Navigation – Plan du site
Varia

Vie privée, morale publique : le fascisme et le « problème » homosexuel

Private Life and Public Morals: Fascism and the “Problem” of Homosexuality
Lorenzo Benadusi
Traduction de Massimo Prearo

Résumés

L’article étudie l’attitude du régime fasciste envers les homosexuels, les stratégies et les motivations sous-jacentes à l’action répressive contre eux, ainsi que le modèle de masculinité et le style de vie imposés par le fascisme. L’accent mis sur la morale sexuelle et sur la virilité, ainsi que les accusations de « pédérastie », permettent de comprendre l’usage politique de la question homosexuelle dans les rivalités politiques pour atteindre des positions de pouvoir et pour discréditer les adversaires ou éloigner des personnalités encombrantes. Mais ces formes de répression de l’homosexualité n’étaient pas toujours mises en pratique. Les individus qui avaient une double vie et qui se conformaient au standard de respectabilité prôné par ce régime pouvaient passer à travers ces mesures intrusives de la vie privée. De fait, l’homosexualité était tolérée tant que cela restait dans la sphère privée. L’analyse de cette relation ambivalente entre public et privé révèle l’impact de l’expérience totalitaire fasciste sur les coutumes et la vie quotidienne, ainsi que les difficultés rencontrées par le régime dans la réalisation de la révolution anthropologique des Italiens.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première traduction de cet article a été publiée sous le titre, « Private Life and Public Morals: Fascism and the "Problem" of Homosexuality », Totalitarian Movements and Political Religions, 5, 2, automne, 2004, pp. 171-204. Cette version, traduite de l’italien, comporte des modifications revues par l’auteur.

Texte intégral

Représentations de l’homosexualité au temps du fascisme : cinéma et littérature

  • 1  Durant la période fasciste le terme le plus fréquent pour indiquer un homosexuel était « pédéraste (...)

1L’historiographie du fascisme italien a très peu étudié l’action répressive du régime contre les « pédérastes »1. Généralement, la référence à la condition des homosexuels se trouvaient seulement dans des romans ou dans des films. Mais la représentation cinématographique et littéraire n’a pas toujours fourni une image complète et convaincante du rapport entre fascisme et homosexualité. Dans la période de l’immédiat après Seconde Guerre mondiale, où les blessures de la « guerre civile » (Pavone, 1991) étaient encore ouvertes, et dans celle qui a suivie, marquée par le déclin d’une tendance à la diabolisation du fascisme, la littérature et le cinéma se sont souvent servis de l’homosexualité comme métaphore de la cruauté, de la perversion et de la corruption des régimes dictatoriaux. Pour ne prendre que les exemples les plus connus, les fascistes et les nazis apparaissent comme des bourreaux grotesques voués à toute sorte de vice et d’obscénité dans Rome ville ouverte de Roberto Rossellini (1945), dans Le crépuscule des dieux de Luchino Visconti (1969), dans Salò ou les 120 journées de Sodome de Pier Paolo Pasolini (1975) et dans Novecento de Bernardo Bertolucci (1976), mais aussi dans les Chroniques des pauvres amants de Vasco Pratolini (1947) comme des tortionnaires homosexuels sans pitié (Bertelli, 1994 ; Fernandez, 1997 ; Russo, 1984 et 1987). Paradoxalement, le même stéréotype négatif sur l’homosexualité véhiculé par le fascisme était reproduit, mais projeté des persécutés aux persécuteurs. Ainsi, considérant que le tortionnaire en chemise noire ou brune devait être inévitablement anormal aussi du point de vue sexuel, on reproduisait l’image pathologique des « pédérastes », perçus comme des dégénérés dangereux, des individus malades et pervers, des bourreaux. Cette représentation cache en réalité l’expérience de la persécution contre les pédérastes mise en œuvre avec férocité par les régimes totalitaires.

2Dans son livre, Les lunettes d’or (1958), où il reconstruit le climat de méfiance et d’exclusion à l’encontre d’un homosexuel poussé au suicide par son incapacité de « vivre la vie de tout en chacun », Giorgio Bassani a été le premier à renverser cette image déformée. Vingt ans plus tard, dans Une journée particulière, le réalisateur Ettore Scola montre, au cinéma, une histoire de marginalisation de deux personnes « différentes » : une femme reléguée dans son rôle de femme au foyer et de mère, et un homosexuel ancien messager de l’Eiar [Institut Italien des la Radiophonie (N.d.T.)], licencié à cause de sa voix insuffisamment virile et envoyé en exil [confino] à Carbonia en raison de ses « tendances perverses ».

3Dans le milieu académique, l’homosexualité a été étudiée tardivement, probablement à cause de la réticencedes historien-ne-s à tirer profit des contributions des autres disciplines et de la longue hégémonie de l’histoire politique dans les travaux sur le fascisme. C’est seulement récemment que ce sujet a été abordé de façon méthodique : dans le dictionnaire du fascisme apparaît désormais l’entrée « Homosexualité » ; des nouvelles recherches ont vu le jour, qui complètent les études pionnières, certes partielles et imprécises mais ayant le mérite d’avoir soulevé les premières la question et d’avoir enfin dévoilé une histoire demeurée trop longtemps cachée. D’autant plus que la réflexion sur ces thématiques permet d’aborder certains nœuds historiographiques liées à l’interprétation du fascisme, et notamment à sa dimension totalitaire et à son rapport avec la modernité, et donc de mieux comprendre le modèle de virilité imposé par le régime, la portée de son objectif totalitaire, les succès et les échecs du projet de révolution anthropologique des Italiens, les mécanismes de création d’une identité masculine conforme aux présupposés de l’idéologie fasciste, le rapport entre la morale traditionnelle et la nouvelle morale fasciste, le niveau d’intolérance raciste, les instruments et les stratégies utilisés pour réprimer les comportements déviants, le degré d’ingérence de la politique dans la sphère privée.

La révolution anthropologique : masculinité et virilité fascistes

4La tentative de réaliser une révolution anthropologique visant la régénération de la nation et la transformation radicale des Italiens – projet auquel le fascisme porte une attention quasiment obsessionnelle – se fondait également sur la répression de tout comportement non-conforme aux normes imposées par le haut. Déjà en 1923, Mussolini exprimait avec une clarté extrême ce présupposé :

  • 2  Benito Mussolini, Spirito della rivoluzione, Milan, Hoepli, 1937.

« Lorsque le consensus manque, l’usage de la force s’impose. Toute mesure prise par le Gouvernement, même la plus dure, pose les citoyens devant ce dilemme : soit les accepter par esprit de patriotisme, soit les subir. »2

  • 3  Circulaire « Per la morale e la sicurezza pubblica », n° 12985.2/18138, envoyée par Mussolini aux (...)

5Parallèlement à la « fabrique du consensus » (Cannistraro, 1975), la machine répressive fonctionnait en effet à plein régime. Il s’agissait, d’un côté, de réduire au silence et à l’obéissance les non fascistes et, de l’autre, de conduire une action pédagogique de « fascistisation », par la violence ou par la menace. L’intervention directe de l’État dans la vie privée de chaque citoyen et la politisation intégrale de l’existence visaient à transformer les processus cognitifs, les émotions, les actions, les pensées, les styles de vie et aussi, en ce qui concerne la virilité, les comportements affectifs et sexuels, pour les conformer aux directives du régime. La réalisation de l’homme nouveau fasciste, fort et viril, impliquait le recours à la coercition et à la persuasion. La santé physique et morale du citoyen, que Mussolini considérait comme une « condition absolue, pour qu’un peuple puisse exister et progresser », nécessitait de la part des autorités le devoir de « persévérer dans l’action moralisatrice, en permanence et sans incertitudes », veillant attentivement « à ce que les germes de la corruption ne gâchent et n’anéantissent les énergies vitales »3. Ainsi, là où l’éducation et la persuasion ne parvenaient pas à réaliser l’œuvre de virilisation des Italiens, le recours à la coercition s’imposait.

  • 4  Sur le lien entre sport et masculinité, voir Mangan (2000). Sur la représentation de la jeunesse c (...)
  • 5  Giuseppe De Marinis, Resurrezione eroica. L’Italiano nuovo, Napoli, Pironti, 1929.

6La virilité et les valeurs de la guerre qui, durant le Ventennio, constituaient « l’essence même de la participation politique », ont contribué à l’émergence dans les médias de masse de « nouvelles mythologies et manifestations d’agressivité et de vigueur virile », servant à affirmer « dans la sphère publique un modèle d’identité » masculine typiquement fasciste (Ellena, 2001, 249). Le régime utilisait d’ailleurs l’exaltation de l’éducation physique et de la jeunesse, la représentationiconographique et l’exposition publique du corps du duce pour représenter son propre modèle de virilité et de culture politique4. La propagande favorisait la diffusion d’une image de la masculinité agressive, autoritaire et martiale, en contrepoint d’une image ridicule et caricaturale de l’homosexuel (Spackman, 1996 ; Isnenghi, 2001 ; Petrosino 1996 et 2002). Celui qui s’éloignait de cet idéal de citoyen soldat, fort et viril, représentait le contre exemple négatif, à isoler et à corriger (Mosse, 1997). « L’idéal d’une masculinité régénérée » proposé par le fascisme était strictement relié à la construction d’un nouveau caractère national et à la lutte contre la dégénérescence morale, raciale et physique provoquée par une sexualité « perverse » et indisciplinée (Mosse, 1985). L’activité pédagogique visait ainsi la résurrection héroïque de l’italien nouveau et constituait un rempart contre la diffusion de tendances xénophiles tournées vers le mélange des genres, la progressive féminisation des hommes et la masculinisation des femmes5.

7Comme l’annonçait d’un ton péremptoire Giuseppe Maggiore, l’un des plus grands juristes de l’époque :

  • 6  Giuseppe Maggiore, « Maschilità del fascismo », in Un regime e un’epoca, Milano, Treves, 1929, pp. (...)

« Le Fascisme est mâle. Il aime le danger, se défend du bavardage, dédaigne – par sauvagerie naturelle – la courtoisie ; tape – si besoin en est – du poing ; il est forgé dans la pierre dure et non pas dans la pâte molle des fruits confits qui n’ont que dans leur for intérieur – comme dans l’âme féminine – un noyau dur capable de casser les dents. Cela suffit à déterminer son sexe. […] Le Fascisme est, en un mot, révélateur de virilité contre toute sorte d’effémination et ramollissement de l’esprit. Mais il est aussi contre le pétrarquisme de la poésie, le mysticisme de la religion, le démocratisme et le libéralisme de la politique, contre le sigisbéisme des mœurs et le laisser-aller de l’éducation. Peut-on être plus mâles que ça ? »6

  • 7  Mario Carli, Sfemminilizzare la mondanità, in Antisnobismo, Milano, Morreale, 1929, p. 101.
  • 8  Eugenio Galvano, « Natura e morale », Il Popolo d’Italia, 26 septembre 1934.

La virilité – motif d’orgueil et de fierté de la race italienne : « race virile de dominateurs et d’amateurs toujours armés, d’hommes destinés à la domination sexuelle »7 – était indissolublement liée à l’image du guerrier. L’homme fasciste se devait d’être dans un état de guerre permanente. C’était dans le courage et l’héroïsme que résidait l’essence de la virilité. Le devoir de cette nouvelle « morale sauvage qui incarne le nouveau modèle éthique, s’agisse-t-il de l’individu, de la classe, du peuple ou de la race »8, était de récréer, après des siècles d’asservissement et de renonciation, la vitalité et l’esprit guerrier de la Rome antique.

