Navigation – Plan du site
Dossier
Traduction

Le code sexuel d’un slum

A Slum Sex Code
William Foote Whyte
Traduction de Suzie Guth

Résumés

Les hommes des slums [quartiers pauvres] se comportent en fonction d’un code sexuel élaboré et contraignant. Lorsqu’elles sont vierges, les femmes sont classées comme des « filles bien » ; elles appartiennent sinon à trois autres catégories. Pour chacune des catégories correspond un type approprié de comportement, soutenu par des sanctions sociales. Les liens sociaux et familiaux à l’intérieur de la communauté déterminent également le comportement sexuel. Le code limitant l’activité sociale au sein du slum, il tend à encourager les jeunes (hommes et femmes) à nouer des contacts à l’extérieur du quartier et faciliter ainsi l’assimilation et la mobilité sociale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est paru initialement sous le titre « A Slum Sex Code », dans la revue American Journal of Sociology, 49, 1, 1943. Sa publication a eu lieu la même année que celle de Street Corner Society, l’ouvrage de William Foote Whyte devenu un classique de la sociologie nord-américaine, traduit en français en 1995 (éd. La Découverte). L’article est fondé sur la même enquête ethnographique, réalisée pendant plus de trois ans, dans le quartier italien du North End à Boston, à la fin des années 1930. Il révèle les mêmes caractéristiques méthodologiques et rédactionnelles que le texte de Street Corner Society, mises au jour notamment par le préfacier de son édition française, Henri Peretz, ainsi que par Suzie Guth (Sociétés contemporaines, n° 25, 1997) qui a participé à la traduction de l’ouvrage et réalisé celle du « Code sexuel d’un slum » pour ce numéro. Nous l’en remercions ici, ainsi que la revue American Journal of Sociology qui nous a permis de traduire et de re-publier ce texte à titre gracieux.

Texte intégral

1Les gens respectables des classes moyennes ont des normes de comportement sexuel bien définies. Ils ont tendance à considérer qu’un comportement qui ne respecte pas ces normes est déviant et qu’il n’est soumis à aucun code éthique. Je me propose de montrer que, dans un quartier particulier dont on pense généralement qu’il se caractérise par le relâchement du comportement sexuel, on trouve en réalité un code sexuel sophistiqué. L’étude de la vie sociale et sexuelle de ce quartier pauvre nous donnera également certaines indications sur la nature du processus d’assimilation d’une communauté d’étrangers à la société américaine.

  • 1  Ainsi que le précise William Foote Whyte en note de son article, un compte-rendu détaillé de cette (...)

2Mes connaissances découlent de trois ans et demi d’étude du quartier pauvre [slum] italien de « Cornerville », à « Eastern City »1. C’est en discutant avec beaucoup d’hommes appartenant aux bandes des rues [corner gangs], dans lesquelles j’étais un observateur participant, j’ai pu étudier le code sexuel du slum tel que le conçoivent les gars de la rue.

3Mon récit s’inscrit sur un fond de vie sociale locale. Dans l’Italie rurale, comme dans d’autres sociétés paysannes, le groupe familial s’efforçait de contrôler les relations sociales et les rapports sexuels des enfants. Ce sont les parents du futur couple qui arrangeaient le mariage, et un jeune homme n’était pas autorisé à rendre visite à une jeune fille tant qu’il n’avait pas été agréé comme prétendant. L’effet de ce système se fait encore sentir à Cornerville : les parents essaient de surveiller leurs filles de près ; dans la plupart des cas, ils ne réussissent pas à organiser le mariage de leurs enfants, ils conservent le contrôle sur le foyer. Un gars de la rue sait que, s’il vient voir une jeune fille chez elle, les parents de celle-ci (et tout le monde avec eux) considéreront qu’il a l’intention de l’épouser. Aussi reste-t-il dehors tant qu’il n’est pas absolument sûr de ses propres intentions. Il hésitera même à donner rendez-vous à une fille car, s’il sortait seul avec elle, on penserait aussitôt qu’il en est le « petit ami ».

4Les bals organisés par les clubs locaux marquent le point culminant des activités sociales. À l’exception de ceux qui sortent en couple, les gars et les filles se rendent au bal en groupes distincts. L’homme choisit pour chaque danse une cavalière différente et, la danse terminée, il la ramène à ses amies. On ne change jamais de cavalière au cours d’une danse. Quand le bal est terminé, les hommes et les femmes rentrent chez eux séparément. Qu’il s’agisse d’une fête organisée chez une jeune fille, d’un pique-nique, d’une soirée au bowling ou de toute autre activité sociale, on tend toujours à retrouver cette formation en groupes séparés.

