Navigation – Plan du site
Dossier
Textes

« Comme à l’époque de Suzie Wong ». Les mutations du red-light district de Wan Chai

“Like in Suzie Wong's Days”: The Transformations of Wan Chai's Red-Light District
Nicolas Paris

Résumés

Le roman exotique Le monde de Suzie Wong et ses nombreuses adaptations immortalisent le red-light district de Wan Chai à Hong Kong à la fin des années 1950, mettant en scène marins américains, expatriés de l’Empire britannique et prostituées hongkongaises. Aujourd’hui, avec la mondialisation, Wan Chai est fréquenté par des migrantes de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. Pourtant, le red-light district est toujours associé dans la presse et les guides de voyage à « l’époque de Suzie Wong ». Ces représentations sociales révèlent les mutations d’un red-light district en un quartier de divertissement adulte, historique et pittoresque et la marchandisation d’une « pratique de l’exotisme ».

Haut de page

Texte intégral

1Le succès du roman exotique Le monde de Suzie Wong est à l’origine de la popularité auprès des expatriés d’un « quartier chaud » de Hong Kong, Wan Chai. Ecrit en 1957, alors que Hong Kong était encore un territoire de l’empire britannique, le roman figure un exotisme typiquement colonial à travers la relation interethnique entre un peintre anglais et une prostituée hongkongaise dans un bordel du red-light district. Il a fait l’objet de nombreuses adaptations populaires (pièces, film) aux Etats-Unis et en Angleterre entre 1958 et 1961. Suzie Wong est toujours associée à un certain exotisme colonial. De nouvelles adaptations culturelles (livres, pièces, ballet) sont produites à Hong Kong et la presse multiplie les références au personnage, plusieurs décennies après le succès du roman. Les guides de voyage occidentaux évoquent à travers cette figure littéraire le mythe d’un âge d’or de la débauche, ce qui rend le quartier d’autant plus pittoresque.

2La mondialisation des échanges a entrainé la mutation de l’activité du red-light district. Les prostituées hongkongaises et les marins représentés dans le roman ont laissé place à des migrantes de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est et une clientèle cosmopolite de cadres à haut revenu disponible. Depuis la financiarisation de l’économie hongkongaise dans les années 1970-1980, la ville émerge progressivement au sein de l’archipel des villes mondiales (McDonogh, Wong, 2005, 91-97). La constitution d’un capital humain de haut niveau est devenue l’un des principaux objectifs du marketing urbain et du développement de l’économie du tourisme et des loisirs. Ces dynamiques occasionnent une différenciation des formes de contrôle des espaces prostitutionnels. Certains quartiers, comme le red-light district de Wan Chai, sont confortés comme des espaces de divertissement nocturne qui attirent une large clientèle de touristes et d’expatriés par une offre diversifiée de bars et de restaurants avoisinant les lieux de rencontre. À l’inverse, dans d’autres espaces, l’activité prostitutionnelle qui ne s’inscrit pas dans ce schéma est fortement réprimée.

  • 1  Le terme « race » est utilisé ici pour décrire les représentations racialisantes ; la notion d’eth (...)

3La mondialisation des échanges se traduit également en termes de représentations sociales. Alors que les pratiques au sein du red-light district se renouvellent, les représentations de l’exotisme se diffusent à travers le personnage de Suzie Wong, présent dans la presse, les guides de voyage et les adaptations culturelles. L’activité prostitutionnelle du quartier est ainsi entretenue et les constructions de genre et de « race »1 figurés dans le roman reproduites. L’exotisme, comme discours, présente ainsi un caractère performatif : il a la capacité de réaliser ce qu’il décrit (Austin, 1970) et se construit dans la répétition.

4Cet article propose d’interroger le rôle structurant des représentations sociales de l’exotisme dans la transformation du red-light district de Wan Chai en quartier festif de l’économie de la nuit. On s’intéressera dans un premier temps à la construction de l’exotisme dans le roman Le monde de Suzie Wong, ainsi qu’aux représentations sociales du personnage principal. Ces représentations sont étudiées à partir d’une analyse de contenu dans un quotidien hongkongais anglophone entre 1993 et 2007. Elles sont très souvent contingentes avec la réalité perçue ou figurée du red-light district de Wan Chai. Cette analyse de contenu est ensuite articulée à la mutation des représentations de cet ancien quartier « louche » devenu aujourd’hui « branché », historique et authentique. La référence au personnage de Suzie Wong dans les guides de voyage occidentaux institue le caractère pittoresque du quartier. Enfin, la troisième et dernière partie analyse la convergence des conditions sociales qui rendent possible l’activité prostitutionnelle au sein du red-light district, en termes de stratégies migratoires et de contrôle administratif.

  • 2  Les archives en ligne ne comprennent malheureusement pas les documents iconographiques, dont l’étu (...)

5Ce travail s’appuie notamment sur une analyse de contenu dans l’un des trois quotidiens entièrement anglophones de Hong Kong (The South China Morning Post), l’étude d’une dizaine de guides de voyage et un travail de terrain de 7 mois non continus entre avril 2007 et mai 2008 (Paris, 2008). Le travail de terrain comprend une ethnographie détaillée d’un des lieux de rencontre du red-light district. Les archives de presse utilisées ont été consultées en ligne sur l’ensemble de la période disponible, du 1er janvier 1993 au 1er janvier 20082. Le corpus final qui a été analysé est constitué d’environ 350 articles.

De l’exotisme à (re)vendre

Les constructions raciales et genrées dans Le monde de Suzie Wong

6À la fin des années 1950, dans un contexte marqué par la guerre froide et la décolonisation, le roman présente l’Empire britannique à Hong Kong comme décadent et menacé. L’ordre colonial qui subsiste transparait dans le racisme d’une partie des expatriés de la colonie britannique qui perçoivent le métissage comme une menace pour leur suprématie sociale. Parce qu’il fuit la compagnie des expatriés, le peintre Robert Lomax décide de loger dans un hôtel du quartier populaire chinois de Wan Chai, à la recherche d’un lieu d’inspiration authentique. L’hôtel se révèle être un bordel fréquenté par des marins occidentaux et des prostituées hongkongaises ; Robert y rencontre Suzie Wong.

7Dans la narration, l’interdit moral du métissage se confond avec l’interdit sexuel. Le conservatisme des expatriés est présenté comme un défaut pur et simple de désir sexuel, un complexe, une frustration, en somme un déséquilibre de la personnalité. À l’inverse, la transgression que constitue le désir de Robert pour les femmes indigènes figure autant l’expression libre d’une sexualité équilibrée qu’un juste progressisme social qui s’oppose à l’ordre colonial obsolète. Inhibé par le tabou de la relation interethnique, Robert transgresse d’abord symboliquement l’interdit moral à travers la peinture, qui est l’expression de sa puissance sexuelle. L’acte de peindre des femmes indigènes figure la définition et le contrôle de leur sexualité, par opposition avec celle des femmes expatriées (Stella dans les extraits suivants) qui demeure incontrôlable :

« La puissance créatrice est d’origine sexuelle et ce n’était certes pas par hasard que je préférais peindre les Malaises, tout comme d’autres artistes se plaisent à faire des nus. (Un peintre qui prétend que le corps féminin ne l’intéresse que d’une façon abstraite raconte des histoires. Autant peindre des coussins). Les filles indigènes éveillaient en moi des sentiments que, faute de pouvoir exprimer ouvertement, je traduisais comme je pouvais sur la toile et qui donnaient à mes œuvres le peu de mérite qu’on pouvait leur reconnaître. Stella n’avait jamais rien éveillé de tel. » (Mason, 1958, 24).
« Elle se précipita sur son peigne, sa poudre, son rouge et pendant qu’elle se pomponnait, je me sentais bouillir de rage. J’avais envie de lui crier :
– Petite sotte ! Espèce d’imbécile vaniteuse ! Petite garce idiote ! Tu ne comprends donc pas pourquoi je peins les Malaises ? Tu ne vois pas la différence ? Tu ne vois pas qu’elles possèdent une candeur que tu as perdue ? » (Mason, 1958, 23).