8L’idée de masculinité mise en avant par le fascisme était globalement fondée sur l’exaltation de la virilité et sur une division rigoureuse des genres. Elle reléguait la femme à une position subalterne et attribuait à l’homme une image virile et agressive. Cette idée pénétra dans la culture et devint le standard d’un cadre mental normatif. Les limites de la conduite sexuelle et de l’identité de genre étaient ainsi très clairement tracées. Par conséquent, la tolérance à l’égard de toute personne ne se conformant pas au stéréotype masculin imposé par le régime chuta drastiquement. Cette sévère détermination des normes et des modèles de comportement impliquait inévitablement une extension des catégories déviantes et un renforcement de l’action répressive contre ceux qui refusaient ou mettaient en danger les valeurs absolues exprimées par l’idéologie. Les institutions totales (de la prison à l’asile, de l’exil à l’institut de correction) servaient précisément à éloigner de la société les individus « anormaux », à les exclure en raison de leur différence sexuelle, religieuse, politique ou raciale et à les corriger.

9Cette ambition à transformer intégralement les individus par l’intervention dans la sphère personnelle, publique et privée, intérieure et extérieure, corporelle et cérébrale, constituait un aspect fondamental de la dimension totalitaire du fascisme. La naissance d’un État éthique, où la morale et la politique s’interpénètrent, impliquait un contrôle social accru de la sexualité et une punition plus sévère de tout comportement déviant par rapport à ceux considérés comme « normaux ». Ainsi, la violation des canons préétablis de la virilité nécessitait l’expulsion de la société, afin d’éviter la diffusion d’exemples négatifs pour la collectivité. L’homosexuel était donc considéré comme un dangereux perturbateur de l’ordre national : il était accusé de remettre en cause les valeurs fondamentales de la nouvelle morale fasciste ; par ses actes considérés universellement comme pervers, il portait préjudice au prestige national ; potentiellement, il pouvait corrompre tout individu l’approchant ; refusant de se soumettre au devoir de procréation, fondement de la puissance nationale, il mettait en péril l’avenir de la patrie ; enfin, la confusion des rôles sexuels minait la cohésion interne du pays. Toutefois, une action trop tapageuse contre ce « vice abject », qui aurait donné de la visibilité à cette plaie sociale portant préjudice à l’honneur et au prestige national, risquait de produire un effet négatif. Les moyens répressifs employés changeaient donc en fonction des circonstances, allant de la censure à l’emprisonnement ou à la marginalisation, de l’exclusion à la négation de l’homosexualité. Ce que l’on a défini, après Marcuse, de « tolérance répressive » (Dall’Orto, 1988) du fascisme italien à l’égard des homosexuels visait en effet à censurer toute « anomalie » sexuelle, sans donner de la visibilité aux actions mises en œuvre.

L’exil forcé comme mesure de répression policière

10Il n’est donc pas aisé de reconstituer l’activité répressive d’un régime totalitaire s’employant à punir toute sorte de comportement non conforme à la norme et à stigmatiser toute attitude hostile à la morale « normale », mais soigneux de diffuser une image de soi rassurante et bienveillante. L’instrument le plus approprié pour atteindre ce but était l’exil forcé [confino di polizia], puisqu’il constituait une mesure répressive comblant le vide législatif dû au fait que les relations homosexuelles n’étaient pas considérées par le code pénal comme des crimes. Une première proposition d’introduire dans le Code Rocco un article (art. 528) contre les relations homosexuelles avait en effet été abandonnée parce que :

  • 9  C’est avec ces mots que Giovanni Appiani, le président de la commission ministérielle chargé de re (...)

« a) prévoir une peine pour ce crime n’est nullement nécessaire, car heureusement pour l’Italie, ce vice abominable n’est pas vraiment présent chez nous pour justifier l’intervention du législateur ;
b) il est possible d’appliquer, le cas échéant, les sanctions les plus sévères prévues pour les délits de violence charnelle, de corruption des mineurs et d’atteinte à la pudeur. »9

  • 10  Travaux préparatoires du code pénal et du code de procédure pénale, vol. IV, partie IV, Actes de l (...)
  • 11  Ibid., Projet définitif du nouveau code pénal auprès du Ministre de la Justice Alfredo Rocco, pp.  (...)

11Pour éradiquer cette immoralité, des mesures bien plus performantes étaient disponibles, car « il est notoire que pour les habitués et les professionnels du vice, en vérité assez rares, et pour la plupart d’importation étrangère, la police prévoit d’ores et déjà l’application immédiate des mesures de sureté, et donc aussi de détention, en réalité beaucoup plus efficaces »10. L’intervention de la police suffisait donc à éloigner de la société les prostitués et les homosexuels incorrigibles, la population saine devant être maintenue à l’écart de cette perversion « abominable ». Rocco, lui-même, en revenant sur les discussions sur l’article 528, souligne « l’hostilité quasi unanime » suscitée par cette proposition, puisque « heureusement », ce « vice abject » n’était en Italie pas aussi largement diffusé pour nécessiter l’intervention d’une loi spécifique11. La virilité, caractéristique anthropologique majeure des Italiens, ne devait en aucun cas être démentie.

  • 12  Giovanni Dall’Orto, par exemple, soutient que « la politique explicitement raciste du fascisme ita (...)
  • 13  Sur les changements produits sur la vie privée des citoyens dans le but de transformer les Italien (...)
  • 14  C’est à ces mêmes conclusions que parvient Gianfranco Goretti, puisqu’il considère l’adoption des (...)
  • 15  Les pédérastes catanais furent exilés suite à différents jugements. Ceux condamnés par l’ordonnanc (...)

12Les travaux sur l’exil forcé des homosexuels ont permis de mettre en évidence un des instruments les plus habituels utilisés par le régime pour exclure des individus considérés comme « dangereux pour l’intégrité de la race ». À travers ces recherches, la portée de l’action répressive contre les homosexuels commence à émerger, et notamment dans ces aspects quantitatifs. Cependant, il reste encore à étudier, en prenant compte de toute la séquence du Ventennio [les vingt années du fascisme italien (N.d.T.)], les éléments de continuité ou de discontinuité dans le passage de l’État libéral au fascisme pour véritablement saisir les changements politiques et idéologiques intervenus durant la dictature. En général, en appréhendant la répression de la pédérastie conjointement à l’application des lois raciales, ces études situent la persécution des homosexuels entre 1936 et 1939, les trois années durant lesquels on aurait tenté d’imiter l’Allemagne nazie12. En réalité, cette question est beaucoup plus complexe, puisque la répression de l’homosexualité – y compris le recours à l’exil forcé – avait une longue tradition derrière elle remontant bien avant l’arrivée du fascisme. Certes, on assiste à une augmentation exponentielle de l’action répressive, notamment avec l’adoption des lois raciales, mais ce durcissement s’entend davantage comme une tentative de donner une image virile et martiale à l’Italie impériale et au tournant totalitaire du régime qu’à l’influence d’une nouvelle conception raciste13. Si l’adoption des lois raciales a représenté un moment fondamental dans le développement de l’antisémitisme, le « racisme » anti-homosexuel ne date certainement pas de cette époque. Il est présent dès les origines du fascisme et s’inscrit dans le processus de construction du modèle de l’homme nouveau. Dans ce sens, la thèse de Giovanni Dall’Orto, selon lequel l’homosexualité acquiert une dimension politique en 1938, lorsque « l’extension de la politique de défense de la race aux homosexuels » conduit à « classer dans la catégorie des exilés politique environ quatre-vingt homosexuels jusque-là considérés comme des exilés de droit commun » (Dall’Orto, 1994, 139)14, paraît peu convaincante. En réalité, si tel était le cas, on comprendrait difficilement pour quelles raisons les homosexuels, considérés comme des exilés politiques entre 1936 et 1939, sont à nouveau considérés comme des exilés de droit commun à partir de 1940, alors que le racisme n’a certainement pas disparu. Le fait qu’en 1939 certains pédérastes sont inscrits dans les listes des exilés communs serait encore plus incompréhensible. Au regard des archives, il apparaît clairement que les exilés pour motif de pédérastie ont toujours été considérés comme des exilés communs et, même lorsqu’ils étaient classés parmi les exilés politiques, ce n’était en aucun rapport avec les lois raciales. La présence de 88 homosexuels parmi les exilés politiques s’explique, en fait, par la rafle de Catane en 1939 qui envoya aux Îles Tremitipas moins de 46 homosexuels15. Par ailleurs, étaient inscrits parmi les exilés politiques, auxquels en général on réservait un traitement plus favorable, des individus – souvent sans aucun précédent pénal – appartenant aux classes sociales les plus hautes ou ayant un rôle publique important tels les prêtres, les pistonnés ou tout individu qui, en plus d’être considéré comme pédéraste, était accusé de comportements politiques incorrectes comme la critique du régime ou la dérision du prestige de la nation et de la race. Mais la raison principale est pour ainsi dire encore plus simple, puisqu’à partir de 1937 les Îles Tremiti sont devenus une colonie réservée exclusivement aux politiques. Tout le monde était envoyé dans les Îles de l’Adriatique et donc classé parmi la catégorie des exilés politiques.

  • 16  Pour des études concernant spécifiquement ces pays et ces périodes, voir Tamagne (2000), ainsi que (...)
  • 17  C’est avec ces mots que le préfet de Catane justifie les mesures de police adoptées contre les hom (...)
  • 18  L’écrivain Curzio Malaparte, convaincu de l’existence d’un « plan quinquennal homosexuel de corrup (...)

13Malgré le fait que la répression de l’homosexualité ne soit pas apparue avec le fascisme et qu’elle ne constitue pas une de ses prérogatives spécifiques – puisqu’elle existe aussi dans d’autres pays démocratiques comme la France, l’Angleterre et la République de Weimar16 – il n’en reste pas moins que l’analyse des modalités par lesquelles cette répression est mise en acte durant la dictature – les motivations, les stratégies et la portée du phénomène – revêt un intérêt majeur pour l’enquête historique. Tout d’abord, il faut souligner à quel point, par rapport aux périodes précédentes, l’exaltation de la virilité et l’accent mis sur la santé et la puissance de la race motivent une volonté de répression plus dure et plus diffuse. Mais la dimension idéologique renouvelée n’a pas amené de nouveaux instruments ou de nouvelles modalités de répression. Bien que plus vaste et plus envahissante, renforcée par un plus grand contrôle social et policier, la stratégie répressive fasciste n’en reste pas moins une stratégie de la dissimulation. Le choix de ne pas introduire dans le code pénal un article pénalisant l’homosexualité revenait, de fait, à inscrire l’action fasciste dans les approches traditionnelles rendant d’ailleurs difficilement intelligible la signification morale que le régime entendait donner à la lutte contre l’homosexualité. L’hostilité à l’égard des homosexuels s’était toujours nourrie en Italie d’anciens préjugés et d’anciennes habitudes consistant à contourner et à cacher le « problème ». Toutefois, enrayer toute référence à l’homosexualité n’empêchait pas la mise en œuvre d’une persécution silencieuse à même de préserver l’image martiale et virile du régime et d’agir efficacement contre ceux qui ne s’y conformaient pas. La pédérastie n’était pas une « plaie » à ce point répandue pour nécessiter des politiques publiques explicitement répressives ; il s’agissait plutôt « d’intervenir avec des mesures énergiques pour agresser et cautériser le mal dans son foyer d’origine »17, en éloignant les homosexuels de la société civile et en les envoyant en exil dans quelques îles perdues. Finalement, la nouveauté substantielle introduite par le fascisme ne se situe pas tellement au niveau de la signification politique attribuée au problème – étant donné que, dans la plupart des cas, la pédérastie n’était pas considérée comme synonyme d’antifascisme18. Elle consiste plutôt dans le fait d’avoir codifié explicitement l’homosexualité comme une véritable forme de déviance. En effet, des mesures spécifiques relatives au contrôle des homosexuels prévoyaient pour chaque préfecture l’identification des pédérastes du département et leur inscription dans des fichiers, de sorte que la menace réelle de l’exil pèse en permanence sur eux. Chaque préfecture devait en outre constituer un dossier « Répression pédérastie » dans lequel figurait la liste des personnes exilées et un compte rendu était fait des enquêtes menées. Ainsi, dans le cadre de l’idéologie fasciste, l’action répressive contre les homosexuels se montra plus dure et méthodique, parvenant dans les faits à frapper un nombre plus important de personnes qu’auparavant.

