Skip to navigation – Site map
Dossier

Les transformations de la vie sexuelle après cinquante ans : un vieillissement genré

Aging and gender. Changes in sexual lives after 50
Nathalie Bajos and Michel Bozon

Abstracts

In the past few decades, many changes have affected sexuality in the French society, notably among the elderly. Comparisons between surveys on sexual behavior carried out in 1970 and 2006 show that sexual activity after 50 has intensified and diversified over time and that differences in sexual attitudes and experiences of women and men have eroded. Yet a trend towards an earlier withdrawal of interest in sexuality is still experienced by women as soon as 50, when they leave the reproductive phase of their life, while men manifest a drop in interest for sex only ten years later, when they retire from work.

Top of page

Full text

1La prolongation de la vie sexuelle aux âges avancés est un changement marquant des dernières décennies du xxsiècle, en France comme dans de nombreux pays (Gaymu, Delbès, 1997 ; Bajos, Bozon, 2008 ; Kleinplatz, 2008). Elle est liée à l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé, aux évolutions de la médecine, à l’amélioration du statut social et matériel des personnes âgées et à l’accroissement de l’autonomie des femmes. Les nouvelles générations de femmes âgées ont connu des carrières professionnelles plus continues que leurs aînées, et ont pu bénéficier de la contraception médicale à l’âge adulte. Ayant connu moins souvent l’expérience du veuvage, elles vivent plus longtemps en couple, mais connaissent aussi plus souvent l’expérience de la séparation et du divorce. Les aîné-e-s et les retraité-e-s ont désormais les dispositions et les ressources pour profiter de loisirs et d’une sociabilité autonomes ne se limitant pas à la fréquentation de leur famille (Gaymu, Delbès, 1995). L’invention et la valorisation sociale d’un âge de vieillesse active et autonome, le « troisième âge », dans le prolongement de la retraite, contribuent à faire reculer les préventions traditionnelles contre la sexualité chez les âgé-e-s.

2Construction sociale et psychologique élaborée à partir d’une réalité biologique, la ménopause ne marque plus la fin de la vie sexuelle des femmes, comme c’était encore le cas pour beaucoup d’entre elles dans les années 1960 (Delanoé, 2006). Si elle est devenue un passage moins traumatisant, c’est que le traitement préventif de ses conséquences physiologiques s’est fortement amélioré – en raison de la demande sociale des femmes - et que ses conséquences psychosociales se sont réduites, notamment en raison de la présence plus continue des femmes sur le marché du travail, qui les rend moins dépendantes de la dimension familiale et privée de leur identité sociale.

Une révolution sexuelle chez les plus de 50 ans ? Une comparaison entre l’enquête Simon (1970) et l’enquête CSF (2006)

  • 1  L’enquête Simon est une enquête en face à face, avec une partie auto-administrée, auprès de person (...)

3La France est un des rares pays dans lesquels trois enquêtes nationales sur les comportements sexuels de la population ont été réalisées en quatre décennies. Une comparaison entre l’enquête menée en 1970 (enquête Simon) et l’enquête CSF de 20061 fait apparaître de profondes transformations dans la vie sexuelle des aîné-e-s au cours des dernières décennies : une prolongation de la période de vie sexuelle à des âges plus avancés, une intensification de l’activité sexuelle et une diversification des pratiques, un rapprochement des attitudes et des expériences des femmes et des hommes.

Tableau 1 - Attitudes à l’égard de la sexualité chez les plus de 50 ans. Une comparaison entre l’enquête Simon (1970) et l’enquête CSF (2006)

Enquête Simon 1970

Personnes mariées

de plus de 50 ans

Enquête CSF 2006

Personnes en couple

ou relation stable

(50-69 ans)

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Ont eu des rapports sexuels :

- dans les 12 mois (%)

- dans les 4 semaines (%)

-

62 (77*)

53 (65*)

-

49 (69*)

37 (52*)

-

95

86

-

86

79

Nombre moyen de rapports (4 semaines)

5,2

6,0

6,7

6,5

Durée moyenne rapports (minutes)

18

15

22

21

Des rapports sexuels sont nécessaires pour être bien (% d’accord)

-

58

-

33

-

69

-

55

Voudrait avoir (%)

 - plus de rapports

 - moins de rapports

 - c’est bien comme ça

-

20 (26*)

5 (7*)

51 (67*)

-

7 (11*)

12 (19*)

45 (70*)

-

24

1

75

-

12

3

85

A des rapports pour faire plaisir au partenaire sans en avoir vraiment envie (%)

 - souvent

 - parfois

-

-

-

6 (7*)

46 (52*)

-

-

-

30 (34*)

53 (61*)

-

-

-

2

27

-

-

-

10

54

Qui prend le plus souvent l’initiative (1970) ?