5Lorsqu’un homme s’intéresse plus particulièrement à une jeune fille, il lui donne rendez-vous à son coin de rue. Lesfilles bien ne sont pas censées « traîner » au coin des rues, mais les hommes considèrent qu’on ne peut rien leur reprocher si elles viennent à un rendez-vous. Les parents, pour la plupart, s’opposent avec plus ou moins de fermeté à ces pratiques et insistent pour que l’homme vienne chez eux. Cette insistance des parents et les réticences du gars de la rue placent la jeune fille dans une situation difficile. Bien entendu, il se peut fort bien qu’elle ne désire pas non plus donner à cette relation le caractère officiel qu’impliquerait une visite à domicile. Lorsqu’elles travaillent hors de la maison, la plupart des filles sont en mesure de faire valoir leur droit à organiser elles-mêmes leurs relations sociales ; mais ceci implique toujours quelques désaccords avec leurs parents, dont la gravité dépend de la force du contrôle parental et des efforts énergiques des filles pour obtenir leur indépendance.

6La vie sexuelle des gars de la rue commence alors qu’ils sont encore très jeunes. L’un d’eux écrit :

« À Cornerville les enfants de dix ans connaissent presque tous les gros mots et comprennent assez bien ce que le mot “baiser” veut dire. Leurs aînés et les gars qui traînent devant leur coin de rue emploient des gros mots et décrivent les rapports sexuels ; les petits les écoutent, observent aussi ce qu’ils font et ils s’en souviennent. Quand ils jouent dans la rue, dans les entrées d’immeubles ou dans les caves, beaucoup de ces enfants vont jusqu’à faire semblant de pratiquer ce qui se rapporte à ce mot, “baiser”. Je les ai vus mimer ça, même des gosses de moins de dix ans.
Tous mes copains et presque tous les gars que je connais ont des capotes (des préservatifs) dans leurs poches. La plupart en ont dès qu’ils ont l’âge d’aller au collège.
Les capotes, on peut les acheter aux vendeurs ambulants ; elles ne coûtent que cinquante cents la douzaine. Il y a des gars qui en achètent et qui se font un petit bénéfice en les revendant à leurs copains d’école. Il y a même des commerçants qui en vendent par ici, dans certains magasins. »

7Les jeux sexuels des garçons ne sont guère codifiés ; le code du comportement sexuel ne s’impose à eux que lorsqu’ils atteignent la maturité.

8On ne saurait décrire de manière uniforme les relations que les gars de la rue entretiennent avec les femmes, car leur comportement varie considé-rablement : il dépend des catégories dans lesquelles ils situent la femme, de leur aptitude personnelle à avoir accès auprès des femmes des diverses catégories. Cette classification locale des femmes, qui se manifeste de manière implicite ou explicite dans les attitudes et le comportement des gars de la rue, peut être représentée par les trois catégories exposées dans le tableau ci-dessous ; pour chacune des catégories, nous avons placé en tête le type de femme le plus apprécié :

Expérience sexuelle

Apparence physique

Situation sociale
et appartenance ethnique


1°) « Filles bien »
2°) « Baiseuses » :
- a) filles « fidèles »
- b) filles « faciles »
- c) prostituées


De belles à laides


1°) Milieux supérieurs
2°) Italiennes d’un quartier
qui n’est pas un
slum
3°) Italiennes de Cornerville

9Un soir, les gars de la rue discutaient d’une jolie fille du voisinage. Danny dit qu’il ferait bien trois mois dans n’importe quelle prison du pays, y compris à Alcatraz, pour avoir le privilège de passer huit heures au lit avec elle. Doc a répondu que si Danny pensait cela, c’était parce que la fille était vierge. Danny a confirmé, puis il ajouta : « Mais je ferais bien une semaine dans n’importe quelle prison, même si c’est une baiseuse : c’est dire si je pense qu’elle est chouette ! » Ce contraste entre trois mois et une semaine illustre de manière frappante la différence d’évaluation entre les « filles bien » et les « baiseuses ». Doc m’a expliqué les charmes de la vierge : « Personne n’y est encore passé. Et toi, tu l’inities, tu lui fais découvrir quelque chose… Nous, on dit toujours qu’on aimerait baiser une vierge, mais en réalité on ne le ferait pas. »

