Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Talbot Mary, Language and Gender

Cambridge, Polity Press, 2010 [1998]
Luca Greco
Référence(s) :

Talbot Mary, Language and Gender, Cambridge, Polity Press, 2010 [1998]

Texte intégral

  • 1  Exception faite pour les travaux pionniers de Michard (1982, 2002) sur l’agentivité des femmes dan (...)
  • 2  Je traduis « gender and language studies » par « recherches linguistiques sur le genre ». Merci à (...)

1L’ouvrage de Mary Talbot, Language and Gender, est une introduction à un domaine assez méconnu en France1 : les gender and language studies. Il s’agit d’un ensemble de recherches linguistiques sur le genre2 dont la naissance remonte à 1973, date à laquelle la féministe et linguiste Robin Lakoff publie un article pour la revue Language and Society et qui rencontrera tout de suite un accueil très important, typique des textes qui marqueront une discipline et la naissance d’un nouveau champ de recherche. Un an après, elle publiera le livre Language and Woman’s Place dans lequel elle présentera les traits caractéristiques du « langage des femmes » à partir du point de vue d’une féministe qui voit dans cet idiome une marque du pouvoir hétéro-patriarcal et le signe d’une différence et d’un déficit linguistiques. Enfin, vingt-neuf ans après la publication du livre, une nouvelle édition sera publiée avec un retour réflexif de l’auteure sur son propre travail, ainsi que sur sa réception dans la communauté scientifique avec notamment les commentaires des membres les plus influents des recherches linguistiques sur le genre.

2Le manuel de Talbot est structuré autour de trois parties : « Preliminaries : Airing Stereotypes and Early Models » (partie I), « Interaction among Women and Men » (partie II), « Discourse and Gender : Construction and Performance » (partie III). Tout au long de ces sections, l’objectif de l’auteure est double. D’une part, elle indique les voies possibles pour articuler le genre au langage. D’autre part, elle présente les paradigmes des champs de recherche ainsi que ses propres travaux situés dans le domaine de l’analyse critique de discours.

3En ce qui concerne l’articulation du genre et du langage (partie I), celui-ci peut être vu aussi bien comme le « reflet » de la société – dans ce cas, les marques linguistiques nous renseignent sur les relations de pouvoir entre les genres – ou bien comme un « outil de création » des genres eux-mêmes. Dans ce cadre, les marques linguistiques de politesse, les marques d’adresse (en anglais : Miss, Mrs, Mr) créent et renforcent les inégalités entre les hommes et les femmes. En effet, la première partie est entièrement consacrée à la façon dont les langues rendent compte de la différence des sexes et du pouvoir hétéro-patriarcal. À ce propos, ce sont les ouvrages pionniers de Robin Lakoff et de Dale Spender (1985) qui sont présentés et commentés. Dans ces deux travaux , on part du constat que les caractéristiques lexicales, syntaxiques, pragmatiques du langage portent les traces des relations asymétriques entre les hommes et les femmes dans la société. Deux idées émergent de ces recherches. (1) La langue contient et transmet une vision sur le monde. De ce fait, pour intervenir dans les relations de pouvoir entre les hommes et les femmes, il faut intervenir au niveau de la langue. (2) Il existe un langage des femmes avec des caractéristiques bien précises que l’on peut répertorier : un lexique spécialisé dans les couleurs et les émotions, des adjectifs dits « vides » (cute, divine…), l’utilisation d’une intonation interrogative posée à la fin d’une assertion, les stratégies de mitigation d’une déclaration (Well, I don’t know…), la présence d’intensificateurs (so) et des marques de politesse dans la conversation, l’absence d’humour, la présence l’hypercorrection, etc. Deux problèmes émergent de ce type de travaux : une vision essentialiste des genres et des sexes, un positionnement sexiste sur les femmes et une approche de la langue quelque peu statique. De ce fait, les traits linguistiques des femmes ne sont ni appréhendés par leur pluri(vs. mono)-fonctionnalité, ni mis à l’épreuve d’autres situations ou contextes culturels.

