Navigation – Plan du site
Dossier

Du tabou à l’incitation. Vieillissement et redéfinition des relations de genre en Espagne

From taboo to encouragment: towards a more egalitarian reconstruction of gender relations for the elderly in Spain?
Hélène Bretin et Carmuca Gómez Bueno

Résumés

Dans le contexte du vieillissement progressif de la population espagnole, les stratégies pour affronter les difficultés liées à la solitude et à la dépendance passent par l’accroissement des services sociaux et le renforcement des réseaux d’interconnaissances et de solidarité. Elles peuvent aussi impliquer la construction de nouveaux couples caractérisés par des relations plus égalitaires. Cette reconstruction d’une vie commune à des âges avancés suppose l’existence une nouvelle morale qui permette de dépasser les obstacles liés à la domination masculine. Nous analysons ici quelques-unes des répercussions de ce système de domination sur la vie sexuelle des femmes vieillissantes, depuis l’absence de celle-ci jusqu’à l’apparition du Viagra. En dépit des profonds changements sociaux de la société espagnole après 40 années de répression, la morale sociale qui encourage l’activité sexuelle tout au long de la vie semble encore être avant tout une libération apparente.

Haut de page

Texte intégral

1En Espagne, la sexualité des personnes vieillissantes a acquis une visibilité croissante au cours des vingt dernières années. La question a non seulement fait l’objet de recherches ponctuelles, de films ou de reportages, mais elle s’est également vue inscrite à l’agenda politique de certaines régions à la faveur d’initiatives diverses et novatrices. Nous disposons depuis peu des premières données nationales par sexe et par groupe d’âge sur les pratiques sexuelles de la population, y compris les personnes de 65 ans et plus. Cet intérêt émergent s’articule à l’idée répandue selon laquelle la solitude serait l’un des grands maux de la vieillesse. Résister au mal de la solitude passerait par le renforcement des liens sociaux, des réseaux d’interconnaissance et de solidarité, par la formation de nouveaux couples et la possibilité de profiter d’une activité sexuelle prolongée. Au regard du modèle contemporain de la sexualité caractérisé par la libération de la parole et la légitimation d’une recherche de plaisir, l’activité sexuelle des personnes âgées devient une réalité à prendre en compte, à respecter voire à encourager car elle contribuerait à un meilleur état de santé physique et émotionnelle.

2Quelques études rendent désormais compte de l’allongement de la vie sexuelle active des personnes vieillissantes. En France par exemple, depuis une enquête de 1970, la part des plus de 50 ans déclarant une activité sexuelle a progressé, en particulier pour les femmes (Bajos et Bozon, 2007). Nous nous sommes demandé dans quelle mesure les transformations contemporaines de la sexualité et la meilleure visibilité de la sexualité des personnes vieillissantes pouvaient rendre compte – voire favoriser – une reconfiguration des relations de genre relativisant le poids de la domination masculine. La question est d’autant plus intéressante que l’évolution des mœurs et des normes sexuelles en Espagne s’est déroulée d’une façon sensiblement différente de celle d’autres pays européens, pour partie en raison du franquisme et de l’influence de l’église catholique sur les comportements privés. Et si le national-catholicisme a profondément configuré les rapports sociaux de sexe, les vieux Espagnols ont aussi été les acteurs et les témoins de transformations sociales fondamentales qui ont suivi la répression, remettant en question le statut subordonné des femmes.

3Au terme de l’analyse d’une série de recherches et d’enquêtes menées entre 1995 et 2009 sur la sexualité des personnes vieillissantes d’une part, et de la situation socio-démographique des Espagnols de plus de 65 ans d’autre part, il nous semble que la morale sociale qui encourage l’activité sexuelle tout au long de la vie relève avant tout d’une libération apparente. Les études espagnoles montrent que l’activité sexuelle des femmes qui vieillissent est moins fréquente que celle des hommes, et qu’elle s’inscrit dans un cadre social et relationnel structuré par des inégalités de genre, certaines profondément intériorisées, d’autres socio-économiquement structurées, qui participent systématiquement de sa reproduction.

  • 1  Cet article a été réalisé à partir d’une recherche financée par le Ministère de la santé du gouver (...)

4La première partie de l’article est consacrée aux différences démographiques qui alimentent les inégalités de positions et de ressources (au sens large) entre hommes et femmes âgés. Puis, après avoir resitué la construction de la sexualité légitime aux âges avancés dans le contexte particulier des changements contemporains (sociaux et médicaux), nous analyserons le résultat de travaux menés en Espagne entre 1995 et 2009. Enfin, dans un dernier temps, nous montrerons comment les représentations et les pratiques demeurent centrées sur un modèle de sexualité coïtale exclusive, favorisant la médicalisation de la sexualité masculine et son imposition aux femmes1.

Le cadre socio-démographique d’une conjugalité inégalitaire

5En 2011, l’Institut National Espagnol de statistiques (INE) recensait 8 092 853 personnes âgées de 65 ans et plus, soit 17,53 % de la population totale. Toutes les projections montrent que les personnes âgées représenteront plus de 30 % de la population espagnole en 2050 (31,8 % selon les Nations unies, 2008). L’augmentation progressive de l’espérance de vie à la naissance – 84,3 ans pour les femmes et 77,8 ans pour les hommes en 2007, soit l’une des plus élevées de l’Union Européenne –, renforce ce processus de façon décisive. Mais la longévité accrue ne s’accompagne pas nécessairement d’une meilleure qualité de vie et, si elles survivent aux hommes, les femmes doivent également s’attendre à vivre plus longtemps en souffrant d’incapacités (Ministerio de Sanidad, Política Social e Igualdad, 2010). D’autres dimensions socio-historiques, démographiques et symboliques affectent également les possibilités offertes aux femmes vieillissantes de se marier ou de vivre maritalement.

Plus d’hommes mariés, plus de veuves et de femmes célibataires

  • 2  Les données du recensement disponibles datent de 2001, il se fait tous les dix ans et est actuelle (...)

6Les données du recensement montrent l’augmentation discrète mais constante du mariage chez les personnes âgées de 65 ans et plus, parallèlement à la diminution du veuvage et, depuis 1981, du célibat. En 2010, le mariage est ainsi devenu l’état civil le plus répandu parmi cette population : il concerne 66,58 % des 65 ans et plus, alors que 24,62 % sont veufs, 6 % célibataires et 2,79 % séparés ou divorcés. Le groupe des mariés est également celui qui, avec les divorcés et les séparés, s’accroît le plus dans le temps2.

  • 3  Chiffre à prendre avec précaution : le nombre de places en résidences privées a beaucoup augmenté (...)