Qui en avait le plus envie (2006) (dernier rapport) ? (%)

 - L’homme

 - La femme

 - Les deux

-

-

-

-

59 (69*)

1 (1)

20 (24*)

-

-

-

-

58 (70*)

1 (1)

16 (19*)

-

-

-

-

23

4

72

-

-

-

-

3

27

70

* Pourcentage calculé en excluant les non réponses

4Le tableau 1 présente un certain nombre d’indicateurs d’intensité et de qualité de la vie sexuelle des personnes de plus de 50 ans interrogées en 1970 comparée aux personnes de 50 à 69 ans en 2006. La population examinée en 1970 est celles des personnes mariées, comparée aux personnes en couple et en relation stable en 2006. Ce changement de définition est lié à l’évolution des formes de relations dans les dernières décennies, et en particulier au déclin du mariage, auquel se substituent des formes d’union plus variées.

5La base de données initiale de l’enquête de 1970 ayant été perdue, les données existent seulement sous forme imprimée (Simon et al, 1972). L’ouvrage de résultats présente l’ensemble des questions posées, ventilées par grandes variables sociodémographiques. La variable d’âge distingue trois groupes (20-29 ans, 30-49 ans, 50 ans et plus), et le groupe des personnes mariées est séparé au sein de l’ensemble de la population. Les personnes de plus de 50 ans peuvent avoir plus de 70 ans, mais en limitant l’analyse aux personnes mariées, on minimise l’effectif des personnes très âgées, en raison de taux de veuvage encore élevés. L’enquête CSF quant à elle ne dépasse pas la limite de 69 ans.

6Tous les indicateurs concordent pour indiquer une augmentation de l’activité sexuelle chez les plus de 50 ans pendant la période étudiée. En supposant que les non-réponses de 1970 correspondent plutôt à une absence d’activité sexuelle, on passe de 49% de femmes et 62% d’hommes sexuellement actifs dans l’année parmi les personnes en couple de plus de 50 ans, à 86% et 95% respectivement en 2006. Les proportions de celles et ceux qui ont eu une activité sexuelle dans les quatre dernières semaines doublent, le nombre moyen de rapports dans le dernier mois s’élève, ainsi que la durée des rapports sexuels. L’idée que l’activité sexuelle est un élément nécessaire du bien-être se diffuse : alors que les réponses des hommes et des femmes différaient fortement sur ce point en 1970 (58% des hommes de plus de 50 ans le pensaient et seulement 33% des femmes), elles se sont rapprochées sensiblement en 2006 (69% et 55% respectivement). L’injonction contemporaine à avoir une vie sexuelle régulière est majoritairement intériorisée par les âgé-e-s également.

7En outre, alors que les données recueillies en 1970 traduisaient un régime où la sexualité aux âges élevés (comme aux autres âges) fonctionnait selon des normes explicitement différentes selon le sexe, on est passé à une représentation beaucoup plus égalitaire de l’interaction entre les sexes et à un bouleversement dans le scénario du rapport sexuel conjugal. À une question posée en 1970 : « qui prend l’initiative d’avoir un rapport sexuel ? », répond une question posée en 2006 : « au moment du dernier rapport sexuel, d’après vous, qui avait le plus envie ? » La formulation de la question en 1970 reflète une représentation de l’activité sexuelle datée et caractéristique de l’époque. Comme l’objet visé et les modalités de réponse proposées sont les mêmes, l’évolution des réponses peut néanmoins être interprétée. Alors qu’en 1970, hommes et femmes déclarent aux deux tiers que les rapports sexuels résultent d’une initiative de l’homme, en 2006, 70% - sans différences entre les hommes et les femmes - déclarent qu’au dernier rapport l’envie était partagée. Le changement est spectaculaire. Une norme pratique se dégage de ces réponses. L’idée dominante en 1970, très intériorisée par les femmes, était que les rapports sexuels se produisaient au fond quand les hommes le voulaient. Dans les années 2000 en revanche, l’acte sexuel paraît massivement inscrit dans un script interpersonnel, dont l’envie mutuelle des partenaires fait normalement partie. Il est vrai que les hommes et les femmes jeunes interrogés en 1970 (ceux qui avaient entre 20 et 29 ans) avaient déjà des représentations plus égalitaires que leurs aîné-e-s de l’époque (résultats non présentés), mais au fil de l’âge, ils ont poussé beaucoup plus loin cette transformation du scénario du rapport sexuel.