8La sophistication des femmes occidentales représente une sexualité, quand bien même serait-elle orientée en faveur de la reproduction de la construction normative du genre, qui se soustrait à toute réappropriation. À l’opposé, les femmes indigènes seraient authentiques. La candeur constitue une distance qui permet de nier leur propre sexualité pour la définir en conformité avec un idéal hétéronormatif (Marchetti, 1993, 119-124). Cet idéal normatif s’exprime dans l’ensemble du discours sur le sexe que constitue la trame de la narration, notamment à travers une conception moralisante et essentialiste de la prostitution :

« J’avais une grande affection pour ce lieu et plus encore pour les filles, car s’il était exact que leur profession, l’offrande perpétuelle de leur corps à des matelots de passage, était essentiellement dégradante, je n’avais jamais cessé d’admirer avec quelle obstination elles parvenaient à surmonter leur déchéance ; elles n’avaient abandonné ni leurs manières délicates, ni leur sensibilité, ni leur fierté et c’était pour moi une source d’étonnement perpétuel que de voir fleurir, sur un sol aussi stérile que la prostitution, de telles fleurs de générosité, de tendresse, de gentillesse et d’amour. Et ce n’était pas seulement chez Suzie que j’avais constaté cette innocence du cœur. » (Mason, 1958, 203).

9La sexualité idéalisée projetée sur les indigènes est à la fois hyper-exaltée, disponible et contrôlable :

« Devant moi, il y avait un matelot et une petite Chinoise à qui l’Occident avait visiblement fait perdre tous ses complexes asiatiques. Ils s’embrassaient à bouche que veux-tu. » (Mason, 1958, 214).

10La construction de cette sexualité idéalisée s’opère aussi par contraposée, en désignant les pratiques qui s’opposent à l’idéal normatif construit à travers les personnages du livre :

« Betty Lau était une de ces filles, plus communes d’ailleurs en Occident qu’en Chine, qui savent compenser leur frigidité par un débordement de sexualité apparente. Il émane d’elles une sorte d’excitation perpétuelle, elles donnent l’impression qu’elles ne sauraient résister à la tentation et elles mènent les hommes par le bout du nez, faisant miroiter leurs appas… jusqu’à la porte de la chambre, et puis elles poussent des cris scandalisés et se prétendent offensées. Des allumeuses. » (Mason, 1958, 216).

11Le « sexe » est construit dans le roman comme un point imaginaire par lequel « chacun doit passer pour avoir accès à sa propre intelligibilité […], à la totalité de son corps […], à son identité […] », il fonctionne comme « signifiant unique et comme signifié universel » (Foucault, 1976, 204-205) :

« J’éteignis et je pus voir la silhouette de Suzie se détacher sur un fond de ciel, l’immense ciel de Chine. Elle glissa hors de son cheongsam [en italique dans le texte, robes chinoises popularisées en Occident notamment par le film Le monde de Suzie Wong]. Sa chevelure tomba en avant quand elle se pencha pour ôter ses bas. Elle vint me rejoindre dans le lit. Son corps était frais, inconnu et personne ne l’avait jamais touché, parce qu’un miracle l’avait purifié. Et je me dis que cet instant était le premier du monde, le commencement de tout, celui où deux imparfaites moitiés allaient former un tout admirable. » (Mason, 1958, 184).

12Le roman de Mason figure dans sa narration ce que Judith Butler a montré dans Trouble dans le genre : l’identité genrée se construit à travers la répétition stylisée d’actes (Butler, 2006, 265), représentée dans la narration par l’acte de peindre qui est la projection d’un idéal normatif de genre. La différence ethnique, par la distance qu’elle implique selon les expatriés, rend possible cette projection. Cette prise de pouvoir symbolique réalise la construction fantasmée du sujet masculin à travers le « sexe » et la transgression sociale du métissage.

  • 3  « L’exotisme » s’apparente à une partie de la définition multiple de l’orientalisme d’Edward Said (...)

13« L’exotisme »3 est ici la construction discursive et imaginaire d’une altérité qui satisfait le besoin de projection d’un idéal normatif, en l’occurrence un idéal de genre. « L’exotisme » est une modalité de la construction discursive historique du « sexe » envisagé comme « l’élément le plus spéculatif, le plus idéal, le plus intérieur aussi dans un dispositif de sexualité que le pouvoir organise dans ses prises sur les corps, leur matérialité, leurs forces, leurs énergies, leurs sensations, leurs plaisirs » (Foucault, 1976, 205).

Les traces du mythe

14Le roman de Mason a fait l’objet de nombreuses exploitations commerciales dans l’industrie du spectacle. Un an après sa publication, le livre est adapté à Broadway (New York), puis, en 1959, dans un théâtre de Londres où la pièce bat un record de longévité4. L’année suivante, le scénario est repris par un studio de production hollywoodien qui en fait un film à grand budget. Nancy Kwan, l’actrice principale originaire de Hong Kong, est au centre d’une campagne de promotion importante (magazines, télévision)5. Le film produit 7,5 millions de dollars de recettes, ce qui le classe à la 7ème place du box-office américain en 1961. Ces diverses adaptations du livre au début des années 1960 s’inscrivent dans le contexte particulier aux Etats-Unis d’un intérêt populaire pour l’Extrême-Orient, qui se manifeste à travers le succès de certaines productions culturelles et l’explosion du tourisme américain dans la région (Rubin, 2010, 123-146).

15Gina Marchetti, pour sa part, replace la production du film dans le contexte de la formation d’une image de l’Asie et des asiatiques dans le cinéma hollywoodien de 1915 à 1986 (Marchetti, 1993, 1-8). Elle évoque le « mythe du chevalier blanc », le « mythe de l’Orient » et le « mythe de la féminité », pour décrire la « fantaisie occidentale » de projection dans l’altérité construite d’une femme d’un idéal ethnique et genré (ibid., 108-124). La référence au mythe pour décrire « l’exotisme » suppose son « itérabilité » et sa performativité (Derrida, 1972, 389-390). « L’exotisme », comme construit historique, fait sens auprès d’un nombre significatif de personnes ; il en est d’autant plus reproduit et réalisé.

  • 6  Salvatore Adamo – « Je suis seul », Alain Bashung – « Cendrillon de Chinatown ».