  • 19  Luigi Salerno (ed.), Enciclopedia di polizia, Milano, Bocca, 1938, p. 701. Pour Giuseppe Falco, su (...)
  • 20  Salvatore Ottolenghi, « La classification morale des détenus et Caractères psychologiques de trois (...)

14Ce durcissement était en partie conforté par l’influence exercée dans le champ de l’action policière par le modèle de Cesare Lombroso, selon lequel l’homosexualité, comme en général l’esprit criminel, était inscrit dans le corps ; Salvatore Ottolenghi, fidèle assistant de Lombroso, n’ayant pas manqué, par ailleurs, de donner une empreinte fortement positiviste à l’école de la police scientifique qu’il dirigea de 1902 à 1928. De ce point de vue, la pédérastie était le symptôme d’une tendance à la criminalité naturelle et innée, entraînant des « formes de paresse, de vol, d’ébriété et de délit »19. Le parallèle établi par Lombroso entre prostitués et délinquants s’appliquait aussi aux homosexuels qui, en raison de leur prédisposition pour le crime, devaient être surveillés attentivement. Par conséquent, Ottolenghi avait donné des indications claires et précises sur les modalités selon lesquelles la police se devait d’agir sur ces sujets potentiellement criminels20. Aussi, présentait-il régulièrement aux élèves de l’école de la police scientifique certains cas de pédérastes en soulignant leur façon de parler en fausset, leurs gestes maniérés et leur attitude efféminée. Comme le tableau ci-dessous le montre, parmi les détenus de la prison de Regina Coeli [à Rome (N.d.T.)], nombreux étaient les condamnés pour extorsion, outrage à la pudeur ou corruption de mineurs qui, après avoir été étudiés, analysés et mesurés dans les laboratoires de l’école, étaient finalement classés parmi les « délinquants homosexuels ».

École de la police scientifique : cas d’homosexualité enrégistrés entre 1927 et 1939

1927

1928

1929

1930

1931

1932

1933

1934

1935

1936

1937

1938

1939

Total

18

17

57

87

92

42

69

116

92

76

86

124

153

1029

Source : Bulletin de l’École Supérieure de Police et des services techniques annexes

Etudes de cas

  • 21  Salvatore Ottolenghi, « La nuova "Cartella Biografica dei Pregiudicati" adottata dall’amministrazi (...)
  • 22  Dossier « Antonio P. », Enveloppe 772, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), Divi (...)
  • 23  Dossier « Giuseppe L. P. », Enveloppe 576, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), (...)

15Chaque dossier devait comporter des fiches biographiques des enquêtés, tout comportement sexuel devait être enregistré, précisément parce que révélateur d’une personnalité criminelle. Dans la partie réservée aux caractères psychiques, sous l’entrée « sensualité », les fonctionnaires pouvaient choisir parmi les options suivantes : accentuée, commune, aberrante (pédérastie : active, passive ; passionnelle ; professionnelle), violence, luxure21. Bien évidemment, les exilés avaient chacun leur propre fiche biographique, avec photo d’identité, empreintes digitales, mensurations anatomiques et fonctionnelles et, le cas échéant, déviations sexuelles. En ce qui concerne les pédérastes passifs, les indications sur le comportement et la physionomie du sujet étaient systématiques. Elles servaient à dresser en dernier lieu le jugement moral, généralement déterminé par une vision stéréotypée de l’homosexualité. Les pédérastes étaient dépeints comme des individus pervers, déviés, à caractère instable, volubiles, menteurs, paresseux, hostiles au travail, sans aucun sens de la morale, de la pudeur, de la décence, du sérieux, ayant un penchant pour les actes contraires aux bonnes mœurs et à l’intégrité de la race, se comportant avec une voix et des manières efféminées et ayant « des instincts et des attitudes féminines ». Selon le préfet de Catane, le profil du pédéraste passif était parfaitement illustré par Antonio P., « pédéraste caractérisé par sa dépravation atavique, par son allure et son attitude », ne faisant pas « mystère de son penchant efféminé, à ce point qu’il lui plaît de se faire appeler "Ninetta" », « fier d’avoir eu bon nombre d’amants avec lesquels il a pour habitude de s’accoupler en des lieux cachés, où il lui est arrivé de se faire surprendre alors qu’il s’adonnait à des actes voluptueux et répugnants »22. Mais rentraient également dans cette typologie ceux, comme Giuseppe L. P., au « visage décharné, avec des yeux enfouis, des larges narines et des lèvres charnues, exemple typique du sensuel parfait. On dirait un mâle à tous les effets, si sa voix ne dévoilait pas ses anomalies et sa vie ne faisait pas preuve d’inversion sexuelle »23.

16Ce modèle de masculinité intégralement axé sur l’exaltation de la virilité et sur une très forte division des genres qui postule pour les hommes une attitude martiale et aggressive conduit à circonscrire l’action répressive uniquement contre les pédérastes passifs, les « petites femelles » [femminella], maniérés et endossant le rôle féminin. Il ne sanctionnait donc pas les actifs dont le comportement est considéré alors comme normal et conforme au cliché de l’homme dominateur, conquérant et puissant. La sexualité ne pouvait se concevoir qu’en fonction des deux rôles préétablis : celui dominant et actif du mâle et celui subalterne et passif de la femelle. Plus que l’homosexualité, ce qui posait véritablement problème était l’absence de virilité, la passivité et l’effémination des individus. Ainsi, pour attester la pédérastie des personnes incriminées, les préfets recouraient souvent à l’examen rectal, afin d’avoir une « preuve » objective de leur habitude sodomite.

  • 24  Dossier « Salvatore F. », Enveloppe 391, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), AC (...)
  • 25  Le recours limité aux mesures d’éloignement tel que l’exil forcé est particulièrement évident dans (...)
  • 26  Dossier « Giuseppe Z. », Enveloppe 1084, Ucp., ACS.
  • 27  Dossier « Domenico R. », Enveloppe 865, Ucp., ACS.
  • 28  Dossier « Matteo A. », Enveloppe 9, Ucp., ACS.

17La plupart des homosexuels exilés étaient donc des personnes qui, en général, déclaraient ouvertement leur penchant sexuel, soit parce que prostitués, soit parce qu’« ayant contracté la maladie de la pédérastie passive et ayant perdu tout sens de la pudeur », ils avaient tendance « à rendre publique leur dépravation »24. C’était des individus pauvres, appartenant aux couches sociales les plus populaires, avec un parcours biographique marqué par des privations, des efforts et des difficultés, souvent analphabètes, travaillant dans les secteurs les plus humbles et les plus précaires (couturiers, serveurs, coiffeurs, cordonniers et travailleurs agricoles, mais aussi 5 prêtres), non mariés et plutôt faiblement intéressés par la politique. L’action répressive contre ces présumés pédérastes était sporadique et épisodique, l’exil demeurant en effet une solution extrême, à laquelle on préférait d’abord l’avertissement et la sommation – des mesures d’intimidation qui enjoignaient à la prudence et à la discrétion25. En revanche, les gardes à vue, les interrogatoires en préfecture et même des mesures de rétention en prison d’une durée de quelques jours, qui servaient à ficher les individus et à les intimider avant de les relâcher, étaient fréquents. Aussi, l’exil représentait-il une sorte de moyen d’intimidation pour « tous ceux qui, bien que s’adonnant régulièrement à une activité pédéraste, font preuve d’une plus grande discrétion, mais aussi pour tous les jeunes gens qui prennent le chemin de la dépravation »26. La diffusion d’un « virus », capable de « pervertir les sujets les plus jeunes sexuellement normaux et d’entacher l’intégrité de la race et de la morale »27, était une inquiétude majeure. C’est ce qu’affirme explicitement le préfet de Palerme : « Le vice abominable de la pédérastie est l’expression la plus triste d’une dégénérescence de l’instinct sexuel qui dégrade la grandeur de la race humaine et représente un véritable danger social, en raison des influences sournoises qu’il parvient à exercer sur le psychique des jeunes et sur l’intégrité physique de la race ». Ainsi, la pédérastie, poursuit-il, « mine l’état moral des jeunes et va jusqu’à entacher l’intégrité physique en encourageant la dépravation et le libertinage, allant à l’encontre des directives du Régime en matière d’éducation de la jeunesse »28.

  • 29  Dossier « Giovanni C. », Eveloppe 285, Ucp., ACS.

18L’exposé de certains cas d’espèce permet de rendre compte de l’action répressive contre les homosexuels. Le cas d’un serveur de Catane, contraint de subir en permanence des mesures de police, est à ce propos exemplaire. Avec des précédents judiciaires et plusieurs fois arrêté pour « mesures de sécurité et préjudice moral », le malheureux avait été envoyé en exil pour la première fois en 1934 en tant que pédéraste actif et passif, « ne faisant pas mystère de son penchant, ne donnant aucun signe de repentance et persistant dans ses activités abominables ». Selon la police, étant entendu que « cela fait environ 30 ans qu’il sème le germe d’une des formes les plus répugnantes de dégénérescence qui afflige la société : la pédérastie », sans doute méritait-il la peine maximale. Relaché après quelques mois pour des raisons de santé, condamné à rester sous contrôle judiciaire pendant une période de deux ans, il fut à nouveau envoyé en exil en 1939. « Rejeté par sa famille, méprisé et marginalisé par la société », il était en effet retombé dans le « vice », après avoir repris contact avec d’anciennes amitiés et se liant à la « joyeux brigade des pédérastes, avec laquelle il s’amuse de sorte que quand il ne parvient pas à trouver un mâle qui puisse satisfaire ses perversions, il s’y accomode aisément en faisant lui-même le mâle »29.

  • 30  Dossier « Domenico R. », Enveloppe 878, Ucp., ACS.

19Le cas de Domenico R., jeune vendeur d’un bar tabac de Salerne, condamné à cinq ans d’exil forcé pour pédérastie passive, est également significatif. D’après les forces de l’ordre, il s’agissait d’un individu « pleinement conscient de ses tendances immondes qui ne se soucie pas de les corriger et qui, au contraire, se laisse dominer, les alimentant de toutes les façons possibles. En effet, il ne craint aucunement de se montrer en public dans des attitudes sales et lascives qui mettent encore plus en évidence sa dégénérescence ». C’est d’ailleurs à cause de son orientation sexuelle que sa demande d’inscription au Parti National Fasciste (PNF) avait été refusée, au motif que cela aurait été « un vrai danger pour la santé morale de la race ». Domenico R. contestait fermement ces accusations, allant jusqu’à affirmer que l’homosexualité était à ses yeux une activité nocive pour l’intérêt national. Une fois en exil, il n’a eu de cesse de se plaindre d’avoir perdu son travail et de dénoncer cette contradiction entre la volonté du régime de corriger les sujets pédérastes et la décision de les enfermer tous ensemble au même endroit, dans des îles réservées30.