8Une question posée sous la même forme en 1970 et en 2006 complète le résultat précédent. Elle porte sur l’expérience d’avoir souvent ou parfois des rapports sexuels pour faire plaisir à son partenaire sans en avoir envie soi-même. Alors que 30% des femmes en 1970 avaient fréquemment ce genre d’expérience, elles ne sont plus que 10% en 2006. Néanmoins, aujourd’hui encore, l’écart entre hommes et femmes reste fort sur ce point (voir seconde partie de l’article), et l’expérience occasionnelle de se résigner pour faire plaisir au partenaire n’a pas du tout disparu en 2006 (54% des femmes). Même si, elle a beaucoup reculé au fil du temps, la pratique d’une sorte de devoir conjugal demeure chez les femmes. Une question complémentaire portait sur la satisfaction à l’égard de la fréquence des rapports sexuels. Une minorité significative des femmes en 1970 (entre 12 et 19%) disait souhaiter avoir moins de rapports sexuels, ce qui indiquait une impossibilité pour elles d’agir sur la demande du partenaire. Elles ne sont plus que 3% dans ce cas en 2006.

Tableau 2 - La sexualité chez les plus de 50 ans : partenaires, pratiques, représentations. Comparaison entre l’enquête Simon et l’enquête CSF

Enquête Simon 1970

Personnes mariées

de plus de 50 ans

Enquête CSF 2006

Personnes en couple

ou relation stable

 (50-69 ans)

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Nombre moyen de partenaires au cours de la vie

10,9

1,4

12,8

3,6

Masturbation (au moins une fois dans la vie)

62

15

87

52

Sexualité orale (au moins une fois)

47

41

90

85

Orgasme (femmes)

1970 : toujours ou presque

2006 : au dernier rapport

-

-

32 (40*)

-

-

79

Proportion très satisfaits de leur vie sexuelle** (%)

45 (53*)

14 (17*)

35

35

A déjà lu des livres érotiques (1970), a déjà vu des films pornographiques (2006) (%)

-

52

-

28

-

82

-

70

Déjà eu des rapports avec des prostituées (hommes)

44

--

27

--

Opinion à l’égard de la prostitution

- Nécessaire

- Inévitable (à réglementer)

- Intolérable (à faire disparaître ou reculer)

-

11

66

23

-

10

55

35

-

16

60

24

-

9

50

41

* Pourcentage calculé en excluant les non réponses
** Population : personnes qui ont eu des rapports sexuels dans les 12 mois

9Le tableau 2 compare des indicateurs de pratique sexuelle entre 1970 et 2006. Si le nombre moyen de partenaires sexuels a légèrement progressé parmi les hommes, il a fortement augmenté parmi les femmes, ce qui indique une diversification des expériences affectives au cours de la vie. Un bon exemple de l’élargissement du répertoire sexuel des couples est la proportion de personnes de plus de 50 ans qui ont eu l’expérience de pratiques de sexualité orale, qui passe d’environ deux sur cinq en 1970 à près de neuf sur dix en 2006. Un changement très marqué que l’on peut inférer – malgré des questions de nouveau différentes dans leur formulation - concerne l’expérience de l’orgasme lors des rapports sexuels parmi les femmes de plus de 50 ans. Alors que, seulement un tiers d’entre elles disaient en 1970 en avoir toujours ou presque lors des rapports sexuels, les quatre cinquièmes déclarent en 2006 en avoir obtenu un lors de leur dernier rapport. Cette plus grande capacité à obtenir l’orgasme est à rapprocher de la diffusion de la masturbation, en forte augmentation chez les femmes, mais aussi chez les hommes. On peut dire qu’il y a à la fois développement de l’individualisme et de la réciprocité entre partenaires, ce que traduit bien l’évolution de la satisfaction à l’égard de la vie sexuelle, qui était très faible parmi les femmes mariées de plus de 50 ans en 1970 (une femme sur sept très satisfaite) et bien inférieure à celle des hommes (environ un sur deux) : elle a spectaculairement progressé au fil du temps, et converge entre les deux sexes. Toutes ces évolutions sont liées à un climat sexuel plus ouvert qui facilite la déclaration de pratiques autrefois minoritaires dans une enquête.

