Navigation – Plan du site
Dossier

Rapports à la conjugalité et à la sexualité chez les personnes âgées en Allemagne

Regarding the relationships and sexuality of elderly people in Germany
Régis Schlagdenhauffen

Résumés

Les résultats d’enquêtes menées en Allemagne sur la sexualité et la conjugalité chez les personnes âgées montrent que, quelle que soit l’orientation sexuelle, les variations de l’activité sexuelle sont bien plus liées au statut conjugal qu’à l’âge. 50% des hommes et femmes de soixante ans qui se déclarent en couple disent avoir une activité sexuelle élevée ! Aussi, c’est avant tout la perte du partenaire (mort, séparation) qui est le facteur principal empêchant les personnes âgées de continuer à avoir des relations sexuelles (72% des célibataires de 60 ans disent n’avoir plus eu de relations sexuelles depuis un an). Or, que ces personnes soient en couple ou célibataires, ils et elles considèrent que la sexualité est quelque chose d’important qui participe de la bonne santé individuelle et de celle d’un couple. Cependant, en Allemagne comme en France, hommes et femmes ne sont pas égaux sur le marché de la sexualité, ni sur celui du couple et encore moins sur celui de la rencontre... Et les choses semblent encore se complexifier lorsque l’on est gay ou lesbienne et âgé-e. En croisant les résultats d’enquêtes menées auprès de personnes hétérosexuelles et de personnes homosexuelles, il est possible de voir qu’en vieillissant les aspirations ne sont pas les mêmes selon que l’on est homme ou femmes, hétéro ou homo. Cependant, une chose semble commune à tous, avec l’âge être en couple est un plus, le ou la partenaire devenant la ressource sociale la plus importante (suivi des enfants et petits-enfants) et cela quelle que soit l’orientation sexuelle.

Haut de page

Texte intégral

1L’allongement constant de l’espérance de vie ainsi que la mutation des structures du couple et de la famille sont à l’origine de multiples changements du point de vue de l’appréhension de notions telles que notre rapport à la vie, au temps ou à la « vieillesse ». S’agissant de cette dernière notion, elle est a priori envisagée par le sens commun mais aussi par certains auteurs comme une période de transition qui provoque « des changements perturbateurs pour l’identité ». Pour paraphraser Jacqueline Trincaz, « il s’agit, pour l’individu, de renégocier une définition de lui-même alors que son environnement relationnel se transforme et que ses routines de la vie quotidienne se trouvent déstructurées » (Caradec, 2001 ; Trincaz, 2002). Entre ceux et celles qui considèrent que les vieux et les vieilles coûtent cher à la société et ceux qui voient en la vieillesse avant tout une période de la vie individuelle marquée par la déstructuration, rares sont les tenants de la position prônée par Rose-Marie Lagrave, auteure d’un article programmatique intitulé « Ré-enchanter la vieillesse » (2009).

2Selon elle, loin d’être le seul résultat du vieillissement des cellules, le vieillir est socialement construit. Autrement dit, la vieillesse fait particulièrement l’objet de normes sociales, sexuelles, familiales et « notre société jette un voile pudique sur les sexualités des vieux, par où le scandale arrive. Tout se passe comme si la vieillesse était synonyme de sortie du marché des sexualités » (Lagrave, 2009, 119). Or, paradoxalement, comme cela est souvent souligné, la vieillesse s’apparente par certains aspects à l’adolescence. Les normes sociales et sexuelles sont déstabilisées et deviennent incertaines. Ainsi, pour Lagrave l’adolescence tout comme la vieillesse « sont deux âges de disponibilité, d’indécision et de possibles bifurcations dans les orientations sexuelles » (Lagrave, 2009, 119). Face à la profusion des publications sur la sexualité et le rapport à la sexualité des adolescent-e-s, nous ne pouvons que nous affliger de constater que cet autre pendant de la vie, n’a pratiquement pas fait l’objet de recherches. En effet, loin de nous apporter des réponses sur cette question, les sociologues de la vieillesse ont systématiquement éludé la sexualité de leur champ d’investigation, comme si elle n’avait plus lieu d’être un élément prégnant dans la vie des vieux ou comme si justement elle était impensable, un tabou...

  • 1  Le premier ouvrage intitulé Sexualité et couple à l’âge de la vieillesse (Sexualität und Partnersc (...)
  • 2  Il s’agit de l’étude Global Survey of Sexual Attitudes ans Behaviors (GSSAB) à laquelle ont partic (...)