16« L’itérabilité » de « l’exotisme » et de l’ensemble des mythes véhiculés dans la narration du livre de Mason et de ses adaptations se mesure très concrètement par la variété des emprunts commerciaux dont le personnage de Suzie Wong a fait l’objet. Par exemple, dans certaines chaînes d’hypermarchés français, l’une des principales marques de plats cuisinés d’inspiration asiatique porte un nom proche de celui du personnage (Suzi Wan). Suzie Wong a également donné son nom à diverses boîtes de nuits, bars et restaurants dans le monde entier (New York, Pékin, Bangkok, Taipei, Amsterdam, Phuket, Moscou, Karachi…), plusieurs artistes, une marque espagnole de prêt-à-porter vendue dans une quinzaine de pays, des collections de lingerie et, ce qui est plus étonnant, une espèce de plante (la fougère « Suzi Wong »). On compte également plusieurs adaptations musicales. En 1961, année de la sortie du film en France, la chanteuse yé-yé d’origine vietnamienne Tiny Yong met en scène son « asianité » sur son premier album dans une reprise de la bande originale intitulée Le monde de Suzie Wong. Les chanteurs reggae Jacob Miller et Nicodemus évoquent chacun une relation interethnique sur leur titre, respectivement, « Suzy Wong » (1975) et « Suzie Wong » (1986). On trouve également des références à Suzie Wong dans une chanson d’Alain Bashung (1977) et une autre de Salvatore Adamo (2005)6.

17L’analyse qualitative des occurrences du mot-clé « Suzie Wong » dans trois quotidiens nationaux américains (The Los Angeles Times, The New York Times et The Washington Post) entre 1957 et 2009 montre que les représentations qui lui sont associées ne dépassent pas le contexte des produits culturels dont le personnage est issu, notamment l’actualité des acteurs du film, de la pièce et de l’auteur du livre. Après les années 1960, aucun autre produit culturel associé au personnage ne bénéficie d’une visibilité importante dans la presse américaine.

Nombre d’occurrences annuel du mot-clé « Suzie Wong » (publicités exclues)

18Par contre, les productions artistiques directement inspirées du roman de Mason se sont multipliées à Hong Kong depuis le début des années 2000, avec des ballets en 2001 (Yuri Ng, A Brave New World of Suzie Wong) et 2006 (Stephen Jefferies, Suzie Wong), une pièce de théâtre en 2007 (Kat Cooper, The Real Suzie: A Tribute to Suzie Wong, Sex Workers in Hong Kong), ainsi que plusieurs romans (notamment Sebastian Gerard, For Goodness Sake: the Afterlife of Suzie Wong, 2008et Leon Pang, Suzie, 2010).

  • 7  « Umber in lap of long distance telecoms », The South China Morning Post, 28/08/02.
  • 8  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/199 (...)
  • 9  « This day in history », The South China Morning Post, 25/09/2000.
  • 10  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.
  • 11  PATTEN Chris, « Our great protector », The South China Morning Post, 10/03/1995.
  • 12  SINCLAIR Kevin, « Squaring up to leisure issues », The South China Morning Post, 25/09/1995.
  • 13  ARMSDEN Mark, « Steak-out your territory », The South China Morning Post, 02/07/1995.

19On peut constater un pic du nombre d’occurrences annuels du mot-clé Suzie Wong les années de production de certaines de ces adaptations (par exemple les ballets en 2001 et 2006) dans le quotidien de Hong Kong en langue anglaise The South China Morning Post. Cependant, une analyse des contingences de ces articles sur la période 1993 et 2009 montre que la référence à Suzie Wong dépasse très largement le contexte des productions culturelles. Il est souvent fait référence à Suzie Wong de manière ponctuelle et métaphorique, en y associant des contenus très divers. La référence au personnage est notamment utilisée par analogie avec des personnes, par exemple une « Suzie Wong cherchant des marins »7 est une prostituée de Wan Chai. Le personnage peut également qualifier un lieu (le red-light district de Wan Chai) ou un espace-temps (Wan Chai ou Hong Kong au cours des années 1960). Ainsi, Wan Chai a été « longtemps synonyme de Suzie Wong »8 et le red-light district actuel est toujours qualifié de « zone Suzie Wong de Wan Chai »9. Selon un journaliste du quotidien, « pour beaucoup de monde, Wan Chai est synonyme de Suzie Wong, la fille de bar fictive du bestseller de Richard Mason »10. Le « Hong Kong de Suzie Wong » est celui des « épidémies dans les bidonvilles, [des] ouvriers dans la pauvreté », par opposition à la « cité des gratte-ciels d’aujourd’hui »11. Enfin, l’image de Suzie Wong est utilisée pour évoquer une époque, les années 1960, sans qu’il soit forcément question de Wan Chai ou de la prostitution. Certains auteurs parlent ainsi de « l’ère à laquelle le livre Le monde de Suzie Wong a été écrit »12 ou des « jours Suzie Wong »13.

20La nature, le nombre et la fréquence de ces métaphores et des productions culturelles dérivées sont révélateurs d’un processus d’ancrage, de « l’enracinement social de la représentation et de son objet » (Jodelet, 1997, 375). Le système de représentations associées au personnage de Suzie Wong structure les interactions symboliques dans un champ social donné. L’analyse détaillée des occurrences montre que, dans un nombre significatif de cas, la référence à Suzie Wong en dehors du contexte du roman ou de ses adaptations est associée à la réalité perçue ou figurée de l’activité du red-light district de Wan Chai.

Représentations et mutations d’un red-light district

Du quartier « louche » au quartier de divertissement nocturne

21Une analyse de contenu des articles du quotidien The South China Morning Post publiés entre 1993 et 2007 qui font référence au red-light district de Wan Chai révèle un changement significatif dans la manière dont le quartier est perçu.

  • 14  « A case of too little too late ? », The South China Morning Post, 28/11/1993.
  • 15  HUGHES Mark, « Police fear backlash in Wan Chai », The South China Morning Post, 04/12/1993.
  • 16  WALLIS Belinda, « Consulate moves to protect bar girls », The South China Morning Post, 08/02/1993 (...)
  • 17  DELFINO Brian, « $10 ‘con’ a Wan Chai bonanza », The South China Morning Post, 20/12/94.
  • 18  FINLAY Victoria, « Licence ban for ‘rip-off’ girlie bar », The South China Morning Post, 25/02/199 (...)
  • 19  CHEUNG Ida, « Soldiers disorderly in public », The South China Morning Post, 20/01/1994.
  • 20  HUGHES Mark, « Tattoo parlours ‘pose AIDS risks’« , The South China Morning Post, 04/10/1993.

22Beaucoup d’articles publiés entre 1993 et 1994 associent le red-light district à la mafia de Hong Kong. Après le meurtre de « l’un des plus violents gangsters des rues de Hong Kong », responsable d’une guerre des gangs à Wan Chai14, la police craint de nouveaux incidents dans le quartier15. Les établissements du red-light district, dancings et bars à hôtesses, font l’objet de contrôles fréquents de l’administration16. Des bars à hôtesses arnaquent leurs clients et sont qualifiés de « pièges financiers de Lockhart Road »17, l’un d’entre eux perd sa licence de vente d’alcool et est accusé par le police d’« [avoir] donné à Wan Chai – et Hong Kong – une mauvaise réputation »18. Le quartier est le théâtre de bagarres fréquentes impliquant des soldats et marins britanniques, ainsi que des clients dans les dancings, les bars à hôtesses ou les rues du red-light district19. Les établissements de tatouage et de piercing sont insalubres, y compris le plus populaire d’entre eux, et on risque d’y attraper le sida ou l’hépatite B20.

  • 21  PARRY Simon, « Doubts cast over story of $20,000 beer in Wan Chai » The South China Morning Post, (...)
  • 22  « Talkback », The South China Morning Post, 26/09/06.

