Navigation – Plan du site
Dossier

L’impensé de la vieillesse : la sexualité

Unthinkable in old age: sexuality
Rose-Marie Lagrave

Résumés

Dans cet article, il s’agit de proposer quelques pistes d’investigation pour saisir les relations entre sexualités et vieillesse en présupposant d’abord que la génération des militantes féministes des années 1970, à la lisière de la vieillesse, a su préfigurer un rapport renouvelé à la sexualité ou au contraire vit une solitude assumée ou imposée. Pour appréhender également ce que le genre fait à une vieillesse qui ne renonce pas à la sexualité, on analysera les carrières sexuelles mises en mots à partir d’un corpus de romans et d’autofictions d’écrivains et d’écrivaines contemporains.

Haut de page

Texte intégral

La vieillesse, c’est les autres

1De multiples petits signes désordonnés conduisent à un moment fragile et incertain de la vie à être situé de l’autre côté d’une frontière des âges et des jeux sexuels, ligne jusqu’alors invisible. La première fois qu’on vous laisse une place dans un métro bondé, qu’un enfant demande si vous avez connu la guerre de cent ans, que vous devenez passe-muraille, ces petits faits sont autant de balises qui progressivement distillent une échelle de l’avancée en âge. Lire sur le visage des ami-e-s retrouvé-e-s lors d’une rencontre inopinée ou organisée les empreintes ravageuses du temps constitue également un choc des âges dans lequel se mettent à défiler de curieux palimpsestes.

2Ces petits signaux hétéroclites, atomisés, vécus dans une intimité assumée ou paniquée, en viennent à se structurer en un inéluctable coming out. L’accès à la carte senior SNCF, les rappels à la prévention médicale envoyés par la sécurité sociale, l’envoi des dossiers pour la retraite, la sollicitation d’assurance vie ou décès, la sollicitude d’agences de pompes funèbres promptes à vous mettre dans un cercueil capitonné sont autant d’attestations publiques et de publicisation de l’entrée dans la vieillesse. Les structures de la parenté assignent en outre une place générationnelle irréversible supposant des obligations à l’égard des descendants, alors même que les ascendants devenus des ancêtres ne vivent qu’à travers mémoires, photographies, comptines, bons et mauvais jeux de mots, voire secrets de famille. Bref, les autres vous assignent des rôles et des places que vous devez tenir pour tenir un rang, sous peine de déroger aux règles de la bienséance. Ces regards extérieurs s’incorporent sensiblement et avec lenteur, de sorte qu’on ne saurait ignorer qu’une alchimie secrète travaille le corps et l’esprit pour installer en son for intérieur le sentiment tenace de vieillir.

3Le regard des autres construit la vieillesse, mais l’absence de regard désirant met un terme à toute velléité de croire que l’on est encore socialement désirable. Pour les autres, il va de soi que le renoncement à toute sexualité va de pair avec l’avancée en âge, par une sorte de mise en équation entre vieillissement du corps et dépérissement du désir et des pulsions sexuelles. La sexualité déserterait les corps non désirables parce qu’âgés. Ce processus naturel ne serait-il pas plutôt le commode habillage de normes distillées par le jeunisme ambiant et par des parois de verre invisibles mais combien agissantes confinant la sexualité dans un temps restreint et restrictif ? Pas avant le mariage, pas après la ménopause. Alors que les luttes féministes sont parvenues à délier sexualité et procréation, voilà que l’ordre des âges prend le relais pour tenir en respect une sexualité temporellement balisée. En outre, il conviendrait d’assumer l’évidence de cette règle, en d’autres termes il s’agirait d’accepter consciemment la mise à l’écart des vieux de la sexualité.