3Devant le peu de réponses qu’est en mesure de nous apporter la recherche française sur ces questions, un petit détour par l’Allemagne semble fructueux afin de mieux cerner les rapports à la conjugalité et à la sexualité chez les personnes âgées. Dans ce cadre, deux ouvrages publiés en 2005 et 2009 vont nous ouvrir une porte d’accès à ce terrain encore vierge pour la sociologie française1. Les analyses et les données mentionnées sont issues des résultats de plusieurs enquêtes menées en Allemagne en 2002 et 2003. Force est de constater que les résultats de ces publications « récentes » sur le thème de la sexualité des personnes âgées s’appuient donc sur des données datant d’il y a une dizaine d’années déjà. Or, tout laisse à penser que les choses évoluent rapidement en la matière. Il s’agit d’enquêtes quantitatives telles que Global Survey of Sexual Attitudes ans Behaviors (GSSAB)2, mixtes (Schmidt, Mattheisen, 2002) ou uniquement qualitative (Bochow, 2005).

4En Allemagne comme en France, peu de travaux existent sur cette question. Tacitement, la plupart des études réalisées sur les comportements sexuels, à commencer par celle de Kinsey (1948), excluent systématiquement les personnes âgées de leurs échantillons (la limite d’âge étant 55 ou 60 ans). Or, depuis quelques années, la question de la sexualité des personnes âgées revêt une importance accrue du fait de l’allongement de l’espérance de vie. De manière concomitante, le couple connaît lui aussi une « espérance de vie » plus longue. Qui plus est, les femmes deviennent mères plus tardivement que par le passé. L’ensemble de ces facteurs sont à l’origine de modifications profondes du point de vue de la gestion du couple et de la sexualité plus encore lorsque l’expérience vécue s’ajoute au poids des années.

Conjugalité, sexualité et vieillissement

5Selon Fooken (2005), l’appétence sexuelle et les capacités de réaction sexuelle diminuent certes avec l’âge mais, les capacités d’excitation et orgasmiques sont en principe conservées. À partir de 60 ans, et encore plus à partir de 70, nous observons une réduction significative des contacts sexuels. Mais les activités sexuelles, les envies et les fantasmes érotiques perdurent jusqu’à 80 ans et plus et ne disparaissent pas non plus complètement. En fait, c’est leur intensité, leur contenu et leur forme qui se modifient. Ainsi, chez la majorité des hommes et des femmes âgées, l’intérêt sexuel est plus important que l’activité sexuelle en tant que telle, ce que Fooken appelle un « Interest-activity-gap ». Quoi qu’il en soit, aussi bien les hommes que les femmes connaissent avec l’âge des changements : les hommes vivent de façon moins dramatique que les femmes les modifications hormonales, mais leurs fonctions sexuelles connaissent des pannes. Aussi, les hommes qui attachaient beaucoup d’importance à leur apparence, à leur force et à leur endurance sont ceux qui souffrent le plus du vieillissement. D’autant plus que le coït joue un rôle majeur pour les hommes et non pour les femmes. Pour ces dernières, c’est bien plus la capacité à échanger qui joue un rôle majeur du point de vue de la satisfaction sexuelle, avant comme après 60 ans !

  • 3  A ce propos Howard Becker nous renvoie dans Les ficelles du métier (Paris, La découverte, 2002) à (...)

6Pour revenir à la question qui nous intéresse, celle des rapports entre conjugalité, sexualité et vieillissement, Brähler et Berberich montrent dans leur ouvrage que l’activité sexuelle des personnes âgées est liée à leur situation conjugale. Ainsi, plus de 65% des personnes âgées en couple sont sexuellement actives, tandis que parmi les personnes vivant seules, seulement 6% le sont (hommes et femmes confondus). Par conséquent, selon les auteurs, il est faux de prétendre que l’insatisfaction sexuelle serait corrélée à l’âge. Selon eux, les modifications hormonales, anatomiques et neuronales n’ont pas obligatoirement d’incidence sur la satisfaction sexuelle à partir du moment où les partenaires sont en mesure d’ajuster leurs attentes. Ces résultats se rapprochent de ceux publiés en 1995 par Insa Fooken qui montrait déjà que la satisfaction dans la relation de couples est liée, non pas tant à la sexualité comme pratique mais à la capacité de parler de et d’ajuster la sexualité au sein du couple. Cependant, tandis que les femmes investissent émotionnellement la relation et cherchent à communiquer sur le sujet, les hommes ont tendance à justement l’éviter et à vouloir tout « régler sur le matelas » (Becker, 2002, 2313 ; Brähler et Berberich, 2009, 17).