23L’image du red-light district change radicalement par la suite. Bien que la presse rapporte toujours quelques affaires criminelles isolées, les articles qui présentent implicitement ou explicitement le red-light district comme risqué sont beaucoup moins nombreux et concentrés après 1994. Après 1999, il n’y a quasiment plus d’article qui associe le quartier à la mafia. L’entité gouvernementale qui promeut le tourisme à Hong Kong, le Hong Kong Tourism Board (HKTB) estime d’ailleurs, au sujet des bars à hôtesses du red-light district, que « la grande majorité sont respectables et honnêtes »21. Un nombre croissant d’articles évoquent explicitement la mutation du quartier en un lieu incontournable de la vie nocturne hongkongaise avec la multiplication des bars chics. Selon une lectrice du journal The South China Morning Post, Wan Chai est « un microcosme florissant de Hong Kong », qui peut être transformé en une destination touristique, à condition de nettoyer son « côté débauché », car « les nombreux magasins, bars chics et restaurants qui s’alignent maintenant le long de Lockhart et Jaffe Road reflètent tous la saveur et l’atmosphère de ce qu’est Hong Kong »22.

  • 23  « Upstart to challenge trend-setter », The South China Morning Post, 14/08/1994.
  • 24  Source : HKTB, http://www.discoverhongkong.com/france/dining/nightlife-wanchai.html, consulté le 1 (...)
  • 25  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.
  • 26  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/199 (...)

24Une association joue un rôle majeur dans cette transition, la Wan Chai Association. Cette dernière regroupe plus de soixante restaurants et bars du quartier avec des membres de l’administration du district. Selon le chef exécutif de l’association, « la réputation de débauche de Wan Chai n’est plus méritée », mais « la riche histoire du quartier est un atout majeur », « l’aspect red-light de Wan Chai est devenu pittoresque ». Toujours selon lui, « il n’y a plus tant que ça de prostitution. Cela semble s’être déplacé à Mongkok ou Tsim Sha Tsui [des quartiers plus chinois de la ville] ». Il ajoute ensuite qu’il n’a jamais eu de contacts avec les triades, pour autant qu’elles soient concernées23. Le Hong Kong Tourism Board relaie cette stratégie, à travers ses guides et brochures, en insistant notamment sur la « variété des pubs, discothèques et bars à hôtesses [de Wan Chai], [qui] peut satisfaire tous les goûts […] »24. Le premier bar à s’être introduit dans « le monopole des bars à filles » s’est installé en 198625. Le second bar ne s’installe qu’à partir de 199426, ce qui indique que la diversification de l’offre en restaurants et bars au sein du red-light district est postérieure au milieu des années 1990. En 2008, les bars et restaurants attirent une clientèle large de hongkongais et d’expatriés, des hommes et des femmes, qui ne fréquentent pas forcément les lieux de rencontre du quartier.

  • 27  « Upstart to challenge trend-setter », The South China Morning Post, 14/08/1994.
  • 28  « Relaxing with a real ale », The South China Morning Post, 31/01/1996.
  • 29  GONCHAROFF Nicko et al., China, Hawthorn, Lonely Planet Publications, 2000, p. 385.

25Wan Chai est en situation de concurrence avec d’autres quartiers pour capitaliser les revenus de l’économie de la nuit. On peut percevoir une analogie de distinction entre la stratégie marketing des quartiers et les rapports sociaux entre expatriés dans le livre de Richard Mason. Le red-light district de Wan Chai se présente comme plus authentique et décomplexé que, par exemple, le quartier concurrent de Lan Kwai Fong, qualifié de « ghetto d’Occidentaux »27. De la même manière, dans le roman, Robert Lomax rejette le snobisme du reste de la communauté expatriée pour affirmer son particularisme à travers la transgression du tabou du métissage. On peut toujours retrouver la figure de Robert Lomax dans les représentations associées au red-light district. C’est le cas par exemple des propos d’un propriétaire d’un nouveau « bar haut-de-gamme dans le cœur du territoire de Susie [sic] Wong », qui affirme avoir « outrepassé toutes les idées préconçues en gentrifiant Wan Chai »28, ou dans un guide de voyage, où le quartier est décrit comme un lieu qui « ne peut se débarrasser de sa réputation louche, mais au moins [qui] n’est pas aussi branché jusqu’à l’écœurement comme Lan Kwai Fong »29.

Le Wan Chai de Suzie Wong : un quartier historique et authentique

  • 30  HAYDON Guy, « She wooed the world », The South China Morning Post, 17/12/1994.
  • 31  « Pen friends » The South China Morning Post, 04/12/1994.
  • 32  « Sex after Suzie Wong », The South China Morning Post, 06/07/1997.
  • 33  VITTACHI Nurry, « The word on Hong Kong », The South China Morning Post, 10/03/1996.

26De nombreux articles de presse du corpus font référence à l’histoire du tournage du film, de la pièce ou à l’histoire du red-light district. Le journal rapporte régulièrement des interviews de l’actrice qui a interprété Suzie Wong (Nancy Kwan), de Richard Mason et d’articles sur le Luk Kwok, l’ancien bordel dans lequel Mason a résidé et dont il s’est inspiré pour l’écriture du livre. Beaucoup d’articles attribuent un succès mondial au livre et surtout au film. Nancy Kwan affirme que « le film a eu un impact vraiment fort, pas seulement à Hong Kong, mais dans le monde entier »30. Suzie Wong aurait ainsi permis de « mettre la tranquille Hong Kong sur une carte du monde »31 ou du moins Wan Chai32. Selon Nurry Vittachi, Le monde de Suzie Wong fait partie des livres « largement liés à Hong Kong »33.Ces extraits participent à construire le caractère historique du quartier.

  • 34  LAI Kit-wai, « Artistic zone », The South China Morning Post, 13/01/2005.
  • 35  WALKER Nick, « And the rest is history », The South China Morning Post, 26/02/2006.
  • 36  Richard Mason s’est inspiré de l’hôtel Luk Kwok, dans lequel il a résidé, pour écrire Le monde de (...)
  • 37  KWONG Robin, « Reading between the lines », The South China Morning Post, 10/12/2004.
  • 38  McHUGH Fionnuala, « Painting with pork », The South China Morning Post, 11/04/2004.

27L’historicité devient authenticité lorsque l’histoire représentée du quartier justifie sa propension à inspirer des artistes. Dans son article « Artistic zone » sur le programme artistique « In Search of Wan Chai’s Aesthetics » co-organisé par le principal centre culturel de Hong Kong et le conseil du district de Wan Chai, le journaliste Lau Kit-Wai affirme que Wan Chai a une « riche tradition en tant que lieu d’inspiration des artistes et écrivains », parce que « le district est un mélange d’Orient et d’Occident ». Ce dernier cite exclusivement comme exemple le roman de Richard Mason34. Journaliste du quotidien The South China Morning Post et écrivain, Nurry Vittachi a organisé, dans le cadre du festival littéraire international de Hong Kong de 2002 dont il est le co-fondateur, une « expédition littéraire [dans Wan Chai] à la recherche de Suzie Wong », comme le rapporte Nick Walker dans un article sur l’histoire du festival35. Le « tour littéraire de Wan Chai » s’est renouvelé chaque année. Il commence à l’hôtel Luk Kwok36 et « finit habituellement dans les bars à filles du red-light district », avoue sur un ton décalé Nurry Vittachi37. L’artiste français Fabien Verschaere, en quête d’inspiration dans « les coins chauds de Hong Kong », visite notamment les dancings du red-light district de Wan Chai où il se dit le plus inspiré38. On peut retrouver encore une fois une analogie entre les représentations du roman et la manière dont le red-light district est perçu. Le « mélange d’Orient et d’Occident » figure le métissage et l’authenticité du quartier la candeur des indigènes.

  • 39  NG I-ching, « City’s lifeblood drains away », The South China Morning Post, 27/09/2004.
  • 40  http://www.wcheritage.org.hk/, consulté le 25/04/08.