10Car leur code interdit strictement les rapports sexuels avec une vierge, et c’est ainsi que les femmes les plus désirables sont aussi les plus inaccessibles. Certes, une fille bien peut accepter un nombre raisonnable de baisers et de caresses sans que sa réputation en soit compromise, mais elle ne saurait être une « allumeuse » (c’est-à-dire une fille qui excite le plus possible son partenaire sans lui permettre de passer à l’acte). On considère que la virginité de « l’allumeuse » relève d’un simple détail technique, et que si elle se fait violer, c’est qu’elle l’a bien cherché. Dans tous les autres cas, il faut protéger la virginité des filles.

11Car ce sont les « filles bien » que l’on épouse. Un homme qui a fait perdre sa virginité à une « fille bien », compromettant ainsi sérieusement ses chances d’accéder au mariage, doit l’épouser parce qu’il se sent responsable. Celui qui cherche à fuir ses responsabilités peut être contraint au mariage, surtout si la fille est enceinte de lui, par les parents de celle-ci ou par le prêtre de la paroisse, à moins de préférer aller en prison et se voir imposer les frais d’entretien de l’enfant jusqu’à ce que ce dernier ait vingt et un ans.

12La virginité est donc protégée par de sérieuses sanctions juridiques et institutionnelles, mais si les gars de la rue respectent le code, ce n’est pas simplement par crainte des conséquences qu’aurait sa violation : ils sont profondément convaincus du caractère sacré de la virginité et pensent qu’il faut être le dernier des derniers pour avoir des rapports avec une vierge.

13Si cet interdit de relations sexuelles avec une vierge n’était jamais violé, seules les filles qui auraient eu des rapports avec des hommes habitant hors du quartier ne seraient plus vierges, ce qui n’est manifestement pas le cas. Bien des anecdotes montrent que des garçons et des filles s’initient réciproquement à l’activité sexuelle dès le début de l’adolescence. Le tout jeune homme qui n’a jamais eu de rapports sexuels ne ressent pas encore très fortement cette attitude protectrice qu’il manifestera plus tard à l’égard des vierges. Pour les rares adultes qui enfreignent la règle, le risque de complications est si grand, à Cornerville, qu’ils limitent généralement leur activité en ce domaine à des filles qui ne sont pas du quartier. De toute façon, un gars de la rue ne saurait admettre qu’il a « baisé » une vierge sans encourir le mépris de ses pairs.

14Le gars de la rue est persuadé qu’un homme, pour rester en bonne santé, doit avoir des rapports sexuels réguliers. Mais il ne peut s’adresser aux « filles bien » avec qui, d’ailleurs, même de banales relations sociales risquent d’avoir pour conséquence des engagements et des responsabilités qu’il n’est pas prêt à assumer. Il trouve bien plus de liberté et encourt bien moins de responsabilités en s’adressant aux « baiseuses » ; plus précisément, sa liberté augmente et sa responsabilité se dilue à mesure qu’il noue ces relations à un niveau de plus en plus bas dans cette catégorie.

15Du point de vue du prestige et du profit social, la fille idéale dans cette catégorie des « baiseuses », est celle qui n’a de rapports sexuels qu’avec un seul homme au cours d’une même période. Mais une telle relation comporte de gros risques. Comme me disait l’un des gars de la rue :

« Si tu restes trop longtemps avec une fille, même si elle baise, tu peux pas t’empêcher de finir par l’aimer. C’est la nature humaine. Moi, j’étais avec une fille, et je la baisais chaque fois que je la sortais. Au bout de quatre mois, je me suis rendu compte que je commençais à l’aimer, alors je l’ai laissé tomber, aussi sec. »

16Un homme ne devrait épouser qu’une fille bien, mais il risque de s’attacher à une fille fidèle et de laisser ses sentiments l’emporter sur son jugement. En outre, pour peu qu’il ne soit pas de notoriété publique que la fille est bel et bien une « baiseuse » et qu’elle jouisse donc d’une bonne réputation, la famille sera en mesure d’exercer de fortes pressions pour essayer de le contraindre à l’épouser. Et si elle est enceinte de lui, il ne pourra plus guère éviter le mariage.

17La fille facile est moins désirable d’un point de vue social, mais il y a aussi moins de risques à avoir des rapports avec elle. Seule sa grossesse pourrait poser un problème de responsabilité ; mais comme il est alors bien difficile d’établir l’identité du géniteur [father], on peut généralement éviter ces complications.

