Navigation – Plan du site
Dossier
Présentation

Un goût d’ailleurs

A Taste of Elsewhere
Sébastien Roux

Texte intégral

  • 1  Le terme est sujet à caution. Mais ce numéro de Genre, sexualité et société ne visant pas à la cla (...)

1La multiplication des recherches sur le genre et la sexualité a accompagné une diversification des terrains d’enquête et des problématiques, et un redéploiement des analyses féministes vers des espaces auparavant minorés ou traités par des perspectives aveugles à la dimension genrée et sexuelle des processus sociaux. La littérature scientifique sur le genre et la mondialisation1 est aujourd’hui plurielle, dynamique et acquiert une visibilité croissante – notamment pour les productions de langue anglaise. Sans distordre les nombreuses analyses bibliographiques, readers ou recueils qui caractérisent l’espace actuel de production et soulignent la diversité des contributions, ce foisonnement intellectuel semble accompagner (et coproduire) deux dynamiques complémentaires, intrinsèquement liées.

  • 2  L’expression est de plus en plus fréquente en sciences sociales, mais n’en demeure pas moins probl (...)
  • 3  Le Black feminism étant un mouvement pluriel et diversifié, nous faisons ici référence à deux ouvr (...)

2Cette augmentation des productions permet d’abord d’enrichir – et de complexifier – la compréhension de rapports de pouvoir intriqués dans des espaces où s’articulent des inégalités de genre, de classe, de « race »2, de mobilité ou de génération. Les travaux pionniers insistaient sur la particularité des violences qui s’exercent à l’encontre des subalternes, en se situant auprès des individus souffrant d’une pluralité de rapports de domination. Les exemples sont potentiellement nombreux ; on peut citer, sans ambition aucune d’exhaustivité, des travaux aussi divers que les analyses pionnières de Cynthia Enloe sur les liens entre tourisme, militarisation et prostitution (Enloe, 1989) ou de Martyne Perrot sur les « mariées de l’Île Maurice » (Perrot, 1983). Sans nécessairement se référer au concept d’intersectionnalité – d’usage pluriel, récent (Bilge, 2009) et davantage issu de la pensée féministe noire (Wing, 2000 ; Dorlin, 2008)3 –, les auteur-e-s engagé-e-s dans une critique féministe de la mondialisation entendaient dépasser une lecture « cumulative » des rapports de pouvoir pour penser leur articulation. Ces travaux ont permis une amélioration notoire des connaissances sur des phénomènes aussi divers que la commodification de la sexualité des migrantes (Constable, 1997, 2009), la reconfiguration des rapports de genre en contexte diasporique (Grasmuck, Pessar, 1991) ou les transformations du capitalisme (Ong, 1987, 1991).

3Mais le développement d’une pensée féministe de la mondialisation a également déplacé le regard analytique vers un certain type de situations problématiques. En effet, les analyses critiques ont eu tendance à construire leur objet – et les choix empiriques et méthodologiques afférents – en favorisant de facto une concentration de l’intérêt scientifique sur les dominé-e-s parmi les dominé-e-s, reproduisant implicitement une analyse évaluant le degré de domination subie. Or, contrairement à l’objectif initial d’études mettant en exergue les ressources politiques et les capacités de résistance des dominées, la concentration du regard scientifique sur les femmes qui souffrent d’une multitude de rapports de domination les maintenant systématiquement en position subalterne peut produire une lecture a priori victimaire de la mondialisation comme renforcement mécanique – voire doxique – des inégalités. L’intersectionnalité doit aider à penser le pouvoir au-delà d’une quantification du poids relatif des variables impliquées (et dépasser une vision inspirée de la régression statistique pour lui substituer une analyse des intrications). Mais, en se situant systématiquement auprès des moins dotées au motif implicite qu’il serait plus signifiant et évident de penser la domination auprès des stigmatisées cumulant les stigmates (femmes, noires, lesbiennes, pauvres, exclues, etc.) le ou la sociologue court le risque de reproduire inconsciemment le travers cumulatif que dénonce la pensée intersectionnelle. Certes, cette tentation initiale se comprend pour des raisons historiques, morales et politiques, au moins autant que scientifiques ; le sentiment empathique que suscitent les « sans- », les « moins », les délaissé-e-s ou les impuissant-e-s – véritable ressort de la « raison humanitaire » (Fassin, 2010) – influe certainement sur leur attractivité comme objet/sujet scientifique, à partir et en fonction desquels se pensent les enjeux de la domination en contexte mondialisé. Pourtant, et sans remettre en cause la validité scientifique générale des travaux qui choisissent de se situer toujours-déjà du « côté » des dominé-e-s, nous souhaitons davantage nous inscrire dans une analyse du pouvoir qui entend saisir, à partir des expériences concrètes, la manière dont les transformations sociales induites par la mondialisation transforment l’existence des individus et leur rapport à soi et aux autres.