28Pour comprendre la production de ces représentations, il faut également considérer la question politique de la conservation du patrimoine colonial. L’annonce de la destruction de l’un des embarcadères du ferry qui relie l’île de Hong Kong à la péninsule de Kowloon a provoqué un mouvement de contestation, qui s’est étendu sur des programmes de rénovation urbaine à Wan Chai. Depuis la décision de le transformer en quartier financier dans les années 197039, le quartier regroupe à la fois de grands équipements, bureaux et hôtels de luxe et des complexes résidentiels plus anciens. Il n’est donc pas étonnant que les articles associant Suzie Wong et le patrimoine culturel de l’île ou présentant Wan Chai comme un (authentique) quartier des artistes se concentrent entre les années 2000 (annonce de la destruction de l’embarcadère) et 2006 (destruction effective de l’embarcadère). Le gouvernement même considère implicitement le red-light district comme patrimoine historique de l’île, participant de fait à en construire l’historicité. En réponse aux revendications portant sur les programmes de rénovation urbaine, un site internet gouvernemental a même été dédié au patrimoine et à l’histoire de Wan Chai, qualifié, en faisant référence à la mixité de sa morphologie urbaine, de « lieu où l’Orient rencontre l’Occident ». La multiplication des bordels à l’ouest de Lockhart Road pendant la seconde guerre mondiale fait partie de la description historique du quartier, avant d’indiquer la transformation du district en un centre des affaires40.

La mise en scène de l’exotisme dans un quartier pittoresque

29Le signifié de la majorité des enseignes des bars à hôtesses et des dancings évoque « l’ailleurs » en faisant par exemple référence aux Philippines (club Boracay et New Makati), à d’autres destinations exotiques ou cosmopolites (club Hawai, Waikiki, San Fransisco), au monde de la mer et des marins (club Neptune II, Laguna, Fenwick the Dock, Cockeye) ou au voyage comme métaphore de la rencontre (club Express, Highway, Crossroads).

30Beaucoup de bars ordinaires sont ouverts sur la rue, quelques-uns sont surélevés et disposés de telle sorte qu’ils constituent des postes d’observation privilégiés. Entre 18h et 20h, des groupes de jeunes femmes dans des tenues érotiques se positionnent à l’entrée des bars à hôtesses et commencent à interpeler les passants.

  • 41  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.
  • 42  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/199 (...)
  • 43  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.

31Les bars les plus connus du quartier ont été décorés par la même société de design pour satisfaire une « nouvelle espèce de consommateurs », arrivée avec la « métamorphose » de la ville : les employés de bureau41. Un restaurant-bar présente sur ses dessous de table l’histoire du quartier comme red-light district en évoquant Le monde de Suzie Wong. Dans un article de Kate Whitehead, un architecte d’intérieur évoque « l’opportunité de faire un bar classique basé sur le personnage de Suzie Wong », qui s’appellerait « Mamasans [terme qui désigne les gérantes des bars à hôtesses] », dans lequel les « filles seraient dans un style années 1950 en portant des cheongsams »42. Le second bar à s’être installé dans le red-light district en 1994 est d’ailleurs décoré pour rappeler l’ambiance du film Casablanca43, autre film « exotique » (Marchetti, 1993, 114).

  • 44  Corpus : Lonely Planet. Hong Kong & Macau (1996, 1998, 2004) ; Frommer’s. Hong Kong (2001) ; The R (...)
  • 45  Cette expression désigne l’utilisation et l’organisation du temps-libre des GI américains pendant (...)

32Dans la presse, la construction de l’historicité et de l’authenticité du red-light district – le « monde de Suzie Wong » – évoque le langage du tourisme (Dann, 1996, 6-32), ce qui ne doit rien au hasard. De la fin des années 1960 aux années 1980, plusieurs guides touristiques ou ouvrages sur la ville ont présenté la quête de la mythique Suzie Wong comme une attraction touristique (McDonogh, Wong, 2001, 231-234). La référence à Suzie Wong dans quelques guides anglophones plus récents sur Hong Kong44, et dans certaines brochures du Hong Kong Tourism Board, apparaît comme systématique et homogène. Le passé du quartier comme destination du « Rest & Recreation »45 des soldats américains en permission est évoqué avec une certaine nostalgie comme un âge d’or de la débauche cristallisé dans le livre et/ou le film Le monde de Suzie Wong, ces derniers étant portés en véritable « reliques historiques » (ibid., 232) :

  • 46  Ma traduction.

« Pour ceux qui sont familiers de Hong Kong, Wan Chai (le nom signifie “petite baie” en cantonnais) continue d’évoquer les bars topless, les prostituées qui battent le pavé et les marins saouls qui rôdent. À la grande époque, quand Wan Chai était une destination de R&R pour les marins américains et britanniques, c’était tout cela, et même davantage. Et dans l’esprit de beaucoup de personnes, le quartier est resté Le Monde de Suzie Wong, même si le roman que Richard Mason a consacré à la prostituée hongkongaise au grand cœur remonte à 1957. Et si Wan Chai est aujourd’hui principalement constitué de tours et de centres commerciaux, il est toujours intéressant de s’y balader. »46 (Harper, 1998, 105-106)

À l’entrée d’un bar à hôtesses de Wan Chai (2008)

33L’âge d’or de la prostitution est un mythe couramment mobilisé dans les romans naturalistes du XIXe siècle, dans lesquels « on en finit pas d’entonner la « ballade des prostituées d’antan » (Dottin-Orsini, Grojnowski, 2008, xliv-xlvi). De la même manière que « l’exotisme » est une distance symbolique qui permet au sujet de négocier des rapports de domination, le mythe de l’âge d’or de la prostitution met à distance, dans le temps, une prostitution essentiellement et moralement dégradante. La mobilisation du mythe est un acte de discours performatif implicite (Austin, 1970, 63). Plus particulièrement, dans le cadre du guide de voyage, le mythe justifie l’acte autoritaire de sélection des espaces pittoresques offerts au touriste, ici, en l’occurrence, des espaces prostitutionnels. Les guides peuvent ainsi légitimement transmettre une forme de connaissance pratique des espaces prostitutionnels. Cette connaissance est d’autant plus recherchée par les clients potentiels et les touristes que les pratiques dans ces espaces sont extrêmement codées (Roux, 2011). Des stratégies similaires se retrouvent dans la constitution de textes littéraires à Shanghai au XIXe siècle qui, certes dans un contexte différent, « sous prétexte de décrire, voire de dénoncer le monde des courtisanes, donnent au lecteur toutes les conventions et astuces pour fréquenter ce milieu sans être pris pour un rustre ou une dupe » (Henriot, 1997, 80).

Migrations et contrôle social de la prostitution

Stratégies migratoires47

  • 47  Pour davantage de données sur les stratégies migratoires des hôtesses de dancing, voir Paris (2008 (...)

34Le red-light district de Wan Chai se compose de deux types d’établissements, concentrés sur quelques centaines de mètres dans trois rues parallèles : les bars à hôtesses et les dancings. Les caractéristiques différentes du travail sexuel dans ces lieux justifient une approche typologique par les espaces urbains. Dans le red-light district, la demande en services sexuels tarifés est constituée par des hommes occidentaux et, dans une moindre mesure, des hommes hongkongais, alors que l’offre est constituée principalement par des jeunes femmes migrantes provenant de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, dont majoritairement les Philippines, l’Indonésie et la Thaïlande.

