Navigation – Plan du site
Dossier
Textes

À la recherche de la femme idéale… Les stéréotypes de genre et de race dans le commerce de « promises par correspondance »

In search of the ideal woman: gender and race stereotypes in the mail-order bride industry
Gwenola Ricordeau

Résumés

Cet article explore l’imaginaire érotique des matériaux publicitaires, principalement diffusés sur Internet, des agences qui proposent des « promises par correspondance ». Ces agences s’adressent à des hommes occidentaux souhaitant se marier avec des femmes principalement catégorisées comme « asiatiques », « slaves » ou « africaines ». Le discours proposé aux clients comporte de nombreux préjugés à l’encontre des femmes occidentales et valorise la « soumission » et les « valeurs familiales » des femmes proposées. Les descriptions par les agences de « la » femme « slave », « asiatique » ou « africaine » évoquent généralement leur « sensualité », voire leur « sexualité exotique ». Ainsi, les imaginaires érotiques qu’hébergent « l’Asie », « la Russie » et « l’Afrique » articulent des stéréotypes de genre et de « race ».

Haut de page

Texte intégral

1La « maitresse exotique » de l’homme blanc est un personnage classique des romans coloniaux (Yee, 2003), mais également d’autres productions culturelles mettant en scène des relations amoureuses entre hommes blancs et femmes racialisées dans un contexte colonial. De Madame Chrysanthème (Pierre Loti, 1887) à la comédie musicale Miss Saigon (Claude-Michel Schönberg et Alain Boublil, 1989), en passant par l’opéra Madame Butterfly (Giacomo Puccini, 1904), les représentations de la rencontre entre hommes colonisateurs et femmes colonisées sont souvent organisées, au-delà de la diversité des contextes (néo-)coloniaux utilisés, autour de l’attirance dramatique de l’homme blanc pour une femme « exotique ». Une attirance qui d’ailleurs s’avère souvent, in fine, davantage dramatique pour la femme – colonisée – que pour l’homme – colonisateur.

2À partir de matériaux publicitaires d’agences matrimoniales spécialisées dans les « mariages par correspondance », j’explore dans cet article des manières de mettre, aujourd’hui, en images et en mots, les rencontres entre des hommes occidentaux et des « femmes exotiques » et j’esquisse les ressorts d’imaginaires exotico-érotiques spécifiques et communs à « l’Asie », « la Russie » et « l’Afrique ».

Le commerce de « promises par correspondance »

  • 1  Nous traduisons, comme Louise Langevin et Marie-Claire Belleau (2000, 84), l’expression anglo-saxo (...)
  • 2  Comme leur nom l’indique, ils proposent uniquement de « mettre en relation » des personnes. Mais l (...)

3L’expression « commerce de promises par correspondance »1 désigne le secteur des agences matrimoniales qui proposent des « rencontres internationales », c’est-à-dire la mise en relation de partenaires de pays différents souhaitant se marier. Sont donc exclus les sites de « rencontre »2 et ceux proposant des prestations sexuelles payantes. Cette définition, certes minimaliste, désigne de fait un système par lequel des hommes venant de pays développés (et souvent occidentaux) choisissent leurs futures épouses dans des pays sous-développés ou émergents. Les hommes viennent principalement des États-Unis, du Canada, d'Australie, mais aussi d'Europe, du Japon et de Taiwan. Les promises se trouvent essentiellement en Russie et dans les pays de l'ex-Bloc soviétique, en Chine et dans le Sud-est asiatique, en Amérique latine et en Afrique noire. Elles sont catégorisées comme « slaves » ou « russes », « asiatiques » (voire « des îles »), « latinos » ou « africaines ».

  • 3  L’expression « mail-order husband / groom » reste d’un usage exceptionnel et souvent humoristique. (...)
  • 4  On trouve dans l’histoire coloniale, puis des migrations, de nombreux exemples de prises en charge (...)

4Le système de mise en relation est foncièrement inégal entre les hommes (clients) et les femmes (proposées)3 : si l'inscription est gratuite pour ces dernières, les hommes paient les services de l’agence entre quelques centaines et plusieurs milliers d’euros. Outre l’accès aux coordonnées personnelles des promises, les agences peuvent aussi proposer des services connexes (de la traduction de courriers à l’impression de faire-part de mariage) et organiser des visites (« bridal tours ») durant lesquels les clients rencontrent des dizaines de promises d’une région ou d’un pays. Ce type de commerce n'est pas nouveau4, mais son ampleur actuelle, grâce aux moyens techniques modernes (principalement Internet), permet d’évoquer un marché matrimonial mondialisé.

  • 5  Il arrive régulièrement de voir des agences fermer, puis ré-ouvrir avec les mêmes listes de « prom (...)
  • 6  Ainsi, parmi les sites de notre échantillon, Filipina Lady a deux sites-miroirs : Single Filipina (...)

5L’ampleur du commerce de promises par correspondance est difficile à évaluer, notamment parce que de nombreux pays développés ont adopté des législations restreignant les possibilités d’obtention d’un visa pour les femmes étrangères « fiancées » à l'un de leurs ressortissants. Par ailleurs, les pays exportateurs tendent à adopter des législations réprimant le commerce de promises, voire limitant les droits des femmes à se marier avec des étrangers. L’agrégation des estimations des entrées dans les pays importateurs et de celles des sorties dans les pays exportateurs permet d’évaluer à quelques dizaines de milliers le nombre de femmes contractant chaque année un mariage « par correspondance ». Ainsi, d’après les statistiques de l'immigration aux États-Unis (le principal pays importateur), 6 000 à 12 000 promises entreraient annuellement sur le territoire national. Aux Philippines (l’un des plus importants exportateurs), plusieurs milliers de promises quitteraient chaque année le pays (Ricordeau, 2010). L’estimation du nombre d'agences est rendue difficile par la quasi-clandestinité de beaucoup d’entre elles5 et les multiples succursales qu’elles créent afin d’augmenter leur visibilité sur Internet6et leurs chances de « capter » les clients. Les seuls États-Unis abriteraient entre 200 et 500 agences. Le portail de recherche Good Wife [cf. infra] fournit à ses clients américains les adresses d'une soixantaine d'agences proposant des « promises slaves », une trentaine des « latinos » et plus d'une vingtaine d’« asiatiques ». Ces proportions reflètent assez fidèlement la morphologie du commerce anglo-saxon et français de promises par correspondance.

