Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale

Paris, La Dispute, coll. Corps Santé Société, 2010
Carine Guerandel
Référence(s) :

Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Paris, La Dispute, coll. Corps Santé Société, 2010

Texte intégral

1L’ouvrage de Martine Court débute sur le constat relativement partagé de la différenciation sexuée des usages sociaux du corps : les garçons manifestent de l’intérêt pour les jeux sportifs et les filles accordent de l’importance au travail de l’apparence. Toutefois, comme le souligne l’auteure, il existe des variations au sein de chaque « classe sexuelle » (Goffman, 2002 [1979]). Certaines filles sont sportives et/ou peu coquettes, certains garçons préfèrent les jeux d’intérieurs au sport ou se montrent attentifs au travail de l’apparence. Les discours de sens commun et parfois même scientifiques expliquent les comportements atypiques des enfants par leur « forte personnalité ». Leur « caractère » naturellement différents des normes sexuées socialement construites leur permettrait de résister au formatage social visant à les rendre conforme à leur genre. L’enquête consiste alors à déconstruire cette vision essentialiste en analysant finement la fabrication des corps sexués des enfants. L’étude des processus de socialisation permet, en effet, de mettre en évidence la (re)production de la corporéité des filles et des garçons caractéristiques d’une classe sexuelle, mais également, les écarts à la norme, c’est-à-dire la manière dont ils acquièrent des dispositions corporelles et des rapports au corps typiques de l’autre classe.

2L’ouvrage s’organise en cinq chapitres. Le premier présente le questionnement de départ et le dispositif d’enquête. Il dresse notamment un état des lieux exhaustif des travaux portant sur le maintien des inégalités entre les sexes en matière de sport et de travail de l’apparence. Contrairement aux enquêtes quantitatives présentées, celle de Martine Court privilégie un recueil de données qualitatif. Elle a mené un travail de terrain de longue durée avec des observations en milieux scolaires (trois classes de CM2 dans deux écoles différentes), complétés par de nombreux entretiens avec des enfants enquêtés et leurs parents. Les chapitres suivants dressent les portraits de dix enfants. De manière quasi-symétrique, les chapitres 2 et 4 s’intéressent au cas des filles et des garçons développant des goûts et des pratiques caractéristiques de leur classe sexuelle. Les chapitres 3 et 5 présentent les cas de 2 filles et 3 garçons dotés de dispositions corporelles atypiques. Chaque portrait permet de comprendre l’articulation des effets des différents agents de socialisation pouvant se renforcer (dans le cas d’une socialisation homogène) ou se nuancer (dans le cas de pratiques et/ou de discours contradictoires) les uns les autres.

3Ainsi, si l’acquisition de dispositions à la pratique d’un sport ou du travail de l’apparence varie selon le sexe de l’enfant, les résultats révèlent une réalité plus complexe qu’elle n’y parait et permet de prendre le contre-pied de nombreuses croyances collectives.

4Tout d’abord, l’auteure contredit l’idée selon laquelle les enfants adopteraient spontanément des conduites caractéristiques de leur classe sexuelle afin d’être identifiés comme des membres de cette classe. En effet, les processus de socialisation ne se résument pas à l’imitation des conduites. En s’interrogeant sur les conditions sociales de possibilité du désir, elle montre que la plupart des filles accordent de l’importance à leur apparence en raison des nombreuses sollicitations reçues à effectuer ce travail et aux gratifications symboliques qui résultent de leurs conduites. Les filles apprennent donc à prendre du plaisir quand elles s’adonnent aux pratiques d’embellissement. De la même manière, les garçons sont davantage encouragés à s’engager dans une activité sportive et à aimer la pratiquer.

  • 1  Les noms des enquêté-e-s ont été modifiés par l’auteure afin de respecter les règles de l’anonymat (...)

