Navigation – Plan du site
Dossier

Veuves joyeuses ou honteuses ? Sexualité ou a-sexualité après 60 ans suite à la perte du conjoint

Merry widows or shamefaced widows? Sexuality or asexuality after 60 following the death of a spouse
Cécile Plaud et Béatrice Sommier

Résumés

À l’appui d’une analyse de la sexualité des veuves de plus de 60 ans, cet article se propose de questionner les normes sociales et sexuelles imposées à ce groupe dominé par le genre et par l’âge. Si l’on s’en tient au contexte de leur éducation, notamment sexuelle, et aux représentations qui en découlent, ne plus avoir de mari engendrerait une disparition des relations sexuelles pour les veuves de plus de 60 ans. Qu’en est-il réellement ? Le veuvage au féminin rime-t-il avec « a-sexualité » ? Les entretiens en profondeur de notre recherche permettent d’avancer deux enseignements principaux. En premier lieu, les veuves âgées acceptent de parler de leur sexualité. En second lieu, le veuvage après 60 ans peut rimer dans certains cas avec désir sexuel et recherche de nouveaux partenaires sexuels. Les représentations et comportements évoluent laissant augurer d’une atténuation des différences dans les rapports sociaux de sexe.

Haut de page

Texte intégral

1Les recherches sur le veuvage ont porté sur la perte identitaire (Caradec, 2004), « la déprise, la privation et le renoncement » (Lagrave, 2009), mais peu l’ont abordé sous l’angle de la sexualité. C’est ce que se propose de faire cet article en s’intéressant aux veuves de plus de 60 ans car, en Europe, la très grande majorité des personnes veuves sont des femmes de cette tranche d’âge.

2Parmi les quelques recherches existant sur la sexualité des veuves de plus de 60 ans, il ressort qu’entre 60 et 69 ans, 37% des femmes veuves ou divorcées n’ont pas de partenaires contre 16% des hommes (Bozon, 2009b, 126). Ces derniers ont en outre tendance à rechercher des partenaires plus jeunes, ce qui amplifie le déséquilibre sur le marché des rencontres. Se basant sur l’enquête ACSF 1992, Christiane Delbès et Joëlle Gaymu affirment : « chez les femmes, le veuvage implique quasiment la fin de la vie sexuelle : […] 86% de celles âgées de 60-69 ans n’ont pas eu de partenaire depuis plus d’un an » (1997, 1447).

3Ces chiffres peuvent être liés à des représentations sociales malveillantes à l’endroit de la sexualité des veuves âgées. D’une part, étant ménopausées ces femmes ne sont plus considérées comme désirables (Lagrave, 2009, 119). D’autre part, elles appartiennent à une génération où la sexualité n’était légitime que dans le mariage.

4Pourtant entre le début de la vie sexuelle des veuves de plus de 60 ans et aujourd’hui, des évolutions ont eu lieu : citons la révolution sexuelle des années 1970, l’amélioration du statut social et matériel des femmes et des personnes âgées et le prolongement de l’espérance de vie avec autonomie (Bozon, 2009b, 129).

5Ce contexte a priori favorable à la sexualité des veuves âgées aurait-il eu un impact si faible qu’il ressort à peine des statistiques ? Qu’en est-il de la sexualité des 13% de veuves qui déclarent en 1992 avoir eu un partenaire au cours des 12 derniers mois ? Et les 86% déclarant n’avoir pas eu de partenaires, ont-elles pour autant renoncé à toute forme de sexualité ? Peu de recherches ont répondu à ces questions.

6Cet article se propose d’y apporter des premières pistes de réponses. Plus précisément, à travers l’analyse de la sexualité des veuves de plus de 60 ans, il s’agit de questionner les normes sociales, sexuelles, familiales et médicales (ménopause) imposées à ce groupe social doublement dominé par le genre et l’âge (Lagrave, 2009, 117). Pour atteindre cet objectif, nous avons conduit une première série d’entretiens en profondeur auprès de sept veuves nées entre 1934 et 1947, fiancées ou mariées entre 1954 et 1967, soit avant les années 1968 et leur lot de « transformations en profondeur de la sexualité, de la conjugalité » (Zancarini-Fournel, 2002, 143). Suivant une démarche compréhensive, nous nous sommes intéressées aux comportements sexuels de ces veuves, mais aussi au sens qu’elles leur donnent via les représentations de la sexualité qu’elles ont exprimées. Nous avons tenté d’expliquer ces représentations et comportements sexuels par l’analyse d’éléments de socialisation que ces femmes ont reçue et par les recherches sociologiques et anthropologiques sur la sexualité.

7Notre corpus d’entretiens, bien que réduit, nous a fait dresser trois profils de veuves qui permettent d’illustrer et de discuter certains propos théoriques de Rose-Marie Lagrave dans son article « Ré-enchanter la vieillesse » (2009). Le premier profil qui fera l’objet de la première partie correspond à des veuves qui ont préféré « renoncer au désir, à son [leur] désir » (Lagrave, 2009, 119) et à la sexualité active afin de demeurer fidèles à leur mari. Le second profil, analysé ensuite, correspond à des veuves qui, libérées par la mort de leur conjoint, « re-convoquent » leur désir « pour rester réceptives aux sollicitations des autres » (Lagrave, 2009, 119). Elles aspirent alors à reprendre une vie sexuelle hétérosexuelle ou à se déprendre de l’hétérosexualité via des amitiés féminines. Le troisième profil que nous aborderons en dernière partie est celui d’une veuve qui loin de sortir « du marché sexuel et de La grande arnaque » (Lagrave, 2009, 118) continue d’évoluer dans l’échange économico-sexuel décrypté par Paola Tabet (2004). Ces deux derniers types de veuves nous permettront alors de dénaturaliser à la fois les catégories de genre et d’âge puisque l’existence même de ces profils montre le caractère arbitraire de l’association entre vieillesse des femmes et a-sexualité.

Fidélité au mari et renoncement à la sexualité active

8Les entretiens mettent en exergue un premier profil de veuves qui ont intériorisé les normes dominantes de leur génération selon lesquelles, d’une part, le désir d’une femme âgée « est socialement proclamé forclos » (Lagrave, 2009, 119) et, d’autre part, la sexualité n’étant légitime que dans le mariage, elle n’a plus de raison d’être une fois le conjoint décédé (Godelier, 2008, 10-11).

9Ainsi pour les veuves de ce groupe, le mari était l’homme de leur vie. La mort est venue renforcer cette image au point de conduire à une idéalisation du conjoint qui porte notamment sur la sexualité vécue avec cet homme : « à l’époque, quand on s’est connu, on faisait quand même attention, alors il était tout plein d’attentions » (Mme K). Mme M souligne le manque d’expérience sexuelle antérieure à son mariage, mais elle conclut en exprimant une idée d’entente sexuelle à la fois mutuelle et mystérieuse : « je ne sais pas comment on est parvenu à nous comprendre ». L’image d’un être unique, devenu idéal suite à sa disparition, conduit les femmes de ce groupe à considérer leur mari comme irremplaçable de telle sorte qu’une relation avec un autre homme est inenvisageable. Les discours tenus renvoient à des raisons personnelles, comme Mme E qui ne veut pas « prendre le risque de trouver plus mauvais ou plus bien ». Un homme « plus bien » pouvant venir détruire l’image du mari idéal construite post-mortem. Ou comme Mme M, qui à notre question sur l’éventuelle reformation d’un couple, répond : « regarde, si je me marie une nouvelle fois, mieux que lui, je ne trouverai pas et pour être avec quelqu’un qui soit pire, chacun chez soi ! ». Ces raisons personnelles, en réalité, s’adossent à des normes religieuses inculquées dans leur enfance, comme le mariage un et indissoluble, et à des normes sociales particulièrement prégnantes dans les villages où certaines ont grandi, comme nous allons le voir.

