Navigation – Plan du site
Textes

Homosexualité : la formulation d’une perspective sociologique [1967]

Homosexuality: the Formulation of a Sociological Perspective [1967]
William Simon et John H. Gagnon
Traduction de Christophe Broqua (avec la collaboration de Nathalie Paulme)

Résumés

L’homosexualité, comme d’autres formes de déviance sociale, est généralement analysée au moyen d’approches conceptuelles spécifiques, qui traitent trop souvent les formes de comportement non déviantes (hétérosexualité, comportement non criminel, comportement non suicidaire, etc.) comme des catégories résiduelles inexpliquées. Cette incapacité à établir un lien entre comportements ou rôles déviants et non déviants a donné lieu à une littérature qui exagère grossièrement la composante déviante dans la gestion du comportement et du rôle. Le déviant est souvent localisé dans un paysage social dépouillé de tout sauf de l’engagement déviant. Cet article considère l’homosexuel à partir d’un cadre conceptuel qui tient compte des processus de développement généraux ; il envisage l’homosexualité comme une catégorie hétérogène, indique la diversité des rôles homosexuels et non sexuels que l’homosexuel peut jouer, l’importance des transitions associées aux changements du cycle de vie et, en renversant l’approche habituelle, prend en considération la façon dont les rôles et les engagements non sexuels influencent les rôles et les engagements sexuels.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de l’homosexualité aujourd’hui, à l’exception de quelques exemples, rares et relativement récents, souffre de deux défauts principaux : elle est dominée par une vision simpliste et homogène des contenus psychologiques et sociaux de la catégorie « homosexuelle », et en même temps elle s’intéresse presque exclusivement à la plus difficile et la moins intéressante des questions, celle de l’étiologie. Alors que l’on tolère à titre d’exceptions les expérimentations homosexuelles vécues à l’adolescence, les personnes dont l’intérêt sexuel est orienté majoritairement, voire exclusivement, vers les personnes de même sexe sont perçues comme appartenant à une catégorie uniforme, dont le comportement adulte est nécessairement la conséquence et, en un sens, la reproduction de certaines expériences anciennes et déterminantes. C’est cette image de l’homosexuel qui prévaut aujourd’hui et qui constitue la principale préoccupation de la littérature psychiatrique et psychologique sur le sujet (Bieber, 1962).

  • 1  La réforme des lois sur la sexualité dans l’État de l’Illinois a fait partie d’une réforme général (...)
  • 2  Personnage central de Proust dans À la recherche du temps perdu, soupçonné d’homosexualité (N.d.T.(...)

2Outre le fait que le contact sexuel entre personnes de même sexe, y compris passé l’âge du consentement, est illégal dans 49 des 50 États américains, l’homosexuel subit le poids d’un autre fardeau, qui est le lot ordinaire du déviant dans toute société1. Le processus d’étiquetage et de stigmatisation du comportement non seulement facilite le travail des institutions en créant des catégories délimitées d’acteurs déviants tels que le « voleur » ou l’« agresseur d’enfant » comme le suggère Sudnow, mais il crée également l’image de vastes catégories d’acteurs déviants fonctionnant tous à partir des mêmes motivations et des mêmes origines étiologiques (Sudnow, 1965). L’homosexuel, comme la plupart des personnes fortement étiquetées (que l’étiquette soit positive ou négative), voit tous ses actes mesurés à l’aune de son homosexualité. Ainsi, l’activité créative de l’auteur dramatique ou du peintre qui se trouvent être homosexuels est interprétée au vu de leur homosexualité plutôt qu’à travers les règles artistiques et les conventions de la forme d’art particulière dans laquelle ils œuvrent. Les pièces du dramaturge sont scrutées afin d’y détecter toute trace d’une Albertine2 et les tableaux du peintre le sont à travers l’usage excessif ou déficient d’imagerie phallique ou de dents vaginales.

  • 3  Le travail de Bieber (1962) représente la plus récente de ces explorations analytiques, dont le pr (...)

3C’est le constat de ce souci presque obsessionnel de l’origine de l’état de l’adulte homosexuel qui a motivé en grande partie notre intérêt pour les croyances et les attitudes relatives aux homosexuels. Quels que soient les éléments spécifiques qui façonnent une théorie étiologique, la recherche de l’étiologie a ses propres conséquences sur la méthodologie de recherche et la construction des théories sur les comportements. Dans le cas de l’homosexualité, ceux qui vont au delà des explications situant les racines du comportement homosexuel dans les caractéristiques biologiques – c’est-à-dire au niveau des gènes ou du système hormonal – se retrouvent avec des explications étiologiques localisant l’origine de l’homosexualité dans la structure de la famille et ses dysfonctionnements (Kinsey, 1941 ; Kallman, 1952, 1963 ; Money, 1963). Les plus irrésistibles de ces théories sont finalement celles qui reposent sur la psychologie freudienne, pour laquelle ce phénomène, comme la structure de la personnalité humaine dans son ensemble, plonge ses racines au niveau des relations pathologiques entre les parents et leurs enfants3.

