Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Bonnet Marie-Josèphe, Violette Morris, histoire d’une scandaleuse

Paris, Perrin, 2011
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Bonnet Marie-Josèphe, Violette Morris, histoire d’une scandaleuse, Paris, Perrin, 2011

Texte intégral

1L’enquête entreprise par Marie-Josèphe Bonnet dans Violette Morris, histoire d’une scandaleuse est particulièrement stimulante. Son ouvrage ne relève en effet pas seulement de l’actualisation scientifique d’une biographie proposée par ailleurs récemment (Ruffin, 2004) ; il constitue une étape importante dans un débat controversé sur le destin d’une femme au parcours complexe durant la Seconde Guerre mondiale. Plus largement, cette étude s’inscrit dans une historiographie récente et foisonnante qui tend à réviser une lecture trop longtemps manichéenne de la Résistance et de la Collaboration. Dans cette perspective, la figure de Violette Morris émerge avec ses contradictions, ses originalités, mais aussi ses mystères.

2L’itinéraire de cette femme commence à la fin du xixe siècle par une naissance dans une famille plutôt aisée et cosmopolite. Son père, Jacques Morris, est un militaire ayant accompli une grande partie de sa carrière dans les colonies françaises. Sa mère, Elisabeth Sakakini, est issue d’une riche et « grande famille levantine » (p. 21). Vers l’âge de 14 ans, la jeune fille est placée en pension au couvent de l’Assomption de Huy, en Belgique, où elle s’initie au sport pour apprivoiser un corps qui, selon des sources journalistiques ultérieures, s’illustrait déjà par des proportions robustes et généreuses. Armée de ces dispositions physiques, et vraisemblablement d’une grande volonté, elle n’hésite pas à se confronter aux hommes dans des compétitions sportives qui sont encore mixtes à défaut de candidates féminines suffisamment nombreuses pour proposer des épreuves distinctes. C’est ainsi qu’elle s’illustre honorablement en natation, boxe et water-polo, avant de briller en athlétisme, football et course automobile.

3Au cours de cette formidable ascension sur les podiums, un épisode de la vie de Violette Morris étonne : le 24 août 1914, vingt jours après la mobilisation générale contre l’Allemagne, elle se marie avec Cyprien Gouraud, fils d’un fabricant de papier originaire de Vendée. Les archives ne permettent guère d’en apprendre davantage sur cette brève expérience conjugale car le couple divorce en 1923 sans avoir eu d’enfant et en ne laissant aucune trace de leur expérience maritale. La conclusion de Marie-Josèphe Bonnet est alors peut-être hâtive lorsqu’elle affirme que « l’on peut supposer que le devoir conjugal ne fut pas de son goût. Car elle aime déjà les femmes (…) » (p. 41). Cette lecture pour le moins téléologique mériterait d’être nuancée à défaut de sources explicites. L’expérience de la Première Guerre mondiale à laquelle elle participe au sein de la Croix-Rouge ou sa carrière sportive fulgurante peuvent constituer d’autres hypothèses toutes aussi valables justifiant une rupture.

4Quoiqu’il en soit, Violette Morris poursuit inexorablement ses exploits dans les stades. En 1917, elle établit le premier record de France de lancer du poids lors des championnats de cross-country et d’athlétisme féminin. En 1922, elle participe aux premiers Jeux olympiques féminins qui ont lieu à Paris. En 1926, c’est en tant que capitaine de l’équipe de football l’Olympique qu’elle remporte le championnat de Paris, la coupe de France et le championnat de France. En 1927 enfin, elle remporte l’un de ses plus beaux prix en s’imposant à la tête de la course automobile du Bol d’or.

5Ces résultats exceptionnels sont cependant rapidement entachés par des fraudes (elle est suspendue deux ans par la Fédération pour avoir dopé les joueuses de l’équipe de football), des écarts de conduite (dont des insultes à l’arbitre) et des difficultés à travailler sereinement avec la direction de la Fédération féminine sportive de France. Le conflit latent éclate en 1928 lorsque la Fédération refuse de lui accorder une licence, l’empêchant ainsi de participer aux Jeux olympiques qui se tiennent la même année. L’affaire est portée devant les tribunaux en 1930 par Violette Morris qui non seulement est déboutée, mais voit également sa personnalité et ses mœurs jetées en pâture dans le prétoire.