10Autrement dit, pour ce groupe de femmes, la mort du conjoint signifie la fin de toute vie sexuelle effective, qu’elle prenne la forme d’un remariage ou de rencontres informelles. Pour autant, derrière cette fin de la sexualité vécue, on trouve plusieurs variantes en termes de représentations, qu’il s’agisse du renoncement à la sexualité, de sa sacralisation ou encore de l’affichage d’un manque.

11Mme E, née en 1934, en Bretagne a toujours vécu dans le monde agricole comme elle nous le rappelle à maintes reprises et a reçu une éducation catholique qu’elle n’a pas remise en question. Elle a renoncé à la sexualité et l’affirme plusieurs fois dans l’entretien : « dire la vérité, avoir un autre homme dans mon lit ! Ha non, non ! ». Ce refus catégorique repose en partie sur l’idéalisation du mari et le risque d’être déçue par un nouveau partenaire. Mais c’est également parce qu’elle s’estime désormais trop vieille (74 ans). La reprise d’une vie sexuelle après le veuvage n’est pour Mme E concevable que pour les personnes de quarante ans, autrement dit à un âge où la procréation est encore possible. Comme si, pour elle, la sexualité n’avait d’intérêt que dans une perspective de reproduction biologique, indépendamment du désir et du plaisir. Le lit conjugal de cette veuve est à ce titre intéressant car il est composé de deux lits jumeaux, qui sont nous dit-elle « côte à côte ». Le couvre lit est commun, les couvertures sont individuelles. Si Mme E en appelle à la praticité pour justifier ce meuble, il faut comprendre également qu’une frontière séparait les corps qui ne se retrouvaient que le temps nécessaire à la reproduction.

12Mme E a vécu une sexualité maritale caractérisée par le devoir conjugal à l’instar des autres domaines de son couple. En ce sens, elle semble avoir intériorisé et appliqué dans sa vie privée les croyances et les devoirs reçus de son éducation catholique. La religion est ainsi « un bonheur » fait de nécessités, mais elle est « née dedans » dit-elle. En outre, à son mariage, elle a dû se conformer aux règles de résidence virilocale de son village breton et est donc venue vivre chez son mari dans la ferme où nous l’avons rencontrée. Là, elle a endossé les tâches et rôles attendus des épouses dans ce milieu agricole : outre les activités domestiques et l’éducation des enfants, elle a assuré un travail d’appoint dans les champs faisant ainsi épargner à son mari l’embauche de journaliers. Cette double fonction de reproduction et de production n’a pas empêché Mme E d’être reléguée dans un rôle social secondaire puisque son mari est celui qui décidait, elle devait se retirer si la situation l’exigeait.

13De sorte que Mme E s’est sans doute retrouvée dans cette situation dépeinte par Rose-Marie Lagrave (2009, 119) : « nombre de femmes ont souvent dû composer avec leur désir face à celui de leurs partenaires et à celui des enfants, au point qu’il peut être enfoui ou dénié et qu’il n’est plus un ressort pour explorer de nouvelles réalisations ». Ce passage de son entretien le confirme : « je vois d’autres dans les clubs qui ont des copains… moi non, ça heu, je suis tranquille, mes enfants, mes petits-enfants, c’est bien, c’est, bon, je disais une copine qui est veuve et qui n’a pas d’enfant, elle m’dit “quand même t’as tes petits-enfants qui te font rire de temps en temps, tu les vois, moi j’ai personne, c’est vraiment dur hein”… Je dis quand même les petits-enfants, ça vient, ça rigole ».

14Certes, Mme E a conscience de l’existence d’une nouvelle norme où la sexualité peut s’exprimer en dehors du mariage, y compris pour des femmes veuves : « pourtant maintenant ce serait peut-être la mode », mais elle préfère endosser le rôle de mère et plus encore de grand-mère. Autrement dit, celui d’une femme généralement entendue comme ménopausée, sortie de l’âge de la procréation, mais toujours dévouée à autrui. La situation de Mme E correspond donc à cette forme d’auto-exclusion du monde de la sexualité que décrit Rose-Marie Lagrave (2009, 119) : « tout se passe comme si la vieillesse était synonyme de sortie du marché des sexualités au motif qu’une femme ménopausée n’a plus cours et n’est plus en cour. Exclues du regard masculin désirant, certaines femmes s’excluent elles-mêmes du désir en devançant l’appel ». Dès lors, toute sexualité avec un autre partenaire que le mari – vivant ou mort - est considérée comme une infidélité conjugale et donc condamnable : « je suis pas une à… comment je dirais… à rencontrer d’autres, non ! ». Ceci renvoie à nouveau à l’éducation catholique reçue. En effet, dans la religion catholique « l’œuvre de chair » ne s’inscrit que dans le mariage et « la grande loi du mariage imposée par Dieu » est la fidélité, y compris après la mort comme l’indique un ouvrage de catéchisme de 1941 qui était en vigueur dans le département où Mme E a grandi.

15Mme M, née en 1943, dans un village andalou, tend à sacraliser la sexualité dans le cadre du mariage. Interrogée plus largement sur la sexualité, elle confiait : « pour moi en réalité, le sexe est une belle chose […]. Hier justement, à la messe, il y a eu une lecture et le thème du sexe est sorti et ça dit que le sexe, dans le mariage est tellement beau et merveilleux, comme l’est une chose belle… hors mariage… Mais comme on parle toujours du sexe pour le rendre laid, et bien on ne lui donne pas le beau sens qu’il a, celui de la joie. Peut-être dans ce livre ou dans un autre qui disait que Dieu avait mis dans le mariage des choses bonnes et des choses mauvaises pour qu’elles se compensent, mais que le sexe était une des choses qu’il avait mises pour que le couple s’unisse […] C’est considéré comme tabou, et pourtant ce n’est pas tabou, c’est une chose très sainte et bonne voilà tout, mais c’est tabou ».

16On voit à travers ce discours que la sexualité se cantonne à des mots et non plus à des actes. L’utilisation répétée du mot « chose » pour qualifier le sexe rappelle l’analyse que Lévi-Strauss (1989, XLIV) faisait des mots « truc » ou « machin ». Termes que l’on emploie un peu à l’instar du mana « quand nous qualifions un objet inconnu et dont l’usage s’explique mal, ou dont l’efficacité nous surprend […] dont l’unique fonction est de combler un écart entre le signifiant et le signifié ». Le sexe semble être ou être devenu pour Mme M une réalité lointaine et au fond, non dénuée de pouvoir mystérieux. Ce constat peut provenir du fait que Mme M soit demeurée veuve très jeune, à 27 ans, et qu’elle ait refusé les propositions masculines qui lui ont été faites ensuite. De même, quand elle parle de sexualité, elle recourt au registre de l’esthétique, à l’instar des concepts platoniciens du beau et du laid, prouvant à nouveau qu’elle idéalise la sexualité. Enfin, ses mots sont repris d’un discours religieux où la sexualité est seulement admise dans le cadre du mariage, c’est pourquoi elle la qualifie de « sainte ». Tandis que lorsque Mme M envisage la sexualité « hors mariage », sa pensée la conduit à l’associer à la laideur. Cette opposition tranchée correspond à la classification typique de la pensée religieuse en sacré et profane (Durkheim, 1960). Ici la sexualité dans le mariage, celle qu’a vécue Mme M, est placée du côté du sacré.