5Les discours communs considèrent également que les enfants imitent automatiquement le parent de même sexe, en insistant notamment sur le rôle prépondérant du modèle maternel dans la construction du rapport des filles à leur apparence. Virginie Rodrigues1 constitue un cas de « transmission croisée » (p. 102) qui permet de discuter cette affirmation. Le père de la jeune fille joue un rôle central dans la socialisation corporelle de sa fille. La configuration familiale de Virginie facilite ce mode de socialisation paternelle (elle reste fille unique pendant cinq ans). Encouragée par sa mère à se préoccuper du travail de l’apparence, la jeune fille y prête attention tout en dénigrant l’intérêt que l’on peut porter à ce travail. En revanche, elle s’engage de manière intensive dans la pratique sportive, apprécie la compétition et cherche à progresser. Ces résultats vont donc dans le sens de travaux (Menneson, 2005) déjà connus sur la construction des dispositions corporelles enfantines des sportives de haut niveau engagées dans des pratiques plutôt réservées aux hommes. L’originalité de l’enquête réside plutôt dans la description fine et contextualisée de l’hétérogénéité des socialisations, autrement dit des différentes influences socialisatrices et de leurs effets sur la construction des dispositions corporelles de la jeune fille. Le portrait d’Amandine Tixier permet également de contrecarrer l’idée qu’une fille coquette a forcément imité sa mère. La jeune fille accorde en effet beaucoup d’importance à son apparence tandis que sa mère, une femme de ménage, présente un rapport au corps instrumental et une apparence peu travaillée.

6Le cas d’Amandine permet aussi d’aborder la question des effets socialisateurs des modèles médiatiques à destination des petites filles. Bien souvent, l’influence des médias est surestimée comme dans les discours associant maladroitement la violence des images à la violence des jeunes, l’évolution des tenues des jeunes filles à celles des icones médiatiques…

7Or l’enquête de Martine Court met en évidence le rôle central de l’entourage des enfants. Les parents, les membres de la fratrie, les grands-parents, les oncles et les tantes, les cousins, les personnes chargés de la garde des enfants et bien évidemment le groupe de pairs constituent autant d’agents de socialisation susceptibles d’orientés le rapport de l’enfant aux figures médiatiques. Ainsi, si Amandine imite régulièrement les pratiques corporelles d’une chanteuse, ce processus d’identification ne s’effectue pas dans un « vide social » (p. 54). Les discours et pratiques de l’entourage contribuent activement à développer son admiration pour la star en encouragent et légitimant cette identification. D’autres parents mieux dotés culturellement et économiquement adoptent l’attitude inverse : ils tentent de décourager le travail d’identification de leur fille aux vedettes médiatiques qu’ils jugent peu légitime.

8Cela nous amène donc à aborder une autre réussite de cet ouvrage, l’articulation de la variable genre à la variable classe dans l’analyse sociologique. Les parents encouragent leurs enfants à adopter les conduites typiques de leur classe sexuelle jugées légitimes et les incitent à renoncer à celles perçues comme peu appropriées en raison de leurs dispositions de classe. L’enquête montre donc que la socialisation de classe peut interférer avec la socialisation de genre comme dans le cas de Mathurin Amblard, issu d’une famille dotée en capital culturel, qui accorde peu d’intérêt à l’engagement sportif.

9Si le sexe, la configuration familiale, le rapport aux médias et la classe sociale influencent le rapport à la corporéité des filles et des garçons, il en est de même de la socialisation entre pairs (Marion Sahut, Anaïs, Varsovic, Geoffrey Verrier). Par exemple, Geoffrey Verrier va surinvestir la pratique sportive du football afin de faire oublier le stigmate d’« intello », à cause duquel il subit de mauvais traitements par des garçons de son école. Son engagement sportif s’explique donc par la socialisation des pairs.

10Ainsi, cette enquête révèle toute la complexité des processus de socialisation. Si l’influence de la famille nucléaire et notamment celle des parents semble primordiale, les autres agents socialisateurs peuvent renforcer ou contrarier la socialisation familiale. Comme le résume l’auteure en conclusion, une série d’incitations directes (encourager à la pratique) ou indirectes (gratifications implicites ou explicites) et la création des conditions du désir et de l’envie va favoriser l’acquisition de disposition à la pratique d’un sport ou du travail de l’apparence. Cependant, des agents de socialisation peuvent également s’opposer à cette acquisition en produisant des discours ou des pratiques contradictoires. Ces contradictions expliquent en partie les « ratés de la transmission » (p. 236).