4À la suite de nos travaux préliminaires et de ceux d’autres chercheurs, tels que Hooker (1966), Reiss (1961), Leznoff, Westley (1956), Achilles (1967) et Schofield (1965), nous voudrions proposer quelques considérations alternatives concernant la complexité du cycle de vie de l’homosexuel, les rôles qui en marquent diverses étapes et le type de forces, à la fois sexuelles et non sexuelles, qui affectent l’individu. Nous pensons que pour savoir comment on devient homosexuel, il est nécessaire de disposer d’une théorie adéquate expliquant comment on devient hétérosexuel ; c’est-à-dire que l’on ne peut chercher à expliquer l’homosexualité d’une certaine manière et considérer simplement l’hétérosexualité comme une vaste catégorie résiduelle regroupant « tous les autres ». L’explication de l’homosexualité peut attendre que soit d’abord expliquée la catégorie d’adaptation de référence.

5De plus, d’un point de vue sociologique, les causes originelles n’ont que peu d’importance pour comprendre les modèles d’homosexualité observables dans une société. Tout comme l’étudiant en médecine qui se tourne vers cette profession pour de nombreuses raisons et dont le comportement professionnel acquiert un caractère homogène grâce aux expériences vécues dans l’école plus que du fait des causes profondes de son choix professionnel, les modèles de l’homosexualité adulte résultent des structures et des valeurs sociales qui entourent l’homosexuel après qu’il est devenu ou qu’il ait commencé à se concevoir comme homosexuel, plutôt que des causes originelles et fondamentales (Becker, 1964 ; Becker et al., 1961).

6Le choix d’objet sexuel de l’homosexuel a fini, nous semble-t-il, par dominer et contrôler l’image que nous avons de lui, et nous avons laissé cet aspect particulier de son expérience globale de vie apparaître comme déterminant l’ensemble de ses intérêts, productions et activités. Cette préoccupation prédominante des non-homosexuels pour l’aspect purement sexuel de la vie de l’homosexuel ne trouverait aucune place si nous nous intéressions à l’hétérosexuel. La seule présence d’une déviance sexuelle semble donner à la composante sexuelle de la vie une importance écrasante. Les homosexuels, du reste, diffèrent profondément les uns des autres au niveau du degré auquel leur engagement homosexuel devient le principe organisateur de leurs vies. Il s’agit ici d’une question complexe, moins susceptible d’être expliquée par des circonstances originelles que par les conséquences de l’engagement homosexuel lui-même.

7Même avec le changement relativement récent du cadre normatif disponible pour penser l’homosexualité – c’est-à-dire le passage d’une rhétorique du péché à une rhétorique de la santé mentale –, la prépondérance du facteur sexuel reste évidente. Ce changement lui-même peut avoir une importance majeure dans la façon dont on se comporte avec les personnes homosexuelles ; en même temps, la rhétorique de la santé mentale occasionne aussi une compréhension incorrecte de l’homosexualité. Cependant, on peut voir une avancée dans le fait que le principe de l’homme optimum, qui caractérisait les écrits relevant tant de la morale que des débuts de la santé mentale, se trouve progressivement supplanté par une littérature s’intéressant aux caractéristiques psychologiques nécessaires pour qu’une personne survive d’une manière ou d’une autre au sein de systèmes sociaux ou de situations sociales spécifiques (Jahoda, 1955 ; Redlich, 1957). Dans notre monde post-freudien, les blessures psychiques sont considérées de plus en plus comme allant de pair avec la condition humaine et, comme l’observe un important théoricien psychiatre, rares sont ceux qui survivent à la relation à leurs parents sans de telles blessures (Kubie, 1957). Le problème devient alors de savoir si, confrontées à des situations sociales courantes, ces blessures deviennent trop coûteuses pour l’individu ou pour la communauté environnante. Cette tendance à la re-conceptualisation de la santé mentale s’est accompagnée d’une conception plus modeste des objectifs que doivent atteindre les hommes ; des questions plus pragmatiques prennent le pas sur des objectifs trop vagues et quelque peu utopiques : l’individu est-il indépendant ? Gère-t-il ses affaires sans l’intervention de la police ou des autorités du domaine de la santé mentale, toujours plus nombreuses ? Dispose-t-il de sources adéquates de soutien social ? D’un répertoire de sources de satisfaction positivement équilibré et adéquatement développé ? A-t-il appris à s’accepter ? Ce sont des questions que nous apprenons à poser au sujet de presque tous les hommes, mais les homosexuels font partie des exceptions. Dans presque tous les cas, la présence de l’homosexualité est considérée comme un début de preuve d’une psychopathologie majeure. Quand l’hétérosexuel répond aux définitions minimales de la santé mentale, il est disculpé ; l’homosexuel reste suspect, quelle que soit la qualité de ses adaptations dans les domaines non sexuels de la vie.

Tableau 1 : Incidence déclarée des difficultés sociales selon le niveau d’éducation et l’exclusivité de l’engagement homosexuel

Études secondaires

Études supérieures

Homosexuel exclusif

Homosexuel et hétérosexuel

Homosexuel exclusif

Homosexuel et hétérosexuel

 %

 %

 %

 %

Problèmes avec :

Police

31

22

24

17

Famille d’origine

25

16

19

11

Travail

10

8

7

8

(N)

(83)

(83)

(283)

(101)

  • 4  L’homosexualité intensive est définie ici par au moins 51 rapports et/ou un rapport avec au moins (...)