Recherche et méthodologie

  • 7  Cf. Genre, Sexualité & Société, 2, 2009.

6Peu abordé par la recherche francophone, le commerce des « promises par correspondance » a fait l’objet d’une abondante littérature anglophone concernant la plupart des aires géographiques dont sont issus les clients : notamment les États-Unis (Villapando, 1989), l’Australie (Jackson, 1989 ; Holt, 1996 ; Roces, 1998) et le Canada (Condition Féminine du Canada, 2000). Le développement au Japon des rencontres internationales a également été étudié (Piper, 1997 ; Nakamatsu, 2003). Si les chercheurs se sont plus souvent intéressés aux promises (Johnson, 2007) qu’aux clients du commerce (Robinson, 1996), le champ a particulièrement bénéficié des travaux sur les échanges économico-sexuels7, l'articulation entre rapports sociaux de sexe et migrations féminines (Ehrenreich, Hochschild, 1997) et le continuum travail / mariage dans les trajectoires migratoires féminines (Mc Kay, 2003 ; Constable, 2005, 2006).

7Ces travaux ont notamment montré que les caractéristiques socio-économiques et les trajectoires de promises correspondaient peu aux représentations communes de ces femmes (Ricordeau, 2010). Certes, arrivées dans les pays de leur époux, les promises encourent des risques supérieurs à la moyenne de violences conjugales, les politiques migratoires des pays développés les rendent dépendantes de leur conjoint (Saroca, 2007) et elles demeurent « prises » dans les imaginaires exotico-érotiques mobilisés par le commerce de promises (Espiritu, 1997). Pourtant, à l'instar de la plupart des femmes migrantes, les promises sont rarement parmi les plus dépourvues de capitaux économiques et culturels dans leur pays d'origine (Constable, 2003).

8Mon travail se concentre sur les matériaux publicitaires des agences de promises par correspondance, dans la lignée d’autres travaux portant sur les « catalogues de promises » (Wilson, 1988 ; Halualani, 1995). Je ne m’intéresse ici ni au mode de rencontre « par correspondance », ni à celles et ceux qui y recourent, même si les réflexions proposées dans cet article sont nées dans le cadre d’une recherche menée sur les relations affectives et intimes entre hommes occidentaux et femmes philippines, à partir des « mariages par correspondance » aux Philippines (Ricordeau, 2010, 2011). Si le commerce de promises peut difficilement être considéré en dehors des systèmes de domination dans lesquels sont inscrits les individus qui y recourent, ses dimensions affectives et sociales ne sont pas ici évoquées.

9Ce travail repose principalement sur un échantillon de onze agences de rencontres internationales, proposant des promises catégorisées comme « philippines », « asiatiques », « slaves » et « africaines », à des consommateurs français et anglo-saxons. Certaines de ces agences sont internationales et possèdent de nombreuses succursales, d’autres sont des entreprises familiales, créés par des hommes occidentaux ou des couples formés suite à une rencontre « par correspondance ».

10Mon échantillon comprend quatre agences « Philippines » (Everlasting, Filipina Brides on Line, Filipina Lady et Manila Beauty), deux agences « Afrique » (Femme Africaine et Afro Introduction), une agence « Asie » (French Asia), une agence « Asie » et « Russie » (Eurochallenges) et trois agences « Russie » (MCM-AMB, Russian Lady et Your bride). J’ai également inclus dans mon échantillon le principal portail international de recherche de promises par correspondance (Good Wife) et deux portails de « conseils » (Planet Love et Anti-Scam Club).

  • 8  En particulier quant à l’âge, aux revenus et au statut matrimonial.
  • 9  Notamment quant à l’âge, aux caractéristiques physiques et au niveau professionnel.
  • 10  Par exemple : « How to be unforgettable », « Online dating secrets revealed », etc.

11Je me suis inscrite, sous une identité masculine fictive, à plusieurs sites de mariages par correspondance pendant quelques semaines. Mais je me suis rapidement confrontée aux problèmes déontologiques inhérents aux enquêtes à couvert, à commencer par le malaise que suscite une double dissimulation : celle de sa véritable identité aux enquêté-e-s et à ceux/celles-ci leur statut, justement, d’enquêté-e-s. Cherchant à éviter les interactions avec les promises, j’avais créé un profil le moins attractif possible8 et choisi des critères de sélection très restrictifs9. J’ai néanmoins reçu beaucoup de messages, souvent chaleureux et témoignant des espoirs nourris par les utilisatrices des sites. J’ai jugé moralement injustifiable d’abuser ainsi des enquêtées et j’ai donc désactivé mes profils. Ces inscriptions et mes abonnements à des listes de diffusion d’agences de mariage par correspondance m’ont pourtant permis de recevoir régulièrement des publicités par courriers électroniques (juillet 2008 – juin 2010), en particulier des sites French Union et Filipina Heart et de l’auteur spécialiste des « femmes thaïlandaises », Martin Hurley. Ces courriers me proposaient de rencontrer en moyenne deux fois par mois de nouvelles adhérentes [cf. illustration 1], de recourir aux services payants d’agences ou de bénéficier de conseils thématiques10.