18En pratique, il est bien difficile de distinguer entre ces deux types de « baiseuses » : les filles facilesessaient couramment de se faire passer pour des filles fidèleset les filles fidèlesdérapent constamment dans la catégorie inférieure. Reste cependant que la distinction est pourtant bien réelle dans l’esprit du gars de la rue, qui se comporte différemment selon l’idée qu’il se fait du statut sexuel de la fille. Il parle très librement de la fillefacile, qu’il partage très volontiers avec ses amis. La « baiseuse »du type supérieur, il se la garde pour lui-même, ne parle guère de ses relations avec elle, et il la traite avec plus de respect. Mais il n’assurera pas à sa réputation une protection permanente : si elle rompt avec lui pour prendre un autre homme, il y a gros à parier qu’il se vantera haut et fort de l’avoir eue avant l’autre.

19La prostituée professionnelle, dite « pute » [hustler], est la moins désirable des femmes. J’ai entendu des hommes prôner la fréquentation des prostituées, au prétexte qu’elle ne comporterait aucun risque social ; mais la plupart des gars de la rue pensent que, s’ils se rendaient dans une maison close, ils seraient bien incapables de choisir unefille plus qu’une autre. L’un d’entre eux s’est exprimé à ce propos :

« Moi, je ne vais jamais au bordel. Qu’est-ce que t’en tires ? C’est trop facile : tu payes, tu rentres, tu jouis. Tu crois que ça l’amuse, la fille ?… J’aime sortir avec une fille et qu’elle y prenne goût. Après, quand tu la baises, tu sais qu’elle aime ça elle aussi… Et puis, quand c’est fini, tu te dis que tu as réussi quelque chose. »

20Un autre m’a dit :

« Une pute, tu lui donnes, disons, un dollar, et c’est tout ce qu’il y a à dire : c’est du commerce. Si tu rencontres une fille, tu claqueras peut-être trois, quatre, cinq dollars pour le repas et les boissons, mais je préfère ça, y a pas de problème… Tu te dis, pour l’autre, que c’est rien que du commerce. Mais quand tu sors avec une fille qu’est pas une pute tu te dis qu’elle doit t’aimer un peu, quand même, sinon elle ne viendrait pas avec toi. Une pute prendra tous les hommes qu’elle peut, mais cette fille-là, elle est rien que pour toi, en tout cas pour la soirée. Tu la sors, tu l’emmènes manger et boire quelque part, et puis vous filez vous balader en bagnole, et là tu te mets à la peloter, et puis tu lui fais du rentre-dedans… C’est comme ça que j’aime le faire, moi ! Quand tu lui rentre dedans, tu marques un nouveau territoire, tu as l’impression que tu es arrivé à quelque chose. »

21Les gars de la rue font la distinction entre la fréquentation du bordel et « l’enfilade » [line-up]:pour une enfilade, l’un des gars amène une prostituée dans une chambre du quartier et laisse ses amis coucher avec elle, chacun payant la fille pour ce privilège. Il y a bien là un arrangement commercial, mais il est directement organisé par les intéressés, et bien des gars sont tout disposés à participer à une enfiladeavec leurs amis, qui n’auraient jamais l’idée d’aller dans une maison close.

22Le code ne fait pas que différencier les types de femmes pour les gars du coin ; comme le montrent les anecdotes suivantes, il implique aussi de frappantes différences de comportement à l’égard des femmes des diverses catégories.

23Danny était allé chercher une « pute »et l’avait ramenée dans sa boîte de jeu, après avoir convenu avec elle qu’elle recevrait un dollar pour chaque passe. Quand elle en eut terminé, il lui tendit l’enveloppe qui contenait les billets. Elle avait fini de les compter lorsqu’il fit semblant de croire à une descente de police : il lui arracha l’enveloppe des mains et la remit dans sa poche. Comme elle protestait, Danny lui tendit une autre enveloppe de la même dimension, mais qui ne contenait que des bouts de papier. Elle partit satisfaite, sans vérifier. Et Danny pensait qu’il avait joué un bon tour à cette fille.