8Des tableaux tirés de l’étude d’un groupe de 550 hommes blancs ayant une expérience homosexuelle intensive, interviewés par Kinsey et ses associés en dehors d’un cadre institutionnel, suggèrent que la plupart des homosexuels s’en sortent assez bien, voire remarquablement bien, si l’on considère la nature stigmatisée et, en fait, criminelle de leurs intérêts sexuels4. Dans ce groupe, entre 75 % et 80 % déclarent n’avoir eu aucun problème avec la police, cette proportion variant selon le caractère exclusif ou non de l’engagement homosexuel et le niveau d’études (tableau 1). De même, les problèmes avec la famille d’origine tendent à apparaître dans une double relation avec le niveau d’éducation et le degré d’engagement homosexuel, les moins éduqués et les plus homosexuels déclarant davantage de difficultés. Seulement 10 % environ du groupe déclarent des problèmes au travail en raison de leur homosexualité, et moins de 5 % à l’école. Parmi ceux qui ont eu une expérience militaire, seulement un cinquième déclare des difficultés dans ce milieu. Dans le monde militaire, probablement plus que dans la vie civile, l’homosexualité représente une difficulté qui efface toute autre évaluation faite de la personne.

9Nous ne voulons pas dire que la vie homosexuelle n’est pas une source potentielle de démoralisation, de désespoir et de haine de soi. Au contraire, comme dans la majorité des carrières déviantes, il existe un potentiel important de développement de psychopathologies individuelles. Ce potentiel est suggéré par d’autres aspects des mêmes données. Environ la moitié des hommes ont déclaré qu’au moins 60 % de leurs partenaires étaient des personnes avec lesquelles ils n’avaient eu qu’une seule relation sexuelle. Entre 10 % et 20 % ont déclaré qu’ils recherchaient souvent leurs partenaires sexuels dans des gares, et une proportion plus grande encore a déclaré rechercher des contacts similaires dans d’autres lieux publics ou semi-publics. Entre un quart et un tiers a déclaré avoir été volé et agressé par un partenaire sexuel, la plus grande partie d’entre eux ayant eu exclusivement des rapports homosexuels. Enfin, entre 10 % et 15 % ont déclaré avoir été victimes de chantage en raison de leur homosexualité (tableau 2).

Tableau 2 : Aspects négatifs d’une carrière homosexuelle selon le niveau d’éducation et l’exclusivité de l’engagement homosexuel

Études secondaires

Études supérieures

Homosexuel exclusif

Homosexuel et hétérosexuel

Homosexuel exclusif

Homosexuel et hétérosexuel

 %

 %

 %

 %

60 % ou plus de partenaires sexuels avec qui il n’a eu qu’une seule relation sexuelle

49

43

51

45

Recrute souvent ses partenaires dans des gares publiques

19

18

17

7

A déjà été agressé

37

26

34

29

A déjà été victime de chantage

16

6

12

15

(N)

(83)

(83)

(283)

(101)

10Les résultats révèlent d’autres signes d’aliénation et de difficultés. Pour deux cinquièmes des répondants, la plus longue relation homosexuelle a duré moins d’un an, et pour environ un quart des répondants, il n’y avait eu de baiser que dans un tiers ou moins de leurs contacts sexuels. De plus, environ 30 % ont déclaré n’avoir jamais eu de relation sexuelle à leur domicile. Au total, deux cinquièmes de ces hommes indiquent d’importants sentiments de regret à propos du fait d’être homosexuel, donnant comme raisons la peur de la désapprobation sociale ou du rejet de la part de la société, l’incapacité de vivre l’expérience d’une vie de famille conventionnelle, des sentiments de culpabilité ou de honte, ou la crainte de problèmes éventuels avec la loi. Il conviendrait d’analyser ces chiffres plus en détail et il faudrait également prendre en considération certaines incertitudes quant aux biais liés à l’échantillon. Cependant, notre sentiment est que ces proportions ne seraient pas considérablement différentes si l’on explorait davantage ces facteurs. Ces données suggèrent donc une personnalité dépersonnalisée, une nature pulsionnelle ou compulsive de l’activité sexuelle chez de nombreux homosexuels, qui ne peut être considérée que comme extrêmement coûteuse pour eux.

11De manière évidente, la recherche d’une vie homosexuelle – comme la plupart des formes de déviance – rend l’ajustement social plus problématique qu’il ne l’est pour les membres d’une population conventionnelle. Il est essentiel de comprendre que les conséquences de ces pratiques sexuelles ne sont pas nécessairement directement fonction des pratiques en question. En outre, il est nécessaire de se départir du souci obsessionnel de la sexualité de l’individu, et d’essayer de voir l’homosexuel au travers des choix plus larges qu’il doit développer pour vivre dans le monde qui l’entoure. Comme l’hétérosexuel, l’homosexuel doit faire face aux problèmes inhérents au fait d’être membre d’une société ; il doit trouver du travail, apprendre à vivre avec ou sans sa famille, être engagé ou non dans la vie politique, trouver un groupe d’amis avec lesquels parler et vivre, occuper son temps libre de manière utile ou frivole, gérer tous les problèmes ordinaires ou inhabituels liés au contrôle des impulsions ou à la satisfaction personnelle, et socialiser d’une manière ou d’une autre ses intérêts sexuels.