Illustration 1 : « Rencontrez Olga, Anna, Liana » [capture d’écran, courriel de Agence 1-femme-russe]

« La femme idéale »

  • 11 How to Date an Asian Woman.Site Love of Asian Women.
  • 12  Le site Filipina Bride Guide propose un également un guide destiné aux hommes occidentaux souhaita (...)

12Dans les pays occidentaux, on trouve en librairie (Clark, 1998 ;Tate, 2005) ou sur Internet de nombreux guides, très majoritairement écrits en anglais, destinés à des hommes souhaitant trouver « la femme idéale » [cf. illustration 2]. Ces guides postulent généralement qu'elle ne peut pas être occidentale, et fournissent des conseils pour « la » trouver en voyageant ou en recourant à des agences. Si le site Love of Asian Women apprend « à rencontrer une femme asiatique »11, le guide de Curtis (2004) est davantage explicite : sa lecture doit permettre de « se faire plus de chattes en voyageant ». Pour sa part, le guide de Hurley (s.d.) explique comment « rencontrer une fille thaïlandaise en dix jours » et celui de Gamsby (s.d.) comment « rencontrer et se marier avec la philippine de vos rêves »12.

Illustration 2 : Ouvrages disponibles à l’achat sur Internet : Filipina Dating. How to Meet and Marry the Filipina of your Dreams! et Filipina Heart: How to marry and Migrate the Filipina of your Dreams [capture d’écran, Street Wise Philippines]

  • 13  Tous les extraits des sites sont traduits de l’anglais par l’auteure, hormis ceux des sites franco (...)

13Ces guides et sites Internet présentent le mariage avec une « femme idéale » comme accessible à des « hommes ordinaires » (pour reprendre une expression qu’ils utilisent fréquemment) : « Notre guide pour un premier rendez-vous marche à tous les coups sur toutes les femmes asiatiques quelles que soient leurs cultures » (Love of Asian Women)13. Se marier, ou plutôt se marier avec une « femme idéale », est réduit à une procédure somme toute très simple, qui passe par le choix d’une « formule » (accès limité ou non aux promises, etc.), la consultation du « catalogue de promises » et enfin la « prise de commande » [cf. illustration 3]. D’ailleurs les clients sont assurés du succès de leur démarche, « quelle que soit [leur] profession [...], quel que soit [leur] âge, quelle que soit [leur] situation familiale » (MCN). Le désir de se marier avec une « femme idéale » est donc présenté comme immédiatement réalisable : « Vous rêvez d'une perle d'Asie (Chine, Thaïlande, Cambodge, Japon...) ? Prenez contact au... » (Eurochallenges)

Illustration 4 : « Ordering and pricing » [capture d’écran, Exotic Asian Women]

14La procédure commence par la consultation, par les clients, des annuaires en ligne (comme Good Wife), où se trouvent les coordonnées d’agences spécialistes d’une ou plusieurs aires géographiques. Les agences ne proposent pas uniquement des promises : elles assistent leurs clients jusqu’à la célébration de leur mariage en leur procurant des conseils généraux sur les relations amoureuses ou spécifiques sur les promises de l’aire géographique choisie. Beaucoup d’agences offrent d’autres services, comme la mise à disposition de modèles de lettres destinées aux promises ou l’envoi de cadeaux (principalement des fleurs et des bijoux) ; elles fournissent généralement des liens commerciaux permettant d’envoyer, facilement et à moindre frais, argent et cadeaux aux promises. Les clients peuvent également trouver des forums de discussions sur lesquels les clients d’agences de promises par correspondance partagent leurs expériences et échangent des conseils.

15Les « catalogues de promises » permettent aux hommes de sélectionner des femmes selon leurs critères de préférence : âge, lieu de résidence (ensemble d’un continent ou ville particulière) ou niveau d'études, mais aussi critères physiques [cf. illustration 4]. La taille et le poids des femmes sont en effet systématiquement renseignés, leurs mensurations le sont très fréquemment et parfois leur virginité est signalée. Beaucoup d'agences signalent si les promises boivent de l'alcool ou fument. Outre les nombreux critères de sélection mis à la disposition des clients, le peu d’exigence des « promises » leur est également mentionné : « Elles ne demandent pas la lune, juste sincérité, compréhension, amour et sécurité » (French Asia).

Illustration 4 : Annonce d’une femme philippine [capture d’écran, Filipina Heart]

16Les agences valorisent la jeunesse des promises proposées, qu’elles soient réellement « jeunes » (la catégorie d'âge la plus élevée est souvent « 30 ans et plus ») ou qu'elles soient réputées paraître « naturellement » plus jeunes. Ainsi, Manila Beauty assure que « les philippines perdent rarement leur silhouette en vieillissant ». Simultanément, les clients âgés sont rassurés : « L’âge est ici un plus pour les hommes » (Filipina Bride on Line). Toutes les agences signalent la prédilection des promises pour des hommes plus âgés qu'elles : « Traditionnellement, ces jeunes femmes asiatiques préfèrent se marier avec un homme plus âgé de dix à vingt ans » (Eurochallenges).

17Pourtant, si les promises sont présentées comme « exotiques », les agences soulignent le peu d’efforts d’adaptation nécessaires au client, puisque, parmi les qualités des promises, figure leur adaptabilité. Celle-ci se décline d’abord par le travail émotionnel qu’elles fourniront afin d’assurer le succès de la relation : « Si une femme asiatique est tombée amoureuse de vous, elle fera tous les efforts […] pour que tout marche entre vous » (French Asia). Par ailleurs, les promises sont décrites comme s’accommodant facilement d’un nouveau cadre de vie, ce qui garantit leur installation dans le pays de résidence des clients. MCN illustre ainsi l’adaptabilité des promises « slaves » : « La mobilité est une vieille tradition des peuples d'Europe de l'Est ». Eurochallenges promet même que « leur intégration en France se fait naturellement sans grand effort. » Les promises sont finalement réputées s’adapter à tous les environnements et à tous les modes de vie, en particulier celui des agriculteurs :