7La baisse de la mortalité masculine aux âges élevés a ainsi apporté une plus grande stabilité à la composition du ménage et retentit sur d’autres dimensions de l’existence (la vie commune, la consommation, la situation de dépendance). Si les différences de mortalité entre les deux sexes tendent à diminuer, la longévité masculine demeure cependant inférieure. Il en résulte un plus grand nombre de femmes : il y avait, en 2010, 1 092 100 femmes de plus que d’hommes pour les 65 ans et plus (EPA-INE, 2011). En conséquence, et alors que la majorité des hommes de cette tranche d’âge sont mariés (82 %), elles ne sont que 54,8 % des femmes à l’être. À l’inverse, elles connaissent plus fréquemment le veuvage : 36 % des femmes contre 9 % des hommes. Au cours des années 2000, on dénombrait 3 392 mariages pour les hommes et 1 109 mariages pour les femmes où l’un des époux avait au moins 60 ans (MNP-INE, 2007) – la majorité des personnes se mariant à cet âge étant divorcées ou veuves. Mais en croisant les âges des conjoints, le nombre d’unions où les deux partenaires ont 60 ans ou plus se réduit à 893. Apparaît ici l’une des grandes différences genrées de l’appariement des couples : alors que l’immense majorité des femmes de plus de 60 ans se marient avec des hommes du même groupe d’âge (80,52 %), les hommes épousent des partenaires plus jeunes (73,67 %). En Espagne, vivre « avec un ou plusieurs enfants » est la situation la plus répandue pour les personnes de 65 ans et plus (2,5 millions de personnes), suivie de très près par la vie « avec son/sa partenaire » (2,3 millions), puis « seul-e-s » (1,36 millions de personnes, soit 19,5 % du groupe d’âge). Seulement 1,2 % vivent en résidence pour personnes âgées et presque les trois-quarts de ce dernier groupe sont des femmes (INE, 2004, 6)3.

  • 4  Réalisée en 2004 dans 10 pays d’Europe : l’Espagne, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Franc (...)

8Dotées d’une plus longue espérance de vie et mariées avec des hommes plus âgés, les femmes deviennent plus souvent veuves et vivent seules dans une plus grande proportion. Les générations des premières décades du xxe siècle se caractérisent en outre par une nuptialité réduite et une faible fécondité matrimoniale : le retard du mariage, le veuvage précoce et les séparations font partie du lourd tribut payé à la guerre civile et à l’après-guerre. Compte tenu de ces circonstances historiques, les femmes plus âgées manquent de descendance dans de fortes proportions (environ 18 %), ce qui accroît les risques de privation de soutien familial (Pérez et al, 2005).Les données de l’enquête Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe4 montrent qu’en Espagne le pourcentage de ceux qui n’ont pas de descendants ou d’ascendants varie entre 5,8 % des femmes de 60 à 69 ans et 22 % de celles de plus de 80 ans.

Le double coût de la division sexuelle du travail : risque de pauvreté…

9La relation entre le vieillissement et la protection sociale dépasse la question des retraites, même si ces dernières constituent le principal composant des ressources publiques dédiées à la vieillesse. Le pourcentage du PIB espagnol consacré à la protection sociale des personnes âgées est de 20,8 % contre 27,2 % pour l’Union Européenne à 27 (Eurostat, 2009). Le calcul du volume de prestations par habitant indique que le citoyen moyen de l’Union Européenne obtient presque 6 000 euros annuels (5 858) en protection sociale contre 4 260 euros annuels pour le citoyen espagnol. La protection sociale de la vieillesse frôle les huit points de PIB, soit trois points de moins que le score moyen européen. En 2008, l’Espagne consacrait à la protection de la vieillesse en moyenne 9 837 euros annuels par personne de 65 ans et plus, contre 14 563 euros de valeur moyenne en Europe.

  • 5  Pourcentage de personnes vivant dans des foyers où le revenu disponible est inférieur aux 60 % du (...)

10Le système espagnol de retraites s’est construit sur la base du travail rémunéré et légal dont le mariage a systématiquement exclu les vieilles dames espagnoles d’aujourd’hui, amenées par la loi à dépendre de leurs époux. Les montants des pensions varient en conséquence fortement, au détriment de la population féminine : le montant moyen de la pension de veuvage est de 529 euros alors que celui de la retraite professionnelle est de 814 euros mensuels (INSS, 2008). On estimait, en 2006, à plus de 2,5 millions le nombre de retraités percevant le montant de pension minimal, dont 3/5e sont des femmes (IMSERSO, 2006). Au moins 1 852 251 de ces pensionnés ont plus de 65 ans et 297 893 d’entre eux ont un conjoint à charge : ce sont donc en réalité 2,9 millions de personnes qui sont touchées par le problème des très petites pensions. Dans ces circonstances il n’est pas étonnant que le taux de risque de pauvreté5 des vieux espagnols compte en 2006 parmi les plus élevés de l’union européenne : 30 % – comme en Lettonie, en Irlande et au Royaume Uni, la moyenne pour l’union européenne étant nettement plus basse : 19 % (Eurostat, 2009).

11La vie en commun a des effets sur la situation économique des personnes vieillissantes : vivre en couple ne change pas le risque de pauvreté (30 %) mais il atteint 52 % lorsque la personne âgée est seule. Il existe donc, parmi les Espagnoles, un contingent très important de femmes âgées qui ont du mal « à finir le mois ». Vivant seules plus longtemps, plus souvent en situation d’incapacité et avec moins de ressources économiques, les vieilles dames espagnoles paient les conséquences d’un système construit sur un rapport au marché du travail qui ne bénéficiait qu’aux hommes. Le mariage fut pour beaucoup l’unique ressource économique dont elles disposèrent et disposent encore : plus de deux millions de vieilles dames dépendent presque exclusivement de leur pension de veuve.

… et engagement à vie dans le travail et les soins domestiques

12C’est justement dans la division traditionnelle entre les activités domestiques non rémunérées et les activités extra-domestiques payées que se fonde la stricte division sexuelle du travail que reproduisent aujourd’hui les personnes âgées. Alors que les hommes sont retraités, les femmes continuent de travailler au foyer. La principale différence entre hommes et femmes âgés en Europe réside dans le temps dédié au travail domestique : plus de quatre heures et demi par jour pour les femmes contre un peu plus de trois pour les hommes (IMSERSO, 2006). En Espagne, les différences sexuées sont nettement plus marquées : les femmes consacrent presque cinq heures quotidiennes au travail domestique contre seulement deux pour les hommes, et le temps libéré se traduit pour eux par un plus grand engagement dans d’autres activités, y compris le repos et les soins personnels.

13Le domaine des soins à autrui reste une responsabilité féminine. L’Espagne « est le pays européen où la dépense consacrée aux services à domicile et aux soins aux personnes handicapées est des plus faibles. Ce sont donc les familles et plus spécialement les femmes qui couvrent les insuffisances de l’État Providence espagnol et ce, au prix d’un coût humain, social et économique élevé » (Navarro, 2006, 42). Ce dévouement au soin des autres se fait au détriment de celui/celle qui le procure. Parmi les plus de 65 ans, le pourcentage de femmes dormant moins de 6 heures quotidiennes dépasse celui des hommes, respectivement 33,6 % et 22,3 % (IMSERSO, 2008). Difficile, dans ces conditions, d’imaginer la place et l’importance que pourrait prendre une sexualité active et épanouissante dans la vie des femmes vieillissantes.

La lente imposition de la sexualité dans le débat public

14En Espagne, plusieurs dynamiques combinées contribuent à accroître la visibilité progressive de la sexualité des personnes âgées. L’intérêt scientifique grandissant rejoint un courant développé dans d’autres pays occidentaux et s’inscrit dans un contexte particulier où les changements sociaux des dernières décennies ont accordé plus de légitimité à la recherche de plaisir sexuel. Parallèlement, de nouvelles prescriptions ont transformé l’activité sexuelle aux âges avancés, désormais recommandée voire médicalisée.

