Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Abraham Julie, Metropolitan Lovers: The Homosexuality of Cities

Minneapolis, University of Minnesota Press, 2009
Marianne Blidon
Référence(s) :

Abraham Julie, Metropolitan Lovers. The Homosexuality of Cities, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2009.

Texte intégral

  • 1  « This book is a cultural, not a social, history ». Traductions de l’auteure du compte-rendu.
  • 2  « Florida présente “la ville” comme le site par excellence de la créativité humaine, offrant pour (...)
  • 3  « A study of the modern history – the forms, the contents, and the consequences – of the crossiden (...)

1Plus qu’un lieu commun, le lien entre ville et homosexualité est devenu l’un des postulats des études gays et lesbiennes, sans que ses présupposés originels et ses implications ne soient réellement questionnés. Or, ce lien ne va pas de soi et sa naturalisation interroge les fondements d’un champ qui s’est constitué par opposition à une vision essentialiste portée notamment par les médecins, puis par les psychiatres. Metropolitan Lovers,second ouvrage publié par Julie Abraham qui est professeure de littérature, permet de dépasser une vision figée et d’éclairer de manière très convaincante cette question à partir de cas empruntés à différentes métropoles américaines et européennes au xixe et au xxe siècles. Cette « histoire culturelle »1 (p. xv) revient sur la construction d’un double imaginaire urbain. D’une part, la légende noire : la ville moderne, descendante de Sodome, serait par essence l’espace du vice et de la dépravation dont l’homosexualité serait l’un des symptômes. Autant d’arguments anciens repris aujourd’hui par les conservateurs américains dans les débats publics. De l’autre, une vision idéalisée : la ville moderne garantirait l’anonymat, la tolérance et la liberté, tout en favorisant l’émancipation, l’individualisation des modes de vie et la maximisation des rencontres, autant d’éléments favorables à la réalisation d’une vie homosexuelle. Ces arguments sur la métropole tolérante se retrouvent aujourd’hui de manière emblématique dans l’« indice gay » créé par Richard Florida2. À cette dystopie et à cette utopie, elle substitue un portrait plus complexe, plus nuancé et plus riche des « identifications croisées de l’homosexualité avec la ville et de la ville avec l’homosexualité […] [identifications] qui ont à leur tour façonné notre compréhension de la modernité »3 (p. xvii). Il s’agit de montrer comment la ville est un espace où les homosexuels doivent négocier leur place et comment l’identification des homosexuels avec la ville est un discours qui participe de la production de l’espace urbain.

2Metropolitan Lovers laissera probablement perplexes les lecteurs attachés au respect des frontières disciplinaires, à celui des cadres chronologiques et géographiques – unité de temps, unité de lieu – et à celui de la cohérence du corpus. Autant d’éléments dont s’affranchit l’auteure pour structurer son propos à partir du dialogue d’auteurs homosexuels (Wilde, Addams, Hall, Baldwin) ayant objectivé leur expérience urbaine avec des écrivains (Balzac, Baudelaire, Zola) et des théoriciens (Simmel, Benjamin, Park, Sennett) qui ont été des observateurs privilégiés de la ville à la même époque. À partir de ce corpus littéraire et académique, elle analyse de manière fine les figures saillantes d’une époque – celles du flâneur, de la prostituée, du délinquant ou de la drag queen – dont elle interroge les liens organiques avec la ville.

  • 4  « This reorganization of the population had two intertwined elements : a reorganization of the rel (...)
  • 5  « First, they crossed proper social boundaries of class and of race, and second, they formed group (...)
  • 6  « Baldwin was acutely aware that his mobility and privacy in Paris were based not only on the stru (...)

3Cette approche lui permet par exemple de montrer, à partir de la relecture de James Baldwin et de Jane Jacob, comment à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la réaffirmation des normes de genre et de sexualité passe par une reconfiguration de l’espace urbain. « Cette réorganisation de la population avait deux dimensions étroitement liées : une réorganisation des relations entre hommes et femmes (sous la forme d’un retour à une masculinité et une féminité normées), et une réorganisation entre la ville et ses alentours (lesquels ont été rapidement transformés en banlieues résidentielles). Les relations hétérosexuelles furent ainsi réorganisées en partie grâce à la réorganisation de l’espace »4 (p. 169-170). La morphologie urbaine américaine est aussi une morphologie sociale. Le développement des banlieues résidentielles accompagne l’essor de l’industrie automobile. Les suburbs deviennent le territoire des cols blancs et de leurs femmes (au foyer), l’espace d’expression de l’american way of life, avec ce que cela implique de valeurs consuméristes, familialistes et individualistes. Cette mobilité résidentielle laisse vacants les centres urbains dégradés, qui sont alors dévolus aux pauvres, aux étrangers et aux noirs. Ces espaces abritent aussi les lieux de la visibilité et de la sociabilité homosexuelle masculine. Ainsi, elle lit la persécution des homosexuels par l’administration McCarthy comme un élément d’un dispositif plus large de catégorisation et de stigmatisation de ce qui s’écarte de la norme et pourrait subvertir l’ordre politique, économique et moral durant la Guerre Froide. Les homosexuels troublent l’ordre social car « ils transgressent les frontières sociales et raciales, et ensuite, ils se constituent en groupes. Ces comportements ont été associés à la ville parce les villes non seulement contiennent des personnes de classes et de races différentes, mais elles vont jusqu’à favoriser le brouillage des frontières de classe et de race dans la promiscuité inévitable des foules urbaines »5 (p. 174-175). Si les écrits de Jane Jacob battent en brèche la représentation des désordres urbains, James Baldwin en tant que noir américain gay dévoile une expérience plus contrastée de l’émancipation urbaine liée au statut d’« étranger ». Ce statut était ambigu pour un noir américain durant et après l’abolition des lois de ségrégation. « Baldwin était très conscient que sa mobilité et la garantie de sa vie privée à Paris étaient liées non seulement à la structure de Paris en tant que métropole et à la distance qui le séparait de chez lui, mais aussi à son statut d’Américain »6 (p. 193) ; rappelant ainsi que la liberté d’être homosexuel n’est pas le propre d’une ville mais dépend aussi fortement de la manière dont les catégories sociales sont hiérarchisées, perçues et traitées à la fois dans les histoires locales et dans les histoires nationales.