« Et si vous habitez un petit village ou en campagne ? Cela ne pose aucun problème ! Beaucoup d'entre elles préfèrent une vie calme et ne détestent pas la campagne ni même le métier d'agriculteur. Car elles aiment la nature. » (MCN)

18Les agences assurent à leurs clients l’absence de difficultés à communiquer avec les promises. Ils n’auront pas à apprendre leur langue, car les promises sont « douées pour l'apprentissage des langues » (MCN). Cette disposition est d'ailleurs naturalisée : les jeunes femmes « asiatiques », « appelées aussi “perles d’Asie” [...] ont généralement des aptitudes pour parler le français » (Eurochallenges). Par ailleurs, les agences soulignent à leurs clients anglo-saxons l’avantage comparé des promises philippines : l'anglais est la seconde langue officielle du pays, le résultat de la conjonction de la (néo-)colonisation américaine et d’une politique d'exportation de la main d'œuvre depuis les années 1970. Même si l'anglais parlé dans l'archipel demande généralement aux anglophones un effort d'adaptation, il sert néanmoins d’« effet d'annonce » pour les agences, puisqu’il facilite la communication et produit une intimité immédiate entre les promises et les clients : « Même pas besoin de traducteur ! » (Filipina Bride on Line). La possibilité des clients de choisir une promise à partir de multiples critères, articulée à l’assurance qui leur est faite d’être satisfaits, les place assurément dans une position confortable, que symbolise assez bien le fauteuil de théâtre depuis lequel ils sont, sur l’un des sites étudiés, censés faire défiler les promises.

Idéal féminin et exotisme

19Les agences de promises par correspondance décrivent la recherche auprès d’une femme occidentale du bonheur conjugal comme illusoire, alors que la femme exotique est présentée comme la garantie d’un foyer heureux [cf. illustration 5]. Selon les matériaux publicitaires des agences, les femmes occidentales sont essentiellement « égoïstes » et « intéressées » et l’« homme ordinaire » a raison de se défier d’elles : « Je sais que beaucoup d’entre vous sont fatigués comme je l’étais par les célibataires américaines ou canadiennes. Vous savez… ces filles malhonnêtes qui jouent avec vous ou qui attendent toujours des cadeaux » (Manila Beauty). Au contraire, « ces femmes asiatiques sont honnêtes, fidèles […] et plus intéressées par votre cœur que par votre portefeuille » (Manila Beauty).

Illustration 5 : L’équation du bonheur conjugal [capture d’écran, Manila Beauty]

20À l'exigence des femmes occidentales, sont opposées l'humilité et la simplicité des promises, qui impliquent leur respect des hommes − pour ne pas dire leur soumission. Femme Africaine explique ainsi que « les femmes africaines n'ont pas leur langue dans leur poche, elles sont très directes et ne prendrons pas de gant pour vous dire ce qu'elles pensent ». Mais l’agence ajoute : « Cela ne veut pas dire que les femmes africaines ne vous respectent pas. »

21A contrario de l’égoïsme et de l’individualisme des femmes occidentales, les agences soulignent le dévouement naturel des promises. French Asia évoque ainsi la fidélité de « la femme asiatique » en assurant que celle-ci « soutiendra [son mari] dans toutes les circonstances » et Femme Africaine promet : « En cas de coup dur, cette femme africaine sera la première à vous soutenir. » À l’inverse de l’« indépendance » des femmes occidentales, les « valeurs familiales » dont sont dotées les promises sont relevées :

« Si vous rêvez […] que vous et vos enfants soient sa raison de vivre, alors n’hésitez pas, une femme asiatique sera votre femme idéale. » (French Asia)

22Les agences promettent en outre une union durable, indiquant souvent que les divorces sont plus rares pour les mariages mixtes que pour ceux contractés avec des femmes occidentales, puisque les promises sont issues de cultures ou de pays où ils sont supposément rares ou interdits : « Dans les pays asiatiques, […] l'Amour et le mariage sont sacrés... » (Eurochallenges). Les femmes occidentales sont surtout critiquées pour leur « évolution » et certains sites désignent nommément les coupables : le féminisme et les « femininazists ». Les agences assurent aux clients que le féminisme n’a pas cours dans les pays dont elles proposent des promises : « La “célébration de la femme” est essentiellement un phénomène occidental » (Manila Beauty). Ils garantissent parfois le « conservatisme » du milieu dans lequel les promises ont été éduquées :

« La philippine moyenne vient d’un milieu ou d’un foyer dominé par les hommes où il est courant que l’homme soit paresseux et profite de tout pendant que la femme fait tout le travail sans aucune reconnaissance. » (Manila Beauty)

23La capacité d’autonomie des promises est niée : présentées comme se consacrant, par essence, à leur époux, elles n’existent de fait que par et pour l’homme occidental. Sur les sites, les promises et clients sont mis en scène, à travers des photographies de couples mixtes. On pourrait synthétiser les principales représentations des hommes occidentaux de la manière suivante : à la recherche de cet idéal féminin exotique, le client se fera « aventurier » et deviendra le « sauveur » d’une femme, en cultivant éventuellement des ambitions d'« esthète ». Les agences flattent ainsi le fantasme de l'homme occidental secourant une « pauvre fille », une « belle éplorée » ou « harcelée », qui lui sera éternellement reconnaissante (Manderson, 1997 ; Saroca, 2006, 82). Donnant au commerce de promises une touche romantique, ces représentations qui permettent à des « hommes ordinaires » de s’incarner en « héros » reposent sur des descriptions misérabilistes (notamment de la polygamie en Afrique) des pays d'origine des promises et des perspectives offertes à celles-ci (en particulier des hommes qu'elles peuvent rencontrer) :

« Leur pays et les hommes russes n'ont rien à leur offrir, si ce n'est un enchaînement implacable de lendemains sans avenir. » (Eurochallenges)

24La dévalorisation des hommes du pays d’origine se conjugue à l’éloge de l’homme occidental : « Un occidental est souvent plus respectueux envers les femmes (cela fait partie de son éducation) » (Femme Africaine). Ces remarques ont été synthétisées par l’énonciation devenue célèbre de Gayatri Spivak qui parle d’un fantasme collectif : « Des hommes blancs sauvent des femmes de couleur [brown] d’hommes de couleur » (Spivak, 2009, 74).

