Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Jablonski Olivier, Le Talec Jean-Yves, Sideris Georges (dir.), Santé gaie

Paris, Pepper - L’Harmattan, 2010
David Michels
Référence(s) :

Jablonski Olivier, Le Talec Jean-Yves, Sideris Georges (dir.), Santé gaie, Paris, Éditions Pepper - L’Harmattan, 2010

Texte intégral

1La lecture de Santé gaie, dirigé par Olivier Jablonski, Jean-Yves Le Talec et Georges Sidéris, est si stimulante qu’il est difficile d’en rendre compte brièvement, d’autant plus que cet ouvrage mêle les approches militantes et scientifiques, des analyses théoriques et des présentations d’expériences de terrain, toutes ces réflexions prenant par ailleurs appui sur des situations nationales différentes (France, Canada et Québec, États-Unis, Suisse et Australie). Ne pouvant pas rendre compte en détail des dix-huit contributions, j’ai choisi d’insister ici sur le concept de « santé gaie ».

2Santé gaie rassemble les actes d’une conférence organisée à Paris par l’association The Warning les 28 et 29 novembre 2005, intitulée « VIH et Santé Gaie. Nouveaux concepts, nouvelles approches ». Le livre s’inscrit donc dans une démarche militante. Il participe en cela des débats qui animent le champ de la lutte contre le sida en France à propos des moyens de combattre l’épidémie de sida parmi les gais. Ce contexte est explicité dans l’ouvrage : la préface (Sidéris et Jablonski, pp. 9-12) et la contribution (Jablonski, pp. 131-241) rédigées par les dirigeants de l’association éclairent son ancrage militant tandis que les différentes contributions de Jean-Yves Le Talec permettent sa mise en perspective sociologique.

  • 1  L’utilisation de ce qualificatif est à mettre en relation avec les approches en termes de santé ga (...)

3La conférence est donc intimement liée à l’histoire de The Warning et est revendiquée comme un acte politique (Sidéris et Jablonski, pp. 9-10). L’association a été fondée un an plus tôt en 2004. Un groupe de militants d’Act Up-Paris qui réfléchit aux questions de prévention du VIH chez les gais commence à s’intéresser aux débats au sein de la communauté gaie américaine concernant les stratégies de prévention du VIH, et notamment aux idées d’un activiste et universitaire, Eric Rofes. Alors qu’ils travaillent au départ dans une perspective « actupienne, c’est-à-dire plutôt antisexuelle1 et centrée sur l’empowerment individuel plutôt que communautaire » (Jablonski, p. 231) ils sont convaincus par les thèses américaines et claquent la porte de l’association pour en fonder une nouvelle. La conférence entend ainsi « favoriser la diffusion en France d’un autre courant de pensée sur la prévention du VIH chez les gais afin de réalimenter le débat (…) tout en tentant d’ouvrir une dynamique autour d’autres questions de santé autonomes par rapport au VIH, mais tout aussi primordiales chez les gais » (Jablonski, p. 233).

  • 2  Voir également : Halperin, 2010.