10La plus grande visibilité culturelle de la sexualité contribue à l’élargissement du répertoire sexuel des âgés. Alors qu’en 1970, la moitié des hommes de plus de 50 ans et un quart des femmes disaient avoir lu au moins un livre érotique dans leur vie, les aînés de 2006 sont une immense majorité à avoir déjà vu des films pornographiques, les hommes ayant eu cette expérience bien plus fréquemment que les femmes.

11Il y a un recul certain du recours à la prostitution chez les hommes, puisque la proportion des hommes en couple de plus de 50 ans qui ont eu des rapports avec des prostituées passe de 44% en 1970 à 27% en 2006. On observe cependant que les opinions à l’égard de la prostitution, parmi les personnes de plus de 50 ans, changent très peu au fil du temps. Le groupe, le plus important, est toujours celui que l’on peut qualifier de « réglementariste » (environ 60% des hommes et 50% des femmes). Le groupe « abolitionniste », toujours plus important parmi les femmes que parmi les hommes, augmente légèrement chez ces dernières, mais sans devenir majoritaire.

12Ces derniers résultats invitent à se pencher sur les différences dans le déroulement de la vie sexuelle qui se maintiennent entre hommes et femmes après 50 ans et sur les facteurs qui peuvent les expliquer. Ainsi, si des rapprochements s’opèrent chez ceux et celles qui vivent en couple ou ont un partenaire stable, les probabilités d’être sans partenaires restent très inégales.

De la ménopause à la retraite : un désintérêt pour la sexualité plus précoce chez les femmes. Une comparaison des femmes et des hommes de plus de 50 ans en 2006

13Même si elles ne prennent plus une forme aussi radicale qu’il y a quelques décennies, des manifestations de ralentissement ou de retrait de la sexualité continuent à se produire dès 50 ans chez les femmes et une dizaine d’années plus tard chez les hommes, et il en va de même s’agissant des attitudes vis-à-vis de la sexualité. Pour le montrer, nous avons mené, à partir de l’enquête de 2006, une analyse des comportements et des attitudes des femmes et des hommes de plus de 50 ans, séparés en deux groupes d’âge (50-59 ans et 60-69 ans).

14Alors que les proportions de femmes et d’hommes sans partenaire sexuel au moment de l’enquête sont similaires aux âges les plus jeunes (à l’exception de la phase d’entrée dans la sexualité où les jeunes hommes sont plus actifs), un décrochage s’opère à l’âge de 50 ans. Les femmes sont alors de plus en plus nombreuses à déclarer n’avoir eu aucune activité sexuelle dans les douze derniers mois passée la cinquantaine, tandis que cette tendance ne se dessine chez les hommes que 10 ans plus tard (graphique 1 et tableau 3). Et les écarts entre les sexes ne cessent de s’accroître au fil de l’âge, puisque dans le groupe de plus de 60 ans, 37% des femmes n’ont pas eu de partenaire dans les 12 mois (seulement 16% des hommes). Cette moindre propension des femmes plus âgées à être en couple ou en relation stable que leurs homologues masculins du même âge résulte de la surmortalité masculine mais aussi de la préférence des hommes pour des partenaires plus jeunes (Le Van et al., 2008), comme observé également aux USA (Lindau et al., 2007).