25Si c’est à un environnement hostile que les clients arrachent les promises, celles-ci sont néanmoins rattachées de manière positive à une « culture asiatique », « slave » ou « africaine ». La rencontre avec une promise est présentée comme articulée à l’intérêt des clients pour cette culture. Eurochallenges promet ainsi à ses client que « la rencontre sera magique » pour « l’esthète de la culture asiatique », que celui-ci soit intéressé par la « calligraphie chinoise, [la] cuisine asiatique, [l’] architecture chinoise [ou les] film[s] asiatique[s] ». Si les cultures sont présentées comme facilement abordables – et finalement maitrisable par l’homme occidental –, elles demeurent absentes des mises en scène des promises. Celles-ci sont par contre souvent représentées au milieu de panoramas associés aux vacances et aux voyages, en particulier des plages de sable blanc ou une végétation luxuriante [cf. illustration 6]. Or les éléments naturels des pays dont sont originaires les promises sont souvent décrits comme hostiles (Angeles, Sunanta, 2007, 11, 13) et susceptibles de mettre à l’épreuve les capacités d’aventurier des clients, qu’il s’agisse du climat (le froid et la neige ou, à l’inverse, la chaleur et la mousson) ou des paysages (la steppe, la jungle). La plupart des sites comportent d’ailleurs des conseils pratiques pour voyager dans les pays dont ils proposent des promises et des liens Internet pour y organiser un séjour.

Illustration 6 : Les promises et la Nature [captures d’écran, divers sites]

26Typiquement, les publicités de ces agences présentent les promises dans des positions passives, en particulier dans des attitudes lascives sur des plages. Nombre d’illustrations utilisent en fait la représentation commune des femmes des pays en développement liant exotisme et passivité (Enloe, 1989). Celle-ci se manifeste également dans le rapport aux éléments naturels. Ainsi, sur le site Eurochallenges, les promises « russes » et « asiatiques » voient respectivement tomber sur leurs images des flocons de neige et des pétales de fleurs [cf. illustration 7].

Illustration 7 : Pétales de fleurs et flocons de neige [capture d’écran, site Eurochallenges]

  • 14  À l’image des médias philippins – et sans doute ceux d’autres pays exportateurs – dans lesquels le (...)

27Le discours des agences sur les promises14 repose également sur l’utilisation de l’ambiguïté « mère » / « putain » (Hamilton, 1990 ; Robinson, 1996, 54 ; Tolentino, 1996, 69 ; Lee, 1998). Leur présence dans le catalogue garantit le sérieux de leurs intentions (se marier et fonder une famille) et les qualités attendues de futures épouses et mères sont généralement soulignées. Mais les promises sont également de celles qui « s'achètent ». Si les clients payent pour accéder aux coordonnées des promises, les agences entretiennent une certaine confusion entre l’achat des coordonnées et celui des promises elles-mêmes [cf. illustration 8]. Par ailleurs, si les agences soulignent les qualités des promises sélectionnées, elles mettent simultanément en garde les clients contre les multiples formes d’arnaques (« scam ») dont ils peuvent être victimes. Les agences font abondamment référence aux nombreux livres qui témoignent des mésaventures de leurs auteurs (par exemple : Penoso, 2007) et aux blogs tenus par des hommes racontant leurs déboires. Les agences garantissent souvent aux clients la bonne santé et l’absence de dossier criminel des promises dont elles vérifient les déclarations et certaines affirment de surcroît que « leurs » promises sont de meilleure qualité que celles de leurs concurrents ou qu’elles sont proposées à de meilleurs tarifs :

« Je vous encourage à regarder d’autres sites pour comparer la qualité des filles. […] Vous verrez que nous sommes bien plus sélectifs. » (Manila Beauty)

Illustration 8 : « À moitié prix… » [capture d’écran, courriel de YourThaiGirl.com]

28 Si les agences garantissent la fiabilité de leur service et la satisfaction de leurs clients passés et potentiels (notamment en présentant des success stories exemplaires), le commerce génère des structures de solidarités (masculines) entre clients, avec des forums de discussion sur les scams et des sites répertoriant les faux profils de promises ou les agences véreuses (par exemple : Anti Scam Club). Malgré l’évidence des aspects marchands de la rencontre de promises par correspondance, elle est présentée aux hommes comme une aventure « romantique » (une histoire d’amour avec une femme « humble », « simple », venue « du bout du monde ») : les bannières promotionnelles, qui concurrencent les cœurs et les cupidons dans l’illustration des sites, soulignent que les sites proposent autant de l’« amour » que des promises [cf. illustration 9].

Illustration 9 : Trouver l’amour au prix de l’adhésion [capture d’écran, site Filipina Heart]

« La beauté se lève à l’est »15

  • 15  Formule extraite du site Eurochallenges.

29Si l’idéal féminin est exotique, il existe néanmoins des déclinaisons de cet idéal, liées aux catégories qu’utilisent les agences de promises par correspondance : femmes « asiatiques », « russes » (ou « slaves ») ou « africaines ». Certaines nationalités sont employées comme synonymes d’un idéal féminin exotique : les Philippines (pour les femmes « asiatiques »), la Russie (pour les femmes « slaves »), ou le Brésil pour les femmes catégorisées comme « latino » [cf. illustration 10]. De telles généralisations révèlent les imaginaires associés à « l’Asie », « la Russie » (qui comprend en fait la Russie, mais aussi les pays de l’Est) et « l’Afrique ». Selon Eurochallenges, l'Asie, qui va des Seychelles au Turkménistan, peut être ainsi décrite :

« À l'éclat des sourires, au scintillement des costumes, à la beauté et aux rires, s'ajoutent fidélité, chaleur de vivre, politesse, respect, et l'hospitalité traditionnelle » (Eurochallenges).