Vers l’ouverture et le changement

15Les stéréotypes sur la disparition de la sexualité avec le vieillissement imprègnent non seulement l’imaginaire collectif mais traversent aussi les agendas politiques et scientifiques. Les attitudes, les représentations, les pratiques, les rôles et la valeur attribuée au sexe avec l’avancée en âge sont restés très peu explorés jusqu’à la première enquête nationale sur la santé sexuelle de 2009. L’amélioration de l’état de santé, l’accroissement du niveau d’éducation et de l’activité économique féminine, le fort contrôle de la fécondité, la promulgation des lois qui ont successivement encadré la contraception (1978), permis le divorce (1981), dépénalisé l’avortement (1985), facilité le recours à la procréation médicalement assistée (1998), reconnu le mariage homosexuel (2005) et, plus récemment, autorisé la vente sans ordonnance de la contraception d’urgence (2009) et réformé la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (2010), ont eu des incidences sur la sphère intime et le rapport à la sexualité. Après quarante ans de répression franquiste, les trente dernières années ont ouvert la voie vers d’autres choix de vie et amené l’Espagne à suivre la direction déjà prise par d’autres pays européens, voire même à les devancer dans le cas du mariage homosexuel.

16Les sociétés occidentales ont longtemps exclu la recherche de plaisir de la sexualité licite, limitée à la procréation. La sexualité contemporaine accorde désormais un espace moins important à la reproduction. Elle relève davantage :

« [d’une] expérience fondamentale dans la construction du sujet, au centre d’un domaine qui s’est développé et a acquis un poids considérable au long des siècles, la sphère de l’intimité et de l’affectivité. Le répertoire sexuel s’est élargi, les normes et trajectoires de vie sexuelle se sont diversifiées. » (Bozon, 2005, 31).

17La recherche d’une relation exclusivement amoureuse guide une sexualité devenue plus « plastique » et permet davantage de possibilités qu’auparavant : les relations se maintiennent parce que chaque partenaire y apporte des bénéfices suffisants pour qu’elles perdurent (Giddens, 2000). Cette « nouvelle » approche de la sexualité s’inscrit dans un cadre normatif plus général qui recommande l’égalité, la communication et le partage entre partenaires. Ici intervient le processus de rationalisation préconisé par la sexologie contemporaine – l’union pour le plaisir comme fondement du couple –, et se fonde la perspective clinique permettant d’imposer la nécessité de réparer les dysfonctionnements sexuels : « L’acte sexuel bien accompli devient la forme suprême de communication entre partenaires et de bien-être de chacun d’eux » (Bozon, 2005, 39).

Santé et amplification du répertoire sexuel : de nouvelles définitions pour légitimer les pratiques ?

18Deux approches conceptuelles de la sexualité peuvent être distinguées. La première, centrée sur le coït et la génitalité, ferait uniquement référence aux rapports hétérosexuels avec pénétration, conduisant ainsi à la reproduction. Perçue comme un besoin physiologique auquel seule la pénétration répond de manière satisfaisante, elle mobilise les représentations occidentales d’une activité sexuelle et d’une masculinité puissantes, actives, irrépressibles et centrées sur le pénis, opposées à une sexualité féminine passive et contrôlable. Plus ample, la seconde approche conceptuelle inclut, outre le coït, d’autres formes d’intimité et de contact physique et s’ouvre à une grande variété de comportements. Séparée de la procréation, l’activité sexuelle intègre l’idée de plaisir et de jouissance. García la définit comme :

« une extraordinaire possibilité de communication dont disposent les personnes pour exprimer et partager une grande variété de désirs, de sensations, de sentiments, d’émotions, de fantasmes, d’affections, de caresses ou de douceur » (García, 2005, 10).

19La relation sexuelle est, avant tout, une forme intime et privée de communication, le plaisir du contact physique et des expressions affectives, une satisfaction sexuelle non nécessairement liée au coït ou à l’érection mais, plus fondamentalement, à la nature et à la qualité des relations établies. Le développement de cette approche est favorisé par le principe de plaisir contribuant ainsi à ce que la sexualité, loin de se limiter aux seuls organes génitaux, s’étende à toutes les parties du corps qui peuvent en procurer.

20Cette seconde approche semble la plus appropriée pour analyser dans toute sa complexité, un phénomène dont les formes d’expression changent avec l’avancée en âge. Cette conception plus riche selon López et Olazábal (2006, 23) intègre la sécurité émotionnelle que procure le fait de se sentir aimé-e. Comme d’autres processus psycho-physiologiques, la sexualité subit des modifications au cours de la vie et se caractérise par une grande variabilité des moments et de l’intensité des changements. Une tendance médicale, sexologique et psychologique affirme actuellement que maintenir ou retrouver une activité sexuelle aux âges avancés est bon pour la santé. La jouissance a des vertus importantes pour les systèmes cardiaque, respiratoire et nerveux, et les relations sexuelles tonifient la musculature (López et Olazábal, 2006). Pour les hommes comme pour les femmes : « la production d’endorphines qui accompagnent l’orgasme est bénéfique : pour elles parce qu’elle réduit la symptomatologie de la vulvo-vaginite, et pour eux parce qu’elle décongestionne la prostate » (Vásquez-Bronfman, 2006).

21Enfin, et comme l’observe Herrera, « l’intimité corporelle que suppose la compagnie d’une autre personne aide à combattre la solitude, véritable mal du troisième âge » (2003, 151). Pouvoir compter sur un-e partenaire permet de dépasser les pertes (des personnes de l’entourage, des capacités, de l’autonomie…) avec de nouvelles découvertes. Outre les effets positifs du maintien de l’activité sexuelle, la révision des recherches sur les relations conjugales pendant la vieillesse a souligné le bénéfice associé au mariage, en particulier pour les hommes :

« les personnes mariées vivent plus longtemps, ont plus de satisfaction vitale ou de courage, une meilleure santé mentale et physique, plus de ressources économiques, plus de soutien social et des taux plus faibles d’entrées en institutions » (Askham, 1996, 129).

Sexualité et vieillissement en Espagne

  • 6  Les méthodologies sont variables de même que leur degré de rigueur et de validité. La définition d (...)
  • 7  Sélection réalisée dans une perspective sociologique : nous ne couvrons pas la littérature médico- (...)

22Après le travail pionnier de Kinsey (1948-1952) sur la sexualité des Américains (qui incluait des entretiens auprès de 99 hommes et 56 femmes de plus de 60 ans), de multiples recherches furent menées. Elles montrent qu’une partie des personnes vieillissantes maintiennent une activité sexuelle dont la fréquence tend toutefois à diminuer avec l’avancée en âge (Delbès et Gaymu, 2001 ; Lindau et al., 2007). En dépit de leurs limites6,les résultats des travaux réalisés en Espagne entre 1995 et 20097vont dans le même sens : on observe une diminution de la fréquence de l’activité sexuelle avec l’âge, corrélée au sexe. Les différences d’attitudes sont marquées : l’intérêt masculin se confronte chaque fois plus au désintérêt féminin. Sans grande surprise, le maintien de l’activité sexuelle d’une grande partie de la population vieillissante concerne en particulier celles et ceux qui jouissent d’une bonne santé, ont un-e partenaire sexuellement acti-f-ve, une attitude positive envers la sexualité et une histoire sexuelle personnelle gratifiante.