12Il existe une diversité rarement remarquée dans le cycle de vie de l’homosexuel, à la fois en ce qui concerne la résolution de problèmes humains généraux et les caractéristiques particulières du cycle de vie lui-même. Non seulement il existe autant de façons d’être homosexuel que de façons d’être hétérosexuel, mais en plus l’individu homosexuel, au cours de sa vie quotidienne, rencontre autant de choix et autant de situations de crise que l’hétérosexuel. Il est beaucoup trop facile de laisser l’étiquette, une fois apposée, suggérer que les difficultés en matière de transition de rôle et de crises de l’identité sont l’illustration probante de défauts étiologiques préexistants auxquels elles seraient donc facilement attribuables.

13On peut prendre ici pour exemple la phase de l’homosexualité nommée « coming out », lorsque l’individu reconnaît son identité homosexuelle et explore la communauté homosexuelle pour la première fois. À ce moment-là, la levée des doutes inhibiteurs libère fréquemment une grande quantité d’énergie sexuelle. Durant cette période, les contacts sexuels sont souvent recherchés de manière quasi indiscriminée et avec plus d’ardeur que de précaution. Cette phase est comparable à celle de la « lune de miel » chez l’hétérosexuel, lorsque le coït devient légitime et est énergiquement recherché. Cette fréquence élevée de coïts matrimoniaux diminue cependant lorsque le jeune couple se voit contraint de jouer son rôle au sein du système social. De même, durant la « lune de miel » homosexuelle, de nombreux individus commencent à apprendre des façons d’exprimer un choix d’objet homosexuel qui procurent une satisfaction, sans être nécessairement directement sexuelles et sans impliquer les organes génitaux.

14C’est au cours de cette période que de nombreux homosexuels traversent une crise de féminité, c’est-à-dire qu’ils s’extériorisent de manière quelque peu efféminée dans des espaces relativement publics ; et certains, de façon transitoire, portent des vêtements féminins, ce que l’on appelle dans l’argot homosexuel « sortir en femme » [going in drag]. Durant cette période, l’un des principaux aspects de la masculinité – c’est-à-dire le renforcement non sexuel des statuts masculins par les femmes – est abandonné, et le cœur même de l’identité masculine est sérieusement remis en question, ce qui n’a rien de surprenant. Cette crise est encadrée en partie par la culture homosexuelle ; les personnes qui sont déjà dans cette phase servent de modèle à ceux dont l’engagement homosexuel est plus récent. Quelques-uns maintiennent cet engagement pseudo-féminin, d’autres apparaissent déguisés en prostituées féminines auprès d’hommes, et d’autres encore embrassent des carrières de transformistes. Cette période d’ajustement pourrait être plus largement répandue si le comportement féminin des hommes, en dehors de rôles professionnels nettement délimités, n’était pas négativement sanctionné. Ainsi, pour la plupart des homosexuels, ce genre de comportement correspond généralement à une expérimentation transitoire, qui porte la trace de l’attitude « camp » ; ces formes expressives sont plus souvent le reflet de la vie culturelle de la communauté homosexuelle que des besoins fondamentaux de l’individu. Étant donné que cette période de désorganisation personnelle et de troubles de l’identité est en même temps fortement visible pour l’ensemble de la société, les théories de l’homosexualité qui expliquent son étiologie par l’échec de l’identification sexuelle s’emparent de cette féminité comme d’une preuve. C’est à ce stade du cycle de vie que l’homosexuel est le plus susceptible de suivre une psychothérapie, et c’est souvent interprété comme une preuve par des théories reposant sur un échantillon biaisé des façons d’être homosexuel.

15Dans notre société orientée vers la jeunesse, l’homosexuel a en commun avec l’hétérosexuel une autre crise du cycle de vie : la crise du vieillissement. Si la société américaine accorde une valeur extraordinairement positive à la jeunesse, la communauté homosexuelle, elle, met un accent encore plus grand sur cette caractéristique fugace. En général, l’homosexuel dispose de peu de ressources avec lesquelles affronter cette crise. L’hétérosexuel a ses enfants et sa carrière pour s’assurer une projection dans l’avenir et une femme dont la disponibilité sexuelle compense le choc du déclin de l’attractivité sexuelle. De plus, la crise du vieillissement intervient plus tard chez l’hétérosexuel, à un âge où sa puissance sexuelle a décliné et où ses attentes relatives à la sexualité sont considérablement réduites. La gestion du vieillissement par l’homosexuel n’est pas très bien connue, mais il y a, à ce stade de la vie, une série de manifestations comportementales (symptômes) concomitantes à cette transition dramatique, qui sont interprétées à tort comme des aspects globaux de l’homosexualité. Ici, comme avec le « coming out », il est important de noter que la plupart des homosexuels, même s’ils disposent de moins de ressources que les hétérosexuels, s’emploient à gérer cette période avec un relatif succès.

  • 5  Ernest W. Burgess fait cette distinction dans son article « The Sociologic Theory of Psychosexual (...)