4Ce déplacement du regard n’est pas que théorique ; il est constitutif d’une évolution dans les pratiques de recherche et les méthodes employées. Elle accompagne en effet une revitalisation de la démarche ethnographique, capable de saisir la rencontre entre individus inégalement dotés à partir de situations concrètes et d’expériences vécues. L’approche ethnographique invite à considérer les rapports de pouvoir complexes qui émergent dans des contextes particuliers où le sens des échanges n’est pas déterminé a priori. Ainsi, la mondialisation est moins envisagée comme un phénomène accélérant et renforçant mécaniquement les inégalités, que comme processus reconfigurant des rapports de pouvoir, certes produits par des rapports inégaux et hiérarchiques, mais également producteurs de nouvelles configurations. À partir de cas documentés et d’études empiriques de type ethnographique ou historique, les travaux présentés dans ce numéro visent systématiquement à saisir ce que les dynamiques sociales disent des évolutions du pouvoir, en interrogeant les ressources que les agents mobilisent dans des contextes particuliers et, surtout, en les traitant de manière relationnelle. Dès lors, ce numéro entend participer d’une ethnographie de la mondialisation capable de traiter la capacité d’agir (agency) des dominé-e-s ou – pour le dire autrement – la manière dont ils/elles agissent, pensent ou ressentent dans des situations qui, tout en les contraignant, participent aussi de leur construction comme sujets agissants.

Désir et subjectivation

5Considérer la violence des hiérarchies mondiales n’est pas une précaution initiale qu’il s’agirait d’oublier pour se concentrer sur les interactions, reproduisant implicitement cette dichotomie macro/micro qui caractérise certaines analyses des échanges mondialisés. Au contraire, nous souhaitons traiter ces rapports de pouvoir comme des rapports productifs, qui participent de la formation des subjectivités. Les différentes contributions au numéro envisagent ainsi le pouvoir à travers la question du désir. La thématique est sensible : dans le registre de sens commun, le désir dans la mondialisation évoque le désir sexuel d’hommes du Nord pour des femmes du Sud, rendu possible (dans le registre fantasmatique ou pratique) par les conditions économiques, les situations affectives, les compétences sexuelles fantasmées ou les dispositions psychologiques attribuées aux femmes exoticisées. De nombreux travaux – influencés par les études postcoloniales – ont montré que l’exercice de ce désir masculin participait effectivement d’un renforcement des violences exercées à l’encontre des moins doté-e-s. Mais ces lectures peuvent s’enrichir d’une perspective attentive à la pluralité des désirs. Les désirs ne sont pas tous sexuels – quand bien même ils pourraient être constitués par un rapport de pouvoir sexualisé – ni univoques. Aux désirs du Nord répondent des désirs du Sud – eux aussi pluriels et polymorphes – qui, sans être réciproques, rendent possible l’échange inégal. Aux désirs sexuels, à la volonté d’appropriation ou au fantasme d’exotisme répondent des désirs d’enrichissement, de migration, d’ascension sociale, d’unions conjugales, de normalité familiale, de distinction, d’attention et de soins, etc. Il ne s’agit pas de minorer la violence des relations mondialisées ; mais en considérant ces désirs tout à la fois comme produits et producteurs de rapports de pouvoir transnationaux, ce numéro montre qu’au-delà de la vision misérabiliste qui caractérise trop souvent les études sur les femmes dans la mondialisation, le renforcement des échanges suscite de nouvelles attentes, valorise de nouvelles ressources et transforme les subjectivités.