4Or, si l’on peut assumer sa mort puisque nul dans l’histoire et dans aucune société existante n’y a échappé, on peut en revanche refuser consciemment certaines figures de la vieillesse puisqu’elles prennent des contours et des traits variables selon les sociétés et les périodes historiques. À la condition de savoir comment la vieillesse pénètre dans la conscience, et en retour à la condition de saisir ce que la prise de conscience fait à la vieillesse dans son rapport à la sexualité. La conscience de genre constitue à cet égard une ressource agissante et un puissant analyseur des formes d’appropriation, voire de subversion des états du désir à un âge avancé, mais également des liens entre vieillesse et sexualité, du moins peut-on en faire l’hypothèse. Cet article en effet est programmatique ; il entend suggérer des pistes d’investigation, sorte de premier canevas de questions qui doivent trouver leur traduction empirique et problématique à mesure d’une réflexion et de terrains en cours d’élaboration. La visée de ce work in progress est de ré-ouvrir la question des tensions et contradictions entre vieillesse et sexualité à partir tout d’abord d’une analyse d’écritures romanesques contemporaines, et à partir d’une enquête orale avec des militantes féministes des années 1970. Si l’on veut saisir, en effet, ce que le genre et la conscience de genre font à une vieillesse qui ne renoncerait pas au désir sexuel, il faut pouvoir mettre en perspective les discours des deux genres. Cette confrontation est possible s’agissant de romans et d’autobiographies d’écrivains et d’écrivaines, elle l’est moins dès lors qu’il faudrait trouver le pendant masculin à cette génération de militantes féministes.

  • 1  Sapiro Gisèle, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (xixe-xxe s (...)
  • 2  Aragon Louis, Le mentir-vrai. Nouvelles, Paris, Gallimard, 1980.

5Toutefois, confronter l’écrit et l’oral suppose un certain nombre de précautions méthodologiques. L’écriture romanesque ou autobiographique en tant que genre littéraire, et les dispositions des écrivains à être responsables1 ou à mentir-vrai2 pose moins la question de l’authenticité des descriptions, des emprises de la vieillesse sur les arrangements sexuels, que celle des stratégies proprement littéraires visant à réhabiliter esthétiquement ou à donner une image misérabiliste, crue et cruelle de la vieillesse face au renoncement ou à la volonté d’exister sexuellement. À l’inverse, susciter par entretien la parole de féministes légitimées par l’histoire du mouvement féministe des années 1970 relève d’un autre type de procédure, et demande un autre régime de vigilance. La commune condition due à l’avancée en âge et la connaissance voire l’amitié, qui lient ces militantes et celle qui conduit l’entretien peuvent être un premier obstacle en raison d’une connivence présumée d’une génération à la lisière de la vieillesse. À cet égard, la mise en perspective de récits romanesques de la vieillesse d’écrivaines et les récits provoqués de militantes féministes devrait permettre de mettre au jour ce que le passage à l’écriture induit de restitution intime du soi.

Les aveux romanesques

  • 3  Ferney Alice, Le ventre de la fée, Arles, Actes Sud, 1993 ; L’élégance des veuves, Arles, Actes Su (...)

6En procédant soit par couplage littéraire, soit en constituant un corpus raisonné sexué, on voudrait saisir ce que l’âge, l’appartenance de classe et de genre de romanciers et de romancières font à la sexualité, et comment ces quatre socles de l’identité recomposent les façons de vivre et d’envisager la vieillesse. Les couples littéraires Philip Roth/Alice Ferney ou encore Serge Doubrovsky/Annie Ernaux, pour incongrus que puissent apparaître ces assemblages, semblent constituer des figures souvent inversées de sexualisation d’une vie qui vient buter sur la vieillesse. Toute l’œuvre de Philippe Roth peut être lue comme un essai pour comprendre ce qu’est un homme et ce qu’est une femme à travers la sexualité, et comment la sexualité est reconfigurée selon les différents registres du désir à mesure de l’âge. Quatre livres notamment Professeur de désir (1979), Le sein (1984), Un homme (2006), Rabaissement (2009) scandent la carrière sexuelle des personnages masculins de Philippe Roth, dont le dernier Simon Axler se donne la mort après que Pegeen le quitte pour vivre avec Tracy juste au moment où Simon éprouve le désir d’avoir un enfant avec elle. La différence d’âge et de genre, la réorientation sexuelle, les désirs antagonistes qui affleurent inopinément forment un dispositif déjà présent dans les autres ouvrages, mais porté là à l’incandescence. À rebours de ces désillusions, l’œuvre d’Alice Ferney3, qui pourrait se situer dans le courant « féminitude » ou à tout le moins dans la veine d’une écriture-femme, explore les méandres du sentiment amoureux hétérosexuel, puis une sorte d’effacement de la vieillesse et de la mort par la transmission en lignée féminine de la puissance fécondante des mères par laquelle toute nouvelle naissance viendrait démentir la finitude.