16Il existe un élément central qui sous-tend ces enjeux et la gestion de la carrière homosexuelle : l’existence d’une communauté homosexuelle complexe qui, pour certains, sert simplement de marché sexuel, mais qui, pour d’autres, est un espace propice aux amitiés, aux opportunités diverses, à la détente et à l’expansion des bases de la vie sociale. Une telle communauté est composée d’institutions à la fois formelles et informelles qui permettent de rencontrer d’autres personnes et de poursuivre, à un degré choisi par l’individu, un mode de vie homosexuel. À minima, la communauté procure une source de soutien social, car elle est l’un des rares lieux où l’homosexuel peut bénéficier d’une validation positive de l’image qu’il a de lui-même. Bien que la communauté occasionne davantage de comportements féminins ou « camp » que ne le voudraient certains, le comportement « camp » peut très bien être considéré, dans un sens plus large, comme l’expression des caractéristiques de la communauté homosexuelle, même si ses membres ne l’adoptent pas tous de la même manière. Plus encore, le comportement « camp » peut aussi être considéré comme une forme de communication interpersonnelle caractéristique des comportements intra-communautaires, qui sera abandonnée par la plupart des individus au cours de leurs interactions avec le reste de la société. La communauté sert d’espace de médiation pour la sexualité, en procurant une situation dans laquelle chaque individu a les moyens de connaître et d’évaluer ses pairs et, ce qui est plus important, de convertir le comportement sexuel en conduite sexuelle5. Dans la mesure où la communauté rend ces comportements disponibles pour l’homosexuel, elle permet une dilution des pulsions sexuelles en apportant une satisfaction sociale qui ne soit pas directement sexuelle. En conséquence, l’homosexuel qui a accès à cette communauté est mieux protégé d’une expression impulsive de sa sexualité par rapport à l’homosexuel n’ayant, pour modérer ses pulsions sexuelles, que la connaissance et la crainte des prohibitions de la société.

  • 6  Pour des descriptions des contenus d’autres subcultures déviantes, voir Finestone (1957) ; Becker (...)
  • 7  La communauté homosexuelle aide à réduire certaines tensions, essentiellement en formant des indiv (...)

17Il faut souligner qu’à la différence des subcultures ethniques ou professionnelles, la communauté homosexuelle – comme d’autres sub-communautés déviantes – a un contenu très limité6. Cela s’explique par le fait que les membres de la communauté n’ont souvent que leur comportement sexuel en commun. Ainsi, alors que la communauté peut réduire le problème de l’accès aux partenaires sexuels et diminuer la culpabilité en procurant une structure de valeurs partagées, cette structure est souvent beaucoup trop limitée pour transcender d’autres domaines dont les systèmes de valeurs discordent. Le serveur et le professionnel exerçant en libéral, ayant fait des études supérieures, le WASP et le Noir habitant dans les bas quartiers : tous peuvent se retrouver dans le contexte de relations sexuelles, mais la similarité de leurs intérêts sexuels n’efface pas certaines barrières sociales et culturelles7. L’élément important, c’est que la communauté homosexuelle constitue déjà en elle-même une unité culturelle appauvrie. Cet appauvrissement, cependant, peut n’être que partiellement limitatif, puisqu’il ne contraint la plupart de ses membres à y participer que sur une base limitée, réduisant leur anxiété et leurs conflits dans la sphère sexuelle et optimisant ainsi la qualité de leur performance dans d’autres aspects de la vie sociale.

18Nous avons brièvement énuméré, plus haut, certains des problèmes généraux auxquels l’homosexuel – tout comme l’hétérosexuel – doit faire face ; et notamment gagner sa vie, avoir un logement, gérer les relations familiales, etc. À ce stade, nous devons examiner certains d’entre eux plus en détail.

19Premièrement, le problème le plus essentiel : gagner sa vie. Au départ, les variables qui s’appliquent à l’ensemble de la population active s’appliquent généralement aussi aux homosexuels. Pour ces derniers, viennent s’ajouter les conditions particulières imposées par la définition sociale de l’engagement homosexuel comme déviant. Il est important de noter que les activités professionnelles des homosexuels couvrent une gamme assez large de métiers. Les différences entre les activités professionnelles exercées peuvent être conceptualisées selon un certain nombre de dimensions, certaines relevant classiquement de la sociologie des professions, tandis que d’autres reflèteraient la situation particulière des homosexuels. Par exemple, l’une des dimensions est le degré d’implication professionnelle, c’est-à-dire le degré auquel l’activité professionnelle, ou toute autre activité la complétant, est définie comme intrinsèquement gratifiante. Ce qui est évidemment très différent selon que la personne exerce une profession libérale, est greffier ou manœuvre à l’usine. Le degré auquel le monde du travail pénètre d’autres aspects de la vie va de pair avec cette problématique. L’implication professionnelle joue très probablement un rôle contraignant sur la carrière homosexuelle, notamment durant la phase d’expression impulsive associée au « coming-out », de même qu’elle sert de source alternative d’investissement pendant la « crise du vieillissement ». Il faut par ailleurs considérer le problème des conséquences d’un engagement déviant visible. Pour certaines activités professionnelles, la révélation de l’homosexualité serait clairement un désastre – par exemple dans le cas de l’instituteur, du pasteur ou de l’homme politique, pour ne citer qu’eux. Il existe d’autres professions où la révélation ou les soupçons d’intérêts homosexuels auraient soit peu de conséquences, soit – bien que cela soit rare – des conséquences positives. Il semble évident que la question cruciale de l’anxiété et de la dépersonnalisation dans la conduite de l’activité sexuelle peut être assez directement liée à cette variable.