35Chaque bar à hôtesses emploie une quinzaine de jeunes femmes en moyenne sous l’autorité d’une gérante (Emerton, 2001, 27). Dans ces lieux de rencontre, les jeunes femmes sont majoritairement Philippines. Ces dernières migrent par l’intermédiaire d’une agence dans leur pays d’origine, qui décroche un visa de travail spécial pour danseuses valable 6 mois, prend en charge la migration et établit le contact avec un bar à hôtesses, contre une compensation financière remboursable après quelques mois de travail à Hong Kong (ibid., 28-30). Les hôtesses touchent un salaire fixe pour danser et discuter avec les clients. Elles perçoivent également une contrepartie du bar pour chaque boisson que les clients qu’elles accompagnent leur offrent. Le contrat qui lie l’hôtesse au bar ne fait jamais mention de services sexuels, mais la perspective de gains beaucoup plus importants et le poids de la dette contracté auprès de l’agence les y incitent fortement. Dans ce cas, un client doit d’abord payer le temps de l’hôtesse au bar, distribué à parts égales entre l’hôtesse, la gérante, l’agence et le propriétaire de l’établissement. L’hôtesse doit ensuite négocier le prix de la transaction sexuelle en privé avec le client. Les clients-types des bars à hôtesses sont des touristes ou des marins américains en escale à Hong Kong. Les expatriés ne fréquentent généralement pas les bars à hôtesses, considérés comme des « pièges à touristes ».

Un groupe de marins américains en face d’un bar à hôtesses, vu depuis la terrasse surélevée d’un bar (2008)

36Les dancings s’apparentent à des discothèques fréquentées librement par des jeunes femmes qui offrent pour la plupart des services sexuels tarifés au gré de leurs rencontres avec des clients. La réalité s’avère plus nuancée, notamment en ce qui concerne les migrantes philippines qui travaillent en vertu d’un contrat passé entre une agence de recrutement et le dancing qui ponctionne un part des revenus issus des transactions sexuelles. Les migrantes philippines partagent des appartements loués à la journée par des intermédiaires.

  • 48  Le séjour touristique sans visa est autorisé pendant 14 jours pour une personne des Philippines, 3 (...)

37Contrairement aux bars à hôtesses, ces jeunes femmes exercent leur activité illégalement. À la frontière, elles sont autorisées à entrer à Hong Kong sans visa pour un séjour touristique limité48, qui ne leur permet pas de mener une activité rémunérée. Pour prolonger leur séjour et donc leurs gains, elles sortent du territoire et y rentrent au bout de quelques jours pour bénéficier d’un nouveau séjour sans visa. Elles renouvellent l’opération jusqu’au seuil de tolérance des autorités à la frontière. Elles peuvent séjourner ainsi jusqu’à 5 fois la durée autorisée par la loi. Les dancings sont fréquentés essentiellement par des expatriés et des touristes occidentaux, mais tous ne sont pas clients des hôtesses.

  • 49  Pour une population recensée de 6 645 220 individus (source : Census & Statistics Department, Hong (...)

38Les communautés philippine et indonésienne sont les communautés étrangères les plus importantes à Hong Kong avec respectivement, en 2006, 114 751 Philippins (dont 107 775 femmes) et 109 546 Indonésiens (dont 100 778 femmes)49. La majorité de ces femmes ont émigré à Hong Kong pour travailler comme employées de maison. Le nombre d’employées de maison immigrées (originaires des Philippines et d’Indonésie essentiellement) a explosé à partir des années 1980 et représentait en 1991 plus de 84 % de la main d’œuvre étrangère à Hong Kong (Constable, 1997, 3). Selon le nombre de transactions sexuelles et la durée du séjour, une hôtesse de dancing philippine pouvait espérer, en 2006, gagner en moyenne de 1 à 5 fois le salaire minimum d’une employée de maison et de 2 à 10 fois le salaire moyen aux Philippines (Paris, 2008, 130-133).

La prostitution à Hong Kong, un système à deux vitesses

  • 50  Les licences de vente d’alcool et les licences des lieux de divertissement public sont délivrées r (...)

39Le système légal hongkongais est abolitionniste. La prostitution n’est pas illégale, mais tout ce qui accompagne l’exercice de la prostitution est réprimé : le racolage actif et passif, l’exploitation par un tiers, etc. L’administration maîtrise ainsi largement l’activité des dancings et des bars à hôtesses de Wan Chai, via les licences de vente d’alcool, les autorisations accordées aux lieux de divertissement public50, les visas des danseuses, le contrôle à la frontière et les contrôles policiers réguliers.

40L’activité rémunérée des hôtesses des dancings est illégale du fait de leur statut migratoire et la police peut aisément arrêter une hôtesse pour racolage. Toutefois, les autorités semblent tolérantes. Lors des descentes de polices, régulières dans les dancings, les hôtesses ne sont généralement pas arrêtées, sauf si la durée de leur séjour à Hong Kong dépasse une certaine durée. Dans ce cas, les jeunes femmes sont expulsées, quelquefois après une sanction pénale. Les contrôles policiers ordinaires ont donc pour objectif de réguler le flux des migrantes. Le renouvellement constant des hôtesses des dancings limite les risques sanitaires et le risque social d’un nombre de « mariages arrangés » trop important avec des résidents hongkongais. Les revenus des filières de migration (agences dans les pays d’origine des migrantes) sont pérennisés par le besoin constant des dancings en nouvelles hôtesses.

  • 51  WALLIS Belinda, « Consulate moves to protect bar girls », The South China Morning Post, 08/02/1993
  • 52  HUGHES Owen, « Girlie bars without the girls », The South China Morning Post, 30/05/1993.

41Pour des raisons politiques, il arrive que le contrôle de l’activité prostitutionnelle du red-light district soit plus strict. Par exemple, en 1993, la police a mené une opération massive de contrôle et de régulation de l’activité des bars à hôtesses, conjointement avec les services de l’Immigration et de la TELA, craignant que « la rue des bars de Wan Chai [ne devienne] une autre Patpong Road », en référence au red-light district de Bangkok51. Les services de la TELA ont contrôlé la tenue, la nature du spectacle et les photographies à l’entrée des bars, qui ne doivent pas montrer de femmes seins nus. Les services de l’Immigration ont restreint le nombre de visas accordés aux danseuses, en niant tout changement de politique et en jouant sur le fait que chaque visa est délivré « sous conditions de compétences particulières » ; cette politique a logiquement provoqué une pénurie de danseuses et les propriétaires se sont plaints aux autorités52.

  • 53  « Gambler forced partner into vice world », The South China Morning Post, 03/05/93.
  • 54  Bien que Hong Kong, ancienne colonie britannique, ait été rétrocédé à la Chine en 1997, le territo (...)

42Dans son ensemble, l’industrie du sexe à Hong Kong apparaît extrêmement segmentée : appartements (« one woman, one appartment »), saunas, salons de massage avec et sans licence, bordels, agences d’escorte, night-clubs « à la japonaise », karaokés, prostitution de rue. Considérant le nombre de dancings et de bars à hôtesses à Wan Chai en 2008, on peut estimer que les établissements du red-light district accueillent un peu moins de 1 000 migrantes. Ce chiffre relativise le volume de l’activité prostitutionnelle à Wan Chai par rapport aux autres quartiers de la ville, considérant les estimations précédentes du nombre total de travailleuses du sexe à Hong Kong : 20 000 en 1993 selon la police53 et 300 000 en 2003 selon l’association Zi Teng – dont 100 000 non locales, 80 % de ces dernières provenant de Chine continentale54 (Zi Teng, 2005, 3-4).

