Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?

Paris, Textuel, 2011
Aurore Le Mat
Référence(s) :

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

Texte intégral

1Le féminisme change-t-il nos vies ? La question que pose le titre de l’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey pourrait sonner comme une invitation au récit de vie. Mais les auteur-e-s ont préféré se situer à « un niveau moins intime » pour écrire en tant que « professionnel-le-s de l’analyse des rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes » (p. 10). C’est donc en tant que chercheuses (et chercheur) de l’équipe des Études genre de l’Université de Genève que les auteur-e-s se proposent de répondre à cette question, déclinée en six articles thématiques : que fait le féminisme à la façon dont nous appréhendons la sphère du politique (Isabelle Giraud), celle du travail (Rachel Vuagniaux), ou encore celle des sexualités (Lorena Parini) ? Comment penser et vivre un féminisme « décolonial » (lulia Hasdeu), un féminisme « individualiste » (Laurence Bachmann), ou un féminisme au « masculin » (Christian Schiess) ?

2Le livre, paru dans la collection « Petite encyclopédie critique » des éditions Textuel, propose un panorama clair et concis, bien que nécessairement non exhaustif compte tenu du format plutôt court de la collection. Les auteur-e-s parviennent cependant à parcourir un grand nombre d’enjeux contemporains traversés par les rapports sociaux de sexe : économie mondialisée, représentation politique nationale et internationale, travail, argent, sexualités, famille, privilèges blancs et racialisation, mais aussi privilèges masculins, sont passés en revue au prisme du féminisme. Si ce parcours peut paraître fragmentaire, il trouve sa cohérence en suivant le fil directeur proposé par Delphine Gardey en introduction : montrer ce que les féminismes, en tant qu’« espaces de pensée et espaces du savoir », « ont déplacé et ont contribué à déplacer dans les multiples sphères de la vie sociale et politique » (p. 18).

3Les différentes contributions présentent de façon succincte le passé proche et l’actualité des savoirs et des luttes sur leur thématique respective, en ayant toujours à cœur de relier la dimension militante à la dimension « savante », c’est-à-dire de rappeler le rôle des mouvements sociaux féministes dans la constitution de savoirs critiques sur les rapports sociaux de sexe. Isabelle Giraud propose de revenir sur deux moments de lutte pour la redéfinition des frontières du politique : les années soixante-dix autour du célèbre slogan « le privé est politique » du mouvement de libération des femmes, et les années quatre-vingt-dix qui voient l’émergence de nouveaux réseaux féministes transnationaux. Rachel Vuagniaux s’intéresse de son côté à une autre frontière, qui reste un front de combat des luttes féministes aujourd’hui : celle du travail, qu’elle appréhende notamment au prisme de la division sexuée, principe organisateur qui « repose sur le principe de séparation (il y a des travaux d’hommes et des travaux de femmes) et le principe hiérarchique (un travail d’homme “vaut” plus qu’un travail de femme) » (Kergoat, citée p. 43). C’est à un tout autre champ de bataille, celui du corps, que s’intéresse Lorena Parini dans sa contribution, pour montrer comment des féminismes de la deuxième vague et des mouvements LGBT ont permis de politiser les sexualités, remettant ainsi en question l’ordre hétérosexuel. L’ordre racial est lui au cœur de la contribution de lulia Hasdeu sur le féminisme décolonial, militantisme qui a vocation à « dénonce[r] conjointement le sexisme, le racisme, et l’aristocratie méprisante des États démocratiques » (p. 83).

4Les deux dernières contributions complètent ce panorama de façon originale : Laurence Bachmann montre comment le féminisme peut parfois aller de pair avec l’individualisme, notamment quand il en va du rapport à l’argent de certaines femmes hétérosexuelles des classes moyennes qui mettent en œuvre des stratégies individualistes à visée émancipatrice dans leur façon de gérer leur argent personnel et l’argent du ménage. Christian Schiess propose de son côté de revenir sur l’affirmation courante concernant l’égalité entre les femmes et les hommes qui consiste à dire que « les hommes ont aussi à y gagner » : dirait-on que les bourgeois-e-s ont aussi tout à gagner des grèves ouvrières et de l’autogestion ?