  • 4  Voir le séminaire de Delphine Naudier sur ce sujet.

7Le couple littéraire Serge Doubrosky/Annie Ernaux semble plus improbable encore tant leurs romans respectifs sont désaccordés. Cette absence même de concordances retient toutefois l’intérêt. L’ensemble de l’œuvre de Serge Doubrovsky pourrait s’intituler le journal d’un séducteur/destructeur, sous l’emprise d’une véritable addiction au sexe. La différence d’âge des partenaires, les écritures enlacées d’une femme et d’un homme dans l’Après-vivre (1994), l’orthopédie sexuelle d’un homme vieillissant « qui a la mort entre les jambes, un sous-homme » dans Laissé pour conte (1999), composent ce que l’auteur appelle une autofiction qui pour reprendre ses termes « tue une femme par livre ». À l’opposé, dans son livre Une passion simple, Annie Ernaux raconte les métamorphoses d’une femme mûre sous l’effet d’un corps à corps sexuel avec un homme dont elle ne partage ni les idées ni les goûts, devenant ainsi une sorte de « midinette » selon certains critiques littéraires, alors même que son œuvre entre en résonance avec le féminisme matérialiste4.

8Tout laisse penser que la vieillesse pour ces romanciers et d’autres encore marque la fin des illusions, armature de toute leur vie : fin de la célébrité, impuissance sexuelle, mise en échec du pouvoir de séduction antérieur, en sorte qu’ils ne seraient tout simplement plus des hommes. Ces désirs décrits douloureusement lorsqu’il s’agit de leur propre vieillesse font place à une symphonie d’affects et à une gamme de douleurs sans pareilles dès que les romanciers écrivent sur la mort de leur père ou de leur mère, tel par exemple, Henry Bauchau (2003). Dès lors, il semble fécond de croiser ces écritures de la vieillesse et de la mort pour tenter de saisir les moments où se perd la qualité d’homme, alors qu’en tant que fils se reconfigure cette même qualité. Les romancières quant à elles semblent défier la vieillesse soit par l’exploration d’une sexualité déliée de tout sentiment amoureux au profit de la passion, soit en projetant une sexualité procréatrice sur les générations suivantes pour attester de la continuité du désir féminin.

9En outre, pour faire le lien avec l’enquête concernant les militantes féministes, on restituera la façon dont Simone de Beauvoir construit la relation entre avancée en âge et sexualité, des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) à La Vieillesse (1970) en passant par La Force de l’âge (1960), mais également Une mort très douce (1964), puis La cérémonie des adieux (1974)relatant l’intime proximité vécue avec le cadavre de Sartre. Non que l’on veuille constituer l’œuvre de Simone de Beauvoir en autobiographie emblématique du rapport entre âge et vieillesse, mais les expériences bisexuelles et la puissance réflexive de cette philosophe ont toutes chances de s’avérer être un fil conducteur et introducteur aux arrangements entre vieillesse et sexualité de la génération féministe suivante.

Révolution sexuelle silencieuse ou solitude individuelle ?