Tableau 3 - Activité sexuelle et attitudes vis à vis de la sexualité chez les personnes de 50-69 ans

Caractéristiques

Femmes

50-59

Femmes

60-69

Hommes

50-59

Hommes

60-69

Vie en couple ou relation stable

82,9

71,7

88,6

88,0

A eu un partenaire sexuel dans les 12 mois

80,6

62,6

86,8

84,0

Dysfonctions sexuelles (souvent, parfois)*

Absence ou insuffisance de désir sexuel

Trouble de l’érection

Ejaculation précoce

Difficultés à atteindre l’orgasme

Rapports sexuels douloureux

-

-

45,5

-

-

-

40,1

16,5

-

-

47,3

-

-

-

48,3

15,2

-

-

31,3

-

27,4

44,5

-

-

-

-

42,5

-

34,3

35,3

-

-

Très satisfait-e de sa vie sexuelle*

35,9

35,3

31,0

34,4

Pratique la masturbation (souvent, parfois)

15,2

10,7

31,7

21,3

A des rapports sexuels sans pénétration avec le partenaire actuel (souvent, parfois)

-

28,9

-

26,7

-

26,9

-

24,8

A des rapports sexuels sans en avoir envie (souvent parfois)

59,5

61,0

28,8

28,8

Pensez vous qu’il y aura un moment où la sexualité ne vous intéresse plus du tout (%)

oui

c’est déjà le cas

ne sait pas

non

-

-

-

53,1

3,9

16,1

26,9

-

-

-

59,4

14,8

9,4

16,4

-

-

-

48,2

1,5

12,6

37,7

-

-

-

58,1

3,5

8,0

30,4

La sexualité est indispensable pour votre équilibre personnel (% de oui)

-

27,4

-

16,7

-

45,0

-

31,9

* personnes ayant eu des rapports sexuels dans l’année
Source : enquête CSF INSERM-INED, 2006.

Graphique 1 : Proportions de personnes qui n’ont pas eu de rapports sexuels dans les douze derniers mois, selon le sexe et l’âge (%)

Graphique 1 : Proportions de personnes qui n’ont pas eu de rapports sexuels dans les douze derniers mois, selon le sexe et l’âge (%)

Source : enquête CSF INSERM-INED, 2006.

15Si l’on restreint l’analyse aux personnes qui ont un partenaire stable, on constate que les proportions de femmes et d’hommes qui déclarent avoir eu des rapports sexuels dans l’année sont identiques jusqu’à l’âge de 60 ans et que l’écart femmes/hommes enregistré chez les 60-69 ans est relativement faible (92% pour les femmes, 97% pour les hommes). Cet écart renvoie ici principalement aux différences d’âges entre partenaires (de l’ordre de 2-3 ans).

16La prolongation de l’activité sexuelle à des âges avancés s’accompagne de troubles de la sexualité en augmentation (Camacho, Reyes-Ortiz, 2005 ; Levinson, 2008), qui sont plus marqués mais aussi plus précoces chez les femmes. Elles déclarent plus souvent que les hommes avoir eu dans les douze derniers mois souvent ou parfois « une absence ou une insuffisance de désir sexuel » : près d’une sur deux entre 50 et 59 ans contre seulement près d’un homme sur trois (tableau 3). Ce n’est que dix ans plus tard que les hommes atteignent le seuil enregistré chez les femmes à 50-59 ans. Une explication purement physiologique ou hormonale de cette diminution précoce du goût des femmes pour la sexualité serait insuffisante. Non seulement les femmes ménopausées ne déclarent pas plus que les autres femmes être confrontées à une absence ou une insuffisance de désir sexuel mais la proportion de femmes qui rapportent avoir des rapports sexuels douloureux, qui pourrait peser négativement sur leur désir, n’est que de 15% et leur fréquence n’augmente pas avec l’âge (tableau 3) contrairement à celle des femmes qui déclarent une insuffisance de désir sexuel.