  • 31  Dossier « Giuseppe B. », Enveloppe 90, Ucp., ACS.

20Dans ce climat d’hostilité diffuse contre l’homosexualité, les plaintes de la population étaient souvent à l’origine des interventions des forces de l’ordre et de la dureté de leurs mesures répressives. Dans le cas de Giuseppe B., un autre habitant de Salerne, ce fut précisément l’insistance des protestations qui déterminèrent l’intervention de la police et l’envoi en exil, notamment parce que sa « perversion sexuelle » poussait le sujet à « se promener, de jour comme de nuit, avec des manières et une démarche féminines, maquillé avec du rouge à lèvres et habillé de façon à attirer l’attention des passants. Ces derniers étaient, pour la plupart, estomaqués »31.

Procédures d’enquête

21Parallèlement à ces mesures d’avertissement, de contrôle et d’exil, des formes bien plus rusées et subtiles étaient mises en oeuvre par le régime, qui n’ont pas encore fait l’objet d’études attentives. La satire, la diffamation, la censure exercée par les prêtres, les médecins, les commissaires de police, la famille et le voisinage ont été en effet des instruments de répression, visant à isoler tous ceux qui étaient considérés comme de dangereux dégénérés. D’autres formes de persécution, comme la prison ou l’asile – où le régime enfermait les homosexuels dans le but de libérer la société de la « plaie de la pédérastie » –, ont également été peu étudiées. L’analyse des procédures judiciaires, en particulier, permet de reconstituer le traitement réservé aux homosexuels, mais également le modèle de masculinité construit et véhiculé par le régime fasciste. Les enquêtes de police permettent de saisir la conception officielle de ce qui était sexuellement acceptable et de la sexualité « normale ». Dans les salles d’audience, on s’employait à défininir précisément la signification qu’il convenait d’attribuer à la virilité, puisque la condamnation des déviants permettait de définir la bonne conduite sexuelle. Les procès établissaient « les frontières de l’Eros » (Ruggiero, 1988) distinguant nettement entre sexe licite et illicite, normal et anormal, convenable et transgressif. Ainsi, par la criminalisation de l’homosexualité, on procédait au contrôle légal du comportement sexuel. L’ordre hétérosexuel et la discipline de la masculinité étaient sauvegardés.

  • 32  Sentence n° 4419 du 17-12-1934, n° 609/34 registre général, Sentences Pénales, Archives d’État de (...)

22Les sentences des tribunaux créaient un lien entre culture et représentations, en ceci qu’outre le respect de la loi, elles permettaient de renforcer l’image de l’homme viril que les homosexuels mettent en danger, donnant ainsi à voir le code non écrit de la virilité. L’action des magistrats et des médecins visait ainsi à neutraliser tous ceux qui mettaient en danger la division des genres et les limites normatives de la masculinité. Les homosexuels sous le coup d’une enquête étaient alors jugés davantage pour leur conduite irrégulière que pour l’infraction du code pénal. Aussi, l’hostilité exprimée contre l’homosexualité dans les tribunaux, était-elle proche du jugement dépassant le cadre du droit ; c’était plutôt une condamnation exclusivement morale. Par exemple, dans une sentence émise contre deux hommes accusés d’outrage à la pudeur, « pour avoir accompli entre eux des actes d’une obscénité innommable, dans une voiture », le juge finit par les acquitter, tout en définissant le procès comme « terriblement grave du point de vue de la morale »32.

  • 33  Sentence n° 4279 du 10-12-1934, n° 672/34 registre général, Sentences Pénales, ASR.

23Les magistrats ne se limitaient pas à juger les actes, mais allaient jusqu’à évaluer la moralité des prévenus, dont la condamnation pouvait dépendre aussi de leur position sociale et de leur niveau de respectabilité. Le cas du capitaine de l’armée Corrado M., accusé d’actes obscènes pour avoir été surpris dans un cinéma alors qu’il s’adonnait à des comportements suspects avec un jeune « d’âge et de classe sociale » très éloignés des siens, est à ce propos particulièrement significatif. Le militaire en question fut pleinement acquitté, malgré la quantité non négligeable de preuves à sa charge : le garçon avait confirmé la nature des rapports entre lui et le capitaine dans le procès-verbal rédigé par les gendarmes qui l’avaient surpris dans un cinéma romain, alors que Corrado M. tentait de s’enfuir. Néanmoins, le juge avait écarté l’hypothèse de sa culpabilité parce qu’il montrait toutes les caractéristiques de l’homme viril et semblait en tous points correspondre au modèle dominant de la masculinité : son dossier comportait « les meilleures références, non seulement en relation au noble office de capitaine qu’il exerce dans l’armée, mais aussi en ce qui concerne ses qualités morales qui font de lui un vrai gentleman, honnête, correct et équilibré. Et puisque, ce qui vient d’être dit, rend bénéfice aussi au jeune, dont l’expertise a attesté la normalité, le tribunal prononce pour eux un non-lieu, tel que décidé lors de l’audience s’étant déroulée à Rome le 10 décembre 1934 »33. Ces derniers mots confirment à quel point la distinction entre « gentilshommes et canailles » (McLaren, 1997) participait de la définition de l’identité masculine et de la normalité virile.

24Les procédures d’enquêtes montrent également l’efficacité de l’action répressive, ainsi que la force du conditionnement exercé par le régime au moyen de l’action menée par les forces de police. En effet, l’idéologie fasciste encourageait la mise en place d’une action de persécution de la part des autorités locales, soutenant ainsi idéologiquement et concrètement leur préjugé anti-homosexuel. Bien que les peines étaient souvent plutôt tempérées, le régime avait engagé une véritable guerre contre la prostitution homosexuelle : des agents en civil étaient spécialement chargés d’inspecter les vespasiennes, où ils avaient pour ordre de se laisser aborder par les prostitués, pour ensuite les arrêter, les menotter, les dénoncer ou tout simplement pour les ficher et ensuite les relâcher.

25Parfois, pour éviter la prison, ceux qui étaient accusés du « vice abominable de la sodomie » se déclaraient non coupables parce que « mentalement aliénés » et tentaient de prouver que leur comportement était dû à certains facteurs congénitaux indépendants de leur volonté. La limite entre péché et délit, entre vice et maladie était assez floue et permettait de fait aux prévenus de plaider non coupables ; mais, en même temps, elle laissait une grande marge de manœuvre aux autorités puisque la personne homosexuelle était considérée tantôt comme un déviant nécessitant l’exil, tantôt comme un criminel à envoyer en prison, tantôt comme un fou à interner.

26« La médicalisation du plaisir pervers » (Foucault, 1976) inaugurée au xixème siècle comportait d’ailleurs l’étude de l’inversion sexuelle, jusqu’à en faire une psychopathie. L’endroit le plus adapté pour la réclusion des homosexuels semblait donc être l’asile, qui remplissait à la fois une fonction de ségrégation et de thérapie, de cure et de prophylaxie sociale. Dans tous les cas, un instrument efficace pour exercer un contrôle sur les déviants, pour améliorer l’hygiène et la morale publiques et pour accroître la santé et le bien-être de la population. Outre la maladie mentale, le danger que représentait l’individu était un paramètre pour mesurer la nécessité d’un traitement psychiatrique en asile, ces structures finissant donc par devenir de véritables supports de l’action policière visant à éloigner de la société les indésirables et les perturbateurs de l’ordre public (Foucault, 1976 ; Dörner 1969 ; Cagossi, 1977).

27La « naissance » des anormaux, comme l’affirme Foucault (1999), tient en grande partie à la médicalisation de la déviance et donc à l’intention d’expliquer rationnellement l’exception, comprise non plus comme une extravagance mais bien comme une forme d’altération mentale. Les tentatives de définir et de classer les perversions sexuelles participaient d’une volonté de comprendre tout comportement s’éloignant de la norme et de la moyenne. La psychiatrie, dépassant sa seule dimension scientifique, se chargeait d’une dimension sociale et morale : sociale, parce qu’elle contribuait au contrôle et à la marginalisation de la déviance ; morale, parce qu’elle établissait les règles des conduites régulières, distinguant nettement entre santé et maladie, normal et pathologique (Canguilhem, 2009 [1943]). La médicalisation de l’homosexualité contribuait à justifier sur des bases scientifiques, une politique visant l’assainissement de la population au travers d’une lutte contre tous ceux dont les actes mettaient en danger la croissance démographique de la nation.

28Du point de vue du fascisme, l’orientation sexuelle des individus ne constituait pas le centre de la « question homosexuelle », c’est-à-dire que paradoxalement l’homosexuel, entendu comme celui qui éprouve une attirance sexuelle pour une personne du même sexe, laissait plutôt indifférent. Aucun livre, aucune mesure spécifique ou discours ne traitait du problème homosexuel. Ce qui posait véritablement problème était l’absence de virilité. Ainsi, la persécution s’abattait presque exclusivement sur les efféminés, les travestis et les prostitués. Le bourgeois bien installé, le dandy anglais ou le parisien raffiné et élégant étaient des symboles négatifs de l’homme non viril, bien plus que le milicien baraqué attiré par les jeunes garçons. L’efféminé, même sans être homosexuel, était méprisé et dénigré parce qu’il représentait le contrexemple de l’homme nouveau fasciste, fort et sûr de lui-même. Au fond, le fascisme ne punissait pas les homosexuels, mais ceux qui avaient des attitudes féminines, endossant de fait cette image de la femme considérée comme inférieure à l’homme. C’est la raison pour laquelle, généralement, les pédérastes actifs et les homosexuels virils étaient tolérés ou moins persécutés, tandis que les pédérastes passifs étaient victimes d’une véritable répression.

  • 34  Dossier « Domenico Bagnasco, député », Enveloppe 60, Dossiers Personnels Division Police Politique (...)

29La position du régime apparaît de façon emblématique dans les remarques de Mussolini lui-même au sujet des rumeurs concernant le député Domenico Bagnasco et sa pédérastie passive présumée. À Turin, on disait de ce combattant, blessé et décoré de guerre, nationaliste et président de l’Alliance Coopérative Turinoise, que c’était un « dégénéré sexuel » et que, précisément à cause de sa conduite morale, il avait été éloigné de la fonction de secrétaire des Syndicats. Une rumeur que le Duce avait balayée d’un revers de mains, car étant donné « sa silhouette, son apparence masculine et sa grande barbe, cette rumeur ne pouvait avoir aucun fondement de vérité »34.

L’usage politique de l’homosexualité

  • 35  Mussolini exaltait le caractère monolithique du parti : « Le Fascisme n’admet aucune hétérodoxie. (...)

30Ce type d’accusation permet, par ailleurs, de saisir à quel point l’homosexualité pouvait être utilisée comme un instrument dans le combat politique. Ce genre d’insinuations était très fréquent, notamment en raison du fait qu’après avoir supprimé la libre confrontation politique à l’intérieur du PNF, l’arme de la diffamation se propageait à une vitesse inouïe35. La critique de la politique libérale-démocrate, paralysée par la contradiction entre les partis et les courants, n’avait pas pour autant exclu les conflits entre les hauts dirigeants qui poursuivaient leur combat, mais avec de nouvelles armes.