4L’ouvrage offre de nombreux apports originaux parmi lesquels le parti pris de traiter les questions gay et lesbienne de manière différenciée et à égalité dans l’économie générale de l’ouvrage ce qui permet de mettre en évidence le rôle que les lesbiennes ont eu dans la production de la ville et dans la production d’un discours sur la ville, notamment comment elles ont servi d’argument à un discours de dénonciation de l’autonomie des femmes, à la fois cause et symptôme du vice urbain. Un second apport est de remplacer la notion de visibilité par celle plus riche et complexe de lisibilité qui permet de penser des interactions sociales entre individus sans faire de la visibilité une évidence. Un troisième est de montrer comment des arguments similaires ont pu être mobilisé à un siècle d’intervalle pour faire des homosexuels l’incarnation du refus des obligations familiales, puis pour disqualifier la demande d’ouverture du mariage aux homosexuels. Un dernier est de montrer de manière fine comment s’articulent assignations sociales et spatiales.

5Au final, cet ouvrage est remarquable non seulement par son caractère hybride et atypique, mais aussi par l’intérêt de son contenu. Plusieurs critiques lui ont déjà été adressées, notamment celle d’être uniquement centré sur les grandes métropoles des côtes, ce qui n’est pas totalement juste dans la mesure où la postface s’ouvre sur des villes moins connues des États-Unis, qui permettent de sortir d’une géographie simpliste articulée autour de la dichotomie rural/urbain, l’urbain étant souvent réduit aux grandes métropoles. Ce qui permet à Julie Abraham de rappeler un enjeu fondamental de cette question : la liberté de choisir sa place. « Shepard, Teena, et Gaither [NDT - Matthew Shepard, Brandon Teena, Billy Jack Gaither ont été assassinés et sont devenus les symboles de l’homophobie rurale] ont refusé d’accepter la ville comme seul endroit dans lequel ils pourraient être gays, et, ce faisant, ils ont refusé la place sociale qui leur était prescrite, la place d’exclus de la vie “normale” au centre du territoire et de la famille. Présenter leur mort comme le résultat de leur localisation – parce qu’ils appartenaient physiquement et socialement à un ailleurs – c’est insister non seulement sur les questions de place au sens géographique aussi bien qu’au sens social. Simultanément, affirmer le caractère distinct et la valeur de la vie dans une petite ville – à la différence des racines (urbaines) supposées des homosexuels – c’est affirmer la valeur d’un mode de vie dans lequel chacun et chacune a sa place » (p. 278-279).

Haut de page

Notes

1  « This book is a cultural, not a social, history ». Traductions de l’auteure du compte-rendu.

2  « Florida présente “la ville” comme le site par excellence de la créativité humaine, offrant pour preuve une histoire urbaine du XXe siècle qui va de Robert Park et l’École de Chicago à Jane Jacob, indiquant ainsi clairement son engagement pour un modèle métropolitain. Mais il se concentre sur les gays comme aménageurs non en raison de leur propre créativité - leurs rôles en tant que producteurs culturels ou économiques, dimensions classiques du roman de la communauté gaie ; pour Florida, les gays sont des aménageurs parce qu’ils sont les “canaris de la économie créative”. [...] Les gays ont été transformés de sauveurs urbains en purs indices signes de l’urbanité et, en tant que tel, en signes du potentiel de survie de “la ville” » (p. 290-291).

3  « A study of the modern history – the forms, the contents, and the consequences – of the crossidentifications of homosexuality with the city and of the city with homosexuality. It maps the convergences, the exchanges of meaning, the transfers of value, and the intertwined fates of understandings of homosexuality and the city that have in turn shaped our comprehension of modernity ».

4  « This reorganization of the population had two intertwined elements : a reorganization of the relations of men and women (under the guise of a relieved return to proper masculinity and feminity), and a reorganization of the relationship between cities and their surroundings (which were to be turned into suburbs as quickly as possible). Heterosexual relations would be reorganized in part through the reorganization of space. »

5  « First, they crossed proper social boundaries of class and of race, and second, they formed groups. These behaviors were associated with the city because cities not only contained people of different classes and races but were understood to foster the blurring of class and racial boundaries in the promiscuous intermingling inevitable in urban crowds. Yet at the same time, those who lived in cities belonged to groups. »

6  « Baldwin was acutely aware that his mobility and privacy in Paris were based not only on the structure of Paris as a city and his distance there from “home” but also on his status as an American. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Abraham Julie, Metropolitan Lovers: The Homosexuality of Cities », Genre, sexualité & société [En ligne], 6 | Automne 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://gss.revues.org/2216

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org