17Les données sur le recours à des produits médicamenteux, comme le Viagra, pour favoriser l’érection masculine, conduisent d’ailleurs à penser que les hommes éprouvent quelques difficultés à déclarer être concernés par de tels troubles. Les hommes de 50-59 ans déclarent 4,7% d’utilisation au cours de leur vie, ceux de 60-69 ans 7,9%. Parmi les femmes de 50-59 ans, seules 2,6% déclarent qu’un de leurs partenaires a eu recours au Viagra, et celles de 60-69 ans 4,6%. En raison des écarts d’âge entre partenaires, on se serait attendu à ce que les femmes déclarent une utilisation plus importante : il y a donc visiblement un phénomène de dissimulation de la pratique par les hommes, sans doute associé aux difficultés d’expression d’une perte de virilité chez ces derniers.

18S’il est probable qu’à troubles équivalents, les femmes déclarent plus facilement une absence de désir qui ne remet pas aussi fondamentalement en cause leur identité sexuelle que pour les hommes, c’est bien aussi du côté des attentes vis-à-vis de la sexualité qu’il faut chercher les explications de ce retrait plus précoce des femmes du champ de la sexualité.

19Les attitudes vis-à-vis de la sexualité traduisent également des différences notables entre les sexes, qui pour certaines prolongent des tendances qui s’inscrivent dans tout un parcours de vie, pour d’autres attestent d’une rupture dans les biographies à des âges différents pour les femmes et les hommes. Ainsi, le fait d’avoir des rapports sexuels uniquement pour faire plaisir à son partenaire sans en avoir vraiment envie soi même, marqueur d’une attitude relationnelle de prise en compte prioritaire du plaisir de l’autre, est-il déjà bien plus souvent présent chez les femmes dès l’entrée dans la sexualité, et se retrouve encore passé l’âge de la cinquantaine (six femmes sur dix contre trois hommes sur dix déclarent connaître souvent ou parfois cette expérience - tableau 3). Dans la même logique, la pratique régulière de la masturbation, indicateur d’une attitude hédoniste et individuelle vis-à-vis de la sexualité, est beaucoup plus fréquente chez les hommes de 50-69 ans que chez les femmes du même âge, comme cela est observé aux âges plus jeunes, soulignant la difficulté persistante pour les femmes à pratiquer la sexualité hors d’un cadre partenarial.

Tableau 4 - Attitudes vis à vis de la sexualité chez les personnes de 50-69 ans qui n’ont pas de rapports sexuels depuis 12 mois (%)

N’a pas de rapports sexuels en ce moment

Femmes

50-59

N=132

Femmes

60-69

N=210

Hommes

50-59

N=33

Hommes

60-69

N=44

Est-ce plutôt parce que ?

- vous ne voulez pas

- pas trouvé de partenaire

- autres

-

46.5

45.9

7.5

-

68.4

21.0

10.6

-

12.9

58.8

28.3

-

42.4

37.1

20.5

Cela vous convient ?

- parfaitement

- vous aimeriez que cela change

- ne sait pas/refus

-

62.9

34.3

2.8

-

81.2

16.2

2.6

-

30.0

67.2

2.8

-

44.9

51.5

3.6

Êtes vous actuellement à la recherche de partenaires sexuels ?

- oui

- non

-

-

8.6

91.4

-

-

3.4

96.6

-

-

42.7

57.3

-

-

22.0

78.0

Source : enquête CSF INSERM-INED, 2006.

Graphique 2 : Proportions de personnes qui déclarent un intérêt pour la sexualité* et qui considèrent que la sexualité est indispensable pour leur équilibre personnel**, selon le sexe et l’âge (%)

Graphique 2 : Proportions de personnes qui déclarent un intérêt pour la sexualité* et qui considèrent que la sexualité est indispensable pour leur équilibre personnel**, selon le sexe et l’âge (%)

* Pensez-vous qu’il y aura un moment dans votre vie où la sexualité ne vous intéressera plus du tout ? : Oui/ C’est déjà le cas/ Non
** Selon vous, la sexualité pour votre équilibre personnel est : Indispensable / Importante mais pas indispensable / Pas très importante / Pas du tout importante / Ne sait pas
Source : enquête CSF INSERM-INED, 2006.