10En toute logique, on peut postuler que la fraction historique de la génération féministe des années 1970 a incorporé dans les luttes une conscience de genre qui devrait s’actualiser dans son rapport à une vieillesse désirante, dans la mesure où, dotée d’une réflexivité en raison d’un capital scolaire élevé (Picq, 2011), elle inventerait des manières de penser et de vivre à nouveaux frais vieillesse et sexualité. Cette génération a déjà fait ses preuves : mon corps m’appartient, je décide ou non de mon éventuelle fécondité, je remets en question l’hégémonie de l’hétérosexualité, toutes luttes qui dénaturalisent les comportements dits personnels pour les ancrer dans le politique. Ces normes s’appliquent-elles à présent au corps vieillissant, et peut-on saisir les prémisses d’une autre politique de la vieillesse et de la sexualité ? Est-on militante jusqu’au bout de ses forces, en prenant en charge ce que l’âge fait au genre et à la sexualité, et comment la conscience de genre reconfigure-t-elle ou non la vieillesse ?

  • 5  Séminaire à l’EHESS, années 2010-2012.
  • 6  On a proposé quelques hypothèses à ce sujet dans un article : « Ré-enchanter la vieillesse », Mouv (...)
  • 7  Rubin Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie du sexe, Paris, EPEL, 2010.
  • 8  Idem, chapitre VII, « Etudier les subcultures sexuelles », p. 381.

11Ces questions se sont progressivement élaborées à l’occasion d’un séminaire intitulé « Ce que célébrer les 40 ans du MLF veut dire »5. En invitant plusieurs féministes historiques à restituer et à transmettre la mémoire de leur engagement à un jeune public étudiant, au-delà de leurs exposés, ce sont les signes de vieillissement des intervenantes imprimés en moi qui m’ont introduite à ma propre vieillesse et à la leur. Un vieillissement au demeurant naturel, sans artifice, sans honte apparente de vieillir, comme si le corps était tout entier redressé par l’intelligence, par la curiosité en éveil, par la lutte militante comme eau de jouvence. Mais sous la plage, restent-ils des pavés en forme de solitude ? Quels sont donc leurs arrangements avec le vieillir ? Ce vieillissement naturel est-il socialement travaillé et comment ? À les regarder, tout laisse penser que le militantisme est un puissant antidote à la vieillesse, mais alors pourquoi la vieillesse n’est-elle pas devenue un thème de luttes féministes6 ? Plus encore, il s’agit d’explorer une sorte d’anthropologie du sexe7 vieillissant à partir des reconfigurations des pratiques sexuelles, des reconversions possibles au lesbianisme ou à la bisexualité, bref de mettre au jour une sorte de révolution silencieuse des pratiques sexuelles. À côté ou parallèlement aux subcultures sexuelles8, peut-on saisir ce que les « hors-la-loi du sexe » pour cause de vieillissement inventent pour résister à la violence de leur mise à l’écart. Certes, on peut se demander si la révolte contre une vieillesse asexuée ne reste pas secrète, mais les conditions sociales et politiques faites aux vieux pourraient faire l’objet de luttes féministes, comme en d’autres temps ce fut le cas pour les conditions d’accueil des « filles-mères » dans des foyers spécialisés. Mais surtout, la liberté et l’autonomie, si chèrement acquises tout au long de la vie de ces militantes, comment les feront-elles valoir quand les déprises successives les dépossèderont de leur agir devenu seconde peau ? Existe-t-il une préparation féministe à la vieillesse qui rompt résolument avec les carcans lénifiants et normatifs d’une vieillesse sur papier glacé désexualisée mais heureuse ? Serait-ce cela la sagesse ?