6C’est à l’occasion de ce procès que l’on découvre en effet les informations les plus intimes sur la championne. L’accusation d’homosexualité n’est jamais exprimée directement, mais la troisième chambre du tribunal civil du département de la Seine reproche à « la dame Violette Morris » ses tenues vestimentaires (soit jugées trop masculines, soit inexistantes dans les vestiaires avec ses jeunes coéquipières). Il est vrai que l’intéressée joue la provocation en se présentant devant la justice portant « un complet veston bleu foncé et une chemise rayée également masculine (…) les cheveux coupés court (…) rejetés en arrières et gominés » (pp. 65-66). Bien que cela n’apparaisse pas explicitement dans les documents judiciaires, un autre aspect pour le moins singulier a dû également peser sur le jugement : depuis 1929, Violette Morris est l’une des rares femmes à s’être fait couper les seins. Ce n’est donc pas une simple affaire de licence que les juges sont amenés à examiner. À travers la personnalité de l’accusée, c’est un procès contre la libération des mœurs qui se met en place.

7Durant les années 1930, privée de stade, la championne se fait plus discrète. Elle se consacre dans un premier temps à son magasin d’accessoires pour automobiles et vélos à Paris qui fait rapidement faillite. Elle décide alors de se reconvertir dans des activités artistiques de music-hall sans véritablement parvenir à s’y faire un nouveau nom malgré ses relations prestigieuses telles que Joséphine Baker, Jean Cocteau ou encore Jean Marais. C’est durant cette décennie mystérieuse que certains auteurs pensent qu’elle aurait été approchée par les nazis au pouvoir en Allemagne depuis 1933. Marie-Josèphe Bonnet rappelle néanmoins qu’aucune source ne permet d’attester sérieusement ce qui demeure une hypothèse.

8À partir de cette longue (mais nécessaire) mise en contexte, l’historienne consacre le reste de son ouvrage à la période de l’Occupation jusqu’au 26 avril 1944, date à laquelle Violette Morris est exécutée par un groupe de résistants dans le département de l’Eure. L’étude prend alors l’aspect d’une enquête minutieuse marquée par le poids de l’érudition. Chaque document ou témoignage attestant d’un déplacement, d’une quelconque activité, d’une prise de contact est rigoureusement consigné puis passé au crible méthodique de la critique externe et interne. On apprend ainsi que l’ex-championne s’est rendue à Vichy au mois d’octobre 1940, que son compte était grevé par des virements importants, qu’elle serait impliquée dans un trafic d’essence ou encore qu’elle était chauffeur du lieutenant-colonel du Jonchay, ce qui lui permet d’obtenir une « autorisation de circulation pour voiture automobile » particulièrement précieuse en cette période.

9Ces informations peuvent paraître insignifiantes, mais elles sont révélatrices de la complexité de la tâche à laquelle Marie-Josèphe Bonnet s’est confrontée. L’un des multiples intérêts de cette étude repose en effet sur la complexité d’un personnage qui, sans dissimuler sa sympathie pour l’occupant, n’apparaît jamais comme clairement et officiellement impliquée dans des actes graves de collaboration. Son nom est certes cité dans des témoignages qui lui prêtent des responsabilités et des agissements terribles. Ainsi, d’après les déclarations de René Schoumacher qui l’aurait rencontrée, Violette Morris avait un bureau à la rue des Saussaies qui abritait le siège de la Police de Sûreté Allemande. Elle se serait d’ailleurs occupée, toujours selon cet informateur, « de tous les services » (p. 178). Cette donnée est confirmée par d’autres collaborateurs tels que Kléber Combier (p. 181) sous des formes plus ou moins accablantes et plausibles. Or, c’est sur ces failles que Marie-Josèphe Bonnet fait reposer l’ensemble de sa stratégie argumentative. Selon l’historienne, l’exécution même de Violette Morris par le maquis Surcouf doit être interrogée car l’intéressée n’était pas seule dans sa voiture au moment de l’attaque. Le 26 avril 1944, elle transportait en effet la famille Bailleul dont le père s’était précédemment illustré par des positions plutôt favorables envers l’occupant. Dans ces conditions, le doute s’installe. Violette Morris était-elle la première cible de cet attentat, ou bien une victime collatérale d’un règlement de compte régional ? Quoiqu’il en soit, après sa mort, son nom aurait été bien utile à certains collaborateurs qui l’auraient chargée d’infamie, pensant ainsi alléger leurs propres méfaits, à défaut de leurs consciences.