20Une seconde série de questions pourrait porter sur les effets d’un engagement sexuel déviant sur l’activité professionnelle elle-même. Dans certains cas, l’effet peut être extrêmement négatif, dans la mesure où les activités homosexuelles peuvent générer irresponsabilité et irrégularité. Ces éléments peuvent découler en partie de caractéristiques plus généralement associées au célibat : un détachement vis-à-vis du schéma familial conventionnel et, concernant la sexualité, une quête permanente de satisfaction qui se trouve régularisée essentiellement par le mariage. Parmi les exemples que l’on peut donner de ces comportements : trop de nuits tardives passées dehors, trop d’alcool bu dans trop de bars et une certaine inconstance au niveau de la condition émotionnelle. D’un autre côté, plusieurs effets positifs peuvent être observés. Le détachement vis-à-vis des exigences de la vie domestique libère l’individu en lui permettant de se consacrer davantage non seulement à la satisfaction de ses attentes sexuelles, mais aussi à son travail. De plus, la capacité de certains emplois à faciliter l’activité homosexuelle – tels que certains emplois marginaux, sous-rémunérateurs ou de cols blancs – sert de compensation aux bas salaires ou aux opportunités limitées de promotion. Il pourrait émerger quelques modèles simples ou cohérents de ce type de considération, mais il demeure une surdétermination de l’élément sexuel dans l’étude de l’homosexuel, reposant sur notre répugnance initiale à considérer ces questions, à la fois complexes et banales.

21De même, si la plupart des homosexuels ont à gagner leur vie, ils doivent également réussir à s’entendre avec leur famille la plus proche. Il n’existe pas d’élément tangible suggérant que, chez les homosexuels, la proportion de ceux pour qui la famille est importante diffère de celle que l’on observe chez les hétérosexuels. Les différences importantes résident plutôt dans la façon dont les relations sont gérées et, encore une fois, dans les conséquences qu’elles ont sur d’autres aspects de la vie. Ici aussi, on pourrait s’attendre à des variations considérables parmi lesquelles : attitude de rejet, relation maintenue dans l’ignorance de l’homosexualité, connaissance de l’homosexualité réprimée rituellement, connaissance et acceptation de l’homosexualité. Cela s’avère plus complexe car plusieurs modèles peuvent être applicables en même temps, selon les différents membres de la constellation familiale. Ici encore, il n’est pas déraisonnable de supposer un degré de variation considérable dans la façon de gérer un engagement homosexuel suivant la variabilité de ces facteurs. Cependant, la littérature ne fait presque jamais référence à ce genre de relations. Curieusement, dans la littérature psychiatrique, où la mère et le père jouent des rôles cruciaux dans la formation d’un engagement homosexuel, elles ont tendance à briller par leur absence dans les considérations relatives à la gestion des carrières homosexuelles.

22Ces propositions de réflexion pourraient être étendues à un grand nombre d’autres domaines. Considérons-en un de plus : la religion. Il n’existe pas d’indice manifeste que la variable de la religion (à la fois comme identification et comme qualité de religiosité) ne joue un rôle important dans le développement des engagements homosexuels. Cependant, elle joue clairement, ou peut clairement jouer, un rôle dans la gestion de cet engagement. Ici, comme dans d’autres sphères de la vie, nous devons être prêts à envisager des relations complexes, interactives, plutôt que fixes, statiques. La capacité de l’homosexuel à ramener son homosexualité dans un cadre acceptable pour l’ordre moral, tel qu’il est affiché par les institutions qui l’entourent mais aussi selon sa propre vision de cet ordre, est cruciale pour sa capacité à « s’accepter ». Il semblerait que le fait de considérer l’homosexualité dans le cadre d’une définition religieuse corresponde à la façon dont cette question doit être envisagée seulement une partie du temps, et pour une partie seulement de la population homosexuelle. À d’autres moments et pour d’autres homosexuels, il serait plus approprié de renverser la question et de chercher à inclure la religiosité dans la définition homosexuelle. Le besoin de damnation (ce sentiment rare d’être le mal incarné) et le besoin de rédemption (dans le sens de pouvoir à nouveau appartenir à la « bonne société ») varieront vraisemblablement en fonction des différentes étapes du cycle de vie, des différentes manières d’être homosexuel et des environnements différenciés pour la représentation de l’engagement homosexuel. Et la compréhension que nous avons de la relation entre les deux aspects suggère que, plutôt que nous interroger sur l’orientation religieuse de l’homosexuel et sur la manière dont elle reflète son homosexualité, nous devons aussi apprendre à nous demander comment son homosexualité exprime son engagement envers le religieux.

23Les objectifs d’une approche sociologique de l’homosexualité consistent donc à commencer par définir les facteurs – à la fois individuels et situationnels – qui prédisposent un homosexuel à suivre l’une des voies homosexuelles plutôt qu’une autre, expliquer les contingences qui façonneront la carrière ainsi engagée, et mettre au jour les modèles de vie dans leurs aspects banals aussi bien que dans ceux qui paraissent exotiques. Alors seulement commencerons-nous à comprendre l’homosexuel. Cet objectif de recherche nous conduira inévitablement – bien que sous un angle particulier – jusqu’à ces matrices complexes au sein desquelles la plupart des comportements humains sont façonnés.