(Re)construire la sexualité sous l’empreinte du passé

23Vieillir tout en ayant une vie sexuelle active suppose de composer avec les traces du passé et d’une éducation très éloignée du plaisir sexuel. Les femmes et les hommes désormais âgés furent socialisés dans une Espagne franquiste « où le discours religieux pénètre l’appareil législatif et répressif de l’autorité civile, qui se met à sa disposition afin d’assurer la cohésion d’une nouvelle société » (Roca i Girona, 1996, 21). Une société dominée par le manque, la peur et la répression, où le sentiment de culpabilité apparaissait comme le levier décisif d’un auto-contrôle renforcé. Une Espagne en noir et blanc où une épaule féminine dénudée relevait de l’indécence, où l’échange de regards entre un homme et une femme relevait du péché, où l’on portait le deuil pendant des années et où tout ce qui était lié au sexe demeurait si tabou qu’il semblait ne pas exister. Une société où les pères gagnaient le pain familial et les mères étaient vouées à l’abnégation et au sacrifice. La vertu de la chasteté, l’éloge de la pureté et de la figure maternelle douloureuse sur le modèle de la Vierge Marie, le dessein strictement procréatif de l’union sexuelle et la condamnation des relations hors mariage, restaient le cadre restrictif de la sexualité tolérée. Pièces centrales du foyer où les maintenait le mariage, devant obéissance à leurs époux comme à Dieu, les femmes étaient érigées au rang de gardiennes d’un ordre moral implacable (Roca i Girona, 1996).

24Dès lors, et si les personnes âgées vivent une époque moins marquée par la répression sociale et morale, jouissent de plus d’indépendance et d’une meilleure santé, elles n’ont guère de modèles. « Pionnières » selon Vásquez-Bronfman (2006), elles sont contraintes d’inventer une nouvelle façon de vivre leur sexualité, de rompre avec certaines conventions, d’expérimenter le scandale et de s’essayer à ce que toute leur vie elles avaient considéré comme interdit.

  • 8  Nieto (1995) a passé un questionnaire à un échantillon national de 1 110 personnes de 65 ans et pl (...)
  • 9  Moioli (2005) enquête auprès de 275 sévillans volontaires (157 hommes, 118 femmes) entre 54 et 89 (...)
  • 10  Vásquez-Bronfman (2006) a mené une recherche sur l’amour et la sexualité des personnes âgées de 54 (...)

25Les connaissances avec  lesquelles les anciennes générations se sont initiées à la sexualité sont peu précises et très limitées. Les conclusions de Nieto8 coïncident avec les résultats obtenus par Moioli : à l’époque, ces personnes n’avaient accès « [qu’à] peu, pour ne pas dire aucune information » (Nieto, 1995, 452). Moioli9 estime que 11 % de ses enquêtés n’ont bénéficié d’aucun conseil. Proches, amis, médecin, lectures, télévision, prostituées et observation des animaux sont évoqués comme les principales sources d’information. Les rites d’initiation à la sexualité sont longtemps restés le mariage pour les femmes (auquel la majorité d’entre elles arrivèrent vierges), et les prostituées pour une grande partie des hommes (Nieto, 1995). Vásquez-Bronfman (2006) retrouve ces éléments dans sa recherche comparative10 :

« toutes les femmes rencontrées en Espagne se sont mariées vierges et très jeunes, et tous les hommes ont eu leurs premières expériences sexuelles avec des prostituées. […] En revanche, aucune des femmes interviewées en France ne s’est mariée vierge et certains ne se sont pas mariées. »

26L’initiation sexuelle des hommes interviewés en France a pris des formes assez variées : « une amie de ma mère », « une camarade en première année d’université », « la jeune fille qui travaillait chez nous » ou encore « une dame très accueillante » (2006, 23). Pour l’auteure, ces différences s’expliquent par le contexte socioculturel dans lequel ses informateurs ont vécu et ont été socialisés.

27Pour Nieto, l’association entre sexualité et mariage est bien plus forte pour les femmes espagnoles que pour les hommes qui, eux, expriment « plus de désir, qu’il s’agissait de satisfaire y compris en dehors du couple conjugal » (1995, 454). Parallèlement, pour Vásquez-Bronfman (2006), les femmes associent la sexualité à l’amour et au mariage, à la pudeur et au péché. Ces différences genrées dans les représentations et les registres de pratiques structurent aussi les opinions quant aux formes de sexualité : ainsi par exemple, alors que les femmes disent ressentir de la peine pour les prostituées (qui seraient contraintes par la « nécessité »), les hommes justifient pleinement leur existence (Nieto, 1995, 458). De la même façon, si la plupart des hommes considèrent que l’infidélité féminine est inacceptable, ils justifient leurs propres écarts au motif « [qu’] hommes et femmes persistent à penser que ce dernier ne peut contrôler ses pulsions » (Nieto, 1995, 455). En d’autres termes, les femmes adoptent la vision dominante du « besoin sexuel masculin » et agissent selon ce qu’implique « le devoir conjugal féminin », contribuant ainsi au maintien du système de domination en place.

  • 11  En 2007, Sánchez et Bote ont réalisé une enquête téléphonique auprès d’un échantillon de 600 perso (...)

28Dans ce cadre normatif, les personnes âgées rencontrées disaient ne pas tolérer l’homosexualité, la pornographie ou l’avortement. Ces tendances générales doivent sans aucun doute être nuancées par des analyses tenant compte des origines sociales et du niveau d’études. Comme l’ont montré dix ans plus tard Sánchez et Bote11 :

« les hommes sont beaucoup plus permissifs et tolérants que les femmes. Parmi elles, cependant, les attitudes plus ouvertes et permissives augmentent avec le niveau d’études. Ces caractéristiques sont également présentes parmi les femmes les moins religieuses et les plus dotées de capital économique. » (Sánchez et Bote, 2007, 143-144)

  • 12  L’enquête nationale de santé sexuelle de 2009 a été conduite auprès de 9850 personnes âgées de 16 (...)

29Mais plus encore que les différences de classes – faisant intervenir capitaux économique et culturel –, ce sont les différences de genre qui apparaissent comme les plus marquantes ; c’est d’ailleurs certainement dans les pratiques sexuelles elles-mêmes qu’elles sont les plus visibles. D’après l’enquête nationale sur la sexualité de 200912, 21 % des femmes et 41 % des hommes de 65 ans et plus déclarent avoir eu des relations sexuelles coïtales l’année précédente, d’une fréquence supérieure ou égale à une fois par semaine pour 28 % des femmes et 35,4 % des hommes concernés. Parallèlement, 38 % des hommes déclarent qu’ils n’ont pas eu de relations sexuelles, d’abord par manque de désir, puis parce qu’ils sont veufs et, enfin, pour des raisons de santé. Mais ce sont 63 % des femmes qui sont dans cette même situation, d’abord parce qu’elles sont veuves (50,3 %), puis parce que leur conjoint est malade et, enfin, par manque de désir. Les pratiques sexuelles majoritairement adoptées sont les baisers et les caresses (25,8 %), le coït (21 %) et la masturbation mutuelle (3,7 %). Si 3 % des hommes prennent habituellement « un médicament, de l’alcool, ou une autre substance pour se stimuler sexuellement », 6 % le font de manière occasionnelle. Cette pratique concerne moins de 2 % des femmes. Enfin, la sexualité apparaît plus importante dans la vie des hommes espagnols âgés que dans celle des femmes : 43 % d’entre eux la considèrent comme « importante ou très importante » contre 16 % d’entre elles ; cette importance tend à décroître avec le vieillissement (ENSS-CIS, 2009).

30Ces éléments rendent peut-être plus compte de la puissance du sens commun que de la réalité physiologique. López et Olazábal (2006) affirment en effet que la physiologie du plaisir persiste avec le vieillissement. Les personnes âgées ont plus de temps et moins de craintes. Il est vrai qu’elles ont dû rompre avec certaines croyances et dépasser des barrières sociales pour s’accommoder de nouvelles situations. Quant au désir sexuel, il est déterminé par un ensemble de facteurs concordants : les peurs, les problèmes de couple, l’équilibre de la relation de genre, la santé, la présence d’un-e partenaire accessible, l’entourage, le mode de résidence, les difficultés économiques ou encore le fait de ne pas/plus trouver son corps attirant.

