Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Rossiaud Jacques, Amours vénales, La prostitution en Occident, xiie-xvie siècle

Paris, Flammarion, 2010
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Rossiaud Jacques, Amours vénales, La prostitution en Occident xiie-xvie siècle, Flammarion, 2010

Texte intégral

1« La distance est large qui s’étend entre ce que les moralistes enjoignent de faire, ce que les codes obligent à faire, et ce que les gens font, notamment dans le domaine des relations entre les sexes, le plus secret, le moins pénétrable qu’il soit » : la difficulté de la tâche à laquelle se livre Jacques Rossiaud dans cette étude sur la prostitution en Occident du xiie au xvie siècle a été parfaitement résumée par ces mots de Georges Duby (1991, 203).

2L’auteur n’est pourtant pas démuni face à ces obstacles, essentiellement d’ordre archivistique. Cet ouvrage de synthèse mûrement réfléchi est le résultat de plusieurs décennies de recherches. Il prend la suite d’un premier livre remarquable, publié en 1990 et intitulé La prostitution médiévale (Rossiaud, 1988). La présente étude n’est toutefois pas une simple actualisation de travaux antérieurs. Jacques Rossiaud met d’abord sa réflexion au défi du temps long en affirmant que « le second Moyen Âge constitue plus que toute autre période un cadre temporel idéal pour l’étude des amours vénales » permettant « d’analyser un cycle entier, avec ses phases successives de développement, de diversification et d’épanouissement, puis de régression et de rejet » (p. 24). Il choisit également de se confronter à un espace vaste, correspondant pour l’essentiel à la Chrétienté latine qu’il parcourt par l’intermédiaire d’une centaine de terrains d’observation allant de Prague à Cadix, d’Helsingoer (actuel Danemark) à Messine, en passant par Dijon, Florence ou encore Paris (on notera d’ailleurs la présence d’un index très utile des noms de lieux et personnes à la fin de l’ouvrage).

3À partir de ce corpus vertigineux, l’auteur propose dans un premier temps de décrire et d’expliquer ce cycle des pratiques vénales qu’il identifie dans son introduction. Il propose tout d’abord de fixer plus précisément le cadre chronologique de son étude par une « simple présentation des faits » (p. 31). Ce choix méthodologique présente quelques difficultés car à ce stade de l’étude, le lecteur peut difficilement comprendre les nuances de l’univers prostitutionnel qui permettent d’expliquer un tel découpage du temps. Suivant le cheminement de la présentation qui s’appuie sur de nombreux récits de voyages, on croise la route de meretrices (nom donné aux prostituées par l’Église depuis le concile d’Elvire en 300), mais aussi de femmes adultères, de concubines, voire de sodomites au statut vénal ambivalent. Ce n’est que progressivement au cours de l’exposé, et donc de la chronologie, qu’apparaissent de véritables meretrices publicae « définies par leur indiscutable et notoire promiscuité » (p. 35). Les prostituées se font donc plus visibles dans les sources car progressivement elles jouissent d’un professionnalisme reconnu et d’un statut social qui l’accompagne.

4Il devient alors difficile de faire la part entre le processus d’intégration et la volonté de contrôle. Cette problématique est d’ailleurs au centre de la réflexion de Jacques Rossiaud. Comment interpréter par exemple l’apparition des premiers prostibula publica, ces lieux de prostitution institués et gérés par les municipalités ? Il ne semble pas y avoir de réponse immuable à cette question et les expériences varient en fonction des villes et du contexte. Parfois, la création d’une maison publique répond à une forte demande sociale ; en d’autres circonstances, il s’agit de garantir une injonction chrétienne de dissimulation de ce que la foi réprouve, ou encore de souscrire à une volonté politique de remise en ordre de la cité (p. 45).

5Jacques Rossiaud identifie enfin un tournant vers le refus de la prostitution autour du xvie siècle. Il ne cède pas cependant à la facilité d’une explication monocausale et préfère évoquer un « changement de regard aux racines multiples » sur ce qui était jusqu’alors considéré comme un « mal nécessaire ». Misère, épidémies, délinquance, et renforcement de la prédication populaire sont autant de facteurs qui contribuent à la rétractation des activités prostitutionnelles telles qu’elles s’étaient exercées durant près de cinq siècles.