6Ainsi l’ailleurs, dans sa polysémie assumée, sert à penser les extériorités réciproques. Qu’il s’agisse des femmes du Sud pour les hommes du Nord, ou des hommes du Nord pour les femmes du Sud – et toutes les variations rendues possibles par l’intrication des rapports de force – les représentations d’une différence spatiale, sociale voire historique produisent des effets qui ne se limitent pas à une imposition ou un impérialisme. Au contraire, penser l’ailleurs invite à considérer la relation dialectique qui unit des pôles, inégalement dotés certes, mais qui agissent l’un sur l’autre. Et l’analyse des valeurs, des normes, des biens ou des désirs doit intégrer ce goût d’ailleurs qui dit non pas ce que le fort fait au faible, mais ce que la relation qui unit le fort au faible fait à tous.

Interfaces sexuels

7Une traduction de Denise Brennan inaugure le numéro. Encore peu connus en France, ses travaux ont pourtant marqué l’appréhension contemporaine des relations prostitutionnelles en contexte touristique, en revitalisant par la méthode ethnographique l’analyse des rapports de pouvoir qui traversent ces échanges inégaux. L’auteure a enquêté à la fin des années 1990 à Sosúa, une ville de la côte nord de République dominicaine. Son analyse, principalement développée dans son ouvrage What’s Love Got to Do With It? Transnational Desires and Sex Tourism in Dominican Republic, a révélé la complexité des échanges entre femmes prostituées et population étrangère, principalement masculine – touristes et expatriés (Brennan, 2004). Denise Brennan développe une analyse compréhensive des relations et des situations, attentive aux rapports de domination qui les traversent et les constituent comme aux ressources mobilisées par les sujets. Son article souligne la force des contraintes qui s’exercent sur les sex workers de Sosúa et qui tiennent non seulement aux inégalités de genre, de classe, de « race », de mobilité ou de génération qui les séparent des hommes occidentaux avec lesquels elles entretiennent des relations sexuelles tarifées, mais également aux reconfigurations des rapports de genre qu’induit leur fréquentation de Sosúa – véritable sexscape de République dominicaine. Les relations de pouvoir qui rendent possible et re/produisent les rapports de domination ne se limitent pas aux échanges sexuels ; au contraire, la compréhension des situations inégales naît de l’intégration de la pluralité des hiérarchies qui traversent et caractérisent les espaces de rencontre, véritables interfaces où se rencontrent des désirs distincts et intriqués.

  • 4  Un colloque s’est tenu à l’ULB (Bruxelles) en 2008 et portait explicitement sur le concept « d’hét (...)

8L’article de David Berliner s’intéresse également à ces lieux où se rencontrent des populations inégalement dotées. L’auteur étudie les relations homosexuelles masculines entre population locale et falangs (occidentaux) à Luang Prabang, ancienne capitale royale au nord de l’actuel Laos. Luang Prabang est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995, notamment pour la visibilité et l’importance de ces temples bouddhistes. Cette consécration patrimoniale a profondément transformé la ville en attirant un nombre croissant de visiteurs et de résidents étrangers. Cette évolution a accompagné une érotisation de l’espace urbain – notamment pour une population homosexuelle masculine –, à tel point que Luang Prabang est aujourd’hui considérée par les touristes et les résidents comme un véritable « paradis gay ». David Berliner montre la diversité des mondes qui coexistent : « mise en tourisme » pour son patrimoine religieux (et colonial), Luang Prabang voit coexister des valeurs en apparence contradictoires. La piété et la pudeur des moines en robe safran coexistent avec l’attractivité sexuelle de bars gays en plein développement qui attirent une clientèle occidentale et une jeunesse locale. Se dessinent alors les contours d’un espace polysémique, véritable « hétérotopie »4 (Foucault, 2009) où se juxtaposent des logiques en apparence contradictoires, mais dont l’auteur montre qu’elles sont en réalité coproduites.