  • 13  144 personnes de plus de 65 ans et en couple depuis 30 ans ou plus (46,6 ans en moyenne) ont parti (...)

31López et Olazábal ont également souligné l’importance des conditions sociales dans la réalisation des relations sexuelles (2006, 70). La moindre intensité de certains aspects essentiels de la sexualité, comme l’intérêt pour le sexe, les rôles sexués, la capacité de tomber amoureux, de communiquer et de manifester de l’affection, dépend moins de l’âge que d’autres facteurs personnels – qu’ils soient sociaux ou situationnels (ibid., 81). Ces auteurs attribuent aussi la moindre activité coïtale des femmes à des facteurs psychosociaux, et notamment la double répression qu’elles expérimentent comme femme et personne vieillissante. Dans cette perspective, Villar, Villamizar et López-Chivrall (2005)13 ont également souligné les différences selon le sexe, les femmes exprimant moins de satisfaction maritale et évaluant leur expérience moins positivement que les hommes lorsqu’elles parlent d’intimité et de passion. Les bénéfices de la vie de couple sont à nouveau plus élevés pour ces derniers, plus étrangers à l’esprit de sacrifice et au dévouement que leurs épouses ; ces dernières ont ainsi une vision moins optimiste de la relation amoureuse.

Entre résistances et obstacles à la sexualité

32Le déficit d’hommes, la défense de l’individualité et l’importance accordée à l’apparence physique sont trois éléments fondamentaux de la structuration des relations sociales et sexuelles avec l’avancée en âge. Ces trois facteurs avantagent les hommes, en même temps qu’ils révèlent l’émergence d’une morale sociale plus permissive marquée par la substitution des « fiançailles » au mariage et le refus des femmes de se ré-aliéner dans une relation insatisfaisante.

33Même s’ils augmentent en valeur absolue, les « fiançailles » et le mariage entre personnes vieillissantes ont peu d’incidence démographique en Espagne : « les vieux espagnols ont une attitude en général favorable à ce phénomène, mais ils établissent une différence entre eux et les autres et sont plus stricts pour ce qui les concerne » (Sánchez et Bote, 2007, 142). Le vieillissement démographique et une morale sociale plus ouverte augmentent certes la potentialité de relations sentimentales ; mais la réalisation concrète des relations reste difficile et le marché matrimonial demeure particulier et biaisé. L’âge, l’état civil antérieur, la position économique et démographique des hommes les avantagent : le sex ratio (1 homme pour 3,7 femmes) leur permet un recrutement très sélectif parmi des femmes plus jeunes, plus instruites et dotées d’une meilleure situation professionnelle (Sánchez et Bote, 2007, 143-144).

  • 14  Crainte fondée sur une réalité objective car jusqu’en 2001 en cas de remariage, la pension de veuv (...)

34Pour autant, les études montrent que les femmes vieillissantes ne sont pas des veuves en quête d’un remariage avec un homme de leur âge ou plus âgé. Une grande partie manifeste de la distance et de la prudence quand il s’agit de se remettre en couple, exprimant autant leur désir de garder l’autonomie conquise que leur refus de (re)vivre une expérience potentiellement aliénante. Si elles refusent d’établir de nouvelles relations lorsqu’elles deviennent veuves, c’est justement parce qu’elles identifient le mariage au service ou au soin à autrui. Les autres raisons avancées sont économiques (la crainte de perdre leur pension de veuve)14, et sentimentales (la peur de l’attachement sentimental et de s’exposer à la souffrance du deuil) (Nieto, 1995, 456). On pourrait aussi ajouter qu’au regard d’une expérience maritale antérieure parfois très douloureuse, le soulagement qu’apporte le veuvage peut s’avérer précieux.

35Si, finalement, la solitude conduit à chercher un-e partenaire et contribue à créer de nouveaux liens, les personnes qui vieillissent préfèrent ne pas se marier. Sánchez et Bote (2007) soutiennent que la formation des couples répond au besoin de compagnie, bien avant l’intérêt économique, l’amour ou le sexe. De son coté, Vásquez-Bronfman insiste sur le fait que pour sortir, partager des idées, converser, faire l’amour, les personnes âgées préfèrent « les fiançailles » à la vie commune, et protègent leur indépendance. La recomposition conjugale tardive des/entre personnes âgées affecte peu le soi intime : « les nouvelles unions sont plus fréquemment associées à une stabilité qu’à une transformation de l’identité » (Caradec, 2003, 113). La fidélité à soi-même et à son histoire s’articule à des logiques pragmatiques, débouchant sur diverses façons de partager temps et espace, et sur des conceptions du partage des sentiments qui éloignent la relation d’un idéal de passion romantique : tendresse, amitié affectueuse et assistance réciproque s’imposent, sans pour autant s’inscrire dans le strict cadre de l’union légalisée.

36Avec l’avancée en âge, une partie des femmes espagnoles maintiennent d’abord une distance critique avec les rôles sociaux et domestiques traditionnels qu’elles analysent avec prudence. Mais elles affrontent aussi de nouvelles difficultés dans leurs relations sexuelles avec les hommes car, outre un rapport démographique qui joue en leur défaveur, elles sont également contraintes par des inégalités de genre dans un contexte peu tolérant au vieillissement physique, surtout féminin.

« Les femmes disparaissent de la vue et du marché sexuel bien avant les hommes [...] les cheveux blancs des hommes sont socialement attirants et ceux des femmes signalent leur laisser aller ; les rides masculines paraissent intéressantes et celles des femmes décourageantes… La collaboration à leur propre exclusion sociale passe par les multiples stratégies de camouflage esthétique qu’elles s’imposent à elles-mêmes et n’exigent pas des hommes » (Freixas, 2001, 166).

  • 15  Les derniers en date semblent être les produits d’esthétique génitale féminine, étape préalable à (...)

37Les industries cosmétiques et pharmaceutiques ont trouvé un formidable marché dans l’occultation de l’âge15 et vieillir sous le diktat de ces canons contribue à percevoir le corps comme peu attirant, ce qui tend à diminuer le désir et l’activité sexuelle.

Le Viagra : consolider le modèle sexuel masculin

38López et Olazábal expliquent qu’avec l’âge :

« 25 % de femmes témoignent d’une amélioration de leur santé sexuelle : elles peuvent prolonger le rapport grâce, d’une part, à la disparition de la peur de la grossesse et, d’autre part, aux changements de la réponse sexuelle masculine marquée par une moindre urgence éjaculatoire. La satisfaction féminine pendant l’activité sexuelle est facilitée » (2006, 38).

39Or ce dernier aspect peut être remis en cause par la médicalisation progressive de la sexualité masculine que favorise le Viagra.

40Depuis sa commercialisation, le Viagra a été présenté comme une véritable révolution, proposant une alternative pratique et efficace à la fatalité des dysfonctionnements érectiles masculins. Pour autant, la médicalisation de la sexualité construite sur sa définition coïto-centrée n’a pas grand-chose de révolutionnaire. Le succès international du traitement révèle autant la puissance de la restriction du sexuel au pénétratif, que les stratégies pharmaco-industrielles et publicitaires nécessaires pour convaincre la population vieillissante du besoin d’atteindre les normes de qualité de l’activité sexuelle qu’elles tentent d’imposer (Giami et Pietri, 1999 ; Giami, 2000 ; Bozon, 2005 ; Pérez Leiros, 2005).