31La nécessité de ne pas exposer au grand jour les conflits favorisait, de fait, le recours aux lettres anonymes, aux documents secrets et aux machinations, les vieilles oppositions entre les différentes factions demeurant actuelles. « Les limogeages à la tête des fédérations départementales du PNF, écrit Salvatore Lupo, étaient très souvent entourés de mensonges, de scandales sexuels, d’accusations invraisemblables, qui manifestaient le mépris profond que le fascisme éprouvait pour la vieille politique, par le virus qui à tout moment pouvait ressurgir dans les palais romains du pouvoir, mais aussi dans les provinces italiennes où le régime était solidement ancré, et même à l’intérieur du PNF, parmi les miliciens les plus fidèles » (Lupo, 2000, 24). D’après Lupo, les exclusions et les réintégrations au sein du parti, favorisaient la « politique des dossiers ». Le conflit permanent dans les rangs du fascisme concernait la vie politique des instances centrales, mais également celles plus périphériques :

« Les polémiques idéologiques sur le radicalisme et le modératisme, sur le fascisme de la première et de la dernière heure, sur les vertus et les vicissitudes de l’histoire du fascisme, depuis la marche sur Rome et avant elle, finissent en effet par laisser le pas aux polémiques d’ordre moral relatives à la sphère publique, mais aussi à la sphère privée, et même sexuelle – ce qui est, finalement, plus simple, plus rapide et efficace et en phase avec une idéologie profondément imbibée d’une attitude antipolitique » (ibid., p. 325).

32Ainsi, au lieu d’un débat public sur des programmes, des orientations et des valeurs, la bataille politique se transformait en accusations souterraines sur la vie privée ; la confrontation entre des idées politiques laissait la place à une confrontation sur la conduite morale (Cappelli, 1986 ; Lupo, 1987). Représenter l’adversaire comme l’exact opposé du dirigeant fasciste parfait était donc un moyen sûr pour gagner une dispute, écarter un rival ou discréditer un opposant potentiel. Le parallèle entre les qualités physiques et sensorielles et les qualités morales contribuait à « mythologiser le monde de la politique en le physionomisant » (Gombrich, 1971, 210), puisque par la déformation somatique on pensait pouvoir fournir la preuve tangible de l’infériorité de son adversaire.

33Dans ce cadre, l’homosexualité représentait une arme politique que l’on pouvait utiliser dans une compétition pour gagner une position hiérarchique de commandement. Les mérites et les démérites d’une personne pouvaient bien alors dépendre du degré de virilité : celui qui n’avait pas pris part à la Première Guerre Mondiale, celui qui avait une vie dissolue, les célibataires ou ceux qui étaient trompés par leurs femmes étaient exposés à des mesures disciplinaires et, surtout, devenaient des cibles potentielles. Les valeurs strictement liées à l’idée de masculinité propre au fascisme, tels le jeunisme, la virilité, l’athlétisme et le militarisme, préjugeaient désormais de la crédibilité politique d’un individu. Le fait d’être « pédéraste », par exemple, était une raison suffisante pour l’exclusion du parti avec tout ce que cela impliquait.

34C’est ce qui arriva à Maurizio B., accusé d’homosexualité et envoyé en exil en 1935 par la commission départementale de Novare. Il avait d’abord été déclassé du grade de capitaine de l’armée à celui de simple soldat, puis envoyé en congé illimité. Il avait, finalement, perdu son travail à la société d’hôtellerie dans laquelle il avait réussi à se faire embaucher. Sa carrière politique en fut, bien sûr, nettement changée : bien qu’il eut participé à la marche sur Rome, il avait été contraint de démissionner – pour ne pas publiciser son expulsion – puis définitivement radié des rangs fascistes et même de l’association des anciens combattants, et contraint également de subir une sorte de persécution constante de la part du secrétariat politique de Stresa et de dirigeants locaux. Attaqué et diffamé publiquement, sans travail, sans ressources et contraint de vivre dans une grange, il avait entamé une série de procédures de recours administratifs, de plaintes et de déclarations anonymes pour se venger, il ne réussit à récolter que de nouvelles accusations, comme celle de semer la discorde au sein du PNF et discréditer les institutions. C’est pourquoi, « s’étant révélé socialement dangereux à cause de ses perversions sexuelles irrémédiables », il avait était envoyé en exil pour une durée de 5 ans.

  • 36  Michele Crisafulli Mondio, « Variations », La Gazzetta. Eco della Sicilia e della Calabriai, 31 ju (...)
  • 37  Dossier « Crisafulli Mondio député Michele », Enveloppe 346 ; Pol.Pol., ACS. En 1929, après une en (...)
  • 38  Dans la requête demandant de mettre fin à cette « ignoble table ronde », on demandait aussi la sub (...)

35C’est le cas également du secrétaire fédéral de Messine, Michele Crisafulli Mondio – bien conscient des effets négatifs des diffamations véhiculées par « la calomnie, la plainte anonyme et les rapports dactylographiés, […] par la rumeur organisée d’abord dans les foyers de la diffamation puis sciemment répandue par des agents volontaires »36 –, sur lequel s’abattirent les conséquences néfastes des accusations portées contre lui. Pour ses adversaires politiques, il était népotiste, franc-maçon, traitre, corrompu et corrupteur, lié à la mafia et impliqué dans des histoires de concours truqués et de fraudes ; un personnage moralement exécrable, qui plus est, « démoralisé et perverti », prenant part à des orgies homosexuelles dans la ville de Taormina37. La difficulté à prouver son « innocence » rendait encore plus aisé le recours à l’instrument de la calomnie et l’orchestration de véritables complots dont l’objectif était l’élimination politique d’un dirigeant. L’accusation d’homosexualité était souvent utilisée pour résoudre des rivalités politiques même dans les plus hautes instances du parti, comme dans le cas d’Augusto Turati, jusqu’aux niveaux les plus bas, comme dans le cas du petit village de Sgurgola où, le maire, victime en 1937 d’une accusation anonyme, adressée au Ministère de l’Intérieur, selon laquelle il avait aménagé la salle dédiée aux loisirs après le travail en salle de billard où les jeunes se rencontraient et s’adonnaient à la pédérastie38. Mussolini lui-même utilisait les dossiers et les signalements anonymes, minutieusement rédigés à partir des informations reçues par la Police Politique, pour destituer ou manipuler un dirigeant (Rossi, 1958, 278-279 ; De Felice, 1995, 349).

  • 39  En sont des exemples le recueil de A. Gavelli (ed.), Vademecum dello stile fascista, dai fogli di (...)

36Dans ce climat de calomnie et de suspicion, la conduite privée était un signe visible de la « foi » dans l’idéologie ; se conformer à la morale fasciste était donc un pré-requis indispensable au sens d’appartenance au parti et à l’image idéale du militant. Pour le régime, la vie publique d’une personne et son comportement à l’extérieur étaient très importants : les citoyens devaient être l’expression vivante de l’effort fait par le fascisme pour créer un homme nouveau radicalement différent de celui du passé. Tout comme dans les institutions monacales et militaires, le style de vie assumée devenait fondamental. C’était le signe patent de la communion d’un idéal. Après la fondation d’un État et d’un droit fascistes, il était nécessaire de codifier le style et l’éthique fascistes39,

  • 40  M. Carli, Codice della vita fascista, Rome, Istituto Editoriale del Littorio, 192, p. 5.

« parce que, si face à ces nouvelles lois, dans les contingences de la vie publique, nous tous, nous savons ce qui est licite et ce qui ne l’est pas, ce qui est admis par l’État et ce qui ne l’est pas, dans les circonstances de la vie privée, dans les rapports entre les hommes, bref, lorsque la conscience et le devenir du caractère sont en jeu, nous n’avons pas encore de véritables règles, une norme qui nous dise, à grands traits, CE QUI EST FASCISTE ET CE QUI NE L’EST PAS. »40

  • 41  Secrétaire, entre autres, du PNF. (N.d.T.)
  • 42  En italien le vouvoiement est exprimé par l’adresse à la troisième personne du féminin singulier l (...)
  • 43 La forma che incide decisamente sul costume, Circulaire, n° 1339-bis du 19-3-1939.
  • 44  Comme l’écrit Augusto Turati : « Cette fois transformera profondément l’esprit du peuple italien : (...)

37Dans le cadre totalitaire du parti-église, les commandements, les catéchismes, les décalogues, les règles et les prescriptions comportementales avaient pour but d’indiquer les obligations du fasciste, de sorte à bien caractériser l’authenticité du croyant en l’idéologie (Galeotti, 1999 et 2000). Pour Achille Starace41, infatigable partisan de l’adéquation du comportement des citoyens au « nouveau style du temps de Mussolini », même la forme devait être conforme aux coutumes : ceux qui continuaient à utiliser le vouvoiement par la troisième personne du féminin singulier42, « lei », plutôt que le « vous » méritait une mesure disciplinaire corrective parce que c’était un signe d’insubordination à la foi fasciste43. Ce style de vie, entendu comme une « norme totalisante », capable de « formaliser toute sorte de comportement individuel ou communautaire » permettait d’infuser dans les masses la religion de Mussolini, en en faisant un cadre mental et une éthique civile44. Ainsi, comme le remarque Nicolò Zapponi, « parmi les raisons les plus impalpables, mais aussi les plus viscérales du succès du fascisme, se trouve une disponibilité, relativement répandue, à croire que le salut viendrait du style » (Zapponi, 1995, 196-184).

38Aussi, l’âge, l’orientation sexuelle et l’état civil, dimensions strictement privées de l’existence, finissaient-elles par avoir une valeur publique inédite. Le fait de donner une préférence aux jeunes dans les fonctions publiques, aux ex-combattants, aux personnes mariées avec des enfants était strictement lié à l’idéologie de la jeunesse, du virilisme et du militarisme propre au fascisme. Cette progressive intrusion dans le « privé », proscrivait, par exemple, à partir de 1934, le célibat pour les maires, conformément à la politique d’accroissement démographique mise en place par le fascisme (Ipsen, 1997). Il s’agissait d’une véritable prescription morale, au point qu’il était demandé aux préfets de vérifier la véracité des fiançailles et des promesses en mariage, prétextées par les maires craignant d’être déclarés démissionnaires. Envoyer les déclarations de mariage aux autorités préfectorales était alors un moyen sûr pour s’assurer du bon avancement de sa carrière politique.

39La lettre envoyée à Mussolini par le secrétaire fédéral du département de Frosinone, Arturo Rocchi, à l’occasion de son mariage est un exemple particulièrement symptomatique de cette obligation de respecter scrupuleusement, dans sa vie privée, les codes de conduite fascistes :

  • 45  Lettre du secrétaire fédéral du PNF, Arturo Rocchi, au chef du conseil Benito Mussolini du 28-11-1 (...)

« Duce ! Très heureux d’obéir à vos directives, j’ai pris femme. De cette joie sereine que m’apporte la fondation d’une famille, je pourrai tirer un plus grand encouragement à poursuivre quotidiennement les beaux et grands efforts en Votre nom immortel. »45

  • 46  « Noterelle di moralità fascista. Delle espulsioni », Il popolo di Romagna, 15 décembre 1928.