12Toutefois, reste une inconnue de taille qui tient à la possibilité même d’un entretien sur ces sujets. En effet, le récit sur le rapport à la vieillesse et à la sexualité de cette génération vient à rebours des sollicitations auxquelles ces féministes sont rompues. Habituées à restituer leurs trajectoires militantes, ces féministes accepteront-elles de retracer leurs carrières sexuelles ? Médias, étudiant-e-s et historiennes les convoquent pour saisir leur mémoire des luttes et leur trajectoire d’engagement alors qu’avec cette recherche il s’agit de préfigurer un temps marqué au sceau de la finitude. Il ne s’agit plus de parler du passé, mais du présent et de l’avenir. Or, l’avenir de ces militantes est structuré, travaillé, informé par leur passé s’agissant de leur engagement féministe actuel, mais en est-il de même pour ce qui concerne les relations entre vieillesse et sexualité ? La reconversion au lesbianisme fait-il partie des arrangements des exclues du marché hétérosexuel ? En effet, une première lecture des ouvrages écrits par des romanciers met au jour la centralité du couplage impuissance sexuelle/entrée dans la vieillesse, quand des recherches montrent que l’âge avancé pour les gays est un élément de leur éviction du marché sexuel. Qu’en est-il pour les féministes ? Comme pour toutes les hétérosexuelles, être vieille est un motif d’exclusion du marché sexuel, mais en va-t-il de même pour les féministes lesbiennes ? Sans compter que la catégorie des « femmes mûres » est l’objet de fantasmes masculins, figurant dans le répertoire des pornographes (Trachman, 2011), tout comme elle est devenue une niche du marché des cosmétiques et de la chirurgie réparatrice. Face à la dévaluation des vieilles sur le marché de la sexualité, que devient le désir, celui-là même qui se métamorphosait en paroles et en actes pendant la décennie 1970, matrice de l’engagement politique ?

13La réception à ces questions est loin d’être assurée, en raison du contexte actuel où l’adage « le personnel est politique » est désormais en déshérence. Susciter le discours de féministes pour qui ce ne fut pas un simple slogan ne garantit nullement le passage à la parole. Le seul atout capable de lever les réticences tient à l’appartenance à une même génération, permettant de maîtriser et de naviguer entre les deux contextes. L’acceptation ou le refus font d’évidence partie du procès de recherche, et le déplacement de l’entretien sur les arrangements entre sexualité et vieillissement devrait au demeurant susciter un intérêt en ce que ces entretiens participent à un essai pour saisir éventuellement un point de vue féministe sur la vieillesse.

14On le voit, cette recherche entend combler les silences du féminisme concernant la vieillesse pro-sexe ou sans sexe, en cherchant les raisons d’une omerta collective ou au contraire en mettant au jour des initiatives peu connues et des alternatives aux discriminations sexuelles dues à l’avancée en âge. À cet égard, accepter ou refuser un entretien constituera déjà un indice de l’héritage encore agissant ou du délitement du caractère politique du privé.

Assumer le point de vue savant

  • 9  Lagrave Rose-Marie, Le village romanesque, Arles, Actes-Sud, 1980.

15Toutefois, un autre obstacle de la recherche tient aux caractéristiques des deux corpus retenus. En effet, l’un et l’autre vont permettre de saisir le rapport qu’une fraction des classes cultivées entretient à la vieillesse. Or, jusqu’à présent, aucune recherche ne m’a conduite à travailler sur les classes cultivées. Des romanciers, je n’ai retenu que les « écrivains paysans »9, et l’essentiel de mes travaux concerne les classes populaires. Ce qui pourrait constituer un handicap peut aussi constituer un défi. Assumer le point de vue savant sur cette thématique, c’est penser que probablement ceux et celles qui ont le pouvoir d’écrire et de se dire sur un sujet aussi sensible sont aussi celles et ceux qui ont la capacité de préfigurer des tendances les plus novatrices concernant les expériences sexuelles de la vieillesse, en raison des ressources de différente nature qu’elles et qu’ils ont pu mobiliser tout au long de leur vie, en sorte qu’ils n’arrivent pas socialement démuni-e-s au grand âge. Sans postuler une vieillesse enchantée, ces informateurs possèdent nombre d’atouts pour affronter le dépérissement corporel et social de soi, et l’on peut raisonnablement s’attendre à des stratégies pratiques pour conserver une part d’autonomie. Mettre en perspective les conditions matérielles, sociales et politiques de ces romanciers et de ces militantes avec les façons de fabriquer une vieillesse sexualisée permettra de nuancer les effets de genre par la position de classe. Toutefois, il ne s’agit nullement de mettre au jour une sorte d’avant-garde du jouir et du vieillir noblement. Tout au contraire, l’enjeu est de montrer comment les positions de classe construisent des polarités et des distinctions entre une vieillesse qui a les moyens de s’assumer et celle des gens de peu qui font de nécessité vertu. Le regard savant souligne ainsi en creux l’avers et l’aversion pour la vieillesse populaire.