  • 16  Dans l’enquête de Sánchez et Bote (2007,135) 16 % des personnes interrogées n’avaient pas entendu (...)

41Le Viagra introduit dans la représentation de la sexualité une tendance à dissocier les différents composants du fonctionnement sexuel. Pensée sans lien avec le partenaire, l’érection est le point focal de la relation sexuelle ; son maintien devient ainsi un enjeu mécanique, isolé du reste de l’acte (Bajos et Bozon, 2000). Plusieurs contributions scientifiques ont pourtant souligné l’impossibilité de réduire la diversité des résultats au statut de phénomènes physiques, propres à l’approche médicale et pharmaceutique. Les hommes qui vieillissent ne considèrent pas tous les changements de l’érection comme pathologiques, n’associent pas tous l’érection à la masculinité et ne tirent pas tous les mêmes bénéfices de la pastille bleue16. La diversité des attitudes observées dans plusieurs régions du monde – comme la Nouvelle-Zélande (Potts et al., 2004) ou le Mexique (Wentzell et Salmerón, 2009) – questionne radicalement le concept de « dysfonctionnement », la médicalisation de la sexualité masculine et l’orientation de la réponse professionnelle caractérisée par l’impératif de l’orgasme et la centralité de la pénétration.

« Il n’y a pas de standards de l’érection fonctionnelle… et encore moins de l’érection dysfonctionnelle. Le modèle médical homogénéise la diversité des expériences sexuelles. Face au Viagra “success story”, il y a les “multiples histoires” de ceux et de celles qui l’utilisent » (Potts et al., 2004, 497).

42Certains hommes disent aussi le rejeter pour privilégier l’adaptation de leur vie sexuelle ou le recours à des traitements moins nuisibles à la santé, face à des évolutions qu’ils pensent naturelles (Wentzell et Salmerón, 2009). On le voit, ces témoignages complexifient et défient la conception médicale d’un corps universel et le jeu des catégorisations qui distinguent le normal du pathologique.

43À l’heure actuelle, on connait peu l’expérience féminine du Viagra. Aussi centrales que soient les femmes dans la représentation dominante de la sexualité et la justification du recours au médicament, elles demeurent invisibles dans les réflexions féministes comme dans le champ de la gérontologie (Vares et al.,2007). Des chercheurs néo-zélandais ont pourtant montré le désintérêt envers les femmes dont font preuve les producteurs et les prescripteurs (Potts et al., 2003). Marginalisées dans la consultation et dans les décisions, elles manquent d’information et disent souffrir de l’absence d’intérêt des médecins. Les rares travaux existants questionnent le principe selon lequel les femmes tireraient des bénéfices du recours au Viagra et des érections qu’il entraîne. Ni la prolongation des relations sexuelles ni l’augmentation de leur fréquence n’apparaissent comme des avantages évidents ; certaines affirment qu’elles préféreraient une relation plus proche mais non nécessairement centrée sur le coït et ses potentiels effets physiques négatifs : cystites, irritations, etc. (Potts et al., 2003). Plus encore, le Viagra peut réactiver ou générer certaines tensions relatives à la pression sexuelle que peut exercer leur partenaire, et à laquelle elles sont parfois contraintes de céder en dépit de leur propre inappétence. Le traitement actualise en effet la représentation traditionnelle d’une sexualité féminine soumise devant répondre aux pulsions masculines. Le peu d’enthousiasme que cette « nouvelle » forme de sexualité peut susciter provoque alors des sentiments de culpabilité et transforme la partenaire en cause du problème.

  • 17  L’enquête française de 2006 sur la sexualité montre que 6 % des hommes de plus de 50 ans déclarent (...)
  • 18  Moynihan (2003 ; Jara, 2007,45) soutient qu’après le succès du Viagra, Pfizer a cherché à élargir (...)

44Les chercheurs ont également montré comment le Viagra influe sur la communication entre partenaires. S’il peut induire une plus grande négociation sur le moment opportun des relations sexuelles, il peut aussi se solder par l’absence de discussion : toutes les femmes n’ont pas les moyens de négocier ouvertement le sexe dans des conditions d’égalité (Potts et al., 2003, 709). Enfin, il peut générer des infidélités (réelles ou imaginaires) et certains hommes peuvent se sentir encouragés à des relations extra-conjugales17. « Pensé comme un aphrodisiaque plus que comme un traitement, le Viagra réveille chez certains hommes le rêve d’un désir sans limites et programmable » (Bozon, 2005, 118), et entraîne la routinisation d’un usage préalablement pensé comme exceptionnel. Une partie des hommes et des femmes résistent pourtant à ces nouvelles injonctions, à cette culture du Viagra et de la sexualité « rajeunie », portant un regard critique sur la perte de confiance en soi que peut susciter le médicament. Certaines femmes considèrent ainsi que le Viagra renforce les inégalités de genre en augmentant le pouvoir sexuel masculin, écartant et dévalorisant les différences entre les sexualités masculine et féminine et les préférences individuelles. Toutes ne soutiennent pas la recherche d’un équivalent féminin et certaines s’opposent à la pathologisation d’un processus qu’elles considèrent comme naturel18.

Conclusion

45Malgré l’ouverture vécue en Espagne, les générations socialisées après la guerre civile ont été éduquées en associant la sexualité à la procréation et le plaisir au péché. Durant leur jeunesse, tout ce qui se référait au sexe était tabou. À mesure de leur avancée en âge, cette génération a connu de profondes transformations sociales, inégalement vécues et ressenties. Dans une société où la loi a accompagné et encouragé ces évolutions majeures, les Espagnol-e-s ont affronté ces défis avec un courage et une capacité de transgression insoupçonnés car souvent secrets :

« Gardant le silence sur leurs propres évolutions et transgressions, les personnes âgées projettent paradoxalement une image plus rigide et archaïque que ce qu’ils sont en réalité » (Vásquez-Bronfman, 2006, 264).

46Pour les femmes, ces transformations se sont articulées à des formes renouvelées de domination masculine. Vivre pleinement leur sexualité reste un processus difficile : tout changement bute sur de puissants obstacles, à la fois structurels et incorporés. Les femmes sont à la fois des pourvoyeuses de soins et celles qui se sacrifient, des travailleuses non-payées, des personnes à qui l’on nie le sexe et le plaisir. Nombre de barrières contribuent à diminuer leurs capacités à se manifester sexuellement. Leur plus grande longévité et la tendance à se mettre en couple avec des hommes plus âgés contribuent à un veuvage plus important. Leur plus grand engagement émotionnel, leur plus grande autosuffisance et leur situation économique et éducative moins favorable interagissent avec d’autres biais hétérosexistes (la moindre valorisation du corps féminin vieillissant, la prise d’initiative sexuelle comme prérogative masculine…) pour conduire à leur dé-sexualisation. Dans cette construction sociale du renoncement au désir, les formes intériorisées de la domination et les inégalités objectives se confrontent à la volonté d’amplifier leur capacité à s’affirmer et de maintenir une autonomie personnelle durement conquise.

47Ainsi, les représentations sociales du vieillissement, du corps attrayant, la réduction de la sexualité à sa forme coïtale, l’organisation du système de retraites, la médicalisation de la sexualité favorisent les hommes parce qu’elles se sont élaborées sur le référent masculin. Une amélioration des conditions de vie avec le vieillissement, en Espagne, suppose de maîtriser les atteintes à l’égalité de genre, non seulement dans le domaine de la sexualité mais aussi dans les espaces de sociabilité, dans les réseaux sociaux, les relations intergénérationnelles, l’activité sociale et professionnelle, et l’économie.