  • 55  Wan Chai n’est toutefois pas le seul marché du sexe destiné à une clientèle aisée. Par exemple, be (...)

43Dans les rapports annuels de la police entre 2000 et 2006, Wan Chai n’est jamais associé à des activités criminelles entourant l’exercice de la prostitution, qui semble se concentrer dans d’autres quartiers (Paris, 2008, 120-123). La prostitution en appartement et la prostitution de rue sont particulièrement réprimées par la police (Kong, Zi Teng, 2003, 11-13 ; Yang, 2006, 48-51). Le tarif moyen d’un service sexuel dans un appartement oscille entre 200 et 300 $HK (Zi Teng, 2005, 4), alors que les hôtesses des dancings demandent plus de 1 000 $HK pour le même type de service, révélateur supplémentaire de la spécificité de la clientèle du red-light district de Wan Chai55.

44Le red-light district de Wan Chai fait donc figure de zone de tolérance. En 2008, la flamme olympique traverse Hong Kong à l’occasion des jeux olympiques de Pékin. Alors que les autorités hongkongaises valorisent le trajet emprunté comme une « vitrine du charisme unique de Hong Kong », la flamme est portée dans l’une des rues du red-light district. Certains bars à hôtesses étaient ouverts depuis 16h pour accueillir des marins américains dont le vaisseau venait d’accoster à Hong Kong. Les nombreux journalistes et une foule de spectateurs, dont de nombreuses familles, se sont engouffrés dans le red-light district, en contact direct avec les hôtesses en petite tenue et les marins américains. Mais nul n’a semblé y porter d’attention particulière ; le caractère anodin de ce (non)évènement montre une fois de plus que l’activité quotidienne du red-light district s’apparente en réalité à une « invisible visibilité » (Sanselme, 2004, 115).

Conclusion

45D’après Saskia Sassen, la concentration dans la ville mondiale des employés à haut revenu disponible s’accompagne de l’apparition d’une nouvelle esthétique sociale qui provoque une réorganisation des structures de consommation (Sassen, 1996, 460-461). À Hong Kong, cette nouvelle esthétique sociale se concrétise notamment par le développement à Wan Chai de l’économie de la nuit. À partir du milieu des années 1990, la multiplication des bars et restaurants de tout type dans le red-light district de Wan Chai procède également de la transformation des formes de la demande en services sexuels tarifés vers des espaces plus festifs, dans lesquels le tabou de la prostitution semble se diluer. À l’échelle de la ville, la répression sélective des formes de prostitution révèle des enjeux éloignés de considérations purement légales ou morales. L’activité prostitutionnelle dans les dancings et les bars à hôtesses est cantonnée à Wan Chai, facilitant ainsi le contrôle administratif (maitrise des flux migratoires et gestion des riverains). Cette concentration renforce également les intérêts économiques d’une multiplicité d’acteurs : les migrantes d’une manière générale, ce qui de fait suscite les stratégies migratoires, mais aussi les intermédiaires, les clients, les bars et les restaurants du quartier.

46Cette évolution est accompagnée par une requalification discursive – et notamment médiatique – du red-light district, aujourd’hui davantage perçu comme une zone de divertissement nocturne que comme un quartier « louche » et risqué. Le langage touristique de l’authenticité construit dans la presse le Wan Chai historique et le Wan Chai des artistes. La rhétorique de l’exotisme et du métissage structure les représentations du quartier. Dans les guides de voyage, Wan Chai est le quartier pittoresque du « monde de Suzie Wong », c’est-à-dire d’un âge d’or de la prostitution, une époque révolue qui serait toujours perceptible dans « l’atmosphère » du quartier. Les productions culturelles dérivées du roman Le monde de Suzie Wong se multiplient à Hong Kong dans les années 2000. Cet exotisme idéalisé se retrouve dans les enseignes des bars à hôtesses ainsi que dans la décoration de quelques-uns des nouveaux bars.

47La convergence de la polarisation du contrôle social de la prostitution avec les représentations du red-light district et de l’exotisme est l’expression même du pouvoir. Il constitue une dynamique de marchandisation d’une « pratique de l’exotisme », d’une expérience « authentiquement » exotique, qui est plus large que la seule activité prostitutionnelle.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN John L., Quand dire, c’est faire, Paris, Le Seuil, 1970 (1962).

BUTLER Judith, Troubles dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006 (1990).

CONSTABLE Nicole, Maid to Order in Hong Kong. Stories of Filipina Workers, New York, Cornell University, 1997.

DANN Graham M. S., The Language of Tourism. A Sociolinguistic Perspective, Wellington, CAB International, 1996.

DERRIDA Jacques, Marges de la philosophie, Paris, Editions de Minuit, 1972.

DOTTIN-ORSINI Mireille, GROJNOWSKI Daniel, Un joli monde. Romans de la prostitution, Paris, Robert Laffont, 2008.

EMERTON Robyn, Trafficking of Women into Hong Kong for the Purpose of Prostitution: Preliminary Research Findings, Hong Kong, Centre for Comparative and Public Law. Faculty of Law. University of Hong Kong, 2001. En ligne : http://www.hku.hk/ccpl/pub/occasionalpapers/index.html

EMERTON Robyn, PETERSEN Carole, Migrant Nightclub/Escort Workers in Hong Kong: An Analysis of Possible Human Rights Abuses, Hong Kong, Centre for Comparative and Public Law. Faculty of Law. University of Hong Kong, 2003. En ligne : http://www.hku.hk/ccpl/pub/occasionalpapers/index.html

HARPER Damian, Hong Kong, Hawthorn, Lonely Planet Publications, 1998.

HENRIOT Christian, Belles de Shanghai. Prostitution et sexualité en Chine aux XIXe-XXe siècles, Paris,CNRS Editions, 1997.

JODELET Denise, « Représentation sociale : phénomènes, concept et théorie », in MOSCOVICI Serge (dir.), Psychologie sociale, Paris, PUF, 1997 (1984).

KONG Travis Shiu-ki, ZI TENG, A Research Report on the Working Experiences of Hong Kong’s Female Sex Workers, Hong Kong, Centre for Social Policy Studies. Department of AppliedSocial Sciences. The Hong Kong Polytechnic University et Zi Teng, 2003.

MARCHETTI Gina, Romance and the “Yellow Peril”. Race, Sex, and Discursive Strategies in Hollywood Fiction, Los Angeles, University of California Press, 1993.

MASON Richard, Le Monde de Suzie Wong, Paris, Presses de la Cité, 1958.

McDONOGH Gary W., WONG Cindy Hing-Yuk, « Orientalism Abroad. Hong Kong Readings of The World of Suzie Wong », in BERNARDI Daniel (dir.), Classic Hollywood, Classic Whiteness, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2001, pp. 210-242.

McDONOGH Gary W., WONG Cindy Hing-Yuk, Global Hong Kong, New York, Routledge, 2005.

PARIS Nicolas, Centralités/peripheries des espaces de la prostitution. Le quartier de Wan Chai à Hong Kong, mémoire de Master « villes et sociétés » sous la direction de Laurette Wittner, Institut d’urbanisme de Lyon, 2008.

ROUX Sébastien, No money, no honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, La découverte, 2011.

RUBIN Daniel A., Suitcase Diplomacy: The Role of Travel in Sino-American Relations, 1949-1968, Doctor of Philosophy Degree sous la direction de Keith Olson, College Park, University of Maryland, 2010.

SAID Edward W., Orientalisme, Paris, Le Seuil, 2005 (1978).