Illustration 10 : Des « femmes exotiques » [capture d’écran, International Cupid]

30Impossible ici de détailler tous les stéréotypes associés aux femmes « asiatiques », « russes » et « africaines » dans les matériaux publicitaires des agences. Au-delà d’une commune passivité, les stéréotypes de race font apparaitre des discours spécifiques : le registre de la sensualité est utilisé pour décrire les femmes asiatiques, alors que les descriptions des femmes slaves font appel à celui de la passion et que celles des femmes africaines soulignent leur bonne humeur et leur facilité de caractère. Les illustrations mobilisées par les agences présentent souvent la femme russe sous les traits d’une personne rêveuse (et portant une lourde chapka en fourrure), tandis que la femme africaine rie aux éclats. D’ailleurs, le site Femme Africaine explique : « Les femmes africaines ont [une] joie de vivre, très communicative ».

31Le travail de différenciation des « femmes occidentales » et des « femmes exotiques » qu’effectuent les agences de promises par correspondance repose sur une essentialisation de la culture des unes et des autres :

« Les femmes slaves et les femmes occidentales se ressemblent-elles ? [...] C'est l'émotionnel qui domine en première place chez la femme russe, suivi de la raison. » (Eurochallenges)

  • 16  Elles emploient toujours « women » (femmes) pour les femmes « russes » (Saroca, 2006, 82).
  • 17  L’expression fait référence à une autre forme de prise de possession de l’Occident sur le Pacifiqu (...)

32Les fantasmes sur la sensualité associée aux îles du Pacifique (Jolly, 1997) influencent les représentations des femmes asiatiques. Les agences les désignent souvent par le terme « girls » (filles)16, voire « bikini girls » [cf. illustration 11], une expression qui réduit des femmes à un vêtement dont l’usage est généralement moins répandu dans leur propre pays qu’en Occident17. Mais derrière la « vahiné », apparaît souvent une image plus ambiguë : les femmes asiatiques sont soit des « fleurs de lotus », soit de cruelles « dragons » (Marchetti, 1993 ; Tajima, 1989). Les sites de promises regorgent d'affirmations essentialistes sur la sexualité des femmes asiatiques. Certains affirment que les femmes thaïlandaises « n'ont jamais mal à la tête à l'heure du coucher » (Hurley, s.d.), d’autres que « chaque femme asiatique a au moins deux [...] facettes érotiques » parmi les dix qui se trouvent en Asie (et parmi lesquelles figurent « la petite orpheline », « l'écolière » et « la geisha » notamment). Le discours des agences fait en réalité apparaitre certaines tensions dans la représentation des promises, celles-ci étant simultanément montrées comme des femmes passives, soumises, mais actives sexuellement. Leur désirabilité tiendrait donc à leur dualité : être simultanément des partenaires sexuelles et de parfaites ménagères.

« La femme asiatique [est] une créature douce et vertueuse mais aussi une personne laborieuse dotée d’une patience incommensurable… » (Eurochallenges)

Illustration 11 : Invitation à visiter la « bikini gallery » [capture d’écran, courriel de Filipina Heart]

  • 18  À l’instar des guides des services des prostituées (pour les Philippines, par exemple : Wilson, 20 (...)

33L’usage, par les agences, de catégories comme « femmes asiatiques », « slaves » ou « africaines », ne leur interdit pas de présenter des particularités par pays : la présentation des femmes thaïlandaises contient généralement des connotations sexuelles, alors que les femmes philippines sont davantage présentées comme d'excellentes mères (Angeles, Sunanta, 2007). Les « particularités » des femmes de certaines régions18 sont parfois vantées. Ainsi, dans le cas des Philippines, les agences soulignent la religion catholique des promises de Cebu (la deuxième ville du pays), alors qu’elles insistent sur le niveau d’éducation de celles de Davao City (sur l’île de Mindanao, où les musulman-e-s sont majoritaires).

Conclusion

34L'exploration des matériaux publicitaires des agences de « promises par correspondance » révèle un discours particulièrement homogène sur « la femme idéale », à la fois partenaire sexuelle active et épouse-et-mère. Ce portrait trouve son incarnation dans « la femme exotique », à travers l’essentialisation des cultures et la racialisation des qualités attendues des promises. Mais « l’Asie », « la Russie » et « l’Afrique » ne sont pas uniquement des espaces fantasmés. Ils accueillent aussi des imaginaires exotico-érotiques variés, qui permettent de différencier « la femme occidentale » de « la femme exotique ». Souvent renvoyées à une antériorité historique, les femmes « exotiques » sont vantées sur le mode nostalgique comme des femmes occidentales « du passé ».

Haut de page

Bibliographie

ANGELES Leonora, SUNANTA Sirijit, « Exotic Love at your Fingertips », Kasarinlan, Philippine Journal of Third World Studies, 22, 1, 2007, pp. 3-31.

CLARK Gary R., Your Bride is in the Mail! How to Find the Woman You Really Want by Corresponding with Ladies in Foreign Countries, s.l., Words That Work Publications, 1998.

Condition Féminine du Canada, The New Frontier for Filipino Mail-order Brides, Ottawa (Canada), Philippine Women Center of B.C., 2000.

CONSTABLE Nicole, « Brides, maids, and prostitutes », Journal of Multidisciplinary International Studies, 2006, pp. 1-25.