24Mais sur ce même Danny, Doc m’a raconté une autre histoire :

« Bill, il se passe chez nous des choses sublimes… Tiens, tu prends la femme de Danny (c’est comme ça que nous l’appelons). Elle va tout le temps à l’église, c’est dire si elle c’est une bonne petite, et jolie avec ça ! Elle en pince pour Danny. Elle veut se marier avec lui. Eh bien ! Elle en pince tellement pour lui qu’il pourrait certainement se la faire, s’il voulait. Mais il ne veut pas l’épouser. Son boulot ne lui permettrait pas de l’entretenir. Alors il ne la touche pas… Et puis aussi, prends donc Al Mantia. Lui, c’était un vrai étalon, tout le temps à courir après les femmes. Un jour, lui et Danny sont sortis avec une fille - elle, elle disait qu’elle était vierge. Elle a bu un verre, et la voilà un peu partie. Ils sont montés dans une chambre, et ils l’ont fait se mettre à poil - à poil ! Elle disait toujours qu’elle était vierge, mais elle voulait qu’ils la lui mettent. Mais eux, ils n’ont pas voulu. Tu te rends compte, Bill ? Elle était là, à poil, et ils n’ont rien voulu lui faire… Le lendemain, elle est passée les remercier tous les deux. S’ils peuvent faire ça, c’est bien qu’ils ne sont pas si mauvais, non ? »

25Ce Danny qui épargne la jeune vierge, c’est le même qui roule « la pute". Mais dans le premier cas, le code impose un sens aigu des responsabilités, alors que dans le second il n’en implique point.

26Le critère de l’apparence physique n’appelle guère de commentaires, car en ce domaine les gars de la rue évaluent les femmes d’une manière parfaitement comparable à celle de tous les hommes de leur société. On ne trouve localement qu’une seule différence notable : une préférence marquée pour les blondes, en ce qui concerne les relations sexuelles. La plupart des filles italiennes du quartier ont les cheveux noirs et le teint mat. Une fille de ce type est susceptible d’exercer un attrait irrésistible sur des hommes de l’extérieur, certes ; mais les gars de la rue sont bien plus impressionnés par des cheveux blonds et une peau blanche.

27Dans la catégorie de la situation sociale et de l’appartenance ethnique, la femme la plus désirable pour des relations sexuelles hors mariage est la jeune fille américaine de vieille souche [old American-stock background], blonde de préférence, et d’un statut social supérieur à celui du gars concerné. Un jour je passais à pied par le quartier aristocratique d’Eastern City en compagnie d’un gars de la rue, lorsque nous croisâmes une blonde élancée à l’air distingué, vêtue à la dernière mode, et qui était aussi très belle. Mon compagnon en eut le souffle coupé et lâcha : « Ouah ! Une Puritaine pur-sang ! Ca, c’est pas de la camelote ! Qu’est-ce que j’aimerais me la faire ! »

28Ce pouvoir d’attraction des Américaines de souche [native stock] ne s’exerce pas seulement sur les Italiens de la classe inférieure. Mario Martini était né à Cornerville, mais lorsque ses affaires prospérèrent, il déménagea pour s’installer dans un quartier résidentiel. Il épousa une jeune fille italienne, fonda une famille et mit ses enfants dans une école privée. Il entretenait de nombreuses relations d’affaire, et quelques relations sociales, avec des Yankees de la haute société. Il se fit une règle de n’embaucher comme secrétaires que des jeunes filles de souche américaine et, à l’occasion de ses voyages d’affaires, il lui arrivait d’emmener l’une de ces filles avec lui, à des fins érotiques autant que professionnelles. Une ancienne secrétaire de Martini, à qui je dois l’anecdote, était une fille au visage quelconque, ce qui ne faisait qu’accentuer le prestige qu’il accordait aux origines, même pour un homme qui avait aussi bien réussi que lui.

29Faute d’avoir à sa portée une fille de vieille souche américaine, on fixera son choix sur quelqu’un d’un meilleur niveau social, et qui appartient à un groupe ethnique résidant hors de Cornerville : il y a bien peu de prestige à avoir des rapports avec une « baiseuse »de Cornerville, sauf si elle est particulièrement attirante physiquement.