Haut de page

Bibliographie

ACHILLES Nancy, « The Development of the Homosexual Bar as an Institution », in GAGNON John H., SIMON William (dir.), Sexual Deviance, New York, Harper & Row, 1967, pp. 228-244 [Traduction française dans ce numéro : « Le développement du bar homosexuel comme institution » : http://gss.revues.org/index1743.html].

BECKER Howard S., Outsiders : Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press, 1963 [Édition française : Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié, collection Leçons de choses, 1985].

BECKER Howard S., « Personal Change in Adult Life », Sociometry, 27, 1, mars 1964, pp. 40-53.

BECKER Howard S., GEER Blanche, HUGUES Everett C., Boys in White: Student Culture in the Medical School, Chicago, University of Chicago Press, 1961.

BIEBER Irving et al., Homosexuality: a Psychoanalytic Study, New York, Basic Books, 1962.

BRYAN James H., « Apprenticeships in Prostitution », Social Problems, 12, 3, hiver 1965, pp. 287-297.

BURGESS Ernest W., « The Sociologic Theory of Psychosexual Behavior », in HOCH Paul H., ZUBIN Joseph (dir.), Psychological Development in Health and Disease, New York, Grune and Stratton, 1949, pp. 227-243.

FINESTONE Harold, « Cats, Kicks, and Color », Social Problems, 5, 1, juillet 1957, pp. 3-13.

GAGNON John H., SIMON William (dir.), Sexual Deviance, New York, Harper & Row, 1967.

HOOKER Evelyn, « The Homosexual Community » (1962), in PALMER James O., GOLDSTEIN Michael Joseph (dir.), Perspectives in Psychopathology: Readings in Abnormal Psychology, New York, Oxford University Press, 1966, pp. 354-364.

JAHODA Marie, « Toward a Social Psychology of Mental Health », in ROSE Arnold M. (dir.), Mental Health and Mental Disorder, New York, Norton, 1955, pp. 556-577.

KALLMAN Franz J., « Comparative Twin Study on the Genetic Aspects of Male Homosexuality », Journal of Nervous and Mental Disease, 115, 1952, pp. 283-298.

KALLMAN Franz J., « Genetic Aspects of Sex Determination and Sexual Maturation Potentials in Man », in WINOKUR George (dir.), Determinants of Human Sexual Behavior, Springfield, Charles C. Thomas, 1963, pp. 5-18.

KINSEY Alfred C., « Criteria for a Hormonal Explanation of the Homosexual », The Journal of Clinical Endocrinology, 1, 5, mai 1941, pp. 424-428.

KUBIE Lawrence, « Social Forces and the Neurotic Process », in LEIGHTON Alexander H., CLAUSEN John A., WILSON Robert N. (dir.), Explorations in Social Psychiatry, New York, Basic Books, 1957, pp. 77-104.

LEZNOFF Maurice, WESTLEY William A., « The Homosexual Community », Social Problems, 3, 4, avril 1956, pp. 257-263 [Traduction française dans ce numéro : « La communauté homosexuelle » : http://gss.revues.org/index1778.html].

MONEY John, « Factors in the Genesis of Homosexuality », in WINOKUR George (dir.), Determinants of Human Sexual Behavior, Springfield, Charles C. Thomas, 1963, pp. 19-43.

REDLICH Frederick C., « The Concept of Health in Psychiatry », in LEIGHTON Alexander H., CLAUSEN John A., WILSON Robert N. (dir.), Explorations in Social Psychiatry, New York, Basic Books, 1957, pp. 138-164.

REISS Albert J., « The Social Integration of Queers and Peers », Social Problems, 9, 2, automne 1961, pp. 102-120 [Traduction française dans ce numéro : « La rencontre entre les délinquants et les pédés » : http://gss.revues.org/index1797.html].

SCHOFIELD Michael, Sociological Aspects of Homosexuality: a Comparative Study of Three Types of Homosexual, London, Longmans, 1965.

SOWLE Claude, A Concise Explanation of the Illinois Criminal Code of 1961, Chicago, B. Smith, 1961.

SUDNOW David, « Normal Crimes: Sociological Features of the Penal Code in a Public Defender Office », Social Problems, 12, 3, hiver 1965, pp. 255-276.

Haut de page

Notes

1  La réforme des lois sur la sexualité dans l’État de l’Illinois a fait partie d’une réforme générale du code pénal en 1961. Sur la manière dont la réforme des lois s’est traduite pour les fonctionnaires de la police, voir Sowle (1961).

2  Personnage central de Proust dans À la recherche du temps perdu, soupçonné d’homosexualité (N.d.T.).

3  Le travail de Bieber (1962) représente la plus récente de ces explorations analytiques, dont le principal résultat indique que dans un groupe soigneusement sélectionné d’homosexuels masculins se trouvait une large proportion d’hommes dont les mères pouvaient être décrites comme étant fortement protectrices et proches d’eux, et les pères détachés et hostiles. Selon son raisonnement, les mères ont spécialement choisi d’offrir à ces enfants une surprotection et un comportement séducteur. Dans le processus d’éducation de l’enfant, l’intérêt sexuel est à la fois suscité et ensuite bloqué par la punition de ses manifestations comportementales. En raison des liens particuliers qui unissent la mère à l’enfant, le père est écarté de l’interaction familiale, hostile à l’enfant, et ne parvient pas à devenir une source d’attachement masculin.