11Finalement, cet ouvrage nous apparait extrêmement riche avec une méthodologie et des résultats particulièrement porteurs pour la sociologie du genre et la sociologie de la socialisation. Soulignons notamment l’intérêt des entretiens réalisés avec différents membres d’une même famille dans leur lieu d’habitation et la finesse d’analyse de la variété et de la complexité des processus de socialisation enfantine. De même, les différents portraits mettent en évidence l’antagonisme des rapports sociaux de sexe. En effet, on voit bien tout au long de la lecture qu’il est plus facile pour une fille que pour un garçon de s’engager dans des pratiques caractéristiques de l’autre classe sexuelle. Certains parents reconnaissent leur fierté d’avoir une fille « garçon manqué » (comme c’est le cas du père de Virginie Rodrigues) alors qu’il semble plus difficile à accepter que les garçons soient « féminins » (c’est le cas de la mère de Jérémy Blachon). Comme l’écrit l’auteure concernant les garçons, « la possession de dispositions s’observant plus souvent chez les filles ne résulte pas d’un processus de féminisation global de l’individu » (p. 201). Afin d’approfondir l’analyse en ce sens, la mise en perspective d’un portrait de garçon, non sportif et accordant de l’importance au travail de l’apparence, avec celui d’une fille « garçon manqué » permettrait de mettre en évidence l’asymétrie des positions de genre relative à la hiérarchisation et la différenciation du « masculin » et du « féminin ». Enfin, cette enquête suscite la curiosité du lecteur et donne envie de développer des points de l’analyse, abordés rapidement par l’auteure. Il serait notamment intéressant de mettre en perspective la socialisation sexuée et corporelle à l’œuvre au sein de la famille (ou entre pairs) avec celle proposée au sein des structures sportives. A l’instar du rapport de recherche dirigé Christine Mennesson et Gérard Neyrand (2010), il s’agirait de comprendre comment s’articulent ces différentes instances de façonnage des corps et des esprits. Certains portraits montrent bien que la socialisation de club peut renforcer ou, au contraire, contredire les principes transmis par les parents. Par exemple, la socialisation sportive de Marion au sein du club de judo fait écho aux discours familiaux. À l’inverse, la mère d’Elina Macedo n’accorde aucune importance aux classements sportifs, considérant la gymnastique (le sport pratiqué par ses deux filles) davantage comme une activité artistique. Ainsi, Elina n’apprécie pas son entraîneur dont les pratiques pédagogiques valorisent le dépassement de soi et la performance. En revanche, elle apprécie cette activité d’agrément visant la production de formes esthétisées. Les caractéristiques techniques et symboliques de la pratique vont donc dans le sens de son intérêt porté au travail de l’apparence tandis que l’intervenant favorise un rapport à la compétition sportive qui s’oppose à celui valorisé au sein de la famille. L’étude des tensions entre ces deux instances de socialisation permettraient peut-être de mieux comprendre les effets de la « socialisation secondaire » (Berger, Luckmann, 1992 [1982]) sur les dispositions construites au cours de la « socialisation primaire ». Autrement dit, il s’agirait de comprendre par quels processus les enfants peuvent, en grandissant, construire un nouveau rapport au corps influencé par l’engagement sportif ou, au contraire, résister et de fait, abandonner l’activité, quand les enjeux de compétition annulent le plaisir et l’intérêt à pratiquer de l’enfant non disposé à accorder de l’importance à la performance.

12Au-delà des analyses particulièrement éclairantes sur les processus étudiés, cet ouvrage ouvre également la voix à de nouvelles enquêtes et de nouveaux questionnements.

Haut de page

Bibliographie

BergerPeter et Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992 (1986).

GoffmanErving, L’arrangement des sexes, Paris, La dispute, 2002 (1979).

Mennesson Christine, Être une femme dans le monde des hommes, Paris, L’Harmattan, 2005.

MENNESSON Christine, NEYRAND Gérard, Le rôle des loisirs culturels et sportifs dans la socialisation sexuée des enfants, rapport final pour le Ministère de la Culture, Laboratoire Sports, Organisations, Identités & LISST-Centre Anthropologie sociale EHESS-UTM-CNRS, Université de Toulouse, janvier 2010.

Haut de page

Notes

1  Les noms des enquêté-e-s ont été modifiés par l’auteure afin de respecter les règles de l’anonymat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Guerandel, « Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/1934

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org