48En matière de sexualité, le véritable défi des femmes consisterait sans doute, comme l’observe Lagrave (2009), dans le fait de pouvoir et de savoir confronter son corps marqué au regard de l’autre, au moment précis où l’incorporation de la honte de soi se remanifeste. Selon la même auteure, ne pas renoncer au désir sexuel si durement stigmatisé peut ouvrir des chemins inattendus : « exclues du regard masculin, [les femmes] peuvent expérimenter le regard féminin, moins prisonnier des codes sociaux dominants, en se rendant compte que l’hétérosexualité fut une norme qui orienta leur désir » (Lagrave, 2009, 121). Au regard du déséquilibre démographique, penser et vivre le vieillissement comme une opportunité pour questionner et explorer les orientations sexuelles constituerait la réponse la plus radicale à la domination masculine. La proposition ouvre des pistes de réflexion et de travail stimulantes, mais l’expérience et le recul temporel laissent penser qu’il faut plus vraisemblablement compter avec la stabilité de la norme hétérosexuée qu’avec l’hypothèse de la subversion. « Il n’est pas certain que la vieillesse soit le moment où l’on innove, mais on bénéficie des expériences antérieures » observe Bozon (Bessin, 2009). Si c’est le cas, les aînées espagnoles de demain seront peut-être mieux armées pour vivre un rapport à la sexualité plus égalitaire. Et si elles n’en seront pas moins nombreuses à affronter veuvage et solitude, on peut espérer qu’elles parviennent à transformer cette expérience pour la vivre différemment.

Haut de page

Bibliographie

ASKHAM Janet, « Vida matrimonial de las personas mayores », in ARBER Sara, GINN Jay (dir.), Relación entre género y envejecimiento. Enfoque sociológico, Madrid, Narcea, 1996, pp. 127-140.

BAJOS Nathalie, BOZON Michel, « La sexualité à l’épreuve de la médicalisation : le Viagra », Actes de la recherche en sciences sociales, 128, 2000, pp. 3-37.

BAJOS Nathalie, BOZON Michel, « Transformation des comportements, immobilité des représentations. Premiers résultats de l’enquête Contexte de la sexualité en France (2006) », Informations sociales, 2007/8, 144, pp. 2-33.

BESSIN Marc, « Les âges de la sexualité. Entretien avec Michel Bozon », Mouvements, 59, 2009, pp. 23-132.

BORSCH-SUPAN Axel, First Results from the SHARE- Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe, Mannheim Research Institute for the Economics of Ageing, 2005. En ligne : http://www.mea.uni-mannheim.de.

BOZON Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2005.

CARADEC Vincent, « Le “Soi intime” à la lumière de la recomposition conjugale tardive », Sociologie et sociétés, 35, 2, 2003, pp. 97-115.

CENTRO DE INVESTIGACIONES SOCIOLÓGICAS-CIS, Encuesta Nacional de Salud Sexual, 2780, 2009.

DELBES Christiane, GAYMU Joëlle, « La vie sexuelle des seniors », Champ psychosomatique, 2001, 24, pp. 69-90.

FREIXAS Anna, « Nos envejecen las ideas, no el cuerpo », Rev. Mult. Gerontología, 11, 4, 2001, pp. 164-168.

FREIXAS Anna, LUQUE Barbara, « El secreto mejor guardado: la sexualidad de las mujeres mayores », Política y Sociedad, 46 ,1-2, 2009, pp. 191-203.

GARCÍA José Luis, La sexualidad y la afectividad en la vejez, Madrid, Portal Mayores, Informes Portal Mayores, 41, 2005.

GIAMI Alain, « Médicalisation de la sexualité et médicalisation de la société », in JARDIN Alain, QUENEAU Patrice, GIULIANO François (dir.), Progrès thérapeutiques : la médicalisation de la sexualité en question, Paris, Libbey, 2000, pp. 121-130.

GIAMI Alain, PIETRI Laurence, Les traitements de l’impuissance, Paris, La Documentation Française, 1999.

GIDDENS Anthony, La transformación de la intimidad en el siglo XX. Sexualidad, amor y erotismo en las sociedades modernas, Madrid, Cátedra, 2000.

GÓMEZ BUENO Carmuca, BRETIN Hélène, Sexualidad y envejecimiento, Servicio de Promoción de la salud y Planes Integrales, Consejería de Salud, Junta de Andalucia, 2011.

HERRERA P. Adela, « Sexualidad en la vejez : ¿ mito o realidad ? », Rev. Chilena de Obstetricia y Ginecología, 68, 2, 2003, pp. 150-162.

INSTITUTO DE MAYORES Y SERVICIOS SOCIALES -IMSERSO, Las Personas Mayores en España, DOC, Serie Documentos de trabajo, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, 2008.

INSTITUTO DE MAYORES Y SERVICIOS SOCIALES-IMSERSO, Las Personas Mayores en España, DOC, Serie Documentos de trabajo, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, 2006.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA -INE, Censo de Población y vivienda, 2001.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA-INE, Cambios en la composición de los hogares, Boletín informativo, 2004.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA- INE, Movimiento Natural de Población, 2007.

INSTITUTO NACIONAL DE LA SEGURIDAD SOCIAL-INSS, Estadísticas. Pensiones y Pensionistas, 2008. En ligne : http://www.seg-social.es

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA -INE, Padrón Municipal de Habitantes, 2009.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA-INE, Avance del Padrón municipal de habitantes, 2011.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADÍSTICA-INE, Encuesta de población activa (EPA), 2011.

JARA Miguel, Traficantes de salud, Barcelona, Icaria, 2007.

LAGRAVE Rose-Marie, « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, 59, 2009, pp. 113-122.

LINDAU Stacy, SCHUMM Philip, LAUMANN Edward, LEVINSON Wendy, O’MUIRCHEARTAIGH Colm, WAITE Linda, « A study of sexuality and health among older adults in the United States », New England Journal of Medicine, 357, 2007, pp. 762-774.

LÓPEZ Felix, OLAZÁBAL Juan Carlos, Sexualidad en la vejez, Madrid, Pirámide, 2005.

LÖWY Ilana, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2006.

MINISTERIO DE SANIDAD, POLITICA SOCIAL E IGUALDAD, Información y estadísticas sanitarias, 2010.

MOIOLI Bruno, « Aspectos conductuales, actitudinales y experienciales de la sexualidad en la vejez », Sexología Integral, 2, 1, 2005, pp. 26-27.

MOYNIHAN Ray, « The Making of the disease: female sexual dysfunction », British Medical Journal, 326, 2003, pp. 45-47.

NATIONS UNIES, World Population Prospects: The 2008 Revision, Population Database, 2008. En ligne : http://esa.un.org/unpp

NAVARRO Vicent, PÉREZ DÍAZ Víctor , « Una sociedad de viejos en una sociedad de jóvenes », in CORTINA Adela et al.(dir.), El mundo que viene. Una sociedad que envejece, Fundación Santander Central Hispano, Santander, 2006.

NIETO José Antonio, La sexualidad de las personas mayores en España, Madrid, Ministerio de Asuntos Sociales, 1995.