10Cet ouvrage n’est donc pas une simple biographie. Il offre aussi, dans sa première partie, des perspectives intéressantes sur l’histoire des femmes, l’histoire du corps et l’histoire du sport en France. Marie-Josèphe Bonnet ne se laisse pas abuser par les prismes de la mémoire qui, trop souvent, obscurcissent toute une vie par les quelques heures sombres de la collaboration. La seconde partie constitue également une réflexion profonde sur la complexité des rapports sociaux durant la Seconde Guerre mondiale. L’entreprise est non seulement ambitieuse, mais elle est aussi courageuse. Le pari est en effet risqué de vouloir réhabiliter la mémoire d’une femme longtemps considérée comme la « Hyène de la Gestapo », tout en suggérant l’hypothèse d’un maquis ayant eu la main un peu lourde. Seul l’ancrage essentiellement régional de cette étude permet à son auteur d’atteindre un niveau de précision nécessaire à la compréhension des enjeux complexes d’une affaire qui marque encore les esprits.

11On regrette néanmoins que la plume de Marie-Josèphe Bonnet se laisse parfois emporter par des raccourcis quelque peu excessifs. À défaut d’éléments archivistiques pour recréer l’univers mental de Violette Morris, l’auteur se risque en effet à des considérations psychologisantes audacieuses. Ainsi, évoquant la grand-mère paternelle, elle précise : « on peut penser qu’elle a transmis à sa petite-fille un fond de révolte qui la poussera à la contestation de tous les ordres, y compris l’ordre démocratique » (p. 29). Si cette information est déjà en soi contestable, elle devient franchement problématique quand, quelques pages plus loin, on apprend que les deux femmes ne se sont vraisemblablement jamais rencontrées (p. 39). Et les hypothèses se succèdent lorsqu’il s’agit de trouver une explication à sa collaboration, allant jusqu’à mobiliser des personnifications : « Je suis égale aux hommes, proclame son costume masculin, et j’irai même jusqu’à me faire enlever la poitrine (…) ». Et de conclure par cette généralisation : » Ce jusqu’au-boutisme, qui l’amènera sur le terrain de la collaboration avec l’Allemagne, est la caractéristique dominante de sa personnalité » (p. 46).

12Cette tendance se retrouve également dans le traitement des sources. À vouloir mettre en doute tout document ou tout témoignage qui accuse Violette Morris, le discours prend parfois des allures de plaidoyer. Le lecteur est ainsi déconcerté par les remarques de l’auteur qui juge « plausible » le témoignage d’un simple témoin sans avoir pu vérifier les faits (p. 159) tout en assurant par ailleurs que les informations accablantes pour Violette Morris d’un préfet couvrent « une bavure » (p. 288) ou bien que les policiers des Renseignements Généraux de Rouen sont « mal renseignés » (p. 168). Selon les termes de l’auteur, « “apercevoir” Violette Morris rue des Saussaies n’établit en rien une culpabilité » (p. 295) mais cela n’efface pas non plus le fait qu’elle ait été aperçue en compagnie d’une commission d’Allemands pour procéder à une réquisition d’essence à Cannes à la fin de l’année 1943, puis au bureau du STO dans la même ville. Certes, les attaques dont elle a fait l’objet à titre posthume sont vraisemblablement abusives mais on a parfois l’impression que les morceaux de la première caricature détruite servent à en reconstruire une autre.

13La légende noire de Violette Morris s’est donc éclaircie grâce aux travaux remarquables de Marie-Josèphe Bonnet dans cet ouvrage. L’érudition et la réflexion sont mises au service d’une véritable enquête qui permet au lecteur de prendre du recul sur une période marquée pendant des décennies par une vision trop manichéenne. L’auteur le résume parfaitement dans sa phrase de conclusion : « Soixante-cinq ans après la Libération, nous sommes entrés dans une autre phase historique où nous pouvons peut-être ouvrir vraiment les yeux sur ce qui s’est réellement passé dans notre pays afin de l’accepter tel quel et d’assimiler l’expérience de nos parents et grands-parents ».

Haut de page

Bibliographie

RUFFIN Raymond, Violette Morris, la hyène de la Gestapo, Paris, Le Cherche Midi, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Bonnet Marie-Josèphe, Violette Morris, histoire d’une scandaleuse », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/1983

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org