17L’intériorisation du discours religieux chez cette informatrice peut s’expliquer par le fait qu’à la suite de son veuvage, l’Église catholique est devenue un refuge. Elle la fréquente assidûment, elle en partage et en applique les normes dans la plupart des domaines de sa vie. En réalité, si l’institution catholique est devenue un refuge, cela se comprend d’autant mieux que Mme M a grandi dans une famille de grands propriétaires terriens, catholiques pratiquants et proches du franquisme. Outre les cours de catéchisme et les messes qu’elle a suivis avec une grande régularité pendant son enfance et son adolescence, elle a été doublement socialisée dans l’idéologie nationale-catholique à la fois à l’école primaire, au collège de nonnes, mais aussi – fait moins courant - à la Section Féminine de la Phalange. C’est ainsi qu’elle a appris que « l’homme c’était ordre et commandement » selon ses propres mots et qu’elle devait devenir une épouse soumise aux volontés de son époux, y compris aux volontés sexuelles pour lesquelles elle a été maintenue dans l’ignorance la plus complète : « chez moi, on n’avait jamais parlé de ça. C’était la vie qui te l’apprenait. Moi, je ne savais ni comment ni de quelle manière, je ne savais rien ».

18À l’instar de Mme E, Mme M s’auto-exclue de la sexualité pour se conformer au précepte catholique du mariage un et indissoluble, faisant qu’on ne saurait prétendre à une vie sexuelle une fois veuve. Mais elle se différencie de Mme E sur deux points. D’une part, il ne s’est pas agi pour elle d’une auto-exclusion de la sexualité liée à l’âge avancé puisqu’elle est restée veuve très jeune. D’autre part, loin d’évoquer une nouvelle règle qui autoriserait la sexualité des veuves, Mme M souligne au contraire sa volonté de se conformer à une norme particulièrement forte dans son village andalou, selon laquelle le remariage des veuves « n’est pas bien vu ». En effet, Mme M a toujours vécu dans ce village où le commérage a force de loi et dicte les conduites relatives à la vie privée, tant et si bien que « la peur du commérage exerce une influence frappante sur le plus intime comportement entre amis et parents, même entre mari et femme. » (Gilmore, 1978, 94).

19La prise en considération de ce fort contrôle social villageois et de cette socialisation catholique extrêmement marquée permettent de comprendre que depuis la perte de son conjoint, Mme M se consacre à sa famille et à l’Église exclusivement.

20Si Mme K, née en 1947, a renoncé à la sexualité active depuis son veuvage, elle ne semble pas avoir renoncé au désir pour le sexe masculin : « qu’est-ce que vous voulez aller chercher ailleurs [rires], j’ai tout ce qui fallait, même si maintenant ça me manque un peu, j’arriverai pas à avoir cela de quelqu’un d’autre, j’y arriverai pas, non, non, non, comme la dernière fois, je sais plus où j’ai été, c’est vrai y avait un beau gars, ce beau gars là, oh ! Attention qu’on me fait, non ! Reconnaître que quelqu’un est beau, ça veut pas dire tout de suite, faut, c’est vrai, bah… avoir quelqu’un comme ça ici, ha non ! Je supporterai pas, pourtant y en a qui le font, y en a même qui trouvent le temps, y’a ma voisine d’en face, elle avait des amis, bah ces amis là, ils se sont remis en couple entre eux, lui il a perdu sa femme, elle, elle a perdu son mari ». La construction de ses phrases est telle qu’elle oscille systématiquement entre l’envie de recommencer une vie sexuelle et une forme de censure l’empêchant de passer à l’acte. Certes, cette retenue peut s’expliquer par l’idéalisation qu’elle a construite autour de sa sexualité de couple, comme si elle ne voulait pas prendre le risque d’être déçue. Mais cela provient également de l’éducation religieuse qu’elle a reçue chez les sœurs et dont nous avons précédemment souligné l’incidence sur les représentations de la sexualité.

21Cette oscillation discursive entre censure et désir, semble être justifiée par la référence sous-jacente à deux normes sociales. La première est une norme venant d’autrui, a priori peu favorable à l’émotion que peut susciter la vue d’un « beau gars » chez une veuve. Norme qu’elle endosse malgré tout : « reconnaître que quelqu’un est beau, ça veut pas dire tout de suite… ». La seconde norme, Mme K semble la construire en observant son entourage : la reprise d’une vie sexuelle après le veuvage est une réalité, y compris chez des personnes dont la morale semble proche de la sienne. Cette place laissée au désir peut s’expliquer en deux temps : par une prise de distance avec le catholicisme qui s’est faite notamment depuis le décès de son mari, et par la perception que Mme K a d’elle-même, en particulier de son âge subjectif. Tout d’abord, la mort de son conjoint marque selon elle une rupture qui l’invite à poser un regard différent sur son existence et à « changer ses idées » comme pour mieux aboutir à une forme de désenchantement, mais aussi à une affirmation de ses propres convictions. Ainsi, si son mari « était beaucoup croyant », elle-même « n’y croit plus, elle s’est mariée à l’Église et c’est tout ». Ensuite, elle se voit comme plus jeune que les personnes de sa génération qui fréquentent les clubs. D’ailleurs, elle s’applique à projeter son âge subjectif dans son apparence physique pour continuer d’être désirable : « quand j’ai perdu mon mari c’est pas pour ça que vous m’auriez fait habiller de noir où des choses comme ça voyez, j’ai quand même continuer d’aller chez le coiffeur […] y a certaines choses que je trouvais plus ridicules, plus porter de rouge… ». Au fond, elle ne se voit pas comme trop vieille pour décider de renoncer à toute sexualité partagée.

22Ainsi, si Mme K, à l’instar de Mme M et de Mme E, a cessé sa vie sexuelle effective à la mort de son mari, contrairement à elles, elle n’a pas renoncé au désir, en l’occurrence hétérosexuel. Elle ne semble pas connaître ce « désenchantement et […] désintérêt à l’égard de la sexualité » dont parlent Michel Bozon et Charlotte Le Van (2008, 538) pour un tiers des femmes de plus de 50 ans. D’ailleurs, le fait que Mme K ponctue son discours sur ce thème par un « je ne sais pas » laisse la porte ouverte à une éventuelle reprise de la vie sexuelle. Néanmoins, spontanément, c’est la volonté de se conformer à la norme sociale qui l’emporte chez ce premier profil de veuves. En cela, ces interlocutrices semblent s’être approprié le rôle que la socialisation primaire (dans la famille) et secondaire (via l’Église et l’école) inculquaient aux filles de leur génération (Muel-Dreyfus, 1996 ; Sommier, 2006) : qu’elles deviennent des femmes au foyer, soumises à la volonté de leur mari y compris dans la vie sexuelle. La mort du mari ne remet pas en question le fait qu’elles relèvent de la catégorie des femmes affectées à la reproduction (versus à la sexualité). Au fond, la représentation qu’ont ces veuves d’une sexualité véritablement acceptable que dans le mariage, témoigne qu’elles ont intériorisé le schéma de contrôle social du corps des femmes décrit par Paola Tabet (1985) : parce que dans l’espèce humaine, il est difficile de déterminer le moment où la conception est possible (pulsion sexuelle dissociée du moment de la fertilité), le mariage permet de lever cette difficulté en assurant le maximum de possibilités de conception par la fréquence de l’exposition au coït. Le mariage étant fini, la sexualité n’a plus de raison d’exister pour ces femmes.

