Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Bologne Jean-Claude, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées

Paris, Le Seuil, 2010
Lola Gonzalez-Quijano
Référence(s) :

Bologne Jean-Claude, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, Paris, Le Seuil, 2010

Texte intégral

  • 1  Elle ne faisait l'objet que de quelques pages en introduction.

1Avec ce livre, Jean-Claude Bologne complète son Histoire de la pudeur paru en 1986 en s’intéressant ici plus aux sentiments qu’aux comportements de pudeur et en prenant en compte ces vingt dernières années, aussi riches selon lui que les vingt siècles qui les ont précédées. Son premier livre abordait la pudeur par le biais des rapports de l’homme avec sa nudité dans différents domaines de la vie quotidienne (le bain, le lit, le vêtement, etc.) et de la vie artistique (langue et littérature, arts plastiques, théâtre et cinéma). Ce deuxième ouvrage, qui développe des réflexions déjà campées dans l’importante conclusion du premier (Bologne, 1986, 299-334), est surtout l’occasion de penser une sexuation de la pudeur à peine esquissée, comme l’auteur le reconnaît lui-même, auparavant1.

2Pudeurs Féminines. Voilées, dévoilées, révélées ne se réduit pas pour autant à une lecture genrée d’un sentiment cher à l’histoire des mentalités. Par bien des aspects, cette histoire occidentale de la pudeur – définie comme la disposition plus ou moins marquée à dissimuler ce que nous ressentons comme une fragilité ou un caractère essentiel de notre personnalité – est avant tout une histoire du corps et de son contrôle. Cet ouvrage, qui s’intègre bien plus que le premier dans la question du « processus de civilisation » (Elias, 1991 [1939] ; Duerr, 1998 [1988]), offre en effet des perspectives intéressantes sur la place spécifique du corps féminin dans ce processus, mais aussi sur le rôle joué par les représentations de la femme dans la pensée de la civilisation et de l’altérité.

3Pudeurs Féminines s’ouvre sur un premier chapitre traitant de l’Antiquité et offrant un large éventail des pratiques dans les mondes grec, romain et proche-oriental. Face à cette pluralité des us et coutumes, on aurait aimé que son auteur s’arrête davantage sur la pudeur et le port du voile comme signes de distinction social. Caractéristique qui, à la lecture de ce livre, semble pourtant l’une des caractéristique semble pourtant commune à ces trois cultures. À Rome, seules les patriciennes pouvaient par exemple sacrifier au culte de la déesse Pudeur. En l’absence d’état civil, la pudeur féminine tenait lieu de statut social et permettrait de distinguer l’épouse, de la concubine ou de l’esclave, tandis que la fréquentation de certains lieux comme les banquets suffisaient à ruiner la pudeur et la réputation d’une femme.

4Au Moyen Âge, les conceptions de la pudeur féminines sont inséparables des discours théologiques portés sur la nature de la femme. Celle-ci doit cacher sa nudité qui ne peut être source que de tentation (pour les parties supérieures du corps que sont le visage ou les seins) ou de dégoût (pour les parties inférieures : pieds, sexe, fesses). Malgré le développement des représentations chrétiennes de la femme éternelle tentatrice et insatiable femelle et l’association théologique de la pudicité et de la volonté, le Moyen Âge connaît également « la fiction d’une pudeur naturelle à la femme ». Ce chapitre est également l’occasion d’un développement quant au port chrétien du voile (ce dernier se répand à partir du xiie siècle, au moins dans les représentations, puis s’impose entre 1300 et 1500 avant que son port se raréfie, même dans les classes supérieures, à la fin du Moyen Âge) qui nous a semblé particulièrement intéressant compte tenu du contexte français actuel.

5Ce n’est qu’en 1542 que le mot de pudeur entre dans la langue française. Presque aussitôt réservé aux femmes, il tend à définir et à devenir l’essence même de la féminité. Si son introduction oblige à une réflexion sémantique et à l’affinement des émotions qu’il recouvre (il est désormais largement distingué du sentiment de honte), deux autres phénomènes beaucoup plus larges contribuent grandement à sa modification : l’évolution de la différenciation des sexes et la relativité des comportements occidentaux. Tandis que vêtements, langage ou littérature consacrent et protègent cette vertu féminine et que les manuels de savoir-vivre et d’éducation entendent suppléer à une pudeur naturelle qui se révèle parfois défaillante, philosophes et savants s’interrogent, particulièrement au xviiie siècle, sur ses origines. Si la pudeur est relative et n’existe pas dans toutes les cultures, comment est-elle née ? Et comment expliquer qu’une vertu originelle ait besoin d’être éveillée par l’éducation ?