SANSELME Franck, « Des riverains à l’épreuve de la prostitution. Fondements pratiques et symboliques de la morale publique », Les Annales de la recherche urbaine, 95, 2004, pp. 111-117. En ligne : http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/Sanselme_ARU-95.pdf

YANG Yeeshan, Whispers and Moans, interviews with the men and women of Hong Kong’s sex industry, Hong Kong, Blacksmith Books, 2006.

ZI TENG, Out in the Sun. Legal Constraints and Possibilities in Protecting the Rights of Sex Workers, Actes de la conference de Hong Kong, 30 avril et 2 mai 2004, Hong Kong, Editions Zi Teng, 2005.

Haut de page

Notes

1  Le terme « race » est utilisé ici pour décrire les représentations racialisantes ; la notion d’ethnie, quant à elle, est utilisée pour décrire un groupe humain.

2  Les archives en ligne ne comprennent malheureusement pas les documents iconographiques, dont l’étude aurait certainement pu enrichir notre analyse.

3  « L’exotisme » s’apparente à une partie de la définition multiple de l’orientalisme d’Edward Said (Said, 2005, 14-16).

4  Source : http://www.londontheatredirect.com/venue/6/Prince-of-Wales-Theatre.aspx, consulté le 23/08/10.

5  Source : http://www.nancy-kwan.com/, consulté le 23/08/10.

6  Salvatore Adamo – « Je suis seul », Alain Bashung – « Cendrillon de Chinatown ».

7  « Umber in lap of long distance telecoms », The South China Morning Post, 28/08/02.

8  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/1997.

9  « This day in history », The South China Morning Post, 25/09/2000.

10  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.

11  PATTEN Chris, « Our great protector », The South China Morning Post, 10/03/1995.

12  SINCLAIR Kevin, « Squaring up to leisure issues », The South China Morning Post, 25/09/1995.

13  ARMSDEN Mark, « Steak-out your territory », The South China Morning Post, 02/07/1995.

14  « A case of too little too late ? », The South China Morning Post, 28/11/1993.

15  HUGHES Mark, « Police fear backlash in Wan Chai », The South China Morning Post, 04/12/1993.

16  WALLIS Belinda, « Consulate moves to protect bar girls », The South China Morning Post, 08/02/1993 ; LAXTON Andrew, « Club told to clean up act », The South China Morning Post, 31/07/1994 ; « Gambling raid », The South China Morning Post, 07/09/1994.

17  DELFINO Brian, « $10 ‘con’ a Wan Chai bonanza », The South China Morning Post, 20/12/94.

18  FINLAY Victoria, « Licence ban for ‘rip-off’ girlie bar », The South China Morning Post, 25/02/1994.

19  CHEUNG Ida, « Soldiers disorderly in public », The South China Morning Post, 20/01/1994.

20  HUGHES Mark, « Tattoo parlours ‘pose AIDS risks’« , The South China Morning Post, 04/10/1993.

21  PARRY Simon, « Doubts cast over story of $20,000 beer in Wan Chai » The South China Morning Post, 09/11/03.

22  « Talkback », The South China Morning Post, 26/09/06.

23  « Upstart to challenge trend-setter », The South China Morning Post, 14/08/1994.

24  Source : HKTB, http://www.discoverhongkong.com/france/dining/nightlife-wanchai.html, consulté le 15/08/08.

25  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.

26  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/1997.

27  « Upstart to challenge trend-setter », The South China Morning Post, 14/08/1994.

28  « Relaxing with a real ale », The South China Morning Post, 31/01/1996.

29  GONCHAROFF Nicko et al., China, Hawthorn, Lonely Planet Publications, 2000, p. 385.

30  HAYDON Guy, « She wooed the world », The South China Morning Post, 17/12/1994.

31  « Pen friends » The South China Morning Post, 04/12/1994.

32  « Sex after Suzie Wong », The South China Morning Post, 06/07/1997.

33  VITTACHI Nurry, « The word on Hong Kong », The South China Morning Post, 10/03/1996.

34  LAI Kit-wai, « Artistic zone », The South China Morning Post, 13/01/2005.

35  WALKER Nick, « And the rest is history », The South China Morning Post, 26/02/2006.

36  Richard Mason s’est inspiré de l’hôtel Luk Kwok, dans lequel il a résidé, pour écrire Le monde de Suzie Wong.

37  KWONG Robin, « Reading between the lines », The South China Morning Post, 10/12/2004.

38  McHUGH Fionnuala, « Painting with pork », The South China Morning Post, 11/04/2004.

39  NG I-ching, « City’s lifeblood drains away », The South China Morning Post, 27/09/2004.

40  http://www.wcheritage.org.hk/, consulté le 25/04/08.

41  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.

42  WHITEHEAD Kate, « The ghost of Suzie will still be seen », The South China Morning Post, 01/07/1997.

43  « World of Mr Wan Chai », The South China Morning Post, 23/05/1997.

44  Corpus : Lonely Planet. Hong Kong & Macau (1996, 1998, 2004) ; Frommer’s. Hong Kong (2001) ; The Rough Guide (1999) ; Traveler’s Companion. Hong Kong (2001) ; Insight Guides. Hong Kong (2003).

45  Cette expression désigne l’utilisation et l’organisation du temps-libre des GI américains pendant la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et du Vietnam. Le terme connote notamment la poursuite de services sexuels autour des bases américaines ou dans les ports d’ancrage des navires de guerre.

46  Ma traduction.

47  Pour davantage de données sur les stratégies migratoires des hôtesses de dancing, voir Paris (2008).

48  Le séjour touristique sans visa est autorisé pendant 14 jours pour une personne des Philippines, 30 jours pour une personne de Thaïlande ou d’Indonésie.

49  Pour une population recensée de 6 645 220 individus (source : Census & Statistics Department, Hong Kong, 2006).

50  Les licences de vente d’alcool et les licences des lieux de divertissement public sont délivrées respectivement par le Liquor Licensing Board of Hong Kong et la Television and Entertainment Licensing Authority (TELA).

51  WALLIS Belinda, « Consulate moves to protect bar girls », The South China Morning Post, 08/02/1993.

52  HUGHES Owen, « Girlie bars without the girls », The South China Morning Post, 30/05/1993.

53  « Gambler forced partner into vice world », The South China Morning Post, 03/05/93.

54  Bien que Hong Kong, ancienne colonie britannique, ait été rétrocédé à la Chine en 1997, le territoire conserve pendant au moins 50 ans ses lois sur l’immigration, donc une frontière avec le reste de la Chine.

55  Wan Chai n’est toutefois pas le seul marché du sexe destiné à une clientèle aisée. Par exemple, beaucoup de night-clubs, notamment dans le quartier de Tsim Sha Tsui, attirent une clientèle asiatique, quelquefois dans le cadre de dîners d’affaires, dont les dépenses sont sans commune mesure avec ce qui est pratiqué à Wan Chai (Yang, 2006, 199).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Nombre d’occurrences annuel du mot-clé « Suzie Wong » (publicités exclues)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1878/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Légende À l’entrée d’un bar à hôtesses de Wan Chai (2008)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Un groupe de marins américains en face d’un bar à hôtesses, vu depuis la terrasse surélevée d’un bar (2008)
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Paris, « « Comme à l’époque de Suzie Wong ». Les mutations du red-light district de Wan Chai », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1878 ; DOI : 10.4000/gss.1878

Haut de page

Auteur

Nicolas Paris

Diplômé de l’ENTPE et de l’IUL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org