Mort du mari, liberté et ambivalence de la sexualité

23Le second profil de veuves souligne que la mort du mari constitue une forme de liberté retrouvée leur permettant de re-convoquer le désir et de « rester réceptives aux sollicitations des autres » (Lagrave, 2009, 119). En effet, il s’agit pour ces femmes d’affirmer leur singularité, voire de se retrouver soi après une vie maritale faite de « sacrifices ». Ainsi dans les discours le personnage pivot, c’est elles-mêmes, le « je », sujet autonome ou qui souhaite se présenter comme tel.

24Néanmoins, cette liberté se traduit différemment en termes de sexualité. Nous avons ainsi identifié deux sous-profils : l’un où l’amitié féminine vient se substituer entièrement à l’hétérosexualité et l’autre où il y a aspiration à la reprise d’une vie hétérosexuelle active.

De l’hétérosexualité à l’amitié féminine

25Depuis la mort de son mari, Mme S, née en 1938, « fait ce qu’elle veut », « elle se sent bien ». Pour cette femme qui a vécu toute sa vie l’anormalité de n’avoir pas eu d’enfant – ce fait arrive dès le début de l’entretien et revient à maintes reprises - être veuve c’est se trouver soustraite à la pression sociale du double rôle assigné aux femmes : épouse et mère.

26Les cours d’art ménager qu’elle a suivis constituent le lieu de socialisation où les jeunes filles ont appris, en plus de la famille et de l’école, leur rôle d’épouse et de mère. « Les travaux d’aiguille dressent le corps et l’esprit des femmes » tout autant qu’ils les conditionnent (Bard, 2001, 35). Née en milieu rural, fille d’ouvriers agricoles, elle n’est allée à l’école que jusqu’au certificat d’études et est passée du foyer parental au foyer marital sans transition. Doublement dominée en raison de son origine sociale et de son genre, elle a intériorisé le cantonnement des femmes dans des rôles sociaux dévalorisés, se disant dépourvue des savoirs dont son mari disposait. Au début de son mariage, elle a occupé un emploi en région parisienne dans une boulangerie pour aider à subvenir aux besoins du couple, mais elle a dû démissionner lorsque son mari a décidé de déménager en Bretagne pour exercer son métier de militaire. Mme S est alors demeurée au foyer. Par la suite, elle s’est occupée pendant six ans de sa mère grabataire, le couple n’ayant pas les moyens financiers de payer une maison de retraite. Et, bien qu’à la suite du décès de sa mère, Mme S ait repris une activité professionnelle comme assistante maternelle, elle a ensuite quitté ce poste à la demande de son mari.

  • 1  Le « soi-disant » est de rigueur car rien ne dit que Mme S est stérile. Comme elle le souligne ell (...)

27Ces deux dernières activités, qui ont d’abord été déterminées par des obligations économiques et familiales, ont aussi fait jouer à Mme S le rôle de mère par procuration. Car n’ayant pas eu d’enfant, elle s’est trouvée privée de l’autre fonction attendue des femmes, celle de mère. Si l’on considère que la non fertilité est « avant tout l’affaire des femmes », car « par définition le sperme est toujours fertile » (Héritier, 1996, 261) et que l’on resitue ce vécu dans la génération d’appartenance de cette femme, alors il est aisé de comprendre la sujétion totale à laquelle elle était contrainte. Ainsi, Mme S souligne qu’elle « servait de tout ». Elle fut l’épouse, attentive et dévouée certainement pour expier sa soi-disant non fertilité1. Elle a cessé de travailler pour obéir à son époux : « tu prends la place d’une autre personne, comme on n’a pas d’enfant, on a assez pour vivre » lui disait-il. Comme si le fait de n’avoir pas mis au monde un enfant devait être sanctionné par l’interdiction pour cette femme d’obtenir une quelconque indépendance financière et par un don de soi total au mari. Car Mme S précise aussi qu’elle l’a soigné quand il est tombé malade, car « personne ne devait s’immiscer dans leur intimité ». À telle enseigne que du vivant de son mari, sa propre santé est venue s’effacer devant la volonté de son époux : « il n’était pas question que je reste à l’hôpital… donc j’aurais pu me faire une greffe à ce moment là… j’avais dit ma vie moi, on m’attend chez moi… moi je peux pas rester à l’hôpital, mon mari n’aurait pas accepté ».

  • 2  Souligné par nous.

28Concernant la sexualité qu’elle a vécue avec son mari, elle a cessé avant le décès de ce dernier « parce que quand on arrive à l’âge que j’avais, 67-68 ans, on n’a plus les mêmes rapports, on vit… on vit en couple, mais on a surtout beaucoup d’amitié ». Cet arrêt d’une vie sexuelle active fait suite à une dégradation de l’état de santé du conjoint ainsi qu’à sa ménopause, qu’elle situe à 48 ans. Cette dernière avait en effet altéré sa vie sexuelle : « mais bon la majeure partie des cas, une fois que la ménopause est passée, pour la femme ce n’est plus la même chose, il faut dire ce qui est ». Avant cette période, Mme S n’envisage la sexualité que sous l’angle d’une obligation : « quand on a 40 ans, on a quand même sa vie sexuelle qu’on doit2 vivre ».

29À aucun moment, elle ne parle de sexualité – entendue comme hétérosexuelle - sous un angle positif. Il n’est pas question de désir et moins encore de plaisir dans ses représentations de la sexualité. Pourtant, contrairement à la plupart des femmes de sa génération, ses relations sexuelles étaient dépourvues de la crainte d’une nouvelle grossesse dont Anne-Claire Rebreyend (2003, 6) a montré qu’elle pouvait « rendre problématique l’épanouissement sexuel ». L’absence de qualification positive de la sexualité ne s’explique pas par cette « peur au ventre », mais probablement par le fait que la sexualité ne lui a pas permis de faire cet enfant dont elle exprime tant le manque et qui lui aurait valu la seule véritable reconnaissance sociale pour une femme de sa génération. « Même devant la mort, la veuve qui n’a pas d’enfant, alors celle là, elle est exclue de tout hein ». La sexualité n’a donc été envisagée que comme un devoir que l’épouse doit à son mari et auquel elle a cédé, d’autant plus logiquement qu’elle se représente la sexualité masculine comme un besoin, quel que soit l’âge. Ainsi, parlant d’un veuf qu’elle côtoie et qui « a pourtant 77-78 ans », elle expliquait : « parce que je pense qu’un homme comme ça, lui ce qu’il cherche c’est encore le sexe… c’est ça, puisque ça c’est dans leur tête ». En cela, ses représentations de la sexualité sont conformes à ce que l’on rencontre plus largement dans la société française (Bozon 2009a, 72 ; Bajos, Ferrand, Andro, 2008).

30Sa prise de conscience d’avoir été dominée par son conjoint, dans tous les aspects de sa vie y compris sexuels, sans pour autant avoir bénéficié d’un enfant, explique que depuis sa mort, elle entame sa « nouvelle vie », opère ses propres choix. Elle peut enfin sortir de cette canalisation de la sexualité des femmes imposée par la socialisation vers un seul type de sexualité, celle du coït (Tabet, 1985). Cette prise de recul a pu être facilitée par l’expérience professionnelle qu’elle a eue en région parisienne dans les années 1970, où précisons-le, elle a bénéficié d’une légère indépendance financière qui s’est peut être prolongée en un début d’indépendance vis-à-vis du genre masculin. En effet, Michelle Zancarini-Fournel (2002) a montré que c’est sur les lieux de travail, notamment via les syndicats, en premier lieu à Paris ou dans les grandes villes de province que le féminisme s’est diffusé. Mais, cette acquisition de la liberté lui a aussi été permise par le métier même de son mari, militaire, car comme elle le dit elle-même « je pense que quand on est femme de militaire, on a quand même un esprit d’indépendance un peu, parce qu’on a déjà dû apprendre à gérer beaucoup de situations seule ».