Stigmate indélébile et répression sexuelle

16Tout laisse penser que la vieillesse serait le stigmate des stigmates. Tant que la vieillesse est celle des autres, on l’appréhende sur le seul mode de la discrimination. Quand elle vient accoster son propre corps, puis invasive s’enrôler dans l’esprit, alors la discrimination incorporée devient stigmate. La vieillesse devenue stigmate semble ainsi prendre le pas sur les discriminations de genre, de sexualité, de classe et peut être de race, non pour les annuler mais pour les subsumer. Pour deux raisons au moins. Son caractère irréversible d’abord : pas de réassignation possible, pas de trouble dans les âges, pas de transfuge de classe ; son devenir, c’est la mort. Le silence féministe et politique ensuite : hormis les aménagements réformistes à caractère social, aucune lutte féministe ne vient perturber l’ordre des âges, et proposer des alternatives collectives au vieillir chacun pour soi. La solitude créée par l’évitement des vieux et distillée aussi par une sollicitude surfaite n’est pas seulement un sentiment qui viendrait avec l’âge ; elle vient de soi. Elle est tellement incorporée qu’elle fait le vide autour de soi, comme la peste et le choléra, inguérissables eux aussi. La solitude met non seulement à bonne distance les personnes âgées, mais elle leur fait prendre en charge leur mise à l’écart par l’intériorisation du sentiment d’être de trop, encore là ou pas assez présentes. Ils ne sont jamais à leur place, les vieux, parce qu’ils n’ont plus de place sociale. Dans les années 1970, les femmes elles aussi occupaient des places subalternes. Les luttes féministes ont réussi à leur ménager l’accès à des postes et à des responsabilités jusqu’alors impensables. En toute logique, cette génération féministe pourrait faire advenir une vieillesse impensable. C’est du moins ce que voudrait tester cette recherche, non sous forme d’une recherche-action, mais d’une recherche visant à mettre au jour ce qui se trame d’invention ou de consentement aux normes de la vieillesse sous l’apparent silence féministe.

17Quoique stigmatisée, la vieillesse reste pensable, alors que la sexualité des vieux est, elle, réprimée. Socialement déniée, elle devient obscène dès que les vieux donnent des signes de désir sexuel. Caricatures, adjectifs méprisants, rappels à l’ordre des enfants et des personnels soignants viennent contrecarrer toute velléité de sexualisation de la vie. Cette phobie ambiante distille une violence symbolique d’autant plus masquée et agissante qu’elle s’incorpore progressivement au cortège des dé-saisissements de soi, en sorte que le renoncement sexuel en vient à valider cette violence. Cette violence symbolique est fondée sur une définition biologique de la sexualité, disqualifiée par l’âge biologique, réduisant ainsi des expériences érotiques à des fonctions biologiques. Dans ce sens, en raison de leur âge, les vieux sont censés être sexuellement rassasiés pour le restant de leurs jours. Or, ce type de raisonnement laisse dans l’ombre les possibles reconfigurations de la libido dominandi des hommes affectés d’une impuissance sexuelle, conduits dès lors à explorer d’autres registres de la sexualité, tout comme de nouveaux désirs sexuels peuvent venir aux femmes enfin débarrassées des charges mentales et pratiques de la famille et du travail. Or, aucune consécration féministe ou politique ne vient légitimer la sexualité des vieux ; aucune histoire de la sexualité ne met la focale sur cette classe d’âge, présupposant ainsi le dépérissement tenu pour certain du désir. La sexualité des vieux reste honteuse, cachée, réprimée et reléguée dans les coulisses de la société. À cet égard, seules les fictions romanesques semblent ménager un espace transgressif à des aveux impossibles sans le passage par l’écriture. Raison pour laquelle, en cas de refus d’entretiens sur ce sujet, il est toujours possible de revenir aux romans et aux autobiographies, voire de susciter des écrits sur la vieillesse ou encore des journaux intimes de vieilles, ces Miroirs d’encre (Beaujour, 1980), réplique inversée du Moi des demoiselles (Lejeune, 1993). La boucle est ainsi bouclée : l’écrit peut éveiller la parole, et la parole peut s’inscrire en toutes lettres. À l’angoisse de la perte de la virginité ou aux premiers émois sexuels dans les journaux des jeunes filles en fleurs pourraient ainsi correspondre les dernières tribulations des vieilles désirantes.