40L’intrusion du parti dans la vie privée des inscrits au parti se manifestait aussi par la demande d’expulsion pour ceux qui « négligent leur famille ou se comporte de façon désordonnée », ou pour ceux qui « permettent ou facilitent l’introduction dans l’organisme familial de germes vénéneux hautement dangereux » et « offensent ainsi le principe moral d’une des institutions fondamentales de la société fasciste »46

41Malgré les quelques signaux d’impatience que cette intrusion, visant à réaliser la politisation intégrale de l’existence, pouvait finir par susciter, les limites d’intervention de la « morale fasciste » allaient jusqu’aux moindres vicissitudes familiales. Comme le rappelle en 1929 Carlo Scorza, à l’époque secrétaire des Jeunesses Fascistes de combat [Fasci Giovanili di combattimento], puis secrétaire du PNF, il était complètement inutile de se plaindre des expulsions au motif du « désordre de la vie privée », parce que

  • 47  Carlo Sforza, « Della moralità fascista », Costruire, année VII, 1, janvier 1929.

« le Parti entre partout et l’expulsion constitue une nécessité permanente. […] Le Fascisme représente moins un principe politique qu’un mode de vie ; un système idéal plus qu’un nouveau système, soit-il puissant et ingénieux. […] Chers Messieurs : le Parti entre aussi dans la vie privée. Celui qui maltraite sa famille ou qui la néglige ou qui se comporte de façon désordonnée, celui qui offense le principe moral d’une des institutions fondamentale de la société fasciste fait œuvre de dépression et de désintégration de l’esprit unitaire. […] Appartenir au Parti Fasciste est une marque de grande distinction, de véritable noblesse : c’est un grade, le premier grade de la hiérarchie civile du peuple italien. Il est impératif d’en être digne. »47

  • 48  PNF, Il secondo libro del fascista, Rome, 1940, p. 49.

42Avec la fondation de l’Empire et l’adoption d’une politique raciale, il était encore plus urgent de redonner « à tous les Italiens une coutume imprégnée d’un style viril, guerrier, énergique et constructif, typique de la race italienne de tous les temps »48. La révolution anthropologique devenait un aspect indispensable pour le succès du régime, car, comme l’affirme Mussolini en 1938 :

  • 49  Benito Mussolini, « Eventi di portata storica », Il popolo d’Italia, 10 juillet 1938. Sur cette ob (...)

« Avec la création de l’Empire, le fascisme doit approfondir le renouvellement des coutumes italiennes, c’est-à-dire pénétrer dans le système de la vie individuelle, former physiquement et moralement les Italiens de l’Empire, des Italiens dignes de l’Empire, conscients de la mutation en cours. […] Dans les secteurs de la vie publique et privée, il faut enraciner un nouveau style, un nouvel orgueil, une nouvelle discipline, une nouvelle virilité fasciste, c’est-à-dire brave, martiale et sportive. »49

43La vision palingénésique de la politique (Griffin, 2003) était un aspect fondamental de la conception totalitaire. Cette volonté d’investir toutes les dimensions de la vie individuelle et collective avait des répercussions sur la sphère sexuelle. L’accélération de l’expérience totalitaire entraînait donc une progressive dissolution des limites entre public et privé, jusqu’au foyer domestique (Salvati, 1993 ; Rizzo, 2003).

44La « transparence » était d’ailleurs une des valeurs centrale de la représentation que Mussolini se faisait du parti, qui devait être « une maison en verre dans laquelle n’importe qui devait pouvoir regarder ». Ce qui impliquait une retenue absolue et, par conséquent, un contrôle tentaculaire sur la morale sexuelle, dans le but de construire les identités masculines et féminines, la maternité et la paternité des nouveaux fascistes conformément aux valeurs de l’idéologie (Saraceno, 1995 ; Passerini, 1995). La censure implicite ou explicite quant à toute référence à des considérations réprouvées ou immorales, comme l’homosexualité, était alors un moyen d’atteindre cette transparence.

45Toutefois, le puritanisme exacerbé demeurait un énoncé de principe souvent contredit par les habitudes les plus enracinées et la nécessité de passer sous silence les affaires concernant les personnages les plus influents du régime. Si le fascisme prêchait l’austérité et la modération sexuelles, la réalité était souvent bien différente des apparences et les transgressions non moins fréquentes. Ainsi, il arrivait que la morale publique ne coïncide pas avec celle privée, et l’intransigeance énoncée n’était pas toujours suivie dans la pratique. Nonobstant l’exaltation de la famille, de la monogamie et de la procréation à l’intérieur du mariage, les aventures extraconjugales étaient, à l’évidence, tolérées. La relation entre Mussolini et Clara Petacci, par exemple, était connue de tous et considérée comme relevant de l’humanité du Duce, de la faiblesse de la chair, tout à fait naturelle pour un personnage aussi viril, une exception à la règle légitime pour une personnalité au-dessus des normes et des lois. De même, les maisons closes et la prostitution, sans être tout à fait légales, étaient largement tolérées. Les prostituées étaient condamnées publiquement, mais leur utilité sociale était louée (Fusco, 1995 ; Padiglione, 2003).

46Davantage préoccupé par des questions d’ordre public, le fascisme laissait souvent passer les comportements peu orthodoxes des dirigeants. L’accusation d’homosexualité était à ce point arbitraire que lorsque cela concernait des dirigeants impliqués dans les plus hautes et les plus importantes fonctions à l’intérieur de l’État fasciste, l’indulgence était de mise. Celui qui parvenait à conduire une vie en apparence irréprochable pouvait assez sereinement éviter des problèmes pour son orientation sexuelle « différente ».

  • 50  Carmine Senise, Quando ero a capo della polizia 1940-1943, Toma, Ruffolo, 1946. « Le soir, raconte (...)

47Le cas de deux hauts fonctionnaires fascistes, le chef de la police Carmine Senise et le responsable de la censure théâtrale Leopoldo Zurlo, est exemplaire. Ils vivaient ensemble et étaient proches depuis l’enfance. Senise, lui-même, définit Zurlo comme « plus qu’un frère », un « ami indivisible et fraternel » avec qui il cohabite de façon modeste et anonyme50.

48Eugen Dolmann, fin connaisseur du monde homosexuel, apporte son témoignage :

« Senise commençait petit à petit à perdre cette influence qu’avait, en revanche, son prédécesseur, Bocchini. Avec lui, on n’entendait plus parler que des nombreuses vicissitudes de la grande famille napolitaine du dit don Carmine, célibataire impuni encerclé par des rangs entiers de présences féminines et masculines. […] Il arrivait souvent d’apercevoir deux hommes habillés en noir, plutôt âgés, qui se promenaient le long du Pincio admirer la vue. Et l’on avait vite fait de reconnaître Carmine Senise et son inséparable ami Zurlo qui, depuis des années, partageait avec le chef de la police un logement tout à fait modeste » (Dolmann, 2002).

  • 51  Rapport informatif du 19-2-1943 « Senise Carmine », Dossier 29, Sub-dossier 1, Enveloppe 7, CR, SP (...)

49Les insinuations sur la nature du lien entre Senise et Zurlo se faisait de plus en plus insistantes, surtout depuis 1943, lorsque le doute commençait à planer sur la fidélité de Senise au régime et lorsqu’une issue catastrophique de la guerre semblait de plus en plus probable, entraînant, en même temps, la chute du fascisme. Les rumeurs devinrent alors des accusations. Le bureau d’information auprès du Secrétariat Particulier du Duce, mis en place par Mussolini et par Buffardini-Guidi en février 1943, pour recueillir les délations et garder sous observation les personnalités politiques, remarquait que Zurlo « faisait l’objet de commentaires sarcastiques », car homosexuel, sa cohabitation avec Senise devenant donc de plus en plus suspecte51. Les lettres anonymes de dénonciation le concernant parlent d’une suspicion de pédérastie et de sa liaison avec Zurlo, et définissent son comportement d’« immoral ». L’une d’entre elle, par exemple, se termine sur ces mots :

  • 52  Lettre envoyée à Madame Rachele le 8-2-1943, « Senise Carmine », Dossier 29, Sub-dossier 1, Envelo (...)

« L’actuel chef de la police est moralement pourri. C’est un pédéraste et depuis longtemps il vit avec Zurlo qui fait office d’amie, il a même des rapports très étroits avec la sœur de Zurlo. Il est des jeunes fonctionnaires de la police qui ont des rapports homosexuels avec lui ; il est devenu riche et puissant, il est craint par les gens. S’il s’aperçoit de la moindre cabale contre lui, il a aussitôt vite fait de la détruire. Pensez-vous que c’est suffisant pour l’expulser comme il le mérite et donc pour le soustraire au Duce ? »52

50Aussi, malgré tant d’insinuations sur la vie privée de ces deux fonctionnaires, célibataires, concubins et bien loin du stéréotype masculin, aucune mesure ne fut prise contre eux. L’ambition totalitaire à transformer les Italiens en un peuple viril ne pouvait pas se passer de la collaboration de hauts fonctionnaires stratégiques pour le régime. Leur intouchabilité politique montre à quel point les préceptes moraux du fascisme étaient flexibles en fonction de la position sociale et du rôle politique des personnalités en question.

51L’histoire de Zurlo et de Senise montre, par ailleurs, le rapport ambivalent qu’entretenait le fascisme avec la respectabilité bourgeoise. Le modèle viril fasciste ne condamnait pas seulement l’homosexualité, mais également la figure du bourgeois respectable et conformiste, centré sur le refus de l’ingérence politique dans la vie privée. En même temps, cette respectabilité était un instrument indispensable à l’uniformisation des comportements collectifs imposée par le régime. Cette tension entre respectabilité bourgeoise et ambition totalitaire à réaliser une véritable révolution anthropologique, était une constante du régime, pris dans une friction permanente entre sauvegarde de la morale traditionnelle et désir de créer de nouvelles valeurs. Comme le remarque Gentile, le fascisme avait pour objectif de dépasser la « respectabilité bourgeoise » pour atteindre une « respectabilité en uniforme », fondée sur le courage, la force et la virilité, mettant ensemble en même temps tradition et modernité, l’exaltation des valeurs du passé et proposant de nouveaux principes moraux (Gentile, 2002).

Permanence du modèle de masculinité fasciste : virilité des temps modernes ?

52Résoudre les contradictions de la modernité revenait aussi à affronter ses aspects négatifs, parmi lesquels l’homosexualité. Le fascisme n’a pas été un mouvement antimoderne. La modernisation devait s’intégrer aux principes éthiques de l’État fasciste. La peur du désordre et du changement incontrôlé motivaient la protection de la morale traditionnelle et, de ce point de vue, il était fondamental de réguler la vie sexuelle des citoyens. L’attitude du fascisme dans le domaine de la morale et de la vie privée était donc ambivalente, un mélange de tradition et d’innovation, d’éléments de restauration liés au catholicisme italien et d’éléments innovants, typique d’un État totalitaire.

53Dans tous les cas, malgré ces ambivalences et la permanence d’un préjugé anti-homosexuel, l’ambition fasciste de réaliser l’asservissement total de l’individu aux exigences du régime, et donc d’aligner les comportements sexuels des citoyens à l’idéologie, stoppa de fait toute forme d’émancipation des homosexuels et de tolérance ou d’intégration de la diversité. Un arrêt qui a produit sur l’Italie Républicaine de l’après-guerre des conséquences notables, allant jusqu’à conditionner fortement la morale sexuelle. Les homosexuels, condamnés à subir le poids de la marginalisation, au rejet de leur orientation sexuelle et à se conformer au modèle hyperviril imposé par le régime, continuent aujourd’hui à subir les effets d’une telle attitude. L’image militaire et sportive qu’ils semblent reproduire encore aujourd’hui n’est, au fond, pas très éloignée de l’image de l’homme viril véhiculée par le fascisme.