31Cette nouvelle vie se traduit par des changements chez elle, à commencer par la pièce et le meuble qui symbolisent la vie sexuelle : « j’ai tout transformé, que ce soit ma chambre, mon salon, j’ai tout changé », « ça m’a apaisé du fait que j’ai fait beaucoup de… d’avoir changé de position au lit ». Elle a retiré de la chambre toute photo de son mari et s’est débarrassée de ses vêtements. Au fond, elle a effacé physiquement son mari, mais comme pour mieux prendre sa place : « voyez avant mon mari était ici et moi j’avais ma place là et maintenant j’ai commencé à accéder à sa place ». Comme si la libération associée au décès de son mari lui permettait de jouer le rôle de ce dernier, ou plus largement le rôle d’un homme, car être libre pour une femme de sa génération est un privilège masculin.

32On peut d’ailleurs se demander jusqu’à quel point le fait de ne pas avoir eu d’enfant contribue à cette attitude. En effet, Françoise Héritier (2002, 139) nous rappelle que chez les Nuer, les femmes considérées stériles sont assimilées à des hommes qui ont alors le droit de prendre épouses. Mais, « il ne s’agit pas là d’une union homosexuelle accompagnée de rapports charnels au sens où nous l’entendons » (2002, 139). Or, lorsque l’on écoute Mme S, on constate que les femmes, en particulier les « amies », « les jeunes dames », occupent une place prépondérante dans sa vie de veuve. Ainsi, après avoir parlé de ce veuf de 77-78 ans qui recherche une nouvelle partenaire sexuelle, Mme S a précisé : « moi je rechercherai plus volontiers maintenant une… une amie féminine quoi pour partager avec moi les sorties quelquefois, les repas mais j’accepte beaucoup plus mal d’avoir maintenant des hommes à table chez moi maintenant ». De fait, certaines de ces « amies » semblent lui permettre de vivre à nouveau un rôle de mère par procuration : « je vais aider beaucoup cette jeune dame, ce petit bébé qui m’apporte beaucoup ». D’autres, telle une femme de 33 ans, lui révèlent des pans de sa personnalité qui la valorisent : « “tu as des qualités comme les autres” et à force de me le dire, je me suis dis : “bah après tout elle a peut-être raison” ». Quoi qu’il en soit, le plaisir est sous-jacent à ces nouvelles relations. On soulignera que Mme S parle d’amitié, autrement dit, il s’agit du même mot que celui qu’elle employait pour qualifier la relation avec son mari, une fois la sexualité disparue. On ne saurait donc parler ici d’homosexualité. En revanche, il nous semble tout à fait approprié de dire avec Rose-Marie Lagrave (2009, 119) que Mme S s’apparente à ces femmes âgées qui « exclues du regard désirant masculin auquel fréquemment elles se sont conformées, elles peuvent aussi expérimenter le regard désirant féminin, moins prisonnier des codes sociaux dominants, en s’apercevant que l’hétérosexualité a été une norme qui a canalisé leur désir ».

33Enfin, le veuvage de Mme S n’est pas sans générer un « trouble dans le genre » (Butler, 2006). Le refus clair de toute relation hétérosexuelle – cette « chose-là » qui ne semble lui inspirer que mépris dès lors qu’elle fut inféconde - et sa soif d’amitiés féminines s’accompagnent de changements : « vous savez c’est un drôle de cheminement tout ce que l’on fait après », « j’ai beaucoup de chance d’avoir ces jeunes qui viennent vers moi, je pense que ça quelque part, ça me transforme ». De telle sorte que depuis son veuvage, elle endosse aussi bien des caractéristiques traditionnellement genrées comme féminines et d’autres considérées plutôt masculines. Physiquement, ce sont des attributs féminins qu’elle développe, elle « se fait plaisir en toilette, en coiffeur ». Moralement, elle exprime une ambivalence entre des caractéristiques traditionnellement mises du côté féminin, comme la sensibilité, et d’autres censées être masculines, tel le tempérament. Quant au travail, elle a rompu les divisions sexuées : « j’ai donc repeint mon couloir… ça, j’ai fait moi-même, parce que je suis capable quand même de faire certaines choses. Du coup après, j’ai repeint ma cuisine ». En paraphrasant Éric Fassin (2006, 13), on peut dire que le changement dans la vie sexuelle de Mme S, clairement exprimé à la mort de son mari, est venu ébranler son genre. La mort de son mari a remis en question la domination masculine, la hiérarchie de genre, l’hétérosexualité (non procréatrice) et les catégories de genre.

Aspiration à la reprise d’une vie hétérosexuelle

34À l’inverse, Mme D née en 1934 et Mme J née en 1936 n’ont pas renoncé à l’hétérosexualité. Quand bien même elles expriment leur liberté, depuis la mort de leur mari, la possibilité de rencontrer un nouvel homme n’est nullement exclue. À telle enseigne, que Mme D s’était inscrite à un stage sur le deuil notamment dans l’optique de « rencontrer des hommes dans la même situation » qu’elle. Qu’est-ce qui fonde alors cette attitude envers la sexualité ? L’analyse de leurs discours permet de démêler ce qui relève de l’idéalisation du couple d’une part, de ce qui illustre les relations maritales qui étaient les leurs d’autre part. Si dans le premier profil, le mari était idéalisé, pour ces deux femmes l’idéalisation se porte plutôt sur le couple. Ce dernier est une entité, porteuse de symboles et assujettie de propriétés spécifiques qui rejaillissent sur les individus qui le composent. Le couple se justifie par le nombre d’années de vie commune. La durée fonde le couple, cinquante ans pour Mme J, quarante-cinq ans pour Mme D, ce qui est d’autant plus probant dans une société contemporaine où les couples se délient plus facilement. Si l’amour vient en renfort de cette présentation du couple, il ne faut pas s’y tromper. Pour cette génération de femmes, le divorce charrie des représentations très lourdes. « Le divorce est en soi vécu comme un échec, le sentiment de libération lui est bien postérieur. Le divorce est conflictuel, violent, culpabilisant pour les mères. Il a un coût social et psychologique beaucoup plus élevé pour les femmes » (Bard, 2001, 200). Cette porte de sortie étant écartée, il n’est peut-être pas d’autre choix pour ces femmes que de reconstruire leur vie maritale sur le modèle du bonheur « moi je dis que j’ai été heureuse avec mon mari… Voilà y a pas de plus, y a pas de moins » (Mme J). Outre que cette idéalisation permet de donner une bonne image de soi, elle offre également un exutoire à une vie maritale faite de non-dits, de « gros manques » et de « fantaisie bridée » (Mme D). La femme était la « bobonne qui faisait tout », voire « la dernière roue de la charrette » (Mme J). Si idéalisation de la vie de couple il y a, les relations maritales sous-jacentes sont traditionnelles et leur vécu difficile.

35La vie de ces deux femmes a été marquée par la faillite économique de leur mari. Elles ont perdu deux choses essentielles à leurs yeux : un statut social privilégié et le niveau de vie qui l’accompagnait. Le mari est alors apparu comme ne remplissant plus son rôle, celui de pourvoyeur de fonds. Devenu en quelque sorte inutile, sa mort a constitué une libération des contraintes maritales. Mme J n’a désormais plus « de comptes à rendre à personne ». Quant à Mme D sa liberté actuelle est « un éblouissement », elle fait « comme elle a envie ». L’une comme l’autre laissent ouverte la porte à une nouvelle rencontre masculine, voire la recherchent, sous couvert de la présenter comme « une amitié ». Mme J va ainsi « au bistrot ».