6Ces éléments liminaires de chronologie étant posés, l’auteur consacre son deuxième chapitre à dresser un portrait fort utile et instructif des « sexualités et sociétés du second Moyen Âge » (p. 55). À partir de sources essentiellement religieuses, il rappelle les principaux éléments de la doxa dans ce domaine tout en mobilisant en préambule les travaux d’Alain Boureau et André Martin (Boureau, 1989 ; Martin, 1996) qui précisent qu’il ne faut pas s’imaginer des « représentations mentales du temps totalement soumises à une religion réputées immuables » (p. 55). On approche ici des limites méthodologiques de l’ouvrage car, en faisant le choix d’évacuer au début de sa réflexion la question chronologique, Jacques Rossiaud rend la suite de son propos parfois confus. S’il est essentiel de rappeler qu’en Toscane, l’homme marié qui rencontre « charnellement une femme étrangère ne risque aucune poursuite » (p. 73), que les réflexions de Thomas de Chobham (xiie siècle) atténuent la gravité du travail de la prostituée en raison de la rationalité économique de son activité, et que la vénalité en groupe est un élément de sociabilité chez les mecanici (définis par l’auteur comme des apprentis et compagnons de l’artisanat) et les étudiants montpelliérains (p. 81), quelles sont les implications directes de ces évolutions sociétales sur l’histoire de la prostitution dressée précédemment ? En déconnectant les observations normatives du contexte chronologique et spatial, l’auteur ne parvient pas à convaincre totalement quant à la validité du modèle qu’il propose dans son premier chapitre.

7Son propos est en revanche beaucoup plus persuasif lorsqu’il assume une approche résolument thématique. Les chapitres III à VII s’attardent sur les structures et acteurs (p. 99), les chemins qui mènent à la vénalité (p. 141), les modalités pratiques du métier (p. 165), des exemples de « réussites vénales » (p. 219) et enfin la place des pratiques sodomitiques dans l’univers prostitutionnel (p. 253).

8L’angle d’analyse se précise et Jacques Rossiaud décline alors les différentes formes prostitutionnelles qu’il rencontre dans les sources, sans essayer d’enfermer la richesse de son corpus dans une typologie trop réductrice. Le lecteur s’arrête donc dans différents lieux tels que des auberges et tavernes (p. 103) où il rencontre un florilège de prostituées classées par l’auteur en quatre catégories : les « meretrices publicae » (essentiellement des bordelières), les « cantoneras » (filles de rues, de places ou de tavernes), les « femmes amoureuses » et enfin les « personnes di riguardo » (entretenues) (p. 113). Les exemples précis et largement documentés permettent ensuite d’affiner cette catégorisation au gré des différences locales, mais aussi de renseigner le lecteur sur les goûts des clients. Ainsi, les clients du bordel de Macerata (actuelle Italie) auraient une préférence pour « les blondeurs nordiques » tandis que le théologien Albert le Grand (xiiie siècle), classé parmi les luxurieux par Jacques Rossiaud, penserait que « les femmes noires sont plus agréables au lit » (p. 117-118).Par ailleurs, les chemins qui mènent à la prostitution sont pléthores : que ce soit pour des motifs économiques lorsque la misère est trop grande et que l’exploitation du corps apparaît comme un dernier recours, mais aussi pour des motifs sociaux assez divers (c’est le cas notamment des femmes violées dont le déshonneur ne permet guère à la victime de trouver ensuite un mari). L’auteur rappelle néanmoins que les archives révèlent des cas où les femmes ont délibérément fait le choix de la vénalité.

9Une place non-négligeable est également laissée dans cette étude à des pratiques annexes à la prostitution au sens le plus strict. Jacques Rossiaud explique en effet que « la ligne de démarcation entre fornication, prostitution et viol n’est pas très précise » (p. 124). Il n’est donc pas rare de rencontrer dans les lupanars des amants adultères qui abritent leurs amours interdits dans un lieu consacré et discret. Ces espaces de débauche censés répondre à une demande sociale précise révèlent donc une diversité proportionnelle à celle de ses occupants.

10Néanmoins, la diversité n’empêche pas la solidarité. Les occupants et visiteurs du prostibulum s’entraident donc dans les difficultés du quotidien, mais les prostituées prévoient également les difficultés du lendemain en versant régulièrement des subsides dans une caisse consacrée aux malades et aux compagnes les plus âgées. Elles ne sont donc pas dénuées d’esprit charitable et, au contraire, elles entretiennent régulièrement des liens étroits avec l’Église qui, à certaines périodes, développe un regard miséricordieux sur ces femmes placées sous la protection bienveillante de Sainte Marie l’Égyptienne, Sainte Catherine ou encore, et surtout, Sainte Marie-Madeleine. Il est d’ailleurs regrettable que l’auteur n’ait pas développé davantage cette dimension religieuse qui conditionne vraisemblablement en grande partie la vision (et ses évolutions) des prostituées au sein des sociétés médiévales. La figure de Marie-Madeleine est particulièrement sollicitée par certaines prostituées aux parcours suffisamment remarquables pour que Jacques Rossiaud qualifie ceux-ci (peut-être un peu maladroitement) de « réussites vénales » (p. 219). Ces femmes, par leur beauté étourdissante et par la réputation d’honnêteté qui les caractérise, parviennent parfois à faire oublier aux chroniqueurs la nature véritable de leurs activités. On se demande d’ailleurs si ces observations ne sont pas à la limite du sujet tant elles mobilisent des sources marginales, notamment littéraires, et portent le regard sur des aristocrates libertines plutôt que sur des véritables prostituées.