  • 3  Traduction personnelle d’« autorship », qui renvoie au statut, à la fonction et à la mise en quest (...)

4La présentation des approches rendant compte de l’articulation entre genre et langage est poursuivie dans la deuxième partie avec une entrée empirique différente : les conversations quotidiennes en famille ou entre pairs. Selon les chercheur-e-s ayant travaillé dans le domaine des interactions, les conversations sont une excellente entrée en matière pour étudier la façon dont la domination est exercée sur les femmes de la part des hommes (paradigme de la domination). Dans ce cadre, une description détaillée des interruptions dans la conversation, de la façon dont les questions et les réponses sont formulées et des modalités de démarrage et de développement d’un objet de discours dans l’interaction peut se révéler extrêmement précieuse pour comprendre le poids de la domination masculine sur les femmes dans la société. À ce propos, selon Ochs et Taylor (1995), les narrations en famille peuvent être interprétées en tant que dispositifs de contrôle et de monitorage des liens de parenté et de genre. Dans la littérature sur les échanges discursifs, on découvre également qu’il y a des styles interactionnels transmis dès l’enfance lors des procédés de socialisation langagière. Ainsi, les hommes auraient la tendance à mettre en avant dans la conversation un style marqué par la compétition et par l’opposition, alors que celui utilisé par les femmes relèverait davantage de l’intimité et du partage (Tannen 1991). Selon Talbot, il faudra attendre l’avènement de la queer linguistics à la fin des années quatre-vingt-dix (Livia, Hall, 1997) pour interroger et déconstruire cette vision essentialiste et binaire des sexes et des genres (Partie III). C’est à ce moment-là qu’une vision dynamique et critique des rapports entre genre et langage commence enfin à s’instaurer et que de nouveaux objets (la sexualité, les masculinités, l’hétérosexualité) voient le jour. Après les paradigmes du déficit linguistique (Lakoff), de la domination (Spender, Ochs et Taylor) et de la différence (Tannen), le paradigme de la performance s’installe dans les recherches linguistiques sur le genre dans le sillage des travaux de Judith Butler. Une des caractéristiques de ce quatrième paradigme est l’approche « critique » dont la force consiste à dénicher dans les pratiques linguistiques des acteurs sociaux les mailles et les (ethno)logiques du pouvoir à l’œuvre dans les échanges discursifs des participant-e-s. Si Judith Butler est reconnue comme une des références majeures pour penser les sexes et le genre, c’est plutôt Michel Foucault qui sera mobilisé pour appréhender les discours en tant que structures de contrainte et de possibilité. Dans ce cadre, le langage sera vu moins comme un reflet de la société que comme un dispositif idéologique de constitution et de segmentation des genres et des sexes. Dans cette partie, on fait également l’état de recherches proposant un lien entre microstructures linguistiques (comment les textes codifient et véhiculent une idée de la féminité) et macrostructures sociales (économie libérale, capitalisme…). De fait, une vision polyphonique des textes croisant et évoquant plusieurs voix, auterités3, genres discursifs, cadres sociopolitiques est proposée. Mary Talbot dans sa dernière partie se penche enfin sur un ensemble de travaux faisant le point sur les modalités d’accomplissement de la féminité, de la masculinité, de l’hétérosexualité et du sexisme dans les textes et la parole-en-interaction.

5On peut regretter, à la fin de la lecture de la deuxième édition de ce livre, l’absence de toute une littérature portant sur la catégorisation, l’intersectionnalité, les identités transgenre, le corps et les relations entre la globalisation et les identités sexuelles au sein des recherches linguistiques sur le genre. Si l’on pose un regard sur les travaux français publiés dans les années quatre-vingt et passés sous le silence des institutions académiques, les recherches de Claire Michard auraient mérité d’être citées comme un exemple d’approche critique de l’étude des relations entre pouvoir, langage et catégories sexuelles. Pour ne pas parler des travaux publiés en anglais par Monique Wittig (1992) sur la langue et sur la littérature et qui auraient eu toute leur place dans un manuel d’introduction aux recherches linguistiques sur le genre.