36La sexualité pour ces femmes s’inscrit dans la continuité de ce qu’elles projettent d’elles-mêmes : des femmes indépendantes - elles ont d’ailleurs toujours travaillé - qui font leurs propres choix, qui se départissent – ou entendent se départir - du regard et du jugement d’autrui et qui se départissent également de leur âge. C’est dans l’histoire singulière de ces femmes que l’on peut mieux comprendre cette volonté d’indépendance. Pour ce qui est de Mme D, sa famille a vécu de plein fouet les désordres de la Seconde Guerre mondiale, elle a été économiquement sinistrée et le couple parental n’y a pas survécu puisque ses parents se sont séparés quand elle était adolescente. Cet évènement fut vécu comme une rupture majeure : « jusqu’à ce que mon père s’en aille, moi je savais rien, je jouissais de la vie très profondément ». Sa mère et elle ont alors changé de région, Mme D est allée en pension où elle a obtenu une bourse afin de soulager financièrement sa mère, tout en s’assurant de pouvoir terminer ses études. Cet apprentissage de l’autonomie a refait surface une fois mariée lorsque Mme D a choisi de reprendre une activité professionnelle. Certes, c’était là aussi sous la contrainte économique, car les « difficultés financières commençaient ». Mais cette décision ressort tel un acte de libération qu’elle a réalisé « au grand dam de sa belle-mère et de la famille de son mari », car « on ne voulait pas la laisser partir » considérant que ce n’était pas son rôle, ni sa destinée, son dernier enfant n’ayant que 10 ans à ce moment-là. Quant à Mme J, le personnage de sa propre mère semble le pivot à partir duquel elle entend se présenter en contre-modèle. À la mère dépressive qui a accompagné son enfance, face à celle qui « minaude » et « pleure », elle s’affirme à l’opposé comme une femme volontaire.

37Pour ces deux interlocutrices, la sexualité d’une veuve de plus de 60 ans se ferait liberté notamment parce que « c’est pas comme une femme de 30 ou 40 ans qui faut qui construise sa vie, là tu fais ce que tu veux !... ». L’âge est loin d’être un frein social, physique ou médical à la sexualité, seul le corps compte et il importe de s’en servir « de toutes les manières » (Mme D). À l’opposé de bien des représentations sociales depuis Aristote (Héritier, 1996, 219 ; Bourdieu, 1998, 17), le corps féminin est perçu comme chaud : « il avait toujours froid, moi j’avais toujours trop chaud » (Mme J). Et surtout le plaisir physique existe : « mon mari avait 80 ans et bah on avait du plaisir physique à être sous la douche parce que c’est chaud, c’est bon, ça ruisselle, on se savonne, avec un savon qu’on aime bien, qu’à une bonne odeur » (Mme D) et elle ne veut pas y renoncer.

38Le corps doit donc être mis en valeur pour susciter le désir masculin. Ainsi, Mme D demeure dans la séduction : « moi j’ai toujours été coquette, je sais que ça tient de famille mais toutes les femmes du côté maternel sont comme ça. Y a un… Y a un respect de la personne, ma mère s’est mis des boucles d’oreille le matin de sa mort, elle avait de la poudre, elle était parfumée donc c’est une question de dignité, donc vous voyez… J’ai jamais été un été sans avoir de vernis aux ongles ». C’est ainsi que, selon elle, le principal atout d’une femme, c’est sa beauté physique, à charge pour elle d’avoir « l’art de s’en servir ». Le corps, même âgé, est désirant, il appelle le contact physique, à telle enseigne que « les gens crèvent de ne plus être touchés » (Mme D). Si la rencontre est souhaitée et avouée, c’est peut-être parce que la sexualité s’inscrit également sur le registre de l’amour. Comme le rappellent Nathalie Bajos, Michelle Ferrand et Armelle Andro (2008, 555) : « les femmes des générations les plus anciennes, […] sont toujours les plus nombreuses à ne pouvoir envisager la sexualité en dehors du cadre d’une relation amoureuse ». La vie maritale serait alors un pan de vie, mais il ne la résume pas, elle se poursuit et l’activité sexuelle avec : « les statistiques disent que l’on n’est pas fait pour aimer le même homme toute sa vie » (Mme J). D’ailleurs, au détour d’une phrase, Mme D reconnaît qu’elle aurait pu avoir une relation extraconjugale, sentimentale encore une fois : « moi ce que j’appelle retrouver l’ancienne Jacqueline, et là vous voyez par exemple, j’ai retrouvé un état d’esprit en me disant […] c’est maintenant que je vous en parle que je retrouve des sensations que j’avais déjà éprouvées, ça fait 23 ans quand j’avais une possibilité sentimentale qu’était à… je savais pas ce que j’allais faire et finalement… ». Cette opportunité, elle souhaiterait la retrouver aujourd’hui.

39Cela ne va cependant pas de soi car la veuve âgée est assimilée à une femme « célibataire », une prédatrice sexuelle qui menace les couples et plus largement l’ordre social : « les couples, les couples formés, instinctivement ils font attention, y a… y a un instinct primaire de défense de son territoire et ben quand on est veuf ou veuve, les gens se l’avouent pas parce qu’ils auraient honte à notre âge » (Mme D).

40En outre, cela renvoie à la croyance, selon laquelle « la ménopause peut transformer les femmes en obsédées sexuelles » (Greer, 1992, 228). En effet, les femmes ménopausées ont longtemps été vues telle une menace pour elles-mêmes et pour autrui (Delanoë, 2001, 58). Comment dans de telles conditions des veuves ménopausées pourraient-elles poursuivre leur vie sexuelle sans remettre en question l’ordre social ?

41Qu’importe ces représentations sociales, Mme D et Mme J affirment leur désir et leur volonté de renouer avec le plaisir hétérosexuel. Les inégalités de genre qu’elles ont aussi appris durant leur enfance via l’école et l’enseignement dispensé par des religieuses, se sont concrétisées durant leur vie d’épouse. Mme J nous confiait ainsi que les hommes ont leur travail et qu’il revient aux femmes de s’occuper des enfants, comme elle le fit elle-même dans son couple. Néanmoins, ces inégalités s’atténuent avec la mort du conjoint, ces femmes se sentent libérées. En ce sens, l’âge ne vient pas renforcer les inégalités de genre (Lagrave, 2009, 116). Mais, il ne les fait pas disparaître. Nous allons voir que cela est encore plus prégnant avec notre dernier profil.

42Mais avant cela, soulignons que ce sentiment de liberté commun à Mme S, Mme D et Mme J peut contribuer à dénaturaliser la catégorie de femmes âgées. En effet, selon Rose-Marie Lagrave, « l’antidote de la vieillesse, c’est la possession d’une capacité d’autonomie et de liberté devenue habitus » (Lagrave, 2009, 117). Certes, l’autonomie de ces femmes est pour l’essentiel récente puisqu’elle fait suite à la mort du conjoint, elle n’est donc pas profondément incorporée au point de devenir une « seconde peau ». Mais, dès lors qu’elle leur permet de dépasser les normes sexuelles imposées aux veuves âgées, elle montre le caractère arbitraire de l’association entre vieillesse des femmes et a-sexualité.

Mort du mari et nouvel échange économico-sexuel

43Ce troisième profil correspond à celui d’une veuve qui loin de sortir du marché sexuel (Lagrave, 2009, 118) continue d’évoluer dans l’échange économico-sexuel décrypté par Paola Tabet (2004).

