Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Andrijasevic Rutvica, Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking

Londres, Palgrave Macmillan, 2010
Camille Guenebeaud
Référence(s) :

Andrijasevic Rutvica, Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking, Londres, Palgrave Macmillan, 2010

Texte intégral

1Dans Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking, Rutvica Andrijasevic revient sur les enjeux que soulèvent l’arrivée en Italie de femmes d’Europe de l’Est venues travailler dans la prostitution de rue. À partir de leurs récits de vie, elle critique l’idée d’une « traite des êtres humains » (traffic) pour déplacer l’analyse vers les questions des politiques migratoires européennes, de la citoyenneté et du marché du travail.

2L’idée d’un trafic des êtres humains dans la prostitution remonte à la fin du XIXe siècle, notamment avec le mythe de la « traite des blanches » utilisé par les mouvements abolitionnistes pour mettre fin à la réglementation de la prostitution (Chaumont, 2009). Cette approche se poursuit aujourd’hui sous d’autres formes et est entretenue notamment par des mouvements féministes abolitionnistes, des universitaires, mais aussi par des politiques publiques mises en œuvre au niveau national, européen et international. Les migrantes prostituées sont généralement présentées comme de jeunes femmes étrangères innocentes, forcées à la migration et à la prostitution par des tiers.

3L’ouvrage de Rutvica Andrijasevic permet de fortement nuancer ces représentations et de critiquer les travaux qui les étayent. L’auteure s’appuie sur près de vingt-cinq entretiens qu’elle a réalisé à Bologne (Italie) avec des femmes d’Europe de l’Est ayant travaillé un temps dans la prostitution de rue sous contrôle d’un tiers. Les récits qu’elle a recueillis sur leur arrivée en Italie et sur le travail de prostitution ouvrent des brèches dans la notion de « traite humaine. » Sans jamais nier la violence subie par ces femmes, l’auteure met en avant leur rôle actif dans la migration et montre comment le travail de prostitution s’inscrit dans la construction de leurs projets migratoires. La plupart d’entre elles sont entrées en contact avec des tiers (agence ou individu-e-s) pour organiser leur voyage en échange d’un contrat de plusieurs mois dans la prostitution de rue. Elles étaient donc informées de la nature du travail, sans pour autant en connaître tous les aspects – horaires, nombre de clients, conditions de vie. Cette organisation du voyage, ainsi que les raisons multiples de leur mobilité – sociales, économiques, affectives – incitent à repenser les représentations de manipulation, d’esclavage et de coercition développées dans les argumentaires des tenants de la thèse de la « traite humaine ».

4Ce travail de terrain permet également à l’auteure de faire correspondre la notion de « traite humaine » non plus à une réalité sociale, mais bien à un agenda politique. C’est en effet au nom de la lutte contre le trafic des êtres humains que les états européens renforcent le contrôle aux frontières et durcissent les politiques migratoires. Or cette action, loin d’aider les femmes migrantes, ne fait que renforcer la traite : plus les politiques migratoires (notamment en termes de délivrance des visas) sont strictes, plus les femmes qui veulent émigrer doivent solliciter des réseaux illégaux, souvent par le biais de la prostitution. Et sur le trajet, plus les contrôles aux frontières sont importants, plus la durée et le prix de leurs voyages augmentent, ce qui accroît leur vulnérabilité face aux tiers.

5Avec cette analyse, Rutvica Andrijasevic déplace ainsi la question de la traite vers celle des politiques migratoires, mais aussi vers la question du marché du travail et de la citoyenneté. Elle montre comment, une fois arrivées en Italie, le maintien des femmes dans la prostitution est lié non seulement au confinement par des tiers, mais aussi à la difficulté de trouver un autre emploi – le marché du travail légal n’étant pas ouvert aux femmes sans papiers – , au risque d’expulsion, ou encore à l’accès impossible, ou à plusieurs vitesses, au statut de citoyennes. Les politiques publiques européennes sont donc mises en cause dans la difficulté des femmes d’Europe de l’Est à la fois à émigrer par des réseaux légaux sans passer par le contrôle de tiers, mais aussi à sortir de la prostitution une fois arrivées en Italie.

6Ces critiques sont construites tout au long de l’ouvrage à partir des récits des femmes migrantes, ce qui permet de comprendre comment celles-ci mobilisent des ressources et font avec et contre les restrictions imposées à leur mobilité. L’auteure s’intéresse plus particulièrement aux différentes positions, parfois contradictoires, qu’elles endossent pour résister aux stigmatisations de genre, de sexualité et de race. Souvent très actives dans le processus migratoire, elles abandonnent parfois ce rôle pour refuser d’être identifiées aux prostituées ou pour parler d’elles en tant que victimes.

  • 1 L'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides est l’instance administrative chargée de (...)

7Parler de soi en tant que victime est en partie un rôle que l’occident leur impose. Pour avoir accès aux dispositifs d’aide, il leur faut faire correspondre leur parcours de vie avec certains attendus, c’est-à-dire être une femme forcée à la migration et à la prostitution. Quelles que soient les violences subies par ailleurs, elles ne peuvent pas mettre en avant leur rôle actif dans le processus migratoire. Cette analyse est particulièrement intéressante et évoque l’obligation faite aux demandeurs et demandeuses d’asile à l’OFPRA1 « de suivre la “ligne de conduite” attendue, à savoir répondre en détails et de manière cohérente d’un passé conforme aux critères de la Convention de Genève tels qu’ils sont interprétés actuellement par les agents de l’État » (D’Halluin, 2007), ce qui les conduit à devoir préparer avec les associations une mise en récit de leur vie.

8Ces attentes des pays européens reposent souvent sur certains préjugés. Rutvica Andrijasevic met ainsi en lumière la dichotomie entre les femmes de l’Est présentées comme des victimes passives de l’esclavage, forcées à la migration et à la prostitution, et les prostituées de l’Ouest considérées comme seules capables d’autodétermination. À plusieurs reprises au cours de son ouvrage, elle en appelle également à arrêter de concevoir les pays de l’Est comme producteurs de crime et à déplacer la question vers les politique d’immigration de l’Ouest qui créent les conditions de la traite. On aimerait que l’auteure développe davantage ces préjugés de race et de sexe qui sous-tendent les discours sur la traite humaine et qui sont présents dans un certain nombre de politiques publiques actuelles.

9Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking permet de mettre en défaut les argumentaires de ces politiques publiques, en montrant leur rôle dans les conditions de voyages, de vie et de travail des femmes migrantes. L’auteure évoque d’ailleurs les campagnes récentes contre la traite humaine et comment celles-ci poussent les femmes à rester à la maison, jouant ainsi le double rôle d’encadrement de leur sexualité et de leur mobilité. Simultanément, elle souligne que face à ces restrictions, les femmes migrantes ne sont pas passives, mais qu’elles construisent et réalisent leur désir de mobilité. Rutvica Andrijasevic poursuit ainsi les travaux féministes qui ont permis de mettre en lumière le rôle actif des femmes dans les migrations, en l’étendant au travail de prostitution.

Haut de page

Bibliographie

CHAUMONT Jean-Michel, Le mythe de la traite des blanches, Paris, La Découverte, 2009.

D’HALLUIN Estelle, « Travailler sa voix ou comment rendre sa demande d’asile audible », Le Croquant, 51/52, 2006, pp. 13-22.

Haut de page

Notes

1 L'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides est l’instance administrative chargée de l’examen des dossiers des demandeurs et demandeuses d’asiles en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Guenebeaud, « Andrijasevic Rutvica, Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2021

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org