6Parmi la pléthore des manuels sur les gender and language studies aux États-Unis et en Angleterre, l’ouvrage de Mary Talbot doit être salué comme une contribution importante à l’histoire des paradigmes ayant traversé le domaine au cours de ces dernières décennies ainsi que par la mise en avant des approches critiques et de la place du pouvoir dans le champ de l’analyse du discours.

Haut de page

Bibliographie

BAIDER Fabienne, Hommes galants, femmes faciles : Étude socio-sémantique et diachronique, Paris, L’Harmattan, 2004.

BAILLY Sophie, Les hommes, les femmes et la communication : Mais que vient faire le sexe dans la langue ?, Paris, L’Harmattan, 2008.

DISTER Anne, MOREAU Marie-Louise, Féminiser ? Vraiment pas sorcier ! : La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres, Bruxelles, de Boeck, 2009.

DUCHÊNE Alexandre, MOÏSE Claudine (dir.), Langage, genre et sexualité, Montréal, Nota Bene, 2011.

ELMIGER Daniel, La féminisation de la langue en français et en allemand : Querelle entre spécialistes et réception par le grand public, Paris, Honoré Champion, 2008.

HOUDEBINE Anne-Marie (dir.), La féminisation des noms de métiers. En français et dans d’autres langues, Paris, L’Harmattan, 2000.

LAKOFF Robin, « Language and Woman’s Place », Language in Society, 2, 1, 1973, pp. 45-80.

LAKOFF Robin, Language and Woman’s Place, New York, Harper and Row, 1975.

LAKOFF Robin, Language and Woman’s Place. Text and Commentaries, Oxford, Oxford University Press, 2004 [nouvelle édition sous la direction de Mary Bucholtz].

LIVIA Anna, HALL Kira (dir.), Queerly Phrased: Language, Gender and Sexuality, Oxford, Oxford University Press, 1997.

MICHARD Claire, Le sexe en linguistique. Sémantique ou zoologie ?, Paris, L’Harmattan, 2002.

MICHARD Claire, RIBERY Claudine, Sexisme et sciences humaines. Pratique linguistique du rapport de sexage, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2008 [1982].

OCHS Elinor, TAYLOR Carolyn, « The Father Knows Best Dynamic in Dinnertime Narratives », in HALL Kira, BUCHOLTZ Mary (dir.), Gender Articulated: Language and the Socially Constructed Self, New York, Routledge, 1995, pp. 97-121.

SPENDER Dale, Man Made Language, Londres, Routledge, 1985.

TANNEN Deborah, You just don’t understand, Londres, Virago, 1991.

WITTIG Monique, The Straight Mind and Other Essays, Boston, Beacon Press, 1992.

Haut de page

Notes

1  Exception faite pour les travaux pionniers de Michard (1982, 2002) sur l’agentivité des femmes dans la langue, les recherches sur la féminisation des noms de métiers (Houdebine, 2000 ; Elmiger, 2008 ; Dister, Moreau, 2009) et les travaux sur les idéologies de genre (Baider, 2004) et les différences sexuelles dans le langage (Bailly, 2008). Il faudra attendre 2011 pour avoir un recueil de textes en français sur les recherches linguistiques sur le genre et la sexualité (Duchêne, Moise, 2011).

2  Je traduis « gender and language studies » par « recherches linguistiques sur le genre ». Merci à Lorenza Mondada pour m’avoir aidé à trouver une solution à ce problème de traduction linguistique et culturelle et m’avoir proposé cette dénomination que je trouve particulièrement pertinente.

3  Traduction personnelle d’« autorship », qui renvoie au statut, à la fonction et à la mise en question de l’« auteur » dans un texte. Cette problématique croise les interrogations théoriques de l’anthropologie réflexive des années 1980 aux États-Unis mais aussi un certain nombre de théories du texte émergeant dans les travaux de Roland Barthes et de Michel Foucault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Greco, « Talbot Mary, Language and Gender », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1910

Haut de page

Auteur

Luca Greco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org