4Plutôt que de publier l’intervention d’Eric Rofes dont la captation vidéo est disponible en ligne, les trois coordinateurs du livre ont choisi de traduire un des derniers textes de l’auteur, décédé en 2006. Dans ce texte autobiographique (pp. 45-65), l’auteur retrace son parcours de militant et inscrit l’émergence du mouvement de santé gaie dans l’histoire des mobilisations homosexuelles depuis les années 1970. Pour Eric Rofes et les promoteurs du mouvement de santé gaie aux États-Unis, la prise en charge de l’épidémie de sida chez les gais a eu pour conséquence, malgré le fait que les gais eux-mêmes s’y soient investis de manière exemplaire et aient réussi par leurs comportements à éviter la généralisation de l’épidémie au sein de leur groupe de population, de « re-pathologiser » l’homosexualité2. Le maintien d’un haut niveau de contamination parmi la communauté a en effet laissé prise aux discours dépeignant les homosexuels comme « des hommes malsains et autodestructeurs » (p. 46), comme une « population irresponsable, indifférente à sa propre santé et à celle des autres hommes gais » (p. 46). Or selon lui, le niveau de prévalence du virus est tel au sein de ce groupe qu’on ne peut espérer « l’éliminer sans l’intervention radicale d’un vaccin ou de nouvelles technologies » (p. 46) et plutôt que de voir dans cette situation épidémiologique un effet de l’inconséquence des gais, il faudrait plutôt considérer que « les gais ont montré dans leur très grande majorité (entre 70 % et 80 %) qu’ils parviennent à éviter l’infection » (p. 46). Il critique ainsi vivement la plupart des dispositifs de prévention du VIH, qui sont, selon lui, « conçus à partir d’éléments fondamentaux qui relèvent d’une compréhension pathologique de l’homosexualité » (pp. 46-47) et qui s’appuient sur un modèle de promotion de la santé fondé « sur la surveillance, le contrôle, la discipline et la punition – un paradigme qui traite les adultes comme les enfants, selon un rapport de colonisateur à colonisé » (p. 58).

5Contre cette vision, Eric Rofes plaide pour que l’on renoue avec les idées et les valeurs qui ont fondé le mouvement de libération gai des années 1970. Le mouvement de santé gaie qui émerge aux États-Unis au milieu des années 1990 s’inscrit dans cette perspective. Pour l’auteur, il s’agissait en premier lieu de revenir au postulat de départ des libérations gaie et lesbienne, résumé dans le slogan « Gay is good », c’est-à-dire réaffirmer qu’« être gai n’était ni une tare, ni une maladie, ni un mal » (p.51). Ce postulat a été battu en brèche durant la première décennie du sida au cours de laquelle les discours sur l’épidémie chez les gais ont fait insidieusement resurgir les perspectives pathologisantes sur l’homosexualité masculine (p. 53). Il fallait aussi rompre avec l’idée si répandue qu’avant le sida « les gais cherchaient à satisfaire égoïstement leurs désirs sexuels et ne faisaient pas grand-chose pour le bien-être de la communauté » (p. 54) et rappeler que la mise en pratique des approches de santé gaie avait été concomitantes du mouvement de libération gaie et que, à cette époque, l’action politique et le développement par les gais eux-mêmes de services de prises en charge sociales ou médicales étaient intrinsèquement liés (pp. 54-56). Le mouvement de santé gaie vise ainsi à « promouvoir une vision holistique de la santé » en faisant que « le VIH-sida figure parmi d’autres affections » (p. 62), en soutenant l’idée que les « gais sont fondamentalement (…) en bonne santé, raisonnables et dynamiques et qu’ils arrivent à construire des vies satisfaisantes et pleines de sens » (p. 61), en s’appuyant sur les talents et les atouts plutôt que sur les déficits des communautés gais, en refusant de considérer que si un petit nombre de gais sont autodestructeurs et irresponsables, il faille en faire une généralité et/ou les exclure de la communauté (p. 61). En conséquence, le mouvement de santé gaie défend une réappropriation par les gais des enjeux de santé et de sexualité telles qu’avaient pu la défendre les mouvements féministes dans les années 1970 (p. 49) et promeut des programmes de prévention et de soins qui s’appuient sur une compréhension et une défense des pratiques culturelles et sexuelles de la communauté, plutôt que sur leur négation et/ou leur remise en cause.