CONSTABLE Nicole, « Introduction », in CONSTABLE Nicole (dir.), Cross Border Marriages: Gender and Mobility in Transnational Asia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2005, pp. 1-16.

CONSTABLE Nicole, Romance on a Global Stage, Berkeley, University of California Press, 2003.

CURTIS Keith, The American Males Guide on How to Get More Pussy, s.l., Condos On The Moon Publishing, 2004.

EHRENREICH Barbara, HOCHSCHILD Arlie (dir.), Global Woman, New York, Metropolitan Books, 2002.

ENLOE Cynthia, Bananas, Beaches and Bases, Berkeley, University of California Press, 1989.

ESPIRITU Yen Le, Asian American Women and Men, Thousand Oaks, Sage, 1997.

GAMSBY Perry, How To Meet and Marry the Filipina of your Dreams, s.l., s.d.

HALUALANI Rona Tamiko, « The Intersecting Hegemonic Discourses of an Asian Mail-Order Bride Catalog: Pilipina “Oriental Butterfly” Dolls for Sale », Women’s Studies in Communication, 18, 1 1995, pp. 45-64.

HAMILTON Annette, « Fear and Desire: Aborigines, Asians and the National Imaginary », Australian Cultural History, 9, 1990, pp. 14-35.

HOLT Elizabeth, « Writing Filipina-Australian Bodies », Philippine Sociological Review, 44, 1, 1996, pp. 58-78.

HURLEY Martin, How To Meet A Thai Girl In 10 Days, s.l., s.d.

JACKSON Richard Thomas, « Filipino Migration to Australia: the Image and a Geographer’s Dissent », Australian Geographical Studies, 27, 2, 1989, pp. 170-181.

JOHNSON Ericka, Dreaming of a Mail-Order Husband : Russian-American Internet Romance, Durham, Duke University Press, 2007.

JOLLY Margaret, « From Point Venus to Bali Ha’i: Eroticism and Exoticism in Representations of the Pacific », in MANDERSON Lenore, JOLLY Margaret (dir.), Sites of Desire, Economies of Pleasure, Chicago, University of Chicago Press, 1997, pp. 98-122.

LANGEVIN Louise, BELLEAU Marie-Claire, Le trafic des femmes au Canada : une analyse critique du cadre juridique de l’embauche d’aides familiales immigrantes résidantes et de la pratique des promises par correspondance, Ottawa, Condition féminine du Canada, 2000.

LEE Donna R., « Mail Fantasy: Global Sexual Exploitation in the Mail-Order Bride Industry and Proposed Legal Solutions », Asian Law Journal, 5, 1, 1998, pp. 139-179.

MANDERSON Lenore, « Parables of Imperialism and Fantasies of the Exotic », in MANDERSON Lenore, JOLLY Margaret (dir.), Sites of Desire, Economies of Pleasure, Chicago, University of Chicago Press, 1997, pp. 123-44.

MARCHETTI Gina, Romance and the Yellow Peril, Berkeley, University of California Press, 1993.

MC KAY Deirdre, « Filipinas in Canada — De-skilling as a Push toward Marriage », in PIPER Nicola, ROCES Mina (dir.), Wife or Worker? Asian Women and Migration, New York, Rowman and Littlefield, 2003, pp. 23-51.

NAKAMATSU Tomoko, « International Marriage through Introduction Agencies: Social and Legal Realities of “Asian” Wives of Japanese Men », in PIPER Nicola, ROCES Mina (dir.), Wife or Worker? Asian Women and Migration, New York, Rowman and Littlefield, 2003, pp. 181-201.

PENOSO Anthony Paul, How to Not Get Burned By Internet Dating and Mail Order Brides: A Guide for the Potential Victim, s.l., Penoso Publishing, 2007.

PIPER Nicola, « International Marriage in Japan: “Race” and “Gender” Perspectives », Gender, Place & Culture: A Journal of Feminist Geography, 4, 1, 1997, pp. 321-339.

RICORDEAU Gwenola, « Traîtresses ou victimes. Nationalisme et mariages mixtes aux Philippines », Diasporas. Histoire et sociétés, 15, 2010, pp. 125-139.

RICORDEAU Gwenola, « “Je continuerai à faire le ménage, mais…” La globalisation du marché matrimonial vue des Philippines », in Christophe BROQUA, Catherine DESCHAMPS (dir.), L’échange économico-sexuel, Paris, EHESS, 2011 (à paraitre).

ROBINSON Kathryn, « Of Mail-Order Brides and “Boys’ Own” Tales », Feminist Review, 52, 1996, pp. 53-68.

ROCES Mina, « “Kapit sa patalim” (Hold on to the Blade): Victim and Agency in the Oral Narratives of Filipino Women Married to Australian Men in Central Queensland », Lila: Asia-Pacific Women’s Studies Journal, 7, 1998, pp. 1-19.

SAROCA Cleonicki, « Filipino Women, Migration, and Violence in Australia », Kasarinlan: Philippine Journal of Third World Studies, 21, 1, 2006, pp. 75-110.

SAROCA Cleonicki, « Representing Rosalina and Annabel: Filipino Women, Violence, Media Representation, and Contested Realities », Kasarinlan: Philippine Journal of Third World Studies, 22, 1, 2007, pp. 32-60.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler?, Paris, Amsterdam, 2009 (1988).

TAJIMA Renee E., « Lotus Blossoms Don’t Bleed: Images of Asian Women », in Asian Women United of California (dir.), Making Waves: An Anthology of Writings By and About Asian American Women, Boston, Beacon Press, 1989, pp. 308-317.

TATE Brett, The Hedonist: World Travel Guide, Dallas, The Professional Bachelor Publishing, 2005.

THAI Hung Cam, « Clashing Dreams: Highly Educated Overseas Brides and their Low-Wage U.S. Husbands », in EHRENREICH Barbara, HOCHSCHILD Arlie (dir.), Global Woman, New York, Metropolitan Books, 2002, pp. 230-253.