  • 4  La question posée étant : « avez-vous eu une ou des relations intimes durant l’année passée ? »

7Face à ce hiatus, il est pertinent d’étudier ce qu’en pensent effectivement les hommes et les femmes âgé-e-s. Les résultats d’une étude allemande de 2002 (GSSAB) montrent que, s’agissant des hommes de plus de 60 ans, 51% se disent sexuellement actifs. Parmi les hommes ayant répondu positivement, 61% le sont dans le cadre de leur couple. Parmi les personnes n’étant pas en couple, seulement 17% se disent sexuellement actifs. S’agissant des femmes, 25% d’entre elles se déclarent sexuellement actives4. Cette différence notable s’explique en grande partie en raison d’un plus grand nombre de femmes veuves que d’hommes. En d’autres termes, le changement statutaire (marié vs. veuf/ve) semble impliquer un abandon des relations sexuelles chez les femmes mais non chez les hommes. Cette question du rapport différentiel à la sexualité selon le sexe sera discutée plus loin, lorsque nous parlerons des spécificités des couples gays et lesbiens.

8D’après cette enquête, 29% des femmes de plus de 60 ans sont célibataires, tandis que seuls 14% des hommes partagent ce statut. Trois facteurs permettent d’expliquer cette différence. Premièrement, comme nous l’avons souligné, à cet âge, un plus grand nombre de femmes sont veuves du fait du différentiel d’espérance de vie – l’espérance de vie des femmes étant plus grande que celle des hommes – qui est renforcée par l’écart d’âge entre partenaires – leur conjoint était en général plus âgé. Deuxièmement, les hommes veufs semblent avoir une plus grande facilité – et une plus grande motivation - à retrouver une partenaire... de préférence plus jeune. Troisièmement, les femmes de soixante ans et plus s’accommodent mieux du statut de célibataire que les hommes. C’est d’autant plus visible lorsque l’on demande aux femmes ce qu’elles regrettent et ce qu’elles apprécient en vivant seules. La majorité avouent regretter de ne plus avoir de partenaire avec qui discuter, passer du temps et partager de la tendresse. Mais lorsqu’on leur demande ce qu’elle apprécient le plus, les réponses de loin les plus courantes sont la liberté et l’indépendance. Enfin, pour certaines aussi, vivre seules leur a permis de se libérer des rôles traditionnels.

9En résumé, c’est la conjugaison d’un ensemble de facteurs biologiques, sociaux et culturels qui vont faire en sorte que les hommes âgés ressentent le besoin d’être en couple à l’inverse des femmes qui disent pouvoir s’en passer. Aussi, voyons dans la partie qui suit, ce qu’il en est des pratiques sexuelles des hommes et des femmes âgés qui sont en couple.

Pratiques sexuelles au sein du couple hétérosexuel âgé

10Une enquête menée en 2002 (Schmidt, Mattheisen, 2002) auprès d’un échantillon de 258 hommes et femmes nés en 1942 et établis à Hambourg (ex Allemagne de l’Ouest) et Leipzig (ex Allemagne de l’Est) avaient pour objectif de comparer le rapport à la sexualité des hommes et des femmes âgés d’exactement 60 ans (Brähler et Berberich, 2009, 157). 55% des personnes âgées de 60 ans au moment de l’enquête vivent en couple depuis plus de 25 ans (la durée moyenne étant de 37 ans) ; parallèlement, 31% des enquêtés ont une biographie de couple « non traditionnelle » : 17% ont connu une rupture biographique (c’est-à-dire une séparation) entre l’âge de 36 et 50 ans et 14% ont eu entre quatre et cinq relations stables dans leur vie.

11S’agissant des pratiques sexuelles de ces hommes et femmes âgés de 60 ans, elles ont été mises en miroir avec celles d’un groupe test composé de personnes âgées de 45 ans au moment de l’enquête. Les données présentées sont non représentatives (faiblesse de l’effectif, absence d’échantillonnage…) mais elles permettent de tracer des perspectives intéressantes. Ainsi, quel que soit l’âge, la différence du point de vue de l’activité sexuelle est bien plus liée à celle du statut (en couple versus célibataire) qu’à celle de l’âge.

Tableau 1 : Activité sexuelle en fonction du statut conjugal

Célibataire

En couple

Age / Effectif

60 ans

(N=57)

45 ans*

(N=57)

60 ans

(N=201)

45 ans

(N=198)

Pas de relations sexuelles depuis un an

72%

46%

14%

3%

Relations sexuelles sporadiques

(1 à 10 dans l’an)

12%

20%

11%

10%

Activité sexuelle régulière

(1 à 3 fois par mois)

12%

20%

25%

24%

Activité sexuelle élevée

(au moins une fois par semaine)

4%

9%

50%

63%

Source : Schmidt, Mattheisen (2009, 164).
*NB : 5% de « non réponse » dans cette catégorie

12Comme le tableau 1 le confirme, la fréquence de l’activité sexuelle est avant tout liée au statut conjugal et non à l’âge. Un autre facteur joue un rôle majeur. En effet, la longévité du couple est corrélée à une moindre activité sexuelle. La fréquence des relations sexuelles au sein du couple est donc liée à la durée de la relation. Ainsi, le taux de personnes qui déclarent au moins une relation sexuelle par semaine s’élève à :