6L’émergence du mouvement de santé gaie est largement liée aux changements dans les pratiques sexuelles et la perception du risque chez un certain nombre de gais à partir du début des années 1990 qui s’appuient sur le développement des multi-thérapies, la baisse de la mortalité et un changement dans les représentations de la maladie (Le Talec, p. 77). Ces évolutions se manifestent entre autre par une augmentation des rapports non-protégés (Le Talec, p. 76) et plus généralement par une reconfiguration du risque. L’appréhension du risque est justement explorée par la contribution de Michael Hurley (pp. 117-142). Faisant remarquer que ce changement dans les comportements est interprété le plus souvent à partir d’une vision purement biologique et individuelle du risque, il constate que cela appelle généralement des réponses moralisatrices qui minorent fortement le fait que les gais adhèrent très majoritairement au safe sex la plupart du temps (p. 119). Il rappelle d’abord que cette perspective se fait dans un contexte où la disponibilité de technologies biomédicales de prévention (telles que les traitements pré- et post-exposition et les tests de dépistages rapides) est de plus en plus grande (p. 121) ce qui entraîne une re-médicalisation de la prévention (p. 122)3. Selon lui, cela a pour conséquence que « les aspects sociaux et émotionnels de la sexualité tendent à être perdus de vue dans la plupart des discours sur le risque au profit de la science de la transmission virale » (p. 123). Michael Hurley plaide ainsi pour que le risque soit appréhendé non pas seulement du point de vue biomédical, mais aussi du point de vue des acteurs et des significations que ceux-ci donnent à leurs actes (p. 120). Pour lui, une politique de prévention efficace ne peut se baser que sur une compréhension fine du risque vécu et de la manière dont celui-ci s’inscrit dans des pratiques et des modes de vie. Son propos plaide ainsi implicitement pour le développement, face aux enquêtes quantitatives d’orientation psycho-comportementale, des approches qualitatives soucieuses du sens que les gens donnent à ce qu’ils font4.

  • 5  Même si le livre ne traite quasi-exclusivement que des gais, une des contributions synthétise la l (...)

7L’importation du concept de « santé gaie » tel qu’il a été travaillé par les militants et chercheurs anglo-saxons n’est pas sans poser des problèmes en France où les approches en termes de « communauté » sont généralement perçues comme contradictoires avec l’idéal « universaliste » républicain (Le Talec, p. 15). Jean-Yves Le Talec propose dans une de ses contributions (pp. 73-88) d’approcher la question de la santé gaie dans la perspective des inégalités de santé en s’interrogeant sur toutes les inégalités « liées aux rapports de domination de genre et de sexualités, en incluant notamment les transgenres, les lesbiennes5, les gais et les bi-sexuel-le-s » (p. 80). Cette mise en lumière des inégalités de genre et de sexualité permettrait de promouvoir un projet global de santé, dont les gais seraient en partie bénéficiaires.

8Au final, Santé gaie s’avère être un ouvrage particulièrement riche et même si les contributions sont inégales, il nous semble qu’il ouvre une série de questionnements très pertinents dans divers champs disciplinaires et professionnels. Il intéressera un lectorat hétérogène, allant des chercheur-se-s en sciences sociales de la santé et de la sexualité aux différents acteurs associatifs ou institutionnels du champ de la santé publique et de la lutte contre le sida, en passant par les militant-e-s LGBT.

Haut de page

Bibliographie

BAJOS Nathalie, DUBOIS-ARBER François, NGUYEN Vinh-Kim, MEYER Laurence, « La consécration du paradigme biomédical de la prévention ? », Transcriptases, 144, 2010. En ligne : http://www.vih.org/20101026/consecration-paradigme-biomedical-prevention-18923

HALPERIN David, Ce que veulent les gais ? Essai sur le sexe, le risque et la subjectivité, Paris, Éditions Amsterdam, 2010.

Haut de page

Notes

1  L’utilisation de ce qualificatif est à mettre en relation avec les approches en termes de santé gaie qui sont qualifiées de « pro-sexe » (cf. p. 119).

2  Voir également : Halperin, 2010.

3 Voir Bajos, Dubois-Arber, Nguyen, Meyer, 2010.

4  La journée d’études « Sciences sociales, homosexualité et sida » organisée par Sidaction les 24 et 25 juin 2010 s’inscrivait dans cette perspective.

5  Même si le livre ne traite quasi-exclusivement que des gais, une des contributions synthétise la littérature sur la santé des lesbiennes (Genon, Chartrain, Delebarre, pp. 181-212).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Michels, « Jablonski Olivier, Le Talec Jean-Yves, Sideris Georges (dir.), Santé gaie », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/2056

Haut de page

Auteur

David Michels

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org