PÉREZ Julio, BLANES Amand, GUMÀ Jordi, Efectivos poblacionales, supervivencia y características de los mayores en España. Tendencias recientes y perspectivas hasta 2030, Centro de Estudios Demográficos, IMSERSO, 2005.

PÉREZ LEIROS Carlos, « Medicamentos para el estilo de vida (y para el debate) », Revista Química Viva, 2, 4, 2005, pp. 46-51. En ligne: http://www.quimicaviva.qb.fcen.uba.ar

POTTS Annie, GAVEY Nicola, GRACE Victoria M., VARES Tiina, « The downside of Viagra: women’s experiences and concerns », Sociology of Health & Illness, 25, 7, 2003, pp. 697–719.

POTTS Annie, GRACE Victoria M., GAVEY Nicola, VARES Tiina, « “Viagra stories”: challenging “erectile dysfunction” », Social Science & Medicine, 59, 2004, pp. 489–499.

ROCA I GIRONA Jordi, De la pureza a la maternidad. La construcción del género femenino en la postguerra española, Madrid, Ministerio de Educación y Cultura, 1996.

SÁNCHEZ VERA Pedro, BOTE DÍAZ Marcos, Los mayores y el amor. Una perspectiva sociológica, Valencia, Nau Libres, 2007.

VARES Tiina, POTTS Annie, GAVEY Nicola, GRACE Victoria M. « Reconceptualizing cultural narratives of matures women’s sexuality in the Viagra era », Journal of aging studies, 21, 2007, pp. 153-164.

VÁSQUEZ-BRONFMAN Ana, Amor y sexualidad en las personas mayores : transgresiones y secretos, Barcelona, Gedisa, 2006.

VILLAR Feliciano, VILLAMIZAR Diana, LÓPEZ-CHIVRALL Sonia, « Los componentes de la experiencia amorosa en la vejez : Personas mayores y relaciones de pareja de larga duración », Revista Española de Geriatría y Gerontología, 40, 3, 2005, pp. 166-177.

WENTZELL Emily, SALMERON Jorge, « You’ll get Viagraed: Mexican men’s preference for alternative erectile dysfuncion treatment », Social Science & Medicine, 68, 2009, pp. 1759-1765.

Haut de page

Notes

1  Cet article a été réalisé à partir d’une recherche financée par le Ministère de la santé du gouvernement d’Andalousie (Gómez-Bueno et Bretin, 2011).

2  Les données du recensement disponibles datent de 2001, il se fait tous les dix ans et est actuellement en cours. En 2001, 59,7 % des personnes de 65 ans et plus étaient mariées, 30,9 % étaient veuves, 8 % célibataires et 1,4 % séparées ou divorcées.

3  Chiffre à prendre avec précaution : le nombre de places en résidences privées a beaucoup augmenté récemment mais il ne figure pas dans les données officielles.

4  Réalisée en 2004 dans 10 pays d’Europe : l’Espagne, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la France, la Grèce, l’Italie, les Pays Bas, la Suède et la Suisse (Borsch-Supan, 2005).

5  Pourcentage de personnes vivant dans des foyers où le revenu disponible est inférieur aux 60 % du revenu moyen du pays de résidence.

6  Les méthodologies sont variables de même que leur degré de rigueur et de validité. La définition de la population objet d’étude et la définition de la sexualité mobilisée sont particulièrement importantes pour interpréter les résultats.

7  Sélection réalisée dans une perspective sociologique : nous ne couvrons pas la littérature médico-physiologique.

8  Nieto (1995) a passé un questionnaire à un échantillon national de 1 110 personnes de 65 ans et plus (marge d’erreur +/- 3 %), et réalisé 60 entretiens approfondis au domicile ou à la résidence habituelle des personnes.

9  Moioli (2005) enquête auprès de 275 sévillans volontaires (157 hommes, 118 femmes) entre 54 et 89 ans. Tous vont dans les centres d’accueil de jour des personnes âgées de Séville.

10  Vásquez-Bronfman (2006) a mené une recherche sur l’amour et la sexualité des personnes âgées de 54 à 80 ans, à partir de vingt histoires de vie recueillies en Espagne (dix) et en France (dix), la moitié auprès d’hommes et l’autre auprès de femmes.

11  En 2007, Sánchez et Bote ont réalisé une enquête téléphonique auprès d’un échantillon de 600 personnes de 65 ans, résidant en Espagne. Les questions ont porté sur les styles de vie, les relations, les attitudes, les formes de vie commune, les attirances, la sexualité et le mariage.

12  L’enquête nationale de santé sexuelle de 2009 a été conduite auprès de 9850 personnes âgées de 16 ans et plus, résidant en Espagne (5016 femme et 4832 hommes). Une partie du questionnaire a été auto-administrée, l’autre remplie en face à face (ENSS-CIS, 20009).

13  144 personnes de plus de 65 ans et en couple depuis 30 ans ou plus (46,6 ans en moyenne) ont participé à l’étude. Parmi les variables évaluées, les auteurs ont notamment intégré les dimensions socio-démographiques (sexe, âge, niveau d’éducation, etc.), la satisfaction maritale (échelle de Hendrick) et l’expérience amoureuse (échelle de Sternberg).

14  Crainte fondée sur une réalité objective car jusqu’en 2001 en cas de remariage, la pension de veuvage était supprimée.

15  Les derniers en date semblent être les produits d’esthétique génitale féminine, étape préalable à la chirurgie esthétique sur cette partie du corps (voir par exemple http://www.vilarovira.com/cirugia-estetica-genital-femenina.html). Sur la traduction physique des inégalités entre les sexes, on pourra également se référer à Löwy (2006).

16  Dans l’enquête de Sánchez et Bote (2007,135) 16 % des personnes interrogées n’avaient pas entendu parler du Viagra, 41 % sont favorables à son utilisation et un tiers la réprouvent. Les femmes le connaissent moins et sont aussi plus défavorables à son usage. L’enquête de 2009 apporte des indicateurs indirects : 10 % des femmes de plus de 64 ans aimeraient avoir des relations sexuelles moins fréquentes (contre 1 % des hommes) alors que 43 % des hommes souhaiteraient des rapports plus fréquents (contre 9 % des femmes). Rappelons que le recours à un stimulant concerne 9 % des hommes de ces tranches d’âge.

17  L’enquête française de 2006 sur la sexualité montre que 6 % des hommes de plus de 50 ans déclarent utiliser du Viagra alors que seules 3 % des femmes disent savoir ou soupçonner leur partenaire de le faire.

18  Moynihan (2003 ; Jara, 2007,45) soutient qu’après le succès du Viagra, Pfizer a cherché à élargir le marché au public féminin. En 1998 une conférence internationale établit un consensus sur les dysfonctionnements sexuels féminins et les participants ont développé une nouvelle classification des troubles physiologiques chez les femmes (Jara, 2007, 147). 18 des 19 auteurs de ces nouvelles définitions étaient liés avec 22 laboratoires pharmaceutiques, par des intérêts financiers ou des relations d’une autre nature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bretin et Carmuca Gómez Bueno, « Du tabou à l’incitation. Vieillissement et redéfinition des relations de genre en Espagne », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2101 ; DOI : 10.4000/gss.2101

Haut de page

Auteurs

Hélène Bretin

Sociologue, Maîtresse de conférences à l’Université Paris 13
Iris (CNRS-Inserm-EHESS-Université Paris 13)
helene.bretin@gmail.com

Carmuca Gómez Bueno

Sociologue, Professeure titulaire à l’Université de Grenade
Grupo de Investigación SEJ-339
cgomez@ugr.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org