13 - 67% chez les soixantenaires qui sont en couple depuis moins de 15 ans ;
- 50% chez les soixantenaires qui sont en couple depuis plus de 16 ans et moins de 30 ;
- 45% chez les soixantenaires qui sont en couple depuis plus de 31 ans.
S’agissant de la signification donnée à la sexualité dans la relation de couple, 21% des femmes de 60 ans disent l’avoir fait la dernière fois « par amour », alors que seuls 8% des hommes ont répondu avoir eu des relations sexuelles avec leur femme « par amour ». La signification accordée aux relations sexuelles est mise en lumière au moyen des réponses données à la question « quelle signification ont les relations sexuelles pour votre couple ? » :

Femmes

- « C’est très satisfaisant et équilibrant en cas de problèmes. Avec l’âge, la sexualité est devenue plus satisfaisante que durant la jeunesse » (en couple depuis 29 ans)

- « En vieillissant, la sexualité continue à enrichir notre couple. Elle a désormais une autre fonction, elle n’est plus si impulsive, elle est plus partie intégrante de l’amour. Cela a quelque chose à voir avec le fait d’être heureux » (en couple depuis 18 ans)

- « Nous nous sommes bien amusés de par le passé. Mais mon mari est impuissant depuis 1996. J’aimerais bien continuer à avoir des relations sexuelles [avec lui]. Mais nous ne faisons plus rien ensemble. Mon mari prend de la distance » (en couple depuis 19 ans)

- « Pour moi, la sexualité ne joue aucun rôle. Lorsqu’on a des relations sexuelles, j’apprécie. Je pourrais en fait m’abstenir d’en avoir, mais lorsque nous le faisons, c’est agréable » (en couple depuis 39 ans)

Hommes

- « C’est le paradis, comment puis-je décrire cela ? J’aime le faire. Je préférerais que mon amie vienne et me dise, allez viens. Mais dans les faits, ça vient toujours de moi » (en couple depuis un an)

- « La proximité, la tendresse, c’est une forme de proximité, qui a un effet et qui rend le quotidien plus lumineux » (en couple depuis 42 ans)

- « Pour moi, c’est très important, mais pas pour ma femme. Elle ne veut plus, elle a des douleurs et n’a plus d’envie. Je donnerais des millions pour que ce soit autrement. Une bonne activité sexuelle est importante pour conserver son corps sain ! J’aurais voulu avoir plus d’enfants » (en couple depuis 37 ans)

- « La sexualité, c’est pas le plus important dans la relation... parce que ça fait des années que nous n’en avons plus. Ne plus avoir de sexualité créé un manque, mais ça ne conduit pas à mettre un terme à la relation. On ne peut pas tout avoir dans la vie » (en couple depuis 15 ans)

Source : Schmidt, Mattheisen (2009, 166).

14Ces extraits montrent qu’il n’y a pas forcément de différence significative entre les réponses des hommes et celles des femmes, tant les réponses peuvent varier. Aussi, ces réponses ont été classées au sein d’un tableau qui permet de voir quel rôle peut jouer la sexualité pour les hommes et les femmes au sein d’une relation (tableau 2).

Tableau 2 : Quel rôle joue la sexualité au sein de votre couple (réponse en%)

Hommes

(N=107)

Femmes

(N=95)

Total

(N=202)

La sexualité ne joue plus aucun rôle

9

32

21

La sexualité a un rôle peu important, elle a perdu en importance

26

31

29

La sexualité c’est important, beau, harmonieux, significatif

46

24

35

La sexualité fait naturellement partie de la vie commune

14

4

9

La sexualité n’est importante que pour l’un des deux partenaires

8

11

10

Notre sexualité est gravement perturbée pour raisons de santé

7

7

7

La tendresse, c’est important. Mais pas les relations sexuelles

2

8

5

Source : Schmidt, Mattheisen (2009, 168).
Des réponses multiples étaient possibles, d’où un total supérieur à 100%

15Des différences majeures existent entre homme et femmes (tableau 2). Ainsi pour 32% des femmes, la sexualité ne joue plus aucun rôle, alors que seulement 9% des hommes partagent ce point de vue. À l’inverse, la sexualité demeure quelque chose d’important et de significatif pour près de 50% des hommes, contre 24% des femmes. La manière dont est considérée la sexualité varie en fonction du genre. Faut-il y voir une tendance forte ou un effet des normes de genre, l’activité sexuelle étant valorisée comme une des composantes de la masculinité en matière de représentation de la sexualité, combinée à une valorisation sociale de l’activité sexuelle qui se traduirait dans les réponses obtenues notamment sur la fréquence des rapports déclarés ? Aussi, est-il intéressant de croiser les données disponibles avec celles d’autres enquêtes, l’une portant sur les relations lesbiennes et l’autre sur la conjugalité gay.