20Le manque d’intérêt pour la sexualité progresse régulièrement avec l’âge, à partir de 30 ans pour les femmes et de 40 ans pour les hommes, mais il reste toujours moins marqué chez les hommes. Les évolutions par âge sont comparables pour les deux sexes et à 50-59 ans, 32% des femmes contre 43% des hommes rejettent l’idée selon laquelle « il y a un moment où la sexualité ne les intéressera plus du tout (ou que c’était déjà le cas) » ; ces chiffres ne sont plus respectivement que de 18% et 33% chez les 60-69 ans. En revanche, la cinquantaine venue, une véritable décrochage se produit dans les déclarations des femmes s’agissant du sens que la sexualité revêt dans leur vie : elles ne sont plus que 28% à 50-59 ans (et 17% à 60-69 ans) à considérer que la sexualité est indispensable pour leur équilibre personnel, alors qu’elles étaient près de 40% entre 25 et 50 ans à avoir une telle attitude. Chez les hommes, une coupure se produit également mais dix ans plus tard, et ce n’est qu’à 60-69 ans qu’ils sont significativement moins nombreux à considérer la sexualité comme indispensable à leur équilibre personnel (32% contre 45% chez les 50-59 ans). Finalement, perte d’intérêt pour la sexualité et diminution de l’importance qui lui est attribuée se conjuguent dès l’âge de 50 ans pour les femmes et dix ans plus tard pour leurs homologues masculins (graphique 2).

21D’ailleurs, lorsqu’elles n’ont pas de partenaires sexuels, elles sont près d’une sur deux à 50-59 ans à déclarer que c’est parce qu’elles ne veulent pas en avoir (et 68% à 60-69 ans), chiffre enregistré chez les hommes, mais dix ans plus tard (tableau 4). Cette situation leur convient parfaitement, selon une grande majorité d’entre elles (63% des 50-59 ans et 81% des 60-69 ans) tandis que les hommes du même âge sont une minorité à exprimer un tel point de vue (30% et 45% respectivement). Ils sont d’ailleurs un certain nombre à chercher une nouvelle partenaire (43% à 50-59 ans et 22% à 60-69 ans) tandis que les femmes ne sont pratiquement jamais dans ce cas (tableau 4).

22Si l’activité sexuelle des femmes et des hommes de 50-69 ans apparaît plus proche aujourd’hui que dans les décennies précédentes, des écarts notables sont encore enregistrés entre les sexes tant dans les pratiques que dans le sens que les individus attribuent à la sexualité, sans que ces différences n’introduisent un fossé entre femmes et hommes dans la satisfaction qu’ils éprouvent à l’égard de leur vie sexuelle. Non seulement la vie sexuelle des hommes reste toujours plus active et moins soumise aux troubles de la sexualité, mais un décalage de dix ans se manifeste entre les deux sexes tant dans les pratiques que dans les attitudes qui traduisent un retrait marqué, pour ne pas dire définitif, de la sphère de la sexualité.

23Les dérèglements physiologiques liés au vieillissement ne sauraient que très partiellement rendre compte de telles différences (Bajos, Bozon, 1999 ; Nygaard, 2008 ; Kontula, Haavio-Mannila, 2009). Et, l’on peut lire dans ces résultats le fruit d’une intériorisation de rôles sexuels tout au long du parcours de vie affective et sexuelle dans un contexte social qui reste marqué par une dichotomie entre une sexualité féminine pensée sur le registre de l’affectivité et de la conjugalité et une sexualité masculine axée sur le désir et ses manifestations physiques. Ce retrait de la sexualité survient à la cinquantaine pour les femmes, au moment où elles entrent dans la phase non reproductive de leur vie, et où leur rôle de mère active perd de sa centralité. Chez les hommes, il survient à la soixantaine, au moment où ils endossent un nouveau rôle social, celui d’acteur non productif.

24Dans une perspective de dynamique des rapports de genre, on soulignera que les personnes de 50-69 ans, au centre de nos analyses, ont débuté leur vie sexuelle à une époque où la crainte des conséquences parfois dramatiques des grossesses non prévues était bien présente. On peut alors s’attendre à des évolutions marquées dans les prochaines années du fait de l’arrivée prochaine à ces âges de la vie de générations de femmes et d’hommes qui ont commencé leur vie sexuelle alors que contraception et avortement étaient largement accessibles, qui ont connu la transformation des formes familiales et un rapprochement des situations professionnelles entre les sexes et qui ont bénéficié des effets d’une socialisation secondaire à une sexualité où les attentes des femmes sont davantage prises en compte.