5Comme ce bref aperçu le montre, « le féminisme » du titre abandonne le singulier pour se décliner au pluriel dans le corps de l’ouvrage. Il s’agit en effet de répondre à la question initiale – le féminisme change-t-il nos vies ? – par la pluralité et de « montrer l’intérêt et la complexité des questions posées par la pensée et les mouvements féministes » (p. 14). Du mouvement international de la Marche mondiale des femmes au Congrès international du féminisme islamique en passant par le collectif La Barbe, la pluralité des mouvements féministes évoqués s’ajoute à la diversité des thématiques abordées au fil de l’ouvrage. Cet état des lieux d’un féminisme pluraliste a cependant tendance à euphémiser les dissensions théoriques et politiques qui existent entre les différents courants de pensée et d’action féministes qui sont présentés. En effet, si l’introduction insiste sur le caractère « impur, partiel, hybride » (p. 17) des féminismes contemporains, la question du pouvoir – la dimension conflictuelle entre les prises de position féministes – n’apparaît la plupart du temps qu’en filigrane dans le corps de l’ouvrage. La vision d’un féminisme pluraliste, si elle élude en partie la question du pouvoir, ne risque-t-elle pas de perdre de sa force critique ? Lorsque Donna Haraway plaide pour l’adoption de « perspectives partielles » pour construire des « savoirs situés », elle précise que pour qu’il puisse exister un dialogue entre ces positionnements critiques, il faut que celui-ci soit « sensible à la question du pouvoir, et non simplement pluraliste » (Haraway, 2007, 126). La contribution de lulia Hasdeu sur les féminismes décoloniaux semble seule répondre à cet appel : il n’est peut-être pas inutile de rappeler avec elle que, par exemple, de nombreuses féministes françaises qui ont participé au combat pour la parité dans les années quatre-vingt-dix ont aussi été les premières à avoir défendu la laïcité républicaine, jouant alors « le jeu d’une république islamophobe » lors de « l’affaire du voile » (pp. 80-81).

  • 1  « To “start thought from women's lives” requires that one start one's thought from multiple lives (...)

6La conclusion de l’ouvrage propose justement de réfléchir à cette hétérogénéité du sujet politique du féminisme et aux contradictions que celle-ci peut soulever. Comment « penser un monde commun » malgré la diversité des expériences, des positions sociales (et donc des intérêts) qui traversent le « sujet collectif “femmes” » (p. 121) ? Delphine Gardey propose de suivre la voie ouverte par Donna Haraway et Sandra Harding, théoriciennes féministes américaines du standpoint. Elle reprend plus particulièrement l’invitation de Harding à « penser depuis la perspective de plus qu’une vie » (1993, p. 66). « “Penser à partir des expériences des femmes” », explique Harding, « nécessite de penser à partir de vies multiples qui entrent souvent en conflit, chacune d’entre elles étant elle-même traversée par des engagements multiples et contradictoires »1 (1993, p. 66, TdA). Ces pistes de réflexion posent peut-être plus de questions qu’elles n’apportent de réponses, mais elles peuvent ouvrir des perspectives pour l’action. C’est en tout cas ce que les dernières lignes de l’ouvrage nous suggèrent, en invitant les lectrices et les lecteurs à « mettre au travail » ces expériences « de plus qu’une vie » pour « composer et proposer des alliances ou des connexions locales et contingentes pour agir » (p. 123).

Haut de page

Bibliographie

HARAWAY Donna, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », in HARAWAY Donna, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences-Fictions-Féminismes, Paris, Exils, 2007, pp. 107-143.

HARDING Sandra, « Rethinking standpoint epistemology: what is “strong objectivity”? » in ALCOFF Linda, POTTER Elizabeth (dir.), Feminist epistemologies, Londres, Routeldge, 1993, pp. 49-82.

Haut de page

Notes

1  « To “start thought from women's lives” requires that one start one's thought from multiple lives that are in many ways in conflict with each other, each of which itself has multiple and contradictory commitments ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Le Mat, « Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ? », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/1995

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org