Haut de page

Bibliographie

Aragon Louis, Le mentir-vrai. Nouvelles, Paris, Gallimard, 1980.

Bauchau Henry, La déchirure, Arles, Actes-Sud, 2003.

Beaujour Michel, Miroirs d’encre, Paris, Seuil, 1980.

Beauvoir de Simone, Mémoires d'une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, 1958.

Beauvoir de Simone, La force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960.

Beauvoir de Simone, Une mort très douce, Paris, Gallimard, 1964.

Beauvoir de Simone, La femme rompue, Paris, Gallimard, 1968.

Beauvoir de Simone, La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970.

Beauvoir de Simone, La cérémonie des adieux, Paris, Gallimard, 1974.

Doubrovsky Serge, Le livre brisé, Paris, Grasset, 1989.

Doubrovsky Serge, L’après-vivre, Paris, Grasset, 1994.

Doubrovsky Serge, Laissé pour conte, Paris, Grasset, 1999.

Ferney Alice, Le ventre de la fée, Arles, Actes Sud, 1993.

Ferney Alice, L’élégance des veuves, Arles, Actes Sud, 1995.

Ferney Alice, La conversation amoureuse, Arles, Actes Sud, 2000.

Lagrave Rose-Marie, Le village romanesque, Arles, Actes-Sud, 1980.

Lagrave Rose-Marie, « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, 2009, n°3, vol. 59, pp. 113-122.

Lejeune Philippe, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

Picq Françoise, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Paris, Editions dialogues.fr, 2011.

Roth Philippe, Professeur de désir, Paris, Gallimard, 1979.

Roth Philippe, Le sein, Paris, Gallimard, 1984.

Roth Philippe, Un homme, Paris, Gallimard, 2006.

Roth Philippe, Le rabaissement, Paris, Gallimard, 2009.

Rubin Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie du sexe, Paris, EPEL, 2010.

Sapiro Gisèle, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe- XXe siècle), Paris, Seuil, 2011.

Trachman Mathieu, « Des hétérosexuels professionnels. Genre, sexualité et division du travail dans la pornographie française (1975-2010) », thèse de doctorat en sociologie EHESS, 2011.

Haut de page

Notes

1  Sapiro Gisèle, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (xixe-xxe siècle), Paris, Seuil, 2011.

2  Aragon Louis, Le mentir-vrai. Nouvelles, Paris, Gallimard, 1980.

3  Ferney Alice, Le ventre de la fée, Arles, Actes Sud, 1993 ; L’élégance des veuves, Arles, Actes Sud, 1995 ; La conversation amoureuse, Arles, Actes Sud, 2000.

4  Voir le séminaire de Delphine Naudier sur ce sujet.

5  Séminaire à l’EHESS, années 2010-2012.

6  On a proposé quelques hypothèses à ce sujet dans un article : « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, 2009, n°3, vol 59, pp. 113-122.

7  Rubin Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie du sexe, Paris, EPEL, 2010.

8  Idem, chapitre VII, « Etudier les subcultures sexuelles », p. 381.

9  Lagrave Rose-Marie, Le village romanesque, Arles, Actes-Sud, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave, « L’impensé de la vieillesse : la sexualité », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/2154 ; DOI : 10.4000/gss.2154

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Lagrave

Directrice d’études à l’EHESS
EHESS, Iris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org