Haut de page

Bibliographie

Bertelli Pino, Cinemae diversità. 1895-1987 : storia di svantaggio sul telo bianco. Mascheramento, mercificazione, autenticità, Reggio Emilia, Notor, 1994.

BENADUSI Lorenzo, « Gli omosessuali al confino », Rivista storica dell’anarchismo, anno 11, 1, janvier-juin 2004, pp. 17-32.

Cagossi Mario, « Tra Dörner e Foucault : storia sociale e critico-strutturalismo della psichiatria », Archivio di psicologia neurologia e psichiatria, XXXVIII (1977), pp. 409-417.

Canguilhem Georges, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 2009 [1943].

CANNISTRARO Philip, La fabbrica del consenso, Rome-Bari, Laterza, 1975.

Cappelli Vittorio, Il ceto politico locale tra le due guerre mondiali : nuove fonti d’archivio, Florence, La Nuova Italia, 1986.

DALL’ORTO Giovanni, « La "tolleranza repressivai" dell’omosessualità. Quando un atteggiamento legale diviene tradizione », in Arci-gay nazionale (ed.), Omosessuali e Stato, Bologne, Quaderni di critica omosessuale, 3, Il Cassero, 1988), pp. 37-57.

DALL’ORTO Giovanni, « Omosessualità e razzismo fascista », in BIDUSSA David (dir.), La menzogna della razza : documenti e immagini del razzismo e dell’antisemitismo fascista, Bologne, Grafis, 1994. En ligne : http://www.giovannidallorto.com/saggistoria/fascismo/razzismo/razzismo.html

DALL’ORTO Giovanni, « Il paradosso del razzismo fascista verso l’omosessualità », in BURGIO Alberto (dir.), Nel nome della razza. Il razzismo nella storia d’Italia 1870-1945, Bologne, Il Mulino, 2000, pp. 515-528.  

De Felice Renzo, Mussolini il fascista. L’organizzazione dello Stato fascista 1925-1929, Turin, Einaudi, 1995

D’Emilio John, « La storia gay : un nuovo settore di ricerca », Rivista di storia contemporanea, XX, 1, janvier 1991, pp. 88-105.

D’Emilio John,Making Trouble: Essays on Gay History, Politics, and the University, New York, Routledge, 1992.

D’Emilio John, The World Turned. Essays on Gay History, Politics, and Culture, Durham, Duke University Press, 2002.

DI GENOVA Giorgio (dir.), L’uomo della provvidenza : iconografia del Duce 1923-1945, Bologne, Bora, 1997.

Dogliani Patrizia, « Omosessualità », in DE GRAZIA Victoria, LUZZATO Sergio (dir.), Dizionario del fascismo, Turin, Einaudi, 2003, vol. II, pp. 264-265.

Dolmann Eugen, Un libero schiavo, Bologne, Cappelli, 1968.

Dörner Klaus, Madmen and the Bourgeoisie : A Social History of Insanity and Psychiatry, Oxford, B. Blackwell, 1981.

Duberman Martin Bauml, Vicinus Martha, Chauncey George (dir.), Hidden from History. Reclaiming the Gay and Lesbian Past, New York, Meridian, 1989.

EBNER Michael, « The Persecution of Homosexual Men under Fascism 1926-1943 », in WILLSON Perry (dir.), Gender, Family, and Sexuality : The Private Sphere in Italy 1860-1945, Londres, Palgrave Macmillan, 2004.

Ellena Liliana, « Mascolinità e imaginai nazionale nel cinema italiano degli anni Trenta », in BELLASSAI Sandro, MALATESTA Maria (dir.), Genere e mascolinità. Uno sguardo storico, Rome, Bulzoni, 2001, pp. 243-264.

Fernandez Dominique, Le rapt de Ganymède, Paris, Grasset, 1997.

Foucault Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1976 [1961].

Foucault Michel, Histoire de la sexualité, Paris Gallimard, 1976.

Foucault Michel, Les Anormaux. Cours au collège de France 1974-1975, Paris, Seuil, 1999.

Fusco Giancarlo, Quando l’Italia tollerava, Vicence, Neri Pozza, 1995.

Gombrich Ernst Hans, Méditations sur un cheval de bois, Paris, Phaidon, 2003.

Galeotti Carlo, Mussolini ha sempre ragione. I decaloghi del fascismo, Milan, Garzanti, 2000.

GALEOTTI Carlo, Credere, obbedire, combattere. I catechismi del fascismo, Rome, Stampa alternativa, 1999.

Gentile Emilio, La religion fasciste, Paris, Perrin, 2002.

GORETTI Gianfranco, Il periodo fascista e gli omosessuali : il confino di polizia, in CIRCOLO PINK (ed.), Le ragioni di un silenzio. La persecuzione degli omosessuali durante il nazismo e il fascismo, Verone, Ombre Corte, 2002, pp. 64-74.

GORI Gigliola, « Model of Masculinity : Mussolini, the "New Italian" of the Fascist Era », The International Journal of History of Sport, décembre 1999, pp. 27-61.

Griffin Roger, « Il nucleo palingenetico dell’ideologia del "fascismo generico" », in Campi Alessandro (dir.), Che cosa è il fascismo ? Interpretazioni e prospettive di ricerca, Rome, Ideazione, 2003, pp. 97-122.

Ipsen Carl, Dictating Demography : The Problem of Population in Fascist Italy, New York, Cambridge University Press, 1996.

ISNENGHI Mario, « Il corpo del duce », in L’Italia del fascio, Florence, Giunti, 1996, pp. 405-419.

ISNENGHI Mario, « Il volto truce dell’"Italiano Nuovo" », in ISNENGHI Mario, Immagini e retorica di Regime, Milan, Motta Editore, 2001, pp. 17-20.

KNOX MacGregor, « Conquest, Foreign and Domestic, in Fascist Italy and Nazi Germany », Journal of Modern History,56, 1, mars 1984, pp. 1-57.

MALVANO Laura, « Le mythe de la jeunesse à travers l’image. Le fascisme italien », in LEVI Giovanni, SCHMITT Jean-Claude (dir.), Histoire des jeunes en Occident. L’époque contemporaine, II, Paris, Seuil, 1996, pp. 277-308.

Lupo Salvatore, Il fascismo. La politica in un regime totalitario, Rome, Donzelli, 2000.

LUZZATO Sergio, Il corpo del duce. Un cadavere tra immaginazione, storia e memoria, Turin, Einaudi, 1998.

McLaren Angus, The Trials of Masculinity. Policing Sexual Boundaries 1870-1930, Chicago, University of Chicago Press, 1997.

MALAPARTE Curzio, La peau, Paris, Gallimard, 1973.

MALAPARTE Curzio, Il y a quelque chose de pourri, Paris, Denoël, 2004.

MANGAN James Antony, « Making European Masculinities. Sport, Europe, Gender », The European Sports History Review, vol. 2, Londres-Portland, Frank Cass, 2000.

MOSSE George L., L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997.

MOSSE George L., Nationalism and Sexuality : Respectability and Abnormal Sexuality in Modern Europe, New York, Howard Fertig, 1985.

Padiglione Gustavo Maria, Camerati, in camera ! Storia seria ma divertente delle case chiuse sotto il fascismo, Milan, Mursia, 2003.   

Passerini Luisa, « Costruzione del femminile e del maschile dicotomia sociale e androginia simbolica », in Del Boca Angelo, Legnani Massimo, Rossi Mario G. (dir.), Il regime fascista. Storia e storiografia, Rome-Bari, Laterza, 1995, pp. 498-506.

Pavone Claudio, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991.

PETROSINO Dario, Traditori della stirpe. Il razzismo contro gli omosessuali nella stampa del fascismo, in BURGIO Alberto, CASALI Luciano (dir.), Studi sul razzismo italiano, Bologne, Il Mulino, 1996, pp. 89-107.

PETROSINO Dario, « Come si costruisce uno stereotipo. La rappresentazione degli omosessuali ne "L’Italiano" di Leo Longanesi (1926-1929) », in CIRCOLO PINK (ed.), Le ragioni di un silenzio. La persecuzione degli omosessuali durante il nazismo e il fascismo, Verone, Ombre Corte, 2002, pp. 49-63.

PINKUS Karen, Bodily Regimes. Italian Advertising under Fascism, Minneapolis-Londres, University of Minnesota Press, 1995.

Rizzo Domenico, « L’impossibile privato. Fama e pubblico scandalo in età liberale », Quaderni storici, 112, 1, avril 2003, pp. 215-242.

Rossi Cesare, Trentatre vicende mussoliniane, Milan, Meschina, 1958.

Russo Vito, Lo schermo velato. L’omosessualità nel cinema, Gênes, Costa & Nolan, 1984.

Russo Vito, The Celluloid Closet. Homosexuality in the Movies, New York, Harper & Row Publishers, 1987.

Ruggiero Guido, I confini dell’eros. Crimini sessuali e sessualità nella Venezia del Rinascimento,Venise, Marsilio, 1988.

Salvati Mariuccia, L’inutile salotto. L’abitazione piccolo-borghese nell’Italia fascista, Turin, Bollati Boringhieri, 1993.

Saraceno Chiara, « Costruzione della maternità e della paternità », in Del Boca Angelo, Legnani Massimo, Rossi Mario G. (dir.), Il regime fascista. Storia e storiografia, Rome-Bari, Laterza, 1995), pp. 475-497

SPACKMAN Barbara, Fascist Virilities. Rhetoric, Ideology, and Social Fantasy in Italy, Minneapolis-Londres, University of Minnesota Press, 1996.

Zapponi Nicolò, Stili di vita fascisti : l’arte di sopravvivere, in ALIBERTI Giovanni (dir.), L’economia domestica (xix – xx), Pise-Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 1995, pp. 169-184.

Haut de page

Notes

1  Durant la période fasciste le terme le plus fréquent pour indiquer un homosexuel était « pédéraste ».

2  Benito Mussolini, Spirito della rivoluzione, Milan, Hoepli, 1937.

3  Circulaire « Per la morale e la sicurezza pubblica », n° 12985.2/18138, envoyée par Mussolini aux préfets du Royaume et pour connaissance au Commandement Général de l’Armée de la Gendarmerie. Dossier « Moralità pubblica », enveloppe 225, Cabinet de Préfecture, Archive Historique de Milan.

4  Sur le lien entre sport et masculinité, voir Mangan (2000). Sur la représentation de la jeunesse comme image idéale du fasciste voir Malvano (1996). Sur le corps du Duce comme modèle de masculinité et de virilité fasciste, voir Isnenghi (1996), ainsi que Genova (1997) et Gori (1999).

5  Giuseppe De Marinis, Resurrezione eroica. L’Italiano nuovo, Napoli, Pironti, 1929.

6  Giuseppe Maggiore, « Maschilità del fascismo », in Un regime e un’epoca, Milano, Treves, 1929, pp. 139 et 141.

7  Mario Carli, Sfemminilizzare la mondanità, in Antisnobismo, Milano, Morreale, 1929, p. 101.

8  Eugenio Galvano, « Natura e morale », Il Popolo d’Italia, 26 septembre 1934.

9  C’est avec ces mots que Giovanni Appiani, le président de la commission ministérielle chargé de rendre un rapport sur le projet préliminaire du nouveau code pénal résume les motivations principales ayant conduit à la décision de ne pas inclure l’article 528 dans la version définitive du Code Rocco [du nom du Ministre de la Justice. (N.D.T.)]