Top of page

Bibliography

Bajos Nathalie, Bozon Michel, « La sexualité à l’épreuve de la médicalisation », Actes de la recherche en Sciences Sociales, 128, 1999, pp. 34-37.

Bajos Nathalie, Bozon Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, La Découverte, Paris, 2008.

Camacho Maria E, Reyes-Ortiz Carlos A, « Sexual dysfunction in the elderly: age or disease? », International Journal of Impotence Research, 17, 2005, pp. 52-56.

Delanoë Daniel, Sexe, croyances et ménopause, Paris, Hachette, 2006.

Gaymu Joëlle, Delbès Christiane, « Le repli des anciens sur les loisirs domestiques. Effet d’âge ou de génération ? », Population, 3, 1995, pp. 689-720.

Gaymu Joëlle, Delbès Christiane, « L’automne de l’amour : la vie sexuelle après 50 ans », Population, 6,1997, pp. 1439-1483.

Kleinplatz Peggy, « Sexuality and older people. Doctors should ask patients, regardless of age, about sex », BMJ, 2008 (http://www.bmj.com/content/337/bmj.a239).

Kontula Osmo, Haavio-Mannila Elina, « The impact of aging on human sexual activity and sexual desire », Journal of Sex Research, 46, 1, 2009, pp. 46-56.

Le Van Charlotte, Ferrand Michèle, Levinson Sharman, « L’absence d’activité sexuelle : une singularité plurielle » in Bajos Nathalie, Bozon Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, La Découverte, Paris, 2008, pp. 333-355.

Lindau Stacy et ali, « A study of sexuality and health among older adults in the United States », The new england journal of medecine, 357, 8, 2007, pp. 762-774.

Levinson Sharman, « Les difficultés de la fonction sexuelle : contextes, déterminants et significations » in Bajos Nathalie, Bozon Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, La Découverte, Paris, 2008, pp. 484-505.

Nygaard Ingrid, « Sexual Dysfunction Prevalence Rates. Marketing or Real ? », Obstet Gynecol, 112, 5, 2008, pp. 968-9.

Top of page

Notes

1  L’enquête Simon est une enquête en face à face, avec une partie auto-administrée, auprès de personnes âgées de 20 ans et plus (N= 2625) ; l’enquête CSF est une enquête par téléphone, auprès de personnes âgées de 18 à 69 ans (N=12364).La comparaison entre les deux enquêtes doit tenir compte d’un taux de non-réponse qui peut être très élevé à certaines questions de l’enquête Simon, notamment des questions sur la sexualité dans la partie auto-administrée. Certains pourcentages sont donc calculés de deux manières différentes, soit en considérant les non réponses comme des réponses à part, soit en les excluant du calcul.

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1 : Proportions de personnes qui n’ont pas eu de rapports sexuels dans les douze derniers mois, selon le sexe et l’âge (%)
Caption Source : enquête CSF INSERM-INED, 2006.
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2165/img-1.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Graphique 2 : Proportions de personnes qui déclarent un intérêt pour la sexualité* et qui considèrent que la sexualité est indispensable pour leur équilibre personnel**, selon le sexe et l’âge (%)
Caption * Pensez-vous qu’il y aura un moment dans votre vie où la sexualité ne vous intéressera plus du tout ? : Oui/ C’est déjà le cas/ Non** Selon vous, la sexualité pour votre équilibre personnel est : Indispensable / Importante mais pas indispensable / Pas très importante / Pas du tout importante / Ne sait pasSource : enquête CSF INSERM-INED, 2006.
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/2165/img-2.png
File image/png, 26k
Top of page

References

Electronic reference

Nathalie Bajos and Michel Bozon, « Les transformations de la vie sexuelle après cinquante ans : un vieillissement genré », Genre, sexualité & société [Online], 6 | Automne 2011, Online since 01 December 2011, connection on 26 September 2017. URL : http://gss.revues.org/2165 ; DOI : 10.4000/gss.2165

Top of page

About the authors

Nathalie Bajos

Directrice de recherche à l’Inserm

Michel Bozon

Directeur de recherche à l’INED

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org