44Mme U est née en 1941. Son mari décédé était son second époux. De leur union, qui a duré trente ans, il n’est pas né d’enfant. Elle a cependant un fils né de son premier mari. Le second mari de Mme U est le personnage pivot de son récit. Elle le positionne comme un individu sacré, il est un « peu Dieu », ce qui fait qu’elle « l’adorait ». La sacralisation du mari permet d’idéaliser le couple qu’elle formait avec lui. Ce couple est charnel, intime et sexuel indépendamment de l’âge : « on était ensemble bien aussi avec le sexe, tout ça… plus âgé tout ça… mais quand même c’était notre plaisir ».

45Pourtant, à côté du registre de l’amour et de la sacralisation du mari, il est aussi présenté comme un « partenaire », un « confrère », il est parfois « cette personne ». Cette prise de distance, loin d’annuler l’image du « chéri », rend compte de la nature intrinsèque de la relation sexuelle entretenue par Mme U avec son mari. Tout comme elle permet de comprendre les comportements sexuels qui sont les siens depuis qu’elle est veuve.

46Car si elle en appelle à la gémellité pour présenter son couple, si l’amour vient en renfort pour le justifier, il ne faut pas s’y tromper cependant. Diplômée du baccalauréat, ayant divorcée d’un premier mari qui la battait, Mme U a trouvé dans ce second mari celui qui lui apportait la « sécurité » via le mariage. Cette dernière est matérielle. De secrétaire, Mme U est devenue directrice de restaurant, égrenant avec plaisir ce titre chèrement obtenu grâce à son mari qui en était le propriétaire. L’argent et la reconnaissance sociale procurée par l’activité professionnelle sont importants, ce qui s’explique sans doute par l’origine sociale aisée de Mme U : « mon mari il avait… il a gagné une étoile pour le restaurant, mais alors j’étais la directrice. Normalement, j’étais secrétaire, mais pour lui j’ai fait encore une fois l’école d’hôtellerie ». Le statut social est si important qu’il en efface l’origine ethnique : « mon mari, il m’avait dit “je suis un gitan” ! Pas de problèmes, vous avez la peau jaune ou noire ou blanche… ça fait rien du tout quand vous avez un caractère, ça me fait plaisir et tout de suite des atomes crochus ». Lesdits « atomes crochus » explicités dans le récit sont reliés à des signes matériels : des meubles en palissandre, une salle de bain. De retour en France, le couple s’installe dans une maison achetée par le mari et entourée d’un parc de 3 500 m². Il semble bien qu’une logique sous-jacente émerge à la présentation de ce couple, qui place d’un côté les sentiments et la sexualité (le couple, c’est dormir ensemble, danser, être côte à côte) et de l’autre côté le matériel, le statut social. Logique qui n’est pas sans évoquer que la relation fusionnelle ne soit en fait qu’une forme d’échange économico-sexuel (Tabet, 2004). Les avantages matériels apportés par l’homme contre les services sexuels de la femme sont alors masqués par un discours sentimental chez cette dernière. Ce récit illustre en effet que « l’échange économique se fait toujours dans le même sens, à savoir que les dons, l’aide, etc. vont quasi uniquement de l’homme à la femme : il ne s’agit pas de réciproque entre partenaires égaux » (Tabet, 2004, 25).

47Les comportements sexuels de Mme U depuis son veuvage confortent cette interprétation. En effet, il apparaît que l’entrée dans ce stade de vie signifie pour cette femme qu’elle est une « personne sans » : « sans famille » et « sans mari ». Elle souffre également d’un « manque de mains », tout autant qu’elle fait état de manière récurrente de ses difficultés financières. Or, depuis son veuvage, elle souhaite rencontrer un autre homme et entend pour cela faire « peau neuve ». Elle met tout en œuvre pour atteindre cet objectif, elle prend soin d’elle. « C’est important heu… faut faire attention à soi-même, aussi quand vous êtes seule, heu… ça commence déjà le matin pour se vraiment bien coiffer et, peut-être un petit rouge à lèvre ». Elle opère des modifications de son lieu de vie, notamment des lieux symboles de la sexualité. À l’instar de Mme S, Mme U semble effacer la présence de son mari : elle a vendu ses vêtements, les collections qu’il faisait. Seules les photos sont épargnées, elle les « garde quand même » mais dans le tiroir.

48Sa recherche d’un « partenaire » se fait active : elle passe des petites annonces, l’acquisition d’un ordinateur lui permet de s’inscrire à des sites de rencontre. Rencontrer quelqu’un constitue le thème circulaire du récit de Mme U, tout y part et tout y revient, comme dans une logique identitaire qui exprime l’incapacité intrinsèque à être seule. Nulle barrière ne semble la contraindre, c’est même l’inverse : son mari lui a donné l’absolution et l’a encouragée à ne pas rester seule après sa mort. Être une femme seule constitue pour Mme U une « incapacité » située dans le quotidien : l’entretien du jardin, la taille des haies, le bricolage, autant d’activités qu’elle attache au genre masculin. Même si Mme U connaît des femmes seules, elle ne s’y reconnaît nullement, voire les rejette car elles « sont froides ». Rechercher un autre homme, c’est alors rechercher la chaleur : « j’ai cherché aussi mon premier mari pour avoir une personne pour moi, pour m’accrocher, pour me chouchouter, pour donner la chaleur pour moi ». À l’inverse de Mme J, elle a intériorisé la vision androcentrique qui impose un ordre symbolique et social où non seulement les femmes sont du côté du froid, mais aussi du dominé, de la reproduction (via le don sexuel ici), tandis que les hommes sont du côté du chaud, du dominant, de la production en tant que pourvoyeurs de fonds (Bourdieu, 1998). Si la sexualité peut constituer un manque physique pour Mme U, d’autant plus qu’elle se considère comme plus jeune que son âge, nul doute qu’elle situe la sexualité dans la procédure d’échange inégal, hors mariage cette fois, qui lui permettrait de subvenir à ses besoins économiques. Entre sa retraite qui est un « peu juste », les frais d’entretien de sa maison, la charge que représente l’entretien de son jardin, Mme U s’inscrit dans cette logique d’échange économico-sexuel. Alors, « le rapport sexuel apparaît comme un rapport social de domination » (Bourdieu, 1998, 27) car pour reprendre les termes d’Annie Ferrand (2010, 12) « une femme pénétrée est possédée ». Cette recherche de sexualité, peut-être plus par obligation que par plaisir, explique que ce nouveau partenaire doit remplir certaines conditions. Son statut social est important, un « maçon » ne peut ainsi convenir car « trop direct ». Son âge aussi compte – il doit être plus jeune – ce qui en soi peut placer Mme U dans une autre forme de domination, car comme l’indique Germaine Greer (1992, 234) : « quel que soit notre désir de revenir à des mœurs où les jeunes gens seraient initiés à l’amour par des femmes plus âgées, ce qui améliorerait la qualité des relations sexuelles, cette évolution est improbable dans une société où le sexe est non seulement facilement accessible aux jeunes, mais obligatoire ». Ajoutons qu’en dépit de la déconsidération sociale des femmes ménopausées et de la réalité statistique, Mme U a eu de nouveaux partenaires sexuels depuis la mort de son mari.