Malgré son caractère plutôt attrayant et convaincant, cette théorie souffre de défauts considérables. Elle suppose qu’il existe nécessairement une relation entre le développement de la masculinité ou de la féminité et celui de l’hétérosexualité ou de l’homosexualité. Elle repose sur l’hypothèse selon laquelle les homosexuels jouent des rôles qui sont explicitement fondés sur le modèle hétérosexuel, et que ces rôles sont bien définis et répandus. Cette confusion des dimensions du choix d’objet sexuel et de la masculinité ou la féminité repose sur deux erreurs complémentaires. La première est que les activités sexuelles proprement physiques de l’homosexuel sont souvent caractérisées comme passives (lire féminines) ou actives (lire masculines) et que ces activités physiques sont interprétées comme des homologues directs des modèles complexes de masculinité et de féminité. La seconde source de confusion repose sur les deux situations dans lesquelles l’homosexualité est le plus facilement observée. L’une est la prison, où les caractéristiques de l’homosexualité tendent à se fonder plus fidèlement sur les modèles de l’hétérosexualité dans la communauté extérieure, mais où les sources et le caractère du comportement sont mis au service de fins différentes. La seconde situation est celle de l’homosexualité publique caractérisée par une gestuelle féminine ostentatoire qui est devenue un stéréotype de l’homosexualité. Cela ne veut pas dire que de telles croyances sur la nature de l’homosexualité de la part de la majorité hétérosexuelle n’influencent pas le comportement de l’homosexuel. Cependant, le fait que les stéréotypes persistent ne signifie pas qu’ils jouent un rôle dans l’étiologie des comportements qu’ils prétendent expliquer.

Un autre problème majeur que posent les théories étiologiques de l’homosexualité basées sur la structure de la famille est la difficulté que l’on retrouve dans toutes les théories qui dépendent des souvenirs que l’individu a de son enfance et qui en appellent à lui pour un témoignage non seulement à propos de lui-même, mais aussi à propos de ses parents. Nous vivons dans un monde post-freudien et même la personne possédant la « culture psychologique » la plus limitée utilise à foison les termes de répression, d’inhibition, de complexe d’Œdipe et d’angoisse de castration. La rhétorique de la psychanalyse a pénétré la culture comme conséquence d’un processus que l’on pourrait qualifier de démocratisation de la santé mentale. L’une des leçons de l’existentialisme est que nos biographies ne sont pas des formes arrêtées mais sont sujettes à révisions, à élision, et autres formes de montages subtils basés sur notre position dans le cycle de vie, notre auditoire, et le masque que nous portons à un moment donné. En effet, pour bon nombre de personnes, le récit du passé et le passé réel deviennent tellement mêlés que seul existe le présent. Les recherches récentes sur les pratiques d’éducation des enfants suggèrent que deux ans après les événements majeurs de l’éducation, le sevrage et la formation à la toilette, les mères ne parviennent plus à se souvenir précisément de leurs conduites antérieures et ressemblent en cela fortement au Dr Spock. Il est important de souligner que les individus ne modifient pas toujours leur passé pour améliorer leur image au sens conventionnel du terme. Souvent, le patient en psychothérapie travaille très dur pour faire ressortir toujours plus d’éléments d’autodénigrement afin de bien montrer au thérapeute que lui, le patient, travaille vraiment dur et recherche vraiment les véritables motifs de sa situation.

4  L’homosexualité intensive est définie ici par au moins 51 rapports et/ou un rapport avec au moins 21 hommes.

5  Ernest W. Burgess fait cette distinction dans son article « The Sociologic Theory of Psychosexual Behavior ». Burgess écrit : « Pour parler précisément, les diverses formes de débouchés sexuels pour l’homme ne sont pas des comportements, ce sont des conduites. La conduite est le comportement tel qu’il est prescrit ou évalué par le groupe. Il ne s’agit pas seulement de comportements observables externes, mais de comportements qui expriment une norme ou une évaluation ».

6  Pour des descriptions des contenus d’autres subcultures déviantes, voir Finestone (1957) ; Becker (1963) ; Bryan (1965).

7  La communauté homosexuelle aide à réduire certaines tensions, essentiellement en formant des individus des classes défavorisées aux styles de vie des classes moyennes voire à certains rôles professionnels des classes moyennes, dans une mesure bien supérieure à ce que beaucoup de gens n’imaginent. En revanche, pour ceux chez qui l’homosexualité devient la principale expérience autour de laquelle leur vie s’organise, il peut se produire une mobilité descendante concomitante au fur et à mesure que diminuent l’engagement dans des systèmes de rôles plus larges que ceux de la communauté homosexuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

SIMON William, GAGNON John H., « Homosexuality: the Formulation of a Sociological Perspective », Journal of Health and Social Behavior, 8, 3, septembre 1967, pp. 177-185.

Référence électronique

William Simon et John H. Gagnon, « Homosexualité : la formulation d’une perspective sociologique [1967] », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n° 1 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1838 ; DOI : 10.4000/gss.1838

Haut de page

Auteurs

William Simon

Sociologue (1930-2000)

Articles du même auteur

John H. Gagnon

Sociologue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org