10  Travaux préparatoires du code pénal et du code de procédure pénale, vol. IV, partie IV, Actes de la commission ministérielle chargée d’émettre un avis sur le projet préliminaire du nouveau code pénal, Procès Verbaux des séances de la commission, Rome, Tipografia delle Mantellate, 1929, p. 377.

11  Ibid., Projet définitif du nouveau code pénal auprès du Ministre de la Justice Alfredo Rocco, pp. 314-315.

12  Giovanni Dall’Orto, par exemple, soutient que « la politique explicitement raciste du fascisme italien contre les homosexuels dura trois ans : de 1936 à 1939 » et « fut mise en acte pour singer l’Allemagne nazie » (Dall’Orto, 1994, 139). Voir aussi Dall’Orto (2000).

13  Sur les changements produits sur la vie privée des citoyens dans le but de transformer les Italiens en un peuple de guerriers prêts à combattre pour la grandeur et l’expansion territoriale du nouvel empire fasciste, voir Knox (1984). Sur les liens entre l’escalade belliqueuse et le durcissement de l’action répressive contre les homosexuels voir Ebner (2004). Enfin, pour des considérations plus détaillées sur la répression de l’homosexualité sous le régime fasciste italien, je me permets de renvoyer à Benadusi (2004).

14  C’est à ces mêmes conclusions que parvient Gianfranco Goretti, puisqu’il considère l’adoption des lois raciales de 1938 comme un tournant dans la répression de l’homosexualité dans l’Italie fasciste au moyen de l’exil forcé (Goretti, 2002).

15  Les pédérastes catanais furent exilés suite à différents jugements. Ceux condamnés par l’ordonnance du 2-2-1939, envoyés à Favignana, Lampedusa et Ustica, furent considérés formellement comme des exilés communs. Ce n’est qu’après leur transfert aux Îles Tremiti, qu’ils furent inscrits parmi les exilés politiques. En mars 1939, le chef de la police avait en effet décidé de rassembler tous les pédérastes de Catane à San Domino. Tels étaient ses instructions : « Toute la documentation relative à la répression de la Pédérastie à Catane doit être transférée à l’Exil politique. Qu’il en soit de même pour les dossiers personnels des pédérastes de Catane ». Les exilés par les ordonnances du 11-4-1939 et du 8-5-1939 ont été envoyés directement à San Domino et considérés comme des exilés politiques. Cf. dossier « Catane », « Affaires relatives aux exilés communs 1937-1939 par province », Enveloppe 24, Exil commun, Direction Général de Sureté Publique [P.S.], Ministère de l’Intérieur [MI], Archives Centrales d’État [ACS].

16  Pour des études concernant spécifiquement ces pays et ces périodes, voir Tamagne (2000), ainsi que pour le contexte états-uniens Chauncey (2003).

17  C’est avec ces mots que le préfet de Catane justifie les mesures de police adoptées contre les homosexuels du département dans « l’intérêt des bonnes mœurs et de la pureté de la race » et dans le « silence de la loi ».

18  L’écrivain Curzio Malaparte, convaincu de l’existence d’un « plan quinquennal homosexuel de corruption de la jeunesse » et d’espionnage, promouvait l’idée d’un lien entre homosexualité et communisme (Malaparte, 1973 et 2004).

19  Luigi Salerno (ed.), Enciclopedia di polizia, Milano, Bocca, 1938, p. 701. Pour Giuseppe Falco, successeur d’Ottolenghi à la direction de l’École de la Police Scientifique, « l’homosexualité, ou inversion sexuelle, ou uranisme » représentait également « un penchant criminel entrainant des faits qui, même lorsqu’ils n’ont pas un caractère criminel, portent atteinte à l’ordre publique et urbain et vont à l’encontre de la pudeur et de la moralité publique », La sessuologia nel codice penale italiano, Milano, Spem, 1935, pp. 125-126.

20  Salvatore Ottolenghi, « La classification morale des détenus et Caractères psychologiques de trois pseudo-hermaphrodites », Actes de la société de Médecine Légale, année IV.

21  Salvatore Ottolenghi, « La nuova "Cartella Biografica dei Pregiudicati" adottata dall’amministrazione di P.S. », Atti della società romana di antropologia, vol. XI, Rome, 1905 ; La cartella biografica Federzoni per i pregiudicati, Zacchia, 1926 ; Applicazione delle misure di sicurezza, Zacchia, 1928 ; Trattato di polizia scientifica. Identificazione psichica e biografica e investigazioni giudiziarie, vol. 2, Milan, Società Libraria, 1932, pp. 324 et suiv. ; Nozioni per la compilazione della Cartella Biografica del pregiudicato, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, Libreria dello Stato, 1932.

22  Dossier « Antonio P. », Enveloppe 772, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), Division des Affaires Générales et Réservées, P.S. MI, ACS.

23  Dossier « Giuseppe L. P. », Enveloppe 576, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), ACS.

24  Dossier « Salvatore F. », Enveloppe 391, Dossiers personnels du Bureaux d’exil politique (Ucp), ACS. De la part de la police, le souci d’éviter le scandale que la libre expression d’une attitude « perverse » aurait pu causer était permanent. Dans le cas d’un exilé catanais, par exemple, les forces de l’ordre motivaient leur intervention de la façon suivante : « Il s’accouple avec des personnes du même sexe et affiche publiquement sa dépravation par sa démarche, ses manières et sa façon de se maquiller, provocant ainsi le scandale. Il représente un sérieux danger pour la morale. L’exil pour une durée maximale s’impose », Dossier « Emanuele B. », Enveloppe 128, Ucp., ACS.

25  Le recours limité aux mesures d’éloignement tel que l’exil forcé est particulièrement évident dans le cas de Florence où, parmi les 64 « pédérastes » jugés par la Commission Départementale entre 1936 et 1939, seulement 11 furent envoyé en exil politique, tandis que 34 d’entre eux furent avertis et 16 autres simplement sommés à cesser leurs agissements.

26  Dossier « Giuseppe Z. », Enveloppe 1084, Ucp., ACS.

27  Dossier « Domenico R. », Enveloppe 865, Ucp., ACS.

28  Dossier « Matteo A. », Enveloppe 9, Ucp., ACS.

29  Dossier « Giovanni C. », Eveloppe 285, Ucp., ACS.

30  Dossier « Domenico R. », Enveloppe 878, Ucp., ACS.

31  Dossier « Giuseppe B. », Enveloppe 90, Ucp., ACS.

32  Sentence n° 4419 du 17-12-1934, n° 609/34 registre général, Sentences Pénales, Archives d’État de Rome [ASR].

33  Sentence n° 4279 du 10-12-1934, n° 672/34 registre général, Sentences Pénales, ASR.

34  Dossier « Domenico Bagnasco, député », Enveloppe 60, Dossiers Personnels Division Police Politique, [Pol.Pol], P.S, MI, ACS. Néanmoins, les informateurs de la police continuaient de le dépeindre selon le stéréotype de l’homosexuel : le député était en effet « malade…de cette maladie qui fait qu’un homme ressent des stimuli féminins ! […] Il prend soin de recommander tous ceux qui…agissent sur lui…dans la satisfaction de ces goûts…passifs ! ! » (Turin, information du 22-3-1930). Sur la carrière politique et la bienveillance du Duce à l’égard du député Bagnasco, « fidèle parmi les plus fidèles », voir aussi « Bagnasco Député Domenico », fichier 209.128, Enveloppe 690, Correspondance Ordinaire [CO], Secrétariat Personnel du Duce [SPD], ACS.

35  Mussolini exaltait le caractère monolithique du parti : « Le Fascisme n’admet aucune hétérodoxie. […] Le Fascisme a gagné parce qu’il a toujours éradiqué à la racine les tendances, les courants et tout type de différenciation : son bloc est monolithique », Benito Mussolini, « Viatico per il 1926 », Gerarchia, janvier 1926.

36  Michele Crisafulli Mondio, « Variations », La Gazzetta. Eco della Sicilia e della Calabriai, 31 juin 1927.

37  Dossier « Crisafulli Mondio député Michele », Enveloppe 346 ; Pol.Pol., ACS. En 1929, après une enquête ayant constaté certaines irrégularités, il avait été expulsé du parti et contraint de se réfugier en Espagne pour ne pas finir en prison (Enveloppe 82, Correspondance Réservées [CR], SPD, ACS).

38  Dans la requête demandant de mettre fin à cette « ignoble table ronde », on demandait aussi la substitution immédiate du chef du village, « ayant depuis 1926 promu l’amour libre ». Dossier « Movimento sovversivo antifascista », Enveloppe 5, P.S. C2A 1937, ACS.

39  En sont des exemples le recueil de A. Gavelli (ed.), Vademecum dello stile fascista, dai fogli di disposizione del Segretario del Partito, Rome, Nuova Europa, 1939, ainsi que L. Longanesi, Vademecum del perfetto fascista, Florence, Vallecchi, 1926.

40  M. Carli, Codice della vita fascista, Rome, Istituto Editoriale del Littorio, 192, p. 5.

41  Secrétaire, entre autres, du PNF. (N.d.T.)

42  En italien le vouvoiement est exprimé par l’adresse à la troisième personne du féminin singulier lei, « elle ». (N.d.T.)

43 La forma che incide decisamente sul costume, Circulaire, n° 1339-bis du 19-3-1939.

44  Comme l’écrit Augusto Turati : « Cette fois transformera profondément l’esprit du peuple italien : elle lui donnera un nouveau mode de vie », PNF, La dottrina fascista, Rome, 1929.

45  Lettre du secrétaire fédéral du PNF, Arturo Rocchi, au chef du conseil Benito Mussolini du 28-11-1941, Dossier « Arturo Rocchi », Enveloppe 1290, CO, SPD, ACS.

46  « Noterelle di moralità fascista. Delle espulsioni », Il popolo di Romagna, 15 décembre 1928.

47  Carlo Sforza, « Della moralità fascista », Costruire, année VII, 1, janvier 1929.

48  PNF, Il secondo libro del fascista, Rome, 1940, p. 49.

49  Benito Mussolini, « Eventi di portata storica », Il popolo d’Italia, 10 juillet 1938. Sur cette obsession du style et de la réforme des costumes, voir aussi Gentile (2002).

50  Carmine Senise, Quando ero a capo della polizia 1940-1943, Toma, Ruffolo, 1946. « Le soir, raconte-il, j’allais boire une bière place du Carme avec l’ami Zurlo », p. 48. « Une fois, je m’étais fait remplacé par Chierici, mais alors je ne sortais jamais de chez moi, et si vraiment il m’arrivait de faire une promenade, je me baladais toujours en compagnie de l’ami Zurlo, dans des espaces champêtres et périphériques, tout au plus j’aillais à la Villa Borghese, où j’étais sûr de ne rencontrer personne », p. 189.

51  Rapport informatif du 19-2-1943 « Senise Carmine », Dossier 29, Sub-dossier 1, Enveloppe 7, CR, SPD, RSI, ACS.

52  Lettre envoyée à Madame Rachele le 8-2-1943, « Senise Carmine », Dossier 29, Sub-dossier 1, Enveloppe 7, CR, SPD, RSI, ACS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorenzo Benadusi, « Vie privée, morale publique : le fascisme et le « problème » homosexuel », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1976 ; DOI : 10.4000/gss.1976

Haut de page

Auteur

Lorenzo Benadusi

Historien
Université de Bergame (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org