Homosexualité et conjugalité : les gays et lesbiennes âgé-e-s

16Kirsten Pölz, auteure d’une contribution sur les relations intimes chez les femmes lesbiennes, nous permet de mieux appréhender cette question. Notons que l’auteure considère qu’il est inapproprié de parler de l’identité lesbienne comme d’une identité fixe. Elle préfère recourir à la notion de « relations et sentiments lesbiens » (Brähler et Berberich, 2009, 111) et cela d’autant plus que l’on a tendance à réduire l’identité lesbienne à la sexualité. Aussi, afin de mieux cerner le contenu et le sens de ces relations intimes, Pölz a mené des entretiens semi-directifs auprès de 22 femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes, toutes âgées de plus de 55 ans. Cependant, très peu de résultats significatifs ressortent de la succession d’extraits d’entretiens qui composent cette étude, à l’exception des éléments suivants.

17Le premier constat qu’établit l’auteure est que pour la majorité des femmes interviewées, leur partenaire est qualifiée de personne « la plus importante dans leur vie ». Néanmoins, cet attachement ne se traduit pas publiquement de la même manière que dans le cadre des relations hétérosexuelles. Ainsi, les couples de femmes sont souvent invisibles dans l’espace public, du fait du poids du stigmate homosexuel et de l’exposition à la violence lesbophobe.

18Le second constat est que la conjugalité n’est pas synonyme de cohabitation résidentielle. Ainsi, moins d’un tiers des femmes interrogées vivent avec leur partenaire ; à l’inverse, des hommes gays âgés qui ont une préférence pour la vie de couple (cf. infra). Cet écart est difficile à interpréter au regard de la taille de l’échantillon, mais il constitue néanmoins une piste de recherche intéressante.

19Enfin, s’agissant des lesbiennes qui sont célibataires, l’étude de Pölz révèle la difficulté qu’ont ces femmes âgées de rencontrer une nouvelle partenaire. L’auteure considère que cela explique par le manque d’infrastructures, de lieux commerciaux et d’espaces de sociabilité dédiés.

  • 5  Le §175 du Code pénal allemand qui condamnait les relations sexuelles entre majeurs constants a ét (...)
  • 6  Dans ce cadre, 42 entretiens ont été réalisés avec des hommes âgés de 55 à 80 ans qui se répartiss (...)

20Dans une étude sur les gays âgés, Michael Bochow rejoint Pölz sur ce point mais aussi sur l’importance des prénotions dans ce champ étude où la sexualité est davantage présupposée qu’appréhendée par des travaux documentés. Afin de mieux cerner les questions spécifiques liées à la sexualité des hommes homosexuels âgés, l’auteur a délimité dans un premier temps leur situation. Puis, il a reconstitué leur biographie sachant que la plupart d’entre eux avaient vécu la décriminalisation de l’homosexualité qui a été dépénalisée en 1968 en Allemagne de l’Est et en 1969 à l’Ouest5. Ainsi, les entretiens réalisés cherchaient à éclairer plusieurs aspects de la vie de ces hommes, à commencer par le moment où ils avaient eu conscience d’être attirés par des personnes de leur sexe ; ce processus étant souvent long et complexe (Bochow, 1998 ; Grossmann, 2000). Parallèlement, il s’agissait d’analyser la gestion du stigmate en voyant de quelle manière et à qui ces hommes révélaient ou cachaient leur homosexualité selon les âges de leur vie. Souvent, présentés comme étant seuls et délaissés6, il s’agissait enfin d’étudier précisément la gestion des relations sociales de ces homosexuels âgés.

  • 7  Sur le récit de vie, cf. Daniel Bertaux, Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 3e éd., 2010.
  • 8  À chaque catégorie idéale typique correspondent plusieurs parcours exemplaires qui font de ce livr (...)