11La même remarque pourrait être appliquée également au chapitre suivant consacré aux pratiques sodomitiques. La mise au point historiographique sur la place de l’homosexualité dans le second Moyen Âge est très intéressante, mais elle n’apporte rien de très précis à la réflexion sur les amours vénales. Au contraire, elle introduit une confusion dans la suite du propos qui mélange sans distinction sodomie homosexuelle, sodomie hétérosexuelle, travestissement, voire transsexualisme. L’incohérence se transforme d’ailleurs en désarroi lorsque Jacques Rossiaud conclut son chapitre par l’interrogation suivante : « Les comportements que nous venons d’évoquer n’expliqueraient-ils pas les nouveaux regards portés sur la vénalité ? » (p. 270). En somme, ces pratiques marginales décrites à gros traits et en quelques lignes (il s’agit du chapitre le plus court de l’ouvrage) seraient responsables de la régression, puis du rejet des pratiques vénales en Occident. Le lecteur devra alors se contenter de cette hypothèse et de quelques pistes rapidement évoquées car l’auteur termine son propos sur ce constat de l’abolition du prostibulum publicum en décidant de laisser dans le flou cette période transitoire entre la fin du cycle auquel il s’est consacré dans cet ouvrage et le commencement d’un nouveau.

12Au terme de cet ouvrage, certains points demeurent donc confus, voire complètement occultés par l’auteur. C’est notamment le cas des quelques développements sur le genre qui se réduisent au stade introductif. Jacques Rossiaud repère par exemple une évolution intéressante dans la tenue des bordels publics qui passe progressivement des mains des femmes à celles des hommes. Toutefois, il ne propose aucune interprétation sur ce phénomène essentiel dans la compréhension du rapport entre les sexes. Il développe d’ailleurs un regard très critique sur les éventuelles orientations de la recherche dans ce domaine, dénonçant « l’esprit moralisateur et « genré » ayant si longtemps dominé l’histoire de la prostitution » (p. 141).

13Il est également surprenant de constater que cette histoire de la prostitution soit écrite sans aucune véritable considération sur les pratiques sexuelles. À l’exception de quelques remarques ponctuelles, le lecteur n’apprendra donc rien de précis sur les services corporels proposés par les meretrices, les jeux et goûts sexuels du Second Moyen Âge, ainsi que l’usage d’éventuels ustensiles qui apparaissent pourtant sans détour dans le corpus d’illustrations qui accompagne cette étude. De même, les clients sont relativement absents dans cette histoire de la prostitution qui porte davantage son regard sur l’offre que sur la demande. Jacques Rossiaud s’égare d’ailleurs parfois sur ces questions lorsqu’il évoque d’éventuels fantasmes qui, à défaut d’appuis archivistiques, apparaissent davantage comme la traduction d’une vision contemporaine que comme une véritable réalité du passé. Ainsi, évoquant l’élégance vestimentaire et le luxe d’apparat arboré par certaines prostituées, l’auteur affirme que « ce clinquant offre peut-être aux hommes le rêve de jouir d’une femme de condition supérieure, ou au besoin, de l’humilier » (p. 185). Rien n’est moins sûr. Enfin, il est également à regretter des expressions parfois maladroites de l’auteur autour de la sexualité. On peut notamment s’interroger sur l’intérêt d’évoquer des « terrains de chasse » (p. 113) pour qualifier l’offre prostitutionnelle en Italie.

14Cette étude sur la prostitution en Occident du xiie au xvie siècle est donc précieuse par la qualité et l’érudition de son contenu. Si elle présente quelques faiblesses dans la proposition de modèles d’interprétation généraux, elle demeure un formidable recueil renseigné par des études de cas très précises.

Haut de page

Bibliographie

BOUREAU André, « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités », Annales ESC, 1989, pp. 1791-1504.

DUBY Georges, L’Histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991.

MARTIN Hervé, Mentalités médiévales, xie-xve siècle, Paris, PUF, 1996.

ROSSIAUD Jacques, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Rossiaud Jacques, Amours vénales, La prostitution en Occident, xiie-xvie siècle », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/1907

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org