30Les trois catégories que nous venons d’examiner nous donnent une échelle de valeurs en termes de charme féminin. Mais un facteur très important peut restreindre l’accès à certaines femmes, quelque désirables qu’elles puissent être selon les critères retenus ci-dessus. Il convient en effet de prendre en compte les liens familiaux qui existent entre l’homme et la femme. Le tabou de l’inceste contribue, à Cornerville comme ailleurs, à rendre inaccessibles les filles avec lesquelles on a certains liens familiaux bien définis. Bien que le mariage reste possible, le code du gars de la rue interdit l’accès sexuel aux membres de la famille éloignée (extérieures aux relations de sang comme, par exemple, la cousine d’un beau-frère) et aux filles des familles de ses amis. Pour illustrer ce dernier cas de figure, l’un des gars me rapporta ce qui lui était arrivé. Il tint à souligner que son copain, qui était un cousin de la fille en question, savait pertinemment que c’était une « baiseuse »et qu’il aurait été enchanté qu’il prenne un peu de bon temps avec elle. Qui plus est, la fille le provoquait tellement qu’elle lui imposait pratiquement de passer à l’acte. Mais au moment décisif, il eut une pensée pour son copain et, me dit-il, « je n’ai rien pu faire ». Ce n’est qu’avec les filles qui n’appartiennent pas à sa parentèle, ni à celle de ses amis qu’un gars de la rue se sent libre d’avoir des rapports sexuels.

31Les trois catégories, « Expérience sexuelle », « Apparence physique » et « Situation sociale et appartenance ethnique », ne découlent évidemment pas d’une quelconque évaluation individuelle. Elles représentent implicitement les critères du groupe, à savoir ceux de la bande du coin. Ces critères sont définis en permanence par l’action et les discussions du groupe. Les gars de la rue ne cessent de se référer aux catégories indiquées lorsqu’ils parlent des filles qu’ils connaissent ou qu’ils ont repérées. C’est pourquoi l’on constate généralement un très large consensus lorsqu’il s’agit de situer telle ou telle fille à la place qui lui revient dans chacune des catégories. Dès lors, les gars savent de quelle manière ils sont censés se comporter dans chaque cas ; et l’observateur, ayant à sa disposition ce schéma conceptuel, est à même de prévoir comment, en règle générale, ces hommes s’efforceront d’agir.

32Il convient de noter un aspect particulier de ce schéma classificatoire : les rapports sexuels sont soumis à des normes très sensiblement différentes selon qu’ils concernent ou non le mariage. Pour les rapports ne devant pas déboucher sur le mariage, la fille idéale est une « baiseuse », fidèle, blonde, à la peau claire, appartenant à un groupe de vieille souche américaine d’un niveau social plus élevé et n’ayant aucun lien de parenté avec le gars, ni avec aucun de ses amis. S’il s’agit d’épouser, on donnera la préférence à la jeune fille vierge d’origine italienne ayant quelques liens familiaux avec des amis ou des membres de la famille de l’intéressé. La demoiselle qui correspond à cette définition sera généralement, mais pas obligatoirement, une petite brune au teint mat.

33Ces deux cas de figure mettent en jeu des critères d’évaluation d’une nature différente. Le gars de la rue conçoit ses passades en termes de prestige personnel autant que de satisfaction physique. S’il lui était possible de persuader une blonde séduisante de venir le chercher dans son coin du quartier au volant d’une automobile manifestement hors de prix, alors il ferait une très grosse impression sur ses copains. Les futures épouses, à l’inverse, sont pensées en termes de compatibilité et d’utilité sur le long terme, et les gars de la rue formuleront leur préférence pour une épouse d’origine italienne par des phrases du type : « Elle comprendrait ma façon de vivre », « elle saurait me préparer les plats que j’aime », « je pourrais plus facilement lui faire confiance qu’aux autres », ou encore « les Italiennes font des épouses fidèles ; ça vient de l’éducation qu’on leur donne. »

34Mais les relations du gars de la rue avec le sexe opposé ne sont pas seulement déterminées par son évaluation des charmes féminins. Pour qu’il ait accès auprès des femmes les plus désirables, il lui faut posséder certaines qualifications. Et d’abord, il lui faut savoir parler : celui qui sait divertir ses interlocuteurs et « baratiner les filles » gagne en prestige auprès de ses copains et voit s’accroître ses chances de réussite sociale. Mais savoir parler n’est pas tout : la situation sociale, l’argent et le fait de posséder une automobile pèsent lourd dans la balance. Les gars de la rue déplorent souvent que les femmes les plus désirables soient pratiquement inabordables car en matière de situation, d’argent et d’automobile, elles exigent bien plus que ce que la plupart d’entre eux peuvent leur offrir. L’un d’eux, à qui je demandais un jour s’il était nécessaire de posséder une voiture pour « lever »une fille, me répondit :