TOLENTINO Rolando B., « Bodies, Letters, Catalogs: Filipinas in Transnational Space », Social Text, 14, 3, 1996, pp. 49-76.

VILLAPANDO Venny, « The Business of Selling Mail-Order Brides », in Asian Women United of California (dir.), Making Waves: An Anthology of Writings By and About Asian American Women, Boston, Beacon Press, 1989, pp. 318-327.

WILSON Ara, « American Catalogues of Asian Brides », in COLE Jonnetta (dir.), Anthropology for the Nineties, New York, The Free Press, 1988, pp. 114-125.

WILSON Wade T., Fantasy Islands: A Man's Guide to Exotic Women and International Travel, s.l., Thomas Wilson, 2006.

YEE Jennifer, « À rebours de l'exotisme : la province et le foyer familial vus des colonies », Revue de littérature comparée, 306, 2003, pp. 155-168.

Haut de page

Notes

1  Nous traduisons, comme Louise Langevin et Marie-Claire Belleau (2000, 84), l’expression anglo-saxonne « mail-order bride » par « promise par correspondance ».

2  Comme leur nom l’indique, ils proposent uniquement de « mettre en relation » des personnes. Mais l’exploration des matériaux des agences à caractère ethnique, géographique ou religieux fournirait certainement d’intéressantes comparaisons avec notre objet.

3  L’expression « mail-order husband / groom » reste d’un usage exceptionnel et souvent humoristique. Si notre article n’évoque que des sites destinés à des personnes hétérosexuelles, nous n’ignorons pas l’existence d’imaginaires exotico-érotiques mobilisés par les sites sur lesquels se rencontrent les « rice queen » et les « potato queen » (homosexuels blancs recherchant des partenaires asiatiques et vice-versa).

4  On trouve dans l’histoire coloniale, puis des migrations, de nombreux exemples de prises en charge collectives de déséquilibres démographiques entre les hommes et les femmes : l’envoi de « filles du Roi » de France en Amérique du Nord au XVIIe siècle, celui des « picture brides », principalement japonaises et coréennes, au début du XXe siècle, aux États-Unis, etc. Mais les rencontres par correspondance d’aujourd’hui, par leur mise en relation de partenaires de nationalités et cultures différentes, se distinguent de ces exemples qui garantissaient, au contraire, l’homogamie.

5  Il arrive régulièrement de voir des agences fermer, puis ré-ouvrir avec les mêmes listes de « promises » sous un nom quelque peu différent. Nous ne donnons d’ailleurs pas l’adresse des sites étudiés car beaucoup risqueraient d’être rapidement obsolètes.

6  Ainsi, parmi les sites de notre échantillon, Filipina Lady a deux sites-miroirs : Single Filipina et Filipina Wife. Eurochallenges inclut au moins deux autres sites : Femmes Russes Eurochallenges et Femmes Asiatiques Eurochallenges.

7  Cf. Genre, Sexualité & Société, 2, 2009.

8  En particulier quant à l’âge, aux revenus et au statut matrimonial.

9  Notamment quant à l’âge, aux caractéristiques physiques et au niveau professionnel.

10  Par exemple : « How to be unforgettable », « Online dating secrets revealed », etc.

11 How to Date an Asian Woman.Site Love of Asian Women.

12  Le site Filipina Bride Guide propose un également un guide destiné aux hommes occidentaux souhaitant épouser une femme philippine.

13  Tous les extraits des sites sont traduits de l’anglais par l’auteure, hormis ceux des sites francophones (Eurochallenges, Femme Africaine, French Asia et MCM-AMB).

14  À l’image des médias philippins – et sans doute ceux d’autres pays exportateurs – dans lesquels les promises sont représentées concurremment comme des femmes vénales ou sincèrement désireuses de fonder une famille – quel qu’en soient les risques (Ricordeau, 2010).

15  Formule extraite du site Eurochallenges.

16  Elles emploient toujours « women » (femmes) pour les femmes « russes » (Saroca, 2006, 82).

17  L’expression fait référence à une autre forme de prise de possession de l’Occident sur le Pacifique : celle des États-Unis et de son armée sur un atoll dans le cadre d’essais nucléaires.

18  À l’instar des guides des services des prostituées (pour les Philippines, par exemple : Wilson, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : « Rencontrez Olga, Anna, Liana » [capture d’écran, courriel de Agence 1-femme-russe]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Illustration 2 : Ouvrages disponibles à l’achat sur Internet : Filipina Dating. How to Meet and Marry the Filipina of your Dreams! et Filipina Heart: How to marry and Migrate the Filipina of your Dreams [capture d’écran, Street Wise Philippines]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Illustration 4 : « Ordering and pricing » [capture d’écran, Exotic Asian Women]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Illustration 4 : Annonce d’une femme philippine [capture d’écran, Filipina Heart]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Illustration 5 : L’équation du bonheur conjugal [capture d’écran, Manila Beauty]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Illustration 6 : Les promises et la Nature [captures d’écran, divers sites]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Illustration 7 : Pétales de fleurs et flocons de neige [capture d’écran, site Eurochallenges]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Illustration 8 : « À moitié prix… » [capture d’écran, courriel de YourThaiGirl.com]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Illustration 9 : Trouver l’amour au prix de l’adhésion [capture d’écran, site Filipina Heart]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Illustration 10 : Des « femmes exotiques » [capture d’écran, International Cupid]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Illustration 11 : Invitation à visiter la « bikini gallery » [capture d’écran, courriel de Filipina Heart]
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/1969/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « À la recherche de la femme idéale… Les stéréotypes de genre et de race dans le commerce de « promises par correspondance » », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://gss.revues.org/1969 ; DOI : 10.4000/gss.1969

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

Maître de conférences
Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques (Clersé), Université Lille 1
ricordeaugwen@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org