21Grâce au recueil de récits de vie7, Bochow a été en mesure de construire plusieurs catégories idéal typiques, qui mettent à mal l’idée souvent répandue de l’homosexuel âgé qui vit « solitaire » et isolé. Ce type idéal existe effectivement, mais il n’est qu’une catégorie parmi les six définies par Bochow. Il oppose ainsi les « précoces » qui ont très jeune accepté leur préférence pour les personnes de même sexe et ont rapidement entamé une trajectoire homosexuelle aux « traumatisés ». Ces derniers n’ont accepté leur homosexualité que tardivement (vers la cinquantaine en général). Ils avaient jusqu’alors des relations platoniques et s’investissaient par compensation dans leur vie professionnelle. Bochow propose ensuite une autre figure duale autour de la visibilité. Il distingue ceux qui vivent « cachés » et qui pour la plupart ne se définissent ni comme homosexuels ni comme bisexuels mais on cependant des relations sexuelles avec des personnes de leur sexe. Leur vie sociale s’inscrit dans un monde exclusivement hétérosexuel et lorsque la pression sexuelle devient trop forte, ils assouvissent leur pulsion dans un lieu dédié au sexe entre hommes (sauna, parc, etc.). Ce profil s’oppose aux « solitaires » qui se définissent comme gays ou bisexuel mais qui n’ont pratiquement pas de relations sociales et sexuelles. Enfin, un troisième couple idéal-typique est constitué des « pères de famille » et des « soixante-huitards ». Les premiers sont ceux qui ont réussi la quadrature du cercle. Ils se sont mariés jeunes, ont eu des enfants jusqu’à un moment de remise en question profonde et à l’adoption d’une identité homosexuelle. Ils vivent en couple avec leur compagnon, sont parvenus à conserver de bonnes relations avec leur ex-femme et apprécient passer du temps avec leurs petits-enfants. Les seconds constituent un modèle plus flou, d’homme en décalage avec les normes, pour qui l’homosexualité est aussi (pour ne pas dire surtout) une identité politique. Ces derniers sont favorables à des changements sociétaux qu’ils auraient assurément condamnés en 1968, tel que l’ouverture du mariage pour les personnes de même sexe8.

  • 9  Michael Bochow, in Brähler et Berberich, op. cit, p. 130 : selon un enquêté, il convient « de dist (...)

22Pour revenir à la conjugalité et à la sexualité, le livre de Bochow peut être lu comme une réponse à Michel Bozon, selon qui « les homosexuels âgés vivraient rarement en couple » (Bozon, 2002 ; Bochow, 2005, 319). D’après les entretiens biographiques menés par Bochow, il ressort en premier lieu que la majorité des hommes vivent dans une relation monogame avec un partenaire masculin. De plus, parmi eux, certains ont des relations sexuelles extraconjugales et soutiennent que ces relations participent d’une forme de communication interhumaine qui ne met aucunement en péril leur relation de couple (Bochow, 2009, 130)9.

23Un autre point intéressant mis en lumière grâce à cette étude est la différence d’âge entre partenaires. Parmi les quinze enquêtés qui vivent en couple, cinq ont un partenaire plus jeune qu’eux de vingt ans, voire plus. Ces données corroborent les résultats d’une étude menée aux États-Unis selon laquelle les hommes gays âgés ont une préférence pour des partenaires plus jeunes qui auraient une préférence pour des hommes plus âgés (Wernicke, 2001, 69).

  • 10  Hans-Peter Buba et Helene Weiss, Einsamkeit und soziale Isolation schwuler Männer, Düsseldorf, Min (...)

24S’agissant des relations sociales, les homosexuels âgés sont pensés comme solitaires et isolés (Buba et al., 2003, 140-41)10. L’étude qualitative de Bochow montre qu’il n’en est rien et que les hommes interviewés ont de nombreux contacts avec leur « famille de choix » et des réseaux amicaux. Aussi, dans la mesure où la plupart des hommes qui étaient un jour mariés ont eu des enfants, il est notable de remarquer qu’ils disent tous entretenir de bonnes relations avec leurs enfants. Ces derniers sont présentés comme une ressource sociale importante et ces hommes considèrent leur situation comme privilégiée par rapport à celle des homosexuels n’ayant jamais été père. Il en va de même des petits-enfants. De plus, leur homosexualité ne semble pas – ou plus - être vécue par leurs enfants, leurs petits enfants et d’autres membres de leur famille comme un problème, mais plutôt comme un fait accepté qui participe de l’épanouissement de toute la famille. Cependant, il convient de souligner que l’acceptation du rôle de « père homosexuel » ou de « grand père homosexuel » est corrélée à une mise en avant positive de ce statut par l’ex-épouse (p. 329) qui ne peut se faire qu’après une phase de reconstruction de la relation sur de nouvelles bases. Néanmoins, de nombreux hommes ont souligné durant l’entretien l’impossibilité pour leur ex-femme de trouver un nouveau partenaire, ces dernières considérant leur ex-mari comme irremplaçable ! Aussi, cette fidélité sociale de ces ex-femmes envers leur ex-mari est manifestée en retour par un témoignage de gratitude et de reconnaissance de la part de leur ex-mari.

  • 11  J. Weeks, B. Heaphy, C. Donovan, Same sex intimacies. Families of choice and other life experiment (...)