« Ben, non, tu peux l’amener dans une chambre… Seulement, une chouette fille, elle monte jamais dans la chambre d’un mec. Si tu l’emmènes en bagnole, y a pas de problème. Celle qui te suit dans ta chambre, c’est rien moins que rien. »

35Une voiture, une balade à la campagne, quelques verres et un pelotage serré peuvent conduire une fille à laisser un homme avoir des relations sexuelles avec elle, sans qu’elle l’ait prémédité. Mais s’il suggère de monter avec lui dans une chambre, elle ne peut plus prétendre qu’elle ignore ce qu’il entend faire et, en acceptant, elle se rangerait d’elle-même dans cette catégorie des filles qui montent dans les chambres avec les hommes. Même les filles les plus faciles prétendent toujours qu’elles n’ont que rarement des relations sexuelles et jamais d’une manière aussi préméditée. C’est pourquoi l’homme qui possède une voiture peut généralement s’offrir des femmes appartenant à une catégorie plus valorisante que celui qui ne peut compter que sur des chambres de location.

36Si l’observateur peut classer les gars de la rue selon ces critères, et les femmes qui sont socialement à leur portée selon les catégories que nous avons précédemment établies, il lui est alors beaucoup plus facile de prévoir le comportement social et sexuel d’un individu donné. Certes, on ne saurait établir des règles intangibles car il arrive que le code des gars de la rue soit violé, comme le sont d’ailleurs tous les autres ; mais les considérations que nous avons développées ci-dessus ont dû montrer clairement que les relations entre les sexes obéissent dans les quartiers défavorisés à des règles de comportement bien définies. Les gars de la rue, quoiqu’ils s’écartent des normes de la bonne bourgeoisie, ont bien une vie sexuelle organisée.

37Nous n’avons jusqu’ici considéré que les relations sexuelles et sociales antérieures au mariage. Nous n’aurons à introduire que peu de changements pour que les conclusions auxquelles nous avons abouti s’appliquent aussi au comportement du gars de la rue après son mariage. L’épouse est censée rester parfaitement fidèle et le moindre flirt est traité de façon très sérieuse. Du mari, on attend qu’il assure l’entretien des siens et qu’il ait de l’affection pour sa femme et ses enfants. Mais le champ des aventures sexuelles ne lui est pas interdit, si tant est qu’il veille à bien séparer celles-ci de sa vie familiale. Les épouses protestent bien, mais les hommes, eux, ne trouvent rien à redire aux relations sexuelles extraconjugales, pour autant qu’elles ne dégénèrent pas en scandale public ou en quasi-abandon de la famille. À l’exception de ces quelques réserves, le monde des femmes reste pour l’homme marié rigoureusement identique à ce qu’il était avant son mariage.

38Après avoir ainsi délimité le code sexuel de Cornerville, il nous reste à étudier ses effets et le comportement qu’il implique sur des processus sociaux plus généraux.

39Il ne sera pas facile à une jeune fille de Cornerville de conserver sa bonne réputation si elle entretient des relations sociales avec des hommes du quartier. Un jour je suis allé au bal, hors de Cornerville avec deux gars de la rue et trois jeunes filles. Il était tard lorsque nous sommes rentrés. Le conducteur a arrêté la voiture à la limite du quartier ; les trois filles et l’un des gars sont descendus et sont rentrés à pied. Quand je lui ai demandé pourquoi nous n’avions pas ramené les filles chez elles en voiture, le conducteur m’a répondu :

« Eh bien, Bill, c’est que les gens d’ici voient le mal partout : de rien, ils te feront toute une affaire ! Si les filles rentraient chez elles toutes seules, les gens jaseraient ! Si nous rentrions tous ensemble en voiture à une heure du matin, ils se demanderaient ce que nous avons bien pu fabriquer… Mais s’ils les voient rentrer toutes les trois avec Nutsy, les gens vont se dire : “Bon, ça va : elles étaient en bonne compagnie”. »

40Il n’y a pas que les anciens qui jasent sur les filles : les gars de la rue passent leur temps à faire et refaire les réputations. Même la « fille bien » n’est pas à l’abri de tout soupçon, et elle a intérêt à délimiter avec beaucoup de précision son champ d’action dans le quartier si elle ne veut pas être condamnée au mariage prématurément.. Comme nous l’avons vu, la « baiseuse »fidèle ne peut pas se permettre d’avoir son « petit ami » à Cornerville parce que, si leur relations étaient rompues, c’en serait fini de sa réputation.