49En cela, elle constitue un profil légèrement nouveau par rapport à ce qu’avait envisagé Rose-Marie Lagrave. En effet, contrairement aux veuves du groupe précédent, Mme U ne tend pas vers l’autonomie vis-à-vis des hommes, tout au contraire, puisqu’elle inscrit ses nouvelles rencontres dans un échange économico-sexuel. En ce sens, elle ne permet pas de dépasser les inégalités de genre. En revanche, la réalité même de sa sexualité alors qu’elle a 70 ans vient prouver le caractère arbitraire de l’association entre ménopause, âge avancé et fin de la vie sexuelle pour les femmes.

50Avant d’indiquer les apports de cet article, soulignons que les trois profils de veuves que nous avons élaborés ne reposent que sur l’analyse de sept entretiens. Pour asseoir, nuancer ou faire évoluer ces premiers résultats, il paraît donc indispensable de conduire un nombre plus grand d’entretiens. Par des récits de vie complémentaires, nous pourrions en outre développer non seulement la socialisation des veuves, mais également les expériences qu’elles ont vécues, notamment en termes de sexualité leur vie durant. Il serait alors envisageable d’établir des idéaux-types de veuves en soulignant des singularités de comportements sexuels tout en construisant la cohérence de ces comportements (Weber, 1965, 181) à la lueur des représentations qui leur sont sous-jacentes.

51À ce stade, deux enseignements ressortent néanmoins de notre analyse. Le premier nous conduit à constater une acceptation des veuves de plus de 60 ans à parler de sexualité et de leur sexualité, quand bien même elles ne sont pas allées jusqu’à évoquer leurs pratiques (Chaperon, 2002, 54). En second lieu, comme le disent Delbès et Gaymu, « le veuvage implique quasiment la fin de la vie sexuelle » (1997, 1447). Notre analyse a montré que cette nuance est fondamentale. En effet, malgré l’éducation traditionaliste que la plupart ont reçue et, à l’exception de deux veuves, les femmes de plus de 60 ans que nous avons interrogées expriment du désir, voire recherchent activement des partenaires sexuels. Ceci vient confirmer le fait que l’âge, comme le genre, sont des catégories politiques qu’il est nécessaire de « dé-biologiser » (Lagrave, 2009, 116) : l’âge associé au phénomène culturel qu’est la ménopause (Delanoë, 2001) ne signifie pas nécessairement la fin de tout désir et de toute vie sexuelle chez les veuves. Comme le disent Nathalie Bajos, Annie Ferrand, Armelle Andro (2008, 546) « les représentations de la sexualité forment un système cohérent qui permet aux rapports sociaux de sexe de se (re)produire, de se déplacer ou de s’atténuer ». Le fait que les représentations, mais aussi les comportements évoluent chez une frange ne serait-ce qu’infime de cette population, par ailleurs généralement considérée comme exclue de la sexualité active, laisse augurer une atténuation des différences dans les rapports sociaux de sexe. On peut en outre espérer que la génération suivante de veuves, parce qu’elle aura reçue une éducation plus ouverte, sera parvenue à se détacher davantage du « modèle archaïque dominant » (Héritier, 2010). Quand bien même les choses évoluent lentement en matière de sexualité, car comme l’écrivait Marie-Elisabeth Handman (2009, 99) « les vagues qui secouent les sociétés dans le champ des mentalités ne s’agitent qu’à la surface, laissant aux courants de fond leur permanence ».

Haut de page

Bibliographie

BAJOS Nathalie, FERRAND Michelle, ANDRO Armelle, « La sexualité à l’épreuve de l’égalité » in BAJOS Nathalie, BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France ; pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp. 545-576.

BARD Christine, Les femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2001.

BOZON Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2002 (2009a).

BOZON Michel, « Les âges de la sexualité, entretien avec Michel Bozon », Mouvements, 59, 2009b, pp. 123-132.

BOZON Michel, LE VAN Charlotte, « Orientations en matière de sexualité et cours de la vie », in BAJOS Nathalie, BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France ; pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp. 529-543.

BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

BUTLER Judith, Troubles dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 1990 (2006).

CARADEC Vincent, Vieillir après la retraite, approche sociologique du vieillissement, Paris, PUF, 2004.

CHAPERON Sylvie, « Histoire contemporaine des sexualités en France », XXe siècle, Revue d’Histoire, 75, 2002, pp. 47-59.

DELANOE Daniel, « La ménopause comme phénomène culturel », Champ Psychosomatique, 24, 4, 2001, pp. 57-67.

DELBES Christiane, GAYMU Joëlle, « L’automne de l’amour : la vie sexuelle après 50 ans », Population, 6, 1997, pp. 1439-1483.

DURKHEIM Émile, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1912 (1960).

FASSIN Éric, « Préface à l’édition française 2005 ; trouble-genre » in BUTLER Judith Trouble dans le genre ; le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 1990 (2006), pp. 5-19.

FERRAND Annie, « La “libération sexuelle” est une guerre économique d’occupation », Genre, sexualité et société, 3, 2010 (http://gss.revues.org/index1402.html).

GILMORE David, «Varieties of Gossip in a Spanish Rural Community», Ethnology, XVII, 1, 1978, pp.89-99.

GODELIER Maurice, « Préface » in BAJOS Nathalie, BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France ; pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp. 9-16.

GREER Germaine, Le passage ; l’expérience de la ménopause, Paris, Plon, 1992 (1991).

HANDMAN Marie-Elisabeth, « Le retour de l’ordre moral ? Éducation et sexualité » in Marie-Christine David et Laurent OTT(dir), Éduquer dans un monde en mutation, Toulouse, Érès, 2009, pp 89-102.

HÉRITIER Françoise, Masculin, féminin ; la pensée de la différence, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996.

HÉRITIER Françoise, Masculin, féminin II ; dissoudre la hiérarchie, Paris, Éditions Odile Jacob, 2002.

HÉRITIER Françoise, « Construction d’un autre modèle du rapport des sexes. Peut-on le fonder sur l’absence de hiérarchie ? » in HÉRITIER Françoise (dir.), Hommes, femmes : la construction de la différence, Paris, Editions Le Pommier, 2010, pp. 172-187.

LAGRAVE Rose-Marie, « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, 59, 2009, pp. 113-122.

LÉVI-STRAUSS Claude, « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss » in MAUSS Marcel Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1989 (1950), pp. IX-LII.

MUEL-DREYFUS Francine, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996.

REBREYEND Anne-Claire, « Sexualités vécues. France 1920-1970 », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 18, 2003, pp. 2-12.

SOMMIER Béatrice, Aimer en Andalousie du franquisme à nos jours ; une ethnologie des relations hommes-femmes, Paris, L’Harmattan, 2006.

TABET Paola, « Fertilité naturelle, reproduction forcée » in MATHIEU Nicole-Claude (dir.), L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1985, pp. 61-146.

TABET Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échanges économico-sexuels, Paris, L’Harmattan, 2004.

WEBER Max, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1904-1917 (1965).

ZANCARINI-FOURNEL Michelle, « Genre et politique : les années 1968 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 75, 2002, pp. 133-143.

Haut de page

Notes

1  Le « soi-disant » est de rigueur car rien ne dit que Mme S est stérile. Comme elle le souligne elle-même « nous n’avions pas d’enfant, mais j’ai jamais cherché la raison pour laquelle ».

2  Souligné par nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Plaud et Béatrice Sommier, « Veuves joyeuses ou honteuses ? Sexualité ou a-sexualité après 60 ans suite à la perte du conjoint », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2174 ; DOI : 10.4000/gss.2174

Haut de page

Auteurs

Cécile Plaud

Enseignante-chercheure
ESC Bretagne, ICI-UBO

Béatrice Sommier

Enseignante-chercheure
ESC Bretagne, ICI-UBO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org