25Les relations amicales sont aussi étudiées par Bochow. Plus ces hommes sont à l’aise avec leur homosexualité, plus ils comptent d’amis. Les anciens partenaires font souvent partie du cercle des amis et forment une composante de ce que Weeks et al. (2001)11 nomment la « famille de choix » (family of choice). Cette notion de famille élective serait typique des personnes gays et lesbiennes et liée à une prise de distance avec la « famille de sang » en raison même de l’homosexualité. Néanmoins, Bochow remarque qu’à l’exception des « solitaires », les personnes interviewées ont plutôt de bons contacts avec aussi bien leur famille biologique qu’avec leur famille élective.

26Comme l’ont montré les deux ouvrages qui constituent la matière de cet article, les personnes âgées ont une sexualité et le sens qu’ils et elles accordent à celle-ci varie en fonction de leur parcours biographique. Ainsi, comme l’a montré Bochow dans sa typologie, le fait d’être plutôt « précoce » ou « traumatisé », « caché » ou « solitaire », « parent » ou « soixante-huitard » influe sur le rapport entretenu à la conjugalité et à la sexualité.

27L’âge, en effet, n’est pas un facteur décisif en ce qui concerne le rapport entretenu par les hommes et femmes de plus de 60 ans avec la sexualité. C’est bien plus la présence d’un-e conjoint-e, c’est-à-dire d’un-e partenaire sexuel-le en qui l’on a confiance et sur qui l’on peut compter. Cela est d’autant plus visible lorsque l’on constater que les résultats de l’ensemble des études menées en Allemagne s’accordent à faire du partenaire la ressource sociale la plus importante pour ces hommes et ces femmes (suivi des enfants et des ami-e-s). Qu’en est-il en France, dans quelle mesure ces résultats sont-ils transposables ? Les mêmes différences entre hommes et femmes concernant la signification donnée à la sexualité au sein du couple sont-elles observables ? Les homosexuels ont-ils des parcours biographiques similaires sachant que l’homosexualité n’y était pas condamnée dans les mêmes termes qu’en Allemagne ? Autant de questions qui restent ouvertes.

Haut de page

Bibliographie

BECKER Howard, Les ficelles du métier, Paris, La découverte, 2002.

BERTAUX Daniel, Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 3e éd., 2010 (1997).

BEUTEL M.E. et al., « Sexual activity, sexual partnership satisfaction in ageing men – results from a German representative study », Andrologia, 24, 2002, pp. 22-28.

BOCHOW Michael, Ich bin doch schwul und will das immer bleiben. Schwule Männer im dritten Lebensalter, Hambourg, Männerschwarm, 2005.

BOCHOW Michael, Schwules Leben in der Provinz. Zum Beispiel Niedersachsen, Berlin, Sigma, 1998.

BOZON Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2002.

BRÄHLER Elmar, BERBERICH Hermann J. (dir.), Sexualität und Partnerschaft im Alter, Giessen, Psychosozial-Verlag, 2009.

BUBA Hans-Peter, WEISS Helene, Einsamkeit und soziale Isolation schwuler Männer, Düsseldorf, Ministerium für Gesundheit, Soziales, Frauen und Familie, 2003.

Caradec Vincent, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Nathan, 2001.

FOOKEN Insa, « Eros und Sexualität im mittleren und höheren Erwachsenenalter », in FILIPP S.-H., STAUDINGER U.-M. (dir.), Entwicklungspsychologie des mittleren und höheren Erwachsenenalters, Göttingen, Hogrefe, 2005.

FOOKEN Insa, « Geschlechterdifferenz oder Altersandrogynität ? Zur Beziehungsentwicklung in langjährigen Ehebeziehungen », in KRUSE A., SCHMITZ-SCHERZER R. (dir.), Psychologie und Lebensalter, Darmstadt, Steinkopff, 1995, pp. 231-39.

GAGNON John, SIMON William, Sexual conduct, Chicago, Aldine Publishing, 1973.

GROSSMANN Thomas, Prähomosexuelle Kindheiten. Eine empirische Untersuchiung über Geschlechtsrollenkonformität und –non-Konformität bei homosexuellen Männern in Kindheit, Jugend und Erwachsenenalter, thèse de psychologie, sous la direction de Gunter Schmidt, Université de Hambourg, 2000.

KINSEY Alfred, Le comportement sexuel de l’homme, Paris, Éditions du Pavois, 1948.

LAGRAVE Rose-Marie, « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, 59, 2009, pp. 113-122.

PUIJALON Bernadette, TRINCAZ Jacqueline, Le Droit de vieillir, Paris, Fayard, 2000.

SCHMIDT Gunter, MATTHEISEN Silja, « Spätmoderne 60-Jährige », in BRÄHLER Elmar Brähler, BERBERICH H.-J. (dir.), Sexualität und Partnerschaft im Alter, Giessen, Psychozialer Verlag, 2009, pp. 157-76.