41La vie sociale extérieure à Cornerville exerce un grand attrait sur presque toutes les filles, mais celles qui situent leurs activités hors des limites du quartier semblent se répartir principalement en deux catégories, qui représentent la fine fleur et la lie de la société féminine locale. Bon nombre de « filles bien »ont un emploi à l’extérieur du quartier et se servent des contacts qu’elles peuvent ainsi établir pour assurer leur ascension sociale. Et puis il y a les « baiseuses », qui y trouvent plus de liberté. La plupart des « filles bien », handicapées par leurs origines, ne parviennent pas à se construire une vie sociale hors de Cornerville. Elles se font une représentation romanesque d’un homme qui ne serait pas de Cornerville, et qui ne serait pas italien, mais jouirait d’un niveau culturel et économique supérieur et qui, un beau jour, passerait par là et les épouserait. Bien que les contraintes sociales de Cornerville pèsent particulièrement lourd sur les filles et incitent nombre d’entre elles à souhaiter s’en libérer en se mariant hors du quartier, la plupart des mariages se font à l’intérieur de Cornerville, ou bien entre Cornerville et des quartiers voisins aux caractéristiques sociales similaires. Néanmoins, la spécificité de la vie sociale à Cornerville contribue à soustraire un nombre significatif de femmes du cru à l’orbite des gars de la rue.

42Ceux-ci ont bien conscience de cette situation, et l’un d’eux me fit ce commentaire :

« On a des tas de baiseuses, à Cornerville. Tiens, prenons Market Street, qui débouche dans Norton Street : pour dix filles qui y habitent, y en a neuf qui baisent. Mais elles coucheront jamais avec un type de Cornerville. Tu sais pourquoi ? C’est parce qu’elles croient que, si elles couchent avec moi, j’irai dire à mes copains qu’elles baisent, et qu’ils voudront se les faire aussi, et que ça se saura dans tout le quartier… Tu te rends compte, Bill ? On en a plein, tout autour de nous, et on peut pas se les faire ! »

43Mon informateur était d’humeur morose parce qu’il ne pouvait pas « se faire » ces filles de Cornerville, et il ne faut donc pas prendre ce taux de quatre-vingt dix pour cent trop au sérieux. Si ces filles sortaient bien en dehors du quartier, lui n’était aucunement en mesure de connaître leur statut sexuel et toute estimation ne saurait être que supputation hasardeuse. On peut raisonnablement penser que le pourcentage de jeunes filles du quartier qui « baisent » est en réalité très faible. Mais quoi qu’il en soit, le fait demeure que les hommes de Cornerville se voient interdits d’accès aux jeunes filles du cru, sauf pour les épouser. Ils doivent ainsi chercher à satisfaire leurs attentes sociales et sexuelles à l’extérieur du quartier. Avec l’organisation très poussée et très locale des gangs, ils sont dans une situation plus restrictive que les femmes en matière de mobilité sociale, et ils ne sont qu’une minorité à pouvoir effectivement passer à l’action hors de Cornerville. C’est pourtant cette minorité qui contribue à changer la structure sociale de Cornerville et d’Eastern City.

44Les contraintes imposées par les mœurs des familles de paysans italiens, auxquelles s’ajoute la surveillance étroite à laquelle leurs faits et gestes sont soumis, incitent certaines des jeunes filles italiennes à quitter Cornerville. Se voyant interdits d’accès aux ressources locales, certains jeunes hommes suivent l’exemple des filles et cherchent à établir des contacts sociaux à l’extérieur. Ceci contribue à stimuler les intermariages, les naissances illégitimes résultant de relations sexuelles interethniques, et la mobilité sociale. L’étude de l’assimilation de la population italienne aurait été incomplète si nous n’avions pas analysé comme nous venons de le faire la vie sociale et sexuelle dans les quartiers pauvres.

Haut de page

Notes

1  Ainsi que le précise William Foote Whyte en note de son article, un compte-rendu détaillé de cette recherche a été publié sous le titre Street Corner Society [NdT]. Cf. FOOTE WHYTE William, La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte, 1996 [1943]. Traduit de l’anglais par Jacques Destrade, Monique Destrade, Suzie Guth, Jean Sevry et Danielle Vazeilles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Foote Whyte, « A Slum Sex Code », American Journal of Sociology, 49, 1, 1943.

Référence électronique

William Foote Whyte, « Le code sexuel d’un slum », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/2248 ; DOI : 10.4000/gss.2248

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org