E(x/r)otique

9La contribution de Gwenola Ricordeau étudie la présentation commerciale des « promises par correspondances », ces femmes mises à disposition via les nouveaux moyens de communication – en l’occurrence Internet – et qui échangent leur sexualité et leur disponibilité contre une promesse de mariage et de migration. L’auteure s’intéresse ici moins aux espaces de rencontre proprement dits qu’à leur médiatisation. En étudiant les sites professionnels et la commodifcation de la sexualité féminine, Gwenola Ricordeau montre à partir d’exemples documentés la manière dont se construit la désirabilité des femmes « d’ailleurs ». Le désir masculin apparaît alors comme une construction prise en charge par des entrepreneurs spécialisés, et qui fonctionne selon des modalités relativement stables articulant exotisme et érotisme, racialisation et sexualisation. Cette association participe également de la mise en scène et en marchandise d’espaces altérisés.

10À partir d’une analyse des représentations de Wan Chai, le plus célèbre red-light district de Hong Kong, Nicolas Paris montre comment la sexualité commerciale peut participer d’une touristification d’un quartier et, à travers elle, de sa transformation. La parution en 1957 du roman colonial Le monde de Suzie Wong a participé de la visibilisation croissante de Wan Chai. Anciennement populaire, le quartier s’est transformé pour offrir l’image lissée d’un lieu « pittoresque » et « authentique » qui intègre la prostitution comme forme banalisée d’expérience exotique. Et si Wan Chai abrite toujours un nombre important d’offres sexuelles pour occidentaux (touristes et expatriés), le quartier relégué est aujourd’hui devenu un symbole de Hong Kong et des plaisirs néocoloniaux que la ville permet.

11Enfin, le dernier article signé Thomas Fouquet propose une ethnographie de la nuit dakaroise et des « stratégies d’accaparement et de subjugations » adoptées par les jeunes femmes sénégalaises. Par une écriture fine et située, l’auteur décrit les logiques de séduction qui traversent et constituent l’expérience noctambule. Aux marges de la catégorie « prostituées », les femmes dont on suit les parcours, les pratiques, les motivations ou les désirs sont décrites comme des « aventurières noctambules » qui jouent de la complexité des situations pour se construire en sujets « plus qu’en femme-objet ». Subalternes parce que noires, femmes, issues des classes populaires, jeunes et relativement peu dotées (si ce n’est en « capital physique »), elles fréquentent des bars où elles savent trouver des Occidentaux dans l’espoir de trouver un peu d’argent « à manger », mais aussi de s’amuser, de sortir ou de rencontrer un « copain ». Ni intéressées ni désintéressées, les relations qui se tissent lient festivité, nécessité, contrainte et liberté. L’ethnographie de Thomas Fouquet révèle ainsi un monde complexe où les jugements peinent à s’exercer et où l’univocité ne rend pas compte de la multiplicité des logiques qui s’intriquent.