TRINCAZ Jacqueline, « Compte-rendu de Sociologie de la vieillesse et du vieillissement », L’Homme, 163, 2002, pp. 300-301.

TRINCAZ Jacqueline, « Les fondements imaginaires de la vieillesse dans la pensée occidentale », L’Homme, 147, 1998, pp. 167-189.

WEEKS J., Heaphy B., Donovan C. (dir.), Same sex intimacies. Families of choice and other life experiments, Londres, Routledge, 2001.

Haut de page

Notes

1  Le premier ouvrage intitulé Sexualité et couple à l’âge de la vieillesse (Sexualität und Partnerschaft im Alter) coédité par Elmar Brähler et Hermann J. Berberich (Psychosozial-Verlag, Giessen, 2009) comprend neuf contributions qui abordent le thème du couple selon différentes perspectives (sociologique, sexologique, psychothérapeutique). Qui plus est, les éditeurs ont choisi de tenir compte des différentes orientations sexuelles des couples : hétérosexuel, gay, lesbien. Le second ouvrage est le résultat d’une étude menée par Michael Bochow, sociologue au WZB (Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung) intitulée Je suis gay et je veux le rester. Les hommes gays au troisième âge (Ich bin doch schwul und will das immer bleiben. Schwule Männer im dritten Lebensalter)(Bochow, 2005 ; Brähler, Berberich, 2009).

2  Il s’agit de l’étude Global Survey of Sexual Attitudes ans Behaviors (GSSAB) à laquelle ont participé 1500 personnes âgées de 40 à 80 ans, domiciliées en Allemagne. Cf. M.E Beutel. et al., « Sexual activity, sexual partnership satisfaction in ageing men – results from a German representative study », Andrologia, 24, 2002, pp. 22-28.

3  A ce propos Howard Becker nous renvoie dans Les ficelles du métier (Paris, La découverte, 2002) à l’étude de John Gagnon et William Simon : Sexual conduct, Chicago, Aldine Publishing, 1973.

4  La question posée étant : « avez-vous eu une ou des relations intimes durant l’année passée ? »

5  Le §175 du Code pénal allemand qui condamnait les relations sexuelles entre majeurs constants a été abrogé en 1969.

6  Dans ce cadre, 42 entretiens ont été réalisés avec des hommes âgés de 55 à 80 ans qui se répartissent de la façon suivante : sept âgés de 55-59 ans, neuf de 60 à 65, neuf de 66 à 70, cinq de 71 à 78 (soit trente hommes âgés de 55 à 78 ans). Parallèlement, un groupe témoin avait été constitué avec un groupe de « trentenaires » qui se répartissent de la manière suivante, 4 de 32 à 35 ans, 8 de 36 à 39 (n30 = 12). S’agissant de la composition socioprofessionnelle du groupe de personnes étudiées, Bochow a fait attention à ce que les personnes diplômées ne soient pas surreprésentées, autrement dit, il a cherché à faire en sorte que les personnes des classes populaires fassent, elles aussi, partie de l’échantillon. S’agissant de leur situation familiale, la moitié des interviewées ont été mariés (2 mariés, 9 divorcés, 3 veufs) et certains d’autres eux ont des enfants. Ces résultats confirment ceux obtenus par d’autres études sur les hommes gays.

7  Sur le récit de vie, cf. Daniel Bertaux, Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 3e éd., 2010.

8  À chaque catégorie idéale typique correspondent plusieurs parcours exemplaires qui font de ce livre un trésor d’empirique pour tout amateur du récit de vie. Afin de faciliter la comparaison, Bochow a scandé chaque récit de vie en cinq parties : « esquisse biographique », « stations biographiques », « situation de vie actuelle » ainsi que « bilan et perspectives ».

9  Michael Bochow, in Brähler et Berberich, op. cit, p. 130 : selon un enquêté, il convient « de distinguer le sexe et l’amour [...]. Par moments, il m’arrivait d’avoir besoin de relations sexuelles avec d’autres hommes, tout comme cela pouvait arriver à mon partenaire » (interview n°8).

10  Hans-Peter Buba et Helene Weiss, Einsamkeit und soziale Isolation schwuler Männer, Düsseldorf, Ministerium für Gesundheit, Soziales, Frauen und Familie, 2003.

11  J. Weeks, B. Heaphy, C. Donovan, Same sex intimacies. Families of choice and other life experiments, London, Routledge, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Schlagdenhauffen, « Rapports à la conjugalité et à la sexualité chez les personnes âgées en Allemagne », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gss.revues.org/2205 ; DOI : 10.4000/gss.2205

Haut de page

Auteur

Régis Schlagdenhauffen

Post-doctorant allocataire de l’IEC
Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org