement sur les interactions qui non seulement définissent les comportements comme déviants mais aussi organisent et activent l’application des sanctions par les individus, les groupes ou les institutions. Car dans la société moderne, la différenciation socialement significative entre déviants et population non-déviante est de plus en plus dépendante des circonstances liées aux situations, aux lieux, aux biographies sociales et personnelles, et des activités bureaucratiques organisées des agences de contrôle6.

Haut de page

Bibliographie

BENEDICT Ruth, « Continuities and Discontinuities in Cultural Conditioning », Psychiatry, vol. 1, n° 2, 1938, pp. 161-167.

COHEN Albert K., « The Study of Social Disorganization and Deviant Behavior », in MERTON Robert K., BROOM Leonard, COTTRELL Leonard S. (dir.), Sociology today, New York, Basic Books, 1959, pp. 465-466.

CORY Donald Webster, The Homosexual in America: a Subjective Approach, New York, Greenberg, 1951 [Édition française : L’homosexuel en Amérique, Paris, Pierre Horay – Éditions de Flore, 1952].

DAVIS Allison, « American Status Systems and Socialization of the Child », American Sociological Review, 6, 3, juin 1941, pp. 345-356.

GARFINKEL Harold, « Some Sociological Concepts and Methods for Psychiatrists », Psychiatric Research Reports, 6, octobre 1956, pp. 181-195.

GOFFMAN Erving, « The Nature of Deference and Demeanor », American Anthropologist, 58, 3, juin 1956, pp. 473-502.

GOFFMAN Erving, « The Moral Career of the Mental Patient », Psychiatry, 22, 2, mai 1959, pp. 123-142.

HOOKER Evelyn, « Sequences in Homosexual Identification », Meetings of the American Sociological Association, août 1960.

KARDINER Abram et al., Psychological Frontiers of Society, New York, Columbia University Press, 1945.

KIRKPATRICK Clifford, The Family, New York, Ronald Press, 1955.

LEMERT Edwin W., Social Pathology: a Systematic Approach to the Theory of Sociopathic Behavior, New York, McGraw-Hill, 1951.

MEAD Margaret, Sex and Temperament in Three Primitive Societies, New York, William Morrow, 1955.

MERTON Robert K., « Social Conformity, Deviation, and Opportunity-Structures: a Comment on the Contributions of Dubin and Cloward », American Sociological Review, 24, 2, avril 1959, pp. 177-189.

MERTON Robert K., Social Theory and Social Structure (Revised Edition), Glencoe, Free Press, 1957.

PARSONS Talcott, BALES Robert F., Family Socialization and Interaction Process, Glencoe, Free Press, 1955.

Haut de page

Notes

1  Une version antérieure de cet article a été lue lors des rencontres de l’American Sociological Association (Association américaine de sociologie) en 1960. J’ai profité des commentaires critiques et des suggestions d’Herbert R. Barringer, Aaron V. Cicourel, Sheldon L. Messinger et H. Jay Shaffer. Je suis redevable de l’aide précieuse apportée par Troy S. Duster pour l’analyse des données.

2  On trouve une exception notable dans le travail d’Edwin R. Lemert qui intègre systématiquement le concept de réaction sociale dans sa théorie du comportement sociopathe. Voir Lemert (1951).

3  Voir par exemple Parsons (1955, 103-105) ; Benedict (1938) ; Kardiner et al. (1945, 57, 88, etc.) ; Kirkpatrick (1955, 57-58) ; Mead (1955).

4  Ce principe a été suggéré par Harold Garfinkel. Voir Garfinkel (1956).

5  Le guide et les méthodes d’entretien ont été conçus et construits en concertation avec Aaron V. Cicourel.

6  Pour une discussion de telles contingences, voir Lemert (1951, chapitre 4), et Goffman (1959).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

KITSUSE John I., « Societal Reaction to Deviant Behavior: Problems of Theory and Method », Social Problems, 9, 3, hiver 1962, pp. 247-256.

Référence électronique

John I. Kitsuse, « Réactions sociales face aux comportements déviants : problèmes de théorie et de méthode [1962] », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/1806 ; DOI : 10.4000/gss.1806

Haut de page

Auteur

John I. Kitsuse

Sociologue (1923-2003)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org