6Au xixe siècle, la pudeur, dont la définition se rapprocha durant tout ce siècle de celle de décence, suscite l’intérêt du juge et du législateur. La pudeur légale rejoint alors les discours médicaux de l’époque : la nudité est censée horrifier les âmes vertueuses des deux sexes (à quelques exceptions masculines près). Paradoxalement, alors que l’application du délit d’outrage public à la pudeur (1810) conduit à condamner toute nudité, se développe une théorie de la nudité pudique, du nu chaste, considérant que le but de l’artiste (ou du médecin), puisqu’il n’a notamment pas pour objet la contemplation de la nudité, lève toute obscénité. Avec l’idée que la pudeur réside moins dans la dissimulation du corps que dans la qualité du regard qui se pose sur lui. Théorie parfaitement illustrée par ce souvenir du peintre Amaury-Duval : une jeune modèle de seize ans posait sans-gêne (et nue) pour les élèves d’Ingres. Mais elle s’enfuit tout d’un coup en poussant un cri effarouché lorsqu’elle aperçut un couvreur qui l’observait par la fenêtre (Amaury-Duval, 1878, 77-78).

7En ce début de xxie siècle, la pudeur féminine est devenue une valeur au mieux désuète, au pire discriminatoire. D’une part, parce que l’existence d’une nudité pudique ou désérotisée, autrefois cantonnée aux domaines médical ou artistique, fut plus largement revendiquée par des mouvements sociaux comme le nudisme et le naturisme. Pour autant, le corps nu n’est pas sauvage, il est même soumis à un important travail de domestication et de codification, qui le rend visible sans scandale donc décent, qu’illustre parfaitement l’histoire de la plage et du maillot de bain. D’autre part, parce que les mouvements féministes, en récusant toute distinction de nature entre les sexes, ont remis en cause l’idée même de vertu féminine et ont fait, sans être les seuls, de la nudité un élément de contestation sociale. La pudeur n’a pour autant disparue, mais l’ancien concept de pudeur-honte est insuffisant pour analyser les comportements actuels.

  • 2  L'Histoire de la pudeur n'allait que du Haut Moyen Âge à nos jours.

8Pudeurs Féminines. Voilées, dévoilées, révélées est donc une histoire de la pudeur féminine de l’Antiquité jusqu’à nos jours2. De par sa forme, cet ouvrage bute contre les problèmes inhérents aux grandes synthèses historiques – nature des sources extrêmement diverse d’une époque à l’autre, rétrécissement géographique pour la période contemporaine, risque de généralisation excessive – mais il a le mérite de montrer combien l’histoire de la pudeur est cyclique et ne peut s’apparenter uniquement à un long cheminement vers une nudité ordinaire et désérotisée.

9De ce livre, écrit dans le contexte du projet de loi sur l’interdiction du voile intégral, Jean-Claude Bologne a sans doute voulu, en abordant notamment le port chrétien du voile, qu’il puisse éclairer les enjeux et les débats actuels. Il propose pour cela de dépasser l’habituelle dichotomie pudeur/impudeur en envisageant une troisième voie, celle du « voile invisible » ou de la « pudeur révélée ». Si, en raison d’une documentation riche et variée, on perd cependant un peu le fil de cette argumentation, ce livre offre un large panorama des théories sur la pudeur (féminine) en vogue à différentes époques. Si d’autres pistes de recherche restent à explorer, à partir notamment d’une approche plus intersectionnelle alliant davantage genre et classe, l’importance de ce nouvel ouvrage de Jean-Claude Bologne est de mettre en lumière combien cette « vertu » féminine a été pensée, par ses divers théoriciens, dans le cadre d’un « processus de civilisation ». Perspective qui nous semble des plus heuristiques pour penser les tensions et les dissensions à l’œuvre aujourd’hui autour du port du voile et du corps des femmes.

Haut de page

Bibliographie

AMAURY-DUVAL, L’atelier d’Ingres, Paris, Charpentier, 1878.

BOLOGNE Jean-Claude, Histoire de la pudeur, Paris, Olivier Orban, 1986.

DUERR Hans-Peter, Nudité et Pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1998 [1988].

ELIAS Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1991 [1939].

Haut de page

Notes

1  Elle ne faisait l'objet que de quelques pages en introduction.

2  L'Histoire de la pudeur n'allait que du Haut Moyen Âge à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Gonzalez-Quijano, « Bologne Jean-Claude, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/1918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org