12Enfin, le dossier se conclut par un texte d’Alexandre Jaunait qui inaugure une nouvelle section dans Genre, sexualité & société, intitulée « Opinions et Débats ». Suite à la tenue à Amsterdam fin janvier 2011 du colloque Sexual Nationalisms, il nous a semblé utile d’inviter un contributeur présent à raconter l’événement et proposer une réflexion à partir de celui-ci. Le texte présenté est nécessairement subjectif ; mais il propose un éclairage intéressant et original sur une situation controversée, qui donne matière à débats. Outre l’effet de calendrier qui nous amène à l’intégrer au dossier, il apporte un éclairage contemporain et actuel sur certaines questions abordées dans le numéro et rappelle – par son écriture à la fois engagée et pédagogique – que les enjeux qui traversent le champ des études de genre et de sexualité sont aussi des questions politiques.

Haut de page

Bibliographie

BILGE Sirma, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009, pp. 70-88.

BRENNAN Denise, What’s Love Got to Do With It? Transnational Desires and Sex Tourism in Dominican Republic, Durham, Duke University Press, 2004.

CONSTABLE Nicole, Maid to Order in Hong Kong: Stories of Filipina Workers, Ithaca, Cornell University Press, 1997.

CONSTABLE Nicole, « The Commodification of Intimacy: Marriage, Sex, and Reproductive Labor », Annual Review of Anthropology, 38, 2009, pp. 49-64.

DORLIN Elsa (dir.), Black feminism : Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2008.

ENLOE Cynthia, Bananas, Beaches & Bases: Making Feminist Sense of International Politics, Londres, Pandora, 1989.

FASSIN Didier, La raison humanitaire : une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard, 2010.

FOUCAULT Michel, Le corps utopique, suivi de Les Hétérotopies, Paris, Gallimard, 2009.

GRASMUCK Sherri, PESSAR Patricia, Between Two Islands: Dominican International Migration, Berkeley, University of California Press, 1991.

ONG Aihwa, Spirits of Resistance and Capitalist Discipline: Factory Women in Malaysia, Albany, New York Press, 1987.

ONG Aihwa, « The Gender and Labor Politics of Postmodernity », Annual Review of Anthropology, 20, 1991, pp. 279-309.

PERROT Martyne, Les mariées de l’Île Maurice, Paris, Grasset, 1983.

WING Adrien Katherine, Global critical race feminism: an international reader, New York, New York University Press, 2000.

Haut de page

Notes

1  Le terme est sujet à caution. Mais ce numéro de Genre, sexualité et société ne visant pas à la clarification du concept ou sa (re)définition, nous avons choisi de l’utiliser dans une perspective large, à savoir l’analyse des transformations sociales et politique liées à l’intensification des échanges et des circulations entre des espaces hiérarchisés mais intriqués.

2  L’expression est de plus en plus fréquente en sciences sociales, mais n’en demeure pas moins problématique et peut susciter un certain nombre d’incompréhensions. Il n’est pas question ici de la « race » comme fausse vérité biologique, mais comme construction sociale et politique d’une logique classificatoire qui participe à la catégorisation des individus et à leur incorporation et/ou exclusion dans un ensemble pensé homogène selon des critères morphotypiques.

3  Le Black feminism étant un mouvement pluriel et diversifié, nous faisons ici référence à deux ouvrages introductifs, renvoyant au développement de cette pensée devenue si influente en études genre ; ils introduisent aux principales contributions d’auteures comme Angela Davis, le Combahee River Collective, Audre Lorde ou, plus récemment, Kimberlé W. Crenshaw.

4  Un colloque s’est tenu à l’ULB (Bruxelles) en 2008 et portait explicitement sur le concept « d’hétérotopie sexuelle » : « Hétérotopies sexuelles. Formes et pratiques du désir d’ailleurs », 23-25 octobre 2008, Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Roux, « Un goût d’ailleurs », Genre, sexualité & société [En ligne], 5 | Printemps 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://gss.revues.org/1977 ; DOI : 10.4000/gss.1977

Haut de page

Auteur

Sébastien Roux

Post-doctorant à l’EHESS
Iris (CNRS-Inserm-EHESS-Université Paris 13)
sebastien.roux@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org